Vivez toutes les émotions du cinéma avec Orange

Albiche à la découverte du cinéma asiatique

Avatar Albiche Liste de

45 films

par Albiche

Ici seront listés et annotés (dans la mesure du possible) tous les films asiatiques que je vois. J'ai en effet décider de me plonger dans la découverte de ce cinéma merveilleux après avoir eu un déclic en visionnant Okja puis Old Boy, qui m'ont fait prendre conscience qu'il n'y a pas que le cinéma américain dans la vie et qu'il serait dommage de passer à côté d'un pan entier du cinéma qui lui aussi regorge de nombreux trésors insoupçonnés.
Le cinéma asiatique m'est pour l'instant quasiment inconnu (hors Miyazaki), je vais donc essayer de remédier à ça au travers de cette liste et espère vous en faire profiter et vous donner envie de regarder des films venant d'Extrême-Orient.

N'hésitez pas à me faire des recommandations !

Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Note globale
  • Ordre alphabétique
  • Date de sortie
  • Notes de mes éclaireurs
  • Note de l'auteur de la liste
  • Derniers ajouts
  • 1
  • 2
  • Bande-annonce

    Okja (2017)

    2 h. Sortie : . Action, aventure et drame.

    Film de Bong Joon-ho avec Ahn Seo-Hyun, Tilda Swinton, Jake Gyllenhaal

    Un mélange des genres qui relève du génie, un message et une morale forte qui n'épargnent ni l'industrie de la viande, ni les vegans mais surtout un divertissement ultra-efficace porté par une réalisation et une photographie sublime, un jeu d'acteurs époustouflant (mention spéciale à Jake Gylenhaal mais tout le casting excelle) et un scénario plutôt imprévisible, qui s'assombrit vers la fin. Avoir Netflix et passer à côté de ce film serait une grave erreur.
  • Bande-annonce

    2046 (2004)

    2 h 09 min. Sortie : . Drame, fantastique, romance et science-fiction.

    Film de Wong Kar-Wai avec Tony Leung Chiu-Wai, Zhang Ziyi, Faye Wong

    J'étais emballé par les excellentes notes de mes éclaireurs mais j'ai très vite déchanté. Je n'ai jamais vraiment réussi à rentrer dans le film et me suis vraiment ennuyé tout du long, et ce, malgré de très bons acteurs et une réalisation soignée.
  • Bande-annonce

    Old Boy (2003)

    Oldeuboi

    2 h. Sortie : . Drame et thriller.

    Film de Park Chan-wook avec Choi Min-Sik, Yoo Ji-Tae, Kang Hye-Jung

    Quel film ! Une claque immense dans ma gueule. Pourquoi ai-je attendu si longtemps pour le voir alors qu'il était dans mes tablettes depuis quelques années (et disponible sur Netflix) ? J'ai tout aimé dans ce film : la musique m'a particulièrement marqué, je la trouve très bien choisie, mais c'est surtout la réalisation et le scénario qui sortent du lot, avec de très beaux plans (en particulier ce travelling filmant un long combat du héros seul contre tous) et ce twist final qui retourne le cerveau. Un chef d'oeuvre.
  • Bande-annonce

    Memories of Murder (2003)

    Salinui Chueok

    2 h 10 min. Sortie : . Policier et drame.

    Film de Bong Joon-ho avec Song Kang-ho, Kim Sang-Kyung, Kim Roe-Ha

    Un superbe film policier, sûrement l'un des meilleurs que j'ai vus. Bong Joon Ho nous montre encore une fois à quel point il maîtrise à merveille le mélange des genres en nous gratifiant d'une première heure très légère, avec un humour particulièrement présent (je pense notamment aux dialogues entre les flics et à la scène très courte du karaoké), alors que le film traite d'un sujet très sombre. La gravité reprend peu à peu le dessus et c'est très bien mené, l'enquête est vraiment passionnante de bout en bout. Le film nous happe si bien qu'on a hâte de connaître le dénouement, que j'ai beaucoup aimé.
  • Bande-annonce

    Mother (2009)

    Madeo

    2 h 08 min. Sortie : . Policier, drame et thriller.

