Advertisement

Cinéphilie en 2017 par un valeureux kiwi sans vert dans son fruit

Avatar Kiwiwayne Kiwinson Liste de

209 films

par Kiwiwayne Kiwinson

L'idée d'un carnet cinéphilique couvrant l'année 2017 me parait particulièrement sympathique, à défaut d'être originale.
Record à battre : 411 films vus en 2015.
(la liste ne compte que mes découvertes, et les films de plus de 45min)
Avec le plus possible d'annotations.

Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Note globale
  • Ordre alphabétique
  • Date de sortie
  • Notes de mes éclaireurs
  • Note de l'auteur de la liste
  • Derniers ajouts
  • Aux cœurs des ténèbres (1992)

    Hearts of Darkness: A Filmmaker's Apocalypse

    1 h 36 min. Sortie : .

    Documentaire de Eleanor Coppola, Fax Bahr et George Hickenlooper avec Francis Ford Coppola, Eleanor Coppola, Orson Welles

    Séances de cinéma (2 salles)
    1er Janvier.
    Un document exclusif sur le tournage complexe d’ « Apocalypse Now », relatant comment le chaos s’est infiltré de manière insidieuse au sein de l’équipe du film, pour y rester durant plusieurs mois, mettant le projet en péril. Tout le long, Coppola est littéralement annihilé par la malchance : mauvaises conditions météorologiques, drogues omniprésentes, acteurs indisponibles, relations ambiguës avec le dictateur Ferdinand Marcos… In fine, ce que souligne « Heart of Darkness », c’est à quel point le fait que l’on puisse voir « Apocalypse Now » aujourd’hui est un miracle, tout en mettant sur la même ligne la vie de l’équipe et celle des soldats américains au Viet-Nam (la guerre était à cette époque tout juste terminée). Eleanor Coppola cadre un artiste enfermé dans ses tourments et sa folie perfectionniste, aboutissant à travers cette souffrance son œuvre olympienne, qui marquera le 7ème art au fer rouge. Une décente aux enfers, derrière la caméra.
  • Bande-annonce

    Mauvais Sang (1986)

    1 h 56 min. Sortie : . Policier, drame et thriller.

    Film de Leos Carax avec Michel Piccoli, Juliette Binoche, Denis Lavant

    Séances de cinéma (1 salle)
    2 Janvier.
    « L’amour, c’est comme une cigarette ». Dans ce cas, « Mauvais Sang » est comme l’amour : il se consume au fur à mesure qu’il avance dans une mélancolie très contemplative, abordant toute la complexité des sentiments humains, développant une euphorie contagieuse. Manifeste décalé face à la modernité, le film est néanmoins difficile à appréhender, notamment à cause de son mélange des genres : tantôt anti/surréaliste puis in fine classique. Un digne enfant de la nouvelle vague, ayant malheureusement tendance à se noyer dans sa propre originalité.
  • Le Visiteur du musée (1989)

    Posetitel muzeya

    2 h 16 min. Sortie : juillet 1989. Drame et science-fiction.

    Film de Konstantin Lopouchanski avec Viktor Mikhaylov, Vera Mayorova, Vadim Lobanov

    3 Janvier.
    Voir la critique.
  • Bande-annonce

    Nocturnal Animals (2017)

    1 h 56 min. Sortie : . Drame et thriller.

    Film de Tom Ford avec Amy Adams, Jake Gyllenhaal, Michael Shannon

    5 Janvier.
    Voir la critique.
  • Les Gens de la pluie (1969)

    The Rain People

    1 h 41 min. Sortie : . Road movie et drame.

    Film de Francis Ford Coppola avec James Caan, Shirley Knight, Robert Duvall

    Séances de cinéma (1 salle)
    6 Janvier.
    Voir la critique.
  • Bande-annonce

    Un homme est passé (1955)

    Bad Day at Black Rock

    1 h 21 min. Sortie : . Policier, drame et thriller.

