Joués en 2019

Avatar Tanaziof Liste de

43 jeux vidéo

par Tanaziof
Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Date de sortie
  • Derniers ajouts
  • Note de l'auteur de la liste
  • Notes de mes éclaireurs
  • Note globale
  • Ordre alphabétique
  • Popularité
Croissant
  • Croissant
  • Décroissant
  • 1
  • 2
  • Bande-annonce

    Jurassic World Evolution (2018)

    Sortie : . Gestion et city-builder.

    Jeu vidéo de Frontier Developments sur PC, PlayStation 4, Xbox One et Nintendo Switch

    Jeu de dinosaure avant d’être autre chose, Jurassic World Evolution propose une partie gestion faiblarde agrémentée de mécaniques dignes d'un jeu mobile (activités avec X minutes d'attente) qui se répètent à la limite du supportable, mais se rattrape grâce à des graphismes à la hauteur des nombreuses grosses bêtes que l’on peut y créer.

    C’est un vrai plaisir de sortir chaque dinosaure et de les regarder interagir avec l’environnement et faire leur vie. L’animation est top et on peut même conduire les jeeps et l’hélicoptère pour voir tout ça au plus près.

    Le jeu propose six îles, les cinq premières proposent de surmonter un petit défi (espace réduit, météo agitée, topologie compliquée), la sixième est un bac à sable. Les îles sont très réussies et les contraintes pimentent un concept qui tournerait bien trop vite en rond autrement.

    Enorme point noir, tout de même : les dinosaures sont ultra prévisibles.
    Quand on pense à Jurassic Park, on pense au moment où ça part en cacahuète et où les carnassiers sortent de leurs enclos pour foutre un maximum de bordel. Ce ne sera pas le cas ici, il suffit de remplir les jauges de bien-être et les bestioles restent sagement dans leurs enclos, n’en sortant qu’à la faveur d’une tempête ou d’une panne de courant. Ce qui n’est d’ailleurs pas bien grave, puisque les conséquences d’une hécatombe de touristes sont négligeables. Ils n’attaquent pas non plus les voitures des garde-chasses, ni les gyrosphères, ni les visiteurs qui viennent les voir dans les estrades les moins sécurisées du monde.

    Faute de proposer des situations surprenantes ou une gestion fine, le jeu lasse au bout d’une vingtaine d’heure, ce qui est très peu pour le genre, mais vaut quand même le coup de s'y intéresser pour le plaisir énorme procurée par les premières heures de découverte.
  • Bande-annonce

    Shadow of the Tomb Raider (2018)

    Sortie : . Action-Aventure.

    Jeu vidéo de Eidos Montréal, Crystal Dynamics et Square Enix sur PC, PlayStation 4, Xbox One, Stadia, Xbox Series X/S et PlayStation 5

    Après un Rise of the Tomb Raider bien dosé, jonglant habilement entre combats, explorations, énigmes et grosses scènes d'action, on pouvait s'attendre à l'apothéose de la nouvelle trilogie... raté.

    Première « nouveauté », on peut nager librement. C’est plutôt bien fait, les tombeaux submergés sont magnifiques et ça varie bien le gameplay même s’ils ont foutu des passages sous-marins partout.

    Deuxième innovation, il y a des villages avec des PNJs, qui racontent des trucs et donnent des missions. Heu… c’est Tomb Raider ça ? Parler à des mecs ? Et puis sur une dizaine de missions secondaires seulement, on était obligé de se taper des trucs chiants dignes d’une quête fedex de Skyrim ? Non parce qu’aider un gamin qui a perdu ses dés… comment dire.

    Divertissant dans l’absolu, il y a quelque chose dans ce jeu qui empêche la sauce de prendre. Peut-être parce qu’on trouve des artefacts perdus depuis des siècles à moins de 10 mètres d’un village, voire littéralement dedans ? Ou parce que le scénario, qui essaie péniblement de fusionner plusieurs enjeux, n’a que peu de sens ? Les trinitaires sont bidons. L’intrigue de la cité perdue et de la pseudo rébellion de sauvages en slips, concrètement on s’en triple cogne. Jonah est toujours là et ne sert à rien, une fois de plus. Lara est égoïste et insensible, puis s’effondre en pleurant, puis massacre 150 types, puis repleurniche, etc.

