Ivre, en 2018, j'ai vu tous ces films !! ça tourne mal...

Avatar Marvellous Liste de

112 films

par Marvellous

Note + avis + date

Objectifs : 150 Films parce que je suis un beau dégonflé.
L'année dernière : 259 films https://www.senscritique.com/liste/2017_Vous_ne_devinerez_jamais_quels_films_j_ai_vu_cette_anne/1555780
L'année 2016 : 447 Films http://www.senscritique.com/liste/Films_vus_ou_revus_en_2016/1143317
L'année 2015 : 385 Films http://www.senscritique.com/liste/Films_vus_ou_revus_en_2015/721382

Quand je vois un film plusieurs fois dans l'année je le signale.
Court métrages non inclus.

Janvier : 16 films
Février : 17 films

Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Date de sortie
  • Derniers ajouts
  • Note de l'auteur de la liste
  • Notes de mes éclaireurs
  • Note globale
  • Ordre alphabétique
  • Popularité
Croissant
  • Croissant
  • Décroissant
  • Bande-annonce

    No Pain No Gain (2013)

    Pain & Gain

    2 h 09 min. Sortie : . Comédie, policier, drame et thriller.

    Film de Michael Bay avec Mark Wahlberg, Dwayne Johnson, Anthony Mackie

    Deuxième tentative pour le regarder après que je me sois endormi devant ya quelques mois, et bonne surprise, mais beaucoup de réserve. Bay laisse de côté les Transformers pour s'attaquer à un film d'action comique à la Bad Boy avec des gros biceps, des pecs en béton, des femmes très en forme, et des belles voitures. Avec des ralentis aussi. Beaucoup de ralentis.

    Ouais, Bay a un peu plus d'inspiration, ça se voit, sauf que l'inspi, il la pique à d'autres. Personnellement, j'avais plus l'impression de regarder un film de Scorsese bourré qu'un Bay inventif. ça reprend tous les codes d'un film de mafia à la Scorsese sauf que comme War Dogs il y a peu, la pilule a du mal à passer, parce qu'imiter Scorsese, c'est tendu. Il y a quelques bonnes idées, et ça se suit bien, mais ça aurait pu être tellement plus...

    25/08
  • Bande-annonce

    Les Oubliés (2015)

    Under sandet

    1 h 41 min. Sortie : . Drame, historique et guerre.

    Film de Martin Zandvliet avec Roland Møller, Mikkel Boe Følsgaard, Joel Basman

    Revisionnage qui fait du bien. Je reste totalement persuadé que Les Oubliés est un film de guerre absolument sincère et brillant. Sa nomination aux Oscars aurait du aboutir à une récompense, parce qu'il le mérite totalement. Mais on sait à quel point les Oscars n'ont plus aucune légitimité de toute façon...

    Les Oubliés est visuellement époustouflant. Les images sont vraiment superbes et la direction artistique apporte vraiment un plus au long métrage. Les acteurs sont tous hyper bons... C'est le genre de films qu'il faut absolument voir, et c'est dommage qu'il soit passé inaperçu l'an dernier.

    Ce qui est sûr, c'est que moi je vais pas l'oublier.

    01/01
  • Bande-annonce

    La Promesse de l'aube (2017)

    2 h 11 min. Sortie : . Biopic, drame et romance.

    Film de Eric Barbier avec Pierre Niney, Charlotte Gainsbourg, Didier Bourdon

    La Promesse de l'Aube était étonnement très sympathique. Etonnement parce qu'il aurait pu être académique à souhait, larmoyant ou lent et inexpressif mais finalement il aborde avec une certaine pudeur et finesse la vie de Romain Gary. La première heure est assez pénible, parce qu'elle s'attarde trop sur sa jeunesse qui loin d'être inintéressante s'avère assez redondante et sans surprises. Mais la seconde heure (en fait, à partir du moment où Pierre Niney joue) passionne vraiment. L'histoire est bien traité malgré une structure elliptique peu judicieusement choisie. Le duo d'acteurs fournit une très belle prestation et comme à son habitude, Pierre Niney détone. Non vraiment, il y a de très belles surprises. La réalisation est bonne, les images sont plutôt belles et on sent qu'il y a un beau petit budget derrière. Reste un humour abstrait un peu trop décalé et quelques longueurs en plus d'une histoire parfois trop romancée. Mais une belle découverte.

    02/01
  • Bande-annonce

    Seule sur la plage la nuit (2017)

    Bamui Haebyunaeseo Honja

    1 h 41 min. Sortie : . Drame.

    Film de Hong Sang-soo avec Kim Min-hee, Jung Jae-young, Moon Sung-geun

    Le nouveau film du prolifique Hong Sang-soo ravira les amateurs de films contemplatifs saupoudrés de l'aura des films de la Nouvelle Vague. Pour les autres, ça sera plus compliqué. Friand de situations quotidiennes et de dialogues simplistes ne laissant apparemment pas de places à de l'improvisation, Hong Sang-soo délivre un film calibré pour le festival de Cannes. Et c'est sans doute pour cela qu'il m'est difficile d'accrocher. Parce que tout semble vain, difficile d'accès et faussement mystérieux. En plus de ça, la mise en scène est d'une simplicité affolante et dommageable au vu du sujet. Elle se résume à une succession de zooms et de plans fixes. Et comme le scénario est assez faible (divisant le film en deux parties radicalement différentes et visiblement liées assez faiblement), le tout semble superficiel. On est pas au même niveau que le désolant et redoutable Steel Flower, mais Seule sur la plage la nuit est tout de même une belle déception.

    03/01
  • Bande-annonce

    Sicario (2015)

    2 h 01 min. Sortie : . Policier, drame et thriller.

    Film de Denis Villeneuve avec Emily Blunt, Benicio Del Toro, Josh Brolin

    Revisionnage bénéfique : +1

    Il aura fallu un visionnage pour me rendre compte à quel point Villeneuve, Deakins et Sheridan formaient un trio absolument incroyable. Il m'en aura fallu un second pour adorer absolument ce métrage.

