👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Liste de

10 livres

créee il y a plus de 7 ans

 · 

modifiée il y a plus de 7 ans

Contre-jour
7.9
1.

Contre-jour (2006)

Against the Day

Sortie : 2008 (France). Roman

livre de Thomas Pynchon

Chro a mis 10/10 et a Ă©crit une critique.

Résumé : Contre-jour est un roman foisonnant, multiple, plein de rebondissements, qui couvre la période située entre 1893, à Chicago, et le début des années 1920, à Paris. L'auteur y évoque les luttes anarchistes dans l'Ouest américain, décrit le New York du tournant du siècle, et nous entraîne aussi en Europe, en Asie, dans le Mexique de la révolution, ainsi que dans « un ou deux endroits qui ne sont pas à proprement parler sur la carte du monde ». Une multitude de personnages de fiction (aéronautes, espions, scientifiques fous, prestidigitateurs, amateurs de drogue, etc.) côtoient quelques personnages historiques (Franz Ferdinand, Groucho Marx, etc.). À bien des égards, il rappelle Jules Verne, c'est un grand roman d'aventures, un énorme roman d'aventures, très drôle, sur l'état du monde à la fin du XIXe siècle.

Annotation :

Non seulement Pynchon ne sort qu'un livre tous les dix ans, mais en plus ce livre est génial. Contre-jour, c'est l'opus tortueux et miraculeux du plus invisible des écrivains US, 1 200 pages qui pastichent tous les genres sur la lutte entre bien (les anarchistes) et mal (les capitalistes). Must absolu pour fans et novices.

2666
8.2
2.

2666 (2004)

Sortie : 2008 (France). Roman

livre de Roberto Bolaño

Résumé : 2666 se divise en cinq parties d'inégales longueurs : La partie des critiques, La partie d'Amalfitano, La partie de Fate, La partie des crimes et La partie d'Archimboldi. Bien que chaque partie puisse être lue séparément, le roman a été conçu comme un tout dont l'unité n'apparaît qu'à la lecture de l'ensemble. De l'une à l'autre, les thèmes sont repris, entrelacés, rendus méconnaissables ; les questions laissées en suspens dans une partie trouvent parfois – mais pas toujours – des réponses dans une suivante. Le sens des questions n'apparaît que lorsque une réponse est donnée, et le sens de ces réponses n'est saisi que lorsque la question est posée. Car, si la succession des parties n'est pas arbitraire, si la lecture linéaire est possible, 2666 peut aussi se lire comme un ensemble de récits, en partie simultanés, d'une sorte de Divine Comédie dont les cercles - plutôt infernaux que paradisiaques - seraient inextricablement mêlés.

Annotation :

Coup de massue du début de l'année, 2666, le dernier roman inachevé mais très attendu du nouveau monstre sacré des lettres espagnoles, aborde l'horreur d'un fait divers mexicain (les tueries de Ciudad Juarez) avec une énergie folle, un sens de la narration inouï et une plume trempée de mezcal. Jamais vu ?

La Route
7.6
3.

La Route (2006)

The Road

Sortie : 3 janvier 2008 (France). Roman, Science-fiction

livre de Cormac McCarthy

Résumé : L'apocalypse a eu lieu. Le monde est couvert de cendres. Un père et son fils errent sur une route. Ils doivent affronter le temps mais aussi l'homme.

Annotation :

Qui mieux que Cormac McCarthy pouvait tirer une fable aussi limpide d'un thème banal comme l'apocalypse ? Vision cadencée d'un horreur possible, La Route met en scène un père, son fils, une route et un ultime rayon d'espoir. Une fiction pure, captivante et, ce qui est rare, magnifiquement traduite.

Avec les moines soldats
7.6
4.

Avec les moines soldats

Sortie : mai 2008 (France). Roman

livre de Lutz Bassmann

Chro a mis 10/10 et a Ă©crit une critique.

Résumé : Des moines soldats obéissent à l'Organisation et sont chargés de missions. Alors qu'un exorcisme tourne mal, une petite fille a un message a transmettre.

Annotation :

Antoine Volodine étend sa toile "post-exotique" en signant sous hétéronyme ce livre somptueux, construit en miroir (ainsi qu'un second, tout aussi génial, Haïkus de prison). Une nouvelle résonance pour cette oeuvre unique et supérieure qu'il construit depuis plus de vingt ans. En marge de la littérature officielle, et au-dessus.

Arbre de fumée
7.4
5.

