Carnets de cinéma

Avatar gallu Liste de

129 films

par gallu

J'écris ici mes impressions sur les films à propos desquels je n'ai pas matière à faire une critique, histoire de me rappeler le pourquoi de mes goûts et dégoûts.

Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Date de sortie
  • Derniers ajouts
  • Note de l'auteur de la liste
  • Notes de mes éclaireurs
  • Note globale
  • Ordre alphabétique
  • Popularité
Croissant
  • Croissant
  • Décroissant
  • Bande-annonce

    La Maison du diable (1963)

    The Haunting

    1 h 52 min. Sortie : . Épouvante-Horreur.

    Film de Robert Wise avec Julie Harris, Claire Bloom, Richard Johnson

    Un bijou sur le plan formel (cadrage, effets de réalisation, photo, décors), mais des personnages inintéressants (l'hystérique Eleanor, insupportable) auxquels on s'attache peu, et une peur qui ne peut que difficilement prendre le spectateur contemporain.
  • À nous la liberté ! (1931)

    1 h 26 min. Sortie : . Comédie.

    Film de René Clair avec Rolla France, Jacques Shelly, Andre Michaud

    Bijou de la critique anarchiste française, un film qui tire tous azimut sur les flics, l'aristocratie, l'école, l'usine, le travail... Difficile de croire que Chaplin ne s'est pas rendu coupable d'un plagiat cinq ans plus tard. Sauf qu'avec Clair, pas de violons, du vitriol. Des passages à vide par excès de pantalonnade, cependant.
  • High School Confidential! (1958)

    Sortie : 1958. Drame.

    Film de Jack Arnold avec Russ Tamblyn, Jan Sterling et John Drew Barrymore

    Un film qui prouve que bien peu de choses ont changé dans les fondamentaux du teen-movie depuis un demi siècle. Du slang, du cool, un petit peu de drogue, d'actes voyous, un personnage central provocateur envers les profs et l'establishment. Bête, immature, fantasmatique : l'oeuvre parfaite pour son public-cible.
  • Bande-annonce

    La Chair et le Sang (1985)

    Flesh+Blood

    2 h 06 min. Sortie : . Aventure et romance.

    Film de Paul Verhoeven avec Rutger Hauer, Jennifer Jason Leigh, Tom Burlinson

    La première heure, avec ses caricatures patibulaires et ricanantes, est assez lourdingue. Ca s'arrange dans la seconde moitié grâce au grand-guignolesque et à la cruauté de ce film qui saccage les codes de l'épopée chevaleresque, notamment grâce au personnage de la "princesse" bigame et faux-cul.
  • Les Compagnons de la Marguerite (1967)

    1 h 26 min. Sortie : . Comédie.

    Film de Jean-Pierre Mocky avec Claude Rich, Michel Serrault, Francis Blanche

    Excellente première moitié. La fin est assez poussive, on s'enfonce dans la farce, le grotesque. Dommage, c'aurait été un meilleur film s'il n'y avait pas eu cet abandon à la folie bouffonne.
  • Bande-annonce

    Les Bons vivants (1965)

    Un grand seigneur

    1 h 40 min. Sortie : . Comédie et sketches.

    Film de Gilles Grangier et Georges Lautner avec Louis de Funès, Bernard Blier, Mireille Darc

    Bernard Blier, Jean Lefebvre, Jean Carmet, Darry Cowl, Louis de Funès, dialogues d’Audiard... Malheureusement, ça cabotine un maximum dans ce film à thèse, lourdement démonstratif et bouffon. Le 1er sketch est très lourd, le 3ème est le meilleur, de loin, surtout grâce à la performance de De Funès. Tout à l'inverse, Andréa Parisy et une bonne partie du casting féminin jouent comme des courges.
  • Bande-annonce

    La Belle Verte (1996)

    1 h 39 min. Sortie : . Comédie.

    Film de Coline Serreau avec Coline Serreau, Vincent Lindon, James Thierrée

    naïf et parfois lourdingue comme un dessin animé pour enfants. Mais quelques sympathiques moments de folie sont à sauver dans ce film qui, dans l'ensemble, sait bien diffuser les pensées subversives de la réalisatrice, avec toute l'emphase et la démonstration que provoque la forme choisie. Malgré toute son insupportable naiveté, cette longue prêche néo-hippie aurait été bien plus enviable dans un rôle de classique populaire que toutes les imbécilités qui s'y sont logées à sa place.
  • Bande-annonce

    Boogie Nights (1997)

    2 h 35 min. Sortie : . Drame.