    Sicario, c'est un peu le thriller militaire que tout le monde souhaite réaliser. Un génie au scénario (celui qui a pondu ensuite deux excellents films), un surdoué à la photographie, une ambiance de tarée, un excellent compositeur. Bref, Villeneuve s'est entouré des meilleures personnes possibles et il a fait d'un film un chaos sous haute tension. Le suspens est le maître mot, les acteurs sont survoltés et vivent leur personnage (Benicio Del Toro majestueux).

    En fait, il suffit de voir la première scène pour comprendre que Sicario va foutre une claque au spectateur. Et c'est chose faîte.

    "The Beast", ou le morceau le plus angoissant de tous les temps.

    03/01
  • Bande-annonce

    I Do... Until I Don't (2017)

    1 h 43 min. Sortie : . Comédie.

    Film de Lake Bell avec Lake Bell, Ed Helms, Mary Steenburgen

    Qu'est-ce que c'était mauvais... Une comédie faussement comique, surjouant toutes les situations, des personnages inintéressants et caricaturés et une fin clichée au possible. Quelle belle catastrophe. Heureusement, Amber Heard apporte un peu d'intérêt au visionnage malgré son relativement faible temps d'apparition. Qu'est-ce qu'on pourrait pas faire pour une actrice tout de même...

    04/01
  • Bande-annonce

    Shaun le Mouton, le film (2015)

    Shaun the Sheep Movie

    1 h 25 min. Sortie : . Animation et aventure.

    Long-métrage d'animation de Mark Burton et Richard Starzack avec Justin Fletcher, John B. Sparkes, Andy Nyman

    Revisionnage néfaste au jugement. -3

    Je gardais une grande place dans mon coeur pour Shaun le Mouton, un film d'animation en stop motion que j'avais vraiment adoré la première fois que je l'avais vu en 2015. C'était frais, c'était dynamique et joyeux, et je pense que j'en avais besoin. Mais j'ai fait une grosse erreur : je l'ai revu.

    En soit, Shaun Le Mouton ne mérite même pas mon 6, mais je n'ai pas envie de descendre en dessous parce qu'on passe quand même un bon moment. Mais après être passé derrière les revisionnage successifs de Sicario et Les Oubliés, un film aussi dépourvu d'enjeux et d'histoire en plus d'avoir un caractère comique parfois assez douteux et naïf ne peut clairement pas siéger dans mes films préférés. Encore moins celui ci, qui ne possède pas vraiment de second degré ou de références et se contente de faire dans le divertissement légitime, toutefois amusant et efficace. L'absence de dialogues est remarquable, et l'animation est très sympa, mais à part passer un bon moment, le film ne livre pas grand chose d'intéressant.

    04/01
  • Bande-annonce

    Wonder (2017)

    1 h 53 min. Sortie : . Drame.

    Film de Stephen Chbosky avec Owen Wilson, Jacob Tremblay, Julia Roberts

    Mince alors, j'ai aimé "Wonder". C'était pourtant pas gagné. Faut dire que moi et les histoires familiales dramatiques, on s'aime pas trop. Encore moins quand il s'agit d'aller aux Oscars, parce que j'ai toujours peur que le la seule vocation du film était d'y aller. Et là, en 1h50, j'ai compris, appris qu'il fallait que j'arrête d'avoir des préjugés idiots sur les films. Parce que bon Dieu ce que c'était super.

    D'abord en tant que feel good movie, je crois qu'il n'y a pas grand chose de mieux. ça m'a fait relativiser sur tout, ça m'a donné vraiment envie d'être plus souvent avec mes proches, et Dieu seul sait que c'est rare ce genre de films (l'année dernière, 2016, on avait eu Demolition). Wonder c'est une pépite, et ouais "Faites le plein de bonheur courez voir Wonder" est en plus d'une superbe accroche une réelle accroche. On sort de la salle heureux. Heureux d'avoir vu un film sensationnel et accrocheur.

    Pourtant, le film est pas si joyeux que ça lui. A part le génial Owen Wilson qui détend l'atmosphère tendue dans toutes ses scènes, la plupart des situations sont clairement dramatiques. Sauf que même si elles m'ont arraché pas mal de larmes, elles n'existent pas que pour ça. C'est pas du tout larmoyant ni académique, ça évolue et ça a une vraie raison d'être.

    J'ai pleuré. Et pas qu'une fois. Le pire, c'est que même des scènes quelconques ou des dialogues quelconques me donnaient envie de chialer. Et ça aussi, c'est rare. Mais oui, "Wonder" touche énormément. Et ça fait du bien. ça le fait toujours de manière subtil, à travers un jeu d'acteurs fabuleux et des situations réalistes et sincères. Et les plus doux et insignifiants gestes sont toujours ceux qui fonctionnent le mieux, et le film en a un sacré paquet : (le "merci" à sa mère est d'une sincérité et d'une naïveté ultra touchante). "Wonder" est une petite merveille. Il est simplement merveilleux. C'est une véritable pépite. Tous ces titres accrocheurs sur l'affiche sont vrais. Pour une fois que ça l'est.

    Bref, "Wonder" m'a fait du bien, et je l'en remercie fortement. J'espère maintenant du fond du coeur qu'il ira bien aux Oscars, et même si j'ai déjà des favoris dans toutes les catégories, je prie pour qu'il ait ce qu'il mérite. Un bon feel good movie, ça n'a pas de prix. Encore plus quand on a un si bon casting et un si bon scénario alternant les points de vue.

    Un régal.

    05/01
  • Bande-annonce

    Coco (2017)

    1 h 45 min. Sortie : . Animation, aventure, comédie, fantastique et comédie musicale.

