Affaires de famille au pays des yakuzas - Critique JV #17

Avis sur Yakuza 3 sur PlayStation 3

Avatar Nico Vetti
Test publié par le
Version PlayStation 3

Judgment est dans la tourmente au moment ou j'écris les premières lignes de cette critique avec l'affaire Pierre Taki l'un des acteurs prêtant sa voix et son visage à l'un des personnages du jeu, en cause ? Une sombre affaire de drogue. Et dieu seul sait que le Japon ne rigole pas avec ces choses la, malgré tout à défaut d'attendre ledit soft prévu normalement pour cette année on peut se tourner vers le passé et vers l'univers à l'origine même de Judgment : Celui de Yakuza et plus précisément vers son troisième opus qui se voit targué de plus mauvais épisode de la série (malgré une moyenne de 7.2 sur le site et hors spin-off tels que Yakuza Dead Souls) mais l'épisode en question mérite t-il réellement ce titre ? Y a t-il des défauts ici qui sont de trop et qui entachent une série pourtant si bonne jusqu'à maintenant ? Pour répondre à cette question il faudra se plonger une fois de plus dans la peau de Kiryu pour affronter plus que jamais son passé et les conséquences de ses propres actes bien des années après !

D'entre les morts :

Après les événements de Yakuza 2 (sur lequel j'ai écrit une critique il y a de ça quelques temps et que je vous invite à lire : https://www.senscritique.com/jeuvideo/Yakuza_Kiwami_2/critique/136706309) Kiryu se dit qu'il est temps de prendre du recul avec Kamurocho et les événements qui s'y sont déroulés pour partir en direction de Okinawa avec Haruka et de commencer une toute nouvelle vie en devenant directeur d'un orphelinat ce qui est grandement symbolique pour Kiryu qui est lui même un orphelin. Bien entendu comme vous vous en doutez le calme et le bonheur ne vont pas durer car très vite un nouvel ennemi ayant l'apparence de son père adoptif normalement décédé va apparaître et tenter d'éliminer le nouveau dirigeant du clan Tojo ; Daigo Dojima ainsi que d'autres personnes proches de Kiryu le tout sous fond de conspiration politique derrière la construction prochaine d'un complexe touristique et de l'extension d'une base militaire. Alerté par cette nouvelle et curieux de percer le secret de l'identité de ce mystérieux personnage revenu d'entre les morts Kiryu va reprendre du service, mais ce nouvel ennemi ne sera pas seul car au sein même du clan Tojo se cachent des traîtres qui tirent les ficelles en coulisses.

Voila pour le pitch de base de ce nouvel épisode de la licence qui fait peu à peu son bout de chemin et autant dire qu'après un début sur les chapeaux de roues qui nous met clairement l'eau à la bouche on est chaud comme la braise pour continuer et découvrir la suite... Malheureusement ce n'est pas le cas de la team Yakuza qui au lieu de nous faire continuer l'histoire passionnante qu'on nous introduit au tout début décide tout simplement de changer le jeu en "Orphanage simulator" ni plus ni moins et mon dieu que la douche est froide !

J'avais déjà pointé dans mes précédentes critiques sur le jeu un défaut principal reposant sur le rythme de ce dernier qui venait briser parfois des climax avec des activités qui n'ont rien à voir telles que balader Haruka dans la ville ou s'occuper d'un petit chien trouvé dans la rue et bien imaginez maintenant que ce rythme inégale se poursuive durant 5 chapitres ? Pendant environ 5 heures ?