    Film de John Sturges avec Spencer Tracy, Robert Ryan, Anne Francis

    7 Janvier.
    Au cinéma.
    L’énième impression d’avoir vu le brouillon d’un chef-d’œuvre. « Un homme est passé » aurait peut-être mieux fait de s’aventurer davantage dans la thématique du racisme, plutôt que de s’enfoncer dans les clichés du — faux — western. Traitant de la lâcheté à travers les traits d’un casting prestigieux, John Struges met en avant une ambiance poisseuse très travaillée, mais ne parvient guère à captivé avec ce récit manichéen. Oubliable.
  • Bande-annonce

    Le Château de l'araignée (1957)

    Kumonosu-jô

    1 h 50 min. Sortie : . Drame.

    Film de Akira Kurosawa avec Toshirô Mifune, Isuzu Yamada, Takashi Shimura

    Séances de cinéma (2 salles)
    7 Janvier.
    Kurosawa n’est pas le genre de réalisateur qui vulgarise ses adaptations à la fidélité. Avec « Le Château de l’Araignée », il téléporte le « Macbeth » de Shakespeare au sein du Japon médiéval, et offre un résultat totalement épique et jouissif, rendu crédible par une mise en scène explosant l’écueil de l’académisme. Mort, folie, paranoïa, brume fantastique, mais surtout le mal et la manipulation. Quand la tragédie shakespearienne rencontre la philosophie orientale. Bluffant.
  • Bande-annonce

    Quand une femme monte l'escalier (1960)

    Onna ga kaidan wo agaru toki

    1 h 50 min. Sortie : . Drame.

    Film de Mikio Naruse avec Hideko Takamine, Masayuki Mori, Reiko Dan

    Séances de cinéma (2 salles)
    8 Janvier.
    Au cinéma.
    Touchant drame sociale, évoquant sans conteste le naturalisme d’un Ozu ou d’un Ray. Naruse dresse un portrait de femme sans circonlocutions avec un scénario possédant une fluidité des plus étonnante, en plus des compositions extrêmement percutantes des comédien(ne)s. L’ambiance, très jazz du métrage, est peut-être sa réussite la plus fondamentale, liée à un découpage exécuté au cordeau et un regard transcendant sur le temps qui passe. Ou comment gravir l’escalier de l’échelle sociale pour trouver son indépendance.
  • Cris et Chuchotements (1972)

    Viskningar och rop

    1 h 30 min. Sortie : . Drame.

    Film de Ingmar Bergman avec Erland Josephson, Kari Sylwan, Henning Moritzen

    Séances de cinéma (2 salles)
    8 Janvier.
    Au cinéma.
    On pourrait regarder ce film pour son titre, magnifique oxymore résumant à elle seule l’ensemble de ce métrage, l’un des plus fascinants d’Ingmar Bergman. Trois temps, trois sentiments : le passé et la nostalgie, le présent et l’angoisse, le futur et l’incertitude, combinés dans un ballet sobre à la photographie majestueuse, embellissant une violence crue et insaisissable. Difficile de trouver les mots justes pour une œuvre aussi belle et destructrice. Quoi qu’il arrive, on en ressort sous un certain choque. Troublant.
  • Bande-annonce

    Split (2017)

    1 h 57 min. Sortie : . Thriller et Épouvante-horreur.

    Film de M. Night Shyamalan avec James McAvoy, Anya Taylor-Joy, Betty Buckley

    Séances de cinéma (1 salle)
    9 Janvier.
    Avant première.
    La critique suivra.
  • Bande-annonce

    Silence (2017)

    2 h 41 min. Sortie : . Aventure, drame et historique.

    Film de Martin Scorsese avec Andrew Garfield, Adam Driver, Liam Neeson

    Séances de cinéma (1 salle)
    12 Janvier.
    Projection presse.
    Voir la critique.
  • Bande-annonce

    Rusty James (1983)

    Rumble Fish

    1 h 35 min. Sortie : . Drame et action.

