Damned, ça fait du bien.

Avis sur Xenoblade Chronicles sur Wii

Avatar PekJB
Test publié par le
Version Wii

L'exaltation du voyage, l'epicness de la confrontation démesurée... je ne les ai pas perdu de vue pendant plus de 80 heures de jeu sur Xenoblade (et encore je pense pouvoir rajouter 10 à 15h d'annexes non achevés). C'est assez rare pour être souligné, d'autant que derrière sa narration canonique issue de la japanime se trouvent des idées franchement plaisantes. L'univers, déroutant mais vite accrocheur, se révèle porteur de métaphores intéressantes dans le dernier tiers du jeu, et ce malgré certains dialogues un peu trop longuets qui ne font pas toujours avancer le schmilblick et la présence de gavasse de méchants secondaires un peu trop envahissants. Nous sommes toutefois à des années lumières de l'inconsistance et du manque de rythme de Final F. 13 de ce point de vue là, notamment grâce à la riche galerie de personnages "classiques" (on a le droit à la copine d'enfance, la tsundere, le gros dur qu'a rien dans la caboche, la bêbête moche/kawaï, etc...) mais finalement franchement attachants... surement grâce à tout ce qui se passe en dehors des cinématiques. Les personnages gueulent littéralement durant les combats. Ils hurlent terrifiés le nom de leurs copains quand ils sont mal en point, remercient ceux qui prendront le temps de relever les blessés ou encore se vannent pour détendre l'atmosphère une fois la menace écartée. Saluons l'éditeur pour avoir mis a disposition le doublage original sur la galette européenne, tout y gagne en vie et en cohérence artistique... d'autant que le monde est réellement gigantesque et densément peuplé.

Concernant le système de jeu, je suis encore très partagé du fait qu'une fois encore il est impossible de placer ses personnages correctement dans l'environnement afin d'éviter des effets de zones dévastateurs ou encore que l'IA définit parfois étrangement ses priorités dans sa liste d'actions (le système de Gambit de FF 12 manque dans un premier temps puis...). Finalement cette lacune se révèle être l'aspect exaltant du gameplay, puisqu'en plus du système de cooldown et de sorts limités très proche de Guild Wars, le joueur est amené à gérer une jauge de moral dont chacun des trois segments une fois rempli permet effectivement de prendre le contrôle d'un personnage géré par l'IA le temps d'une action (souvent déterminante). Le seul véritable défaut du système réside encore une fois dans le placement puisqu'il faut mouvoir notre PJ jusqu'à l'allié dont on désire la réalisation d'une action spécifique afin d'user de cette jauge de "formation". Pas très pratique, surtout lorsque l'on joue un personnage qui attire un peu trop l'attention des boss. Un système de pause active aurait été à mon sens plus intuitif et satisfaisant pour le joueur mais cela n'empêche pas le jeu d'être généralement bien fichu (à l'exception de quelques rares environnements qui font mumuse avec le pathfinding des streums).

A propos de l'histoire, je ne dirai rien, pas de balise spoil donc. Encore une fois nous avons affaire à quelque chose d'assez canonique (les 40 premières heures de jeu sont très prévisibles) mais qui suit toujours le chemin de l'aventure et du dépaysement pour notre immense plaisir. Les influences à l'écriture sont vraiment multiples et puisent allègrement dans la culture du divertissement occidental (que cela soit littéraire avec Tolkien ou cinématographique avec encore et toujours du Star Wars /donc des références bibliques, cela va de soi/). Le résultat définitif est très satisfaisant de mon point de vue et la conclusion du récit sonne juste dans l'ensemble.

Le dernier (J-RPG) indispensable depuis Lost Odyssey, de mon expérience (très lacunaire, je n'en doute pas).

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1878 fois
22 apprécient

PekJB a ajouté ce jeu à 7 listes Xenoblade Chronicles

Autres actions de PekJB Xenoblade Chronicles