    Film de Bong Joon-ho avec Kim Hye-ja, Won Bin, Jin Goo

    Bong Joon-ho est vraiment un réalisateur brillant. Troisième film de lui que je vois et troisième fois que je suis conquis. En l'occurence, il signe un métrage très poignant. Il filme à merveille l'amour et le dévouement de cette mère pour son fils, qui refuse de croire à sa culpabilité et qui va tout faire pour le défendre, connaître la vérité et dénicher le vrai coupable, au point d'en perdre la raison. Chapeau bas à la photographie, encore plus réussie que dans Memories of Murder, avec des plans magnifiques comme ceux filmant la mère dans les champs de blé (les paysages de Corée sont sublimes). Le scénario est haletant, avec des rebondissements inattendus et bien trouvés : un peu comme dans Memories of Murder, on n'attend qu'une chose, c'est de savoir qui est coupable. Même si une certaine facilité scénaristique nous mène à la conclusion, on retiendra volontiers le premier et le dernier plan du film, qui se rejoignent et sont une merveille.
  • Bande-annonce

    Joint Security Area (2000)

    Gongdonggyeongbiguyeok JSA

    1 h 50 min. Sortie : . Drame et thriller.

    Film de Park Chan-wook avec Lee Byung-hun, Song Kang-ho, Shin Ha-Kyun

    Séances de cinéma (2 salles)
    Film recommandé par mes éclaireurs, et j'ai pas été déçu ! A mi-chemin entre le film policier et le film de guerre, JSA est avant tout une superbe histoire d'amitié, entre 4 soldats, 2 sud-coréens et 2 nord-coréens, qui va certes prendre une tournure dramatique, mais qui nous montre surtout qu'absolument rien ne sépare ces gens là et que la partition du pays est absurde. Le film est utile pour nous, Occidentaux, car il nous dépeint parfaitement ce qu'est la réalité de la vie à la frontière coréenne, et ce qu'est le quotidien des soldats qui y travaillent. On a beau savoir que les deux pays sont toujours en conflit car ils n'ont pas signé de traité de paix, on ignore souvent à quel point l'équilibre tient à un fil et ce qui se passe réellement chaque jour là-bas, et en ça le film est une piqûre de rappel très utile. Mais au-delà de ça, j'ai adoré son scénario haletant et sa fin en apothéose. J'augmenterai sûrement la note au second visionnage, car il y a des petites choses que je n'avais pas saisies tout de suite.
  • Bande-annonce

    J'ai rencontré le diable (2010)

    Akmareul Boattda

    2 h 21 min. Sortie : . Policier, drame, thriller et Épouvante-horreur.

    Film de Kim Jee-Woon avec Lee Byung-hun, Choi Min-Sik, Jeon Kuk-Hwan

    Je spoile un peu dans le commentaire.

    J'attends toujours de voir un film coréen qui ne me plait pas ! En l'occurrence, il s'agit du film le plus violent que je regarde depuis Only God Forgives. Ca commençait donc à dater. Mais là c'est carrément du niveau de Saw. Dans J'ai rencontré le diable, les acteurs sont absolument fantastiques, en premier lieu celui qui campe le tueur en série, tellement terrifiant et sadique. On prend un malin plaisir à voir le héros se venger et le faire souffrir un maximum. Le métrage et très divertissant et jouissif, voire cathartique. A regarder si vous avez passé une mauvaise journée, que vous voulez vous défouler et que vous n'avez pas de punching-ball à votre disposition. Du très lourd !
  • Bande-annonce

    A Bittersweet Life (2005)

    Dalkomhan Insaeng

    2 h. Sortie : . Action, drame et gangster.

    Film de Kim Jee-Woon avec Lee Byung-hun, Kim Young-Chul, Shin Min-A

    Si jamais vous êtes en école de cinéma, faites un mémoire sur la vengeance dans le cinéma coréen, il y a vraiment de quoi dire, je vous assure. A bittersweet life est plutôt poussif au début et ne devient intéressant et totalement jouissif qu'à partir de sa deuxième moitié, à partir du moment où le héros cherche à se venger. J'ai été particulièrement sensible à sa bande-son et à son côté Kill Bill (avec des guns). Les scènes d'action sont très violentes (avec un final qui illustre cela parfaitement). Le film m'a tout de même moins marqué que I saw the devil du même réalisateur, bien que son scénario soit légèrement plus recherché.
  • Bande-annonce

    Snowpiercer, le Transperceneige (2013)

    Seolgungnyeolcha

    2 h 06 min. Sortie : . Action, drame et science-fiction.

