かめはめ波 Kamehameha(nime)!!!

Avatar Templar Liste de

58 séries

par Templar

*Top Japanimation* Histoire de m'y retrouver, avec des annotations approximativement approximatives

[Photo cover: The Tatami Galaxy, by Masaaki Yuasa]

#en cours:
- Les Héros de la galaxie

#à voir: beaucoup!

# Je recommande chaudement ces deux listes brillamment élaborées par deux membres qui font de bien plus belles annotations.
- http://www.senscritique.com/liste/mon_classement_de_l_animation_jap/784257
- http://www.senscritique.com/liste/Animation_Japonaise_decroissante_Top_Journal_de_bord/1452292

Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Note globale
  • Ordre alphabétique
  • Date de sortie
  • Notes de mes éclaireurs
  • Note de l'auteur de la liste
  • Derniers ajouts
  • 1
  • 2
  • 1
    Bande-annonce

    Neon Genesis Evangelion (1995)

    Shin Seiki Evangerion

    25 min. Première diffusion : . 1 saison. Science fiction, robot piloté, futur, mecha et armée.

    Anime de Hideaki Anno avec Kôichi Yamadera, Motomu Kiyokawa, Yuriko Yamaguchi

    26 épisodes

    De l'audace, encore de l'audace et gloire à EVA! On en parle encore. Anno a accompli quelque chose d'immense.
  • 2
    Bande-annonce

    The Tatami Galaxy (2010)

    Yojouhan Shinwa Taikei

    25 min. Première diffusion : . 1 saison. Animation et comédie.

    Anime de Masaaki Yuasa avec Shintaro Asanuma et Maaya Sakamoto

    11 épisodes

    La grosse claque, tant d'un point de vue graphique que narratif. Je ne sais même pas par où commencer pour ne serait-ce qu'esquisser la puissance de Tatami Galaxy, îlot paradisiaque dans le monde de l'anime. Mais une chose est sûre: Masaaki Yuasa est tout simplement génial et Tatami Galaxy est sa plus grande réussite. Seul "point négatif": ne parlant pas japonais, devoir mettre "pause" pour lire les sous-titres tout en profitant de la beauté graphique... Faut dire que ça parle comme des oiseaux-mouches cocaïnomanes là-dedans!
  • 3
    Bande-annonce

    Nichijou (2011)

    日常

    25 min. Première diffusion : . 1 saison. Animation et comédie.

    Anime de Tatsuya Ishihara

    26 épisodes

    "Selamat pagi!"

    Trois éléments majeures font la réussite de Nichijou: la première est la qualité de son animation et de son doublage, constante au fil des 26 épisodes, la seconde est son côté kawaii et attachant jamais forcé (non négligeable) et troisièmement, surtout, sa brillante gestion du rythme. Le rythme est la clé, le secret de la réussite, que ce soit en littérature ou en cinéma, le rythme d'une phrase ou d'un plan, le rythme est l'animal à dompter pour la majorité des "créateurs". Ainsi, même la lenteur peut être impeccablement rythmée. Dans Nichijou, point de lenteur, au contraire. Une frénésie, une hystérie, ancrées dans une mathématique de l'humour éblouissante et reposant sur un concept simple et diablement efficace: multiplier le microscopique, l'ordinaire, l'anodin, l'habituel et l'interférence dans l'habituel. Les séquences et les "blagues" durent le temps qu'elles doivent durer pour être le plus drôle possible: je pourrais citer la fuite de Mio dans l'épisode 25 ou tellement d'autres. Jamais trop courtes, jamais trop longues. Tout simplement optimales. Les inserts tirés d'un autre manga de Keiichi Araw (Helvetica Standard), les effets de répétitions et running gags, les interludes contemplatifs, le doux générique de fin (avec un thème différent à chaque fois pour les 12 derniers épisodes) répondant à l'étourdissant opening... Ajoutons les innombrables idées graphiques! Tout est parfaitement dosé pour faire de cet anime un des plus jouissifs et jubilatoires qui soient. Hakase (dont son Seiyū a quand même 36 ans en 2011!), Mio, Sakamoto-san, Yuko, Nano... Des personnages qui me manquent déjà.
  • 4

    Ping Pong (2014)

    Ping Pong The Animation

    25 min. Première diffusion : . Sport, drame et animation.

