Aujourd'hui, je prends mon courage à deux mains et je suce la moelle de l'animation japonaise

Avatar Blynch Liste de

222 séries

par Blynch

Moelle, squelette, il fallait y penser.

Ce que vous imaginez en lisant le titre avec cette bannière ne regarde que vous.

Les séries sont entreposées par ordre de visionnage, du plus récent au plus vieux, toutes numérotées et annotées par excès de temps à perdre. Ce qui fait que cette liste peut même se lire à l'envers. Si Bob Dylan ne m'avait pas devancé, j'aurais eu un prix Nobel.

Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Date de sortie
  • Derniers ajouts
  • Note de l'auteur de la liste
  • Notes de mes éclaireurs
  • Note globale
  • Ordre alphabétique
  • Popularité
Croissant
  • Croissant
  • Décroissant
  • Bande-annonce

    Mawaru Penguindrum (2011)

    25 min. Première diffusion : . 1 saison. Animation, drame, thriller et comédie.

    Anime de Brain`s Base et Kunihiko Ikuhara avec Arakawa Miho

    ANIME N°179

    C'est rigolo, ils ont retiré le tag "comédie" sur SC et j'ai rien à redire hahahaha tuez-moi.

    Mon premier anime d'Ikuhara... et j'avoue être légèrement déçu, on est loin du niveau d'Urobutchi à son meilleur, même dans la DA. Et pourtant, Mawawaru se révèle parfois encore plus percutant dans ses thématiques. Pas à pas dans un monde pourtant sincèrement rempli d'amour, on observe avec fascination ces personnes sombrer dans une fatalité franchement bienvenue (bon ils ont trouvé le moyen de la niquer vers la fin mais tant pis). L'escalade est vraiment excellente, et on a droit à parmi les meilleures scènes dès le milieu de série. Une très bonne surprise, même si un revisionnage un peu plus éclairé s'imposera un jour ou l'autre pour lui rajouter un point.
  • Bande-annonce

    One Punch Man 2 (2019)

    25 min. Première diffusion : . 1 saison. Animation, action, comédie et science-fiction.

    Anime de Chikara Sakurai et ONE

    ANIME N°141 / SECONDE SAISON

    Des gros monstres, des héros, des quêtes annexes dont on a rien à foutre et 15 secondes de Sataima. Continuez comme ça et on oubliera presque que c'est censé être une parodie.
  • Bande-annonce

    Isekai Quartet (2019)

    11 min. Première diffusion : avril 2019. 1 saison. Fantasy, comédie et animation.

    Anime de Minoru ashina

    ANIME N°178

    Entre deux injections débilitantes de fan service, on parvient à extraire de ces dernières le sirop même du non-sens de l'industrie du divertissement japonaise, la vengeance de feu l'empereur Hirohito. Puisse Dieu avoir pitié de nous, car il n'en aura aucune.
  • Bande-annonce

    The Rising of the Shield Hero (2018)

    Tate no Yūsha no Nariagari

    25 min. Première diffusion : . 1 saison. Fantastique, drame et action.

    Anime de Abo Takao, Minami Seira et Aneko Yusagi

    ANIME N°177

    "Un bouclier c'est pas une arme."
    - Naofumi, zoophile et grand philosophe à ses heures perdues.
  • Kaguya-sama: Love is War (2019)

    かぐや様は告らせたい ~天才たちの恋愛頭脳戦~

    25 min. Première diffusion : janvier 2019. 1 saison. Comédie et animation.

    Anime de Hatakeyama Mamoru et A-1 Pictures

    ANIME N°176

    Kaguya-sama a eu un parcours mouvementé dans mon petit coeur. Je lisais le manga début 2017 jusqu'à ce que les traducteurs arrêtent subitement de le publier aux environs du chapitre 70. Il a fallu attendre presque deux ans avant que je ne me décide à lire mes scans en anglais, et à profiter des quelques 60 autres chapitres déjà sortis. J'avais eu vent de l'adaptation sans vraiment y croire, vous savez ce que c'est mes cocos. Et puis un miracle s'est produit.

