I Am Made of Endless Hours

Avatar Gweilo Liste de

513 albums

par Gweilo

Un puzzle de mots et de pensées, du moins j'essaie. Un jour un effort sur les annotations et la clarté.
Bilan de 2015 : 534 albums, 342 dans cette liste

Illustration : installation Datamatics de Ryoji Ikeda.

Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Date de sortie
  • Derniers ajouts
  • Note de l'auteur de la liste
  • Notes de mes éclaireurs
  • Note globale
  • Ordre alphabétique
  • Popularité
Croissant
  • Croissant
  • Décroissant
  • Écouter

    Silentintroduction (1997)

    Sortie : . Electronique et deep house. 10 morceaux.

    Album de Moodymann

    Très intéressant ce dernier morceau acid-house alors que le reste du disque était bien plus marqué par la disco. Après ça reste de la house, genre dans lequel je m'y connais très mal, donc j'ai pas vraiment idée du niveau présenté ici.
  • Atomin paluu (OST) (2016)

    Sortie : . Techno minimale, techno, bande originale, industrielle et expérimental. 12 morceaux.

    Bande-originale de Pan Sonic

    C'est une belle offrande pour la fin de la carrière, bien envie de matter le docu juste pour voir des images de centrale nucléaire avec les grosses turbines de Pan Sonic. Sinon c'est comme d'habitude, les sonorités de boucher, les expérimentations sur les fréquences fixes et la stéréo, le sound design massif et expansif, bref du Pan Sonic quoi. J'attends beaucoup le prochain album de Ilpo Väisänen d'ailleurs, je sais pas trop pourquoi.
  • Écouter

    1977 (2013)

    Sortie : . 13 morceaux.

    Album de Kölsch

    Le premier morceau est cool, après ça se répète pendant 1h15. All That Matters c'est pire que tout aussi.
  • Écouter

    My Name Is My Name (2013)

    Sortie : . Hip hop. 12 morceaux.

    Album de Pusha T

    C'est rigolo 5 minutes les prods hyper minimalistes mais faudrait veiller à les remplir un peu plus, là c'est complètement vide, rien qui retient l'oreille. Sinon Pusha si tu veux être intéressant quand tu parles de vendre des drogues je te conseille un rappeur nommé Jay Z, lui au moins arrive à donner l'impression qu'il a toujours quelques kilos dans le coffre de sa caisse.
  • Écouter

    Like Water for Chocolate (2000)

    Sortie : . Rap conscient et hip hop. 16 morceaux.

    Album de Common

    D'un point de vue musical c'est toujours aussi cool, très bel hommage à la black music, du Jay Dee, Questlove qui est présent, là n'est pas le problème. Le problème c'est que Common est toujours très moralisateur dans ses textes, et ça sonne parfois un peu forcé, après le mec rappe super bien, juste qu'il donne parfois l'impression d'être chiant.
  • Écouter

    Street Horrrsing (2008)

    Sortie : . Drone, electronique, rock, expérimental et rhythmic noise. 6 morceaux.

    Album de Fuck Buttons

    Toujours très très fort dans la façon de tout mélanger dans d'immenses buildups, entre noise, psychédélisme et post-rock. Ils se sont clairement calmés depuis ce premier disque en fait, là ça crie, ça tape des percus tribales, et on sent moins le post-rock malgré des compositions finalement assez accessibles.
  • Écouter

    Multiples (2005)

    Sortie : . Electronique, minimale, avantgarde, expérimental et contemporaine. 8 morceaux.

    Album de Keith Fullerton Whitman

    Splendide en matière de composition (surtout en 2005, soit plus de 5 ans avant que tout le monde commence à se branler furieusement sur le tout-analogique), et la deuxième partie du disque est magnifique niveau mélodie et entrelacement des sonorités. Vraiment un disque Kranky qui me plait (ça faisait longtemps d'ailleurs), ça me parait limite étonnant qu'ils aient eu les couilles de sortir ça, on dirait parfois du Mego en plus soft au début du disque.
  • Écouter

    Stoic (EP) (2012)

    Sortie : . 5 morceaux.

    EP de WIFE

    Quand je pense qu'on a perdu Altar of Plagues et qu'on a eu ça en échange, on s'est vraiment fait avoir dans l'histoire.
  • Écouter

    Cinemascope (2001)

    Sortie : . IDM, techno, ambient, electronique et minimale. 10 morceaux.

    Album de Monolake

    Comme sur Interstate, le dernier morceau est juste incroyable, et tout l'album ne donne pas dans la petite composition facile, toujours un niveau de jeu au dessus du lot malgré certains choix qui ont un peu vieilli.
  • Écouter

    Vrioon (2002)

    Sortie : . Musique classique contemporaine, electronique, minimale et glitch. 6 morceaux.