    Film de Francis Ford Coppola avec Matt Dillon, Mickey Rourke, Diane Lane

    Séances de cinéma (1 salle)
    13 Janvier.
    Un Coppola assez mou, mais possédant une véritable identité créative et mettant intelligemment en avant un minimalisme primitif, passant notamment à travers le noir et blanc, magnifiquement photographié par Stephen Burum, ainsi qu’une ambiance très jazz, qui n’est pas sans évoquer un certain Jim Jarmush, voire Peter Bogdanovitch. L’esthétique, étrange, n’hésite pas à mener le film sur le terrain du fantastique, en plus d’une atmosphère très atypique, et une narration cadrant véritablement l’écoulement du temps. Néanmoins, le film est très subjectif, et ne comporte rien de vraiment mémorable, qu’il s’agisse de son intrigue, de sa structure, ou même des comédiens et de leurs personnages (souvent tête à claque). Bref, un film intéressant, mais se limitant malheureusement au stade de l’idée.
  • Bande-annonce

    David Bowie - Les cinq dernières années (2017)

    David Bowie: The Last Five Years

    1 h 30 min. Sortie : .

    Documentaire de David Bowie et Francis Whately avec Toni Basil, David Bowie, Donny McCaslin

    13-14 Janvier.
  • Dix-sept ans (2004)

    1 h 23 min. Sortie : . Drame.

    Documentaire de Didier Nion avec Jean-Benoît Durand et Héléna Paris

    14 Janvier.
  • Bande-annonce

    Quelques minutes après minuit (2017)

    A Monster Calls

    1 h 48 min. Sortie : . Drame et fantastique.

    Film de J.A. Bayona avec Lewis MacDougall, Sigourney Weaver, Felicity Jones

    15 Janvier.
    Ou comment faire encore plus spielbergien que Spielberg. Cristallisant les codes du fantastique, Juan A. Bayona déploie une immense virtuosité, autant visuellement que narrativement, en explorant les relations mère/fils à la manière d’un oxymore. On note également les effets spéciaux, pétrifiants de réalisme, ainsi que le rythme maitrisé à la perfection. Comment mettre sur une même ligne la puissance de l’imaginaire, la dualité et la douleur. Un poignant hommage à la création, et un film profond sur le deuil, mais surtout une subtile œuvre fantastique. Bouleversant.
  • Bande-annonce

    The Last Face (2017)

    2 h 11 min. Sortie : . Drame.

    Film de Sean Penn avec Charlize Theron, Javier Bardem, Adèle Exarchopoulos

    15 Janvier.
    J’étais curieux de savoir comment un film bénéficiant d’une allure aussi prestigieuse pouvait s’attirer autant de critiques négatives. Casting opulent, réalisateur prometteur, sujet grave… Tout était là pour accoucher d’une réussite. « The Last Face » est, finalement, tellement ridicule que l’on se croirait presque devant un ovni expérimental mal torché. Theron et Bardem ont tous les deux un balais dans le cul, et la réalisation Sean Penn est totalement pompeuse, en plus d’une écriture si pathétique que l’on se fiche rapidement des rebondissements, très nombreux et redondants. On oubliera un coté rébarbatif insupportable, des dialogues même pas dignes de « Twilight » et une romance à l’eau de rose d’une incroyable vulgarité. Rien ne va, tout est anémique. Plus qu’un étron, un suicide.
  • Bande-annonce

    Jackie (2017)

    1 h 40 min. Sortie : . Biopic et drame.

    Film de Pablo Larraín avec Natalie Portman, Peter Sarsgaard, Greta Gerwig

    Séances de cinéma (1 salle)
    17 Janvier.
    Voir la critique.
  • La Soif de la jeunesse (1961)

    Parrish

    2 h 18 min. Sortie : . Drame.

