Histoire Vraie

Avatar Docteur_Jivago Liste de

143 films

par Docteur_Jivago

Je remplis la liste au fur et à mesure, il m'en manque pas mal déjà vu, je répertorie tout cela doucement.

Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Date de sortie
  • Derniers ajouts
  • Note de l'auteur de la liste
  • Notes de mes éclaireurs
  • Note globale
  • Ordre alphabétique
  • Popularité
Croissant
  • Croissant
  • Décroissant
  • Billy le Kid (1930)

    Billy the Kid

    1 h 38 min. Sortie : . Biopic, drame et western.

    Film de King Vidor avec Johnny Mack Brown, Wallace Beery, Kay Johnson

    King Vidor s'attaque à une des plus coriaces légendes de l'Ouest américain, Billy le Kid, et en propose un portrait à la fois âpre, dur et plutôt touchant. Billy est ici un garçon plutôt gentil, ayant souvent des raisons de faire ce qu'il fait. La finalité est d'ailleurs un peu décevante, notamment par rapport au rôle de Pat Garrett. Toutefois, l'ensemble reste bien dirigé, avec un King Vidor vraiment à l'aise derrière la caméra et intégrant parfaitement bien le parlant. Il sublime l'Ouest et le sens du mot western, avec quelques séquences plutôt mémorables.
  • Abraham Lincoln (1930)

    1 h 37 min. Sortie : . Drame, guerre et biopic.

    Film de David Wark Griffith avec Helen Ware, James Eagles, Fred Warren

    Si dans l'ensemble ce biopic semble trop dicté, voulant mettre en place toute la vie de Lincoln sans en avoir le temps et manquant de vraie puissance dramatique, il n'en reste pas moins efficace et intéressant sur plusieurs points. Après cela, le talentueux Griffith ne tournera plus qu'un film en 1931 et mourra en 1948 dans l'indigence, laissant derrière lui un formidable héritage ainsi qu'une immense empreinte dans l'histoire du cinéma.
  • Cléopâtre (1934)

    Cleopatra

    1 h 40 min. Sortie : . Biopic, drame et historique.

    Film de Cecil B. DeMille avec Claudette Colbert, Warren William, Henry Wilcoxon

    Si c'est dommage que cette fresque soit un peu trop rapide pour tout ce qu'elle a à raconter, Cléopâtre permet a Cecil B. DeMille de retranscrire l'aspect fascinant de Cléopâtre, immortalisée par Claudette Colbert, pour une oeuvre qui manque ni de charme, d'intérêt, de démesure ou de légèreté.
  • Bande-annonce

    Les Révoltés du Bounty (1935)

    Mutiny on the Bounty

    2 h 12 min. Sortie : . Aventure, drame et historique.

    Film de Frank Lloyd avec Charles Laughton, Clark Gable, Franchot Tone

    C'est en pleine mer que Frank Lloyd nous emmène en signant Les Révoltés du Bounty, mettant en scène une mutinerie et par ce biais ce qu'est la nature humaine. Il axe néanmoins son récit sur l'aventure, la fascination de la mer et le contexte de la fin du XVIIIème siècle. Les décors somptueux et Frank Lloyd sublie les paysages, tandis que l'atmosphère est tour à tour joviale puis intense, toujours avec un parfum d'aventure. Les relations entre les personnages sont bien écrites et mises en scène, alors qu'ils sont aussi parfaitement bien joués par de remarquables comédiens, avec un duel au sommet entre Clark Gable et Charles Laughton.
  • Je n'ai pas tué Lincoln (1936)

    The Prisoner of Shark Island

    1 h 36 min. Sortie : . Historique et drame.

    Film de John Ford avec Warner Baxter, Gloria Stuart, Claude Gillingwater

    Quelle oeuvre et quelle claque ! John Ford nous emmène ici au coeur d'une prison pour y suivre la détention d'un médecin accusé d'avoir tué Lincoln alors qu'il a juste aidé, sans le savoir, le réel assassin. L'écriture est juste parfaite, sublimé par une puissante et nerveuse mise en scène de John Ford, ce dernier met en avant le calvaire que vivra cet homme et nous fait sentir proche de lui, faisant ressortir toutes les sensations et émotion des enjeux et personnages. D'ailleurs, ils sont tous très bien écrits et gérés tandis que la tension est tout le long palpable et devient de plus en plus forte plus on avance dans le récit. De nombreuses scènes sont mémorables (celles en prisons, la tentative d'évasion etc) et sublimé par une Ford en parfait et brillant chef d'orchestre derrière la caméra. C'est à la fois sobre et tragique, bien aidé par une belle photographie en noir et blanc, utilisés à merveille, ainsi que d'excellents interprètes. Du vrai et du très grand cinéma, tout simplement.
  • Bande-annonce

    Vers sa destinée (1939)

    Young Mr. Lincoln

    1 h 40 min. Sortie : . Biopic et drame.

