Vivez toutes les émotions du cinéma avec Orange

Jeux Vidéo en 2017 (avec commentaires)

Avatar CinemadePigalle Liste de

94 jeux vidéo

par CinemadePigalle

Des fois je termine mes jeux, des fois je les abandonne et des fois je les relance juste pour une session ou pour le multi. En général, je précise dans la description ce qu'il en est.
2014 : http://www.senscritique.com/liste/Joues_en_2014/925674
2015 : http://www.senscritique.com/liste/Joues_en_2015_avec_commentaires/924332
2016 : http://www.senscritique.com/liste/Joues_en_2016_avec_commentaires/1144077

Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Note globale
  • Ordre alphabétique
  • Date de sortie
  • Notes de mes éclaireurs
  • Note de l'auteur de la liste
  • Derniers ajouts
  • Bande-annonce

    Mass Effect : Andromeda (2017)

    Sortie : . Action et jeu de rôle.

    Jeu vidéo de BioWare Corp et Electronic Arts sur PC, PlayStation 4 et Xbox One

    Terminé.
    Ça me rend très triste de mettre une telle note mais le constat est simple : Andromeda est un ratage de A à Z. En dehors, de la petite claque visuelle que peuvent provoquer certains environnements, tout est au mieux quelconque, au pire à jeter. Du scénario qui se tire une balle dans le pied dès le début avec un postulat intéressant mais qui n'arrive jamais à être à la hauteur, au ton léger "à la Marvel" insupportable qui supprime le peu d'enjeux qu'on peut trouver. Les animations faciales forcées ainsi que le character design bof n'aidant pas. Et je ne vais pas faire l'inventaire des personnages que j'aurais très certainement oublié dès la semaine prochaine tant leur archétype est classique et ennuyant.
    En dehors de l'écriture, Andromeda condense tout ce qui est fatiguant dans les open-world actuels à base de quêtes fedex par centaines, allers-retours incessants, temps de chargements trop nombreux : tout est épuisant. Le résultat, c'est que c'est un jeu qui lobotomise. On passe son temps à rejoindre des marqueurs sur une grande map sans savoir pourquoi. Ça se fait, notamment grâce à la beauté des environnements, et avec un petit stream lancé à côté mais ça ne débouchera sur aucun plaisir de jeu.
    C'est un sabotage sur à peu près tout ce qu'on pouvait attendre d'un Mass Effect. Malgré tout, il sort de temps en temps un petit atout de sa manche : là, le système de combat est nerveux et efficace, ici le système de recherche et développement est bien pensé (même si peu ergonomique), mieux, la navigation en nomad (le nouveau mako) est plaisante et réussie. M'enfin, tout ça reste très léger en comparaison à la tonne de défauts qu'il peut avoir.
    Une bonne déception pour une saga qui aurait surement du se contenter de sa trilogie originale.
  • Shadow of Memories (2001)

    Sortie : . Aventure.

    Jeu vidéo de KCET, KOE R&D, Junko Kawano sur PC, Xbox, PlayStation 2 et PSP

    Terminé.
    Wow. C'était...parfaitement con !
    Jolie promesse initiale, c'est ce qui m'a fait lancer l'aventure. Rebuté par la molesse du gameplay et la technique très moyenne, j'ai heureusement continué pour mon plus grand bonheur. Parce que si le jeu sait installer une atmosphère qui a un charme étrange et quelques passages intéressants, la trame globale est souvent à mourir de rire ! Les résolutions d'énigmes sont tellement absurdes, c'est ridicule. Pourtant l'idée des différentes époques reste assez efficace même si très limitée. Et puis ce héros digne de Mark Walhberg dans Phénomènes est l'élément le plus drôle du monde. Je ne pense pas que ce soit voulu, mais j'ai rarement vu un personnage principal jouant aussi mal et ce jusqu'à la conclusion.
    Bref c'est un titre avec plein de bonnes intentions mais que je fini par bien noter et dont je me souviendrais pour tout le reste.

    Des exemples de rire :
    "Mais cette femme de 1584 ne peut pas être ton ancêtre voyons, regarde toi, tu es blond et elle non !"

    "L'ancêtre du directeur de musée lui ressemblait comme deux gouttes d'eau. Son visage, ses yeux, bien sur mais surtout ils avaient tous les deux exactement la même coupe !"
    ->Les deux personnages en question sont chauves.
  • Bande-annonce

    Shovel Knight (2014)

    Sortie : . Action, plateforme et aventure.

    Jeu vidéo de Yacht Club Games sur Nintendo Switch, Xbox One, PlayStation 4, PlayStation 3, PS Vita, PC, Wii U, Nintendo 3DS, Linux et Mac

    Abandonné.
    Shovel Knight n'est pas mauvais. On sent un savoir faire dans la progression, dans le level design ainsi que dans les idées de gameplay servant à varier l'aventure.
    Malheureusement, Shovel Knight ne me fait rien ressentir : ni plaisir, ni satisfaction, juste un profond ennui. Je pense que malgré son gameplay correct, il lui manque une âme. Son visuel NES ne me semble pas intéressant au delà du simple hommage. L'écriture manque soit d'humour, soit d'originalité.
    Le résultat, c'est que je n'ai jamais envie de le relancer, et que quand je réussi à me forcer, je m'ennui instantanément.
    Reste un mode coop' qui peut faire rire quelques minutes, cependant les niveaux ne sont absolument pas adaptés à deux.
  • Bande-annonce

    Odin Sphere : Leifthrasir (2016)

    Sortie : . Beat'em up et jeu de rôle.