    Anime

    11 épisodes

    Le combo Matsumoto/Yuasa ne pouvait pas échouer. Cette rencontre était comme écrite et la force graphique nous met par terre (si on fait abstraction des plans moches sur les raquettes en CGI et l'abus de split-screen). Yuasa confirme (même si pas besoin) qu'il est un grand animateur incroyablement astucieux. Le manga est une tuerie, l'anime est une adaptation honnête et colorée qui reste cohérent dans ses ajouts (particulièrement l'épisode 6 avec Noël) et comment bouder son plaisir quand le personnage de Wenge est développé? Le souci qui se ressent davantage dans l'anime que dans le manga réside dans les matchs: ils ne bénéficient d'aucune tension, car suivent une logique narrative toute tracée. Reste le même amour pour tous les personnages, principaux comme secondaires, et c'est beau à voir.

    OP magnifique. Épisode 11 merveilleux.
  • 5

    Nodame Cantabile (2007)

    Nodame Kantābire

    24 min. Première diffusion : . 3 saisons. Romance, musical et animation.

    Série de Tomoko Ninomiya et Kasai Ken'ichi avec Tomokazu Seki et Ayako Kawasumi

    Saison 1: 23 épisodes
    Saison 2 (Paris): 11 épisodes
    Saison 3 (Finale): 11 épisodes

    Le tour de force de ND est de surmonter sa forme par son contenu des plus enchanteurs. Les openings ne sont pas géniaux, l'animation fait clairement avec les moyens du bord, ça pourrait rendre réticent, et pourtant, pourtant! Toute cette musique classique, et les personnages les plus attachants qui soient, qu'on en vient à redouter le dernier épisode (passablement frustrant, hélas), à redouter ce moment où il faudra dire au revoir à Chiaki et à la douce folie de Nodame. Un feel-good anime merveilleux que j'aurais bien aimé sans fin, ce qui n'est pas peu dire.
  • 6
    Bande-annonce

    Cowboy Bebop (1998)

    Kaubōi Bibappu

    25 min. Première diffusion : . 1 saison. Policier, drogues, vengeance, romance et narration non-linéaire.

    Anime de Shinichirô Watanabe et Hajime Yatate avec Kôichi Yamadera, Unshô Ishizuka, Megumi Hayashibara

    26 épisodes

    Le culte l'emporte sur mon objectivité. Un anime marquant de par son univers musical jouissif et ses personnages attachants. CB parvient à doser bien des genres et des registres différents. Un beau numéro d'équilibriste. Whatever happens, happens...
  • 7

    Princess Tutu (2002)

    30 min. Première diffusion : . Animation, action, drame, comédie et fantastique.

    Anime de Junichi Sato

    26 épisodes

    QUACK!
  • 8

    Code Geass ~ Lelouch of the Rebellion (2006)

    Code Geass: Hangyaku no Lelouch

    25 min. Première diffusion : . 2 saisons. Conseil étudiant, internat, terroriste, festival scolaire et racisme.

    Anime de Gorō Taniguchi avec Jun Fukuyama, Yukana, Akeno Watanabe

    25 épisodes

    Over the top comme pas permis! Et ce rythme! Et cette soundtrack!
  • 9

    Code Geass ~ Lelouch de la rébellion R2 (2008)

    Kōdo Giasu : Hangyaku no Rurūshu R2

    25 min. Première diffusion : . 1 saison. Super pouvoirs, mecha, science fiction, action et animation.

    Anime de Gorō Taniguchi, Okouchi Ichirô et Clamp avec Johnny Yong Bosch, Jun Fukuyama, Yukana

    25 épisodes

    All hail Lelouch
  • 10
    Bande-annonce

    Kaiba (2008)

    25 min. Première diffusion : . 1 saison. Science fiction, animation et drame.

