Films deux mille seize

Avatar Δρόμος Liste de

47 films

par Δρόμος

Premier film de l'année vu le 26 janvier. Vive les études.

Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Note globale
  • Ordre alphabétique
  • Date de sortie
  • Notes de mes éclaireurs
  • Note de l'auteur de la liste
  • Derniers ajouts
  • 1
  • 2
  • Bande-annonce

    Quand passent les cigognes (1957)

    Letyat zhuravli

    1 h 35 min. Sortie : . Drame, romance et guerre.

    Film de Mikhail Kalatozov avec Tatiana Samoilova, Aleksey Batalov, Vasiliy Merkurev

    Oui, joli.
    Il y a des images fort plaisantes, et des prises de vues assez novatrices pour 1957.
  • Bande-annonce

    Les Enfants du silence (1986)

    Children of a Lesser God

    1 h 59 min. Sortie : . Comédie dramatique.

    Film de Randa Haines avec William Hurt, Marlee Matlin, Piper Laurie

    Elle ressemble tellement à une pote.
    Ben, bof.
    J'aime pas trop le mec.
    Pas très bien suivi le début par contre.
  • Bande-annonce

    Belle de jour (1967)

    1 h 41 min. Sortie : . Drame et comédie dramatique.

    Film de Luis Buñuel avec Catherine Deneuve, Jean Sorel, Michel Piccoli

    Lu le livre il y a quelques mois, et tombée par hasard sur Pierre Clémenti, la combine des deux. Et ravie de retrouver Michel Piccoli.
    Bonne adaptation, et le film sort même mieux que le livre, je l'ai du moins personnellement préféré. Les rêvasseries sont sympathiques.
    Catherie Deneuve porte bien le rôle.
    Clémenti... Sa voix. Premiers mots : "Laisse la moi."
  • L'Ironie du sort (1974)

    1 h 45 min. Sortie : . Comédie dramatique.

    Film de Edouard Molinaro avec Reinhard Kolldehoff, Jean Desailly, Brigitte Fossey

    " C'est moi qui dors et c'est toi qui rêves. " ♥ (57'57'')

    Coup de cœur oui, de beaux dialogues. De beaux regards. Du charme. Dans un monde imaginaire...

    Tu lui ressembles tellement... Ta voix et ton regard.
  • L'Affiche rouge (1976)

    1 h 30 min. Historique.

    Film de Frank Cassenti avec Anicee Alvina, Maia Wodeska, Silvia Badescu

    Suis-je vraiment apte à le noter ? En ai-je le "droit" ?
    J'ai le sentiment que c'est une oeuvre qui ne cherche pas à être jugée justement, ou plutôt, elle s'en fout, ce n'est pas ça qui compte, l'important c'est de se remémorer quelques actes de certains, d'une époque, qu'on oublie malgré nous ; souvenirs, tendre nostalgie, délires, poésie. Fouillis du tout.
    Pour moi, Pierre Clémenti.
  • Bande-annonce

    Les 8 Salopards (2015)

    The Hateful Eight

    2 h 47 min. Sortie : . Thriller et western.

    Film de Quentin Tarantino avec Samuel L. Jackson, Kurt Russell, Jennifer Jason Leigh

    Séances de cinéma (1 salle)
    La première heure trente (à peu près) est quand même pas mal lente. J'avais hâte que ça bouge plus, ce dont on se doutait bien que ça allait arriver, vu Tarantino. Et bien, pas déçue. Gore (mais ça va encore) et drôle.
    Jennifer Jason Leigh est bien ! Samuel L. Jackson est génial.
    La musique, toujours.
    7+
  • Bande-annonce

    Le Guépard (1963)

    Il Gattopardo

    3 h 07 min. Sortie : . Drame.

