Cinéma Gay / LGBT

Avatar H. M. Liste de

167 films

par H. M.

Page 1: 2020 à 2016 // Page 2: 2016 à 2011 // Page 3: 2011 à 2004 // Page 4: 2004 à 1994 // Page 5: 1993 à 1976 // Page 6: 1976 à 1954

Séries Gay / Queer / LGBT: https://www.senscritique.com/liste/Series_Gay_Queer_LGBT/2189356

Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Date de sortie
  • Derniers ajouts
  • Note de l'auteur de la liste
  • Notes de mes éclaireurs
  • Note globale
  • Ordre alphabétique
  • Popularité
Croissant
  • Croissant
  • Décroissant
  • 1
    Bande-annonce

    Miss (2020)

    Sortie : . Comédie.

    Film de Ruben Alvès avec Alexandre Wetter, Pascale Arbillot, Thibault de Montalembert

  • 2
    Bande-annonce

    Été 85 (2020)

    1 h 40 min. Sortie : . Comédie dramatique.

    Film de François Ozon avec Félix Lefebvre, Benjamin Voisin, Philippine Velge

    Séances de cinéma (39 salles)
    Rien ne fonctionne dans ce film, qui s'ouvre sur une parodie de rencontre amoureuse et ne va jamais jusqu'au bout de ce second degré, embrassant au contraire un sérieux de film noir avec une maladresse qui m'a rappelé certains films d'Almodovar, cinéaste dont Ozon s'est souvent inspiré et qui a lui aussi raté cette greffe à plusieurs reprises. Ici, ça amène Ozon à convoquer des formes ultra convenues (la voix off, le flashback) qui ne semblent être là que pour préparer un climax qu'on voit venir à des kilomètres et dont l'émotion, trop fabriquée, tombe à plat. Le côté rohmérien n'est pas plus réussi et, dans l'ensemble, j'ai eu l'impression que le film était complètement à la traîne de la fougue et de la jeunesse qu'il a l'air de vouloir embrasser. Les jeunes acteurs n'aident pas, un peu trop poseurs et pas assez spontanés pour moi (en tout cas pour l'un des deux héros).
  • 3

    Out (2020)

    10 min. Sortie : . Animation.

    Court-métrage d'animation de Steven Clay Hunter avec Bernadette Sullivan, Kyle McDaniel, Caleb Cabrera

    (G) Très joli court-métrage d’animation sur un coming out un peu spécial. L’idée est très bonne, même si elle aurait mérité d’être développée un peu plus longuement pour porter ses fruits, mais c’est surtout le dessin, très beau et poétique, qui mérite le détour.
  • 4
    Bande-annonce

    Et puis nous danserons (2019)

    And Then We Danced

    1 h 50 min. Sortie : . Drame et romance.

    Film de Levan Akin avec Levan Gelbakhiani, Bachi Valishvili, Ana Javakishvili

  • 5
    Bande-annonce

    Matthias & Maxime (2019)

    1 h 59 min. Sortie : . Drame et romance.

    Film de Xavier Dolan avec Gabriel D'Almeida Freitas, Xavier Dolan, Anne Dorval

    (G) Les derniers films de Dolan sont souvent descendus avec le même excès que les précédents ont été encensés. Celui-ci est un film moyen, comme beaucoup de ses films. Je comprends qu’il ait pu cristalliser un certain agacement, puisque tous les ingrédients du cinéma de Dolan sont réunis (relation dysfonctionnelle avec la mère, mise en scène maniérée, overdose de joual, etc.), révélant les limites d’un réalisateur qui tourne en rond depuis quelque temps déjà. Cela dit, même si je trouve tous ces effets de zoom pénibles, même si l’ancrage social des personnages manque cruellement de subtilité, même si j’ai un problème avec le traitement de la jeunesse dans le film (tous ces personnages ont l’air de jeunes-vieux et la caricature de la petite sœur ado est d’une cruauté un brin réac), même si les répliques sont parfois sur-écrites et même si le scénario n’est pas exceptionnel (le baiser de cinéma comme élément déclencheur paraît un peu forcé, la lettre de recommandation comme révélateur de la tension ne fonctionne pas mieux), je trouve quand même que le film se présente avec une relative modestie et que cette évolution du style de Dolan est plutôt une bonne nouvelle. En plus, les acteurs sont très bons et même si les deux héros sont globalement entourés de simples silhouettes ou de caricatures, leur duo et l’ambiguïté de leur relation fonctionne étonnamment bien, à partir de pas grand-chose, et notamment (fait rare chez Dolan, qui lui vient peut-être de sa rencontre avec l’oeuvre de Lagarce), à partir de non-dits, qui font naître l’émotion sans l’imposer.
  • 6
    Bande-annonce

    Portrait de la jeune fille en feu (2019)

    1 h 59 min. Sortie : . Drame, historique et romance.