    Long-métrage d'animation de Lee Unkrich et Adrian Molina avec Anthony Gonzalez, Gael García Bernal, Benjamin Bratt

    Je vous voie déjà m'harceler en voyant ma note "basse". Un 7 pour une moyenne de 8.3 chez mes éclaireurs, c'est un peu étonnant. Mais pour moi, Coco n'est pas l'énorme claque annoncée. Même si j'ai vraiment beaucoup aimé et qu'en terme de divertissement d'animation, ça envoie du pâté, avec toujours des messages très forts made in pixar.

    En fait, j'avais entendu beaucoup de personnes dire qu'ils avaient pleuré pendant les 1h40 du long métrage d'animation mais ben moi j'ai pas vraiment ressenti ça. Au contraire plutôt, j'étais plus émerveillé et joyeux. Parce qu'en soit, le film ne possède pas d'instants déchirants et dramatiques.

    L'animation est d'une beauté ahurissante. Vraiment. ça virevolte partout, c'est d'un détail sublime et le monde imaginé est réellement superbe. De ce côté là il n'y a vraiment rien à dire. "Coco" fout une belle claque visuelle. Et auditive, un peu! Les morceaux sont très chouettes. Le film se laisse agréablement suivre, ce qui est d'autant plus plaisant. Tout se déroule très bien sans avoir recours à des éléments scénaristiques inintéressants. Quelques twists permettent d'apprécier encore plus des situations.

    "Coco" est un bon film d'animation Pixar, qui fait plaisir aux oreilles et aux yeux. Mais ça s'arrête là pour moi.

    PREMIER FILM DU CHALLENGE IMPOSE PAR MAXIMEMARF

    07/01
  • Bande-annonce

    Justice League (2017)

    2 h. Sortie : . Action, aventure et fantastique.

    Film de Zack Snyder avec Ben Affleck, Gal Gadot, Henry Cavill

    Divertissement dans son excès, Justice League symbolise totalement tout le mal qui accable Hollywood. Des produits sans saveur, sans originalité, sans aucune créativité, se perdant dans des situations grotesques et dans des dialogues d'une platitude affolante découlant à des scènes encore plus absurdes et incohérentes dont le seul intérêt subsiste dans le télescopage extrême de fusils de Tchekhov qui viennent pourtant de nulle part.

    Si la moustache effacée affreuse de Superman (dans la mort dans BvS semble incroyablement vaine et inutile) ne vous dissuade pas de regarder le film, alors peut être que parler de l'antagoniste sera assez convaincant. Il semblait illusoire de penser que personne ne pouvait battre le méchant de Thor 2 dans sa médiocrité. Et pourtant... Steppenwolf est bien le pire méchant de tous les temps, un vilain qui n'a aucune motivation, qui tombe comme un cheveu sur la soupe, qui n'existe que pour quelques scènes (et seulement des scènes d'action)...

    Pourquoi ne pas parler de l'esthétique, globalement affreuse, du métrage ? Visiblement, la Warner s'est surpassée après le départ de Snyder pour faire d'un film une bouillie visuelle dégueulasse. Tout est catastrophiquement hideux...

    En terme de scénario, j'ai rarement vu un film de super héros aussi vide. Et pourtant Dieu sait qu'il y en a beaucoup des films de super héros, mais Justice League atteint un sommet de médiocrité rarement atteint. Le film est abyssalement vide. Les acteurs semblent sans en avoir rien à foutre, soit ils livrent des prestations désastreuses. L'humour est encore pire que celui utilisé dans les films Marvel, et le troisième acte final du film est encore une fois d'une extrême monstruosité.

    A ce point, je ne sais même pas pourquoi je mets pas 1. Peut être parce que ça me ferait trop mal. Mais sérieusement, ne venez plus me parler d'un DCEU plus sombre, mieux réussi, plus iconique et intéressant qu'un MCU. J'ai pas envie de mourir de rire.

    13/01
  • Bande-annonce

    3 Billboards : Les Panneaux de la vengeance (2017)

    Three Billboards Outside Ebbing, Missouri

    1 h 56 min. Sortie : . Comédie, policier et drame.

    Film de Martin McDonagh avec Frances McDormand, Woody Harrelson, Sam Rockwell

    3 Billboards a tout déchiré aux Golden Globes, et on comprend vraiment pourquoi en le visionnant. Le nouveau film de Martin McDonagh est d'une originalité surprenante et bienvenue, et offre un nouveau vent de fraîcheur dans les cinémas de ce début d'année. Face aux blockbusters et aux films académiques basés sur des histoires vraies, le métrage de McDonagh propose quelque chose de neuf et de passionnant.

    Il ne se passe des milliards de choses dans ce 3 Billboards. Mais c'est justement ça qui fait sa force : tout est misé sur la force du scénario et sur la puissance des personnages et de leur évolution au film du film. Ainsi, le trio d'acteurs porté par Frances McDormard est d'une justesse incroyable, chaque acteur apportant une touche appréciable au film. Le plus brillant élément reste Sam Rockwell, absolument transcendant et s'affirmant comme l'un des acteurs les plus souscôtés du milieu. Son Golden Globe, il le mérite amplement, et c'est même injuste de ne voir aucune nomination pour lui aux Oscars.

    3 Billboards détone, tant dans sa réalisation et ce magnifique plan séquence d'une violence visuelle et scénaristique bluffante que dans sa bande originale ou sa photographie. Tout est réuni afin d'élever 3 Billboards au sein des films les plus réussis de ce début d'année. En réalité, le métrage possède très peu de défauts tant les qualités semblent les dominer. On pourra peut être chipoter en se focalisant sur la fin un peu trop abrupte et les quelques lenteurs.

    Très belle surprise, qui mérite ses nominations et ses récompenses, et qui permet de bien commencer l'année 2018 au cinéma. Et vive Sam Rockwell.

    20/01
  • Bande-annonce

    Iron Man (2008)

    2 h 06 min. Sortie : . Action, aventure et science-fiction.