    Je sais pas, peut-être un bref coup de jus dans les studios A-1 Pictures, ou plus probablement un alignement des astres. Sérieusement, mettre du staff de Shaft là-dessus, tu peux me le vendre comme tu veux mais c'est quand même sacrément génial.

    J'ai vraiment rien de plus à dire. L'animation est parfaite, les sketchs sont ultra bien rythmés, les personnages sont attachants, la mise en scène est complètement over the top, on a Saitama qui double le protagoniste, Dio qui double son paternel, c'est beau, c'est un très bon anime et une fabuleuse adaptation, vous voulez quoi de plus nom de Dieu ?
  • Goblin Slayer (2018)

    Goburin Sureiyā

    25 min. Première diffusion : . 1 saison. Fantastique, thriller, Épouvante-horreur, animation et action.

    Anime de Kumo Kagyu et Takaharu Ozaki

    WEEB SHIT N°175

    On m'a rarement rendu un contrat aussi bien rempli. "Goblin Slayer", littéralement : "le tueur de gobelins". Devinez de quoi ça parle, allez…

    Une animation au rendez-vous aux bons moments, un formule simple suivi de près par un concept efficace et une vraie sérénade de tripes. Salade, tomates, oignons, mais avait-on vraiment faim après le spectacle offert par ces missions d'extermination…

    Une vraie reprise à la racine des shows RPG de ces dernières années, et qui a le mérite d'accomplir son idée jusqu'au bout. Le manga est certes meilleur, mais l'adaptation se débrouille plutôt pas mal.
  • Ms. Vampire Who Lives in My Neighborhood.

    25 min. Fantastique, comédie et animation.

    Anime

    WEEB SHIT N°174

    Vous savez, c'est le genre de série devant lesquelles vous passez en mode "je tente le premier épisode" et vous ne finissez pas le deuxième. Une chance (ou pas) que je l'ai vue en cours de diffusion.

    De longs soupirs d'exaspération succèdent à des phases au mieux un peu cocasse sans être clichées, au pire à l'image de l'anime : complètement inutiles.
  • Another (2012)

    Anazā

    20 min. Première diffusion : . 1 saison. Épouvante-horreur, action, seinen et thriller.

    Anime de Tsutomu Mizushima et Yukito Ayatsuji

    WEEB SHIT N°173

    Eh oui, une pause entre les JoJo histoire de souffler durant l'interminable et répétitif Stardust Crusaders. M'enfin, c'était surtout pour le voir en simulwatch avec Xeldar.

    Plus drôle que réellement con mais assez con pour devenir drôle, on oublie bien vite cette enquête mal menée pour s'esclaffer devant les morts improbables offertes par la série. Ajoutez deux-trois moments bien sanglants et un bac de pop-corn, ça devient jouissif. Bien que possédant ses moments forts (notamment deux derniers épisodes assez hallucinants, il devient alors très facile de pardonner ses défauts au show au nom de son sens du spectacle), l'histoire part dans tous les sens pour aboutir sur une fin pas bien solide, et qui ne tiendra pas les dizaines d'incohérences ajoutées aux comportements de personnages souvent abrutis. Le temps de s'en rendre compte, c'était déjà fini, et ça aurait eu douze épisodes de plus que j'aurais toujours pas été prêt pour la première mort.

    Et pourtant, Another a des qualités que j'ai beaucoup de mal à expliquer correctement. Voici un exemple pour vous donner une idée. Si les studios avaient adapté le tome 1 d'Umineko no Naku Koro ni à la place, prenant l'intrigue avec les personnages et tout… croyez-le ou non, on aurait eu une excellente adaptation. Meilleure que celle actuelle dans tous les cas… et meilleure que Another.

    [EDIT : J'ai lu les tomes 2 et 3 depuis, j'ai conscience qu'une adaptation d'Umineko ne fonctionnera jamais.]
  • Jojo's Bizarre Adventure : Partie 2: Battle Tendency (2012)

    20 min. Première diffusion : . Fantastique, aventure et action.