    Film de John Ford avec Henry Fonda, Alice Brady, Marjorie Weaver

    John Ford revient sur une partie plutôt méconnue de la vie de Lincoln, axé autour de sa jeunesse lorsqu'il débutait dans le métier d'avocat. C'est vraiment le premier procès du futur président qui intéresse le cinéaste américain et, allant de rebondissements en rebondissements, force est de constater que c'est fort passionnant. Le rythme, l'ambiance, les personnages, le sens du détail… tout est brillament maitrisé par un John Ford inspiré, mettant bien en avant la façon de penser de Lincoln (honneur, fierté, justice…), bénéficiant d'une excellente reconstitution et surtout un immense, comme souvent, Henry Fonda, livrant une très grande performance d'acteurs.
  • La Charge fantastique (1941)

    They Died with Their Boots On

    2 h 20 min. Sortie : . Western et biopic.

    Film de Raoul Walsh avec Errol Flynn, Olivia de Havilland, Arthur Kennedy

    Avec La Charge fantastique, Raoul Walsh retrouve Errol Flynn pour une oeuvre pleine de panache, de fougue, à l'image du portrait du général Custer, et remplie d'émotion ainsi que d'aventure. C'est du cinéma beau, parfois intense et porté sur l'émerveillement, le vrai, comme on en fait plus, le tout étant réalisé avec une réelle passion. Ici, la vérité historique n'est pas forcément respectée, mais le contexte demeure passionnant, surtout que Walsh parvient à le sublimer, tandis que de remarquables comédiens (le duo Errol Flynn / Olivia de Havilland est parfait) sont capable de porter l'oeuvre sur leurs épaules.
  • Bande-annonce

    Gentleman Jim (1942)

    1 h 44 min. Sortie : . Biopic, sport et romance.

    Film de Raoul Walsh avec Errol Flynn, Alexis Smith, Jack Carson

    C'est bien plus qu'un biopic que propose Raoul Walsh avec Gentleman Jim, emmené par un acteur au sommet de son art, il y mêle sport, humour, charme et émotion pour un film passionnant, énergétique et attachant. Un vrai régal.
  • Ivan le Terrible (1944)

    Ivan Grozny

    1 h 43 min. Sortie : . Biopic et historique.

    Film de Sergueï Eisenstein avec Nikolai Cherkasov, Ludmila Tchelikovskaia, Serafima Birman

    Eisenstein propose là une oeuvre d'une rare puissance, tant sur le fond, passionnant, complexe, intriguant ou encore intelligent, que la forme, avec plusieurs innovations, des trouvailles remarquables ou encore une magnifique photographie, le tout servi par de remarquables comédiens, ainsi qu'une émotion très forte.
  • Boomerang ! (1947)

    1 h 28 min. Sortie : . Drame et policier.

    Film de Elia Kazan avec Dana Andrews, Jane Wyatt, Lee J. Cobb

    Elia Kazan propose avec Boomerang une oeuvre efficace et passionnante, notamment grâce à une atypique et étrange galerie de personnages, tout en mettant à mal le système judiciaire américain et emmené par d'immenses comédiens, à commencer par Dana Andrews, Arthur Kennedy et Lee J. Cobb.
  • Bande-annonce

    Moulin Rouge (1952)

    2 h 03 min. Sortie : . Comédie dramatique et biopic.

    Film de John Huston avec José Ferrer, Colette Marchand, Zsa Zsa Gabor

    John Huston propose avec Moulin Rouge une retranscription de la vie de Toulouse-Lautrec parfois maladroite mais prenante et d'une infinie tristesse où l'on suit dans un magnifique Paris de la belle époque, le spleen d'un artiste en mal de vivre.
  • Destination Gobi (1953)

    1 h 30 min. Sortie : . Aventure.