    Film de Luchino Visconti avec Burt Lancaster, Claudia Cardinale, Alain Delon

    Séances de cinéma (1 salle)
    A revoir plus âgée, je suppose.
    Pour continuer ma série avec Pierre Clémenti.
    Burt Lancaster est incroyable.
  • Bande-annonce

    Point Break, extrême limite (1991)

    Point Break

    2 h. Sortie : . Action, policier et thriller.

    Film de Kathryn Bigelow avec Patrick Swayze, Keanu Reeves, Gary Busey

    Keanu est beauu !
    Le film est passable. Prévisible x 35'148.
    Superbe image du FBI aha...
  • Bande-annonce

    La Tour 2 Contrôle Infernale (2016)

    1 h 28 min. Sortie : . Comédie.

    Film de Eric Judor avec Eric Judor, Ramzy Bédia, Philippe Katherine

    Bon écoutez, c'est nul.
    Je m'en doutais bien, n'étant déjà guère fan du premier, mais après avoir gagné, avec ma sœur, une place pour l'avant-première, avec Eric et Ramzy en plus, ça ne se refuse tout de même pas ! Car aller au cinéma, ça reste de toute manière une des choses les plus chouettes au monde.
    Je les aime bien, ils sont drôles, mais des blagues de ce niveau, ça va pendant 15 minutes quoi, 1h28 c'est un peu longuet. J'ai quand même rigolé 3-4 fois, bien entendu, mais lassant.
  • Bande-annonce

    La brune et moi (1981)

    52 min. Sortie : .

    Film de Philippe Puicouyoul avec Pierre Clémenti, Anouschka, Pierre-Jean Cayatte

    Vu pour Clémenti, pas pour le rock, donc bon. Rejeté mon petiot
  • The Cake Eaters (2007)

    1 h 35 min. Sortie : 2007. Drame.

    Film de Mary Stuart Masterson avec Kristen Stewart, Aaron Stanford, Bruce Dern

    Je m'attendais à une petite romance typique américaine, et vu le début du film, j'y croyais bel et bien, mais finalement, c'est pas mal. Une réalisation simple, des personnages simples, voire bobets, des histoires relativement simples, mais le tout se regarde bien. (Et je supporte bien Kristen Stewart ! )
    Entrevue sur l'intimité de ce cocon de mâles de l'Amérique profonde.
    Chouette Elizabeth Ashley.
  • Bande-annonce

    La Chasse (2012)

    Jagten

    1 h 55 min. Sortie : . Drame.

    Film de Thomas Vinterberg avec Mads Mikkelsen, Thomas Bo Larsen, Annika Wedderkopp

    Dingue dingue dingue.
    Waw.
    Ça, c'est un film, une histoire.
    Parce que : tout tient debout, les acteurs sont parfaits, Mikkelsen est fabuleux.
    Comment une bande de potes peut casser selon le parti que prend chacun dans l'affaire, un peu de tous les caractères différents ; la brute qui ne réfléchit pas, juste bonne à frapper, l'intellectuel qui dialogue, fait de l'humour malgré tout et prend les choses en main, le meilleur ami à la fois introverti, déboussolé, influencé par sa femme, et le héros, qui résiste malgré tout, roc, ne se servant néanmoins pas beaucoup de la parole. Compréhensible d'un côté, comment peut-il juste prononcer "je suis innocent" quand il connaît à peine la situation dont on l'accuse.
    L'incrédulité.
    La violence, les paroles, les regards, les silences.
    Autres personnalités : la directrice (?) du jardin d'enfants, qui voit un collègue sympathique se transformer en pervers démoniaque (lorsque qu'elle quitte son bureau par la baie vitrée, extraordinaire) ; Agnès (ravie de la retrouver après "Les Idiots" (LARS ♥)), la femme du meilleur ami, qui passe des lasagnes aux insultes pires que cinglantes, qui rassure et soutient sa fille dans son témoignage (superbe scène...) ; Marcus, qui se retrouve victime à son tour ; et cette petite, Klara, fantastique, fantastique.
  • Bande-annonce

    En chair et en os (1997)

    Carne tremula

    1 h 39 min. Sortie : . Drame.