    Jeu vidéo de Vanillaware Ltd. et Atlus sur PlayStation 4, PlayStation 3 et PS Vita

    Une campagne (sur 5) terminée.
    Le point fort du jeu est clairement son gameplay. A la fois bourrin, accessible mais aussi légèrement plus technique qu'il n'en a l'air quand on veut vraiment faire exploser ses scores de combos, on se trouve face à des affrontements dynamiques vraiment cools et parfois jouissifs face aux boss.
    La construction des niveaux est sympathique aussi avec quelques bonnes idées par ci par là comme la petite map transparente qui nous indique la présence d'ennemis.
    Pour le reste, je ne suis pas du tout convaincu. Le plus gros défaut du titre est clairement le menu-ing bien trop présent. Entre l'alchimie, la cuisine, les marchands, l'équipements, les différentes façons de gagner de l'xp, les points de compétences, les différents types de monnaie,... Pfiou, tout ça c'est juste trop. Beaucoup trop pour "juste" un beat'em all efficace en 2D, on est sans arrêt stoppé par tous ces systèmes et par les tutoriels trop nombreux. Ça nuit vraiment au rythme du jeu, qui me parait déjà bien trop long (8 heures par campagne).
    Quant à l'histoire, c'est avec un peu de mauvaise foi, lassé par les doublages et le character design, que j'ai arrêté de la suivre très rapidement.
    D'ailleurs la DA divise surement, pour ma part, je trouve certains environnements mignons, d'autres moins mais rien de choquant. Ce sont vraiment les personnages que je n'apprécie pas.
  • The Evil Within: The Assignment (2015)

    Sortie : . Survie et action-aventure.

    Extension de jeu de Tango Gameworks Studio et Bethesda Softworks sur PC, Xbox One, Xbox 360, PlayStation 4 et PlayStation 3

    Terminé.
    C'est sympathique... Non, le terme n'est pas approprié. Pour quelqu'un qui, comme moi, n'a pas vraiment aimé The Evil Within mais dont l'ambiance lui est resté en tête, ce premier dlc est une bonne occasion de retrouver son ambiance glauque et malsaine.
    La campagne se déroule en parallèle aux évènements du jeu de base et si le fait que tout soit un peu trop explicite peut gêner, ça m'a permis de me rappeler les grandes lignes de l'intrigue tout en apportant quelques réponses.
    Le fait qu'en terme de gameplay, on soit plus proche d'une expérience à la Outlast (sans les jumpscares) ne m'emballe pas forcément par contre. C'est très axé infiltration mais un maniement que je trouve toujours un peu lourd et une IA au comportement parfois étrange.
    Rien de mémorable pour le moment, mais je suis content de retrouver l'univers. Il est possible que j'apprécie plus le jeu que je ne le pensais.
  • The Evil Within: The Consequence (2015)

    Sortie : . Survie et action-aventure.

    Extension de jeu de Tango Gameworks Studio et Bethesda Softworks sur PC, Xbox One, Xbox 360, PlayStation 3 et PlayStation 4

    Terminé.
    Dans la continuité du précédent contenu, ce dlc est plus audacieux niveau DA (même si pas mal des environnements sont repris du jeu de base) et gère mieux sont rythme.
    Au final, sans forcément me réconcilier totalement avec le titre original, ces dlcs me rappellent tout de même ce que j'ai pu y aimer et servent d'introduction à The Evil Within 2.
  • Bande-annonce

    XCOM : Enemy Unknown (2012)

    Sortie : . Stratégie tour par tour, tactique et gestion.

    Jeu vidéo de Firaxis, Take-Two Interactive Software et 2K Games sur PC, PlayStation 3, Xbox 360, Mac et Linux

    Arrêté.
    Excellent jeu et petite claque ! Xcom est un jeu de stratégie au tour par tour avec des mécaniques très simples mais nombreuses que ce soit en combat ou dans la gestion de base. C'est un titre prenant qui se renouvelle constamment et surtout qui ose plonger le joueur dans une difficulté cohérente. Les aliens envahissent le monde et c'est la merde, et ça se ressent aussi dans le gameplay, avec les pays qui paniquent, dont on peut perdre la confiance, avec nos soldats qui reviennent de combats souvent blessés, parfois décimés, avec cet argent qui part bien trop vite laissant comprendre qu'on ne pourra être efficace dans tous les domaines. C'est un stress permanent qui trouve pile poil le juste milieu entre la confiance en soi et le trop difficile. J'ai constamment le sentiment que ma partie est proche du game over et pourtant je ne l'ai pas atteint lors de ces 15h de jeu et je continue, au bord de l'échec, avec toujours cette petite lueur d'espoir impossible que je finirais par réussir.
  • Bande-annonce

    Vanquish (2010)

    Sortie : . Action.