Arbre de fumée

Tree of Smoke

Sortie : août 2008 (France). Roman

livre de Denis Johnson

Résumé : « Il était une fois une guerre ... et un jeune Américain qui se voyait comme l'Américain Discret et l'Américain Laid, il aurait aimé n'être ni l'un ni l'autre, mais plutôt l'Américain Tranquille ou le Bon Américain, il a fini par se considérer comme le Vrai Américain puis, finalement, simplement comme le Putain d'Américain. C'est moi. »Arbre de fumée débute en 1963 dans les Philippines, le jour de l'assassinat de John Fitzgerald Kennedy et se poursuit jusqu'en 1970 et après. Skip Sands apparaît à première vue très différent des héros habituels de Johnson (des hommes à la dérive, en quête de rédemption...) : c'est un jeune homme naïf, désireux de se prouver à lui-même qu'il peut être un efficace agent de la CIA. Il est convaincu que les Etats-Unis vont vaincre les communistes au Vietnam et souhaite prendre part à cette victoire. Il souhaite ainsi imiter son grand oncle, le colonel Francis Sands, qui est parvenu à échapper aux Japonais pendant la Seconde Guerre mondiale et s'est ainsi forgé une incroyable légende. Plus que tout, Skip croit dans la bonté et les promesses proclamées par les USA avec une ardeur tout enfantine. Il perd toutefois son innocence lorsqu'il assiste au brutal assassinat d'un prêtre (suspecté à tort de trafiquer des pistolets) par un agent de la CIA dans les Philippines. Ensuite, au Vietnam, il perd définitivement toute illusion lorsqu'il est confronté aux méthodes brutales et sauvages de ses compagnons des services secrets. Il se retrouve malgré lui partie prenante d'un scénario qui implique un agent double – un sympathisant du Vietcong, qui accepte apparemment d'effectuer une mission pour les Américains – et constate qu'il est de moins en moins capable de faire la différence entre les bons et les méchants, les gens honnêtes et ceux qui sont faux, les idéalistes et les mercenaires. Quant au mentor de Skip, il perd aussi foi en sa mission, ou du moins vient à penser que ses supérieurs se sont perdus en chemin. Dans un rapport secret, il sous-entend

Annotation :

L'auteur du culte Jesus'Son signe avec Arbre de fumée un texte monumental, dense et formidablement maîtrisé, autour du conflit vietnamien. Une descente aux enfers saisissante, qui porte à son point d'aboutissement et de perfection le roman de guerre comme genre. Définitif ? National Book Award mérité.

La route de Tassiga
6.

La route de Tassiga

Sortie : août 2008 (France). Roman

livre de Antoine Piazza

Résumé : Aux confins du monde habité, la petite ville africaine de Tassiga est une cage étouffante, avec son air brûlant, sa poussière, ses blattes énormes et ses nuits noires.En septembre 1980, une centaine d'expatriés y débarque. Employés d'une grande entreprise française de travaux publics, ils sont chargés de construire une route au travers des plantations de mil et d'arachide. En prévision des vingt mois de chantier, la Compagnie prend possession de la ville. Elle loue les plus belles maisons, organise le ravitaillement des familles, la scolarité des enfants. Les expatriés, qui se sont croisés sur d'autres chantiers, inventent une société blanche fermée sur elle-même, qui tente de résister à la dureté du travail, de s'accoutumer au déracinement, aux rivalités professionnel les et aux calomnies.Pour faire revivre cette petite colonie, croquer des dizaines de personnages hors du commun, il fallait la force romanesque d'un Antoine Piazza. Dans son précédent roman, Les Ronces, il s'inspirait d'une longue immersion dans un village du Haut-Languedoc. Avec La route de Tassiga, il remonte le temps de sa propre histoire, lorsque, jeune instituteur volontaire du service national, il est affecté sur un chantier de travaux publics, au Niger.Indifférent à l'exotisme et aux clichés, Antoine Piazza signe le roman solaire d'un monde perdu.

Annotation :

Discrètement, comme ça, Antoine Piazza pond deux petits chefs-d'oeuvre : après Les Ronces, voici La Route de Tassiga, chronique mélancolique d'une colonie d'expatriés sur un chantier de travaux publics au Niger. Rythme subtil, portraits imparables, humour supérieur et, surtout, style souverain. Rare.

Fragments de Lichtenberg
7.

Fragments de Lichtenberg

Sortie : avril 2008 (France). Roman

livre de Pierre Senges

Annotation :

Hommage à l'Aufklärer G.C. Lichtenberg, ce texte à l'ambition démesurée et généreuse est un labyrinthe jouissif, érudit et ludique de près de 600 pages, qui tranche carrément dans la production française de ces derniers temps. A placer quelque part entre Jorge Luis Borges et Arno Schmidt.

Bastard battle
7.1
8.

Bastard battle

Sortie : mai 2008 (France). Roman

livre de CĂ©line Minard

Résumé : Bastard Battle Haute-Marne, 1437, Denysot-le-clerc raconte l'histoire sanglante qu'il a vécue. La ville de Chaumont est prise d'assaut par le Bastard de Bourbon. Pendant le massacre, un adversaire singulier fait face à ses troupes, semant la terreur. Ce personnage aux techniques de combat inconnues s'avère être une femme originaire d'Asie. À l'issue d'un affrontement de chevaliers, une poignée de combattants venus de tous les horizons reprend courageusement la ville au Bastard et en protège les portes. Car il s'agit à présent de préparer la population à la vengeance du tyran et de l'empêcher d'envahir à nouveau la ville. L'étrange coalition de résistants enseigne ainsi l'arbalète, la lance, mais aussi l'espionnage et le kung-fu Les habitants de Chaumont sont prêts pour la bataille qui décidera de leur vie. Entre la poésie de François Villon et les films de sabre, Céline Minard conjugue dans ce roman haletant histoire réelle et fantaisie anachronique. À travers une langue consciente de son histoire, elle crée une épopée à la fois drôle et cruelle, dans une surenchère de suspens et de fantastique.

