Digressions digestives et débridées: les sons de 2019 (journal de bord)

Avatar Florian Sanfilippo Liste de

147 albums

par Florian Sanfilippo

Cette année, au lieu de baver comme un benêt sur les journaux de bords de mélomanes endimanchés, j'ai décidé de me lancer dans la gratte masturbatoire des albums égrainés.

Cette liste n'est pas un taupe ou un meilleur-of de 2019, c'est une chronique chronologique et chronophage d'à-peu-près toutes mes zécoutes de crus ou de pus musicaux sortis en 2019. Et en 2019 seulement (sinon ça deviendrait un peu lourd). C'est donc un classique journal de bord, ou un carnet de bord si vous préférez cette nuance, ou même un carne de porc pour les moins végétariens d'entre vous.

Sur chaque album, sa note dispensable assortie d'un petit commentaire tout chaud comme un pain moelleux. L'idée est de vous faire voguer dans la mer d'épinards de mes écoutes quotidiennes, donc d'étaler pudiquement tout mon ego musical, de partager avec vous les découvertes daubées comme les gemmes fraîchement débusquées.

Les styles se mélangent autant que possible, avec peut-être une attirance pour tout ce qui est progressif, psychédélique, un peu étrange, distordu voire dissonant ... donc plus Metal que Trap Rap, plus Indépendant que "Top-Chart". Tout est affaire de contexte, et de goûts bien subjectifs.

J'espère que vous aimerez piocher par-ci par-là dans cette large ferme musicale, un peu comme dans ce tableau de Dado qui trône sur l'image de couverture de cette liste SC de plus...

Bref, Enjoy ! Et longue vie à l'éclectisme musical !

Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Note globale
  • Ordre alphabétique
  • Date de sortie
  • Notes de mes éclaireurs
  • Note de l'auteur de la liste
  • Derniers ajouts
  • Kadaif (2019)

    Sortie : . 7 morceaux.

    Album de Turkish Delight

    11/01

    Le nom du groupe est trompeur, car ce rock psychédélique n'a rien de particulièrement turc, surtout que les mecs sont israélites !
    Toujours est-il que la performance est des plus honnêtes, avec un bon "fuzz" typique du genre, voire des incursions assez heavy comme sur Kareem ou Lotkabli. Dommage que le tout ne dure pas plus de 30 petites minutes.
  • The Woods (2019)

    Sortie : . Post-rock. 3 morceaux.

    Album de A Swarm of the Sun

    12/01

    4 ans après l'excellentissime "The Rifts", qui était déjà à placer dans le très haut du panier du post-metal, "The Woods" continue dans la voie de la quintessence. Les trois pièces ici taillées sont belles à en pleurer, très poétiques et sombres, amples et immersives. L'ensemble est concis, majestueux.
  • Pianette (2019)

    Sortie : . 12 morceaux.

    Album de Bruno Sanfilippo

    14/01

    Cet album est onctueux comme une crème légère qui coule au coin d'une bouche gourmande. Et non, je n'ai pas écouté ce rêveur doux et kitsch car il porte mon nom de famille !!! ... (bon, si un peu, d'accord).
  • Écouter

    Remind Me Tomorrow (2019)

    Sortie : . Pop indé et synthpop. 10 morceaux.

    Album de Sharon Van Etten

    22/01

    L'indie pop de la new-yorkaise est très bonne, voire excellente. L'album est à la fois intimiste et ample, organique et touchant, spontané et chirurgical. L'absence d'instru folk donne une relecture fraîche de l'univers de Sharon Van Etten.
  • Écouter

    Outer Peace (2019)

    Sortie : . Chillwave. 10 morceaux.

    Album de Toro y Moi

    23/01

    Décidément, j'ai énormément de mal avec ce gars là, sa chill-hop gratinée aux voicecoder (très lourds) et aux synthés bailleurs est vraiment insipide, et hormis quelques petits passages relaxants et sympas, on ne peut s'accrocher à pas grand chose ! Ce n'est hélas pas ce court album qui me fera changer d'avis.
  • Écouter

    Why Hasn't Everything Already Disappeared? (2019)

    Sortie : . Rock et art rock. 10 morceaux.

    Album de Deerhunter

    23/01

    Où est passée la verve psychédélique des premiers disques ? Les déluges de disto rock ? Le côté expérimental même ? Je n'ai jamais été un fervent défenseur de Deerhunter, mais faut avouer qu'ils avaient plus de caché et de couilles avant. Les voies du mainstream sont hélas bien pénétrables, preuve en est !
  • Écouter

    ROADS, Vol. 1 (2019)

    Sortie : . Electronique. 10 morceaux.