    Jeu vidéo de PlatinumGames et SEGA sur PlayStation 3, Xbox 360 et PC

    Arrêté.
    Le système de combat est fantastique. C'est dynamique, ultra rapide, nerveux et ça pousse le joueur à jouer autrement que dans les autres cover-shooter. Ca le pousse même à éviter les covers d'ailleurs.
    Après... Je trouve la DA très grise et l'histoire et les personnages complètement anecdotiques.
  • Bande-annonce

    ARMS (2017)

    Sortie : . Boxe et combat.

    Jeu vidéo de Nintendo EAD et Nintendo sur Nintendo Switch

    Joué en multi.
    Comme Splatoon, Arms se prend en main immédiatement et pourtant bénéficie d'une certaine profondeur dans le gameplay. On se sent clairement évoluer en maîtrisant mieux les compétences spécifiques à notre personnage ou simplement en utilisant plus instinctivement les possibilités de jeu.
    Plusieurs choses pêchent cependant. Il y a très peu de mode de jeu et si vous voulez progresser en solo vous êtes obligé de passer par le classique mode tournoi qui nous fait faire une dizaine de combats d'affilé. Sauf que les différents rangs se difficulté se ressentent et il n'est pas évident de passer de la difficulté 3 à 4 sans rager un peu. Et aucun autre moyen de s’entraîner que le mode multijoueurs non-classé...Mode incroyablement raté : le joueur se retrouve dans un lobby et enchaîne toute sorte de combat avec les autres, il ne choisi jamais. Il se retrouve donc face à du chacun pour soi à 3 ou 4, du volleyball, du basket, de la destruction de cible, du 2 vs 2 et en de rares occasions en 1 vs 1. Le problème c'est qu'en dehors de ce dernier mode qui fonctionne toujours, Dieu merci, tous les autres mini-jeux sont à foutre à la poubelle, poubelle qui devrait elle-même être broyé. Ils ne sont pas drôles, random, injustes, imprécis,... Une catastrophe qui pourri tout simplement un mode de jeu entier. Sachant que certains de ces mini-jeux sont aussi présents dans le mode solo et inévitables.
    Reste le mode classé, heureusement plutôt réussi, qui nous fait affronter des joueurs de notre niveau et avec lequel on fait enfin des combats équilibrés. Sauf que pour le débloquer, il faut réussir le mode solo en difficulté 4 (sur 7) et entre les mini-jeux débiles et le manque d'entrainement, ce n'est pas forcément chose aisé.
    Sur le principe Arms fonctionne donc plutôt bien et même si son concept me paraît plus rapidement redondant que celui de Splatoon, comme ce dernier, il est véritablement saboté par le non-savoir faire de Nintendo au niveau des jeux multi : ça manque de contenu, ça plante régulièrement et tout ceci sabote clairement l'expérience de jeu.
  • Bande-annonce

    Deadly Premonition : The Director’s Cut (2013)

    Sortie : . Aventure et action.

    Jeu vidéo de Rising Star Games et Access Games sur PC et PlayStation 3

    Abandonné.
    Ne vous fiez pas à la note...ou plutôt si fiez vous à la note et surtout AUX notes : 10/10 à la version 360, 6/10 à la version Steam. Si le jeu et ses qualités restent les mêmes et qu'il a définitivement tout mon amour, ce portage, c'est juste un scandale. Les options oubliées (genre la luminosité) peuvent être tolérées mais les crash incessants ainsi que les sauvegardes corrompues, c'est juste non. Deadly Premonition est un de mes jeux favoris et au bout d'une quinzaine d'heures sur cette Director's cut c'est toujours le cas. J'adore le scénario, les personnages, l'ambition du titre et sa folie ! Mais la prochaine fois que je veux le lancer, je rebranche ma 360.
  • Bande-annonce

    Rime (2017)

    Sortie : . Aventure.

    Jeu vidéo de Tequila Works, Tantalus Media, Grey Box sur PlayStation 4, Nintendo Switch, Xbox One et PC

    Terminé.
    Bon, c'est mignon, c'est joli techniquement, il y a quelques énigmes amusantes et voilà. Sinon, c'est quand même du réchauffé. De la construction des niveaux au scénario il n'y a aucune surprise. Ça se fait, de façon zen, sans problème mais il n'y a rien de mémorable. D'autant plus que je trouve la DA assez inégale passé la première zone.
    Rien de plus à dire, c'était random. Journey et récemment Abzu sont plus intéressants et durent moins longtemps.
  • Bande-annonce

    Tomb Raider Underworld (2008)

    Sortie : . Action et aventure.

    Jeu vidéo de Crystal Dynamics et Eidos Interactive sur Mac, PlayStation 3, PlayStation 2, Xbox 360, PC et Wii

    Terminé.
    C'est un peu le premier TR que je termine autre que le reboot de 2013 et sa suite...et mon Dieu, ça fait du bien. Underworld est un jeu au level design réussi et à la DA riche. Les environnements semblent grands ce qui crée un sentiment d’exploration qui fonctionne parfaitement. En fait, je trouve toute l'aventure d'une élégance assez folle. Le titre trouve toujours un juste milieu dans ses phases. Les énigmes sont intelligentes et laisse croire au joueur qu'il l'est aussi tandis que les différents mouvements de Lara laisse juste ce qu'il faut de liberté et de sensation pour les phases de plateforme (on n'échappe malheureusement pas à quelques imprécisions ou bugs et une caméra parfois capricieuse mais rien de terriblement rageant).
    Le vrai problème du jeu réside dans son scénario complètement anecdotique mais surtout dans son placement des ennemis...ou même l'existence d'ennemis dans le jeu. Ils ne sont ni difficiles ni intéressants à vaincre et ralentissent un rythme pourtant maîtrisé. Au final, il y en a tellement peu qu'on se demande pourquoi en avoir mis.
  • Bande-annonce

    Persona 5 (2016)

    Sortie : . Jeu de rôle.