    Film de Pedro Almodovar avec Javier Bardem, Francesca Neri, Liberto Rabal

    Séances de cinéma (6 salles)
    Je le trouve différent des autres Almodovar. Plus recherché dans le scénario (peut-être pas autant que "La Piel Que Habito" néanmoins), bien tourné, mais du coup, j'accroche moins, il me manque les détails fous habituels d'Almodovar.
    Néanmoins toujours plaisant, mais ne rejoindra pas mes préférés de ses films.
    J'aime bien la scène d'ouverture.
  • Bande-annonce

    La Haine (1995)

    1 h 38 min. Sortie : . Drame.

    Film de Mathieu Kassovitz avec Vincent Cassel, Hubert Koundé, Saïd Taghmaoui

    Ces acteurs ! Tous, mais tous tous tous..!!
    Cassel passe pour un gros con, mais bien joué.
    Que dire de ce film ?.. Le sujet m'est inconnu. Je n'y connais à peu près rien aux cités, donc je ne saurais dire si c'est représentatif ou pas. J'ai envie de dire que oui... Bien que je ne sois pas sûre qu'il y ait autant de descentes de flics...? En tout cas en 24 heures, qu'ils les croisent quoi, quatre fois ? Ça fait pas mal. Mais ok, là c'était avec le contexte (maltraitance d'un des jeunes du coin).
    Trois personnages de trois origines différentes, unies contre la police et la société. Un malin et drôle, un à la limite de la sagesse, et le dernier en brute qui réfléchit assez peu, tous pètent les plombs assez fréquemment, tous vagabondent, en attendant que.. ça cesse "d'aller bien".
    Bref, leur fresque, que j'ai aimé regarder. En face d'eux, l'impuissance. Qui écoutent-ils ? Pas grand monde. Que recherchent-ils ? A être écoutés, entendus au pire. Du coup, à être respectés. Mais qui respectent-ils ? Les durs, c'est à peu près tout.

    Très bonne réalisation, séquences toujours précises et bien faites, le noir et blanc passe très bien, j'aime les courtes apparitions d'acteurs célèbres, relégués avec les Autres. Kassovitz lui-même.
    Tous jouent bien, bien, bien. Bien menés.

    Mais.. Je ne sais comment le noter. L'impression que juger ce film, serait de toute manière critiquable.
  • Bande-annonce

    Antichrist (2009)

    1 h 48 min. Sortie : . Drame.

    Film de Lars von Trier avec Willem Dafoe, Charlotte Gainsbourg et Storm Acheche Sahlstrøm

    Je ne noterai pas ce film.
    Car il ne m'a pas plu, mais je reconnais tout le travail effectué dessus, et le jeu d'acteurs, surtout de la part de Charlotte... Quelle performance.
    Je respecte tant Lars von Trier. Je ne veux pas que la note moyenne de ce film baisse, bien qu'elle ne soit déjà pas très élevée.
    Pourquoi n'ai-je pas tellement aimé ce film ? J'y apprécie pas mal de choses, car ça reste von Trier, mais le fond, ne me touche pas. Je pense, tout d'abord, que c'est le film le plus terrifiant que j'ai vu. Si von Trier veut faire un film d'horreur un jour, ce sera le meilleur de tous les temps. Mais je suis ravie qu'il reste dans les drames, c'est ce que je préfère, ce qui me touche le plus. Mais ici, pas touchée. Je ne saurais même pas tellement dire. Peut-être est-ce Dafoe qui me bloque. Je reconnais son talent (mais moins que Charlotte, oh), mais je n'accroche pas, il y a quelque chose... je ne sais pas. Puis, ce n'est pas un film agréable à regarder. Comme beaucoup d'autres, certes, mais il y avait quelque chose qui ne jouait pas. Et je ne parle pas d'aspect choquant, car il ne m'a pas spécialement choquée, non. C'est du von Trier, il faut s'attendre à tout. Il représente des choses qui existent, réalistes.
    C'est peut-être moi, dans les conditions où je l'ai visionné où ça n'a pas joué. Fort probable. Je ne l'ai pas vu qu bon moment. Je le reverrai donc un jour plus propice.
  • Dans les ténèbres (1983)

    Entre tinieblas

    1 h 45 min. Sortie : . Drame.

