Je lis VRAIMENT trop de mangas

Avatar Mal Menor Liste de

461 bd

par Mal Menor

Mais je ne vais pas m'amuser à créer des fiches pour tout les trucs horribles que je lis en scantrad. Par contre, je vais tâcher de commenter chaque entrée de cette liste.
Je suis pas sectaire, ou alors c'est de la fainéantise, du coup les œuvres issues du Pays du Matin Calme rentrent dans le lot.

Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Note globale
  • Ordre alphabétique
  • Date de sortie
  • Notes de mes éclaireurs
  • Note de l'auteur de la liste
  • Derniers ajouts
  • Terra Formars, tome 1 (2013)

    Terafōmāzu

    Sortie : .

    Manga de Kenichi Tachibana et Yū Sasuga

    Non seulement la caractérisation des personnages est grotesque, la narration faiblarde, mais franchement, ce didactisme lourdaud, entre explicitation des pensées et mauvais cours de biologie, c'est vraiment la cerise sur le gâteau. Et quand en plus, le récit cherche à changer d'envergure, politique et autres, on atteint vraiment le summum du cliché et du raté.
  • Gantz (2000)

    Gantsu

    Sortie : .

    Manga de Hiroya Oku

    Le vrai sens du mot racoleur. Et moche, pour ne rien gâcher.
  • Holyland (2000)

    Sortie : 2000.

    Manga de Kouji Mori

    Je déteste les mangas didactiques. Alors en plus quand ça parle au premier degré de comment faire pour survivre dans une bagarre, avec des représentation type mannequin de bois...
    Et l'auteur a le syndrome "je dessine des gouttes sur le visage d'un personnage pour montrer qu'il a peur", histoire de rendre plus crédible le retour de courage qui ne manque pas de s'ensuivre. Sauf qu'ils continuent à ressembler à des navets hydrocéphales, tous autant qu'ils sont.
  • Franken Fran (2007)

    Sortie : 2007.

    Manga de Katsuhisa Kigitsu

    Je sais, ça se veut noir et subversif, mais je doit vraiment être trop bien-pensant / politiquement correct / SJW, parce que je trouve ça complètement putassier.
  • The Gamer (2013)

    Sortie : 2013.

    Webtoon de Sang-Ah et Sung Sang-Young

    Encore une sordide affaire de level-up, de dialogues pseudo-g33k et de persos OP mal dessinés. Et pas le moindre soupçon d'originalité pour sauver les meubles.
  • Wallman (2013)

    U~ōruman

    Sortie : juin 2013.

    Manga de Boichi

    Bon, le dessin de Boichi pète toujours autant la classe. Par contre, nous pondre une resucée de Sun-Ken-Rock, avec un côté pas-si-subtilement L'attaque des Titans, une narration faiblarde et une overdose de fanservice mal foutu (voire du pur hentai), je sais pas si il fallait vraiment.
  • Biomega (2004)

    Baiomega

    Sortie : novembre 2004.

    Manga de Tsutomu Nihei

    Bon, OK, c'est incompréhensible parce que super-dense et mal expliqué. Mais franchement, ça pète la classe, et Nihei atteint la perfection avec son dessin, ses couvertures, son ambiance unique.
  • Bleach (2001)

    Burīchi

    Sortie : août 2001.

    Manga de Tite Kubo

    Initialement mon préféré du Big 3 Shônen, ce manga n'aura pas tardé à rejoindre ses petits camarades dans les abîmes de la médiocrité.
  • Sakigake!! Otokojuku (1985)

    魁!! 男塾

    Sortie : 1985.

    Manga de Akira Miyashita

  • Shut Hell (2008)

    Sortie : 2008.

    Manga de Yû Itô

  • Buster Keel ! (2012)

    バスターキール!

    Sortie : juin 2012.

    Manga de Kenshirô Sakamoto

    C'est gentillet, un peu comme ce gamin de 6 ans qui rate systématiquement sa bouche, mais ça doit être un des trucs les plus moche qui me soit passé sous les yeux.
  • Tower of God (2010)

    신의 탑

    Sortie : 2010.

    Webtoon de SIU

    Il y a un peu le syndrome Hunter X Hunter au moment d'expliquer les règles des tests / combats, et c'est un peu lent et geignard par moment, mais l'univers et les personnages (un rien trop nombreux) qui sont mis en place sont assez fascinants.
  • Tough (1994)

    Sortie : .

    Manga de Tetsuya Saruwatari

    C'est pas très joli, le héro sort toujours une super-technique situationnelle pour se tirer de situations impossibles, et ça confine aux pouvoirs magiques vers la fin, mais le caractère léger, voire débile de l'ensemble (passer un german suplex à un tigre puis à un hélicoptère, fallait le faire) fait passer la pilule.
  • Area D - Inou Ryouiki (2012)

    Sortie : 2012.