    Film de Jon Favreau avec Robert Downey Jr., Gwyneth Paltrow, Terrence Howard

    ROAD TO INFINITY WAR (chapitre 1)

    L'un des plus grands événements de 2018 approche à grand pas. N'importe quel fan du MCU attend avec impatience "Avengers : Infinity War" qui débarque dans nos salles dans pile trois mois. L'occasion de se refaire toute la saga du MCU, qui sera constituée de 18 films quand Infinity War sortira.

    +1

    Iron Man, premier film de ce qui sera plus tard la plus grande franchise de tous les temps, débarque là où on ne l'attendait pas. En 2008 sort aussi le premier d'une trilogie qui marquera les esprits : Batman Begins. Et il est étonnant de voir que le film de Favreau s'éloigne totalement de ce que propose Nolan. Favreau lance des idées à tout va, notamment dans le visuel d'Iron Man et du visage de Tony dans l'armure. D'un côté technique, Iron Man est très réussi et propose pas mal de choses. Mais là où il passionne le plus, c'est à travers son casting absolument sans fautes, que ce soit pour Gwyneth Paltrow ou pour Robert Downey Jr. Ce dernier est Iron Man. Pas dans le sens où il l'incarne, mais dans la mesure où il est né pour l'incarner. Iron Man est le film qui va lancer vraiment sa carrière (pour maintenant être l'un des acteurs les plus payés d'Hollywood). Et pour cause, Robert Downey Jr vit son personnage, l'adopte et le réinvente tout en s'appropriant les éléments des comics comme aucun autre. Et à ce jour, si le public aime autant Downey Jr dans les films Marvel, c'est grâce au premier métrage de la saga.

    Celui-ci est l'origin story qui posera les bases de ce que sera même des années plus tard les films du MCU : un schéma narratif classique, sans grandes surprises, avec un antagoniste dont les pouvoirs sont en direct lien avec le héros. Toutefois, contrairement à ce qu'entreprendra plus tard Marvel, dès Thor, Iron Man n'est pas une comédie d'action mais bien un blockbuster avec un ton parfois un peu léger. Mais le ton global est réaliste, assez sombre.

    Le succès (relatif) d'Iron Man va permettre à Kevin Feige d'entamer la plus grande entreprise de l'Histoire du cinéma : celle de créer une saga interconnecté de dizaines de films. La scène post générique d'Iron Man résonne avec nostalgie quand on la regarde des années après le passage d'Avengers.

    Iron Man est un très bon film de super héros, classique mais justement superbe dans son académisme, puisqu'il va inspirer nombre de films de super héros après lui. Ses défauts sont nombreux, et Jon Favreau ne prétend pas livrer un film bourré d'idées cinématographiques. 27/01
  • Bande-annonce

    Funny Games (1997)

    1 h 48 min. Sortie : . Drame et thriller.

    Film de Michael Haneke avec Susanne Lothar, Ulrich Mühe, Arno Frisch

    Funny Games, c'était plutôt amusant. Mais pour un film aussi culte que celui-ci (à travers sa réputation de film traumatisant), j'en suis ressorti assez déçu. Premièrement par le jeu des acteurs, où seul le duo d'antagonistes parvient à réellement à se détacher, la famille (et surtout le père) délivrant des prestations assez médiocres. Deuxièmement, il est de mon avis que le film aurait gagné à être encore plus immersif et dérangeant (quitte à exploiter jusqu'au bout le glauque et le malsain). Il y a quelques excès bienvenu mais le tout est quand même (un peu) décevant pour un sujet pareil.

    Funny Games regorge quand même de bonnes idées (exploitées ou non, comme en témoigne l'énorme fusil de Tchekhov qui finalement ne servira à rien), notamment grâce au brisement du quatrième mur qui marche vraiment bien et qui permet d'ajouter au film une touche d'originalité supplémentaire.

    Bref, un long métrage de Michael Haneke intéressant et à voir au moins une fois, mais qui est loin de rester dans mon esprit.

    29/01
  • Bande-annonce

    Baby Driver (2017)

    1 h 53 min. Sortie : . Action, thriller, comédie et gangster.

    Film de Edgar Wright avec Ansel Elgort, Lily James, Kevin Spacey

    Revisionnage de la seconde meilleure comédie dramatique musicale de l'an dernier! Le nouveau petit bijou d'Edgar Wright est d'une richesse de mise en scène absolument incroyable, que ce soit dans le montage (tout simplement stupéfiant, s'accordant avec brio avec la bande originale) que dans le mixage sonore (coïncidant avec l'ingéniosité du montage) ou encore la puissance de la réalisation (ce plan séquence du début me fascine encore!). Baby Driver se voit aussi doter d'une esthétique très appréciable avec une photographie tout en couleur et très jolie.

    Baby Driver n'a pas un scénario incroyable, mais il l'exploite suffisamment pour intéresser. Mais il est vrai qu'on retiendra plus le long métrage pour sa plastique que pour son fond (intéressant, mais peu original en soit).

    29/01
  • Bande-annonce

    L'Affaire Roman J. (2017)

    Roman J. Israel, Esq.

    2 h 02 min. Sortie : . Policier et drame.

    Film de Dan Gilroy avec Denzel Washington, Colin Farrell, Carmen Ejogo

    La grosse déception de ce début d'année des films de 2018 vient du nouveau long métrage de Dan Gilroy. Incroyable metteur en scène de Nightcrawler, Gilroy rempile derrière la caméra en tant que réalisateur et scénariste pour un film 100% original. Sauf que comme beaucoup des films qui se veulent trop originaux, le film se perd dans plein de choses intéressantes mais le long métrage devient vite débordé.

    En fait, mis à part l'incroyable prestation de Denzel Washington (qui livre quelque chose de totalement renouveau par rapport à tous ses rôles), Roman J. Israel est plat, sans grande saveur, et son ambiance ne se démarque pas vraiment. Et c'est sans doute à cause de la bande annonce que la déception est présente, puisque le trailer réussit à poser une ambiance de comédie noire qui fonctionne à merveille, sauf que le film n'arrive pas à traiter avec le même rythme que le trailer. Et même les scènes amusantes du trailer semblent perdre tout leur effet durant le film.

