Le pacifiste, le psychopathe et le chien blanc

Avis sur Undertale sur PC

Avatar Hécatios
Test publié par le
Version PC

Undertale est un jeu vidéo sorti le 15 septembre 2015 sur PC avec pour concepteur/développeur/musicien Toby "Radiation" Fox.
Normalement, si vous n'avez pas été cryogénies aux alentours de 2015, vous en avez probablement déjà entendu parler de ce jeu. Et si, fait improbable, le nom ne vous est pas parvenu, vous avez probablement déjà vu un artwork représentant un petit squelette souriant au gilet bleu, gros spoil, si vous avez été effectivement cryogénies: Il vient de ce jeu.
Mais alors c'est quoi au juste ce jeu?

Sur la forme, globalement, c'est un RPG qui s'inspire des vieux RPG japonais, avec des graphismes simples(pour ne pas utiliser ce terme surutilisé qui est rétro), un déplacement qui se fait sur une carte en vue du dessus et des combats au tour par tour à la première personne, on monte des niveaux pour augmenter les statistiques de son personnage, on s'achète de meilleures armures et de meilleures armes, le scénario est linéaire(en apparence du moins) et le protagoniste possède la personnalité d'une plante verte zombifiée.

Ça, c'est pour la forme, son gameplay le différencie cependant singulièrement des JRPG. Notamment dans ce qui se révèle être le cœur du gameplay:le combat. Par exemple, dans un JRPG classique, les dégâts que vous infligent les ennemis sont automatiques: l'esquive, le montant des dégâts, tout cela est géré automatiquement par l'ordinateur. Rien de tel dans Undertale, ici les attaques des ennemis prennent la forme d'un Mini-jeu:le joueur contrôle un cœur qu'il peut faire bouger dans les quatre directions, cœur qui doit éviter des projectiles et des obstacles symbolisant les attaques des ennemis. Chaque ennemi possédant son propre panel d'attaques(et donc de mini-jeu) et les boss ont même le droit de modifier les règles du jeu pour pimenter le tout.

Autre point qui le différencie:la possibilité d'épargner ses ennemis. Ce n'est pas une mécanique nouvelle, de nombreux RPG propose déjà des solutions pour épargner les monstres rencontrés de manière pacifique. C'est juste qu'ici l'idée est poussée à ses retranchements.
Pour l'histoire, sur la forme, c'est une très bonne histoire toute publique:l'ambiance est souvent légère, pleine de blagues et de situations amusantes, mais elle sait aussi se montrer parfois plus sombre. Le jeu est clairement divisé en partie(partie que vous pouvez appeler chapitre, épisode ou niveau selon votre loisir favori), chaque partie amenant un nouvel environnement et surtout un personnage avec lequel on va interagir. Les personnages sont attachants, drôles, certains marquants(on peut même dire que notre squelette du début est devenu iconique). Je n’irais pas jusqu'à dire que tous sont originaux, mais ils restent bien écrits. Et mine de rien, ils soulèvent, comme touts bons personnages, des questions pour le joueur, que les plus vieux discerneront aisément, mais qui me semble surtout parler aux plus jeunes(comme par exemple la quête de popularité d'un certain personnage), à l'image de leurs personnages, toutes ces questions ne sont pas forcément originales, mais elles sont bien amenées, et avec humour et surprise.

L'aspect qui marquera le plus est surtout la manière dont cette histoire fusionnée avec son gameplay.
L'impact du joueur sur l'histoire est une question de gameplay fondamentale.
Certains tentent d'y répondre maladroitement en donnant des questions (morales) à choix multiples.
Cette méthode a le défaut de créer une déconnexion entre le jeu et l'histoire du jeu. Vous pouvez vous comportez comme un sagouin, tuer les ennemis de la pire manière qui soit, pisser sur leurs cadavres pour envoyer leurs restes(découpé en petits morceaux) à leurs mères, c'est le fait d'en épargner un que le script aura judicieusement choisi qui fera que vous êtes un brave type ou un salaud sans nom. Ces choix ayant en plus une répercussion minime sur le gameplay.