    Film de Delmer Daves avec Troy Donahue, Claudette Colbert, Karl Malden

    21 Janvier.
    Au cinéma.
    Romance classique qui ne décevrait pas si elle n'était pas signée Delmer Daves. On s'ennui rapidement face à cette intrigue convenue, pratiquement autant que la mise en scène, et flirtant souvent avec un sentiment de lassitude. C'est pourtant le seul film que je connaisse se passant dans les plantations de tabac : plante personnifiée de façon outrancière comme étant un "bébé", même si Daves avance sans circonlucution dans une vive critique du business se cachant derrière elle.
    Pour faire bref, des personnages inintéressants mais sympathiques, qui ont donc le mérite d'être à l'image du film.
  • Bande-annonce

    Les Chaussons rouges (1948)

    The Red Shoes

    2 h 13 min. Sortie : . Drame, comédie musicale et romance.

    Film de Michael Powell et Emeric Pressburger avec Marius Goring, Jean Short, Gordon Littmann

    Séances de cinéma (1 salle)
    22-23 Janvier.
    Compte de fée chromatique marquant d’emblée au fer rouge grâce à un magnifique technicolor. Sur l’aspect esthétique, difficile de trouver quoi que ce soit à reprocher. Quasiment tous les plans sont des tableaux, chacun d’une beauté abyssale. Tragédie crépusculaire, le film bluffe avec ses personnages complets et son scénario spectaculaire. Difficile également à croire qu’il s’agit bien d’un métrage datant de 1948, tant il nous paraît moderne. Quand l’art devient passion, puis quand s’impose le choix entre la passion et l’amour. Splendide, prodigieux, incisif, et dévorant. Black Swan originis.
  • Bande-annonce

    La La Land (2017)

    2 h 08 min. Sortie : . Comédie musicale, comédie dramatique et romance.

    Film de Damien Chazelle avec Ryan Gosling, Emma Stone, John Legend

    Séances de cinéma (2 salles)
    27 Janvier.
    Voir la critique.
  • Bande-annonce

    Sausage Party : La vie privée des aliments (2016)

    Sausage Party

    1 h 29 min. Sortie : . Comédie et aventure.

    Long-métrage d'animation de Conrad Vernon et Greg Tiernan avec Seth Rogen, Kristen Wiig, Nick Kroll

    Séances de cinéma (1 salle)
    28 Janvier.
    Tour de force défendant un propos solide, ce film, trash à en faire rougir « Happy Tree Friends », dispose cependant d’un propos assez douteux en faisant, justement, l’apologie du trash, conduisant le tout à une vulgarité qui, à la longue, est clairement malvenue. Résultat, après coup, « Sausage Party » semble mou, trop mou pour nous pénétrer en hauteur ou en largeur.
  • Bande-annonce

    Kill for Love (2009)

    1 h 37 min. Sortie : 2009. Thriller.

    Film de Jean-Marie Pallardy avec Irina Sîrbu, Triin Roslender, Enrico Beruschi

    29 Janvier.
    Difficile d’en tirer quelques mots, tant l’expérience est forte. Tout simplement un délice cinématographique, repoussant très loin les frontières de l’indigence, de l’incompétence, ou de la stérilité. Un sommet de nanar psychédélique. Fascinant.
  • Bande-annonce

    Kids (1995)

    1 h 31 min. Sortie : . Drame.

    Film de Larry Clark avec Leo Fitzpatrick, Chloë Sevigny, Justin Pierce

    Séances de cinéma (1 salle)
    2 Février.
  • Bande-annonce

    Piège mortel à Hawai (1987)

    Hard ticket to Hawaii

    Sortie : mars 1987. Action.

    Film de Andy Sidaris avec Ronn Moss, Dona Speir, Hope Marie Carlton

    3 Février.

    Immense. Insondable.
  • Bande-annonce

    Creed : L'héritage de Rocky Balboa (2015)

    Creed

    2 h 12 min. Sortie : . Drame et sport.