    Même le final tombe à plat : vite expédié, mollasson, sans surprise.

    C’est dommage, car à côté de ces errements, le jeu propose des tombeaux travaillés, des environnements superbes et beaucoup d’exploration. A vrai dire, hors village, j’ai eu beaucoup plus l’impression de jouer à Tomb Raider que dans les deux volets précédents.

    Un jeu bancal donc, prenant par endroit, pénible parfois, mal écrit tout le temps.
  • Bande-annonce

    What Remains of Edith Finch (2017)

    Sortie : . Aventure et fiction interactive.

    Jeu vidéo de Giant Sparrow, Ian Dallas et Annapurna Interactive sur PC, PlayStation 4, Nintendo Switch, Xbox One, iPad, iPhone, Mac et iPod

    Walking simulator total, puisqu'on ne peut même pas courir. Créatif mais sans intérêt réel. Ça dure deux heures et il y a quand même des longueurs.
    Je vais pas trop me plaindre, c'était gratuit.
    A souligner tout de même, l'architecture géniale. J'adorerais habiter une maison comme ça.
  • Bande-annonce

    Resident Evil 2 (2019)

    Biohazard RE:2

    Sortie : . Action-Aventure et survival horror.

    Jeu vidéo de Capcom sur PlayStation 4, Xbox One et PC

    RE2 revient et ça fait plaisir.

    Balayons d’entrée les quelques défauts :
    Il manque clairement une difficulté entre normal et hardcore tant l’écart est grand (le mode hardcore porte bien son nom).
    L’écrasage de tête n’existe plus, sans déconner ?
    Le jeu hérite de la rigidité et du manque d’interactivité de son ancêtre, n’espérez pas pouvoir faire bouger les éléments du décor.
    La direction artistique est excellente mais le jeu n’est pas dingue graphiquement, avec plusieurs effets pas terribles.
    Claire a gagné un visage juvénile et un air idiot, mais c’est toujours mieux que sa tête dans Revelations 2.

    Ces détails écartés, passons aux réjouissances.

    C’est RE2 ! Ni dénaturé, ni transformé. C’est bien un remake fidèle à l’original qu’on nous sert avec ses routes A et B, son ambiance travaillée, ses boss dégoulinants et son mode Hunk beaucoup trop dur.

    Et Mr. X…

    Fini le temps où la menace s’arrêtait à la porte du couloir, maintenant il déambule partout, ou presque, ouvre les portes et déglingue les zombies qui lui barrent la route. Mr. X est chiant, surtout quand il vous empêche de faire le puzzle de la bibliothèque, mais je dois avouer qu’il met la pression le bougre.
    Travail sonore impeccable sur ses bruits de pas, comme sur le reste du jeu (sauf les musiques vendues en DLC, sacré pigeonnage).

    Gros travail également sur les ambiances. Le commissariat est plus sombre et plus oppressant. Les égouts sont plus agréables à parcourir, seul le labo déçoit un peu par sa brièveté.

    Fidèle à l’original, est doté d’une bonne rejouabilité, ce remake est une belle réussite.
  • Bande-annonce

    StarCraft (1998)

    Sortie : . Stratégie temps réel.

    Jeu vidéo de Blizzard Entertainment sur PC et Mac

    Instant nostalgie, mais Starcraft n'a pas pris une ride.
    Si ce n'est pour les groupes de contrôle, limités à 12 unités. Un calvaire.
  • StarCraft II: Wings of Liberty (2010)

    Sortie : . Stratégie temps réel.

    Jeu vidéo de Blizzard Entertainment sur PC et Mac

    J'aurais jamais cru réinstaller SCII, mais l'espace de quelques semaines j'ai replongé, comme à l'époque. Un vrai plaisir.
    En revanche, pas fan des unités apportées par la dernière extension.
    Pour une fois, on peut le dire, Starcraft c'était mieux avant.
  • Bande-annonce

    The Legend of Zelda: Breath of the Wild - Ode aux Prodiges (2017)

    The Legend of Zelda: Breath of the Wild - The Champions' Ballad

    Sortie : . Action-Aventure.

