Vivez toutes les émotions du cinéma avec Orange

Initiation chronologique à la littérature française

Avatar Lokami Liste de

49 livres

par Lokami

Fin 2018, un apprenti lecteur novice de la littérature française décide de se lancer dans un périple initiatique, qui l'emmènera à traverser les siècles et courants....

Liste régulièrement alimentée et mise à jour. Je suis ouvert à toute proposition d'ouvrage/auteur ou commentaire.

Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Note globale
  • Ordre alphabétique
  • Date de sortie
  • Notes de mes éclaireurs
  • Note de l'auteur de la liste
  • Derniers ajouts
  • 1
  • 2
  • Erec et Enide (1170)

    Sortie : 1170. Roman.

    Livre de Chrétien de Troyes

    Un des premiers romans courtois et de la Table Ronde, qui pose les bases de ce que les suivants feront mieux, notamment les aventures chevaleresques et l'amour courtois. Sympa mais un peu lent/lourd par moments (notamment la relation Erec/Enide).
  • Lancelot ou le Chevalier de la Charrette (1181)

    Sortie : 1181. Roman.

    Livre de Chrétien de Troyes

    Je ne savais pas que le Roi Arthur était cocu ! Plus sérieusement, une belle aventure avec de nombreux rebondissements, malgré quelques lenteurs.
  • Yvain, Le chevalier au lion (1176)

    Sortie : 1176. Roman.

    Livre de Chrétien de Troyes

    Mention spéciale pour ce roman de la Table Ronde. L'enchaînement des événements est plus agréable que dans les précédents, et Yvain est bien cool (plus que Lancelot à mon goût), stylé (avoir un lion en compagnon ça en jette), et livre des combats bien intenses. Peut être la référence du genre ?
  • Perceval ou le Conte du Graal (1180)

    Sortie : 1180. Roman.

    Livre de Chrétien de Troyes

    Ce dernier roman de la Table Ronde m'a un peu laissé sur ma faim. Si j'ai apprécié le personnage de Perceval, ce jeune naïf qui sort de sa campagne pour apprendre les rudiments de la vie chevaleresque (dévouement, justice, combats, foi religieuse) et mettre en application les valeurs humaines enseignées notamment par sa mère, son histoire demeure inachevée et la partie concernant le Graal est finalement très brève.

    Le roman consacre une large partie à une aventure de Gauvain que j'ai trouvée peu intéressante.

    L'interruption du roman en plein déroulement de l'histoire participe forcément à ma déception, et aussi une certaine lassitude à l'égard d'une manière de raconter les histoires dont j'ai fait le tour.

    Yvain restera mon récit préféré de Chrétien de Troyes.
  • Pantagruel (1532)

    Sortie : 1532. Roman.

    Livre de François Rabelais

    Un délice d'humanisme, d'humour, de satire et d'ironie. La quantité de références et d'ouvertures (avec interprétations possibles) est impressionnante. On sent bien que Rabelais était extrêmement instruit et éclairé sur son époque. Toutefois les passages sans queue ni tête m'ont parfois ennuyé.
  • Gargantua (1534)

    Sortie : 1534. Roman.

    Livre de François Rabelais

    Même topo que pour Pantagruel.
    Cet ouvrage est plus que le précédent un éloge à l'apprentissage, à l'instruction et à la culture. Rabelais était brillant pour faire passer des principes forts et des visions d'humanité et de société avec finesse et humour.
  • Discours de la servitude volontaire (1576)

    Sortie : 1576. Essai.

    Livre de Etienne de La Boétie

    Un superbe plaidoyer pour la liberté et contre la tyrannie. Un texte d'autant plus brillant qu'il est encore d'actualité aujourd'hui, et écrit pourtant à une époque où on ne connaît ni la République, ni la démocratie, ni les Droits de l'homme au sens moderne.

    La Boétie devait être quelqu'un de très intéressant, et on peut s'imaginer pourquoi Montaigne l'aimait autant.
  • Essais (1595)

    Sortie : 1595. Essai.

    Livre de Michel de Montaigne

    LIVRE 1 terminé (mars 2019) : Montaigne est l'une des grandes figures de l'humanisme du XVIème siècle avec Rabelais. Ancien maire de Bordeaux, il a rédigé pendant plus de 15 ans des textes plus ou moins longs et sur des thèmes très divers, mais souvent autour des valeurs et des comportements de l'Homme. L'utilisation de la parole religieuse, l'art de la guerre, la solitude, ou l'amitié... les thèmes abordés dans le Livre 1er m'ont parfois fasciné, parfois intrigué, et parfois - il faut l'avouer - ennuyé.