Ici Undertale fait l'inverse, les éventuels choix qui vous seront proposés durant des dialogues auront en grande majorité, peu d'effet sur le jeu, c'est vraiment la manière dont vous allez jouez qui va influencer vos interactions avec les personnages et l'ambiance globale du jeu.
Ce n'est pas complètement nouveau dans le jeu vidéo, mais Undertale est probablement le jeu moderne qui le réalise avec le plus de brio et qui pousse cette forme d'interaction à ses retranchements.

Surtout que mine de rien, il interroge pas mal nos bonnes vieilles habitudes de joueur de RPG.
Ce qui fait que j'aurais tendance à penser que si Undertale est un jeu tout public, l'impact de ses subtilités n'est compréhensible que si l'on a un passé de joueur derrière nous(et surtout un passé de joueur de RPG).

Il y a un point que je n'ai volontairement pas abordé, c'est la musique. Ah! La musique de Undertale. S’il y a un point sur lequel Undertale arrive à surpasser son histoire et son gameplay, c'est bien sa musique. Je peux vous parier que dans les 20 prochaines années, l'OST d'Undertale figurera dans la majorité des tops 10 des meilleures musiques de jeux vidéo.
Je ne serais pas trouvé de qualificatif pour décrire sa qualité: mystique, sublime, mémorable. Mais j'en retiendrais surtout un: Culte(et pour une fois, voici un produit culturel qui mérite amplement ce qualificatif.)
Le fait que Toby Fox, de base est un musicien n'est probablement pas anodin.
On pourrait presque décrire Undertale comme une "comédie musicale virtuelle", tant la musique à de l'importance. Chaque personnage possède ses musiques dédiées qui l'accompagnent, leurs leitmotivs deviennent des caractéristiques presque aussi importantes que leurs caractères ou leurs designs.
Vraiment, si vous ne voulez pas débourser 10$ pour acheter Undertale, dépensé 9,99$ pour l'OST, ça vaut largement le coup.

Après un tel flot d'éloges, on pourrait penser qu'il est difficile de trouver des défauts à ce jeu.
Il y en a bien pourtant: d'abord les graphismes, si je suis loin d'être allergique aux minimalistes et aux rétros, et que le design à tout ce qui a de plus sympathique, forcé de constater que certains monstres sont dessinés maladroitement et que certaines textures sont horribles.
Il est aussi bon de prévenir que le jeu est court, voir très court, ce n’est clairement pas un Persona 5 qui demande des centaines d'heures pour être finit une première fois. L'histoire vous demandera que quelques heures pour être bouclé(et vous aurez probablement envie d'y rejouer une deuxième fois, mais je ne vous dirais pas pourquoi).

Autre point à souligner, mais qui n'est pas directement lié au jeu, Undertale est un jeu tout public, une partie de sa fan-base est donc relativement jeune et peut donc manquer, disons, de civilité et de pertinence dans ses interprétations.

Autre point, une nouvelle fois indirectement lié au jeu, celui-ci est intégralement en anglais, ce qui pourrait en découragé certains. Je tiens à rassurer: je ne suis pas bilingue, j'ai du avoir recours à Google traduction de nombreuses fois, ça ne m'a pas empêché d'apprécié le titre à sa juste valeur(je pense même que je me suis amélioré en anglais grâce à lui). J'ai aussi entendu dire qu'il existait un patch non officiel de traduction en français. Ne l'ayant pas utilisé, je ne ferais pas de jugement sur la qualité de sa traduction.

Mais sinon, ça vaut la peine de débourser 10$ pour ça? Je pencherais pour un oui. Un grand Oui même. À moins d'être allergique aux rétros et d'avoir peu d'intérêt pour la musique, Undertale est un titre très intéressant sur de nombreux points qui saura vous faire rire et vous surprendre.

C'est typiquement le jeu avec lequel j'ai envie que mes enfants grandissent, et j'espère qu'il marquera suffisamment les mémoires pour être continué à jouer 10 ou 20 ans plus tard.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 553 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Hécatios Undertale