    Anime de Masaaki Yuasa

    12 épisodes

    Les 3 plus beaux animes qu'ils m'ait été offerts de voir sont: Tatami Galaxy, Ping Pong et Kaiba. Tout ça pour dire que Yuasa est brillant. Moins expérimental que Tatami Galaxy qui suivra, Kaiba est une fable à tendance Tezukaesque. Que se soit dans les rondeurs de son graphisme, ou sa narration, il m'était impossible de ne pas penser au dieu du manga, Osamu Tezuka et à son humanisme. L'anime peut être divisé en deux: 1-7 et 8-12. Tandis que la première partie se focalise sur l'univers et l'errance (ma préférée, personnellement), la seconde se concentre sur la trame narrative, l'intrigue et sa résolution, à travers l'épisode flashback habituel, pour mieux préparer le final où il se passe 10 000 choses, renonçant à un épilogue qui aurait probablement gagné à être plus lent. Avec avant tout son design et sa musique, Kaiba s'impose comme une merveille, offrant dès le 3e épisode l'une des plus belles séquences japanimées qui soient (celle du piano, obviously).
  • 11
    Bande-annonce

    Puella Magi Madoka Magica (2011)

    Mahô Shôjo Madoka★Magica

    25 min. Première diffusion : . 1 saison. Amitié, super pouvoirs, mahou shoujo, magie et fantasy.

    Anime de Yukihiro Yamamoto et Akiyuki Shinbo avec Yuki Aoi

    12 épisodes

    "Oh, un anime magical girl... Ah, mais c'est carrément dark..." Prenant à revers les codes, PMMM (je ne retiendrai jamais le nom de cet anime correctement) fait preuve d'un aura evangelionesque. Ne pas se fier aux apparences, donc. Dans son ensemble, le script reste standard. C'est carré, rien ne dépasse. Ça tease, puis ça établie l'univers et les personnages, ça révèle pour ensuite laisser le champ libre au climax intense et bien poussé(if). Un cahier des charges respecté, mais malgré tout diablement efficace.
  • 12
    Bande-annonce

    Nadia, le secret de l'Eau Bleue (1990)

    Fushigi no Umi no Nadia

    25 min. Première diffusion : . 1 saison. Afrique, passé alternatif, tragédie, romance et science fiction.

    Anime de Gainax et Hideaki Anno

    39 épisodes

    Au-delà de son animation parfois laborieuse, le plus gros problème de Nadia réside dans le fait qu’il aurait très bien pu se passer de 6 ou 7 épisodes. L’anime aurait gagné en rythme sans perdre la force de ses personnages. Passé cela, Nadia se démarque par sa richesse, son intelligence et son humanisme, ainsi que ses réflexions sur l’homme et la science, tout en annonçant le futur travail d’Anno, Evangelion, bien entendu. Ajoutons à ça Jules Verne, Miyazaki, l'exposition universelle, l'appel à la mythologie, la peinture, la philosophie... Vraiment, ce genre d'anime remonte le niveau même en s'alourdissant de faiblesses. Chapeau!

    Et merci à Ratchetco et Nushku.
  • 13
    Bande-annonce

    Paranoia Agent (2004)

    Mousou Dairinin

    25 min. Première diffusion : . 1 saison. Baseball, tribunal, présent, detective et thriller.

    Anime de Satoshi Kon

    13 épisodes

    Une richesse rare et d'une densité typiquement satoshikonienne. Mention à l'épisode sur l'élaboration d'un anime. Dommage que ça soit aussi foutrac et donc frustrant.
  • 14

    March Comes in Like a Lion (2016)

    Sangatsu no Lion

    25 min. Première diffusion : . 2 saisons. Comédie, drame et animation.

    Anime de Kenjirō Okada, Naoyuki Asano et Akiyuki Shinbo

    22 épisodes

    Les 22 épisodes de 3-gatsu no Lion se révèlent être au final qu'une introduction, un prélude à ce qui est supposé suivre. Forcément, c'est frustrant, mais un anime qui prend son temps vaut mieux qu'un anime qui se hâte trop, ou qui en fait trop pour pas grand-chose. Le piège Your Lie in April n'est jamais loin, on le frôle parfois. 3GNL joue les funambules entre ses élans dramatiques et ses élans comiques, mais reste toujours en équilibre. Sur 22 épisodes, c'est déjà une prouesse.