Vous avez alors le principal point noir de ce nouveau Yakuza avec cet orphelinat qui nous prend tout notre temps avec comme seule récompense de nous offrir des histoires de gamins créant certes des liens entre le joueur et chacun des enfants présents dans l'orphelinat mais dénuées de tout intérêt. Toutes les histoires de ses enfants sont lentes et inintéressantes nous poussant même à faire d’innombrables allez-retours pour terminer l'une d'entre elles et commencer une autre histoire tout aussi dénuée d’intérêt, que ce soit dans le fond ou la forme ce passage dans le jeu est inutile et mal pensé et vient briser un rythme qui venait se poser pourtant très haut.
Un très mauvais choix de la part du studio sur ce coup la qui tente de gonfler artificiellement la durée de vie de son soft la ou un seul chapitre pensé différemment aurait largement suffit à créer l'attachement et à mieux connaître les différents enfants de l'orphelinat qui soit dit en passant n'ont pas la moindre importance en dehors si ce n'est celle de Haruka la fille adoptive de Kiryu et encore celle-ci est discutable aussi ! Le tout aurait dû prendre 4 chapitres de moins et nous offrir un jeu certes plus court mais avec un rythme beaucoup mieux pensé.

Heureusement le jeu se rattrape par la suite dès lors que notre cher Kiryu retrouve les rues de Kamurocho et que l'histoire se lance enfin et une fois la machine lancée force est de constater que le soft ne déçoit plus une seule seconde (si ce n'est encore au sein d'un avant dernier chapitre qui une fois de plus n'a pas grand chose à voir avec le climax annoncé du jeu mais on l'excusera car il ne dure qu'une moitié du chapitre ce qui reste plutôt acceptable après 5 très bons chapitres). Dès lors le ton est donné et entre les réglements de comptes entre familles et les conspirations du clan on en a pour notre argent. De nombreuses nouvelles et anciennes familles sont donc au rendez-vous et notamment la famille Ryudo dont Rikiya fait partie, rencontré dans des circonstances peu amicales le jeune yakuza lieutenant de sa famille viendra accompagner Kiryu dans sa quête de la vérité face notamment à de nouveaux ennemis tels que Hamazaki et bien d'autres qui n'attendent qu'une chose : Rendre la monnaie de sa pièce à Kiryu pour des événements passés. Ce nouveau casting de protagonistes comme d'antagonistes vient ajouter une bonne dose de fraicheur et on peut dors et déjà applaudir le charisme et le background de l'antagoniste principal de cet épisode dont je tairais le nom mais qui vient une fois de plus prouver le talent d'écriture des équipes de la team RGG qui met la barre très haute malgré des débuts d'aventure difficiles.

Cependant comme dans les précédents épisodes l'aspect principal de Yakuza n'est pas que son scénario mais aussi ses lieux et ses différentes activités et nouveautés apportées à chaque nouvel épisode de la série et une fois de plus nous ne sommes pas en reste.

Back in town..Ou pas

Alors que les premières minutes du jeu se déroulent au sein de Kamurocho ville iconique de la saga, le retour aux sources sera assez court car après quelques au revoir on se retrouve à Okinawa nouvelle ville de départ de ce Yakuza 3, lieu ou se trouve le Sunflower Orphanage que Kiryu se doit nouvellement de gérer et qui dit nouvel endroit dit nouvelle ville avec son lot de nouveau magasin ainsi que 2 nouvelles activités : Le golf en plein air et la pêche. Même si ces nouvelles activités s'avèrent quelque peu ennuyantes cela n'empêche pas le joueur de prendre un plaisir non contenu à visiter cette nouvelle destination de rêve proche de la mère et ainsi de se familiariser avec ce nouvel environnement qui loin d'être gigantesque est assez vivant et beau. Et si certains se retrouvent à avoir le mal du pays rassurez vous notre cher Kiryu retrouvera notre bonne vieille Kamurocho assez vite après quelques chapitres.

Dès le retour dans la ville emblématique le nombre d'activités grandira, de mon point de vue il est cependant difficile de juger si de nouvelles activités sont apparues depuis le 2 car j'ai eu la chance de le faire sous sa version Kiwami, une version qui est donc grandement améliorée et qui contient l'ensemble des activités amenées depuis lors jusqu'à Yakuza 6 ou presque toutes, du coup je ne peut pas comparer avec la version originale du soft et voir les activités ajoutées dans ce troisième opus.