    Anime de David Production et Naokatsu Tsuda

    ANIME N°172 / ARC 2

    "Et on me dit que l'arc 1 était loin d'être terrible comparé aux suivants", ça a parfois du bon d'écouter les recommandations (non). Toujours aussi poussé dans son schéma shonen classique et repoussant toujours plus loin les limite du over the top, la recette JoJo se retrouve sublimée par l'arrivée de Joseph. Ça casse des gueules, ça pète des culs et ça déboîte des épaules, c'est du JoJo. Le héros fuit devant plus fort que lui pour dévoiler un piège alambiqué ? JoJo. Des combattants qui font du mindgame TOTALEMENT perché avec de longs discours en plein affrontement en prenant des poses ? JoJo. C'était quoi ? JoJo. Ma note ? JoJo/20.

    Supérieur en tous points à l'arc précédent… ou presque. J'ai eu mon fangasme durant les dernières secondes post-générique, parce que soyons honnêtes : on aime tous Dio.
  • Bande-annonce

    JoJo's Bizarre Adventure : Phantom Blood (2012)

    JoJo no Kimyō na Bōken

    24 min. Première diffusion : . Fantastique, aventure, action et animation.

    Anime de David Production et Naokatsu Tsuda avec Tomokazu Sugita et Takehito Koyasu

    ANIME N°172

    Enfin, après autant de temps passé à en entendre parler, à voir les memes qui en étaient tirés, à entendre son ending en boucle dans toutes les compilations de fails, le voilà. JoJo, et c'est pas aussi décevant que ce à quoi je m'attendais.

    Je vous entends venir, "mais c'est pas logique, pourquoi tu t'attendais à être déçu ?" Primo, tu me vouvoies. Deuxio, c'est simple : "ancêtre du shonen nekketsu", ça vous parle ? On a droit à tous les clichés et poncifs du genre. Et pourtant… bah, comme on me l'avait décrit, c'est JoJo quoi.

    Impossible de le noter correctement sans prendre ça en compte, c'est JoJo. Le scénario aux fraises (mais genre, vraiment aux fraises) se fait rattraper par des personnages complètement over the top, c'est JoJo. Des poses fabuleuses, c'est JoJo. Une mise en scène qui déchire et un style kitch qui envoie du pâté visuellement, c'est JoJo. JoJo n'est pas bon, mauvais ou moyen, c'est JoJo. Et on me dit que l'arc 1 était loin d'être terrible comparé aux suivants.
  • Bande-annonce

    Pop Team Epic (2018)

    Poputepipikku

    25 min. Première diffusion : . 1 saison. Comédie et animation.

    Anime de Aoi Umeki et Jun Aoki avec Akira Kamiya, Tesshō Genda, Satomi Sato

    ANIME N°171

    J'ai envie de faire une blague, type un long pavé pour dire que c'est profond ou un truc du genre. Mais vous savez à quel point je me trouve pas drôle de base ?
  • Bande-annonce

    Grand Blue (2018)

    25 min. Première diffusion : . Comédie, animation et action.

    Anime de Zero-G, Shinji Takamatsu et Inoue Kenji

    ANIME N°170

    C'est avec beaucoup de douleur que je le place ici. Je sais, je ne devrais pas comparer l'anime au manga, c'est un procédé que je réprouve habituellement. Mais…

    Mais merde quoi.

    Le manga est tellement génialissime, tellement drôle, tellement addictif… L'anime ne tient pas la route ne serait-ce qu'un quart d'épisode, sa qualité d'animation se ridiculise face aux dessins de l'œuvres originales et il adapte comme il peut des gags hilarants sur papier qui tombent à plat en anime, avec un budget dont on sent pas tellement l'épaisseur. Je n'attendais rien de l'adaptation, et ça a quand même réussit à me décevoir. Alors j'ai envie de gaspiller un peu plus d'espace pour parler du manga.