    Extension de jeu de Nintendo EPD et Nintendo sur Nintendo Switch et Wii U

    15 sanctuaires, un donjon, des costumes et une bonne excuse pour rejouer à ce chef d'oeuvre qu'est Breath of the Wild. Toujours aussi bluffant, même à 25 images/secondes et en 720p sur une Wii U poussée dans ses retranchements.
  • Bande-annonce

    Deep Rock Galactic (2020)

    Sortie : . Action, jeu de tir et stratégie temps réel.

    Jeu vidéo de Ghost Ship Studio et Coffee Stain Studios sur PC et Xbox One

    Mineshoot

    Un jeu qui ne paye pas de mine (blague), mais qui se révèle vraiment fun à jouer. On creuse, on extraie des minéraux, on tire sur des hordes d'insectes, on monte en niveaux, on débloque de l'armement et on recommence.
    Tout ça en équipe de 4 avec autant de classes bien différenciées.
    Les mines sont générées aléatoirement mais toujours réussies. Il y a beaucoup de situations différentes et la musique est excellente.

    Bref, c'est tout bon.
  • Bande-annonce

    Resident Evil HD Remaster (2015)

    Biohazard HD Remaster

    Sortie : . Action-Aventure et survival horror.

    Jeu vidéo de Capcom sur PlayStation 4, PlayStation 3, Xbox One, Xbox 360, PC, Nintendo Switch et PlayStation 5

    La petite partie annuelle, avec Jill cette fois-ci.
    Même après en avoir fait le tour 50 fois, l'ambiance prend inévitablement, c'est assez incroyable.
  • Bande-annonce

    Vanquish (2010)

    Sortie : . Action.

    Jeu vidéo de PlatinumGames et Sega sur PlayStation 3, Xbox 360, PC, PlayStation 4 et Xbox One

    Shooter frénétique dans lequel on se fait emmerder toutes les 5 minutes par un dialogue, une cutscene ou des équipiers qui trottinent lentement jusqu'à la prochaine porte à ouvrir.
    Le rythme est complètement haché par ces inserts scénaristiques sans le moindre intérêt. L'histoire - imbitable - est digne des pires séries Z. Et c'est même pas une parodie, ou en tout cas ça n'en a pas l'air.

    J'avoue ne pas comprendre.

    A côté de ça, les combats sont plaisants, même si on a tendance à jouer la sécurité (=rester caché derrière un muret) car on peut se faire facilement one-shot, ce qui est toujours très chiant.

    Il y a aussi la plus lente et la plus inintéressante séquence d'infiltration de tous les temps, une horreur.

    Vers la fin c'est plus fun, mais il n'y a pas de quoi s'exciter non plus. Il faut dire que tirer sur des robots, ben... c'est pas très excitant à la base.

    Fini en normal en 5h30, il y a un mode défi bonus et une difficulté supplémentaire mais j'y toucherai même pas avec un bâton.
  • Bande-annonce

    The Fan (2017)

    Sortie : . Aventure.

    Jeu vidéo de Ezhaac Studio et Plug In Digital sur Mac et PC

    Petit jeu d'aventure (40 minutes environ) sous forme de roman photo.
    On y joue un tueur en série qui cherche à reconstituer la scène de la demande en mariage d'une jeune femme avant de la trucider.
    C'est plutôt bien foutu et ça change un peu de jouer le psychopathe.
    Petite déception, malgré l'ambiance glauque et les nombreux outils disposés ça et là (scie circulaire, cutters,...) on ne peut pas torturer sa victime.
  • Bande-annonce

    Dark Souls III: Ashes of Ariandel (2016)

    Sortie : . Action-Aventure et RPG.