    Film de Bong Joon-ho avec Chris Evans, Song Kang-ho, Tilda Swinton

    Séances de cinéma (1 salle)
    Wow, alors là je comprends pas cette moyenne pourrie sérieux ! Ce film est fantastique. Mieux, il se bonifie au fil des minutes pour se terminer en apothéose. La dernière demi-heure du métrage m'a vraiment marqué. J'étais parti pour mettre 7 pendant une bonne partie du visionnage et la fin parfaite m'oblige à rajouter des points. Snowpiercer est avant tout un modèle de mise en scène, et même si le thème des classes sociales est plutôt rabâché dans la SF, le scénario tient plus que la route et nous maintient en haleine. On peut même considérer qu'il y a un twist final et Dieu sait que j'adore ça. Les acteurs sont vraiment excellents, Tilda Swinton en particulier (et comme toujours) même si on la voit peu.
  • Bande-annonce

    The Chaser (2008)

    Chugyeogja

    2 h 03 min. Sortie : . Thriller et policier.

    Film de Na Hong-jin avec Kim Yun-Seok, Ha Jung-Woo, Seo Young-Hee

    Un bon thriller mais qui m'a moins marqué que mes précédentes découvertes coréennes. Malgré un message intéressant sur l'incompétence des autorités, un héros non manichéen et une bonne maîtrise de la tension, il m'a moins transcendé que les autres films de la nouvelle vague coréenne, et je l'oublierai peut-être plus facilement. Néanmoins, mettre 7,5 au moins bon film coréen que j'ai vu prouve tout l'attachement que j'ai à ce cinéma.
  • Bande-annonce

    The Host (2006)

    Gwoemul

    1 h 59 min. Sortie : . Action, Épouvante-horreur et science-fiction.

    Film de Bong Joon-ho avec Song Kang-ho, Byun Hee-Bong, Park Hae-Il

    Séances de cinéma (1 salle)
    Avec un postulat de base très simple, Bong Joon-ho arrive à en faire une histoire intéressante. Le point fort du film, c'est cette famille avec ses personnages haut en couleur, qui m'a fait penser à la famille de Little Miss Sunshine, dans un tout autre registre. Entre le diplômé au chômage, le père immature et narcoleptique, la championne de tir à l'arc ratée et le grand-père affectueux, ils ont tous chacun à leur manière quelque chose d'attachant. Le scénario est également assez imprévisible (sauf la fin) et prend parfois des tournures inattendues. C'est une oeuvre originale pour un film de monstre, avec un humour assez présent malgré le fait qu'on pourrait classer le film dans l'horreur. Malheureusement, il n'arrive pas toujours à échapper aux clichés du genre et à se hisser au niveau des autres films du réalisateur.
  • Bande-annonce

    The Raid (2012)

    The Raid : Redemption

    1 h 41 min. Sortie : . Action, policier et arts martiaux.

    Film de Gareth Evans avec Iko Uwais, Joe Taslim, Donny Alamsyah

    On me l'a vendu comme le meilleur film d'action de tous les temps, j'ai donc été un peu déçu même si j'ai beaucoup apprécié. Je trouve déjà la mise en scène de Gareth Evans beaucoup trop académique alors que c'était le genre de film qui se prêtait bien à l'emploi de plans-séquences et à un montage moins cutté. On m'avait aussi dit que c'était un film où on n'a aucun répit et où on respire à peine. En réalité il n'est pas si intense que ça et il y a pas mal de moments d'arrêt de l'action. J'ai trouvé Dunkerque beaucoup plus irrespirable par exemple, même si il y a moins d'action. Déception également sur la bande originale, totalement oubliable alors que je m'attendais à un truc vraiment stylé comme c'est Mike Shinoda de Linkin Park qui l'a faite. Après attention, j'insiste sur les défauts mais j'ai quand même bien aimé, les chorégraphies des combats sont vraiment stylées, rien à dire là dessus, et l'idée de base est excellente. J'ai vraiment été pris dans le truc jusqu'au bout. En plus c'est pas que de la baston, il y a quand même un vrai scénario même s'il n'est pas très complexe. Donc vraiment un bon film, mais on me l'avait survendu.
  • Bande-annonce

    Perfect Blue (1998)

    Pāfekuto Burū

    1 h 21 min. Sortie : . Animation, Épouvante-horreur et thriller.