    Grand Blue est mon manga comédie préféré, et probablement de loin. J'ai rarement autant ri devant une œuvre, et la vitesse avec laquelle tu t'attaches à ses personnages est juste instantanée. Les dessins sont fous, les expressions faciales sont collectors, même les scènes de plongée (qui, je le rappelle, était censée être le sujet principal avant de se faire remplacer officiellement selon l'auteur par la jeunesse alcoolisée entre potes) forcent le respect. L'humour décape dans quasiment chaque chapitre, et chaque nouveau personnage est précepte à introduire un nouveau délire. C'est un des mangas dont j'attends le plus la sortie des scans, et un des coups de coeur les plus fulgurants que j'ai jamais eu. Lisez Grand Blue, et regardez l'anime après si vous voulez pousser le vice jusqu'à voir sa version cheap, mais en couleur.
  • My Teen Romantic Comedy SNAFU TOO! (2015)

    Yahari Ore no Seishun Love Comedy wa Machigatteiru. Zoku

    24 min. Première diffusion : . 1 saison. Romance et comédie.

    Anime de Kei Oikawa

    ANIME N°169 / SECONDE SAISON

    Incroyable. J'avais espéré que l'histoire démarre enfin après la première saison, mais ça dépasse largement mes attentes.

    Amis amateurs de slice-of-life, j'ai enfin trouvé le school life de qualité que je cherchais. Dès la fin de cette longue introduction qu'est la première saison, cette histoire de cœur multiple démarre à plein régime. Soutenu par un protagoniste pleinement conscient de ses erreurs de personnalité, c'est tout un milieu sentimental qui se développe et s'écroule parfois sous nos yeux. Leurs acteurs ont tous leurs objectif, chacun trouvera sa place et quelques personnages comiques de la saison 1 trouveront subitement une âme et un coeur pour jouer des rôles bien plus importants qu'on ne l'imaginait. La saison 2 souffre d'ailleurs parfois des défauts de développements de son aînées, qui n'avait ni réelle histoire, ni l'ambition de sa cadette. J'en aurais mis du temps à le démarrer, mais j'ai rarement aussi bien rentabilisé mon choix


    C'est ce que je dirais si je n'étais pas tombé dans le piège où gisent encore des milliers de fans, celui qui te rappelle qu'on attend toujours la saison 3. Une des plus attendues du milieu animé nippon.
  • My Teen Romantic Comedy SNAFU (2013)

    Yahari Ore no Seishun LoveCome wa Machigatte Iru.

    25 min. Première diffusion : . 1 saison. Comédie, romance et seinen.

    Anime de Ai Yoshimura avec Nao Tôyama

    ANIME N°169

    Ça fait deux ans que j'écume les school life, je ne désespère pas d'en trouver un de qualité un jour (perdu, j'ai abandonné Hyouka). On m'a vendu du rêve avec celui-là, "un protagoniste génialissime pour une comédie mordante à l'humour acerbe". Mais j'ai arrêté de faire attention à l'avis des autres depuis Evangelion.

    Allez, je suis mauvaise langue. Le protagoniste est largement au dessus de la moyenne, et il offre effectivement quelques moments bien acides qui dégraissent un peu ce SOL parfois bien (trop) classique. Le principal love interest (parce que oui, ça a beau se la jouer cynique avec un titre qui fait semblant d'éclipser les clichés inhérent au récit, ça reste un love interest) est un peu plus en retrait, mais je ne désespère pas de voir tout ça s'envoler dans la saison 2. Je ne sais pas vraiment où cette histoire veut en venir, certainement pas à une romance classique, donc je garde espoir.
  • Bande-annonce

    Overlord III (2018)

    Ōbārōdo 3rd Season

    25 min. Première diffusion : . 1 saison. Action, aventure, fantasy, animation et science-fiction.

    Anime de Madhouse et Kugane Maruyama avec Satoshi Hino

    ANIME N°64 / TROISIÈME SAISON

    Overlord et moi, c'est une longue histoire. L'anime sort en 2015, et je le regarde en 2016 à la fois déçu de la façon dont il tournait son concept de base (qui m'excitait quand même à mort) mais aussi sans aucun espoir de voir la suite arriver un jour. Et puis, un beau matin de Janvier 2018, j'aperçois le premier épisode de la saison 2 sur ADN. Autant vous dire que je l'ai savouré.