    Extension de jeu de From Software Inc. et Bandai Namco Games sur PC, PlayStation 4 et Xbox One

    Objectif : boucler Dark Souls III avant Sekiro.
    Ça fait presque 2 ans que j'ai acheté le season pass donc il était temps de s'y mettre.

    Premier DLC bof, bof... une seule zone intéressante (le village aux oiseaux Bloodbornesques), un boss sympa (Friede) et un boss nul.

    Il y a du multi aussi, pour faire des duels de backstab avec 1 seconde de lag. Autant dire que ce sera non.
  • Bande-annonce

    Dark Souls III: The Ringed City (2017)

    Sortie : . Action et RPG.

    Extension de jeu de From Software Inc. et Bandai Namco Games sur PC, PlayStation 4 et Xbox One

    Pas plus convaincu par ce deuxième DLC. Plus beau et plus long que le premier, d'accord, mais rempli de trucs cheap avec des douzaines d'ennemis à la fois, souvent synonyme de mort instantanée. Les archers du pont reste le meilleur exemple de fausse bonne idée de cette extension.

    4 boss au programme, allant de dur à très dur, mais aucun de vraiment intéressant, à part Gael, et encore.

    L'ultime boss, le dragon Midir, est une horreur totale dont l'affrontement est rendu encore plus compliqué par une caméra aux fraises.
    Sinh et Kalameet étaient tellement plus intéressants...

    Dark Souls méritait une meilleure fin.
  • Bande-annonce

    Long War 2 (2017)

    Sortie : . Infiltration, RPG et stratégie tour par tour.

    Jeu vidéo sur PC

    Retour sur XCom 2 via ce mod acclamé par les fans.
    Clairement, c'est pas pour moi.

    Affrontements en 1v5, précision qui dépasse rarement les 40%, les ennemis touchent beaucoup plus, font nettement plus mal que moi, enchaînent les critiques et font paniquer plusieurs de mes soldats à chaque tour.
    Et les tours durent des plombes à cause du grand nombre d'ennemis...

    Bref, c'est long, c'est chiant, ça fait rager à mort et c'est à réserver aux acharnés.

    Bullshit /20
  • Bande-annonce

    Ring Of Elysium (2018)

    Sortie : . Action.

    Jeu vidéo de Tencent Games, Garena et Tencent Holdings sur PC

    PUBG-like avec quelques améliorations, notamment la possibilité de changer de viseur à la volée, de partir avec un loadout à choisir parmi les 3 proposés (mais il faut prendre le grappin) et surtout, pas de saut en parachute !
    On choisit une case et on apparaît au sol avec une arme en main.

    Ça démarre donc beaucoup plus vite, ça finit mieux également grâce à l'hélico capable d'emporter 4 joueurs qui offre des fins de partie bien plus amusantes que celles de PUBG.

    Malgré toutes ces qualités, ça reste un battle royale, synonyme de longues minutes de marche à pied sans voir un ennemi et de situations vraiment rageantes. Les graphismes - pas vilains - sont un peu confus à distance et le son semble très imprécis.
    J'ai beaucoup de mal à évaluer la position d'un ennemi au son (même les tirs) et encore plus à les repérer de loin. C'est même pire que dans PUBG.

    Du coup, c'est quand même assez chiant...
  • Bande-annonce

    The Walking Dead: The Telltale Series - A New Frontier (2017)

    Sortie : . Aventure et fiction interactive.

    Jeu vidéo de Telltale Games sur PlayStation 4, PlayStation 3, Xbox One, Xbox 360, PC, Mac, iPhone, iPad, Android et Nintendo Switch

    Ecriture, mise en scène, jeu d'acteur... rien ne va dans cette troisième saison de Walking Dead.

    Pourtant,après deux épisodes poussifs, l'histoire commençait à prendre doucement et à offrir quelques choix intéressants (sans jamais s'approcher des meilleurs moments des premiers jeux, toutefois).

    Puis vient le cinquième épisode et tout s'effondre. La psychologie des personnages part dans tous les sens, ils changent d'avis et d'attitude d'une scène à l'autre, parfois même d'une réplique à l'autre. Ça devient incohérent et, paradoxalement, prévisible.

