Ein schwerfalliges Videospiel

Avis sur Wolfenstein : The New Order sur PC

Avatar zardoz6704
Test publié par le
Version PC

J'avais beaucoup aimé Wolfenstein : Old blood, qui reprenait avec une ambiance de gaudriole la licence Wolfenstein, dont le charme principal consiste à arpenter des couloirs avec une mitrailleuse lourde dans chaque main pour dézinguer des nazis en costume mécha.

Wolfenstein : New Order m'intriguait beaucoup depuis son trailer qui montrait le bombardement nucléaire de Manhattan, et par sa bonne campagne de marketing qui allait jusqu'à créer une fausse maison de disque uchronique reprenant des standards de la pop à la sauce allemande. Je m'attendais donc à un FPS bourrin et décalé permettant de buter du nazi tout en faisant de la satire sociale... Ouch. J'étais loin du compte.

Car le jeu se prend au sérieux : on suit Blazkowic lors d'un assaut désespéré contre la forteresse d'un grand savant nazi, le Boucher, alors que la guerre semble perdue pour les Alliés. L'opération échoue, Blazkowic, gravement handicapé, est recueilli dans un asile d'aliéné. Il se raccroche à une jeune femme déboussolée. Il pense beaucoup à la perte de ses camarades. Il rejoint un commando de rejetés réfugiés dans les égoûts de Berlin.

Le thème de la perte revient sans cesse afin de rendre les nazis haïssables. Les héros ont tous des histoires tristes à pleurer et ne sont plus que le reflet de ce qu'ils étaient auparavant. Dans la deuxième partie, une amorce de riposte se fait jour, en mode génocide inversé.

Et au niveau des décors traversés, ne vous attendez pas à du rigolo : prison, égout, camp de déportés, salles de torture et d'expérimentation... A une exception près, on est dans du lourd, du glauque. Pas une once de satire, hélas.

Et c'est dommage car il y a eu un travail énorme de création artistique pour ce qui est de l'uchronie, et personnellement j'aime beaucoup le dieselpunk. Mais je ne vois pas pourquoi les scénaristes se sont autant dépensés pour justifier psychologiquement, politiquement, philosophiquement le combat contre les nazis. Quand j'achète un Wolfenstein, je veux juste dégommer du nazi, je n'ai pas besoin qu'on me rappelle que le totalitarisme c'est mal. ça rappelle un peu l'acharnement des films DC à faire du sombre pour faire du sombre.

Car le gameplay n'est pas franchement au rendez-vous. Je ne suis pas un grand expert des FPS, mais Wolfenstein : New Order m'a semblé incroyablement lourd et répétitif. Les ennemis ont un DPS élevé et une mobilité qui ne laisse pas le droit à l'erreur, alors que les armes ont un délai de rechargement long et que les arènes ne sont pas vraiment jouissives. On cherche le point le mieux abrité et on canarde à la chaîne des ennemis qui passent par une porte, car le jeu interdit toute autre tactique : le personnage n'est pas assez rapide pour tenter un assaut zigzagant, il se fait très vite sécher. il Par ailleurs la courbe de difficulté est étrange : les missions du début sont plutôt difficiles, puis dans la dernière partie on se surprend à rouler sur les ennemis. Idem, le boss final a une première phase plutôt simple, tandis que le tout dernier combat se fait dans une arène qui semble avoir été créée par Satan : je n'y ai pris aucun plaisir et après une vingtaine de tentatives, j'ai juste baissé le niveau de difficulté, regardé la cinématique de fin (décevante) et désinstallé le jeu. L'infiltration est également déroutante : les ennemis sont parfois du niveau de ceux d'un MGS 3, à fixer les murs d'un air neurasthénique, et d'autre fois c'est très compliqué.

Autre chose : les collectables comprennent des entrées du journal d'une fille, qui détaille des assassinats de nazis de plus en plus gore. Qui a envie de débloquer ce genre de contenu ? Comme le disait une autre critique, on a vraiment l'impression que l'équipe a été tiraillée entre un traitement potache et un traitement sombre, avant de trancher en faveur du second.

C'est dommage, car

j'ai par exemple bien aimé le passage sur la lune, qui reprend le fantasme kitsch d'une conquête spatiale menée par les nazis, ou encore le délire sur des artefacts anciens juifs qui permettent de contrer les nazis. S'il y avait eu davantage de contenu de ce genre, j'aurais pris bien plus de plaisir. Idem, le pont de Gibraltar est je trouve une très belle idée.

On peut sans doute me reprocher de juger le jeu sur ce que je pensais qu'il serait, mais le marketing induisait un peu en erreur. On se retrouve avec un FPS très lourd et sombre, pas si divertissant.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 73 fois
1 apprécie

zardoz6704 a ajouté ce jeu à 1 liste Wolfenstein : The New Order

Autres actions de zardoz6704 Wolfenstein : The New Order