    Film de Pedro Almodovar avec Carmen Maura, Marisa Paredes, Julieta Serrano

    Séances de cinéma (5 salles)
    Mouais. Pas top.
    La sœur supérieure m'est désagréable.
    L'héroïne est super bien foutue, mais entre son visage et son corps, il y a une décennie de différence.
    Un peu ennuyée.

    Il y a quelque chose de génial dans les Almodovar, et dont j'aimerais bien savoir si c'est réel, si en Espagne ça se passe vraiment ainsi, c'est cette faculté qu'ont les personnages à se parler entre eux comme à des potes, alors qu'ils se connaissent depuis peut-être cinq minutes. Dans tous ses films, il y a de ça. Une personne raconte 2-3 anecdotes privées à un autre, sans trop attendre de réponse, et complètement à l'aise.
  • Bande-annonce

    Kika (1993)

    1 h 49 min. Sortie : . Comédie.

    Film de Pedro Almodovar avec Veronica Forque, Victoria Abril, Peter Coyote

    Ach. M'a dérangée.
    Déjà, insupportable cette Kika. Entre sa voix et son air ultra-débile, je ne suis vraiment pas fan. Et le scénario... Vraiment pas terrible. Le sexe est réduit à si peu de choses. La scène du viol est vraiment.. plate ? Fausse et moqueuse ou je-ne-sais-quoi, bref, me déplaît. Kika se comporte de la même manière avec son conjoint qu'avec son violeur, c'est-à-dire objet ultra-bavard qui ne ressent rien. J'aime bien Victoria Abril, mais ici, son personnage me débecte pas mal. Et tous les autres personnages... On ne s'attache à aucun, manque de charme.
    Quelques scènes sympas quand même ; l'interview par la grand-mère (la même qui danse avec sa petite-fille (scène mythique également) dans Atame)) et la fin (bon, comme par hasard, c'est un bellâtre).
    Toute manière, 1994, c'est une année pas terrible. N'est-ce pas Alex ?
  • Bande-annonce

    The Revenant (2015)

    2 h 36 min. Sortie : . Aventure et drame.

    Film de Alejandro González Inárritu avec Leonardo DiCaprio, Tom Hardy, Will Poulter

