Il est des voix off qui vous marquent à jamais

Avatar Mlle_Nana Liste de

33 films

par Mlle_Nana

Je sais qu'elles n'ont pas bonne presse.
Mais parce qu'on a trop souvent tendance à les dénigrer, on en oublierait presque que certaines d'entres elles apportent vraiment quelque chose, ce fameux "petit plus", à un film. Que ce soit par la beauté du texte, le phrasé, l'intonation, ou la voix elle-même tout simplement, une bonne voix-off peut réellement servir une oeuvre. Au point, parfois, de s'en souvenir bien longtemps après avoir oublié la plus petite image du film en question.

Les voix-off de cette liste sont celles des version originales, et sont grosso modo réparties en 3 catégories : les voix off narratives, actives ou réflexives.

[Liste en construction]

Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Date de sortie
  • Derniers ajouts
  • Note de l'auteur de la liste
  • Notes de mes éclaireurs
  • Note globale
  • Ordre alphabétique
  • Popularité
Croissant
  • Croissant
  • Décroissant
  • 1
  • 2
  • Bande-annonce

    Boulevard du crépuscule (1950)

    Sunset Boulevard

    1 h 50 min. Sortie : . Film noir.

    Film de Billy Wilder avec William Holden, Gloria Swanson, Erich von Stroheim

    Le films s'ouvre sur une voix off d'outre tombe, celle de Wiliam Holden, qui nous présente la mort du protagoniste avant de nous raconter ses derniers jours. L'originalité réside dans le fait que si la narration débute à la troisième personne, elle bifurque très vite à la première pour nous apprendre que le narrateur est en fait lui-même l'assassiné. D'ailleurs, le ton est volontairement détaché et sarcastique, le narrateur s'adressant directement au spectateur et se présentant comme suit :

    " You see, the body of a young man was found floating in the pool of her mansion - with two shots in his back and one in his stomach. Nobody important, really. Just a movie writer with a couple of 'B' pictures to his credit. The poor dope! He always wanted a pool."(Un homme a été retrouvé flottant dans la piscine de la star, avec deux balles dans le dos et une dans le ventre. Ce n'était personne. Un petit scénariste qui avait fait une ou deux séries B. Pauvre type ! Il avait toujours voulu une piscine.)
    http://www.youtube.com/watch?v=r9TIDthcIHU
  • Bande-annonce

    American Beauty (1999)

    2 h 02 min. Sortie : . Drame.

    Film de Sam Mendes avec Kevin Spacey, Annette Bening, Thora Birch

    Une voix off masculine, sortie de nulle part et accompagnant des plans aériens (Dieu ?), nous apprend dès les premières secondes du film qu'elle (le protagoniste), va mourir. Cette voix c'est celle de Kevin Spacey, dont le détachement et le phrasé traînant en disent déjà long, avant même la rencontre avec ce fameux personnage.

    "In a way, I'm dead already"
    http://www.youtube.com/watch?v=vgGf13rFJqk
  • Bande-annonce

    L'Assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford (2007)

    The Assassination of Jesse James by the Coward Robert Ford

    2 h 40 min. Sortie : . Biopic, policier, drame, historique et western.

    Film de Andrew Dominik avec Brad Pitt, Casey Affleck, Mary-Louise Parker

    Un narrateur classique, à la voix posée et désincarnée, nous présente le personnage de Jesse James dans un texte des plus imagés. Une voix off qui n'est pas sans établir une certaine distance avec le personnage, ceci renforçant encore le caractère mythique, s'il en est besoin, du protagoniste. (Pierre Arditi pour la voix française du narrateur, n'est d'ailleurs pas en reste).

    "Rooms seemed hotter when he was in them. Rains fell straighter. Clocks slowed. Sounds were amplified." (La température semblait monter quand il entrait dans une pièce, la pluie tombait plus fort, les pendules retardaient, les bruits étaient amplifiés.)
    http://www.youtube.com/watch?v=r2gY_e1ZKD8
  • Bande-annonce

    Le Nouveau Monde (2005)

    The New World

    2 h 15 min. Sortie : . Biopic, drame, historique et romance.

    Film de Terrence Malick avec Colin Farrell, Q'orianka Kilcher, Christopher Plummer

    Que serait une liste sur les voix-off sans la présence de ce cher Terrence Malick ? Le maître des voix off réflexives nous livre ici les pensées de ses protagonistes, qui résonnent dans nos têtes et élèvent le récit en lui conférant une dimension lyrique, poétique, onirique,...

