Vivez toutes les émotions du cinéma avec Orange

Très déçu par la nouvelle identité de la franchise

Avis sur Watch Dogs 2 sur Xbox One

Avatar DiJayBee
Test publié par le
Version Xbox One

Grosse déception, j'ai eu beaucoup de mal à accrocher. Non pas que le jeu soit mauvais, il est plutôt soigné et on ressent les efforts de faire les choses bien. Mais des choix de gameplay incohérents ruinent l'immersion.

Ayant particulièrement apprécié le premier opus, pour son côté sombre, aux commandes d'un anti-héros justicier de l'ombre, anonyme et solitaire, qui évoluait dans une ville assez froide, presque désabusée, je me suis lancé dans le 2 avec des réserves. Je regrette le virage a 180 degrés vers le côté fun et branché de l'univers du héros dans un monde bien plus chaleureux. Car ce choix de donner une identité plus marquée au jeu est à double tranchant : cette légèreté de ton nuit totalement au propos du jeu, à savoir la lutte contre la mainmise des technologies sur la ville, contre ces multinationales qui agissent impunément au détriment des vies privées et des libertés. Cette lutte de l'ombre dans l'envers du décor entre Dedsec et Blume est ici traitée sans profondeur, comme la lubie d'un groupe de jeunes idéalistes branchés qui veulent s'engager. Tout ceci n'est pas crédible, surtout lorsque nos férus de mode et de réseaux sociaux, toujours blagueurs, se retrouvent armes en main à lutter contre les gangs de San Francisco, (armes soit dit en passant qu'on peut colorer de manière très fantaisiste pour plus de "fun"). On peine à incarner le héros à cause de ce grand écart. D'ailleurs le traitement de la violence est édifiant : vous pouvez massacrer une bonne dizaine de gardes (citoyens honnêtes comme l'indique leur profil Ctos) pour pirater un ordinateur, personne ne vous en tiendra rigueur. Pour un groupe de hackers, dans le camp du "bien", qui médiatise son action en jouant les lanceurs d'alerte, c'est complètement incohérent et ça ruine l'immersion. D'autant que la baie de San Francisco est un endroit où il fait bon vivre. Du coup la croisade contre Blume, elle ne nous tient pas franchement à cœur, on n'y croit pas trop, tout simplement parce que le Ctos ne semble pas hanter la ville comme il le faisait à Chicago.

Pourtant ce second épisode ne manque pas de qualités et de bonne volonté.
Le monde est franchement réussi, riche et varié, on prend plaisir à l'explorer et y évoluer.
Et Ubisoft évite son traditionnel écueil avec ses mondes ouverts, à savoir le remplissage quasi mécanique de sa carte par des zones avec chacune ses mêmes missions sans inspiration (type AC ou Far Cry). L'ensemble des quêtes secondaires et des activités est astucieusement reparti et proposé au joueurs.

Côté contenu donc, rien à dire, niveau gameplay par contre je tique un peu. Car si Ubi n'a plus empilé les missions pour faire du contenu, il l'a fait avec les possibilités de gameplay pour toucher un public large, gameplay qui repose sur 3 gros morceaux :
- Le hacking, maîtrisé et innovant, enrichi d'options qui apportent beaucoup (drone et voiture téléguidée, voitures piratables, liste de choix d'actions sur les objets, et apprentissage de techniques qui multiplient les approches) et parfaitement adapté au level design. Seul hic, l'impossibilité de cacher les corps qui contraint souvent à multiplier les neutralisations).
- Les gunshots, plutôt sympas, appuyés par un arsenal large et varié, assez nerveux bien que difficiles tant le héros est fragile.
- Et enfin la conduite, toujours peu convaincante, ce qui me paraît cette fois impardonnable. Elle procure peu de sensations, on a le sentiment qu'il ont oublié de modéliser l'inertie des véhicules. On freine sans difficulté et on tourne avec une adhérence à toute épreuve . Sans parler des sons par toujours adaptés aux situations de conduite.

Bref 2 sur 3 pour la réalisation, pris indépendamment. Car la est le gros hic, ces 3 ingrédients ne marchent pas du tout ensemble. Le problème est que l'identité forte du titre, qui opte pour le fun et la légèreté de l'équipe, peine à crédibiliser l'usage de la violence.
On a le sentiment qu'Ubisoft a donné au joueur un arsenal létal pour plaire au plus grand monde (et lorgner sur le succès de GTA V) mais qu'il a construit son jeu, et notamment l'écriture de ses personnages, comme s'il n'était pas là. Du coup, pour compenser l'arsenal offert au joueur, les zones de hacking sont surprotégées, avec parfois des gardes en tenues lourdes qui surveillent un banal entrepôt. Et malgré cette difficulté, l'absence de limitation morale à opter pour la manière forte incite à ne pas toujours s'embêter à jouer l'option infiltration/hacking.

Enfin en ce qui concerne l'aspect graphique, le rendu me paraît moyen. Je ne sais pas si ce n'est que chez moi mais le contraste des couleurs de jour est trop marqué entre les zones exposées au soleil et les zones d'ombres, beaucoup trop noires. La nuit est beaucoup plus sympa à jouer.

En résumé, je dirais qu'Ubisoft à le cul entre 2 chaises. Comme s'il y avait 2 jeux en un, le développeur n'assume pas son gameplay et son identité propre, et cherche donc à faire bonne figure face à GTA en offrant du fun et un max de possibilités de gameplay au joueur dans ce monde ouvert. Mais en même temps il nous offre un jeu qui cherche à garder les points forts du gameplay de la série, et son identité presque cyberpunk. Ce qui aboutit à un grand écart entre l'atmosphère résolument fun et le sérieux de l'univers Watch Dogs, écart qui à mon sens nuit gravement à la cohérence générale. Fait très rare, je me suis arrêté en route, après quelques dizaines d'heures, m'étant rendu compte qu'en dépit de ma persévérance, je ne prenais aucun plaisir à progresser dans le jeu.
Beaucoup d'espoirs néanmoins, on sent la volonté de faire proprement les choses, de construire un univers riche et vivant, et surtout on devine plus de liberté créative dans la construction du monde ouvert.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 310 fois
4 apprécient

DiJayBee a ajouté ce jeu à 1 liste Watch Dogs 2

Autres actions de DiJayBee Watch Dogs 2