    Film de Céline Sciamma avec Noémie Merlant, Adèle Haenel, Luàna Bajrami

    (L) Un pari risqué que ce film en costumes minimaliste (un lieu unique, quatre personnages, des décors presque nus) avec Adèle Haenel en jeune fille fraîchement sortie du couvent. Le résultat fonctionne bien, grâce à une très belle photographie, quelques plans magnifiques, des dialogues très bien écrits et surtout une Haenel surprenante de nuance. Il y a quand même quelques longueurs (ça ne mérite clairement pas deux heures), quelque chose de statique dans la réalisation et un peu de lourdeur dans la façon de souligner la symbolique du regard par des références appuyées et peu originales au mythe d'Orphée. Heureusement, les moments de drôlerie sauvent le film de sa propre froideur et on ressort avec quelques belles scènes en tête, comme ce magnifique chant nocturne et féminin autour d'un feu.
  • 7
    Bande-annonce

    Consequences (2019)

    Posledice

    1 h 35 min. Sortie : . Drame.

    Film de Darko Stante avec Matej Zemljic, Timon Sturbej, Gasper Markun

    (G) Petit drame gay slovène comme il nous en arrive plusieurs exemplaires chaque année des quatre coins du monde : le garçon viril mais sensible tombe amoureux du garçon viril et brutal. Il hésite, il y va, il hésite encore, etc. Avec un petit budget et filmé caméra au poing, Conséquences est un objet plus que familier, presque interchangeable. Le milieu de la délinquance pouvait laisser craindre un résultat plus cliché encore que d’habitude, mais passé le premier baiser, le film réussit assez habilement à éviter certains lieux communs et choisit une forme de sobriété qui lui réussit plutôt bien (sauf la fin, qui veut éviter la facilité mais paraît trop abrupte). Les acteurs sont très bons et charismatiques, mais les personnages plutôt antipathiques. Agréable sans plus.
  • 8
    Bande-annonce

    Douleur et Gloire (2019)

    Dolor y Gloria

    1 h 53 min. Sortie : . Drame.

    Film de Pedro Almodovar avec Antonio Banderas, Penélope Cruz, Asier Etxeandia

    (G) Même si je n’attends plus grand-chose du cinéma d’Almodovar, j’ai été un peu déçu par ce film tant plébiscité. Les déboires de l’alter-égo du réalisateur avec la drogue, la santé, les hommages rendus et les anciens amants ne m’ont pas paru particulièrement intéressants ni attachants. Ce n’est pas mauvais, mais un peu éteint, brouillon et visuellement peu inspiré. Les retours à l’enfance sont beaucoup plus émouvants, en particulier la fameuse scène du premier désir, que j’ai trouvée magnifique, peut-être l’une des plus importantes du cinéma d’Almodovar, qui éclaire rétrospectivement toute sa filmographie et sauve un peu ce film crépusculaire d’une légère tendance à l’auto-apitoiement stérile et morose.
  • 9
    Bande-annonce

    Hard Paint (2019)

    Tinta Bruta

    1 h 58 min. Sortie : . Drame.

    Film de Filipe Matzembacher et Marcio Reolon avec Shico Menegat, Bruno Fernandes, Guega Pacheco

    (G) Ma critique sur Espace-Critique.fr : https://www.espace-critique.fr/critique-tinta-bruta/
  • 10
    Bande-annonce

    Genèse (2019)

    2 h 09 min. Sortie : . Drame.

    Film de Philippe Lesage avec Noée Abita, Édouard Tremblay-Grenier, Pier-Luc Funk

    (G) Un petit coming of age movie québécois sur les initiations amoureuses parallèles d'un frère et d'une soeur. C'est très bien éclairé, très bien cadré, très bien joué et joliment découpé en plans séquences bien maîtrisés. On est dans un mi-chemin intéressant entre le documentaire et le teen movie, mais finalement, malgré une bande son assez porteuse et des petites touches d'humour bienvenues, le film manque de souffle et de chair, à cause d'un scénario vraiment trop maigre. Malgré tout, on en garde une impression singulière après la fin de la projection, principalement grâce à sa dernière partie, déconnectée du reste du film, sorte de petite parabole pleine d'espoir et de poésie, qui élève le film au-dessus de lui-même et donne envie de suivre de près ce réalisateur.
  • 11
    Bande-annonce

    Diamantino (2018)

    1 h 32 min. Sortie : . Drame et comédie.