En revanche ce nouvel épisode ajoute de nouvelles mécaniques de gameplay fortes intéressantes et plutôt fun ! Ainsi on verra l'arrivée des courses poursuites, nouvel élément qui vous permettra de poursuivre un adversaire ou d'échapper à des poursuivants. Le tout est plutôt bien foutu et même si l'animation générale est un peu rigide Yakuza et limitations techniques de l'époque obligent on passe de bons moments à tenter de faire tomber notre cible ou à pousser à bout de forces nos poursuivants. Une idée originale et vraiment cool de la part du studio qui apporte de la nouveauté au sein des différentes actions possibles face aux ennemis potentiels.

Second nouvel élément : Les révélations qui permettent à Kiryu de prendre des photos de personnes à la personnalité originale pour s'en inspirer et développer de nouvelles techniques de combat que celui-ci pourra utiliser à l'avenir. Ces révélations sont des prétextes à des cinématiques bourrées d'humour qui en feront rire plus d'un, celles-ci regroupant tout l'humour bien propre à la team RGG et il serait très triste de passer à côté de celle-ci tant elles sont hilarantes.

Voila pour les deux grandes nouveautés de cet épisode du moins de mon point de vue de joueur des versions Kiwami améliorées. D'ailleurs on notera, censure oblige que le jeu a été amputé de sa partie gestion de club d'hotesses présente au sein des versions Kiwami ainsi que d'un quizz sur le Japon et de quelques autres quêtes annexes supprimées par manque de temps ou pour des raisons de censures. Cependant soyez rassurés car même si le jeu se voit amputé de certaines quêtes il n'en reste pas moins bourré (un peu trop même) d'une tonne de quêtes annexes tantôt mystérieuses, tantôt hilarantes ou tantôt dramatiques qui satisferont tout les types de joueurs de la série. Ainsi il ne sera pas étonnant de devoir échapper à un transsexuel avide de votre corps, de devoir résoudre un meurtre vieux de 7 ans s'étant déroulé au sein d'un café à la manière d'un Sherlock moderne ou enfin de devoir résoudre des légendes urbaines. Bref on est clairement pas en manque face à tout ce contenu qui promet sans soucis une bonne quarantaine d'heures de jeu si tant est que l'on se penche sur toutes les quêtes et activités du jeu. Du très bon boulot encore de la team RGG qui sait une fois de plus gérer le endgame et proposer un contenu riche même au delà du jeu principal grâce aussi à ses nombreuses activités comme le billard, la salle d'arcade, le bowling, les fléchettes, le billard et j'en passe.

Conclusion :

Après 3 opus de très bonnes factures (si on compte le 0 qui se déroule avant le 1) voici que la team Yakuza nous livre un nouveau bijou de qualité certes dans une version non améliorée à la manière d'un Kiwami mais même dans sa version originale le jeu parvient à plaire comme toujours et à captiver le joueur malgré des débuts très difficiles seul gros point noir du soft dû à une mauvaise gestion du rythme, aspect que les développeurs devront mieux maîtriser à l'avenir si ils veulent s'approcher un peu plus de la perfection. Malgré tout on passe un moment magique sur ce nouvel épisode qui montre une fois de plus le talent des équipes pour écrire un scénario digne de ce nom qui nous mettra en haleine jusqu'à une fin qui peut s'avérer un peu abrupte en comparaison des épisodes précédents mais qui remplit son rôle à merveille malgré tout !

De plus, à l'heure ou j'écris ces lignes je suis déjà sur le quatrième opus de la série et c'est avec beaucoup d'espoir que je continu celui-ci en espérant que cette suite sera surpasser encore ce troisième épisode et nous asséner une claque beaucoup plus monumentale. Cependant une chose est sûre la team RGG sait ou elle va avec la série et les fans seront toujours la au rendez vous pour voir la nouvelle tuerie qui sortira du cerveau de ses développeurs que ce soit pour Yakuza ou le futur Judgement attendu pour ma part avec une impatience non contenue et toujours prévu pour juin de cette année !

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 102 fois
3 apprécient

Nico Vetti a ajouté ce jeu vidéo à 1 liste Yakuza 3

Autres actions de Nico Vetti Yakuza 3