    On s'y attendait, c'est le truc typique américain. C'est-à-dire : se regarde bien (ici plutôt "assez bien"), pas fignolé de partout (toujours un peu d'arrangement, hum), pas très réaliste (tiré d'une histoire vraie là, mais eh, faut pas abuser hein), soit une BO très plaisante (quand Williams, Zimmer, etc ~), soit un truc bas de gamme (petits tubes à paillettes et co.), soit middle (le cas ici, c'est OK, pas ouf (juste des "pom pom"), mais pas chiante, enfin, ne m'a pas spécialement marquée pour être honnête), un peu de suspens, de la vengeance, prévisible (la fin par exemple), quelques petits coups de génie (ou du moins, d'un gars un peu malin) (ici, le capitaine (WEASLEY (Bill)) avec la branche dans le dos) et puis bien sûr, les personnages caractéristiques (un méchant parmi les gentils ; le héros qui est féroce, brave, a une femme en tête, se bat pour le bien d'autres ; un supérieur hiérarchique qui écoute le héros ; etc). Donc des petits clichés retrouvables, grosso modo, dans tous les blockbusters. Je n'ai pas l'air d'en parler très positivement, mais pourtant, je ne suis pas contre (d'où le fait que je dise que ce sont des films qui se regardent bien). Car dans la vie, il y a de tout ça, donc il faut bien le représenter. Après, certains réalisateurs creusent la chose, et nous offre des films plus personnels, plus touchants, etc. Ce qui me dérange le plus, c'est vraiment ce petit côté bâclé sur certains points. Des détails, "pas importants", donc ma foi, bim là il se retrouve ici, et pas très important de savoir comment il y est arrivé. Par exemple. C'est mon côté perfectionniste, il faut que tout soit explicable pour que l'entier de l'oeuvre soit réussie.
    Etc, etc, etc.
    Et pour finir, DiCaprio ne mérite pas d'oscar pour ce film. Je ne dis pas qu'il ne mérite pas d'oscar, car j'ai par exemple beaucoup aimé son jeu d'acteur, avec Kate Winslet (surtout elle en fait) dans Les Noces Rebelles, puis j'apprécie en général tous les films où il joue (sauf Gatsby en tout cas, quel ennui, mais pas contre lui), dans le sens que oui, il joue bien. Je pense qu'il mérite un oscar oui, un jour. Faudrait que je revoie plusieurs films avec lui pour l'affirmer vraiment. Mais, mais !, il a toujours le même rôle. De leader, de vengeur, de charmeur, etc. Ses expressions dans un film sont transposables à un autre de sa filmographie. Je m'avance peut-être un peu trop, n'étant pas calée en DiCaprio, mais par exemple Brad Pitt, entre... ---*voir film suivant*
    6+
  • Le revenant (1903)

    3 min. Sortie : 1903.

    Court-métrage de Georges Méliès

    (Pas vu ce court-métrage, navrée de "tricher", mais pas fini ma critique de The Revenant)

    ... entre L'Armée des 12 Singes (un fou (génial)), Rencontre avec Joe Black (sur la retenue, ténébreux), Troy (le mâle sauvage (son rôle phare, je dirais, celui qu'il interprète le plus souvent quand même), Mr. Smith (confiance en soi ++) et Burn After Reading (où je crois il joue un con, mais pas vu..), etc (y compris les films ratés), eh bien son jeu d'acteur change. Alors que DiCaprio, j'aimerais bien le voir jouer un jour un con. Mais il me reste beaucoup de films à voir avec lui, pas mon objectif, mais peut-être qu'une petite perle s'y trouve.
  • Bande-annonce

    Blow-Up (1966)

    1 h 51 min. Sortie : . Drame et thriller.

    Film de Michelangelo Antonioni avec Vanessa Redgrave, Sarah Miles, David Hemmings