    " They are gentle, loving, faithful, lacking in all guile and trickery. The words denoting lying, deceit, greed, envy, slander, and forgiveness have never been heard. They have no jealousy, no sense of possesion. Real, what I thought a dream." (Ils sont gentils, affectueux, fidèles, exempts de toute fourberie et de supercherie. Les mots signifiants mensonge, tromperie, cupidité, envie, calomnie et pardon leurs sont inconnus. Ils ne ressentent pas la jalousie et n'ont aucun sens de la possession. C'est réel...ce que je croyais être un rêve.)
    http://www.youtube.com/watch?v=1fbW6mrujSo
  • Bande-annonce

    La Balade sauvage (1973)

    Badlands

    1 h 34 min. Sortie : . Road movie, drame et policier.

    Film de Terrence Malick avec Martin Sheen, Sissy Spacek, Warren Oates

    C'est la voix désabusée de Sissy Spacek qui ouvre le film et lui confère son ton poétique, grâce à son élocution lente et la qualité de l'écriture.

    "We hid out in the wilderness, down by a river, in a grove of cottonwoods. We built our house in the trees, with tamarisk walls and willows laid down to make a floor..." (Nous nous sommes cachés dans une région déserte, près d’une rivière, dans un bosquet de peupliers. Nous avons bâti notre maison dans les arbres, avec des murs en tamaris et des branches de saule pour seul plancher.)
  • Bande-annonce

    Les Moissons du ciel (1978)

    Days of Heaven

    1 h 34 min. Sortie : . Drame et romance.

    Film de Terrence Malick avec Richard Gere, Brooke Adams, Sam Shepard

    Ici aussi, c'est la voix d'une adolescente qui rythme le récit. Celle rauque et traînante, aux accents bucoliques, de Linda Manz, d'autant plus réflexive que le personnage n'occupe qu'un rôle de spectateur dans le film, témoin privilégié de la relation entre son frère et son amante.

    http://www.youtube.com/watch?v=oJHLHqsdEPs
  • Bande-annonce

    La Ligne rouge (1998)

    The Thin Red Line

    2 h 50 min. Sortie : . Guerre et drame.

    Film de Terrence Malick avec Jim Caviezel, Sean Penn, Elias Koteas

    Une voix off masculine surgit de nulle part et vient ouvrir le film avec des accents méditatifs, philosophiques en déclarant :
    "What's this war in the heart of nature? Why does nature vie with itself ?" (Quelle est cette guerre au cœur de la nature ? Pourquoi la nature rivalise-t-elle avec elle-même ?)
  • Bande-annonce

    The Tree of Life (2011)

    2 h 19 min. Sortie : . Drame et fantastique.

    Film de Terrence Malick avec Brad Pitt, Sean Penn, Jessica Chastain

    Des voix off multiples, méditatives, omniprésentes, relatives aux protagonistes du film. Elles accompagnent des scènes flottantes, tantôt prophétiques, tantôt sensitives, résonnant comme des prières.

    I wanted to be loved because I was great; A big man. I'm nothing. Look at the glory around us; trees, birds. I lived in shame. I dishonored it all, and didn't notice the glory. I'm a foolish man. (Je voulais être aimé parce que j'étais extraordinaire. Un homme important. Je ne suis rien. Regardez cette splendeur autour de nous: les arbres, les oiseaux. J'ai vécu dans le déshonneur, j'ai tout avili, je n'ai pas prêté attention à cette splendeur. Quel imbécile.)
    http://www.youtube.com/watch?v=Jy0RYDf51gI
  • Bande-annonce

    Barry Lyndon (1975)

    3 h 04 min. Sortie : . Drame, historique et aventure.

    Film de Stanley Kubrick avec Ryan O'Neal, Marisa Berenson, Patrick Magee

    Une voix-off classique, narrative, masculine, neutre et détachée, vient entre autres nous apprendre la fatale issue du protagoniste plus d'une demie-heure avant la fin du film.

    "Fate had determined that he should leave none of his race behind him, and that he should finish his life poor, lonely and childless." (Le destin avait décidé que [Barry] finirait sa vie, pauvre, seul et sans enfants.)
  • Bande-annonce

    Orange mécanique (1971)

    A Clockwork Orange

    2 h 16 min. Sortie : . Drame et science-fiction.