    Film de Robert Wise avec Richard Widmark, Don Taylor, Max Showalter

    Destination Gobi représente surtout une curiosité, un film qui manque d'ambition par rapport à son sujet mais qui reste orchestré avec efficacité et savoir-faire, sachant être suffisamment bien rythmé pour éviter tout ennui, le tout étant emmené par de bons comédiens, Richard Widmark en tête.
  • Le Cirque en révolte (1953)

    Man on a Tightrope

    1 h 45 min. Sortie : . Drame.

    Film de Elia Kazan avec Fredric March, Terry Moore, Gloria Grahame

    Elia Kazan signe avec Man on a Tightrope une oeuvre qui, malgré une certaine maladresse, se révèle captivante et agréable à suivre, où l'on s'attache aisément aux personnages jusqu'à une parfaite dernière partie sous tension.
  • Les Rats du désert (1953)

    The Desert Rats

    1 h 28 min. Sortie : . Action, aventure, drame et guerre.

    Film de Robert Wise avec Richard Burton, James Mason, Robert Newton

    Si Robert Wise ne transcende jamais vraiment son sujet avec Les Rats du Désert, il n'en reste pas moins un minimum efficace et propose une oeuvre intrigante, sublimant d'intéressants portraits humains portés par d'immenses interprètes, Richard Burton en tête.
  • Bande-annonce

    La Tunique (1953)

    The Robe

    2 h 15 min. Sortie : . Péplum et historique.

    Film de Henry Koster avec Richard Burton, Jean Simmons, Victor Mature

    Premier film tourné en CinemaScope, La Tunique bénéficie d'abord d'un sujet passionnant, tournant autour la religion chrétienne au sein de l'empire Romain pendant les dernières heures de Jésus, et surtout après la crucifixion de celui-ci.

    L'oeuvre est surtout axée sur le tribun Marcellus Gallio, et sa découverte de la religion, alors en totale contradiction (et hors la loi) avec l'empire romain. C'est lui qui porte le film, il est bien écrit et attachant, avec une excellente interprétation de Richard Burton (les comédiens sont, dans l'ensemble, très bons).
    Malgré tout, le film a des faiblesses, à commencer par un ton parfois pompeux ainsi qu'une absence de sensation particulière, Koster n'arrivant pas forcément à sublimer cette passionnante histoire. Il reste tout de même de belles séquences, ainsi qu'une reconstitution et bande originale à la hauteur de ce sujet.
  • Bande-annonce

    Les Gladiateurs (1954)

    Demetrius and the Gladiators

    1 h 41 min. Sortie : . Péplum.

    Film de Delmer Daves avec Victor Mature, Susan Hayward, Michael Rennie

    Reprenant là où s'arrêtait La Tunique, Les Gladiateurs se révèle être moins contemplatif et plus dans l'action, suivant de près un remarquable Victor Mature devant faire face à la folie de Caligula. L'aspect religieux est un peu mis en retrait, l'action est plus présente et surtout, Daves a la bonne idée de ne jamais lâcher Mature. Tout n'est pas parfait, notamment dans l'atmosphère ainsi que des émotions peu présentes, mais Daves se montre efficace à la réalisation, retranscrivant assez bien l'aspect fascinant de cette époque mais aussi la cruauté de cet empereur se prenant pour Dieu et la quête divine de Demetrius.
  • Désirée (1954)

    1 h 50 min. Sortie : . Biopic, historique et romance.

    Film de Henry Koster avec Marlon Brando, Jean Simmons, Merle Oberon

    Marlon Brando et Jean Simmons donnent vie à Napoléon et Désirée Clary, future reine de Suède, devant la caméra d'un Henry Koster plutôt inspiré, notamment pour créer une ambiance romantique, puis fascinante liée à l'époque décrite. Imparfait, manquant notamment d'émotion, Desirée tient sur les épaules des deux comédiens principaux, notamment un Brando, parfait et surprenant dans le rôle du célèbre empereur français.
  • Le Calice d'argent (1954)

    The Silver Chalice

    2 h 16 min. Sortie : . Drame, romance et péplum.

    Film de Victor Saville avec Virginia Mayo, Pier Angeli, Jack Palance

    En signant Le Calice d'argent, Victor Saville propose un péplum fort intéressant dans l'Histoire qu'il raconte et les réflexions entamées, notamment autour de la religion, des prophètes, de leur importance dans l'Histoire et de la vulnérabilité de l'humain. Il s'appui sur une scénario bien construit, à défaut d'une mise en scène inoubliable, manquant de force et d'une réelle atmosphère prenante. Heureusement, quelques éléments viennent aussi sublimer cela, à l'image des somptueux décors, d'un certain charme, d'une bande-originale parfaite ou encore de très bons comédiens, à l'image d'un jeune Paul Newman imposant déjà tout son charisme (et on notera une jeune Natalie Wood déjà parfaite, malgré une teinture blonde !).
  • Hélène de Troie (1956)

    Helen of Troy

    1 h 58 min. Sortie : . Péplum, drame et romance.