    Film de Daniel Schmidt et Gabriel Abrantes avec Carloto Cotta, Cleo Tavares, Anabela Moreira

    (LTQ) C’est l’histoire d’un footballeur et imbécile heureux qui voit des petits chiens poilus et à qui il pousse une paire de seins. C’est l’histoire de deux policières lesbiennes qui se font passer pour une nonne et un jeune migrant. C’est l’histoire de deux sœurs machiavéliques qui veulent cloner leur frère pour faire sortir le Portugal de l’Union européenne. Bref, c’est un grand n’importe quoi visuel et scénaristique, où passe parfois un humour joyeusement iconoclaste, parfois même un peu de l’air du temps et de ses angoisses, mais un grand n’importe quoi quand même.
  • 12
    Bande-annonce

    Jonas (2018)

    1 h 30 min. Sortie : . Drame et romance.

    Téléfilm de Christophe Charrier avec Félix Maritaud, Nicolas Bauwens, Aure Atika

    (G) Une bonne surprise pour ce téléfilm dramatique qui se joue sur deux époques et dont la principale qualité est l’atmosphère, portée par une très belle photographie, des acteurs parfaits et une bande originale entêtante. Niveau scénario, c’est intéressant mais le film se condamne à décevoir avec ces prémisses (et en particulier la première scène) qui laissent attendre une tension et une complexité malheureusement limitées à l’état de promesse diffuse. Le patronage revendiqué de Gregg Araki (un extrait du très punk Nowhere est diffusé dans le film) renforce cette légère déception: Jonas a quelque chose de Mysterious Skin dans l’ambition, mais il n’en a pas la richesse scénaristique et visuelle. Réalisateur à suivre quand même.
  • 13
    Bande-annonce

    Mon idylle (2018)

    Sobre nós

    1 h 10 min. Sortie : .

    Film de Thiago Cazado et Mauro Carvalho

    (G) Jamais vu un film aussi vide.
  • 14
    Bande-annonce

    Cola de mono (2018)

    1 h 42 min. Sortie : .

    Film de Alberto Fuguet

    (G) Un des films les plus étranges que j’aie pu voir, entre homosexualité refoulée, tensions incestueuses et pulsion de mort sur fond de fêtes de Noël dans une famille chilienne dysfonctionnelle (c’est le moins qu’on puisse dire!). Un concentré de noirceur et d’érotisme explicite qui vaut surtout pour son onirisme croissant, dans la lignée du cinéma de João Pedro Rodrigues et proche d’une tradition sud-américaine du réalisme magique. Malheureusement, la réalisation et surtout l’écriture souffrent d’un fort sentiment d’amateurisme, qui n’est que partiellement compensé par la singularité du projet et de ses partis pris esthétiques. Pour résumer, on oscille sans arrêt entre le profond et le superficiel, entre le poétique et le ridicule.
  • 15
    Bande-annonce

    Mario (2018)

    1 h 59 min. Sortie : . Drame.

    Film de Marcel Gisler avec Max Hubacher, Aaron Altaras, Jessy Moravec

    (G) Petit drame gay suisse dans la lignée de ce que proposait l’allemand Free Fall il y a quelques années, avec cette fois le milieu du foot au lieu de la police. Le film a le bon goût d’éviter ou de laisser hors-champ pas mal de lieux communs du genre (la scène de bagarre, le flagrant délit, etc.). Le problème, c’est qu’avec une esthétique strictement naturaliste, des personnages secondaires inconsistants ou caricaturaux et un manque de souffle qui maintient toujours l’ensemble en deçà du vrai mélo, il ne reste finalement à Mario que le canevas classique du film de coming out, qui est devenu l’un des sous-genres les plus convenus du coming of age movie. Quand en plus ce canevas s’étire sur 2h (soit une bonne demi-heure de trop) on finit par se désintéresser du récit, malgré un couple de héros plutôt attachant et bien interprété.
  • 16
    Bande-annonce

    Love, Simon (2018)

    1 h 49 min. Sortie : . Comédie, drame et romance.

    Film de Greg Berlanti avec Nick Robinson, Josh Duhamel, Jennifer Garner

    (G) Ma critique sur Espace-Critique.fr : https://www.espace-critique.fr/critique-love-simon/
  • 17
    Bande-annonce

    Alex Strangelove (2018)

    1 h 49 min. Sortie : . Comédie dramatique.