    Loin d'être inintéressant, le film ne propose pas quelque chose d'aussi marquant que le précédent film du metteur en scène. Malgré une réalisation toujours très bonne, et un scénario complexe, le film peine à se démarquer et à vraiment convaincre. Toutefois, pas de doutes qu'il aura son succès auprès d'une majorité du public.

    29/01
  • Bande-annonce

    L'Incroyable Hulk (2008)

    The Incredible Hulk

    1 h 52 min. Sortie : . Action, aventure et science-fiction.

    Film de Louis Leterrier avec Edward Norton, Liv Tyler, Tim Roth

    ROAD TO INFINITY WAR (chapitre 2)

    L'un des plus grands événements de 2018 approche à grand pas. N'importe quel fan du MCU attend avec impatience "Avengers : Infinity War" qui débarque dans nos salles dans pile trois mois. L'occasion de se refaire toute la saga du MCU, qui sera constituée de 18 films quand Infinity War sortira.

    -1

    L'incroyable Hulk peut à juste titre être considéré comme l'un des films du MCU les plus éloignés de la saga. Pour cause principale son acteur, Edward Norton, qui sera écarté au profit de Mark Ruffalo pour cause budgétaire.

    Néanmoins, c'est plutôt sa réputation du plus mauvais film du MCU que j'essaie de comprendre. Car si L'incroyable Hulk ne possède pas la force d'un très bon film de super héros, il traite cependant avec des thématiques vraiment intéressantes et très bien analysées. Contrairement à la purge cinématographique d'Ang Lee, Louis Leterrier livre un film d'action efficace et dramatique, très éloigné des comédies d'action des films du MCU en général, puisque celui ci ne possède même pas une dizaine de remarques humoristiques. Et ça fait du bien.

    Ce qui détone vraiment dans L'Incroyable Hulk, c'est d'abord la bande originale, qui (avec Avengers) fait un fuck magistral à tous les haters des BOs des films Marvel. C'est aussi une réalisation qui, loin d'être parfaite, est diablement efficace (notamment dans la course poursuite dans les favelas). C'est aussi une approche de Hulk plutôt nouvelle, notamment au début dans son aspect le plus horrifique (et prendre le point de vue des soldats est une excellente idée). De même, le combat final, s'il est rempli de CGIs, reste l'un des finals les plus épiques et jouissifs des films du MCU, dans sa démarche et sa résolution.

    Les acteurs font aussi leur job, notamment Tim Roth qui remplit le rôle de l'antagoniste à merveille, malgré le peu de charisme que dégage le rôle, dû à son écriture.

    L'incroyable Hulk, deuxième film de l'énorme saga du MCU, est un film identitaire, un film du MCU très particulier mais pourtant très appréciable. Malgré des effets spéciaux qui ont vieilli, le film de Leterrier n'a pas grand chose à envier à ses successeurs.

    31/01
  • Bande-annonce

    Iron Man 2 (2010)

    2 h 04 min. Sortie : . Action, aventure et science-fiction.

    Film de Jon Favreau avec Robert Downey Jr., Gwyneth Paltrow, Don Cheadle

    ROAD TO INFINITY WAR (chapitre 3)

    L'un des plus grands événements de 2018 approche à grand pas. N'importe quel fan du MCU attend avec impatience "Avengers : Infinity War" qui débarque dans nos salles dans pile trois mois. L'occasion de se refaire toute la saga du MCU, qui sera constituée de 18 films quand Infinity War sortira.

    -1.5 (peut être -2)

    Importante déception lors du revisionnage du second volet du triptyque Iron Man. Néanmoins, je trouve encore sa réputation de très mauvais film de super héros totalement incohérente, et celle de très mauvais Iron Man encore pire. Le métrage essaie d'adapter plusieurs arcs des comics en un seul film, et notamment essaie de traiter avec la célèbre saga Le Diable en Bouteille. Malheureusement, c'est de là que viendra le plus vilain défaut du film : sa constante méprise du personnage au point de lui attribuer des actes déplacés et un peu hors propos. Car en soit, Iron Man 2 est le digne successeur du premier opus dans son ton et dans son traitement.

    La première chose que je pense quand on me parle d'Iron Man 2, c'est aux fabuleuses scènes d'action, dynamiques et plutôt jouissives (notamment un final grandiose, qui reste pour moi l'un des finals les plus beaux dans le MCU). C'est aussi une réalisation toujours aussi efficace grâce aux gadgets de l'Elon Musk de Marvel (on appréciera d'ailleurs le caméo du vrai Elon Musk). Mais c'est aussi Sam Rockwell, jouant un antagoniste assez cliché mais plutôt intéressant dans son aspect comique et grâce au jeu de l'acteur. On ne pourra pas en dire autant de Rourke qui livre une prestation assez ridicule pour un acteur de son niveau.

    Iron Man 2 existe surtout pour installer le plan Avengers. En effet, les deux films qui vont suivre avant le grand rassemblement sont totalement détachés de ce que va préparer Avengers, l'un spatialement (Thor), l'autre temporellement (Captain America). L'intermédiaire était donc le film de Jon Favreau, permettant de nous introduire le SHIELD, Black Widow et un Nick Fury Jr qui a enfin un rôle plus important.

    Iron Man 2 est donc en soit une étape très importante pour le futur du MCU, malgré les dires de beaucoup. Certes, il est une parenthèse dans la vie de Stark, mais d'un oeil extérieur, il représente beaucoup.