    Film de Paul Thomas Anderson avec Mark Wahlberg, Burt Reynolds, Julianne Moore

    sympathique divertissement qui n'a aucun autre objectif que celui d'amuser avec des scènes classes et whatzefuck. Typique du cinéma provocateur et adolescent de ces années là (Snatch, Trainspotting, etc). Les 2h30 passent à la vitesse d'une pub pour Nike : c'est déjà ça.
  • Bande-annonce

    The Dark Knight Rises (2012)

    2 h 45 min. Sortie : . Action, policier et thriller.

    Film de Christopher Nolan avec Christian Bale, Gary Oldman, Tom Hardy

    Il y a la junk food et puis il y a la junk food de qualité... Parait-il. The Dark Knight Rises, c’est le gros blockbuster mondial (deuxième au box office 2012 derrière son cousin Avengers) dont une bonne partie de la presse et certains spectateurs nous disent qu’il a bon gout. Parce que le Batman de Nolan, c’est sombre, apocalyptique, tragique... Il faut croire qu’il suffit de rajouter un peu de saupoudrage gothique à tout un ensemble de gimmicks et clichés du film d’action pour magiquement transformer un navet tatannesque-héroique en chef d’œuvre du troisième millénaire. Si Jean-Claude avait su ça dans les années 1980, il pourrait aujourd’hui faire reluire trois statuettes dorées au-dessus de sa cheminée.
  • Riens du tout (1992)

    1 h 35 min. Sortie : . Comédie.

    Film de Cédric Klapisch avec Fabrice Luchini, Daniel Berlioux, Marc Berman

    Moins mauvais que le reste de la désastreuse filmo de Klapisch, avec notamment quelques très bonnes idées de satire sur le monde du management, on retrouve tout de même les deux principales tares de l'auteur : le gout immodéré pour la mise en scène d'un monde grossièrement caricatural et les bons sentiments.
  • Scènes de chasse en Bavière (1969)

    Jagdfzenen aus Niderbayern

    1 h 31 min. Sortie : . Drame.

    Film de Peter Fleischmann avec Michael Strixner, Maria Stadler, Gunja Seiser

    Film de 69 sur les dérives violentes d'une communauté de rednecks allemands : ça s'annonçait plutot bien, mais il s'avère que Fleischmann est un amoureux du grand guignol et de l'outrance. Son cinéma est scatophile et ses personnages, des pantins aussi vulgaires que sans-âme.
  • Bande-annonce

    Carnage (2011)

    1 h 20 min. Sortie : . Comédie dramatique.

    Film de Roman Polanski avec Jodie Foster, Kate Winslet, Christoph Waltz

    L'idée de base était bonne. Malheureusement, le scénario est vide. Les personnages sont des pantins, des stéréotypes sans âme et le huis clos est complètement artificiel. Si l'idée d'une conversation à la dérive fait illusion quelques dizaines de minutes, elle s'effondre facilement, sur les 70 courtes minutes du film. On aurait aimé voir une engueulade délenchée par des profils psychologiques opposés, sous tendus par une sociologie véritable (et à ce niveau, même le modeste "le prénom" s'en sort infinimment mieux). Ici, tout n'est qu'hystérie sans fond. Les personnages finissent par s'engueuler pour une raison et une seule : c'était le postulat de l'auteure, à la base, exercice de style qu'elle achève péniblement avec la lourdeur du cancre.
  • Bande-annonce

    Calvaire (2005)

    1 h 28 min. Sortie : . Drame et Épouvante-horreur.

    Film de Fabrice Du Welz avec Laurent Lucas, Brigitte Lahaie, Gigi Coursigny

    Acteurs en roue libre qui cabotinent, chef op travaillant avec une lampe de néon, réalisation maniérée et juvénile, tout comme le scénario, espèce de compile de gimmicks rape and revenge / survival / redneck de fan adolescent qui n'a jamais pris le temps de digérer et de dépasser ses fascinations scatologiques et violentes. Lamentable de bout en bout. Il faudra que quelqu'un m'explique les qualités qu'il a trouvé à ce film, par ailleurs bien noté par mes éclaireurs.
  • Bande-annonce

    Little Children (2007)

    2 h 16 min. Sortie : . Drame.