    Album de Ryuichi Alva Noto + Sakamoto

    C'est le début, ils sont pas encore totalement coordonnés et on est loin du style développé dans _utp mais c'est tout de même magnifique, ce piano aléatoire qui dérive dans les microsons de Noto, ce pointillisme minimaliste. Toujours cette émotion très simple, très pure, qui transparait à chaque évolution également.
  • Écouter

    For (2006)

    Sortie : juin 2006. Electro/techno. 9 morceaux.

    Album de Alva Noto

    Je suis vraiment admiratif de la façon dont il arrive à mêler composition super savante et scientifique à cette émotion diffuse, ça fait très The Caretaker numérique à la première écoute. Plus globalement, j'ai encore l'impression de découvrir une nouvelle face de Carsten Nicolai, à croire qu'il n'en finira jamais de me surprendre.
  • Écouter

    Artificial Intelligence (1992)

    Sortie : . Electronique, ambient, downtempo et IDM. 10 morceaux.

    Compilation de Various Artists

    Le début de tout l'IDM, Warp à son meilleur avec une line-up 5 étoiles : Richard D James, Autechre, les mecs de Plaid, Speedy J, il y a même Richie Hawtin sous le pseudnoyme de Up!. C'est fou les morceaux d'Autechre sont déjà au dessus, la version plus "dansante" de Eggshell ("The Egg") est très cool.
  • Un peu de neige salie (1993)

    Sortie : 1993. Electronique et minimale. 5 morceaux.

    Album de Bernhard Günter

    Je suis à vrai dire complêtement incapable de noter cet album, d'où le 6 un peu aléatoire.Si j'ai beau écouter beaucoup d'ambient et de choses parfois assez minimalistes, le lowercase me laisse pour le moment assez indifférent : ça s'écoute très facilement certes, mais j'ai beaucoup de mal à évaluer l'intérêt que j'ai pour ce Un Peu de Neige Salie, tant l'écoute doit se faire de façon très attentive sous peine de louper le moindre microson, la moindre rupture avant le retour du silence. A voir du coup, je comptais en écouter un peu plus puis y revenir, peut-être que j'aurai acquis quelques automatismes d'écoute.
  • Écouter

    Imperial (2016)

    Sortie : . 10 morceaux.

    Album de Denzel Curry

    Un peu mou par rapport à son monstrueux set à Dour où le mec a retourné la boombox, mais ça reste super propre, assez cloudy sans non plus basculer dans la caricature et ça rappe parfois très proprement. Et puis bon ULT banger ultime mais ça je le savais déjà.
  • Écouter

    Interstate (1999)

    Sortie : . Electronique, ambient, minimale et techno. 11 morceaux.

    Album de Monolake

    Léger abandon de la dub techno, mais toujours cette capacité à emporter l'auditeur, à créer un ailleurs l'espace d'un morceau (Terminal) à défaut d'y arriver sur tout un disque comme sur Hong Kong.
  • Écouter

    Sakura (2000)

    Sortie : . Ambient, deep house, downtempo et electronique. 12 morceaux.

    Album de Susumu Yokota

    C'est très sympathique, de l'ambient très chaleureuse dans les textures, ça ne déparerait pas chez 12k par exemple.
  • Écouter

    Triple Point (2001)

    Sortie : . Electronique, ambient, minimale, expérimental et IDM. 10 morceaux.

    Album de Loscil

    Comme ça là tout de suite ça me fait un peu penser à un sous-Gas, ça reste pas mal du tout quoi mais il est capable de bien plus impressionnant.
  • Écouter

    Miseri Lares (2014)

    Sortie : . Son d'environnement, expérimental, electronique et musique concrète. 8 morceaux.

    Album de Valerio Tricoli

    Terrifiant. Monstrueux disque de musique concrète / électro-acoustique / drone où les sons se répondent d'un bout à l'autre du disque, agrémentés de discours et de cris de bêtes sauvages. Toi qui entre ici et tout le tralala.
  • Écouter

    Fas - Ite, maledicti, in ignem aeternum (2007)

    Sortie : . Black metal et rock. 6 morceaux.

    Album de Deathspell Omega

    C'est incroyable, on sent vraiment la différence par rapport au précédent, et les dissonances à foison annoncent déjà Paracletus. Très fort dans cette évocation de l'horreur et des ténèbres insondables sinon, quasiment du niveau d'un Leviathan (même si ce dernier rejette l'horreur biblique pour en proposer une bien plus humaine et crédible)
  • Wolf Notes (2011)

    Sortie : . Drone, electronique, ambient, classique et folk, country. 5 morceaux.

    Album de *AR

    C'est joli, ça me fait parfois un peu penser à du bvdub avec ces nappes lancinantes et ces morceaux qui se déploient au ralenti. Par contre en dehors de Rise/Decline le reste est un peu moins inspiré.
  • Écouter

    Si monumentum requires, circumspice (2004)

    Sortie : février 2004. Black metal, expérimental et avantgarde. 13 morceaux.

