Hacker n'est pas tuer...

Avis sur Watch Dogs 2 sur PlayStation 4

Avatar Dark_Inquisitor
Test publié par le
Version PlayStation 4

..// OVERVIEW //..
Développé par Ubisoft, donc plein de studios partout.

Temps de jeu = 45h environ.

.. // PROS aka To Hack or not to Hack … that is the Dedsec question //..

Techniquement très propre. Oublions le premier essai qui était perclus de bugs et loin des vidéos d’intention, cette suite propose un très agréable San Francisco et ses alentours (Oakland et un bout du Comté de Marin), avec un jeu qui ne défaille pour ainsi dire jamais. J’ai bien noté un ou deux bugs de placement avec un personnage coincé dans un banc et un chien qui flottait, mais rien de grave. Le jeu est beau, les ambiances colorées avec de magnifiques couchers de soleil, et les chargements sont assez courts.

Pouvoir jouer le gentil hacker ou la pire des raclures. Même s’il est très difficile de ne tuer personne, on peut quand même limiter la casse avec nos armes non létales qui paralysent leurs cibles, et tenter de rester le plus discret possible en utilisant nos drones à tout va. Ça ne marche pas toujours comme prévu, mais en étant bien préparé, on peut éviter toute confrontation avec les gardes qui protègent tous les lieux importants. Ayant de fait évité les armes à feu, je ne peux toutefois pas vraiment me prononcer sur la qualité de la partie shooter.

Après le piratage, les courses. Histoire de se détendre entre deux missions, les activités de courses sont le second gros morceau du jeu, et il y a de quoi faire. Outre les missions « Taxi Driver SF » à trimbaler des clients plus ou moins pénibles, on a le choix entre les courses de drones volant (sympa et rapide), les courses de kart électriques (sympa et rapide), les courses de moto/quad (un peu délicat mais sympa) mais également les courses de voiliers (inattendu et plaisant … relaxant même). J’avoue une préférence pour les voiliers, la bateaux pirates de AC Black Flag et Rogue me manquant toujours. Ben si.

Le mode online, assez peu intrusif et optionnel. Car si on peut tout à fait désactiver toutes les fonctions en ligne pour ne pas être ennuyé pendant nos balades çà et là, il n’est pas déplaisant ni envahissant de les laisser opérationnelles pour autant. A moins de vouloir réellement passer son temps sur des missions avec d’autres joueurs, on est juste de temps à autre réveillé par un encart qui nous propose de participer à une activité en ligne, ou qu’un boulet s’est invité chez nous. Une bonne approche qui nous laisse relativement libre de jouer connecté, ou pas.

..// CONS aka certaines choses ne sont plus de mon âge … et ne l’ont jamais été en fait //..

Le délire « Hacker pour les jeunes ». Et encore je dis ça, mais je n’en sais rien du tout si ça parle aux jeunes et/ou aux hackers. Toujours est-il que jouer Marcus ne m’a jamais emballé, ni au début, ni à la fin. Ce côté « wesh bro, on va les baiser ces connards », sur fond de « fuck » un peu partout sur les murs, ça n’est pas du tout la bande de hackers que j’aurais aimé avoir. Pouvoir recruter mon équipe et choisir qui je veux engager chez Dedsec, en ayant au préalable créé ma propre hackeuse metalo-emo-gothico-whatever, là ouais … déjà mieux. Cela parlera donc sans doute à certains, mais pas à moi. En plus, la tenue biker tout en cuir ne lui va pas du tout à Marcus.

Le paradoxe Marcus, un « gentil » hacker qui défend la veuve et l’orphelin, puis lui roule dessus en voiture, envoie son mari policier attaquer un gang (et se faire massacrer), puis fait exploser l’entrepôt à côté de chez elle avant de diffuser un message comme quoi Dedsec ce sont de gentils hackers là pour aider les gens à voir la vérité sur la vilaine corporation qui détourne leurs infos perso… s’ils sont toujours en vie bien sûr. Dans l’idée, le jeu n’assume pas son choix de « non létal » suggéré au début avec notre premier pistolet tazer que l’on peut vite remplacer par des armes à feu et des explosifs. Si encore le monde évoluait en fonction de nos actions, à l’instar d’un Dishonored, montrant du doigt un Dedsec trop sanglant et aux méthodes dignes de terroristes, mais non. Bref. On n’y croit pas du tout.