    Long-métrage d'animation de Satoshi Kon avec Junko Iwao, Rica Matsumoto, Shinpachi Tsuji

    Mes éclaireurs m'avaient prévenu qu'il s'agissait d'un chef d'oeuvre, et c'est bien le cas. J'adore ce genre de films où la frontière entre réalité et fiction est floue, au point d'embrouiller le spectateur jusqu'à la limite de la compréhension. Ici, c'est fait avec brio, avec cette montée de la tension et des illusions crescendo, et la présence d'un twist final est toujours quelque chose d'agréable. Le rythme est très bien géré, il n'y a aucun temps mort et les scènes sont de plus en plus insoutenables, mais ça sert parfaitement le propos du film. Vraiment un grand film d'animation japonais, alors que ce n'est pas du tout mon genre de prédilection habituellement. Il faut que je voie Paprika maintenant.
  • Bande-annonce

    Paprika (2006)

    Papurika

    1 h 30 min. Sortie : . Animation, science-fiction et thriller.

    Long-métrage d'animation de Satoshi Kon avec Megumi Hayashibara, Tōru Furuya, Kōichi Yamadera

    Satoshi Kon est donc bel et bien un génie. Ce film m'a moins plu que Perfect Blue car je trouve le sujet de la schizophrénie encore plus intéressant à représenter au cinéma que celui des rêves. J'ai tout de même adoré Paprika, qui est assez complexe et qui montre surtout que Christopher Nolan n'a rien inventé avec Inception. L'esthétique du film est vraiment magnifique, peut-être encore plus belle que celle de Perfect Blue. La bande-son est très bonne également, et notamment la chanson qui accompagne la parade. C'est peut-être une ineptie de dire ça mais le cinéma de Satoshi Kon me parle plus que celui de Miyazaki car il aborde des thématiques plus adultes, et il m'a vraiment réconcilié avec l'animation japonaise.
  • Bande-annonce

    Millennium Actress (2002)

    Sennen joyû

    1 h 27 min. Sortie : . Animation, drame, fantastique et romance.

    Long-métrage d'animation de Satoshi Kon avec Miyoko Shôji, Mami Koyama, Fumiko Orikasa

    Un film qui raconte une histoire peut-être plus classique que les deux autres métrages de Satoshi Kon que j'ai vus, à savoir la quête d'une actrice pour retrouver l'homme qu'elle a jadis aimé, mais encore une fois, le réalisateur mêle des éléments de fiction à la réalité, et le fait avec brio. Une histoire très touchante, qui a le mérite de nous faire voyager à travers l'histoire du Japon, et de nous proposer de très belles animations. Un sans-faute de Kon jusqu'à présent chez moi.
  • Bande-annonce

    Mademoiselle (2016)

    Ah-ga-ssi

    2 h 24 min. Sortie : . Drame, thriller, romance et Érotique.

    Film de Park Chan-wook avec Kim Min-Hee, Kim Tae-Ri, Ha Jung-Woo

    Quel beau film, très touchant. Les deux actrices principales sont superbes, tout comme l'esthétique du film, très réussie (sûrement le film le plus abouti de Park Chan Wook à ce niveau là). Quelques petites longueurs m'empêchent de mettre plus, mais ce film m'a transporté.
  • Bande-annonce

    Sympathy for Mr. Vengeance (2002)

    Boksuneun Naui Geot

    2 h. Sortie : . Drame et policier.

    Film de Park Chan-wook avec Song Kang-ho, Shin Ha-Kyun, Bae Doo-Na

    Park Chan Wook me décevra-t-il un jour ? Il y avait des risques que j'adhère moins à celui-ci tant ce film est étrangement peu rythmé, avec une caméra qui se pose, filme de longs plans et accorde peu de place aux dialogues, qui sont réduits au strict minimum, tout comme la musique est quasi-absente. Le début du film peut paraître long et il ne se passe pas grand chose pendant la première partie. Mais par la suite, le mécanisme implacable de la vengeance se met en place, et on constate l'absurdité d'un tel engrenage qui conduit à une mort certaine. Comme d'habitude avec Park Chan Wook, la violence est crue et la torture est de mise. Je ne me suis pas ennuyé une seule seconde et les 2 heures du métrage passent très vite alors qu'on assiste à la longue descente aux enfers des protagonistes. Une grande réussite.
  • Bande-annonce

    Lady Vengeance (2005)

    Chinjeolhan Geumjassi

    1 h 55 min. Sortie : . Thriller.