    Film de Robert Wise avec Rossana Podesta, Jacques Sernas, Cedric Hardwicke

    Si Hélène de Troie montre quelques faiblesses dans l'écriture ainsi que l'atmosphère proposée, ça n'en reste pas moins une oeuvre assez efficace, bénéficiant notamment d'une production pharaonique et du savoir-faire du futur metteur en scène de West Side Story.
  • Bande-annonce

    Le Conquérant (1956)

    The Conqueror

    1 h 51 min. Sortie : . Aventure.

    Film de Dick Powell avec John Wayne, Susan Hayward, Pedro Armendáriz

    En voilà une oeuvre intrigante mais inquiétante, où John Wayne se retrouve dans la peau de Gengis Khan, fondateur de l'Empire mongol, le plus vaste de tous les temps. Au delà des problèmes de casting et de perception du monde asiatique, il y a d'immenses failles au niveau de la mise en scène, incapable de donner un réel souffle à l'oeuvre, ainsi que diverses émotions, et finalement, Le Conquérant se révèle trop ennuyant malgré quelques passages réussis.

    Pour l'anecdote triste, l'oeuvre fut tournée près de terrain d'essais nucléaires, qui ont eu lieu peu de temps avant, et plusieurs personnes ayant bossé sur le film ont développé un cancer avant 1981 (91 sur 220, dont 46 fatals).
  • Bande-annonce

    La Vie passionnée de Vincent van Gogh (1956)

    Lust for Life

    2 h 02 min. Sortie : . Drame et biopic.

    Film de Vincente Minnelli avec Kirk Douglas, Anthony Quinn, James Donald

    Vincente Minnelli livre avec Lust for Life une oeuvre aussi forte que surprenante, à l'image du personnage qu'il met en scène. Il ne tombe pas dans les pièges dans les biopics, mais s'imprègne de l'homme, ses inspirations et son esprit. Il s'éloigne des légendes entourant le personnage, pour mieux cerner l'artiste, sa vision de l'art et sa façon de vivre. C'est tout simplement passionnant et parfaitement mis en scène, avec des images magnifiques, des décors colorés et imaginatifs ou encore de grands comédiens.
  • Bande-annonce

    Les Sorcières de Salem (1957)

    2 h 25 min. Sortie : . Drame et historique.

    Film de Raymond Rouleau avec Simone Signoret, Yves Montand, Jean Debucourt

    En signant Les Sorcières de Salem, Raymond Rouleau s'attaque au maccarthisme via les procès pour sorcellerie dans la Nouvelle Angleterre du XVIIème siècle. Alors, le film est loin d'être irréprochable, avec un rythme mal géré, des personnages pas toujours bien dépeint ou encore un aspect historique mal exploité, et c'est dommage car il y a de bonnes choses et cette oeuvre aurait méritée mieux. Sans être extraordinaire, les comédiens sont eux plutôt bons, et arrivent à donner de la consistance à leur personnage.
  • Bande-annonce

    L'Auberge du 6ème bonheur (1958)

    The Inn of the Sixth Happiness

    2 h 38 min. Sortie : . Drame.

    Film de Mark Robson avec Ingrid Bergman, Curd Jürgens, Robert Donat

    C'est une oeuvre vraiment surprenante que propose Mark Robson avec L'Auberge du Sixième Bonheur, une aventure captivante, la découverte et le partage d'autres cultures, ainsi qu'un portrait de femme passionnant, avec une Ingrid Bergman moderne et rempli de conviction pour aller au bout de ses idées.

    Le film est rempli de petits détails passionnants, comme la barrière de la langue, la religion ou la vision de la femme selon les pays, et tout cela est bien traité, avec respect et une certaine finesse. On peut regretter une certaine fadeur dans les seconds rôles, tant dans l'écriture que l'interprétation, mais Ingrid Bergman parvient quand même à porter tout cela sur ses épaules, grâce une composition juste et intelligente.