    Hum. J'ai le regret de constater que seule, je ne comprends pas. Ok pour les symboles, mais l'histoire... Y en a t-il une ? Certains films n'ont effectivement pas besoin d'une intrigue, mais ici, ça ne colle pas. Je voulais une résolution, ou du moins un petit quelque chose menant sur une piste.
    Il y a des scènes, gestes, que je n'admets pas. Pourquoi enlève-t-elle sa chemise ? Pour moi, ça ne rime là à rien.
    M'énerve qu'il se casse sans rien dire du restau où il vient de commander son repas, m'énerve que toutes les filles qu'il rencontre soient toutes identiques. Je n'aime pas du tout la manière dont la femme est représentée dans le film. Elles sont toutes semblables, sans personnalité, avec un rire de greluche. Des objets robotisés, aussi bien sous les directives du photographe (encore ok dans ce cas, car rôle d'un mannequin), qu'à l'écoute de musique : la "femme mystérieuse" sur le canapé, qui sautille dans un rythme ridicule, suivant attentivement ensuite les commentaires du héros ; le public (femmes + hommes dans ce cas) devant la petite scène, mais quoi ?!, des pantins ultra placides, ne réagissant pas plus au morceau écouté (sauf un "couple", ah mon dieu, quand même) qu'au pétage de plombs d'un des artistes, puis devenant soudainement hystérique lorsqu'ils sont ~atteints directement.
    Des femmes-objet oui, sans caractère ; elles se laissent modeler par le héros, ne s'opposant à rien (le pire reste ces deux filles qui viennent se faire photographier et acceptent tout pour ça (alors même qu'elles ne semblent pas consentantes AU DÉBUT), en se laissant renvoyer ensuite, sans aucune opposition réelle et sans avoir eu gain de cause, bien sûr). Il les balaie toutes en deux temps trois mouvements. Sauf cette "femme mystérieuse" ? Je ne trouve pas. Il la traite comme il traite les autres, voulant d'ailleurs s'en servir comme les autres.
    Etc.
    Mais je mets 7 pour les points positifs, car il y en a, bien sûr. Le temps. Prise de temps d'Antonioni, ce que j'apprécie dans les films. Des séquences muettes, où l'on expire. Le thème de la photographie, pas de mode, celle naturelle, sauvegardant les éléments de la vie quotidienne. David Hemmings, que j'apprends à apprécier au cours du film (comme ses changements de comportement(s?) subits, aux allures infantiles, plaisant à voir de la part d'un mec archi-sûr de lui), peut-être car c'est le seul personnage qui a une personnalité... La dernière scène, avec les mimes, art qui me fascine.
    7-, risque de basculer à 6+
  • Bande-annonce

    Ma part du gâteau (2011)

    1 h 49 min. Sortie : . Comédie et drame.

    Film de Cédric Klapisch avec Karin Viard, Gilles Lellouche, Audrey Lamy

    Ouais ouais ouais.
    Karin Viard est sympathique. Lellouche, je ne suis vraiment pas fan. Pas l'air très malin, ça ne colle pas avec son rôle de baron de la finance ~.
    Film sympa quoi, du genre tu peux faire autre chose en même temps. Mais la fin est pas top, manquerait un bout.
  • Bande-annonce

    Lost in Translation (2003)

    1 h 41 min. Sortie : . Drame.

    Film de Sofia Coppola avec Bill Murray, Scarlett Johansson, Giovanni Ribisi

    Oui.
    Assez génial.
    J'apprécie Scarlett Johansson, moi qui ne suis pas fan du tout. Et Bill Murray est génial.
    Un monde à part, mon dieu, ne me donne pas du tout envie.
    Puis, quelques jours, quelques heures, pour toute une vie...
    Jolie complicité. Pour une fois, heureuse que ce ne soit qu'un amour platonique, ou du moins que ça n'en reste qu'un... L'étreinte finale est parfaite.
    8,7
  • Bande-annonce

    Mademoiselle (1966)

    1 h 40 min. Sortie : . Drame.

    Film de Tony Richardson avec Jeanne Moreau, Umberto Orsini, Georges Aubert

    Pas mal du tout. Diabolique, saisissant.
    Pauvre fils, pauvre homme.
    Le sadisme à l'état pur.
    Quelle époque...
  • Bande-annonce

    Alps (2011)

    Αλπεις

    1 h 33 min. Sortie : . Drame.