    Film de Stanley Kubrick avec Malcolm McDowell, Patrick Magee, Michael Bates

    Le film nous est raconté à la première personne par son héros, Alex, "humble narrateur et martyr". La voix off accompagne surtout le déclin du protagoniste et son désenchantement progressif, créant une complicité forcée avec le spectateur. Souvent apostrophé par des "mes frères et uniques amis", ce dernier se retrouve donc en position de témoin impuissant (consentant ?) face à la violence de cet anti-héros. Procédé qui permet entre autre une réelle immersion dans le récit, des questionnements, en lieu et place d'un rejet pur et simple du spectacle que l'on a sous les yeux.

    http://www.youtube.com/watch?v=v90KPJ6n4Ew
  • Bande-annonce

    Magnolia (1999)

    3 h 04 min. Sortie : . Drame.

    Film de Paul Thomas Anderson avec Tom Cruise, Julianne Moore, William H. Macy

    Une voix d'homme, grave mais enjouée, frivole, présente trois événements relatant des coïncidences, ou autrement dit, des "légendes urbaines".

    http://www.youtube.com/watch?v=Ec51smvcsDY (je n'ai trouvé que celle du suicide manqué malheureusement)
  • Bande-annonce

    Le Fabuleux Destin d'Amélie Poulain (2001)

    2 h 02 min. Sortie : . Comédie et romance.

    Film de Jean-Pierre Jeunet avec Audrey Tautou, Mathieu Kassovitz, Rufus

    Ahh la fameuse voix off d'André Dussolier, avec ses intonations chantantes et son petit côté désuet : il incarne à lui seul toute l'âme du film.

    "Le 3 septembre 1973, à 18 Heures, 28 minutes et 32 secondes, une mouche bleue de la famille des califoridées capable de produire 14 670 battements d’ailes à la minute se posait Rue Saint Vincent, à Montmartre. A la même seconde, à la terrasse d’un restaurant, à deux pas du Moulin de la Galette, le vent s’engouffrait comme par magie sous une nappe, faisant danser les verres sans que personne ne s’en aperçoive. Au même instant, au cinquième étage du 28 de l’Avenue Trudaine, dans le neuvième arrondissement, Eugène Colère, de retour de l'enterrement de son meilleur ami, Émile Maginot, en effaçait le nom de son carnet d'adresse. Toujours à la même seconde, un spermatozoïde pourvu d'un chromosome X appartenant à Monsieur Raphaël Poulain, se détachait du peloton pour atteindre un ovule appartenant à Madame Poulain, née Amandine Fouet. 9 mois plus tard naissait, Amélie Poulain.
  • Bande-annonce

    Vicky Cristina Barcelona (2008)

    1 h 36 min. Sortie : . Drame et romance.

    Film de Woody Allen avec Scarlett Johansson, Javier Bardem, Rebecca Hall

    Une voix d'homme omnisciente, chaude et enjôleuse, vient nous conter les sentiments, les impressions des personnages d'une manière très romancée.

    http://www.youtube.com/watch?v=5a77FqOannQ
  • Bande-annonce

    The Big Lebowski (1998)

    1 h 57 min. Sortie : . Comédie et policier.

    Film de Joel Coen avec Jeff Bridges, John Goodman, Julianne Moore

    Ahh la voix chaude et caverneuse du cow-boy Sam Elliot, avec ses expressions rocambolesques et son phrasé traînant... Il parvient, avec sa grosse voix, à conférer une aura mythique au personnage du Dude, et même au film tout entier. Par ailleurs, la présentation de ce narrateur (L'Etranger) en toute fin du film ne fait que renforcer le mystère qui l'entoure. Entre autres passages cultes :
    "Darkness warshed over the Dude - darker'n a black steer's tookus on a moonless prairie night. There was no bottom. " (Il faisait aussi noir que dans le trou du cul d'un taureau par une nuit sans lune, on en voyait pas le fond.)

    http://www.youtube.com/watch?v=oHr4AIiHVyY
  • Amadeus (1984)

    2 h 40 min. Sortie : . Biopic et drame.

    Film de Miloš Forman avec F. Murray Abraham, Tom Hulce, Elizabeth Berridge

    Le film nous est conté par le personnage secondaire qu'incarne F. Murray Abraham (Salieri), débordant d'émotions et de regrets, ce qui permet de garder une certaine distance par rapport au prodige, de ne pas entacher l'aura de cette icone intouchable. L'aspect "divin" du compositeur est d'ailleurs encore renforcé par le fait que Salieri confesse ses dires à un prêtre, en toute humilité.
  • Bande-annonce

    Virgin Suicides (1999)

    The Virgin Suicides

    1 h 37 min. Sortie : . Drame et romance.