    Mais Montaigne n'écrit pas forcément pour plaire, il prévient dès le début de son récit qu'il s'agit là d'une oeuvre humble, personnelle, et imparfaite. J'y vois surtout une oeuvre sincère et fondamentale pour l'humanisme, et un précurseur des Lumières. Les chapitres regorgent d'exemples et de références, et permettent de s'instruire sur de nombreux auteurs et personnages (notamment de l'Antiquité).

    8/10 (note provisoire à fixer après la lecture des trois livres)
  • Médée (1635)

    Sortie : 1635. Théâtre.

    Livre de Pierre Corneille

    La première tragédie de Corneille est une grande réussite.

    Une adaptation très intéressante du mythe de Médée, jusqu'ici dépeinte comme une femme cruelle aux pouvoirs sanguinaires. Corneille en fait un personnage plus complexe, une femme dévastée par le chagrin et le trahison qui se venge par le sang.

    J'ai beaucoup aimé le travail autour des personnages, qui sort du schéma binaire "gentils-méchants" qu'on voit parfois dans le traitement de ces mythes.

    Avec, bien sûr, une très belle plume. (et quelques punchlines bien senties !)
  • L'Illusion comique (1636)

    Sortie : 1636. Théâtre.

    Livre de Pierre Corneille

    Un grand mélange des genres entre comédie, tragi-comédie et tragédie, qui se termine savoureusement par un bel hommage au Théâtre comme art. La mise en abîme et le twist final devaient être surprenants à cette époque ! La lecture est très agréable, les personnages hauts en couleurs. Les multiples relations d'amour sont traitées avec beaucoup de finesse.

    Corneille a lui-même démarré dans le Théâtre alors qu'il s'agissait d'un genre malfamé, et il a contribué à lui donner popularité et prestige. (Richelieu et même Louis XIII allaient voir ses pièces.) A cet égard, Pridamant est probablement inspiré du père de Corneille.

    Corneille semble se féliciter dans cette pièce de l'image acquise par le Théâtre entre 1629 et 1636. Cette pièce symbolise finalement une partie de l'aboutissement de sa carrière d'auteur, qui connaîtra un bouleversement profond avec le Cid.
  • Le Cid (1637)

    Sortie : 1637. Théâtre.

    Livre de Pierre Corneille

    L’œuvre la plus emblématique de Pierre Corneille, et l'une des plus célèbres tragédies françaises, qui a donné lieu à la fameuse "Querelle du Cid", à la fois pour son originalité par rapport aux règles de l'époque, et semble t-il aussi un peu par jalousie pour le succès triomphal à la sortie de la pièce.

    Pièce bourrée de répliques cultes ("A vaincre sans péril on triomphe sans gloire" pour n'en citer qu'une) et emblématique du célèbre dilemme cornélien, qui hante surtout Chimène.

    J'ai dévoré cette pièce. Le tiraillement des différents personnages entre amour et honneur m'a captivé, et la qualité d'écriture est splendide. Toutefois je ne mets pas 9 car le final m'a laissé sur ma faim.
  • Horace (1640)

    Sortie : 1640. Théâtre.

    Livre de Pierre Corneille

    3 ans après le Cid, et en dépit des critiques dont il fait l'objet, Corneille persiste et signe une nouvelle pièce qui sort des règles classiques et donnera lieu à de nouvelles passes d'armes. J'admire l'audace de cet homme qui n'a pas hésité à bousculer les codes et à imposer sa vision du théâtre, contribuant grandement à son évolution au cours du XVIIème siècle.

    Cette pièce relate l'épisode de l'affrontement entre les Horaces et les Curiaces. Corneille nous offre là un "dilemme cornélien" traversant plusieurs personnages tout au cours de la pièce. L'Amour, la Patrie, l'Amitié, la Famille, toutes ses valeurs se retrouvent mises en confrontation. Les personnages de Horace père et Horace fils devaient largement plaire à Richelieu, à qui la pièce est dédiée.

    Une pièce passionnante, ouverte à interprétations, et avec des passages de haute volée.
  • Cinna (1643)

    Sortie : 1643. Théâtre.

    Livre de Pierre Corneille

    Après plusieurs polémiques, Corneille décide de se recentrer sur du classique avec ce récit du complot de Cinna contre Auguste. Ici, pas de péripétie scandaleuse.

    De nouveaux dilemmes cornéliens vont traverser nos différents personnages, mais la pièce est un cran en dessous de Horace. Les personnages manquent un peu de saveur, les monologues sont trop longs, et la fin est un peu décevante. Les relations entre personnages sont toutefois intéressantes, et certaines passages tiennent bien en haleine. Et bien sûr ça reste plaisant à lire grâce à cette musicalité des vers et à cette écriture toujours soignée et raffinée.

    6,5/10
  • Les Précieuses ridicules (1659)

    Sortie : 1659. Théâtre.