    Film de Yórgos Lánthimos avec Aggeliki Papoulia, Ariane Labed, Aris Servetalis

    Mon deuxième film de Lanthimos. Bon. Très, trop malaisant pour que je l'apprécie dans l'ensemble. Je passe un moment assez désagréable, bien que le film soit très intéressant. Le sujet est intéressant (re), le film est encore incroyablement esthétique (j'aime beaucoup ces (et ses) prises de vue lors de dialogues ou de scènes à deux, l'un flou, l'autre non), Aggeliki Papoulia est toujours terrifiante... Elle me terrorise personnellement, comment peut-on jouer de tels rôles ? Que met-elle de côté au niveau personnel, pour jouer des êtres aussi fous et aussi vides ? J'ai vu un petit interview où elle explique qu'ils jouent de manière très libre, sans même vraiment savoir ce qu'ils font. J'aurais du mal, j'aime bien avoir conscience des choses.
    Sinon, du point de vue du possible, ça ne me semble pas très réaliste. Dans le sens que même si on connaît les caractéristiques et les goûts (et plutôt "des" que "les", d'ailleurs) de quelqu'un, on est incapable de le remplacer. Chaque être humain n'est-il pas unique ?.. ;]
    Donc bref, intéressant, mais ne sonne pas tout à fait juste pour moi (moins que Canine par exemple, qui me semble être vraiment possible) et ne me fascine pas tant que ça, désagréable.
    Voir la critique de Jérôme Momcilovic, qui résume très bien le tout et sort même des éléments forts intéressants (je n'avais pas pensé au volet (~~) comme métaphore du rideau de la scène de théâtre), etc.
    6,4 (devrait peut-être plutôt être un 7, mais le malaise l'emporte)
  • Bande-annonce

    4 mois, 3 semaines, 2 jours (2007)

    4 luni, 3 saptamini si 2 zile

    1 h 53 min. Sortie : . Drame.

    Film de Cristian Mungiu avec Anamaria Marinca, Laura Vasiliu, Vlad Ivanov

    Pas mal.
    La réalisation me plaît beaucoup. Que ce soit par des séquences fixes et silencieuses particulièrement longues (dans la chambre (face à Ottila, avec les pieds de Gabita (le cadre est aussi fort plaisant); ou devant la porte de la chambre, dans le hall devant l'ascenseur, où le cadre tangue en continu car filmé sur l'épaule (je suppose), côté humain, j'aime beaucoup), par la scène où elle court dans la nuit, le cameraman la poursuivant également en courant, là encore ce côté libre, simple et artistiquement efficace, de mon point de vue du moins. Bien plus nature que tous ces blockbusters où je ne vois jamais un plan fixe autrement qu'immobile.
    Côté nature aussi par l'environnement, relativement pauvre et désaffecté. De jours, des grandes artères sans passages piétons, la nuit, des rues sombres, des silhouettes qui se détachent silencieusement, des bâtiments à l'abandon, l'ambiance est bien reconstituée.
    Et les personnages, les femmes pour qui se vêtir n'est pas une prise de tête, comme de se balader sans soutif, ce qui est effectivement fort plaisant. Le maquillage n'a pas l'air très à la mode non plus, me paraissent bien plus natures oui, et belles. Un repas où les gens ont tout de même l'air d'être habillés sur leur trente-et-un, mais juste pour le geste, ensuite, c'est à dix autour d'une table pour six et à la bonne franquette (!).
    Parlons maintenant du sujet. Intéressant, surtout au début, où on ne sait pas dans quoi on part (en tout cas moi, sans avoir lu de synopsis). Ensuite, il y a juste un petit moment qui me dérange, c'est la manière dont elles se donnent au "médecin". Juste dans le scénario, il y a quelque chose qui me gène. Peut-être parce que le dialogue, le discours même, de cet homme à propos de l'argent, du risque, de la prison, de la confiance, etc est tellement juste, tellement bon, tellement fatal en somme, que ce sous-entendu ne me paraît même pas assez explicite. Hmm, je ne sais comment dire.
    Petit bémol là-dessus.
    Coup de coeur sinon pour le jeu des acteurs. Allant de la réceptionniste à cet homme autoritaire et profiteur, ainsi qu'aux invités de l'anniversaire (on se croirait presque dans la pièce, avec en plus cette séquence encore une fois fixe), et surtout, Anamaria Marinca (Ottila), qui est assez incroyable. Un poil moins pour son copain à table, mais marrant à regarder, et Gabita peut-être, mais je crois surtout que c'est le côté non-autonome de son rôle qui ennuie un peu.

    Pas très clair tout ça, du tout.
    7,3
  • Bande-annonce

    Still Alice (2014)

    1 h 41 min. Sortie : . Drame.