    Film de Sofia Coppola avec James Woods, Kathleen Turner, Kirsten Dunst

    Ici encore le narrateur est étranger à l'action, bien que présent dans le film. Il s'agit d'un jeune homme amoureux des sœurs Libsons, qui de façon rétrograde évoque l'adolescence de ces créatures fascinantes, essayant encore, vingt ans plus tard, de les comprendre. La voix, très humaine, crée une réelle complicité avec le spectateur en s'accordant à ses impressions : passant de l'enjouement à la nostalgie, selon les événement qu'elle relate.
  • Bande-annonce

    Mauvais sang (1986)

    1 h 56 min. Sortie : . Policier, drame et thriller.

    Film de Leos Carax avec Michel Piccoli, Juliette Binoche, Denis Lavant

    Une narration à la première personne où le protagoniste ne raconte pas l'histoire : il dialogue avec lui-même, avec les autres, au travers de pensées pleines de poésie. On se demande d'ailleurs parfois si les mots sont verbalisés ou simplement rêvés. En ce sens, Leos Carrax pousse le vice encore plus loin puisque Denis Lavant incarne un ventriloque.
  • Bande-annonce

    Fight Club (1999)

    2 h 19 min. Sortie : . Drame.

    Film de David Fincher avec Edward Norton, Brad Pitt, Helena Bonham Carter

    D'abord pensé sans voix off, celle-ci est ajoutée au film par David Fincher lui-même, lorsqu'il rejoint le projet. Le réalisateur avance qu'elle apportera une touche d'ironie au film, qui sans elle, semblerait bien triste et pathétique.
    Par ailleurs, elle permet de mettre en valeur le conflit intérieur du personnage d'Edward Norton et d'insister sur l'aspect faussement moralisateur du film.
  • Bande-annonce

    Lord of War (2005)

    2 h 02 min. Sortie : . Policier, drame, thriller et action.

    Film de Andrew Niccol avec Nicolas Cage, Ethan Hawke, Jared Leto

    Tout comme dans Fight Club, le personnage s'exprime face caméra (ici dès les premières images), avant de basculer en voix off. Volontairement cynique et désabusée, la voix de Nicolas Cage résonne ainsi tout au long du film et crée une certaine complicité avec le spectateur, qui trouvera (ou pas) le personnage un peu plus humain...
    http://www.youtube.com/watch?v=38vd_j7e2HY
  • Bande-annonce

    Sin City (2005)

    2 h 04 min. Sortie : . Sketches, film noir et fantastique.

    Film de Robert Rodriguez, Frank Miller et Quentin Tarantino avec Mickey Rourke, Jessica Alba, Benicio Del Toro

    Une de mes voix off préférée.
    Active par excellente, elle dirige le récit en en livrant les clés et en se distribuant entre les différents protagonistes et les différentes histoires vignettes. On reconnaîtra ici un amour du bon verbe évidemment: tantôt drôles, captivantes ou utiles, les voix off nous font pénétrer les pensées intimes des personnages et nous permettent ainsi de mieux les cerner.

    "Most people think Marv is crazy. He just had the rotten luck of being born in the wrong century. He'd be right at home on some ancient battlefield swinging an axe into somebody's face. Or in a Roman arena, taking his sword to other gladiators like him. They woulda tossed him girls like Nancy back then."
    (La plupart des gens pensent que Marv est fou. Il a juste eu la malchance pourrie d’être né au mauvais siècle. Il serait tout à fait à sa place sur un champ de bataille moyenâgeux, fendant un crâne à coups de hache ou dans une arène romaine à croiser le fer contre d’autres gladiateurs comme lui. Des filles comme Nancy, il en aurait eu des dizaines à l’époque.)
  • Bande-annonce

    Kill Bill : Volume 1 (2003)

    Kill Bill: Vol. 1

    1 h 51 min. Sortie : . Arts martiaux et action.

    Film de Quentin Tarantino avec Uma Thurman, Lucy Liu, Vivica A. Fox

    Tarantino est lui-même un grand amateur de voix off, utilisant ce procédé comme une "focalisation mentale", dans le but de mieux comprendre les personnages, et ce dans ses deux opus de Kill Bill. Le réalisateur pousse le vice si loin que le personnage de Bill, par exemple, n'est présent qu'à l'état de voix off dans le premier volume.
    http://www.youtube.com/watch?v=ew5EYd5_i6M
  • Bande-annonce

    Le Parfum, histoire d'un meurtrier (2006)

    Perfume: The Story of a Murderer

    2 h 27 min. Sortie : . Policier, drame et fantastique.