    Film de Todd Field avec Kate Winslet, Jennifer Connelly, Patrick Wilson

    Sympathique film, surtout dans sa première partie. Captivant de bout en bout, rythmé, mais souvent caricatural. Pas de grande psychologie ni sociologie, pour ce film qui se déroule pourtant dans le théâtre américain oppressant par excellence : les suburbs.
  • Prostitution (1975)

    Sortie : 1975.

    Documentaire de Jean-Francois Davy

    Un bon sujet, mais un auteur incapable : le cadrage est souvent minable, le montage est réalisé au hachoir, sans aucune considération pour la continuité des interviews, et les entretiens sont menés avec un amateurisme considérable (les femmes interrogées sont constamment relancées par des questions sans profondeur, parfois même imbéciles).
  • Bande-annonce

    Bonobos (2011)

    1 h 24 min. Sortie : . Drame.

    Documentaire de Alain Tixier avec Rebecca Hall, Luke Evans et Claudine André

    Ce film, un documentaire ? Ca ressemble à L'Incroyable Voyage de Walt Disney : le réalisateur a filmé des animaux et les a fait parler, a inventé une histoire à péripéties et a usé de tous les subterfuges filmiques possibles (maquillage, champ/contre-champ). Le tout sur un ton d'une niaiserie que seuls les moins de dix ans peuvent supporter.
  • Paul dans sa vie (2006)

    1 h 43 min. Sortie : .

    Documentaire de Rémi Mauger avec Paul Bedel, Fabrice Adde, Françoise Bedel

    Excellent sujet, bon travail, mais des choix de montage (croisements de scènes, echainements abrupts et travail sur la forme courte) et de mise en scène (voix off du réal complètement inutile, didactisme) que je n'ai pas du tout apprécié, bien qu'il n'y ait là rien d'extravagant.
  • Bande-annonce

    Armadillo (2010)

    1 h 45 min. Sortie : . Guerre.

    Documentaire de Janus Metz Pedersen

    Un documentaire monté et mis en scène tantôt comme un drama, tantôt comme un film d'action. Sur pas mal de scène, on a du mal à faire confiance au réalisateur sur la véracité de son montage : certains enchainements, notamment ceux dans le feu du combat, semblent être des reconstitutions a posteriori. Trop de musique d'ambiance.
  • Bande-annonce

    L'Impératrice rouge (1934)

    The Scarlet Empress

    1 h 45 min. Sortie : . Historique et biopic.

    Film de Josef von Sternberg avec Marlene Dietrich, John Lodge, Sam Jaffe

    Excellente photo, merveilleux décor, Marlene Dietrich dans la fleur de l'âge et au sommet de son art. La mise en scène est typique de l'après muet : cela ressemble parfois à du théâtre filmé, il y a beaucoup d'intertitres et de moments silencieux, contemplatifs. Pour autant, von Sternberg sait se montrer très novateur sur certains plans, notamment lorsqu'il pose son regard amoureux sur son actrice fétiche. L'histoire du film ne représente cependant pas grand intérêt à mes yeux.
  • Infidèlement vôtre (1948)

    Unfaithfully Yours

    1 h 45 min. Sortie : . Comédie romantique.

    Film de Preston Sturges avec Rex Harrison, Linda Darnell, Rudy Vallée

    D'une grande maitrise dans la mise en scène, la réalisation et l'orchestration, mais d'un burlesque lourdingue. Le sempiternel gag du mari (faussement) cocu donne ici naissance à de multiples sketchs vaudevillesques enchainés les uns aux autres, dont le dernier, tel un grand sketch de Charlot sur patins à roulettes - l'ingéniosité du maitre en moins-, n'est pas le moins lourd.
  • Bande-annonce

    Les Femmes du 6e étage (2010)

    1 h 46 min. Sortie : . Comédie.

    Film de Philippe Le Guay avec Fabrice Luchini, Sandrine Kiberlain, Natalia Verbeke

    Banale comédie romantique à l'américaine déguisée en film français. Luchini dit de Le Guay qu'il est un naif de gauche, et ça se voit dès les premières minutes de cette comédie socialo-burlesque où l'on célèbre la bonhommie du prolétariat espagnol tout en se moquant des traits pincés et de la médisance de la bourgeoisie française. On n'est pas déçu de voir dériver le film vers les schémas banals de la romcom, puisque Le Guay est d'une naiveté enchantée sur tous les registres. L'homogénéité, c'est la seule qualité de ce film qui te fait désespérer, comme beaucoup d'autres, de voir un jour Luchini dans un rôle à sa mesure.
  • Bande-annonce

    The Reader (2008)

    2 h 04 min. Sortie : . Drame et romance.