    Film de Park Chan-wook et Seok Min-Woo avec Lee Young-ae, Choi Min-Sik, Kwon Ye-Young

    Voilà, j'ai désormais vu la trilogie de la vengeance en entier. Si Sympathy for Mr Vengeance et Lady Vengeance traitent du même thème, ils sont quand même très différents aussi bien dans la forme que dans le fond, et je leur accorde la même note car je ne saurais les départager. Lady Vengeance m'a beaucoup fait penser à J'ai rencontré le diable, un autre excellent film coréen, dans le sens où l'auteur des crimes sert de défouloir à la famille des victimes dans les deux métrages. Le problème, c'est que J'ai rencontré le diable était volontairement ultra-excessif et hyper violent, là où Lady Vengeance à côté parait bien plus sage et mesuré. C'est ce qui m'a fait préférer J'ai rencontré le diable à celui-ci. Néanmoins, j'ai beaucoup aimé ce film, qui en plus est doté d'une bande originale vraiment belle, ce qui est souvent le cas dans les films de Park Chan Wook. Une certaine poésie se dégage du métrage, notamment lors de la dernière scène, assez émouvante. Et puis l'actrice principale est vraiment canon. :D
  • Bande-annonce

    New World (2013)

    Sinsegye

    2 h 14 min. Sortie : . Action, policier, drame et thriller.

    Film de Park Hoon-Jung avec Lee Jung-Jae, Choi Min-Sik, Hwang Jung-Min

    Exceptionnel ! Ce film est un vrai bijou. Il est porté par un quatuor d'acteurs ultra-charismatiques et d'un scénario intelligent, qui explore le thème classique du flic infiltré dans la mafia. Ce n'est pas très original mais le déroulé du film l'est et donne lieu à des scènes d'action vraiment cultes, notamment celle de l'ascenseur. Merci à Matt pour la reco. :)
  • Bande-annonce

    Infernal Affairs (2002)

    Mou gaan dou

    1 h 37 min. Sortie : . Drame, thriller et policier.

    Film de Andrew Lau et Alan Mak avec Andy Lau, Tony Leung Chiu-Wai, Anthony Wong Chau-Sang

    Un bon film mais je lui préfère les Infiltrés. Je trouve que la réalisation de ce film fait un peu datée (notamment les flashbacks) et il est un peu trop court, ce qui fait qu'on obtient une fin rushée sans grandes émotions alors qu'il y avait du potentiel. Ca reste tout de même vraiment sympa, le scénario est béton et les acteurs font le taf. Dommage que les personnages féminins ne servent à rien.
  • Bande-annonce

    Why Don't You Play in Hell? (2013)

    Jigoku de naze warui

    2 h 06 min. Sortie : . Action, comédie et drame.

    Film de Sion Sono avec Jun Kunimura, Fumi Nikaidô, Shin'ichi Tsutsumi

    Wow, hésitation avec le 9. En voilà un film totalement barré et déjanté ! Mêler deux thèmes très différents, à savoir le cinéma et les guerres de clans entre yakuzas est une idée très originale et qui marche du tonnerre. La fin est complètement folle et sanglante, un grand n'importe nawak qui ferait passer Tarantino pour un enfant de choeur. D'ailleurs je trouve que ce film a des similitudes avec les oeuvres du cinéaste américain, c'est donc logique que je le valide totalement. Ce film a tout pour diviser et je comprends qu'on puisse ne pas adhérer tant il est surprenant, mais ça a parfaitement fonctionné avec moi. C'était mon premier Sion Sono mais sûrement pas le dernier.
  • Bande-annonce

    The Man from Nowhere (2010)

    Ajeossi

    1 h 59 min. Sortie : . Action, policier et thriller.