    A New Frontier sonne souvent faux et échoue à susciter toute émotion.
  • Bande-annonce

    Assassin's Creed IV: Black Flag (2013)

    Sortie : . Action-Aventure, aventure, action et infiltration.

    Jeu vidéo de Ubisoft Montréal et Ubisoft Entertainment sur Xbox 360, PlayStation 3, Xbox One, PlayStation 4, PC, Wii U et Nintendo Switch

    En pause depuis 2016, je m’y suis remis et j’ai persévéré jusqu’au bout.

    Vraiment très sympa sur certains points (le navire, l’ambiance, les graphismes, le souci du détail), le jeu se prend méchamment les pieds dans le tapis sur tout le reste.
    Les missions sont presque toutes à chier. Les filatures, l’infiltration, les combats, les boss… tout est raté, tout semble fait pour empêcher le joueur de profiter du jeu. On se fait repérer : échec direct. On s’écarte un petit peu : désynchronisé. Rageant.

    Mais le pire, ce sont ces contrôles semi-automatisés avec la course, l’escalade et le saut sur la même touche. Résultat, le mec fait ce qu’il a envie de faire et grimpe n’importe où alors qu’on essaie juste de sprinter un peu. Extrêmement pénible.

    Qui dit Ubi Soft, dit aussi scénario nul raconté avec le cul. Aucune bonne surprise ici, à part l’épilogue et sa très belle chanson.
    « No comment » pour les chapitres à l’époque moderne, aussi palpitants que mes réunions au taf’.

    Du gâchis.
  • Mordhau (2019)

    Sortie : . Combat et action.

    Jeu vidéo de Triternion sur PC

    Chivalry 2. Ni plus, ni moins.
    Système de combat affiné et violence à la hausse, mais le manque de carte se fait vite sentir. Seulement 4 cartes en conquêtes dont 2 vraiment pas terribles (Taïga, déséquilibrée et Camp, pas très bien construite).
    Autre déception, je pense qu'il n'est pas possible de construire un combattant aussi vif que l'homme d'armes de Chivalry.
    Le jeu est bon, mais ça reste un brouillon. Espérons que le suivi soit exemplaire et qu'ils corrigent rapidement leurs soucis de serveurs.
  • Bande-annonce

    FIFA 18 (2017)

    Sortie : . Sport et football.

    Jeu vidéo de EA Canada, Electronic Arts et EA Sports sur PlayStation 4, PlayStation 3, Nintendo Switch, Xbox One, Xbox 360 et PC

    Je continue ma carrière sur Fifa 18. Bilan toujours mitigé et l'impression désagréable d'activer des scripts à longueur de match. Il est très difficile d'innover dans la construction ou dans la manière de marquer des buts. L'IA du gardien est imprenable dans certaines situations, nulle dans d'autres et c'est invariable. Les joueurs font toujours les mêmes appels. Tout est trop téléphoné.
  • Quake II RTX (2019)

    Sortie : . FPS.

    Jeu vidéo de Lightspeed Studios et Nvidia sur PC

    Belle vitrine pour la technologie RTX. Les effets de lumière sont bluffants et transcendent un jeu pourtant sorti il y a plus de 20 ans.

    Dommage que la visée n'ait pas été retravaillée pour l'occasion, le feeling à la souris est étrange et ça ne m'a pas donné envie de faire tout le jeu.
  • Bande-annonce

    theHunter Classic (2014)

    Sortie : . Chasse, sport, simulation et FPS.

    Jeu vidéo de Expansive Worlds et Avalanche Studios sur PC

    Simulateur de chasse au sens aride du terme. Bonne chance pour trouver un truc à tirer.
    Je rentre broucouille de ma petite heure de chasse, après avoir croisé trois lapins beaucoup trop vifs pour se faire abattre.
  • Bande-annonce

    Wolfenstein II: The New Colossus (2017)

    Sortie : . FPS.

