Une aventure moins bonne que son héroine

Avis sur Tomb Raider sur Xbox 360

Avatar Confucius
Test publié par le
Version Xbox 360

Retour en enfance en cette année 2013 grâce au reboot de la sage Tomb Raider, encore une fois développé par le studio américain Crystal Dynamics, spécialiste des opus nouvelle génération (pour le meilleur et pour le pire d’ailleurs).
On retrouve ainsi la plus célèbre et la plus sexy des aventurières qui participe à sa première expédition, embarquée dans un navire en mer du Japon, pour découvrir le secret de la reine Himiko, histoire et mysticisme encore mêlés pour cette aventure. Mais à l’approche de l’île censée habiter cette divinité une tempête se lève et fait s’échouer le navire transportant Lara et ses compagnons. Lara se retrouve ainsi seule sur cette île inhospitalière et va se charger de retrouver ses compagnons et de percer le secret d’Himiko tout en gardant un œil sur la petite tribu de joyeux drilles habitants l’île.
Bon déjà, autant le dire de suite, le scénario n’a vraiment rien de très captivant, on suit ainsi le déroulement de l’histoire sans grand entrain, au fil des cinématiques et des journaux à récupérer (dont certains placés dans des lieux quelques peu étranges…). Vous me direz, depuis quand un jeu Tomb Raider a brillé par son scénario ?

Ce qui marque d’emblée dans ce nouveau Tomb Raider est son côté hollywoodien qui ressort du jeu, notamment influencé par la désormais célèbre saga de Sony Uncharted. En effet on en prend plein la figure (mais ce n’est rien par rapport à ce que Lara se prend dans le jeu), que cela soit dans les cinématiques ou ce que j’appelle les phases de semi-action, où quelque chose arrive à Lara (souvent très imposant) -comme une chute, descente de falaise…- et où le joueur a juste à agir à quelques instants. Cet élément est en même temps un bon point et un mauvais. Certes cela donne un côté plus 7e art au jeu mais de l’autre côté nous joueurs sommes durant ces moments récurrents devenus plus des spectateurs que des joueurs. Donc en gros on suit ces instants avec « plaisir » mais de l’autre côté, disons-le clairement, on se fait un peu chier.

Le deuxième élément marquant de ce Tomb Raider est sa réalisation, tant sonore que graphique. Et là franchement on peut dire que Crystal Dynamics a tapé fort sur la table. Clairement un des plus beaux jeux de cette génération sur console, surtout quand on sait que le jeu adopte une formule se rapprochant du semi-open world. Je dois même vous avouer qu’il m’est arrivé à plusieurs reprises de me poser à un endroit et d’admirer pendant quelques minutes le paysage alentour. La diversité question environnement est aussi de mise, entre forêt, village, décor aérien, plage, forteresse…
Distance d’affichage, couleurs, lumières, tout est aux petits oignons dans ce jeu. Après si je veux faire le relou je pourrais pointer le fait qu’il y a un peu de clipping mais bon faut pas oublier que l’on est sur console !
Et en évoquant l’aspect visuel, comment ne pas toucher deux mots sur le physique de notre aventurière favorite ? Qui est d’ailleurs d’une plastique assez remarquable, tout aussi agréable que les paysages du jeu, voir plus ? Moi qui je l’avoue a toujours peu apprécié diriger un personnage féminin dans un jeu, là je n’ai pas du tout été gêné, allez savoir pourquoi…

Rapidement, en ce qui concerne le gameplay, on trouve une façon de jouer dans l’air du temps, sorte de mix entre Uncharted et Assassin’s Creed, Lara est très facile à prendre en main, que cela soit pour son déplacement, les phases d’action, infiltration et de plateforme. Après comme dans beaucoup de jeux actuels (j’ai trouvé une grande similitude avec Far Cry 3) on peut améliorer son équipement et son personnage. Niveaux armes ça reste dans le classique (pistolet, mitraillette, pompe) et même à la mode (ah tiens un arc, comme ça change). Pour ce qui est des compétences là aussi rien de nouveau, entre nouveaux coups, meilleurs aptitudes…
Ah oui on a aussi à notre disposition une capacité particulièrement reloue qui est présente dans la plupart des jeux (j’en ai marre de me répéter), Batman et Far Cry en tête, la possibilité d’examiner l’environnement pour apercevoir les points intéressants (accroches, ennemis, plantes, animaux, trésors…)
(Cette partie me soule un peu donc désolé je n’y reste pas plus longtemps)

Par contre une chose m’a profondément agacé dans ce Tomb Raider, mais agacé bien comme il faut, d'ailleurs je pense qu’il faut appeler Interpol pour signaler un disparu… où est donc passé la difficulté ? Je me souviens encore de mes jeunes années où je passais des heures sur les premiers Lara Croft à pester contre le jeu. Mais la franchement le jeu a été développé pour les 3-6 ans parce que à aucun moment nous ne sommes mis en difficulté (en mode normal). En plus je ne suis pas du tout un fan des jeux hardcore mais alors là je suis tombé des nues devant la facilité et le peu de challenge du jeu. Les combats sont ultra faciles (merci les QTE de contre attaque) et notre Lara devient rapidement un char d’assaut avec les améliorations d’armes ou de compétences (j’ai dû faire 90% du jeu à l’arc, tellement cheatée comme arme), les phases de plateforme sont d’une facilité déconcertante et on vous montre même les endroits accessibles (beaucoup de peinture blanche sur cette île dit donc). Mais avec ce Tomb Raider je me suis dit qu’on allait tout de même droit à quelques passages bien casses têtes avec des énigmes dignes du père fouras, et bien que nenni encore une fois ! Les énigmes du jeu sont ainsi des éléments secondaires de l’aventure, donc pour ceux que cela ennuis il est possible de faire le jeu sans les faire, mais là encore TOUTES sont d’une facilité extrême ! Punaise sur ce coup là c’est bien dommage, en en faisant des phases non obligatoires ça aurait été l’occasion de nous mettre des passages bien difficiles, vraiment un gros point noir.
On nous avait aussi vendu un côté survie, et bien autant dire qu’en dehors des scènes non jouables la survie est plutôt une préoccupation de nos ennemis dans le jeu, c’est dire…

J’ai été je le vois bien en me relisant rapidement un peu sévère avec le jeu, mais pour expliquer ma note je dois avouer que faire ce jeu n’a pas été déplaisant, la dizaine d’heures (répartie sur 3 jours) que doit durer l’aventure reste plutôt agréable dans l’ensemble. Mais clairement pas un jeu dont on se souviendra. D’ailleurs si on me demandait de parler d’un passage qui m’a marqué je ne saurais répondre, c’est dire…

PS : Euh par contre c’est moi où le chef des autochtones est un plagiat de Lord Sadler de Resident Evil 4 ? (même tenue et un bâton très ressemblant).

PS2 : Si il y a des fautes n’hésitez surtout pas à me les signaler, ma flemme de relecture attentive est accentuée pendant les vacances.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 2271 fois
47 apprécient · 7 n'apprécient pas

Confucius a ajouté ce jeu à 7 listes Tomb Raider

Autres actions de Confucius Tomb Raider