    Le scénario est assez bien construit, nous emmenant à la découverte d'un pays avec un œil occidental. Sans être transcendant l'aspect émotion est aussi assez réussi, alors que Robson met bien en place les dilemmes d'une femme, d'un peuple et d'un pays. Enfin, les décors sont chouettes, la reconstitution immersive, et c'est avec émotion que l'on suit cette aventure tirée d'une histoire vraie.
  • Bande-annonce

    Je veux vivre ! (1958)

    I Want to Live!

    2 h. Sortie : . Biopic, policier, drame et film noir.

    Film de Robert Wise avec Susan Hayward, Simon Oakland, Virginia Vincent

    Alors qu'il enchaîne les films à une vitesse folle, Robert Wise propose Je Veux Vivre! et capte parfaitement le sort de Barbara Graham, première femme condamnée à mort, tout en mettant en avant les failles dans la justice ou encore les médias et en créant une atmosphère sombre, jazzy et prenante.
  • Alamo (1960)

    The Alamo

    2 h 35 min. Sortie : . Western et historique.

    Film de John Wayne avec John Wayne, Richard Widmark, Laurence Harvey

    Si John Wayne a mis du temps pour vraiment s'essayer derrière la caméra, il le fait avec un immense talent en signant Alamo, sachant créer une grande fresque sur l'histoire de l'Amérique, et il le fait avec émotion et force. Ces tableaux sont passionnants et surtout émouvants, avec quelques doses d'aventure ou d'humour, tout en étant incarnés par de fantastiques comédiens, qui se révèlent à la hauteur de ce chef d'oeuvre.
  • Bande-annonce

    Les Révoltés du Bounty (1962)

    Mutiny on the Bounty

    2 h 58 min. Sortie : . Aventure.

    Film de Lewis Milestone avec Marlon Brando, Trevor Howard, Richard Harris

    Du grand cinéma comme on en fait plus, une grande et belle fresque avec ses envolés musicales en fond sonore et son jolie technicolor qui ne fait que bonifier les paysages, déjà magnifiques, et porté par de remarquables comédiens.
  • Freud - Passions secrètes (1962)

    Freud

    2 h 20 min. Sortie : . Biopic et comédie dramatique.

    Film de John Huston avec Montgomery Clift, Susannah York, Larry Parks

    En mettant en scène une partie de la vie de Freud, John Huston va surtout s'intéresser à l'homme, sa pensée ou encore ses travaux, sachant le rendre passionnant et en tirer une oeuvre complexe, non sans défaut mais intelligente, bien écrite, bien interprétée et parfois même touchante.
  • On a volé la Joconde (1966)

    Il ladro della Gioconda

    1 h 35 min. Sortie : . Romance et comédie.

    Film de Michel Deville avec George Chakiris, Marina Vlady, Margaret Lee

    Vaguement inspiré du vol du tableau de Mona Lisa en 1911, On a Volé la Joconde tire surtout vers le burlesque, la comédie et un certain sens de la légèreté. On appréciera notamment le duo composé de George Chakiris et la jolie Marina Vlady, lui en gentleman cambrioleur, et elle qui va se retrouver embarquer dans les aventures de celui-ci. Michel Deville propose une mise en scène plutôt efficace, à défaut d'être vraiment ambitieuse, et on se laisse assez facilement embarquer dans le voyage de la Joconde à travers la France, qui bénéficie aussi d'un cadre assez sympathique.
  • Bande-annonce

    Andreï Roublev (1966)

    Andrey Rublyov

    3 h 03 min. Sortie : décembre 1966. Drame, biopic, historique et guerre.

    Film de Andreï Tarkovski avec Anatoli Solonitsyne, Ivan Lapikov, Nikolai Grinko

    Légèrement sceptique avant de commencer, tous les doutes se sont vite dissipés face à l'ampleur et la richesse de cette oeuvre aussi inoubliable qu'intelligente et, en nous faisant suivre l'errement d'Andreï Roublev, évoque l'art, la vie, l'humain ou encore la foi.
  • Bande-annonce

    Bonnie et Clyde (1967)

    Bonnie and Clyde

    1 h 51 min. Sortie : . Biopic, drame, gangster et road movie.

    Film de Arthur Penn avec Warren Beatty, Faye Dunaway, Michael J. Pollard

    "Voici Miss Bonnie Parker. Je suis Clyde Barrow. Nous volons les banques." Provocant, fascinant, violent, intelligent, libre, captivant, poétique... Arthur Penn offre une magnifique et tragique histoire d'amour superbement mis en scène et interprété par un charismatique et magnétique duo.