    Jeu vidéo de Atlus et Deep Silver sur PlayStation 4 et PlayStation 3

    Après abandon au bout de 40h :
    Je réalise avec ce Persona que j'ai du mal avec ce type de J-RPG. Je me rappelle pourquoi j'avais abandonné P4 pendant plusieurs mois avant de le terminer.
    Je n'aime pas trop la structure de l'aventure finalement. La partie donjon a été amélioré et il m'est bien plus aisé de les traverser sans que ce soit un frein à la progression. C'est principalement dû au fait qu'ils ne soient plus générés aléatoirement.
    Par contre, l'aspect quotidien, eh bien c'est la même chose que dans P4. Et si je trouvais déjà que ça manquait d'immersion, je passais outre parce que c'était mon premier épisode. Mais là, non, je n'y arrive pas. Il est certain que je donne à Persona des ambitions qu'il n'a jamais prétendu avoir, et donc forcément je suis déçu. Au final, que ce soit la faute du jeu ou la mienne, le résultat est le même. Je fais tout très mécaniquement, sans déplaisir, mais sans enthousiasme non plus. Je vais voir mes potes pour faire grimper leurs jauges d'amitié, je vais réviser au café pour gagner de l'intelligence, je passe aux bains publics pour gagner du charisme,... Je fais tout, pour avoir quelque chose en récompense. Et il n'y a rien que je fasse qui ne soit juste parce que j'ai envie de le faire. C'est là mon principal souci, en terme d'immersion, je n'y crois pas à cette ville : on passe à travers les passants, quelque soit l'activité qu'on fasse, le résultat sera une petite animation, mais moi, joueur, je n'ai jamais l'impression de vivre quelque chose.
    Du coup, pause, parce que passé les 40 heures sur le jeu, je me force à chaque fois pour le relancer et que je n'ai pas non plus envie de vivre Persona 5 comme ça.
    J'ai hâte d'avoir envie de le relancer.

    Edit : Terminé.
    C'était long. Les donjons étaient passablement chiants et ce jusqu'au bout !
    Reste une aventure charmante, esthétiquement toujours parfaite (idem pour la B.O), moins impactante que P4, mais qui laissera probablement une belle trace dans l'esprit.
    P5 ne m'a vraiment amusé, tout comme P4 en son temps, mais il y a fort à parier que quand j'y repenserai ce sera avec un sourire en coin. Ce grâce aux rebondissements du scénario, à l’ensemble de l'année scolaire à me faire interroger tous les jours et bien sur grâce à cette prof qui m'a fait un sacré bon café tous les soirs !

    https://www.senscritique.com/jeuvideo/Persona_5/critique/73296895
  • Bande-annonce

    Splatoon 2 (2017)

    Sortie : . Action.

    Jeu vidéo de Nintendo EPD et Nintendo sur Nintendo Switch

    Terminé et joué en multi.
    Splatoon 1 était un concept fantastique combiné à des tonnes d'absurdités en terme de choix de développement : 2 maps toutes les 4h, impossibilité de changer d'armes entre deux parties provoquant un sacré déséquilibrage niveau armes, on ne peut pas jouer en turf war (mode principal) en équipe d'amis, et globalement, ça manquait de contenu.
    Bonne nouvelle, le contenu est bien plus riche ici. Par contre, tous les défauts sont encore là. Deux maps toutes les 2h (un cancer remplacé par un rhume), toujours pas de changement d'armes entre deux parties, mode splitté pourri du 1er remplacé par...ah plus du tout de mode splitté, et de nouvelles folies comme le mode Salmon Run limité à des tranches horaires (mode tout à fait sympathique par ailleurs) et je vous passe les explications pour le mode classé entre amis.
    De même, le solo qui servait grosso modo de gros tuto dans le premier, est plus long ici mais n'a jamais plus d'ambitions. Les niveaux sont mignons, certaines mécaniques malignes (et absentes du mode multi, encore un élément incompréhensible ?!) mais on s'ennui quand même un peu. On est loin du génie d'un Super Mario Galaxy par exemple.
    Du coup, Splatoon 2 est meilleur que le premier (plus long, plus de contenu) et toujours aussi jouissif dans son gameplay mais en ne corrigeant pas ses défauts et surtout en faisant preuve d'un manque énorme d'ambitions, on peste toujours sur Nintendo qui loupe la possibilité d'un chef d'oeuvre, en multi comme en solo. Parce que derrière sont aspect visuel enfantin, ses explosions de couleurs, ses peintures flashy, Splatoon 2 est bien trop sage est plus proche d'un remaster 1.5 que d'une vraie suite.
    Splatoon est condamné à rester un jeu sympathique, au mieux.
  • Bande-annonce

    Grand Theft Auto V (2013)

    Sortie : . Action-Aventure, aventure et action.