    Film de Craig Johnson avec Daniel Doheny, Madeline Weinstein, Antonio Marziale

    (G) Un héros youtubeur, des histoires de coeur, un bal de promo et l’inévitable référence à John Hughes: ça c’est pour le côté prévisible du teen movie contemporain. En même temps, le film prétend explorer le genre sous l’angle des sexualités multiples qui caractérisent l’adolescence aujourd’hui, ce qui représente déjà un terrain moins balisé. Le résultat est intéressant, mais le scénario a du mal à retrouver le chemin de l’efficacité et à faire exister tous les personnages dans cette configuration nouvelle. Ça pose donc quelques problèmes de rythme, rendus plus flagrants par une réalisation insipide au possible. Finalement le film est une sorte de trajet maladroit entre le teen movie et le film de coming out. Ça manque un peu de personnalité, de scènes marquantes et de charisme côté casting, mais ce n’est pas désagréable.
  • 18
    Bande-annonce

    Plaire, aimer et courir vite (2018)

    2 h 12 min. Sortie : . Comédie dramatique.

    Film de Christophe Honoré avec Vincent Lacoste, Pierre Deladonchamps, Denis Podalydès

    (G) Je n’ai jamais retrouvé le charme des Chansons d’amour dans le reste de la filmo de Christophe Honoré. Ce n’est pas non plus tout à fait le cas avec ce nouveau film, mais on s’en rapproche un peu. On retrouve le talent pour filmer la ville et la nuit, pour créer des atmosphères particulières et des situations proches de la comédie romantique à l’intérieur du drame le plus tragique. Par contre, certains dialogues sont trop écrits et donnent l’impression que les personnages ne servent que de porte-voix à Honoré. Le reste du temps, le charme opère, surtout grâce au casting (Vincent Lacoste en tête, irrésistible) et à la BO.
  • 19
    Bande-annonce

    Call Me by Your Name (2018)

    2 h 11 min. Sortie : . Drame et romance.

    Film de Luca Guadagnino avec Armie Hammer, Timothée Chalamet, Michael Stuhlbarg

  • 20
    Bande-annonce

    Seule la Terre (2017)

    God's Own Country

    1 h 44 min. Sortie : . Drame et romance.

    Film de Francis Lee avec Josh O'Connor, Alec Secareanu, Gemma Jones

    (G) Film qualifié de version anglaise de Brokeback Mountain par la presse. On retrouve bien deux acteurs charismatiques au milieu de beaux paysages et un scénario de mélo plutôt sobre sur la difficulté à accepter son homosexualité en milieu rural. Pour le reste, le rapprochement relève de la formule marketing. Elle a quand même le mérite de révéler le principal défaut de Seule la Terre: une impression de déjà-vu.
  • 21
    Bande-annonce

    120 battements par minute (2017)

    2 h 23 min. Sortie : . Drame.

    Film de Robin Campillo avec Nahuel Pérez Biscayart, Arnaud Valois, Adèle Haenel

  • 22
    Bande-annonce

    Certaines femmes (2017)

    Certain Women

    1 h 47 min. Sortie : . Drame et sketches.

    Film de Kelly Reichardt avec Kristen Stewart, Michelle Williams, Laura Dern

    (L)
  • 23
    Bande-annonce

    Moonlight (2016)

    1 h 50 min. Sortie : . Drame.

    Film de Barry Jenkins avec Alex R. Hibbert, Ashton Sanders, Trevante Rhodes

    (G) Beau film suivant le parcours d'un homosexuel refoulé à trois âges de sa vie, sur fond de communauté noire à Miami. Un peu facile, voire caricatural dans sa première partie, puis de plus en plus touchant, jusqu'à un climax d'émotion étonnamment tranquille et apaisé. L'un des rares films à mêler habilement la question sociale et raciale avec celle de l'homosexualité.
  • 24
    Bande-annonce

    Moi et mon monde (2016)

    Die Mitte der Welt

    1 h 55 min. Sortie : .

    Film de Jakob M. Erwa avec Bendix Hansen, Sarah Fuhrer, Louis Hofmann

    (G) Un scénario un peu confus, qui tente de faire tenir la romance gay et les secrets de famille dans un même film. Le résultat est un peu maigre, péniblement soutenu par des effets de mise en scène originaux mais parfois trop systématiques ou clipesques. Pour ce qui est de l’idylle, l’alchimie entre les deux garçons fonctionne très bien, mais tous ces flashbacks vers l’enfance et cette atmosphère de mystère permanent plombent un peu leur histoire, qui finit par passer au second plan. Restent une jolie sensibilité, la fraîcheur d’un film gay qui nous épargne la question du coming out et, surtout, d’excellents acteurs.
  • 25
    Bande-annonce

    King Cobra (2016)

    1 h 32 min. Sortie : . Drame et policier.