    Manga de Yang Kyung-Il et Kyouichi Nanatsuki

    Je garde un bon souvenir du Nouvel Angyo Onshi. Mais là, c'est d'une platitude intersidérale, une enfilade de tropes mal (a)menés, de caricatures de cliffhangers, de retournements de situation débiles et de charactérisation en papier-toilette.
  • Free fight (2008)

    TOUGH-タフ-

    Sortie : 2008.

    Manga de Tetsuya Saruwatari

  • All You Need Is Kill, tome 1 (2014)

    Ōru Yū Nīdo Izu Kiru

    Sortie : .

    Manga de Yoshitoshi Abe, Takeshi Obata, Hiroshi Sakurazaka

    Un récit qui a le bon goût d'être court, efficace et assez marrant dans la gestion de la récursivité. Et pour la première fois, je trouve le dessin agréable !
  • All Rounder Meguru (2011)

    Sortie : .

    Manga de Hiroki Endo

  • Vagabond (1999)

    Bagabondo

    Sortie : .

    Manga de Takehiko Inoue

    Je suis un peu gêné par certaines longueurs, même si il faut du temps pour mettre en place de tels personnages, ainsi que par les timeskips incohérents des premiers volumes, mais Vagabond c'est vraiment génial, du dessin à l'ambiance aux dialogues aux combats, tout est parfait !
  • Combat Continent

    Douluo Dalu

    Manga de Mu Feng Shun et Tang Jia San Shao

    Se référer à la critique.
  • Baki (2008)

    New Grappler Baki

    Sortie : 2008.

    Manga de Keisuke Itagaki

  • NonNonBâ (1977)

    Nonnonbā to ore

    Sortie : 1977.

    Manga de Shigeru Mizuki

  • Bakuman (2008)

    Bakuman。

    Sortie : .

    Manga de Takeshi Obata et Tsugumi Ōba

    C'est probablement très bien, mais j'ai pas tenu : j'aime pas le dessin, ni le thème, ni les personnages et leurs motivations, ni les mangas hyper-didactiques.
  • Baki : Son of Ogre (2006)

    Sortie : 2006.

    Manga de Keisuke Itagaki

  • Slam Dunk (1990)

    Suramu Danku

    Sortie : .

    Manga de Takehiko Inoue

    Arriver à me faire lire d'une traite un manga de sport hyper-long, avec des matchs à l'avenant et des spécificités stratégiques qui ne me fascinent pas vraiment, fallait bien le talent de Takehiko Inoue pour que ça ait lieu.
  • Black Lagoon, tome 1 (2010)

    Burakku Ragūn

    Sortie : .

    Manga de Rei Hiroe

  • Kubera

    Webtoon de Currygom

    Je ne peux pas nier l'originalité de l'univers ou la présence de bonnes idées, mais 1) c'est quand même super-moche, et de plus assez fainéant dans la réalisation 2) ça avance beaucoup trop doucement, s'éparpillant sur trop de personnages inégaux et trop de discussions qui laissent tomber la sauce. Dommage.
  • Knight Run

    Manga

    Mmmmh. C'est un peu confus, par choix mais aussi un peu par défaut et flemme d'étoffer tout l'univers à mon avis, et pour ménager de sortir des lapins du chapeau à tout bout de champ. C'est pas non plus très joli, mais certains dessins fonctionnent pourtant très bien. Et les deux arcs, si ils abordent des trames très différentes, traitent de thématiques assez intéressantes (même si on décide plus rapidement que l'héroïne que "le méchant" mérite de crever).
  • Kenshin le vagabond (1994)

    Rurōni Kenshin

    Sortie : .

    Manga de Nobuhiro Watsuki

    Super-classique dans le genre, mais je trouve que l'irruption de quasi super-pouvoirs, exagérés et situationnels, gâche un peu la fête, tout comme le peu d'impact des nombreuses blessures dont héritent les personnages.
  • UQ Holder! (2013)

    Sortie : .

    Manga de Ken Akamatsu

    Je pensais pas dire ça un jour, mais le bon dosage d'action, d'humour et de minimum syndical de harem fait de UQ Holder mon Ken Akamatsu préféré (même si ça vaut toujours pas plus que 6). Le dessin reste toujours très correct, et il y a deux-trois lectures de l'immortalité assez ingénieuses.
  • Blood alone (2008)

    Sortie : octobre 2008.

    Manga de Takano Masayuki

    Bon, OK, il y a une loli vampire et une sorte de syndrome imouto, et ça me donne un peu envie de pleurer des larmes de sang, mais ça pourrait aller plus loin : on est plus dans de la tendresse que dans du fanservice. Et, si l'histoire est lente à démarrer et un peu confuse par la suite (à voir au moment de la résolution), elle a le mérite d'exister; le dessin, quant à lui, fait un peu dojinshi, mais ne dénote pas non plus.