    Jeu vidéo de Rockstar North, Rockstar Games et Take-Two Interactive Software sur PlayStation 4, PlayStation 3, Xbox One, Xbox 360 et PC

    Joué en multi.
    Retour sur le online, à peu près un an après y avoir pas mal joué avec l'ami Daminou Dehell.
    Il est toujours plaisant de se balader sur cette map riche en détails et y accomplir des nouvelles missions. L'ajout des bunkers et des bureaux qui reprennent le principe des entreprises type faux-papiers fait très plaisir notamment grâce aux missions de matières premières et de livraisons bien plus amusantes.
    Reste l'impossibilité de gérer son business en session privé ce qui nous fait souvent croiser des joueurs assoiffés de sang qui ont le mérite de tuer à la fois nos avatars mais aussi notre plaisir de jeu.
    M'enfin malgré sa communauté et ses soucis permanents (les temps de chargement), GTA V Online demeure une expérience en ligne franchement unique. Hâte de voir ce qu'ils en feront pour le prochain Red Dead.
  • Tomb Raider : Anniversary (2007)

    Sortie : . Action-Aventure, plates-formes et puzzle game.

    Jeu vidéo de Crystal Dynamics et Eidos Interactive sur PlayStation 2, PlayStation 3, Xbox 360, Wii, PC, Mac et PSP

    Terminé.
    Abordons tout de suite les points qui fâchent : l'avant dernier niveau est un cauchemar de level design, c'est rageant, stressant et mal branlé...mais c'est 30 min max donc pas de quoi non plus pourrir l'aventure totalement.
    L'autre souci pour moi, c'est DA. Elle est sympa mais demeure tout de même assez terne et les environnements ne font pas forcément rêver. Après, ça vient aussi du fait d'avoir fait Underworld avant et ce dernier était beaucoup moins sobre dans ses décors.
    Ceci étant, Anniversary reste un sacré bon jeu et propose des énigmes intelligentes ainsi que des phases de plateforme précises et plaisantes.
    C'est un excellent jeu de détente grâce à son game design mais aussi grâce au fait que'on trouve assez peu d'ennemis dans toute l'aventure (exception faite de la fin). On n'échappe pas à quelques boss mais étonnamment ce ne sont pas non plus des affrontements déplaisants.
    Quant à son aspect "remake" du tout premier, je ne sais pas ce que ça vaut étant donné que je n'ai pas fait l'original sur PS1 mais d'après ce que j'ai pu entendre, c'est aussi une excellente réussite sur ce point.
  • Bande-annonce

    Tomb Raider Legend (2006)

    Sortie : . Plateforme, action et aventure.

    Jeu vidéo de Crystal Dynamics et Eidos Interactive sur PlayStation 3, PlayStation 2, Xbox 360, Xbox, GameCube, PC et PSP

    Terminé.
    Clairement pas le meilleur épisode. Pourtant j'ai envie d'être indulgent avec Legend. Non seulement parce qu'il réussi ses phases de plateformes (qui sera la base pour les deux suivants) mais aussi parce qu'il a quelques bonnes idées, notamment toutes les énigmes qui jouent un peu avec la physique des éléments (totalement absente dans les suivants).
    Je l'apprécie aussi parce qu'on sent que c'est un épisode qui se cherche. Ne nous mentons pas, ni les phases en moto, ni la tonne de gunfights sont satisfaisants (c'est d'ailleurs le plus Uncharted de cette trilogie) mais il a au moins le mérite d'essayer et surtout il a l'ambition de vouloir nous faire voyager. Ca rend l'aventure variée et plutôt originale sans pour autant perdre ce qui fait l'essence des Tomb Raider.
    Malgré tout, au delà de ces phases bancales, les vrais défauts viennent des dialogues beaucoup trop nombreux. Que ça vienne de nos acolytes ou de Lara elle-même, les personnages nous donne la solution d'un puzzle à peine rentré dans la salle. C'est frustrant. On notera aussi des boss peu intéressants.
  • Bande-annonce

    Tacoma (2017)

    Sortie : . Aventure.

    Jeu vidéo de The Fullbright Company sur PC, PlayStation 4, Xbox One, Mac et Linux

    Terminé.
    Un walking simulator sympathique dans une station spatiale. Pas d'alien, ni de frayeur, le but est juste de découvrir l'histoire des 6 passagers qui y résidaient.
    Pour cela, on se sort d'enregistrements vidéo qui vont nous montrer des moments clés. Les personnages ne sont que des formes auxquelles on associe une couleur, ce qui est plutôt malin.
    Malgré tout, arrivé au bout des deux heures de jeu, je ne suis pas sur qu'il me reste beaucoup de souvenirs dans l'avenir.
    C'était sympathique mais loin d'être incontournable.
  • Bande-annonce

    Overcooked (2016)

    Sortie : . Party game, action et simulation.