    Nous avons enfin le résultat de cette transition, passage d'une histoire pas bien intéressante et mal foutue à un univers bien plus cohérent et un scénario qui tient la route. Overlord III correspond exactement à ce que j'attendais quand j'ai commencé la première saison, et rend bien mieux hommage au Light Novel que cette dernière. Alors certes, on reste largement en dessous du bouquin et oui, ça reste beaucoup trop rushé pour ce que ça voulait montrer. Tant pis, moi je suis plutôt content.
  • Bande-annonce

    Happy Sugar Life (2018)

    25 min. Première diffusion : . Épouvante-horreur, drame et animation.

    Anime de Ezola, Kusakawa Keizou et Kagisora Tomiyaki

    ANIME N°168

    Petit récit sentimental, Happy Sugar Life commence probablement de la meilleure façon possible. On osef bien vite les réflexions pseudo-philosophiques sur l'amour pour en prendre plein la vue avec cette belle bande de tarés dans un jeu du chat et de la souris un peu déchiré. Le casting est complètement allumé, et chaque scène en devient presque jouissive tant elle pousse parfois ses acteurs dans leurs derniers retranchements. Allant crescendo, les évènements s'enchaînent pour suivre des sentiments, qui sont au final les plus effrénés dans cette course contre la montre, offrant dans ses derniers moments plusieures excellentes scènes.

    M'enfin, je sais pas si le fait que ça soit un yuri justifie cette romance un peu pédophile, c'est pas très propre je vous ferai remarquer.
  • Yuuna and the Haunted Hot Springs (2018)

    Yuragi-sou no Yuuna-san

    25 min. Première diffusion : . Fantastique, comédie et animation.

    Anime de Miura Tadahiro

    ANIME N°167

    J'ai eu un petit peu d'espoir au début avec les retours du manga, mais ça finit très vite par devenir ce qu'on s'imaginait. Une énième comédie usant une énième fois des mêmes gags avec les mêmes codes eicchi datant d'il y a 10 ans. Je l'ai drop au milieu, c'était assuré d'avoir la moyenne. Mais il n'y a rien, littéralement, c'est complètement vide au niveau de l'ambition ou de l'originalité. J'ai rarement vu un anime générique aussi générique.

    Parfois, je me dis que je devrais arrêter de perdre mon temps avec les animes souvent saisonniers de bas étages. Mais une force irrésistible m'y attire, je ne sais pas, peut-être l'espoir de trouver une pépite cachée comme ça m'est déjà arrivé en fouillant au hasard.
  • Tsukumogami Kashimasu (2018)

    25 min. Première diffusion : . Fantastique, comédie et animation.

    Anime de Hatakenaka Megumi

    ANIME N°166

    Nom de Dieu, qu'est-ce c'était chiant. Je veux bien mettre 6 pour me donner bonne conscience et me dire que j'ai compris la poésie de ce Toy-Story like, mais c'est franchement pas ça qui me poussera à le retenir.
  • Bande-annonce

    Lastman (2016)

    15 min. Première diffusion : . 1 saison. Animation et action.

    Dessin animé de Jérémie Périn avec Johnny Yong Bosch, Martial Le Minoux, Maëlys Ricordeau

    ANIME N°165

    C'est pas jap, mais c'est bien.

    (Y'a Vincent Ropion dedans, c'était assuré d'avoir un coup de coeur de ma part.)
  • Bande-annonce

    Monster Musume no Iru Nichijou (2015)

    25 min. Première diffusion : . Fantastique, comédie et animation.

    Anime de Okayado

    ANIME N°164

    Pas de surprise, c'est du pur eicchi à passer en limite d'âge pour fricoter avec le hentai. Et pourtant, dans cet océan de crasse, on sent assez d'autodérision pour que l'humour fasse mouche de temps en temps.

    Oui par contre je vais pas lui mettre la moyenne, faut pas déconner non plus.
  • Bande-annonce

    Flying Witch (2016)

    25 min. Première diffusion : . Fantastique, comédie et animation.

    Anime de Katsushi Sakurabi et Chihiro Ishizuka

    ANIME N°163

    Il était apparu tant de fois dans mes suggestions, alors vous savez ce que c'est. En grand spécialiste autoproclamé des slice of life (dont je commence à avoir ma claque, c'est pour ça que j'en regarde toujours plus au lieu d'arrêter), j'ai fini par céder. Pas de regret à signaler, c'est juste affreusement monotone et pas mal ennuyeux, même pour son genre.