    Ses principaux défauts résident dans son scénario et dans ce qu'il entreprend de raconter. Autrement dit, pas grand chose. IM2 est un prologue à quelque chose de plus grand, et s'évertue à enchaîner les blagues plutôt qu'à construire u
  • Bande-annonce

    Mud : Sur les rives du Mississippi (2012)

    Mud

    2 h 10 min. Sortie : . Drame.

    Film de Jeff Nichols avec Matthew McConaughey, Reese Witherspoon, Sam Shepard

    Dieu que ça fait longtemps que j'avais pas découvert un aussi bon film. Je suis plutôt dans une période de revisionnages, et voir ce genre de films fait donc encore plus de bien.

    Jeff Nichols est déjà un grand cinéaste. Je pense que peu de personnes le conteste. Midnight Special, Take Shelter, Loving... Tous ses films ont une aura, une identité, et c'est réellement passionnant. Avec Mud, Nichols exploite tout son talent, en bénéficiant d'une photographie sublime et d'une bande originale très bonne.

    Mud, sur les rives du Mississippi est un film sur l'amour. Ce n'est ni un film d'aventure, ni un drame. C'est une ode sur l'amour, une lettre de Nichols à cette sensation, cette émotion, qui détruit tout sur son passage. Quand dans Interstellar, on nous dit "L'amour est la seule chose qui transcende le temps et l'espace", on voit que c'est vrai avec Mud.

    C'était très bon. La réalisation, le scénario, les acteurs. Tellement bon qu'il y a pas à débattre. Mud est sûrement pas un grand film, il ne va sûrement pas marquer une génération mais il n'en reste pas moins original, inventif et surtout touchant, sincère et passionnant. Matthew McConaughey hérite d'un de ses plus beaux rôles, et il est aidé dans sa tâche par deux jeunes acteurs irréprochables.

    Je suis de moins en moins happé par un film, mais celui ci m'a accroché de bout en bout. Parce que Mud ne se veut pas complexe pour rien, ne prétend pas être quelque chose d'autre. Mud est un film sincère, et c'est rare.

    03/02
  • Bande-annonce

    Wind River (2017)

    1 h 50 min. Sortie : . Thriller, drame et policier.

    Film de Taylor Sheridan avec Jeremy Renner, Elizabeth Olsen, Graham Greene

    Revisionnage.

    Toujours aussi bon.

    10/02
  • Bande-annonce

    Captain America : First Avenger (2011)

    Captain America: The First Avenger

    2 h 04 min. Sortie : . Action, aventure et science-fiction.

    Film de Joe Johnston avec Chris Evans, Hayley Atwell, Sebastian Stan

    ROAD TO INFINITY WAR (chapitre 4)

    L'un des plus grands événements de 2018 approche à grand pas. N'importe quel fan du MCU attend avec impatience "Avengers : Infinity War" qui débarque dans nos salles dans pile trois mois. L'occasion de se refaire toute la saga du MCU, qui sera constituée de 18 films quand Infinity War sortira.

    + coup de coeur (0.5)

    Captain America : First Avenger était dans mes souvenirs un film assez banal et un des moins bons de la phase 1 du MCU. Finalement, un troisième revisionnage était nécessaire pour se rendre compte qu'il n'en est rien : le métrage de Joe Johnston est même l'un des films du MCU les plus aboutis et les plus sincères. Et cela fait donc de la trilogie du super soldat américain une des meilleures trilogies de tous les temps (fuck les rageux).

    Les acteurs livrent de belles prestations et l'ensemble du film est très cohérent. Il est aussi très appréciable de voir un film qui prend son temps et qui n'est pas linéairement structuré (ce qui est dorénavant la monde dans les films de super héros et ce qui leur est pour moi hautement préjudiciable). Ainsi, les nombreuses ellipses temporelles permettent de faire avancer le récit et de faire avancer la mentalité des personnages, ce qui est logiquement nécessaire pour qu'un film puisse intéresser.

    Malgré une écriture efficace, le film souffre quand même de beaucoup de défauts, dont l'un émane de la flemmardise des scénaristes quant au déroulement de l'intrigue. En réalité, tout se déroule parfaitement, sans aucun retournement de situation, si bien qu'on se laisse happer par l'histoire mais rien de bien surprenant vient surprendre le spectateur. D'autant plus dommage que la réalisation de Johston est bien efficace et malgré sa photographie bien dégueulasse, le tout est cohérent.

    Finalement, Captain America : First Avenger mérite d'être considéré comme le second meilleur film de la phase 1 (hors Avengers), une place hautement méritée pour un film très appréciable.

    17/02
  • Bande-annonce

    Black Panther (2018)

    2 h 14 min. Sortie : . Action, aventure et science-fiction.

    Film de Ryan Coogler avec Chadwick Boseman, Michael B. Jordan, Lupita Nyong'o

    Nouveau film des studios Marvel, et nouveau bébé du MCU. Petit coup de coeur et petite déception pour ce nouveau long métrage. Niveau mise en scène, Ryan Coogler envoie à la fois du très lourd et de l'affreux. Ainsi, on a à la fois le droit à des séquences très riches niveau visuel, couleurs et esthétique, mais les scènes d'action sont purement illisibles et brouillonnes et c'est bien dommage.

    Black Panther a en ce moment un succès absolument phénoménal, c'est juste bluffant. Et rien que pour ça, le film est rentré dans l'Histoire. Un peu à la manière de Get Out ou de Wonder Woman l'an dernier, du coup ça en fait pas forcément un bon film. Mais ici, Black Panther a un certain charme. Il garde les ingrédients des films du MCU (et ses défauts habituels) tout en apportant sa propre touche bienvenue. Le film appuie un peu plus sur ses enjeux et les motivations de ses personnages (pour livrer un film plus politique qu'à l'accoutume). On peut d'ailleurs féliciter Marvel pour son utilisation enfin excellente des personnages secondaires qui ici sont tous utiles et appréciables.

    D'ailleurs, c'est ce qui fait la force de Black Panther. Ses personnages sont attachants et permettent de suivre sans grande peine leurs multiples aventures. Malgré une première heure assez lente, le film possède un rythme assez cadencé et sympathique.