    Jeu vidéo de Ghost Town Games Ltd. et Team17 sur Nintendo Switch, PlayStation 4, Xbox One et PC

    Terminé en coop'.
    Ohlala c'était génial ! On a passé la soirée dessus avec un ami. 5 heures d’affilée sans voir le temps passer. Et pour cause, Overcooked est un des meilleurs jeux en coopération locale auquel j'ai pu jouer ces dernières années. On comprend vite que les niveaux vont se complexifier malgré un système et une prise en main immédiate. Pourtant, si certains niveaux sont coriaces, ma plus grande surprise vient du fait que la difficulté est tout a fait bien réfléchie et que chaque niveau a besoin d'au moins une partie pour comprendre comment les deux joueurs vont s'organiser pour réussir le score parfait. Et une fois bien coordonnés, ce dernier est loin d'être inatteignable.
    On communique constamment, on fait des bourdes, on se fait tomber dans le vide, on rit, on s'engueule (beaucoup moins que prévu) et de temps en temps, on s'en sort comme des chefs !
    Vraiment un excellent jeu que je ne peux que recommander si vous recevez des amis !
  • Bande-annonce

    Batman The Telltale Series : Episode 1 - Royaume de l'Ombre (2016)

    Batman The Telltale Series : Episode 1 - Realm of Shadows

    Sortie : . Aventure et fiction interactive.

    Épisode de jeu de Telltale Games et Warner Bros. Interactive Entertainment sur Android, iPhone, iPad, Mac, PlayStation 3, Xbox 360, Xbox One, PlayStation 4 et PC

    Terminé.
    Eh ben... C'était bien de la merde. On retrouve le moteur de 2006 de Telltale avec ses chutes de framerate, ses bugs, et son inefficacité : du coup c'est moche techniquement mais étonnamment aussi artistiquement grâce à un character design incroyablement insipide.
    Bien sur on retrouve aussi tous les défauts des titres Telltale qui passaient il y a 10 mais qui sont honteux aujourd'hui tel l'absence de véritable choix, un gameplay tourné vers des QTE mou, etc,...
    Mais le pire, c'est l'écriture assez pathétique. Lourde dans sa relecture de l'univers, mauvaise dans sa mise en place des enjeux,...
    C'est une catastrophe. Bien pire que prévu.
  • Bande-annonce

    Batman The Telltale Series : Episode 2 - Les enfants d'Arkham (2016)

    Batman The Telltale Series : Episode 2 - Children of Arkham

    Sortie : . Aventure et fiction interactive.

    Épisode de jeu de Telltale Games et Warner Bros. Interactive Entertainment sur Mac, PlayStation 4, Xbox One, PlayStation 3, Xbox 360, iPhone, Android, iPad et PC

    Terminé.
    Aussi incroyable que ça puisse paraitre, c'était encore plus catastrophique que le premier épisode. C'était d'un chiant...
    C'est vraiment embarrassant et ce jusqu'à cette scène "d'action" finale inutile, qui semble absolument sans conséquences étant donné le début de l'épisode 3.
  • Bande-annonce

    Batman The Telltale Series : Episode 3 - Nouvel Ordre Mondial (2016)

    Batman The Telltale Series : Episode 3 - New World Order

    Sortie : . Aventure et fiction interactive.

    Épisode de jeu de Telltale Games et Warner Bros. Interactive Entertainment sur PC, Mac, PlayStation 4, Xbox One, PlayStation 3, Xbox 360, Android, iPhone et iPad

    Terminé.
    Et ça continue... Cette saison est une destruction minutieuse de tout l'univers Batman. On introduit toujours des nouveaux personnages dont on a retiré le charisme (ici Lucius) et l'écriture atteint cette fois-ci le top du ridicule avec la transformation (pas du tout progressive) d'Harvey et le reveal final.
    Paradoxalement, je mets tout de même un point en plus parce qu'en terme de rythme, les 20 dernières minutes sont tout de même plus prenantes que tout le reste (à défaut d'être bien écrites).
  • Bande-annonce

    Batman : The Telltale Series (2016)

    Sortie : . Aventure et fiction interactive.

    Jeu vidéo de Telltale Games et Warner Bros. Interactive Entertainment sur Nintendo Switch, PlayStation 4, Xbox One, PC, iPad, iPhone, Android, Xbox 360, PlayStation 3 et Mac

    Terminé.
    Etant donné que j'ai enchainé les deux derniers épisodes, on va résumer mon avis ici.
    C'était pathétique.
    On s'ennui, c'est mou (qte, mise en scène, rythme,tout), c'est putain de mal écrit (Double Face qui peut avoir son visage normal mais qui devient quand même Double Face), le design des personnages est random au possible (tous les persos sont des présentateurs de JT), doublé sans conviction, optimisé avec les fesses, mal traduit ("caméra de sécurité" traduit par "petit-déjeuner"),...
    Affligeant, de A à Z.
  • Bande-annonce

    Horizon : Zero Dawn (2017)

    Horizon Zero Dawn

    Sortie : . Action et jeu de rôle.