    Film de Lee Jeong-Beom avec Won Bin, Kim Sae-Ron, Kim Tae-Hoon

    Un des moins bons coréens que j'ai vus, si ce n'est le moins bon (et il obtient la note de 6, rendez-vous un peu compte de la qualité de ce cinéma). Le film est très sympathique, j'ai passé un bon moment, mais je le considère comme anecdotique comparé à tous les autres films du pays que j'ai vus. La trame est ultra-classique et à part les scènes d'action bien sympathiques à regarder, il n'y a pas grand chose à retenir du métrage (à l'image de sa bande son). La dernière demi-heure rattrape un peu tout ça et le dernier plan est chargé en émotions.
  • Bande-annonce

    A Dirty Carnival (2006)

    Biyeolhan Geori

    2 h 21 min. Sortie : . Drame et gangster.

    Film de Yu Ha avec Zo In-Sung, Namgung Min, Cheon Ho-Jin

    Un film de mafia à la trame plutôt classique et sans grande surprise mais très plaisant à suivre malgré sa longueur. Avec Old and Wise d'Alan Parsons Project pour conclure s'il vous plait !
  • Bande-annonce

    Kids Return (1996)

    Kizzu ritân

    1 h 47 min. Sortie : . Policier, drame et sport.

    Film de Takeshi Kitano avec Ken Kaneko (1), Masanobu Ando, Leo Morimoto

    C'était très sympa, je trouve tout de même la moyenne un peu haute pour un film qui ne me marquera pas durablement. Le film nous présente une bien belle amitié entre deux personnages très attachants qui vont essayer de s'élever, l'un par le sport, l'autre dans la mafia, mais qui vont être confrontés à la dure réalité. Un film qui me donne envie de voir les autres longs-métrages du réalisateur.
  • Bande-annonce

    The Murderer (2010)

    Hwanghae

    2 h 20 min. Sortie : . Thriller.

    Film de Na Hong-jin avec Ha Jung-Woo, Kim Yun-Seok, Cho Seong-Ha

    Un bon film mais décidément je n'arrive pas à retrouver les claques que je me suis prises avec d'autres films coréens, à croire que j'ai vu tous les meilleurs. The Murderer part sur des bases assez lentes mais très vite le rythme s'emballe et on a droit à des scènes d'action durant lesquelles le héros fait preuve d'une force incroyable, ça nous a fait bien marrer avec Matt. L'acteur principal est excellent, mais encore une fois il manque quelque chose pour que ce film atteigne des sommets.
  • Bande-annonce

    Psychokinesis (2018)

    Yeomryuk

    1 h 41 min. Sortie : . Fantastique et comédie.

    Film de Yeon Sang-Ho avec Ryoo Seung-Ryong, Shim Eun-Kyung, Park Jung-Min

    Un film qui verse un peu trop dans la surenchère, surtout vers la fin, au point de lui donner des allures de nanar mais à la réalisation impeccable et qui se laisse regarder sans mal. La bande originale est par contre catastrophique.
  • Bande-annonce

    A Taxi Driver (2017)

    Taeksi Woonjunsa

    2 h 17 min. Sortie : . Drame.

    Film de Jang Hun avec Song Kang-ho, Thomas Kretschmann, Yu Hae-Jin

    Je savais que ce film me plairait avant de le voir tant sa réputation le précédait et connaissant l'amour que je porte au cinéma coréen. C'est bien le cas, tant ce film est excellent à bien des égards. Il met tout d'abord en lumière une période de l'histoire de la Corée du Sud que je ne connaissais pas, et montre très bien la dureté du régime avant que le pays ne devienne la démocratie que l'on connait tous aujourd'hui. En cela, je trouve le film essentiel dans le sens où il montre des événements graves dont certainement beaucoup d'Occidentaux ignorent l'existence, à savoir les émeutes qui ont eu lieu dans certaines villes au moment du mouvement de démocratisation du pays, et la violence dont ont fait preuve les autorités à l'encontre de la population.

    Le film démarre sur un ton très léger et nous présente un chauffeur de taxi haut en couleur et immédiatement attachant, notamment de par sa relation avec sa fille. Mais très vite on comprend que la gravité sera de mise dans le métrage, et je ne pensais pas voir des images aussi dures finalement. La relation entre le chauffeur et le journaliste allemand est très intéressante et très touchante, notamment à la fin.
    Même si le film est un peu manichéen en présentant le gouvernement coréen comme le grand méchant et les héros comme des sauveurs de la démocratie en voulant absolument dévoiler au monde entier le drame qui se déroule sous leurs yeux, j'ai totalement adhéré au message et classe le film déjà parmi mes coréens préférés.
  • Bande-annonce

    Battleship Island (2018)

    Goonhamdo

    2 h 12 min. Sortie : . Action, drame, historique et guerre.

