Advertisement

Gaspar Noé

Avatar monDmonium Liste de

6 films

par monDmonium

Né en Argentine, Gaspar Noé passe son enfance entre Buenos Aires et New York. A l'âge de 12 ans, il arrive en France. Après des études de philosophie et de cinéma à l'Ecole Louis Lumière de Paris, il réalise ses premiers courts métrages dans les années 80 : Tintarella di luna et Pulpe amere.

En 1991, il crée sa propre société de production Les Cinémas de la zone, avec sa compagne Lucile Hadzihalilovic et réalise le moyen métrage, Carne, l'histoire d'un boucher qui élève seul sa fille handicapée mentale. Le film obtient le Prix de la semaine de la Critique et la Mention du Prix de la Jeunesse au Festival de Cannes.

Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Note globale
  • Ordre alphabétique
  • Date de sortie
  • Notes de mes éclaireurs
  • Note de l'auteur de la liste
  • Derniers ajouts
  • 1

    Carne (1992)

    40 min. Sortie : . Policier, drame et thriller.

    Court-métrage de Gaspar Noé avec Philippe Nahon, Blandine Lenoir, Frankie Pain

    Comment ne pas apprécier cette oeuvre atypique certes sans grande ambition, mais dont le traitement de l'histoire est si intelligemment mis en scène qu'il capte notre intérêt jusqu'à la dernière seconde. Je ne connaissais pas bien Philippe Nahon, et bien je confirme c'est un très bon acteur.
  • 2
    Bande-annonce

    Sodomites (1998)

    7 min. Sortie : 1998. Comédie et Épouvante-horreur.

    Court-métrage de Gaspar Noé avec Marc Barrow, Coralie Trinh Thi, Mano Solo

    Sodomites est un court-métrage à l'insignifiance proche d'une blague de cul de mauvais gout. J'aime bien Noé pour son audace, mais la elle ne fait que lui desservir. J'aimerai savoir comment on arrive à rassembler tout une équipe pour tourner ce genre de chose.
  • 3
    Bande-annonce

    Seul contre tous (1999)

    1 h 33 min. Sortie : . Policier et drame.

    Film de Gaspar Noé avec Philippe Nahon, Blandine Lenoir, Frankie Pain

    Séances de cinéma (1 salle)
    On peut pas dire que Seul contre tous sente la fraicheur d'un film qui donnera l'impression enthousiaste que le cinema est une activité divertissante formidable.
    On est quand même face à une oeuvre glauque et maussade qui transpire la déchéance, de tous ses pores, et qui laisse le sentiment moribond que la vie est une expérience dégueulasse.
    NÉANMOINS, et j'aime ce mot, on peut toujours compter sur l'excellente mis en scène d'un cinéaste qui n'hésite en aucun cas à laisser diverger sa personnalité troublante, pour nous pondre à tous les coup un travail qui laissera une trace évidente dans un coin de notre esprit, et rien que pour ça, il faut y jeter un oeil.
  • 4
    Bande-annonce

    Irréversible (2002)

    1 h 37 min. Sortie : . Drame et thriller.

    Film de Gaspar Noé avec Monica Bellucci, Vincent Cassel, Albert Dupontel

    Séances de cinéma (1 salle)
    C'est avec une petite appréhension que je relance un film dont il me reste un faible mais intense souvenir, accompagné par ma compagne qui débute dans l'univers Noé.

    La première heure est très dure à vivre, c'est d'une évidence absolument géniale.
    C'est glauque, sale, merdique, malsain et violent, et ma compagne n'y résistera pas, allant se coucher sur une impression dégueulasse "Je ne veux plus jamais faire l'amour de ma vie" dit-elle... "Merde" me dis-je, "J'aurai peut-être du regarder ça seul !!!".

    Mais la grandeur du film de Gaspar c'est que cette ignominie qui peut paraitre gratuite au premier abord, est grandement compensé dans la dernière demie-heure.
    Les acteurs sont sincères, sont bon, à l'aise, se sentent bien, et partagent des moments de vies agréables entre amitié et amour, avant un final sur fond de Beethoven d'une douceur formidable.

    C'est bien simple, à la toute fin du métrage, je me suis senti bouleversé durant quelques secondes, emporté par le lot des différentes émotions intenses vécu durant la vision, et personnellement, je ne vois aucune autre raison de regarder des films si ce n'est pour ressentir des choses fortes.

    Car Irreversible c'est juste ça, une expérience humaine qui frôle de près les plus grands aspects de notre condition, filmé par un artiste couillu qui n'hésite pas à dépasser les limites que tout le monde s'impose, quitte à choquer et subir les pires critiques qu'ils soient... et ça pour moi... c'est le véritable talent.

    Bravo mec!
  • 5
    Bande-annonce

    Enter the Void (2010)

    2 h 41 min. Sortie : . Drame et fantastique.

    Film de Gaspar Noé avec Paz de la Huerta, Nathaniel Brown, Cyril Roy

    Séances de cinéma (1 salle)
    Si on a l'impression de contempler un film unique pendant une heure, techniquement bluffant et touché par une forme de grâce psychédélique assez captivante, on finit par se perdre un peu devant la redondance des séquences qui manquent de toute évidence d'un contenu sur lequel on pourrait s'attacher.
    Ça virevolte, ça flotte, c'est coloré, c'est original, mais cette expérience unique au monde de 2h40 provoquera inévitablement de l'ennui pour tous ceux qui n'auront pas une dose suffisante dans le cornet.
    A découvrir.
  • 6
    Bande-annonce

    Love (2015)

    2 h 15 min. Sortie : . Drame, romance et Érotique.

    Film de Gaspar Noé avec Aomi Muyock, Karl Glusman, Klara Kristin

    Séances de cinéma (1 salle)
    LOVE m'a donné la vague impression que Noé à tourné son film comme un enfant découvre son zizi.
    Et que je m'amuse, et que j'essaie des trucs, et que je me fait plaisir, et que je fait un peu n'importe quoi... pour voir...
    Encore un fim qui fait parti de ce genre d'oeuvres qui ne naissent véritablement qu'au montage en bidouillant les rushs à disposition, et même si j'ai rien contre ce genre de pratique, ici on sent clairement qu'il manque de la matière pour maintenir éveillé le spectateur.
    Mais qu'importe, Gaspar présente quand même sa grasse bobine de 2h15, ou s'enchevêtrent les pensées gratuites de son esprit un poil narcissique, avec encore une fois une lumière magnifique et une identité artistique très intéressante, mais qui ne fait pas ressentir grand chose... hormis de l'ennui...