    Album de Thylacine

    24/01

    L'album electro de ce début d'année ! C'est à la fois reposant et entraînant dans les mélodies, discret et rythmé dans les beats. Thylacine nous pousse au voyage sur des routes lointaines, où l'épique n'est jamais très loin (Santa Barbara, superbe morceau)
  • Écouter

    Malibu Ken (2019)

    Sortie : . Hip hop et expérimental. 10 morceaux.

    Album de Aesop Rock, TOBACCO et Malibu Ken

    24/01

    Collaboration ingénieuse entre le rap d'Aesop Rock et la glitch de Tobacco. La fusion de ces deux styles assez prononcés sonne ... étrange, forcément. C'est déstructuré, ironique et avare en mélodies, mais derrière les croûtes de l’expérimentation, il y a de petites idées sympas. Simplement, dommage que ce soit si monotone.
  • Écouter

    Feral Roots (2019)

    Sortie : . 11 morceaux.

    Album de Rival Sons

    25/01

    Rival Sons confirment les espoirs que l'on avait placé en eux depuis quelques années déjà. Leur hard-rock est directement addictif, facilement ficelé mais brillamment composé et restitué, avec une veine bluesy qui continue à palpiter sur chaque morceau ou presque.

    L'hymne final "Shooting Stars" est extra. On flirte dangereusement avec le kitsch, mais ça marche tellement !
  • When a Shadow Is Forced Into the Light (2019)

    Sortie : . 8 morceaux.

    Album de Swallow the Sun

    26/01

    Un album marqué par la perte de la compagne du guitariste Juha Raivo, la chanteuse Aleah Starbridge (qui officiait dans Trees Of Eternity). Forcément, ça donne un album sombre, très sombre. Malheureusement, on ne retrouve pas l'audace de leur précédent effort, la trilogie Songs from the North. L'album ne dure "que" 52 minutes mais parait long tellement il est monotone. Le côté death est relégué en second plan, et la solennité de sonorités gothiques-doom à la Paradise Lost est proéminente. C'est tout à leur honneur, mais ce qui pêche ici, c'est le songwritting. C'est certes écrit avec cœur et âme, mais ça manque drôlement de fond. Une oeuvre crépusculaire qui malheureusement s'oublie.
  • Écouter

    Happy in the Hollow (2019)

    Sortie : . 11 morceaux.

    Album de TOY

    26/01

    Je me rappelle avoir bien accroché au 1er effort des messieurs, l'album eponyme de 2012. Là je dois avouer que ça m'a assez blasé, le mélange de pop à l'anglaise et de psychédélisme et de punk sur le tard m'a laissé tout bonnement perplexe. Tout est bien trop mou et lisse, et l'album passe vite en fond sonore pour cuisine sur le tard.
  • Écouter

    Lettre Infinie (2019)

    Sortie : . 13 morceaux.

    Album de Matthieu Chedid

    27/01

    Alors déjà que je n'appréciais guère M, cet album a fini de me fâcher avec ! Ce fils de nous ressort à chaque fois la même tambouille, à savoir une pop française qui emprunte allègrement à Balavoine ou à Berger et qui rajoute un petit lifting Disco façon Cloclo et des zestes de funk, et hop, il nous pond des tubes fadasses aux paroles très superficielles. Infinie copie d'une formule à la base sympathique, mais pour la moins éculée ... Raccroche le gel, M, tu fatigues ...
  • Écouter

    Fever (2019)

    Sortie : . Rock indépendant, rock alternatif, rock et pop. 11 morceaux.

    Album de Balthazar

    28/01

    Balthazar est un groupe de pop/rock indé qui en a de belles, d'idées ! Les belges affinent leur style et prennent un virage très pop, avec des grooves de basse à faire pâlir Jacco Gardner, sans le côté psyché. Chaque morceau à sa propre identité, avec des mélodies très bien foutues, des passages qui n'hésitent pas à s'étirer pour lâcher pleinement leur potentiel. Non franchement, ce "Fever" est une petite pépite pop, foncez !
  • Écouter

    Get Tragic (2019)

    Sortie : . 11 morceaux.

    Album de Blood Red Shoes

    28/01

    Il y a longtemps que BLOOD RED SHOES ne produit qu'un distillat frelaté d'indie rock. Reste la gomme pop pour les ondes radio peut regardantes sur la sincérité des morceaux. On se laisse transporter tellement c'est "easy listening", mais quand à s'en remémorer un quart d'heure après, c'est une toute autre paire de manches.
  • Écouter

    Verkligheten (2019)

    Sortie : . Melodic death metal. 16 morceaux.