    Jeu vidéo de MachineGames et Bethesda Softworks sur PlayStation 4, Xbox One, PC et Nintendo Switch

    Plutôt joli et parfaitement optimisé. Dommage que le début prometteur (Danke, Frau Engel !) s'enlise dans un scénario pénible et bien trop bavard avec des personnages assez nuls côté résistance. Fin bâclée à mort, en plus.

    Surtout, c'est le gameplay bancal qui pose question. Le jeu encourage clairement à jouer comme un bourrin avec une arme dans chaque main, sauf que les ennemis sont intraitables et peuvent vous allonger en 3 secondes. Eux, en revanche, encaissent sacrément.
    Ajoutez à ça des sensations de tir assez moyenne, une seule arme réellement efficace (le fusil d'assaut) et des animations qui manquent de patate et on se retrouve avec des combats étrangement mous et punitifs.

    Quelques scènes étonnent (Wyatt et ses hallucinations cartoonesques), quelques blagues font mouche, mais ça ne suffira pas à me faire retenir l'expérience plus d'une semaine.
  • Bande-annonce

    Hellblade: Senua's Sacrifice (2017)

    Sortie : . Action-Aventure.

    Jeu vidéo de Ninja Theory sur PlayStation 4, Xbox One, PC, Nintendo Switch et Xbox Series X/S

    Artistiquement très réussi avec de belles ambiances et un système de combat assez agréable. Ça part plutôt bien pour Hellblade, qui accuse malheureusement des chutes de rythme et des passages pas terribles, surtout ceux dans l'obscurité qui ont tendance à s'éterniser.
    Je n'ai pas du tout été sensible à l'histoire, ni à sa narration, du coup la fin m'a plus endormi qu'autre chose.
  • Bande-annonce

    Metro: Exodus (2019)

    Sortie : . Action-Aventure et FPS.

    Jeu vidéo de 4A Games et Deep Silver sur PC, PlayStation 4, Xbox One, Stadia, PlayStation 5 et Xbox Series X/S

    Graphiquement renversant, avec des effets météorologiques dantesques, Metro Exodus mise tout sur son atmosphère de folie et son univers ultra-travaillé.

    Et ça marche, car à part la séquence du désert un peu plus faible et l'idée de la barque qui revient beaucoup trop, le jeu est haletant avec de nombreux passages marquants.

    Le niveau du bunker infesté d'araignée mutantes met un bon coup de pression, la taïga est incroyable et la ville morte est un point final puissant.

    J'ai juste à reprocher les crashs en pagaille, visiblement une feature de la version Windows Store...
  • Resident Evil: Director's Cut (1997)

    Biohazard: Director's Cut

    Sortie : . Action-Aventure et survival horror.

    Jeu vidéo de Capcom et Virgin Interactive sur PlayStation, PSP, PlayStation 3 et PS Vita

    Sur PS Classic Mini.

    Je n'avais jamais joué à l'original dans son intégralité, c'est désormais chose faite.

    Graphiquement limité (beaucoup plus que RE2 et 3 qui tiennent encore la route), l'ambiance inimitable de RE est déjà au rendez-vous et la bande son tape fort avec quelques thèmes géniaux absents du remaster Gamecube.

    Une variante sympa quand on a déjà poncé le remaster dans tous les sens.
  • Bande-annonce

    Prey (2017)

    Sortie : . FPS, action-aventure et infiltration.

    Jeu vidéo de Arkane Studios et Bethesda Softworks sur PC, PlayStation 4 et Xbox One

    Immersif à souhait, mais frustrant, Prey donne le contrôle d'un personnage fragile aux capacités de combats et de furtivité largement insuffisantes pour se débarrasser de la vermine qui grouille sur Talos I, ou même pour s'en cacher. Un anti-Dishonored, en fait.

    Les nombreux pouvoirs imposent des choix drastiques, car ils coûtent chers et il y a bien trop peu d'items pour tous les débloquer. Par malheur, les pouvoirs les plus cools sur le papier, sont aussi bien souvent inutiles. J'ai fait l'attaque psychique et l'explosion cinétique et ça ne m'a quasiment pas servi.