    Et mention à "l'encard" de Kentaro Miura: http://i.imgur.com/AE0IQfq.jpg
  • 15

    Gurren Lagann (2007)

    Tengen Toppa Gurren Lagann

    25 min. Première diffusion : . 1 saison. Politique, parodie, comédie, robot piloté et futur.

    Anime de Hiroyuki Imaishi et Gainax avec Johnny Yong Bosch, Marina Inoue, Katsuyuki Konishi

    27 épisodes

    Cool et fun! Gainax, quoi.
  • 16
    Bande-annonce

    Osomatsu-san (2015)

    25 min. Première diffusion : . 2 saisons. Comédie et animation.

    Anime de Fujio Akatsuka avec Kamiya Hiroshi, Daisuke Ono, Nakamura Yuuichi

    25 épisodes

    Pure produit d'otakus! Malgré une grosse perte de qualité dans les derniers épisodes, Osomatsu-san offre des moments whatthefuckesques hilarants, frôlant parfois la qualité de Nichijou, et se permettant même d'être touchant au détour de 2 épisodes. Et je veux la même drogue que les scénaristes.
  • 17
    Bande-annonce

    Hibike! Euphonium (2015)

    Hibike! Yūfoniamu

    25 min. Première diffusion : . 2 saisons. Comédie, drame, animation, lycée et vie de tous les jours.

    Anime de Tatsuya Ishihara et Ayano Takeda

    13 épisodes

    Oui, des filles dans une fanfare, ça peut vraiment faire un bon anime!
  • 18

    Gunbuster (1988)

    Top o Nerae! Gunbuster

    30 min. Première diffusion : . 1 saison. Mecha, action, animation et drame.

    Anime de Gainax et Hideaki Anno avec Yamio Ohki, Norio Wakamoto, Maria Kawamura

    6 épisodes

    Dans l'animation: il y a un avant et un après Gunbuster.
  • 19
    Bande-annonce

    JoJo's Bizarre Adventure: Stardust Crusaders (2014)

    20 min. Première diffusion : . 2 saisons. Shounen, aventure, action et animation.

    Anime de Kenichi Suzuki et Naokatsu Tsuda

    48 épisodes

    Graphiquement, c'est mieux que l'arc précédent. Les OP toujours aussi efficaces. L'ensemble, toujours aussi over-the-top (c'est JoJo, quoi). Les stands, c'est plus classe que le hamon et les vampires. Dans le schéma de quête, on assiste surtout à une accumulation de combats, ce qui peut rendre la chose moins prenante, dépendamment de l'adversaire. Il y a en effet une routine, un pattern, qui se révèle à double tranchant (le gros point négatif). Passé cela, c'est du bon gros shonen, extrêmement plaisant. Pour avoir tenu 48 épisodes sans en avoir eu marre, c'est que ça a fonctionné pour moi.

    Maintenant au tour du fameux 4e arc!
  • 20
    Bande-annonce

    L'Odyssée de Kino (2003)

    Kino no Tabi

    25 min. Première diffusion : . 1 saison. Action, animation et drame.

    Anime de Shigusawa Keichi et Ryûtarô Nakamura avec Ai Maeda

    13 épisodes

    Le voyage comme vecteur de belles thématiques.
  • 21
    Bande-annonce

    FULI CULI (FLCL) (2000)

    Furi Kuri

    25 min. Première diffusion : . 1 saison. Mecha, science fiction, action, animation et drame.

    Anime (OAV) de Kazuya Tsurumaki et Gainax

    6 épisodes

    Le gros délire WTF! Aucune règle ou celle de n'en respecter aucune. De Lupin III à Evangelion en passant par South Park, ça se fait plaisir dans la parodie allant jusqu'au pur méta. Le genre d'anime qui purifie comme il faut, quoi! Merci Gainax!
  • 22
    Bande-annonce

    Silver Spoon (2013)

    Gin no Saji

    25 min. Première diffusion : . 2 saisons. Animation, drame et comédie.