    Film de Richard Glatzer et Wash Westmoreland avec Julianne Moore, Kristen Stewart, Kate Bosworth

    Ça vient. En italique

    Maintenant faut que je le retrouve...
  • Vincent, François, Paul et les autres... (1974)

    1 h 53 min. Sortie : . Comédie dramatique.

    Film de Claude Sautet avec Yves Montand, Michel Piccoli, Serge Reggiani

    Je crois que vu à peu près à cette période. Pas de commentaire constructif à faire, depuis le temps..
    J'avais en tout cas apprécié. Ces histoires de vies, et vies françaises, groupe de potes. C'est beau.
  • Bande-annonce

    The Lobster (2015)

    1 h 58 min. Sortie : . Comédie, romance, science-fiction et thriller.

    Film de Yórgos Lánthimos avec Colin Farrell, Rachel Weisz, John C. Reilly

    OKKKKKKKKkkkKKkkk

    Après une longue période d'abstinence cinématographique (~), ponctuée une fois par Still Alice (au moins, 1/1 bon film en quatre mois), je peux enfin resavourer le plaisir de me retrouver dans la pénombre, face à un écran (géant, s'il vous plaît), devant un film qui le vaut.
    + les pâtes au pesto, parfaaaaait.

    Mais le film ne l'est pas. J'avais trouvé Canine intéressant, je l'avais apprécié. Bien moins Alps. Ici, c'est pareil. Non, trop de choses me sont désagréables, je ne m'attends plus à apprécier le prochain film de Lanthimos. Dans son ensemble du moins, car il y a des bons points sinon. Revoir le commentaire avec Alps, plus haut.
    Joli travail du point de vue physique pour Farrell. Et ce casting justement, sacré casting. je crois que ça m'agace, que ces acteurs, bien mignonnets dans d'autres films, soient plongés ainsi dans l'univers malsain de Lanthimos. Je préfère des têtes moins connues, comme l'incontournable Aggeliki Papoulia. Elle me terrifie, mais je crois que je suis rassurée que ce soit toujours la même actrice à jouer ces rôles affreux et malsains, peut-être cela me persuade-t-il qu'en vérité, il existe peu de gens ainsi.
    Donc oui, malsain.
    Malsainmalsainmalsainmalsainmalsainmalsainmalsainmalsainmalsainmalsainmalsainmalsainmalsainmalsainmalsainmalsain

    Perversité intellectuelle, perversité morale.

    Des êtres sans âmes, voilà ce qu'on trouve dans les films de Lanthimos. Peut-être le fait-il pour dénoncer la société, ce que l'on devient malgré nous peu à peu ?.. Hum, pas convaincue. Je veux tout le contraire.
  • Bande-annonce

    Pique-nique à Hanging Rock (1975)

    Picnic at Hanging Rock

    1 h 55 min. Sortie : . Drame.

    Film de Peter Weir avec Rachel Roberts, Vivean Gray, Helen Morse

    Déçue.
    ( /!\ spoil ) Moi je voulais qu'on sache tout, qu'on apprenne tout. Des indices sont semés ("pas de culotte", "pas de corset", etc), mais rien n'est récolté.
    Et puis, pas passionnant.
    Voilà, commentaire de grande qualité.
  • Bande-annonce

    Une journée particulière (1977)

    Una giornata particolare

    1 h 46 min. Sortie : . Drame.

    Film de Ettore Scola avec Sophia Loren, Marcello Mastroianni, John Vernon

    Heureuse de ne pas avoir relu le synopsis auparavant, ainsi, je ne me doutais pas que Monsieur était gay ! Donc heureuse d'être surprise. La tournure fut donc légèrement différente de ce dont à quoi je m'attendais, et chouette.
    Jouent bien les deux.
    Elle a quelque chose, cette Sophia Loren.
  • 1
  • 2