Missions trop courtes, trame globale décousue et objets à récolter de partout. Qu’elles soient secondaires ou principales, on ne ressent pas réellement l’importance des missions les plus importantes. On voit bien que l’on progresse dans le bon sens, mais sans plus. Les personnages secondaires défilent trop vite et sont trop facilement rangés au placard, à l’instar d’Horatio dont on oublie vite qu’il fait partie de l’équipe, et qui sera même totalement zappé à la fin du jeu (vu ce qui lui arrive, c’est très laid). Les trop classiques activités en pagaille, tout agréables soient-elles, couplées à l’éternelle masse d’objets à ramasser (sacs d’argent, points de compétence) sans que l’on ait à vraiment chercher nous-même, nous rappellent trop souvent que c’est un énième Open World à Minimap (que je désactive dès le début, comme toujours).

Réactions encore trop extrêmes des passants, et des gardes dans les zones protégées. On ne va pas s’mentir, les gens à San Francisco sont globalement énervés et agressifs dans ce jeu. Se garer un peu vite nous vaut de recevoir régulièrement les pires insultes. Bousculer quelqu’un peut finir en baston générale. Même prendre des photos, une activité à part qui rapporte gras de followers, débouche sur des réactions improbables de la part des artistes de rue, pourtant habitués à cet exercice. C’est encore pire dans les zones protégées où on nous canarde dès qu’on met un pied dedans, sans faire exprès parfois. Et sinon, nous inviter poliment à sortir de la zone, c'était trop demander ? Ah ok, on tire d'abord et on discute ensuite... j'vois l'genre.

La Police et ses réactions surréalistes. Non content de conduire comme des manches et être de véritables dangers publiques, les flics sont relativement mauvais quand on les sollicite pour arrêter quelqu’un. Tournant parfois autour du pot, écrasant des piétons, laissant fuir la cible s’ils ne l’ont tout simplement pas oublié avant, ils gagneraient à faire un stage d’IA avancée. Ils sont déjà autrement plus efficaces lors des poursuites en voiture mais le résultat global est peu glorieux pour la profession.

Politiquement trop correct … sexuellement. Si à ma grande surprise le premier Watch Dogs osait mettre un pied dans le sexuel (Ubisoft n’étant pas du tout coutumier du genre), tout en restant très loin d’un GTA, cette suite joue à fond la carte du conservatisme avec des prostituées qui se refuseront toujours à vous (et à tout le monde en fait), plus aucune scène choquante du tout, et uniquement des SMS et discussions téléphoniques piratées osant s’aventurer de ce côté-là du « Jeu 18+ ». Un triste retour en arrière qui montre que dans le jeu vidéo, il est toujours plus acceptable de tirer une balle dans la tête de quelqu’un, que de forniquer et prendre du plaisir charnel entre humains.

Vulgarité exagérée de la VF. C’est peut-être ma mémoire qui me joue des tours, ou le fait que j’ai sans doute joué en anglais au premier Watch Dogs, mais il est surprenant pour moi de jouer à un jeu aussi vulgaire. Les discussions des gens tournent souvent autour du sexe, les gros mots sont légion, et les dialogues de Wrench ne relèveront pas le niveau alors qu’ils auraient pu rendre ce personnage, très réussi visuellement, nettement plus intéressant (il a quelques bonnes répliques en plus). Pour avoir jonglé entre VF et VO, j’ai donc une nette préférence pour la VO, malgré un doublage de qualité.

..// CONCLUSION //..
Watch Dogs 2 est un bon jeu. Bien réalisé, propre sur lui, offrant quelques dizaines d’heures d’un divertissement plaisant, il remplit son rôle du bon petit Open World connecté du moment. Il est toutefois fort dommage de constater que l’univers proposé est bien plus conservateur et puritain que le premier épisode, remplaçant les amusantes scènes à caractère sexuelle, par une vulgarité verbale omniprésente, surtout en version française. Exit également les activités délirantes du premier Watch Dogs, avec les missions en mécaraignée ou celles sous LSD. Les très agréables courses de drones ou de voiliers de cette suite auraient dû s’ajouter à ces dernières, plutôt que de les remplacer. Une belle progression globale pour cette licence, avec hélas de vilaines régressions et des choses à revoir pour que le jeu marque réellement les esprits.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 649 fois
2 apprécient

Autres actions de Dark_Inquisitor Watch Dogs 2