    Le challenge relevé et les ennemis en surnombre qui repopent partout en plus puissant, rendent l'exploration de la station assez crispante. C'est simple, on n'est jamais tranquille plus de 2 minutes. Il y a toujours un truc pour vous piéger, vous exploser à la tronche, ou vous attaquer par surprise.

    Couplé à des temps de chargement copieux (même sur SSD) et à un manque de chemins entre les zones, on se retrouve à faire sans cesse les mêmes allers-retours laborieux pour remplir des objectifs pas forcément inspirés.

    Ça fait beaucoup de défauts, mais heureusement le jeu est très immersif, l'histoire intéressante et la station Talos 1 suffisamment surprenante pour justifier d'en explorer chaque recoin.

    Au final, j'ai bien aimé l'expérience, mais je regrette que la difficulté - pas une mauvaise chose en soit - entrave à ce point là l'exploration. Il faut batailler avec le jeu pour en venir à bout, sans retirer de la victoire un quelconque sentiment de fierté (contrairement à un Dark Souls).

    Prenant, plein de bonnes idées, mais poussif et éreintant.
  • Bande-annonce

    Onimusha: Warlords (2019)

    Sortie : . Action.

    Jeu vidéo de Neobards Entertainment, Capcom Production Studio 2 et Capcom sur PlayStation 4, Nintendo Switch, Xbox One et PC

    Remake minimal, mais excellent malgré tout. Du Capcom pur jus.

    Des petites choses énervent (les cutscenes inzappables) et d'autres sont plus problématiques... l'arc et le fusil sont à la limite de l'inutilisable tellement les contrôles sont bizarres et aucune technique de combat avancée n'est expliquée, ce qui fait que je n'ai appris leur existence qu'après avoir terminé le jeu, en regardant les succès...

    Le jeu étant très court (4h30 en découverte), j'aurai sûrement l'occasion d'y rejouer.
  • Bande-annonce

    We Happy Few (2018)

    Sortie : . Survie, action-aventure et infiltration.

    Jeu vidéo de Compulsion Games et Gearbox Publishing sur PC, PlayStation 4, Xbox One, Mac et Linux

    Dispo sur le gamepass PC et essayé pour la curiosité.
    Le jeu a une grande qualité, il est original. Suffisamment en tout cas pour donner une impression de jamais joué.

    Très clairement inspiré par Bioshock et Dishonored, pour la prise en main, dommage que ça ne déteigne pas plus sur les combats, relativement pénibles, ni sur le rythme ou le level design.

    L'univers est intéressant, mais la cohérence a du mal à tenir et la ville, quoique jolie, n'a pas beaucoup d'intérêt.
    On se retrouve à faire beaucoup d'allers-retours lents, ce qui n'est jamais amusant dans aucun jeu, et à fuir des ennemis un peu trop redoutables.

    Bonne durée de vie avec 3 personnages correspondant chacun à un acte.
    Mais à la fin de l'acte 1, la lassitude se fait sentir et l'acte 2 m'est tombé des mains.

    6 pour récompenser l'originalité et la prise de risque.
  • Bande-annonce

    Blazing Chrome (2019)

    Sortie : . Jeu de tir, plateforme et action.

    Jeu vidéo de JoyMasher et The Arcade Crew sur Nintendo Switch, PlayStation 4, Xbox One et PC

    Je n'ai jamais aimé Contra (contrairement à Metal Slug) et on peut pas dire que Blazing Chrome me fasse changer d'avis.
    Beaucoup trop frustrant, pas très fun, les armes sont nulles, les contrôles bien moyens, les graphismes confus... A part le visuel aguicheur, je n'aime rien dans ce titre.
  • Bande-annonce

    The Messenger (2018)

    Sortie : . Action et plateforme.

    Jeu vidéo de Sabotage Studio et Devolver Digital sur PlayStation 4, Nintendo Switch, PC et Xbox One

    Jeu de plateforme très cool au début, super musique, bonnes mécaniques et un ton décalé inattendu. Vers la moitié, ça se corse sévèrement et je n'ai plus la patience pour ce genre de challenge.
  • 1
  • 2