1967 - 1982 : le Nouvel Hollywood, aube crépusculaire de la modernité cinématographique

Avatar Lt Schaffer Liste de

239 films

par Lt Schaffer

Il n'y avait que deux "grosses listes" présentes sur Sens Critique retraçant globalement le Nouvel Hollywood, une étant elle-même basée sur une liste Allociné (pour les curieux : http://www.senscritique.com/liste/Nouvel_Hollywood/49311 ) assez contestable et incomplète, et une autre, plus sympa mais encore incomplète ( http://www.senscritique.com/liste/Le_Nouvel_Hollywood/82579 ). Je me permets donc cette liste, plus ou moins exhaustive, que j'espère assez objective dans l'ensemble, malgré quelques ajouts personnels (que j'estime tout de même légitimement appartenir au mouvement en question).

Qu'est-ce que le Nouvel Hollywood ?

Pour faire court (les nombreux livres et articles à ce sujet en diront plus et le diront mieux !) le Nouvel Hollywood est une période de cinéma Américain qui succède à l'effondrement d'Hollywood classique survenu entre la fin des années 50 et le début des années 60. L'assassinat de Kennedy, la guerre du Viêt-Nam, les mouvements de la jeunesse de plus en plus nombreux vont faire naître un courant cinématographique contestataire, basé sur un esprit de liberté : celle des propos, celle des auteurs. Contexte d'autant plus renforcé par l'abolition du code Hays en 1966, qui jusqu'alors régissait plus ou moins drastiquement la production Américaine.

Révolution sexuelle et révolution de la violence sont au sein de la plupart des thématiques du Nouvel Hollywood, héritant de nombreuses influences Européennes, notamment la Nouvelle Vague Française et le néo-réalisme Italien, en plus du classicisme Américain bien évidemment. Dès les années 50, on note des précurseurs du Nouvel Hollywood, des réalisateurs comme Samuel Fuller, Elia Kazan ou Don Siegel (qui s'avèrera être lui-même un pilier du mouvement une fois sa métamorphose achevée). On note ainsi comme auteurs notables, en dehors du bon vieux Don : Sam Peckinpah, Arthur Penn, Peter Bogdanovich, Robert Altman, et j'en passe, et j'en passe (c'est un mouvement formidable). A noter également les grands réalisateurs que nous connaissons aujourd'hui qui ont fait leurs débuts avec des films profondément ancrés dans le Nouvel Hollywood : Steven Spielberg, Martin Scorsese, Francis Ford Coppola, William Friedkin ou encore même ce bon vieux George Lucas.

On estime globalement que le premier film du Nouvel Hollywood est Bonnie & Clyde d'Arthur Penn sorti en 1967, suivi par d'autres comme Le Lauréat ou encore Who's that knocking at my door. Personnellement, je profite de cette liste pour y faire une petite exception et y intégrer La Poursuite Impitoyable d'Arthur Penn, sorti un an plus tôt, que j'estime véritable matrice du Nouvel Hollywood tant tout les paramètres y sont. D'autant plus qu'à nouveau, le film sort la même année que l'abolition du Production Code (ou code Hays).

La fin du Nouvel Hollywood c'est quelque chose de moins défini, d'un auteur à l'autre les raisonnements peuvent différencier. En ce qui me concerne, je la place en 1982 avec notamment La Valse des Pantin. J'ai vu ailleurs que certains y incluaient Scarface, sorti en 1983. C'est envisageable, même si personnellement je le vois comme un héritier, non plus un membre à part entière du mouvement (de la même manière qu'un film comme First Blood par exemple).

De manière générale, on notera une ambiguïté dans le mouvement dès Les Dents de la Mer en 1975, quand les studios (et notamment la Fox par Zanuck) ont trouvé le moyen de marier une partie de l'esprit du Nouvel Hollywood à la logique du cinéma de studios qui régnait autrefois. C'est surtout Star Wars qui confirme la lancée (provoquant au passage le bide intersidéral du Convoi de la Peur), avec que le mouvement ne soit définitivement en péril des suites de l'échec commercial limite biblique de La Porte du Paradis de Michael Cimino (qui verra United Artists faire faillite, ça fait bien sur le CV). J'estime néanmoins que ces films un peu ambigus (Star Wars, Rencontres du Troisième Type...) font tout de même parti du mouvement, car fruits d'auteurs indépendants, libre de mettre en place leur volonté avec un esprit relativement jeune.

Évidemment, tous les commentaires sont les bienvenus, pour rebondir sur cette liste aussi bien que sur la définition du Nouvel Hollywood (je pense qu'à l'occasion, j'étofferais un peu mes petits paragraphes au-dessus, là c'est juste histoire de commencer la liste).

Attention ! L'année des films présente sur Sens Critique (du moins, la plupart du temps) ne correspond pas à la véritable année du film, ils prennent presque tout le temps en compte la date de sortie Française, ce qui créé un décalage par rapport à la réelle chronologie des films.

Faites de bonnes découvertes !

Bouquins intéressants : Le Nouvel Hollywood (Peter Biskind), 26 secondes ou l'Amérique éclaboussée (Jean-Baptiste Thoret), Hollywood moderne : le temps des voyants (Pierre Berthomieu)

Documentaires intéressants : Une décennie sous influence (Ted Demme/Richard LaGravanese)

Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Note globale
  • Ordre alphabétique
  • Date de sortie
  • Notes de mes éclaireurs
  • Note de l'auteur de la liste
  • Derniers ajouts