    Film de Tom Tykwer avec Ben Whishaw, Dustin Hoffman, Alan Rickman

    Globalement plutôt dépourvu de dialogues, le film se pare de la voix off du narrateur John Hurt, douce et rocailleuse, afin de retranscrire l'atmosphère du livre et les impressions de Grenouille. Si son usage n'est pas des plus efficace à mon goût (il aurait été plus intéressant de l'utiliser pour retranscrire les pensées du protagoniste par exemple), l'on a tout de même droit à quelques jolis passages :

    "When Jean-Baptiste did finally learn to speak he soon found that everyday language proved inadequate for all the olfactory experiences accumulating within himself." (Lorsque Jean-Baptiste appris finalement à parler, il réalisa bien vite que le langage s'avérait impropre à décrire l'infinie richesse de toutes les expériences olfactives qui s'offraient à lui.)
  • Bande-annonce

    Les Liaisons dangereuses (1988)

    Dangerous Liaisons

    1 h 59 min. Sortie : . Drame et romance.

    Film de Stephen Frears avec Glenn Close, John Malkovich, Michelle Pfeiffer

    Des voix off épistolaires qui accompagnent la rédaction ou la lecture des lettres, et sont prononcées par les personnages concernés. La subtilité réside dans le décalage entre le moment d'écriture et de lecture justement, qui crée chez le spectateur un sentiment d'omniscience et l'implique davantage dans le récit.

    http://www.youtube.com/watch?v=Dm0JzfHMNYw
  • Bande-annonce

    Apocalypse Now (1979)

    2 h 27 min. Sortie : . Drame et guerre.

    Film de Francis Ford Coppola avec Marlon Brando, Martin Sheen, Robert Duvall

    Une voix off réflexive qui permet à Willard, le protagoniste, d'exprimer ses sentiments dans l'instant présent. Francis Ford Coppola explique ce choix par une volonté de "mieux montrer l'état d'esprit de son personnage principal". Pour la petite anecdote, ce n'est d'ailleurs pas la voix de Martin Sheen que l'on entend lors des passages en voix off mais celle de son frère : le montage ayant duré plus de trois ans et l'acteur n'ayant pu se libérer, la mission a été confiée à son frère sous prétexte que leurs voix se ressemblaient.

    "Part of me was afraid of what I would find and what I would do when I got there. I knew the risks, or imagined I knew. But the thing I felt the most, much stronger than fear, was the desire to confront him. " (J'avais peur de ce qu'il me restait à découvrir et à faire. Je connaissais les risques. Je croyais les connaître. Mais j'éprouvais plus que tout, plus fort que la peur, le désir de le voir en face.)
    http://www.youtube.com/watch?v=Bp1jQYYKvGg
  • Bande-annonce

    Tabou (2012)

    Tabu

    1 h 58 min. Sortie : . Drame.

    Film de Miguel Gomes avec Teresa Madruga, Laura Soveral, Ana Moreira

    Une voix off narrative, absolue et pour le moins exceptionnelle.
    Lors d'un flashback relatant la rencontre d'Aurora et Gian Luca Ventura, le film bascule dans le muet et la voix off de Gian Luca prend alors place pour conter les événements. Plus ample, sentimentale, langoureuse et envoûtante, l'atmosphère du film se voit transfigurée. Il faut dire que la qualité de l'écriture et le charme de Carlotta Cota n'y sont pas étrangers...

    "Quelqu'un peut-il comprendre le moment où l'on passe du désir à l'amour ? Comme je pense l'avoir dit, je ne me suis pas privé de plaisirs, surtout en la compagnie des dames. Et si le feu de mes passions était intense, jusque-là, passer de l'une à l'autre ne m'avait jamais troublé. Car toutes me semblaient très belles. Aurora a irrémédiablement changé ma nature, je ne sais quand ni pour quelles obscures raisons."

    http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19442308&cfilm=201930.html
  • Bande-annonce

    99 Francs (2007)

    1 h 40 min. Sortie : . Comédie et drame.

    Film de Jan Kounen avec Jean Dujardin, Jocelyn Quivrin, Patrick Mille

    Une voix off narrative, cynique et à la première personne : celle de Jean Dujardin, grave et tonique. Elle ajoute principalement une touche d'ironie au film, un décalage qui lui permet de ne pas se prendre trop au sérieux et de présenter le monde tel que le voit son protagoniste, d'après son point de vue immoral et désabusé.