    Film de Justin Kelly avec James Franco, Molly Ringwald, Alicia Silverstone

    (G) Très loin d’être inintéressant, le film démarre comme un biopic de la pornstar gay Brent Corrigan à partir de sa première audition. Rien de spectaculaire, mais l’envers du décor est étudié sans fausse pudeur et avec intelligence, en particulier le thème de l’argent, mais aussi de la jeunesse et de son caractère éphémère (souligné par la présence au casting de Christian Slater, Alicia Silverstone et Molly Ringwald, icônes du teen movie des années 80 et 90). Il faut croire que l’équipe du film n’a pas cru dans le potentiel de cette étude de mœurs, sorte de Social Network gay et low cost, puisqu’au scénario se greffe un néo-noir invraisemblable et cheap, avec le personnage ridicule joué par le décidément très mauvais James Franco et tout l’aspect criminel qui se cristallise autour de lui. Dommage.
  • 26
    Bande-annonce

    Taekwondo (2016)

    1 h 52 min. Sortie : . Comédie et drame.

    Film de Marco Berger et Martín Farina avec Gabriel Epstein, Lucas Papa, Nicolás Barsoff

    (G) Un film argentin assez contemplatif et pourtant jamais ennuyeux, qui m’a très agréablement surpris. Le point de vue est presque documentaire, voire ethnographique : le comportement d’une bande de mâles lambda en vacances dans une grande maison. On parle de filles, de sexe et du quotidien, entre une blague homophobe et un plongeon dans la piscine, sous l’oeil de German, invité par l’un des garçons et dont personne ne sait qu’il est gay. J’ai rarement vu le corps masculin filmé avec autant de désir, tout en étant montré dans son plus total relâchement. C’est là que le film est intéressant, dans le décalage entre la chronique la plus banale, et la façon dont les corps ont l’air d’avoir leur propre vie et leur propre langage, formant une sorte de dramaturgie parallèle que capte la caméra. Une caméra très habile aussi quand il s’agit d’exploiter les différents espaces de cette maison pour composer des plans tout en subtilité. J’ai aussi beaucoup aimé la façon qu’a le film de tenir jusqu’au bout la note de l’ambiguïté, dans une tension très discrète mais très efficace, parce qu’elle prolonge le plus longtemps possible l’excitation et la souffrance de l’incertitude. Beaucoup de petits drames gay font entrer l’incertitude de la réciprocité dans une dramaturgie ultra rebattue, où tout retombe après le premier baiser. Celui-ci assume de faire du premier baiser une destination suffisante et se permet donc de laisser flotter l’incertitude plus longtemps, pour mieux capter toutes ses nuances.
  • 27
    Bande-annonce

    Holding the Man (2015)

    2 h 08 min. Sortie : . Drame.

    Film de Neil Armfield avec Ryan Corr, Craig Stott, Guy Pearce

    (G) Une romance gay au long cours qui tourne peu à peu au mélodrame une fois que le SIDA entre dans le récit. On reste étrangement en dehors de l’histoire, peut-être parce qu’elle laisse un sérieux goût de déjà-vu ou parce que les deux comédiens manquent cruellement de charisme (et de crédibilité quand ils jouent les ados!). Ça reste un joli film, mais trop lisse et peu convaincant.
  • 28
    Bande-annonce

    Mademoiselle (2016)

    Ah-ga-ssi

    2 h 24 min. Sortie : . Drame, thriller, romance et Érotique.

    Film de Park Chan-wook avec Kim Min-hee, Kim Tae-ri, Ha Jung-woo

    (L)
  • 29
    Bande-annonce

    Those People (2016)

    1 h 29 min. Sortie : . Drame et romance.

    Film de Joey Kuhn avec Jason Ralph, Haaz Sleiman, Meghann Fahy

    (G) Derrière son vernis joliment arty/indé, Those People souffre d’un scénario complètement raté, qui fait tout reposer sur l’affection sans bornes que sont censés ressentir tous les personnages pour un jeune aristo déchu, centre d’attention permanent. Or le garçon est complètement détestable, ce qui rend toute cette histoire de triangle amoureux invraisemblable et poussive. Tout est mal écrit, et en plus assez mal joué, pour un résultat superficiel et convenu.
  • 30
    Bande-annonce

    Théo et Hugo dans le même bateau (2016)

    1 h 37 min. Sortie : . Drame.

    Film de Olivier Ducastel et Jacques Martineau avec Geoffrey Couët, François Nambot, Georges Daaboul