    Livre de Molière

    Le premier grand succès parisien de Molière est une courte pièce en un seul acte conçu comme complément aux autres pièces jouées lors des représentations de la troupe, et qui tourne en ridicule deux jeunes provinciales venus jouer les précieuses à Paris.

    Cette pièce est très simple aussi bien dans son écriture que son contenu, mais elle a quelque chose de mordant car l'on se prend de mépris pour ces deux filles tout en attendant avec certitude le moment où elles se feront avoir. Toutefois, le sujet est facile car il vise à se moquer de ces "pécores" de campagnardes essayant de ressembler aux parisiennes qui composaient justement le public d'alors. Molière sera plus audacieux par la suite.

    La pièce n'est plus d'actualité aujourd'hui car elle vise une catégorie de femmes (les précieuses) bien particulier et très convoité au XVIIème siècle, notamment après le Clélie de Madame de Scudéry. J'ai apprécié les quelques inspirations prises chez Rabelais.

    6,5/10
  • L'École des femmes (1662)

    Sortie : 1662. Théâtre.

    Livre de Molière

    Cette pièce, dont Molière s'est servie pour créer une "Querelle" qui lui permettra de faire l'actualité pendant plusieurs mois, décolle réellement dans son dernier Acte.

    Les 4 premiers actes montrent surtout la personnalité détestable d'Arnolphe et le quiproquo permanent qu'il fait subir à Horace. C'est divertissant, mais avec quelques lenteurs à mon goût (les échanges Horace / Arnolphe notamment deviennent répétitifs).

    L'acte final en revanche, et particulièrement la scène 4 avec l'échange franc entre Arnolphe et Agnès, est excellent. On jubile, on savoure et on termine la lecture de la pièce avec le sourire.

    Par ailleurs, l'angle de traitement de l'éducation de la femme sous ses différents aspects (sentimentale, sexuelle, en tant que personne capable de jugements et de choix...) est intéressant et j'imagine très audacieux et novateur pour l'époque.

    7,5/10
  • Le Tartuffe (1664)

    Sortie : 1664. Théâtre.

    Livre de Molière

    Le contenu du Tartuffe est intimement lié à son histoire : la pièce originellement créée en trois actes et interdite en 1664 par la reine Anne d'Autriche et la Compagnie du Saint-Sacrement a créé un véritable scandale : Molière est menacé du bûcher, et traité comme "démon vêtu de chair et habillé en homme."

    Ce n'est qu'en 1669, au prix d'un âpre combat de Molière, que le Roi Louis XIV lève l'interdiction du Tartuffe, mais c'est une version plus édulcorée en 5 actes dont nous disposons aujourd'hui.

    Cela se ressent à la lecture : bien que l'échange entre Tartuffe et Elmire (Acte III, scène 3) est excellent, globalement la dénonciation de la fausse dévotion est maigre, et j'ai ressenti davantage de mépris pour Orgon que pour Tartuffe. Et la fin est un peu niaise et plate. Mais comment en vouloir à Molière, qui s'est tant battu pour cette pièce ?

    Je vous conseille la lecture de la préface de Molière et des trois placets au Roi, qui montrent l'intelligence et la ténacité du dramaturge.
  • Dom Juan (1665)

    Sortie : . Théâtre.

    Livre de Molière

  • Le Médecin malgré lui (1666)

    Sortie : 1666. Théâtre.

    Livre de Molière

  • Le Misanthrope (1666)

    Sortie : 1666. Théâtre.

    Livre de Molière

  • Andromaque (1667)

    Sortie : 1667. Théâtre.

    Livre de Jean Racine

  • L'Avare (1668)

    Sortie : 1668. Théâtre.

    Livre de Molière

  • Britannicus (1669)

    Sortie : 1669. Théâtre.

    Livre de Jean Racine

  • Le Bourgeois gentilhomme (1670)

    Sortie : 1670. Théâtre.

    Livre de Molière

  • Pensées (1670)

    Sortie : 1670. Philosophie et essai.

    Livre de Blaise Pascal

  • Bérénice (1670)

    Sortie : 1670. Théâtre.

    Livre de Jean Racine

  • Les Fourberies de Scapin (1671)

    Sortie : 1671. Théâtre.

    Livre de Molière

  • Le Malade imaginaire (1673)

    Sortie : 1673. Théâtre.

    Livre de Molière

  • Iphigénie (1674)

    Sortie : 1674. Théâtre.

    Livre de Jean Racine

  • Phèdre (1677)

    Sortie : . Théâtre.

    Livre de Jean Racine

  • Fables (1678)

    Sortie : 1678. Littérature & linguistique et poésie.

    Livre de Jean de La Fontaine

  • 1
  • 2