    "Je suis celui qui pénètre votre cerveau. Je jouis dans votre hémisphère droit. Votre désir ne vous appartient plus : je vous impose le mien. C’est moi qui décide aujourd’hui ce que vous allez vouloir demain. L’idéal, serait que vous commenciez par me détester avant de détester l’époque qui m’a crée. Mais je ne vais pas travestir la vérité : je ne suis pas un gentil garçon, je suis une grosse merde. Un héros moderne, quoi."
  • Bande-annonce

    Detachment (2011)

    1 h 37 min. Sortie : . Drame.

    Film de Tony Kaye avec Adrien Brody, Sami Gayle, Christina Hendricks

    Une voix off réflexive qui permet au protagoniste, tout en retenue dans son quotidien, de s'exprimer et de faire part de ses états d'âme. Avec son grain de voix posé et monocorde, la voix d'Adrien Brody vient encore ajouter au pessimisme ambiant du film.
  • Bande-annonce

    Les Affranchis (1990)

    Goodfellas

    2 h 26 min. Sortie : . Gangster et biopic.

    Film de Martin Scorsese avec Robert De Niro, Ray Liotta, Joe Pesci

    Des voix off tantôt réflexives, tantôt narratives, qui se croisent, s'entremêlent, se complètent... Celles des gangsters, qui nous relatent leurs états d'âme, leur histoire ou de simples anecdotes. Le but étant bien entendu de créer une certaine complicité avec le spectateur, tout en humanisant un petit peu ces bad boys, mais aussi d'apporter une certaine authenticité dans ce milieu fait de faux-semblants, de corruption et d'excès en tous genres.

    "For as long as I can remember I always wanted to be a gangster. To me that was better than being president of the United States. To be a gangster was to own the world." (Aussi loin que je me souvienne, j'ai toujours voulu être un gangster. Pour moi, être ganster, c'était mieux que d'être président des Etats-Unis. Etre gangster, cela signifiait détenir le monde.)
    http://www.youtube.com/watch?v=CGs-yzWrjdI
  • Bande-annonce

    (500) jours ensemble (2009)

    (500) Days of Summer

    1 h 35 min. Sortie : . Comédie romantique et drame.

    Film de Marc Webb avec Joseph Gordon-Levitt, Zooey Deschanel, Geoffrey Arend

    Une voix off narrative, extérieure au récit, omnisciente, qui clame avant même le premier plan : « c'est l'histoire d'un garçon qui rencontre une fille. Mais d'emblée, il faut que vous sachiez que ce n'est pas une histoire d'amour ». Le ton est sentencieux, la voix grave et rocailleuse, probablement d'un homme d'un certain âge, et le phrasé est lent mais généreux.

    "Ceci est l'histoire d'un garçon qui rencontre une fille. Le garçon, Tom Hansen, du New Jersey, grandit en croyant qu'il ne serait vraiment heureux que le jour où il rencontrerait l'élue. Cette croyance était due à une exposition précoce à de la pop musique anglaise mélancolique et une interprétation erronée du film "Le Lauréat". La fille, Summer Finn, du Michigan, ne partagait pas cette croyance. Depuis la désintégration du mariage de ses parents, elle n'avait aimé que deux choses : sa longue chevelure brune, et la facilité qu'elle avait à la couper sans rien ressentir. Ceci est l'histoire d'un garçon qui rencontre une fille. Mais d'emblée, il faut que vous sachiez que ce n'est pas une histoire d'amour."
    En VO dans l'extrait : http://www.youtube.com/watch?v=1Zn0HdZs3Fs
  • Bande-annonce

    Rush (2013)

    2 h 03 min. Sortie : . Action, biopic, drame et sport.

    Film de Ron Howard avec Chris Hemsworth, Daniel Brühl, Olivia Wilde

    Une double narration, grâce aux voix off des deux protagonistes en tout début de film, qui vont nous confier leurs motivations, leur passé et permettre au spectateur de mieux cerner leurs personnalités respectives. Un moyen comme un autre d'établir un lien, un parallèle entre eux dès le départ, qui ne nous permettra jamais d'envisager l'un sans l'autre; mais aussi de donner un rythme haletant au film, à l'image de son thème.
    Elles céderont ensuite la place aux commentaires sportifs pour le reste du temps, avant que Daniel Brühl ne conclue le film en livrant les clés de leur relation.
  • 1
  • 2