    Album de Soilwork

    29/01

    Soilwork, je n'y arrive décidément pas. Autant j'apprécie le melo death scandinave, et le prog aussi, autant le mélange des deux à leur sauce me laisse perplexe, agacé parfois même devant la démonstration kitsch de leur son plastifié. Et une fois n'est pas coutume, je préfère oublié le méfait.
  • Latum Alterum (2019)

    Sortie : . 7 morceaux.

    Album de The Sabbathian

    29/01

    Il y a quelque chose de singulier dans le Doom Metal de TH SABBATHIAN. Peut-être cela tient-il au chant féminin mélancolique dont la solitude est amplifié par des chœurs incantatoires ? Ou bien sont-ce ces guitares qui n'hésitent pas à lorgner vers un black metal lancinant qui accroche au coeur ? Un peu de tout ça, ce qui fait de Latum Alterum un fort honnête album.
  • Écouter

    Nowhere Now Here (2019)

    Sortie : . Post-rock. 10 morceaux.

    Album de MONO

    30/01

    MONO réaffirme son statut de dieux du post-rock. Les nippons sont allé chercher bien profondément dans leurs émotions les plus denses, chaque morceau agrège une dose d'émotion assez unique, et même les incursions du chant viennent renforcer cette hyper-sensibilité mise en tremolis typiques au genre. ça fluctue, ça s'amplifie et se déchaîne, puis la marée d'émotions s'étouffe un peu et se recroqueville dans un calme apparent. Grand, grand MONO, jamais tu ne t'arrêteras.
  • Power Chords (2019)

    Sortie : . Rock garage, powerpop et lo-fi. 11 morceaux.

    Album de Mike Krol

    30/01

    POWER CHORDS reprend l'alchimie du garage-punk aux mélodies du rock indé, façon The Strokes. Justement, le souci, c'est que ça sonne beaucoup comme la bande à Casablanca, et rien,absolument rien, ne nous intrigue et ne nous fait sortir du "déjà entendu". Mike Krol est un exécuteur de qualité, mais un piètre compositeur. Entendu, oubliu.
  • Écouter

    Resist (2019)

    Sortie : . 10 morceaux.

    Album de Within Temptation

    31/01

    Je ne me souviens plus quand c'est la dernière fois que Within Temptation nous a pondu un album de metal ? Probablement en 2007 avec "The Heart of Everything". La carrière du groupe a toujours été médiocre, mais a connu un regain commercial avec "The Unforgiving" en 2011,qui réservait quelques chorus de bravoure reconnaissons-le. Puis "Hydra" a démoli tout ces frêles fondements. Vient le temps de "Resist", nouveau concept-album sur un futur où l'humain est asservi ... et résiste aux forces qui le tenaillent. Flambeau d'une humanité désuète, et d'une heavy-pop plus souvent anecdotique, parfois bien foutue, avec un ou deux sursauts métalliques mais globalement on côtoie davantage le cyber-dancfloor qu'aut' chose. Désolant diront certains, entêtant diront d'autres. Peut-être un peu des deux, mais totalement médiocre et superficiel avant tout.
  • Écouter

    Gallipoli (2019)

    Sortie : . Indie Folk. 12 morceaux.

    Album de Beirut

    02/02

    Gallipoli est un album de folk-pop douillet comme un canapé rembourré qui, juché au fond d'un vieil étage grinçant dans le bois et la poussière, vous apportera un mélancolique et doux repos. On s'y sent bien, et ça pousse aux rêves.
  • Écouter

    Stuffed & Ready (2019)

    Sortie : . 10 morceaux.

    Album de Cherry Glazerr

    02/02

    Du rock à tendances garagesques tout ce qu'il y a de plus ordinaire, et donc oubliable. L’éternel recommencement de l'ado mal peigné.
  • Another Round (2019)

    Sortie : . 13 morceaux.

    Album de Indian Askin

    05/02

    Cet album de rock est une véritable pépite ! D'inventivité, de spontanéité ! Ce groupe sort un peu de nul part (des tréfonds d'Amsterdam, apparemment), mais joue des mécaniques bien rodées. Les morceaux sont pétris d'humour et très aguicheurs, avec un sens aigu de la mélodie qui fait mouche. Les instrumentations sont variées et bien travaillées, le tout est ravageur ! Bref, ruez vous sur ce second album qui promet un beau devenir pour cet Indian Askin.
  • D A Y S (2019)

    Sortie : . 12 morceaux.