    Album de Deathspell Omega

    Démarrage sur les chapeaux de roues (tu me mets que les 6 premiers morceaux et t'as un des meilleurs skeuds de black metal), ça s'essouffle un peu ensuite même si leur invocations et compositions restent toujours assez pertinentes.
  • Écouter

    Two Hunters (2007)

    Sortie : . Black metal et doom metal. 4 morceaux.

    Album de Wolves in the Throne Room

    La beauté de la nature et de la chaine des Cascades vues par un mec qui a préféré le black metal au yodel, ce dont je vais pas forcément me plaindre. En vrai il me parait plus épique et avec plus de changements de registre que Diadem of 12 Stars, ce qui n'enlève rien à la qualité de ce dernier
    (j'avais pas vu que c'était sorti chez Southern Lord sinon, coeur sur eux comme d'habitude)
  • Écouter

    Folding Time (2016)

    Sortie : . Dubstep, electronique et uk garage. 11 morceaux.

    Album de Sepalcure

    Des mecs qui ont énormément écouté Burial, mais sans comprendre pourquoi c'était aussi bien. Des voix des voix des voix, jusqu'à la nausée.
  • Three EPs (2009)

    Sortie : . Electronique, dubstep, techno et musique abstraite. 9 morceaux.

    Album de Shackleton

    Gros album de dubstep / post-dubstep, pas trop de structures "club" et une approche assez basée sur les atmosphères, en plus sombre et moins mélancolique qu'un Burial ou encore plus intense qu'un Clubroot.
  • Écouter

    El tren fantasma (2011)

    Sortie : . 10 morceaux.

    Album de Chris Watson

    "This service has ceased". Ca fait un temps fou que je devais l'écouter mais j'avais toujours remis ça au lendemain, à ma décharge une heure d'enregistrements de train ça reste un peu austère sur le papier. Comme je m'y attendais, c'est donc complètement fou niveau soundscaping et prises de son (Chris Watson en même temps, on parle pas d'un amateur), mais c'est surtout l'utilisation qui est faite de ces field recordings qui force le respect. On a en effet vraiment l'impression d'un voyage, d'une réelle narration le long de ces quelques centaines de kilomètres de voies ferrées et de cette heure de musique, avec notamment des nappes absolument incroyables et des évocations sonores magnifiques. Un disque un peu hermétique certes, mais incroyable dans sa façon d'aborder le matériau sonore brut et la narration au sein des musiques "expérimentales".
  • Écouter

    Martes (2002)

    Sortie : . Expérimental, leftfield, electronique et minimale. 8 morceaux.

    Album de Murcof

    Glitch/IDM/Modern Classical. C'est peut-être parfois un peu lourd, encore que les glitchs allègent vraiment les parties chantées et les instruments, mais il y a quelques moments qui sont vraiment monstrueux et qui justifient à eux seuls le mélange des genres.
  • Écouter

    Endless Falls (2010)

    Sortie : . Electronique, ambient et expérimental. 8 morceaux.

    Album de Loscil

    Ce qui est super intéressant avec ce Endless Falls c'est qu'il illustre parfaitement ce qui sépare un disque d'ambient banal d'un vrai bon disque : tout est affaire de profondeur, de nuance, de refuser de se reposer sur les nappes et de créer des dynamiques d'ensemble. Et je ne vais même pas aborder le dernier morceau, je vais me contenter de le citer : "The answer to the making of grief point is picnic basket filled with blood"
  • Écouter

    R.I.P. (2012)

    Sortie : . Techno, expérimental, leftfield, electronique et glitch. 15 morceaux.

    Album de Actress

    Le gros problème d'Actress c'est vraiment qu'il est capable du meilleur comme du pire, certains morceaux sont des brouillons infâmes sous couvert de pseudo-déconstruction et d'autres sont aboutis et vraiment excellents.
  • Écouter

    Deceptionista (2015)

    Sortie : . Industrielle, musique abstraite, expérimental et electronique. 15 morceaux.

    Album de ADR

    Petite passion glitch en ce moment tu l'auras compris, il fallait donc forcément que j'écoute ça. Détritus d'Internet, génération aléatoire et accès sans filtre à d'autres existences, et surtout cassures, fractures et déconstructions.
  • Écouter

    Mimikry (2010)

    Sortie : . Electronique, glitch, industrielle, expérimental et noise. 10 morceaux.

    Album de ANBB

    ANBB c'est donc le boss de raster-noton Alva Noto et Blixa Bargeld d'Einstürzende Neubauten qui collaborent, et livrent un des trucs les plus étranges de ces dernières années, en l'occurence du spoken word glitché. Noto se fait en effet comme d'habitude assez minimaliste, et c'est surtout la voix qui vient nous troubler, Blixa alternant entre le glauque et le cryptique et prenant vraiment son temps pour créer cette atmosphère si particulière.