Acteur omniprésent du cinema Hong Kongais ::: Simon Yam !

Avatar el-thedeath Liste de

227 films

par el-thedeath

Liste sur Suet Lam ::: http://www.senscritique.com/liste/Suet_Lam_L_acteur_omnipresent_du_cinema_Hong_Kongais/288714
Liste sur Anthony Wong ::: http://www.senscritique.com/liste/Acteur_omnipresent_du_cinema_Hong_Kongais_Anthony_Wong_Chau/453960

Toujours tiré à quatre épingles avec des coiffures impeccables, Simon Yam est un des acteurs emblématiques du cinéma de Hong Kong. Un statut qu’il doit à son impressionnante versatilité (il passe d’un film artistique à un nanar honteux en un tour de main) et productivité (plus de 100 films à son actif). D’une certaine façon, on peut le considérer comme une version fashion d’Anthony Wong !

Simon est né à Hong Kong en 1954 (certaines sources contradictoires parlent du 19 mars 1955). Son père, un ancien chef de la police, meurt alors qu’il a 11 ans. Cela n’empêchera pas le jeune garçon d’obtenir de bons résultats durant sa scolarité et de s’essayer à diverses disciplines artistiques dont le théâtre. Afin d’aider sa famille et de se faire un peu d’argent de poche, il commence à l’age de 16 ans à travailler en tant que mannequin et apparaît dans quelques publicités. A 20 ans, il entre dans le cours de formation d’acteur de la T.V.B et devient vite un régulier des séries locales, commençant sa carrière avec CID. Sous contrat jusqu’en 1988, il se construira lentement une solide popularité auprès du public.

Limité par ses obligations envers la T.V.B, Simon ne peut pas s’investir dans le cinéma. Il ne participe qu’à une poignée de films (Law Don, He Lives By Night, le drame érotique House Of The Lute…) et ne peut que voir son ami Chow Yun Fat (avec lequel il apprenait le métier à la T.V.B) devenir une super star avant lui. Pourtant, même durant cette période, Yam tente des aventures ambitieuses comme le prouve sa participation à Tongs : A Chinatown Story, tourné en partie à New York. A partir du moment où il est libéré de son contrat avec le chaîne de TV numéro un de HK, l’acteur se lâche et enchaîne les tournages à un rythme ultra soutenu, se spécialisant dans les films de gangsters (cette intense participation au genre lui vaudront des rumeurs, infondés, d’appartenance aux triades). Evidemment, la qualité des œuvres est on ne peut plus variable. Parmi les meilleurs, on peut citer Burning Ambition et Tiger Cage (excellent rôle de méchant). Mais à coté de ces petites réussites, il se commet dans des films aussi discutables que Bloodfight (le Bloodsport du pauvre !) ou Live Hard.

C’est avec les années 90 que Simon Yam va enfin obtenir la gloire à laquelle il aspire et devenir à son tour une star majeure du cinéma de Hong Kong. La première pierre posée à cet édifice vient de sa participation à Bullet In The Head de John Woo. Son rôle de mercenaire tout en classe marqua les esprits, même si le film sera loin du succès escompté. La réussite commerciale viendra elle avec la série de films consacrée aux gigolos. Bien sûr, c’est Simon qui interprète ce type de personnage où il peut déployer largement son goût pour les beaux vêtements et ses attitudes fashion. Si l’on peut douter de l’intérêt artistique de ces films (Hong Kong Gigolo, Gigolo And Whore…), leur succès confirmera le statut de sex symbole de l’ancien mannequin.

Devenu un acteur majeur, Simon n’en ralentira pas pour autant son rythme de tournage. Encore plus surprenant, au lieu de choisir des films artistiques, il se décide à oeuvrer dans la catégorie 3 et se fait une spécialité des rôles de psychopathes ou de dérangés. Ainsi, dans Full Contact, il joue un gangster gay psychotique adepte de la magie, une sacrée combinaison ! D’autres titres considérés comme des classiques du genre où Simon a officié : Naked Killer (un policier qui vomit à chaque fois qu’il voit une arme), Run And Kill (un ancien soldat assoiffé de sang) et surtout Dr. Lamb (un ancien chauffeur de taxi nécrophile). Loin de l’image de taré violent que peut donner ses rôles, Simon est connu comme un vrai gentleman dans le métier, ne cherchant jamais à abuser de sa partenaire lors des scènes érotiques.

Quand il ne travaille pas dans ce registre, l’acteur retourne à ses premières amours, les polars et autres films de triades (dont certains, comme Casino, financés plus ou moins directement par le milieu). Ce type de film est d’ailleurs une constante de sa carrière, la colonne vertébrale de sa filmographie et encore aujourd’hui, en 2004, Simon joue les flics ou les gangsters régulièrement. Dans ce contexte, isoler ses meilleurs travaux dans le genre n’est pas aisé. Citons tout de même quelques titres : Police Confidential (un flic alccolique), Man Wanted (un policier infiltré à la loyauté brouillée), The First Shot (un des hommes de l’I.C.A.C), The Tragic Fantasy - Tiger Of Wanchai (biographie romancée d’un véritable membre des triades), To Be N° 1 (pour lequel il obtint une nomination de meilleur acteur aux HK Awards) ou Juliet In Love (un parrain du milieu qui lui valut une autre nomination de meilleur acteur). Yam est aussi devenu un régulier des polars de Johnnie To, de Expect The Unexpected à PTU (encore une nomination au prix du meilleur acteur pour son interprétation).

Ses nombreux succès ne pouvaient laisser Hollywood indifférent et, en 1997, on lui propose de participer à The Replacement Killers aux cotés de son ami/rival Chow Yun Fat. Peut être à cause de son anglais maladroit, Simon refuse. Il aura une nouvelle fois sa chance en 2002 avec Tomb Raider 2 où il est un des principaux adversaires de Lara Croft. La faible qualité du film et son succès commercial réduit ne semblent pas lui permettre de se lancer dans une grande carrière aux USA pour le moment. On ne s’en plaindra pas…

Malgré son impressionnante productivité en tant qu’acteur, Yam a également d’autres activités. Régulièrement célébré dans les magasines comme étant un des hommes les plus élégants (un anti Aaron Kwok en somme) et sexy du monde du divertissement Hong Kongais, le brave Simon a pris en charge le design de vêtements, d’accessoires (des lunettes de soleil) et même d’intérieur d’appartements. En plus de cela, c’est un businessman à temps partiel avec des intérêts dans l’immobilier et… des compagnies de mode (quelle surprise !). Comme si ça ne suffisait pas, Simon s’occupe aussi de projets caritatifs en Chine (construction d’écoles et actions de protection de la nature) et en Thaïlande (aide à des enfants après avoir vu la pauvreté locale au moment du tournage de Full Contact). Et quand il trouve un peu de temps libre dans ce planning surchargé, l’acteur sex symbol aime à s’adonner au Golf, à la photographie (il a publié un livre de ses travaux) et s’occuper de son épouse, le mannequin Qi Qi avec laquelle il s’est marié en 1997.

Source biographie ::: Hong Kong Cinemagic

Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Date de sortie
  • Derniers ajouts
  • Note de l'auteur de la liste
  • Notes de mes éclaireurs
  • Note globale
  • Ordre alphabétique
  • Popularité
Croissant
  • Croissant
  • Décroissant