    Je tiens à dire que son opening est sacrément moche.
  • Bande-annonce

    Darling in the FranXX (2018)

    Dārin In Za Furankisu

    25 min. Première diffusion : . Science-fiction, drame, animation et action.

    Anime de Trigger, A-1 Pictures et Nishigori Atsushi avec Uemura Yuuto et Haruka Tomatsu

    ANIME N°162

    Cet anime… a essayé d'être excellent. Il l'a été, ou presque, sur certains aspects. Ses idées étaient bonnes, sa fin aurait été géniale si le parcours derrière l'avait également été. Mais quand il verse dans le mauvais, il le fait à la pelleteuse Bagger.

    Amateurs de références pseudo-métaphoriques à la sexualité et autres tentatives aussi visibles que ratées afin de se faire passer pour un show intelligent, ce monstre est fait pour vous. Et pourtant, entre un plagiat d'Evangelion et une cohérence aux chiottes, on parvient quand même à avoir une réalisation pas dégueulasse du tout. Ce qui sauve à peine de la noyade ces personnages insupportables de débilité, une logique aux fraises et un scénario qui se prend pour une série de haute volée, alors que ça reste très bas du front au final. Tu la sens la grosse métaphore avec ces enfants qui pilotent en duo des mecha en levrette pour symboliser les rapports sexuels ? Ça versa dans plusieures autres tentatives plus ou moins fines par la suite, certains y trouveront un anime réellement complexe, moi j'ai trouvé ça plutôt débile et terriblement mal amené.
  • Tada Never Falls in Love (2018)

    Tada-kun wa Koi wo Shinai

    25 min. Première diffusion : . 1 saison. Romance, comédie, drame et animation.

    Anime de Mitsue Yamazaki

    ANIME N°161

    Nom de Dieu, qu'est-ce que je me suis fait chier. Heureusement que le machin termine la romance dans laquelle il s'est lancé, où c'était le drop assuré.

    (Je plaisante, je l'ai quand même drop, j'ai juste regardé la fin du dernier épisode pour voir si cette vitre de protagoniste pouvait se taper Lady Diana.)
  • Watashi ga Motenai no wa Dou Kangaete mo Omaera ga Warui! (2013)

    25 min. Première diffusion : . Animation et comédie.

    Anime

    ANIME N°160

    Il y a deux catégories de personnes, et que Watamote définit vraiment bien. Les " C tro malézan jpp mdr xDDDDD " (commentaire authentique repêché sur un site très bien fréquenté) et les http://urlz.fr/7i6G .

    Personellement, je suis à mi-chemin entre les deux, crispant doucement ma main sur la souris en espérant avec une certaine tendresse que la situation de cette pauvre Tomoko va s'améliorer.

    Ceci n'est pas une comédie, soyez-en conscient. J'ajoute enfin que l'opening est un gros plus.
  • Bande-annonce

    Hinamatsuri (2018)

    25 min. Première diffusion : . Science-fiction, comédie et animation.

    Anime de Kei Oikawa

    ANIME N°159

    Merci mon Dieu pour cette adaptation. J'aimais déjà beaucoup le manga, mais la série fait exactement la même chose en mieux. Premier anime vraiment drôle depuis un bout de temps, Hinamatsuri évite quasiment tous les défauts des comédies nippones habituelles. Pas de passage cheesy qui ne soit pas désamorcé, pas de fausse romance incrustée de force, juste des gags et une bonne humeur indescriptible. Tout va bien dedans, des personnages qu'on finit par aimer à force de mésaventures loufoques (Hitomi la vraie héroïne de la série) aux situations complètement absurdes taillées par les rares personnages sérieux, en passant par le caractère constamment je-m'en-foutisme d'Hina qui fait toujours marrer. Un peu de sucre dans ce monde amer.
  • Denpa teki na Kanojo (2009)

    40 min. Première diffusion : . Action, animation et thriller.