    Film de Ryan Coogler avec Michael B. Jordan, Sylvester Stallone, Tessa Thompson

    Séances de cinéma (1 salle)
    4 Février.
    Dans « Creed », la rage est plus dans le cœur que sur le ring. Entre modernité et nostalgie, Ryan Coolger filme un Sylvester Stallone touchant, s’éclipsant au profit d’une jeunesse vaillante. L’intérêt vient notamment de la subtilité avec laquelle le film nous offre, plus qu’un passage du flambeau, un nouveau départ, avec une facilité galvanisante. On peut en tirer certains vices : narration commode, ou encore une aspect commercial écrasant la sincérité du métrage. Reste un combat ordinaire pour un film musclé.
  • Bande-annonce

    The Devil's Rejects (2005)

    1 h 41 min. Sortie : . Épouvante-Horreur.

    Film de Rob Zombie avec Sheri Moon Zombie, Bill Moseley, Sid Haig

    Séances de cinéma (1 salle)
    7 Février.
    Drolatique et brutal, « The Devil’s Reject » rend un hommage cru aux films des années 1970 en exploitant leur gisement moral tout en se révélant comme une élixir de mauvais gout. Aussi jubilatoire que crétin, Rob Zombie fait du neuf avec du vieux en assassinant les conventions, imposant une œuvre explorant les abysses du subversif, créant de l’empathie pour des tueurs en série. Délicieux film batard, « The Devil’s Reject » laisse fucked up.
  • Le Carnaval des âmes (1962)

    Carnival of Souls

    1 h 24 min. Sortie : . Fantastique et Épouvante-horreur.

    Film de Herk Harvey avec Candace Hilligoss, Frances Feist, Sidney Berger

    Séances de cinéma (1 salle)
    8 Février.
    Trip halluciné vieillissant, « Le Carnaval des Âmes », unique œuvre de son réalisateur, est un métrage disposant de bonnes fulgurances, cependant, il vaut surtout pour avoir inspiré toute une génération de cinéastes influents (David Lynch, Tim Burton, « L'échelle de Jacob »). Mais effroi, narration matricielle et étrangeté permanente ne suffisent pas à tirer le film de ses nombreux mauvais pas, comme son scénario approximatif, voire cheap. Candace Hillingoss est perdue dans la folie urbaine, tandis qu’Herk Harvey, lui, est perdu dans une dimension fantastique sans transcendance. Le carnaval n’est pas invité à la fête…
  • Cendres et Diamant (1958)

    Popiol I Diament

    1 h 43 min. Sortie : . Drame et guerre.

    Film de Andrzej Wajda avec Zbigniew Cybulski, Ewa Krzyzewska, Waclaw Zastrzezynski

    9 Février.
    Les sarcasmes de l’histoire au service d’un récit intemporel. C’est ce que propose « Cendres et diamant », véritable pierre angulaire du cinéma d’Andrzej Wajda et de la nouvelle vague polonaise. Chaque image est imprégnée d’une poésie céleste, et chaque métaphore se voit filmée avec subtilité, matérialisant un propos sempiternel : la liberté après la guerre. Formellement, le film est d'une implacable efficacité, et la Pologne est son vrai sujet. Superbe.
  • Bande-annonce

    La Chute de la maison Usher (1928)

    1 h 03 min. Sortie : . Drame et muet.

    Film de Jean Epstein avec Jean Debucourt, Marguerite Gance, Charles Lamy

    Séances de cinéma (1 salle)
    9 Février.
  • Bande-annonce

    Goshu le violoncelliste (1982)

    Sero hiki no Gôshu

    1 h. Sortie : . Animation et fantastique.

    Long-métrage d'animation de Isao Takahata avec Hideki Sasaki, Fuyumi Shiraishi, Masashi Amenomori

    Séances de cinéma (1 salle)
    10 Février.
    Au cinéma.
    Une sorte de « Whiplash » animé transpirant l’authenticité à travers une sublime métaphore de la relation entre l’homme, l’art, et la nature. L’animation est superbe, doublée de certains plans particulièrement beaux et un humour dosé avec précision, en plus d’une mélancolie très présente que l’on ressent à travers la solitude du héros. Par contre, un violoncelliste haschischin torturant un chat, c’est vraiment pour les enfants ?