    Film de Ryoo Seung-wan avec Hwang Jung-Min, So Ji-Sub, Song Joong-Ki

    Quel regret de ne pas avoir pu découvrir ce film en salle ! Mais bon, tant que les distributeurs seront aussi frileux... Dommage parce que c'est un film grandiose, spectaculaire, épique qui mérite de nombreux superlatifs.
    Déjà la réalisation est absolument virtuose, les scènes d'action sont vraiment bien filmées et la caméra reflète parfaitement l'horreur qu'ont vécu ces prisonniers de guerre. Les effets spéciaux sont très réussis par ailleurs et contribuent à l'immersion au sein de cette horreur. J'ai adoré la performance de l'acteur principal, brillant dans son rôle et très touchant dans sa relation avec sa fille. La légèreté du début, caractéristique du mélange des genres coréen, est vite remplacée par des images très dures et une fin épique et très triste qui restera longtemps dans ma mémoire.
    Et puis un film qui contient "Ecstasy of Gold" d'Ennio Morricone dans sa bande originale ne peut pas être foncièrement mauvais.
  • Bande-annonce

    Tel père, tel fils (2013)

    Soshite Chichi ni Naru

    2 h. Sortie : . Drame.

    Film de Hirokazu Kore-eda avec Masaharu Fukuyama, Machiko Ono, Yôko Maki (1)

    Une très belle histoire, très touchante, avec des acteurs qui jouent parfaitement juste. Kore-eda nous livre un film social sobre et pudique, à l'image de sa BO, qui ne tombe jamais dans l'excès, avec des personnages et des situations qui collent au plus près de la réalité. Le film réussit bien à nous faire ressentir de l'empathie pour les parents et leurs réactions, réalistes et profondément humains. On ne peut s'empêcher de se mettre à leur place pendant toute la durée du métrage et d'imaginer ce qu'on ferait dans leur cas face à ce cruel dilemme. L'enjeu est clair dès le départ : comment amener progressivement et en douceur les deux enfants vers cette cruelle vérité et l'échange fatidique à terme. Toutes les actions des quatre parents seront animées par le but de faire passer la pilule en causant le moins de dégâts possibles car ce sont deux enfants profondément aimés. Mais en réalité, l'épreuve est extrêmement difficile à traverser pour tous et les dégâts seront bien présents. Une épreuve qui rapproche tellement les deux familles, que tout oppose au départ, si bien qu'à la fin elles n'en forment plus qu'une, comme le suggère le dernier plan.
    Tout sonne juste dans ce film et cela contribue grandement à l'attachement qu'on porte à ces deux familles et à l'émotion qui ne peut s'empêcher de nous submerger à la fin.
  • Bande-annonce

    The Strangers (2016)

    Goksung

    2 h 36 min. Sortie : . Thriller, drame, Épouvante-horreur et fantastique.

    Film de Na Hong-jin avec Kwak Do-Won, Hwang Jung-Min, Jun Kunimura

    Un subtil mélange entre L'Exorciste, Walking Dead et Memories of Murder ! Plus sérieusement, le réalisateur, à travers un film à mi-chemin entre le film d'horreur et le thriller, parvient parfaitement à retranscrire une ambiance angoissante et mystérieuse, angoisse renforcée par le fait que le film se déroule dans un petit village de montage, une sorte de prison à ciel ouvert qu'une très belle photographie nous permet d'admirer.
    La tension est bien gérée, il y a très peu de temps mort, et le scénario est très bien ficelé pour un film de 2h36, avec plusieurs twists intéressants. Comme le titre l'indique, il y a un sous-texte sur l'acceptation des étrangers qui sont automatiquement désignés comme coupables et c'est assez intéressant la manière dont c'est traité, même si peu original à la base. L'amour du père pour sa fille est très bien retranscrit, finalement c'est cette relation plus que l'enquête qui est au centre du film et la volonté du père de la sauver. Une petite fille qui a dû s'épuiser à crier comme ça, en tout cas le film nous laisse voir des scènes bien marquantes et j'ai bien pris mon pied malgré la durée du film !
  • 1
  • 2