    Album de Lip Talk

    06/02

    De la pop éthérée à voix féminine, très éthérée, seuls quelques beats déconstruits viennent briser l'étoffe atmosphérique sur laquelle sont posées des mélodies désabusées, chantées en canon et amplifiées par des synthés et guitares pleureuses. C'est pas mal !
  • Dreaming in a Dead Language (2019)

    Sortie : . Black metal. 7 morceaux.

    Album de Mo'ynoq

    07/02

    L'album de black metal le plus existant de ce début d'année, qui perce férocement tout en ayant une approche très ambiancée. Les racines occultes sont assez tenues, ce qui permet aux musiciens de laisser s'exprimer des tendances progressives surprenantes. La pochette est plutôt canon aussi.
  • Écouter

    Forgotten Paths (2019)

    Sortie : . Black metal et folk metal. 4 morceaux.

    Album de Saor

    08/02

    Après l'ample "Aura" et le superbe "Guardians", on attendait le one-man-band SAOR au tournant. Malheureusement, "Forgotten Paths" marque un rétropédalage net, avec un contenu allégé et beaucoup moins inspiré. Le chant de Neige d'Alcest sur la chanson-titre est sympathique, certaines montées en puissance restent excellentes, mais l'émotion est diluée dans des incursions folkloriques parfois dignes d'un Fintroll. Non sans blague, c'est pas mauvais, mais clairement décevant. A la prochaine, Saor, dommage, sur la pochette, c'était une fois de plus de l'épique.
  • Écouter

    Quiet Signs (2019)

    Sortie : . 9 morceaux.

    Album de Jessica Pratt

    09/02

    Une petite ribambelle de chansons folk touchantes où la voie fragile de Jessica Pratt se pose sur quelques accords brumeux. On passe un agréable moment endormi et duveteux, sans aucune ambition supplémentaire.
  • Entropia (eilean 60) (2019)

    Sortie : . 7 morceaux.

    Album de Michel Banabila et Machinefabriek

    10/02

    Un album d'ambient très expérimental, qui entremêle des sonorités morcelées et organiques à des plages plus atmosphériques. L’électroacoustique des deux loustics fait des ravages, on se laisse très volontiers happer dans ce voyage entropique plutôt exigeant.
  • An Attempt to Draw Aside the Veil (2019)

    Sortie : . 7 morceaux.

    Album de van, Jozef Wissem et Jim Jarmusch

    11/02

    Le grand réal Jim Jarmush s'amuse à distordre des guitares folk avec son ami Jozef Van Wissem, à y rajouter des grumeaux sombres, de la reverb de quartiers poisseux et des petits bidouillis sonores qui passeraient bien dans un BO de David Lynch. Réjouissant.
  • Siku (2019)

    Sortie : . 11 morceaux.

    Album de Nicola Cruz

    12/02

    Le frenchy Nicola Cruz sert une tambouille electro qui sort des sentiers battus. Pas commerciales pour un sou, ses pulsations mid-tempo offrent la part belle aux rythmiques latines, parfois indiennes, toujours exotiques. On sent les effluves de cumbia se mêler à une downtempo réflexive, dans des morceaux homogènes qui se gobent tous-en-un. Siku est une jolie virée en terres lointaines.
  • Lotus (2019)

    Sortie : . 9 morceaux.

    Album de Soen

    12/02

    Cognitive (2012) était l'album du tâtonnement, Tellurian (2014) celui d'une confirmation, Lykaia (2017) était touchée par la grâce... qu'en est-il de "Lotus", quatrième méfait de l'un des plus gros espoirs de la scène prog metal européenne ? Et bien c'est du bon, voire du trèèèès bon. Tel le lotus, Soen s'amuse à renaître en élargissant sa palette d'influences. Certes, on sent à plein nez Tool, Opeth ou Katatonia, mais les suédois nous emmènent volontiers vers des terrains plus mélodieux. Si la prise de risque fait parfois un peu couac (le kitsch "river"), on avouera que Soen a peaufiné ses riffs et doté la plupart de ses titres de refrains très catchy. L'ensemble est une fois de plus très homogène, plein d'une volonté de bien faire qui se sent. Bien que très porté sur la mélodie, l'album reste très sombre. Heavy aussi, Soen n'ayant jamais sonné autant "metal prog" qu'auparavant. De là à dire que l'on dépasse la charge émotionnelle et le songwritting finement gratiné de Lykaia ? Je n'oserais point le dire ...