    Jeu vidéo de Guerilla Games et Sony Interactive Entertainment sur PlayStation 4

    Terminé.
    Après Zelda, repasser sur un monde ouvert comme celui d'Horizon, ça fait un peu mal. Quêtes annexes peu intéressantes, une tonne de collectibles à récupérer et globalement l'exploration se fait en rejoignant des marqueurs sur une grande map. Ca se fait, à la manière d'un Andromeda, en étant lobotomisé et avec une série à côté. Sauf qu'en rejoignant nos points sur la map et en récoltant la tonne de ressources nécessaires pour améliorer nos sacs et nos armes, on réalise qu'Horizon est un peu mieux que n'importe quel open world random.
    Déjà parce que c'est une claque graphique de tous les instants aidé par une DA tout à fait honnête et un univers qui fonctionne. Et puis, le jeu propose un mode photo qui nous permet de chercher les lieux les plus fabuleux de la carte.
    Ensuite, parce qu'en terme de gameplay, Horizon s'en sort honorablement dans tout ce qu'il entreprend : les combats sont dynamiques, exigeants et la localisation des dégâts fait plaisir tandis que l'infiltration aussi limité soit-elle permet de varier ses approches.
    Enfin, le scénario d'Horizon, sans être mémorable nous offre à partir de la moitié de l'aventure des enjeux intéressants ainsi que de bons moments d'héroïsme.
    Bref, Horizon, c'est un jeu qui reprend la formule Ubisoft et qui l'applique bien. Et justement contrairement à ces fameux jeux Ubisoft, Horizon Zero Dawn est un jeu fini, propre, fluide et beau, légèrement plus intéressant.
  • Bande-annonce

    Sonic 3 & Knuckles (1994)

    Sortie : . Plateforme.

    Jeu vidéo de Sonic Team et SEGA sur Mega Drive et PC

    Terminé.
    Je n'ai jamais été fan de Sonic. Malgré tout, je revois légèrement mon jugement grâce à cet épisode (et grâce à mes souvenirs des deux premiers). L'argument que je portais avant de "c'est censé aller vite mais le jeu nous stop constamment" est surtout une question d'habitude et de prise en main. On contrôle un personnage qui peut aller vite, mais le jeu n'est pas forcément pensé pour en dehors de certaines sections. Est-ce un défaut ? Pas vraiment, les niveaux sont quand même pensé pour que le joueur en manque d'adrénaline puisse foncer un peu bêtement et louper des sauts importants, il retombera toujours sur ses pattes. Les multiples embranchement l’emmèneront quand même à la fin du niveau.
    Malgré tout, j'ai quand même le sentiment que le level design essaye de nous faire trouver un juste milieu dans notre style de jeu en nous formant à aller vite mais...pas trop non plus, ça reste un jeu de plateforme. Et quand on s'arrête pour réussir ses sauts, on réalise que le maniement du personnage est plutôt lourd et demande un certain temps d'adaptation. Pour moi la difficulté du jeu réside vraiment dans cette partie.
    J'ai beaucoup ragé au début mais après quelques niveaux, quand on réussit à s'adapter à ce "juste milieu", l'expérience devient bien plus agréable. Cependant, je n'arrive toujours pas à être emballé.
    Le level design labyrinthique à multiples voies est à la fois une qualité et un défaut du jeu pour moi. Surtout dans cet épisode. Parce que chaque niveau apporte plein de petites mécaniques parfois très rigolotes mais qui ne prennent jamais le temps d'être pleinement exploitées étant donné que les niveaux ne sont pas linéaires. C'est dommage parce qu'il m'est arrivé plein de fois de trouver une petite mécanique marrante et puis ne jamais la revoir ensuite.
    En dehors de tous ces points, le jeu est beau, les musiques peuvent être superbes (pas toutes) et je sors de l'aventure avec peut-être un nouveau regard sur la saga.
  • Sonic Adventure DX : Director's Cut (2003)

    Sortie : . Action.

    Jeu vidéo de Sonic Team et SEGA sur PC, GameCube et PlayStation 3

    Terminé.
    Hmm... Okay, c'est pas mal. Déjà, ça va vite et même si la caméra ne suit pas toujours (notamment avec Sonic), on sent que le jeu est pensé pour avec une difficulté presque absente et des niveaux très linéaires. Le résultat, c'est un titre souvent cool et étonnamment ambitieux grâce à son hub ouvert, ses différents types de gameplay, et ses 6 campagnes aux scénarii croisés. Pour ce dernier point, j'avoue que l'histoire m'est passé au dessus mais j'apprécie tout de même le procédé.
    Ça aurait été très réussi avec moins de soucis de caméra et surtout sans la campagne d'Amy ultra molle et frustrante ou celle de Big qui passe son temps...à pêcher... Un jeu Sonic...de pêche...?
    Bref, étant donné que j'étais parti pour me moquer du jeu, ça reste une bonne surprise.
  • Sonic Adventure 2 (2001)

    Sortie : . Plateforme et action.