    Anime (OAV) de Mamoru Kanbe

    ANIME N°158

    J'aime pas les animes d'enquête mais il y avait une yandere dans celui-là. C'est vraiment regrettable en revanche que la série se constitue de seulement 2 OAV, même avec 40 minutes chacun. Et encore plus quand on voit dans quoi elle investit ce précieux temps. On s'intéresse assez aux personnages pour les rendre au moins sympas avec deux minutes à l'écran et c'est visuellement beau mais putain, les enquêtes valent pas un copeck.

    Bref, y'a pas de suite, y'en aura jamais, et c'est dommage.
    J'aime peut-être pas les animes d'enquête, mais celui-là, je l'aurais poursuivi sans hésiter.
    Parce qu'il y a une yandere dedans.
  • Bande-annonce

    Aggretsuko (2018)

    Aggressive Retsuko

    15 min. Première diffusion : . 1 saison. Comédie et animation.

    Anime de Rarecho

    ANIME N°157

    Une histoire toute conne pour un anime tout con qui nous présente la panda rousse la plus badass de l'histoire des panda roux (j'admets en même temps que la concurrence était faible). Ça se regarde tout seul et ça fait bien décompresser mine de rien. Exactement ce qu'on lui demande, avec une déjà vue et revue mais jolie caricature du monde de l'entreprise en prime.
  • Bande-annonce

    Serial Experiments Lain (1998)

    Shiriaru ekusuperimentsu Rein

    25 min. Première diffusion : . 1 saison. Seinen et science-fiction.

    Anime de Yoshitoshi Abe et Ryûtarô Nakamura avec Yôko Asada, Ryûnosuke Ôbayashi, Rei Igarashi

    ANIME N°156

    Je dois l'avouer, j'ai eu peur de rien comprendre quand je l'ai commencé. Devinez quoi ? Et bah j'ai rien compris pendant les 3/4 de la série. Mais la dernière partie s'offre le luxe de relancer le questionnement abordé au début, avec de vrais enjeux qui rendent le tout réellement intelligent. Lain est sincèrement complexe, et les sentiments qui accompagnent la fin suffisent à rendre pas mal admiratif devant ce show assez couillu pour proposer sa propre version, quand même bien poisseuse, du cyberpunk tout en étant traité comme un hallucinant trip sous acide. C'est bon, c'est intéressant, et ça se construit une réflexion conséquente et légitime sur la société, Dieu, le virtuel ainsi que sa frontière avec le réel. En 1998 en plus. Alors merci Lain. Tu devais me faire chauffer le cerveau, et je suis encore en train de refroidir tout en cherchant à recoller les morceaux de mon petit coeur brisé.
  • Bande-annonce

    Neon Genesis Evangelion (1995)

    Shinseiki Evangelion

    25 min. Première diffusion : . 1 saison. Animation, drame, science-fiction, action et shōnen.

    Anime de Hideaki Anno avec Kotono Mitsuishi, Yuriko Yamaguchi, Megumi Ogata

    ANIME N°155

    En attente d'un second visionnage pour donner un jugement un peu plus honnête et, probablement, lui rajouter un ou deux points.

    *Omedeto!*

    (Vu avec son film, et je peux vous dire que des larmes ont coulé sur le cyanure.)
  • Bande-annonce

    Death March to the Parallel World Rhapsody (2018)

    Death March kara Hajimaru Isekai Kyousoukyoku

    25 min. Première diffusion : . Science-fiction, fantastique, animation et action.

    Anime de Shin Oonuma

    ANIME N°154

    J'avais lu les 30 premiers chapitres du manga que notre team traduisait, c'était franchement pas bon malgré une idée… non, j'allais dire "sympa" mais le concept du héros surcheaté dans un autre monde, je finis par en avoir une indigestion carabinée.

    Jusqu'au-boutiste dans sa manière de représenter l'aspect MMORPG de cet univers en allant jusqu'à l'interface, j'ai crû tomber sur une bonne surprise à certains moments. Les phases calmes et contemplatives avec quelques jolis visuels, l'idée de réduire les scènes d'action au strict minimum… Mais c'est que cette petite merde se la joue grave ! Et ce MC tellement adulescent que sa voix en devient insupportable… Mais qui arrive à se faire dépuceler, bravo champion, c'était tellement inattendu que j'ai ri sur le coup.