    Finalement, Black Panther est un bon film. Pas le meilleur du MCU, mais un qui apporte un (petit) vent de fraîcheur au genre, via entre autres une belle esthétique (quoi qu'imparfaite).

    Vu avec MatthieuS, Tonto et Nick Cortex.

    18/02

    + coup de coeur

    Revisionnage mars 2018
  • Bande-annonce

    Voyage au centre de la Terre 2 : L'Île mystérieuse (2012)

    Journey 2: The Mysterious Island

    1 h 34 min. Sortie : . Action et aventure.

    Film de Brad Peyton avec Dwayne Johnson, Michael Caine, Josh Hutcherson

    Mince alors, c'est quoi cette daube affreuse ?!

    22/02
  • Bande-annonce

    En territoire ennemi (2001)

    Behind Enemy Lines

    1 h 46 min. Sortie : . Drame, action et guerre.

    Film de John Moore avec Owen Wilson, Gene Hackman, Gabriel Macht

    Bonne grosse chiasse!

    22/02
  • Bande-annonce

    Watchmen : Les Gardiens (2009)

    Watchmen

    2 h 42 min. Sortie : . Action, drame et science-fiction.

    Film de Zack Snyder avec Malin Åkerman, Billy Crudup, Matthew Goode

    Revisionnage ultra bénéfique puisque je lui accorde la note maximale : 10/10!

    Je n'avais jamais tenté de voir le film de Snyder en version longue. 3h40, c'est quand même beaucoup. Mais mon Dieu j'aurais du me lancer bien avant... Watchmen - Les Gardiens - version longue est sans nul doute une des oeuvres super héroïques les plus abouties -visuellement, scénaristiquement- de tous les temps. C'est beau, c'est magique, c'est passionnant, c'est tout bonnement incroyable. Le style de Snyder est amplifié par la reprise du style du comic book original, et malgré ses retouches, le film ne perd pas son sens (désolé Mr Bobine, mais tes arguments sont bidons).

    3h40 de violence, de pessimisme, de cruauté de la nature humaine, 3h40 de désolation et de déshumanisation. Un des seuls films qui m'a réellement donné envie d'arrêter de croire en l'humanité, et à la fois de l'adorer parce qu'elle permet à ce genre d'oeuvres de voir le jour.

    Visuellement, c'est parfait. Snyder s'éclate et j'adore absolument tous les plans, même les ralentis Snyderiens pompeux. La BO est absolument incroyable. Les acteurs, inconnus au bataillon, livrent des prestations ahurissantes.

    Comme le dirait si bien Fassbender, "PERFECTION". Je la tiens du bout de mes mains en tenant la version longue d'un film parfait, et hautement sous estimé par les hordes de haters de Snyder.

    23/02
  • Bande-annonce

    The Holiday (2006)

    2 h 18 min. Sortie : . Comédie romantique.

    Film de Nancy Meyers avec Cameron Diaz, Kate Winslet, Jude Law

    ça casse pas trois pattes à un canard, mais ça reste sympathique et divertissant. The Holiday exploite le romantisme de ses acteurs dans une histoire classique mais divertissante. Rien de surprenant et rien de transcendant, mais un long métrage qui se laisse suivre sans grande prétention.

    23/02
  • Bande-annonce

    Avengers (2012)

    The Avengers

    2 h 23 min. Sortie : . Action, aventure, science-fiction et fantastique.

    Film de Joss Whedon avec Robert Downey Jr., Chris Evans, Chris Hemsworth

    ROAD TO INFINITY WAR (chapitre 6)

    L'un des plus grands événements de 2018 approche à grand pas. N'importe quel fan du MCU attend avec impatience "Avengers : Infinity War" qui débarque dans nos salles dans pile trois mois. L'occasion de se refaire toute la saga du MCU, qui sera constituée de 18 films quand Infinity War sortira.

    Note inchangée (10/10 coup de coeur)

    Avengers clôt la phase 1, et c'est brillant. Brillant parce que Joss Whedon arrive à transposer sur grand écran un rêve de fans qui a perduré pendant des décennies sans s'être concrétisée. Et pour cause, Brian Michael Bendis le disait même dans des interviews lors des débuts de Marvel Studios : c'est un pari fou que de réunir dans un même film autant de super héros (en comparaison d'Infinity War, c'est rien, mais à l'époque c'était inconcevable). Et pourtant, Marvel Studios l'a fait.

    Il aura donc fallu 5 films avant que le MCU se dote de son film le plus massif et le plus reconnu. 5 films permettant aux spectateurs de connaître et d'apprécier les divers protagonistes et antagonistes (on retrouve ainsi le redoutable Loki, sans doute le seul vilain brillamment interprété et écrit chez Marvel). Et cela donne un spectacle particulièrement plaisant de retrouver autant de têtes connues et de les voir interagir. Ainsi, le faux plan séquence d'action dans le dernier acte, se focalisant tour à tour sur chacun des héros est d'une splendeur rarement égalée dans un blockbuster. Et c'est là tout l'art de Whedon : celui d'arriver à créer des moments inoubliables, épiques comme jamais et surtout réunir en un ou quelques plan(s) l'ensemble de la troupe super héroïque (cf le plan d'Avengers Age of Ultron au début du film).

    Avengers est un film bourré de défauts : des lenteurs importantes, des dialogues parfois très creux et/ou prévisibles, et un côté cheap qui vieillit extrêmement mal notamment au niveau des costumes. Mais qu'importe, Avengers a été et restera toujours un événement. Celui qui a prouvé que la recette du MCU pouvait marcher. Celui qui a déchaîné les sagas blockbusteriennes en amassant 1.5 milliards de billets vert, score jamais égalé depuis chez Marvel Studios (Infinity War devrait pouvoir surpasser ce score impressionnant toutefois). Avengers est unique, un petit bijou de super héroïsme ultra épique et divertissant, imposant et grandiose qui ne cesse de passionner malgré les visionnages.