    Film de Stephen Daldry avec Kate Winslet, Ralph Fiennes, David Kross

    Un film pluriel et intéressant, qui commence en romance et se termine en drame historique. Une surdose un peu lourde de pathos, à mon avis, propre aux codes du romantisme et sa manie de mettre en scène des personnages torturés pataugeant complaisamment dans leur vague-à-l'ame.
  • Knockout (2011)

    Sortie : . Comédie.

    Film de Anne Wheeler avec Steve Austin, Daniel Magder et Jaren Brandt

    Un navet qui respecte bien la cahier des charges, comme toujours avec Steve Austin. Ici, la recette "Rocky 5" de la relation filiale entre le vieux boxeur et le jeune nerd. Knockout se paye même le luxe d'éviter quelques clichés : le final à la Rocky premier du nom où le triomphe n'est pas total et le fait que l'ancien catcheur ne se batte jamais ici.
  • Walker (1987)

    1 h 35 min. Sortie : . Biopic, drame, historique et aventure.

    Film de Alex Cox avec René Auberjonois, Peter Boyle, Marlee Matlin

    Je m'attendais à une fresque historique et machiavelienne à la Queimada, mais ce Walker est bien trop fantaisiste et baroque.
  • Bande-annonce

    Délivrez-nous du mal (2008)

    Deliver Us from Evil

    1 h 40 min. Sortie : .

    Documentaire de Amy Berg avec Adam, Jeff Anderson, Pope Benedict Xvi

    Un documentaire très banal sur la forme, mais très intéressant sur le fond puisqu'il propose le portrait croisé d'un prêtre pédophile et de ses victimes. Au delà de ce matériel extraordinaire, Amy Berg donne une ampleur à son film en mettant en perspective ces histoires d'abus avec la structuration hiérarchique du clérgé catholique, la question du pouvoir au Vatican, et même la théologie, grâce à quelques intervenants brillants. La réalisatrice, elle, l'est moins : elle tartine les 20 dernières minutes de son film d'un pathos abrutissant et inutile.
  • Bande-annonce

    Animal Factory (2001)

    1 h 38 min. Sortie : . Drame.

    Film de Steve Buscemi avec Willem Dafoe, Edward Furlong, Danny Trejo

    Des acteurs charismatiques, une ambiance à la Oz, mais un scénario plutot vide et sans grands enjeux.
  • Peur primale (1996)

    Primal Fear

    2 h 02 min. Sortie : . Policier, drame et thriller.

    Film de Gregory Hoblit avec Richard Gere, Laura Linney, John Mahoney

    Un thriller des plus classiques qui tire toute sa force de son twist final ; j'ai marché, et donc aimé.
  • Sphère (1998)

    Sphere

    2 h 13 min. Sortie : . Drame, Épouvante-horreur, science-fiction, thriller et fantastique.

    Film de Barry Levinson avec Dustin Hoffman, Sharon Stone, Samuel L. Jackson

    mindfuck movie par excellence, Sphere est réellement captivant, retourne son spectateur sur ses prémisses toutes les dix minutes, même si l'idée motrice de tous ces emballements est facile à comprendre. Un film des 90s où Hoffman, Stone et Jackson sont pour une fois au service d'une véritable histoire, c'est attrayant.
  • Bande-annonce

    Excision (2012)

    1 h 21 min. Sortie : . Épouvante-Horreur.

    Film de Richard Bates Jr. avec AnnaLynne McCord, Roger Bart, Ariel Winter

    Faux film d'horreur et vrai bon teen movie, bourré de clins d'oeil au cinéma déviant (John Waters, Traci Lord, Malcolm McDowell). Le côté grand guignolesque et comédie gore n'a rien de neuf, mais il est ici mis au service d'un portrait très juste de l'adolescence.
  • Bande-annonce

    Pontypool (2009)

    1 h 33 min. Sortie : . Épouvante-Horreur, fantastique, thriller et drame.

    Film de Bruce McDonald avec Stephen McHattie, Lisa Houle, Georgina Reilly

    Zombie movie cérébral, sans action, misant tout sur les effets de récit et le huis clos. L'idée est bonne, mais j'ai fini par m'ennuyer un peu.