    Jeu vidéo de Sonic Team et SEGA sur Dreamcast, PC, PlayStation 3 et Xbox 360

    Campagne Héros terminée.
    Il n'y a plus de Big, ni de Amy. L'aventure reprend les meilleurs style de gameplay du premier. Le rythme est plus rapide. Je ne pouvais qu'être emballé.
    Eh bien non. Sonic Adventure 2, c'est le début de tout ce que je n'aime pas dans les Sonic modernes. Si, le level design était adapté à la rapidité dans le 1er. Ici c'est terminé. Avec ses boosters le jeu nous fait constamment aller vite pour finalement nous faire foncer dans un ennemi ou un piège toutes les deux minutes. C'est rageant et on n'est pas aidé par une caméra qui n'en fait qu'à sa tête.
    Mais si seulement ça s'arrêtait là... Non, ces défauts s'appliquent aussi pour Tails qu'on incarne dans son mécha et qui écrase tout sur son passage. Jusqu'à ce qu'on arrive encore dans un niveau où le jeu nous dit "Hé, tu ne peux plus tirer sur tout ce qui bouge sinon tu déclenches des pièges". Je vois l'idée sauf que le lock de notre tir est automatique et que les ennemis sont toujours présents, donc soit on se fait boloss par les pièges soit par les ennemis...soit par la caméra (encore) qui dès qu'on doit descendre d'un niveau, va se planter dans le décor. A péter un cable. Pour info, j'ai failli abandonner dans le niveau de l'espace de Tails qui enchaîne les pièges et qui a le bon goût de foutre un ennemi après chaque ouverture de porte. Résultat : on se fait toucher avant même de voir les ennemis. Et ce n'est pas un élément isolé, ça arrive constamment.
    Quant à Knuckles. C'est juste chiant. J'aime toujours sa palette de mouvement, mais le pauvre est cantonné à chercher ses morceaux d'émeraude dans chaque niveau. C'est mou et les niveaux sont beaucoup trop grand.
    Le titre a pourtant plein d'idées qui sont cools sur le papier mais tellement mal appliquées notamment dans l'espace. Jouer avec la gravité, ça semble être une idée amusante mais dans les faits, c'est un cauchemar à contrôler et la caméra n'est jamais notre allié.

    Edit : Campagne "Dark" terminée. Pas de soucis du côté de Shadow, c'est plutôt cool à jouer, les niveaux ont une bonne DA. Malheureusement, j'ai l'impression que c'est le personnage qu'on incarne le moins. La campagne de Robotnik n'est pas mauvaise non plus mais rien de jouissif. Quant à Rouge, les niveaux sont longs, grands, chiants... Même pas difficile, ni frustrant, juste long.

    Edit final : J'oubliais, l'élevage de Chaos, c'est trop mignon. Et le final (surtout le boss) était cool.
  • Bande-annonce

    What Remains of Edith Finch (2017)

    Sortie : . Aventure.

    Jeu vidéo de Giant Sparrow, Ian Dallas et Annapurna Interactive sur PC, PlayStation 4 et Xbox One

    Terminé.
    Ça démarre comme un "walking simulator" classique sauf que celui-ci à directement la mauvaise idée de nous recentrer la caméra sur ses textes de façon lourdingue.
    Et puis, l'histoire commence vraiment et...bah c'est pas mal du tout ! Le titre enchaîne les petites histoires en mettant une nouvelle mise en scène originale en avant à chaque fois. Le ton est maîtrisé et les histoires jamais trop longues et nous laisse parfois avec un sentiment amer en bouche.
    En bref, c'est un titre qui exploite totalement son "sous-genre" d'expérience narrative et malgré mon appréhension, mes deux heures passés sur le jeu étaient pleinement satisfaisantes.
  • Bande-annonce

    Hellblade : Senua's Sacrifice (2017)

    Sortie : . Action-Aventure.

    Jeu vidéo de Ninja Theory sur PlayStation 4, Xbox One, PC et Nintendo Switch

    Terminé.
    Le jeu a une bande son intéressante. Une sorte d'aventure ASMR assez inédite qui arrive à être très immersive au casque. Visuellement le titre est très impressionnant techniquement. De même la motion capture fonctionne avec une actrice qui se donne à fond. Enfin le système de combat, avec cette caméra rapproché, a beau être simple à appréhender, il demeure la encore immersif et parfois angoissant.
    Et donc ? Eh bien, on s'emmerde salement. C'est dit bêtement mais le jeu a beau être une production à chemin entre l'indé et le blockbuster que j'ai envie de soutenir, Hellblade n'a que très peu d'intérêt.
    Son scénario se veut psychologique mais l'écriture est balourde et ne laisse jamais aucune place à l'imagination. Ce n'est pas aidé par une voix off constante qui donne l'impression de jouer à un random walking simulator.
    Quant aux gameplay, si les combats sont corrects, les plus petites phases d'exploration et d'énigmes sont redondantes en plus d'être inintéressantes.
    Reste deux ou trois passages à sauver (notamment une séquence dans l'obscurité), mais le tout est très médiocre.
  • Bande-annonce

    Sonic Generations (2011)

    Sortie : . Plateforme et action.

    Jeu vidéo de Sonic Team et SEGA sur PC, Xbox 360 et PlayStation 3

    Terminé (second run).
    C'est dommage de terminer l'aventure sur les niveaux de Sonic Colors (qui sont mauvais avec les deux personnages) et un boss de fin incompréhensible parce que pour le reste c'est du tout bon.
    Si le Sonic 2D est agréable à jouer et bénéficie de bons niveaux (malgré sa physique différente des premiers opus), c'est bien le Sonic 3D qui est maitrisé.
    Les niveaux se concentrent sur la vitesse mais sans être bordélique et ont même droit à un bon level design.
    La difficulté est parfaitement géré. Traverser les niveaux ne posera aucun problème mais obtenir le rang S est toujours accessible mais demande petit à petit un minimum d'apprentissage (en 2D comme en 3D).
    Face à un tel épisode qui comprend enfin comment gérer un épisode en 3D tout en mélangeant l'aventure avec des niveaux en 2D, on regrettera que ce ne soit qu'un épisode anniversaire.