    Malgré son imperfectibilité, Avengers est parfait dans son domaine. Whedon délivre un film sensationnel e
  • Bande-annonce

    Moi, Tonya (2017)

    I, Tonya

    2 h. Sortie : . Biopic, drame et sport.

    Film de Craig Gillespie avec Margot Robbie, Sebastian Stan, Allison Janney

    Moi, Tonya est un sympathique biopic qui propose pas mal de bonnes choses d'un point de vue cinématographique, notamment dans tous ses brisements du quatrième mur et sa linéarité décousue sous forme d'interviews. Craig Gillespie livre un métrage mélangeant la comédie et le drame avec un certain style. En réalité, tout cela tient grâce à la solide présence de Margot Robbie, qui dévoile une nouvelle fois tout son formidable jeu d'actrice.

    Bien entendu, le film n'est pas exempt de défauts : des lenteurs qui se ressentent énormément, un aspect biopic assez léger, des acteurs pas tous convaincants et un traitement de l'histoire parfois peu judicieux. Le film ne sait pas réellement où aller, et s'intéresse à plusieurs thématiques, sans aller jusqu'au bout ou en les exploitant bizarrement (ainsi, on pourra s'étonner de la dédramatisation de la violence conjugale).

    Néanmoins, le film reste sympathique à suivre et propose quelque chose d'un minimum intéressant dans sa mise en scène.

    24/02
  • Bande-annonce

    Batman : Gotham by Gaslight (2018)

    1 h 18 min. Sortie : . Animation, action, aventure, policier et fantastique.

    Long-métrage d'animation de Sam Liu avec Bruce Greenwood, Jennifer Carpenter, Anthony Head

    Agréablement surpris par la qualité de ce nouveau DTV d'animation consacré à Batman. Il faut croire que Warner est plus fort pour faire des films d'animation DC que des films live...

    Batman : Gotham by Gaslight souffre énormément de son animation, qui est d'une laideur parfois vraiment désolante (bon, c'est exagéré, mais le style ne s'est toujours pas amélioré depuis quelques années, et ça se ressent). Mais à part ça, le film passe à une vitesse folle grâce à un scénario efficace et... des dialogues excellents. Je ne pensais pas dire ça un jour d'un film d'animation DC, mais les dialogues (et notamment les multiples monologues de Jack l'Eventreur) sont très réussis. Bref, l'histoire est bonne, la BO est chouette et le pitch tiré d'un comics est vraiment sympathique. Une belle découverte. Et c'est mille fois mieux que Justice League...

    25/02
  • Bande-annonce

    La nuit a dévoré le monde (2018)

    1 h 33 min. Sortie : . Épouvante-Horreur.

    Film de Dominique Rocher avec Anders Danielsen Lie, Golshifteh Farahani, Denis Lavant

    "La nuit a dévoré le monde" n'a pas pour seul mérite d'avoir la plus belle affiche de tous les temps : c'est un long métrage français original, un film de genre surprenant dans le paysage cinématographique francophone. Et à voir le résultat, on s'adonne à se demander pourquoi on ne voit que trop rarement ce genre de films.

    Au-delà du titre zombifique qu'arbore le film, "la nuit a dévoré le monde" surprend en s'éloignant de l'aura des grosses productions américaines sur le sujet. Bien entendu, certains stéréotypes restent présents, et le film ne tente pas de désamorcer les inévitables clichés du genre, mais toutefois il essaie de s'émanciper du genre, déjà en ne surfant pas sur son caractère possiblement horrifique. Ainsi, malgré la violence évidente du métrage et quelques scènes très efficaces, la plus grande partie du film évite tout jumpscare ou autre connerie inutile. En travaillant son personnage, le film tente de proposer autre chose. Malheureusement, le personnage principal incarné par l'acteur Anders Danielsen Lie est assez mal écrit, et l'acteur en lui même ne donne pas une prestation inoubliable. Heureusement, le film est en grande partie muet, ce qui évite à l'acteur de balancer ses répliques qui sonnent fausses.

    Pour un premier film, Dominique Rocher livre quelque chose d'unique : pas dans le genre, mais dans le cinéma français. En presque huit clos, il filme un spectacle fantastique intéressant et (presque) passionnant, qui fait énormément de bien. Dommage que le film soit légèrement paralysé par ses lenteurs un peu trop présentes, surtout au vu du niveau extrêmement jouissif de LA scène anxiogène du film.

    Un bon métrage français qui se doit d'être vu en salle pour encourager le cinéma de genre français. Le cinéma de genre réussi, bien sûr.

    26/02
  • Bande-annonce

    Les Heures sombres (2017)

    Darkest Hour

    2 h 05 min. Sortie : . Guerre, drame et biopic.

    Film de Joe Wright avec Gary Oldman, Lily James, Kristin Scott Thomas

    "Les Heures Sombres", nouveau long métrage de Joe Wright, a de quoi faire parler. On se souviendra sans doute du film pour l'incroyable transformation de Gary Oldman dans le rôle de Winston Churchill. C'est tout bonnement fantastique, l'acteur est méconnaissable et habité, et s'il ne reçoit pas l'oscar du meilleur acteur, c'est vraiment du délire.

    Mis à part ça, et la superbe mise en scène de Joe Wright, le film peine à s'envoler. Le biopic patauge dans la vie de Churchill et se répète sans cesse, amenant les trois quart du film à un ennui inconfortable et dommageable au vu de l'intérêt qu'on pourrait porter à un biopic (enfin) non académique. Excepté quelques scènes d'une brillante écriture (la scène du métro, maintes fois acclamée), la majorité du film peine à trouver un rythme.

    Cela étant dit, Les Heures Sombres reste largement appréciable et divertissant, en plus d'avoir le spectaculaire Gary Oldman.

    27/02