Annotation :

Déjà soufflé début 2007 par l'impressionnant Le Dernier monde, nous voilà encore une fois secoué par le nouveau roman Céline Minard. Bastard Battle, nouvel objet littéraire remarquable de singularité et de maîtrise, est un récit moyenâgeux aux allures de Wu Xia Pian. Où quand François Villon rencontre Tsui Hark, fallait oser.

La marge molle
8.4
9.

La marge molle

Sortie : septembre 2008 (France). Roman

livre de Johann TrĂĽmmel

Résumé : « Essaie de voir le bon côté des choses. Enfant, tes camarades étaient des Noirs bègues et des obèses. Ce seront désormais des gens qui collectionnent les vaches comme tout le monde, qui réclament leur droit à la différence, comme tout le monde. Tu passes de la minorité à la majorité. Tu fais partie du plus grand nombre !J'attends, plein de mauvaise foi, que vienne l'Enthousiasme, tout en faisant les cent pas dans l'appartement. Soudain, dans la cuisine, je pose le pied sur un post-it. Il y est écrit : " Fait comme chez toi. Je serai rentrer vers 20h. Met les clés dans la boite à lettres ".Non.Non, ça, je ne peux pas.Je refuse de partager le monde d'une personne qui confond les infinitifs et les participes passés. »La Marge molle : comme une version bouffonne des Fragments d'un discours amoureux de Roland Barthes. Complexé et manipulateur, grotesque et séducteur, érudit et pauvre type, homme et enfant, ridicule et cruel, tel est Tobias Poule, notre frère, notre semblable et l'antihéros du premier roman de Johann Trümmel. Johann Trümmel est né en 1977 à Montlouis-sur-Loire, près de Tours. Il enseigne actuellement la littérature française à Barcelone. Parallèlement à l'écriture, il pratique la musique dans le groupe de jazz mutant Epsilon Sigma Club.

Annotation :

Johann Trümmel fait une entrée fracassante en littérature avec un véritable cocktail Molotov jeté à la face de Saint-Germain-des-Prés : anti-héros odieux, technique (celle du stream of consciousness) déployée dans toutes ses possibilités et, surtout, une ironie ravageuse, impitoyable. Voire extatique, carrément.
http://www.chronicart.com/digital/johann-trummel-ravager-la-marge/

Les pieds dans l'eau
6.2
10.

Les pieds dans l'eau

Sortie : août 2008 (France). Roman

livre de Benoît Duteurtre

Résumé : Le narrateur, un double de l'auteur, est un rejeton d'une famille célèbre de la IVe République. Son arrière-grand-père, René Coty, devient le second président de la IVe République en 1954. Il favorise le retour du Général en 1958 et abandonne son mandat deux ans avant son terme. Peut-être s'agit-il là de son principal mérite devant l'Histoire ? Une des deux filles de René Coty épouse Maurice Georges, grand-père du narrateur, qui fut médecin et député gaulliste du Havre. René Coty aura neuf petites-filles, les « cousines », qui de l'Élysée vivront cette célébrité comme une contrainte et que l'auteur s'emploie à dépeindre avec une certaine drôlerie. A partir de cette histoire familiale, des valeurs qu'elle véhicule (catholicisme social, modestie, sens du travail et du partage, respect du mariage), Benoît Duteurtre déroule cette chronique avec un regard amusé et caustique et fait de la petite station balnéaire d'Étretat le centre de gravité de son roman. Après Maupassant, Offenbach, Monet et Maurice Leblanc, la famille s'y installe et fait l'acquisition de « La Ramée », belle propriété qui domine la Manche. Le jeune homme y décrit de l'intérieur les mœurs figées, les habitudes et les rites d'une classe sociale disparue. La course aux profits remplacera la politesse et les bonnes manières. Quant au narrateur, il ira poursuivre ses facéties inspirées d'Alphonse Allais et de dada à Paris. L'approche est à la fois intimiste et contestataire, la peinture sociale de Benoit Duteurtre procède par petites touches acides. Avec Les pieds dans l'eau, l'auteur poursuit son œuvre de moraliste avec intelligence et ironie.

Annotation :

On aime bien Benoît Duteurtre en général, mais cette fois il se surpasse : entre récit familial (René Coty, l'aïeul), chronique balnéaire (Etretat, ses galets, ses estivants) et méditation nostalgique sur le temps et la bourgeoisie française, Les Pieds dans l'eau est de loin son meilleur livre.