    Anime de Hiromu Arakawa et Tomohiko Itou

    22 épisodes (2 saisons)

    J'ai terminé Silver Spoon. Silver Spoon va me manquer. Ses personnages vont me manquer. J'espère qu'il y aura une saison 3. Adapté du manga d'Hiromu Arakawa, cet anime aère entre un combat de JoJo et un autre d'une fille insupportable qui se bat à poil (pour prendre les derniers animes que j'ai vus). Dans le genre tranche-de-vie, c'est une réussite. Ça brille par sa simplicité. On rit, on pleure. On apprend aussi. C'est simple, touchant et efficace. Et côté animation, le CGI est utilisé avec parcimonie. Et peut-être que je mettrai 8, mais après tout, ce n'est qu'une note.
  • 23
    Bande-annonce

    Food Wars (2015)

    Shokugeki no Souma

    25 min. Première diffusion : . 2 saisons. Cuisine, comédie et animation.

    Anime de Yoshitomo Yonetani

    Saison 1: 24 épisodes
    Saison 2: 13 épisodes

    Il est évident que le shōnen est un produit extrêmement formaté. Ça consiste en une recette classique, avec ses ingrédients bien précis qui doivent optimiser la satisfaction du spectateur à travers la réussite des personnages, particulièrement du héros, héros qui doit affronter des difficultés et les surmonter. La dramaturgie est conditionnée. Rien de neuf sous le soleil.

    Malgré son fan service outrancier, les orgasmes de dégustation des plus lassants et une fin de saison bien lourde (la description des plats, au bout d'un moment, c'est chiant), l'anime a la qualité d'offrir une belle galerie de personnages aussi attachants que redoutables (exemple de réussite dans le domaine: One Piece (je parle du manga). Exemple de fail: One Punch Man) et qu'on a plaisir à suivre.

    Shokugeki no Souma, ça se regarde comme on mange des chips ou des bonbons. Ce n'est pas un vrai repas, mais le plaisir est là, et c'est ce qui compte. (Et j'assure que même s'il ne s'agissait pas d'un anime culinaire, j'aurais gardé mes comparaisons gastronomiques).
  • 24
    Bande-annonce

    Mob Psycho 100 (2016)

    25 min. Première diffusion : . 1 saison. Fantastique, comédie, animation et action.

    Anime de Yuzuru Tachikawa et ONE

    12 épisodes

    Merci de nous faire oublier OPM.
  • 25
    Bande-annonce

    Fullmetal Alchemist (2003)

    Hagane no Renkinjutsushi

    25 min. Première diffusion : . 1 saison. Aventure, animation, drame, epouvante-horreur et comédie.

    Anime de Seiji Mizushima avec Johnny Yong Bosch, Arthur Pestel, Audrey Pic

    51 épisodes

    Adaptation avec beaucoup de liberté du manga, et c'est bien aussi.

    (concernant Brotherhood, je n'ai vu que les 12 premiers épisodes, mais c'est aussi bien, ou presque).

    (update: j'aimerais laissé une annotation plus développée, mais je ne m'en souviens pas suffisamment)
  • 26
    Bande-annonce

    JoJo's Bizarre Adventure : Phantom Blood & Battle Tendency (2012)

    JoJo no Kimyō na Bōken

    24 min. Première diffusion : . 2 saisons. Fantastique, aventure, action, acrobaties et animation.

    Anime de Naokatsu Tsuda avec Tomokazu Sugita et Takehito Koyasu

    26 épisodes

    Les openings sont cool. Le design et la réalisation sont efficaces, même si l'abus d'un CGI de mauvais goût a tendance à gâcher certaines séquences, particulièrement dans les derniers épisodes. Une fois qu'on se synchronise avec le côté exagéré de la narration, on se marre et on trouve ça drôle que les personnages nous explique l'intrigue, ou même ce qu'on voit (et donc ce que nous voyons), et quand ce n'est pas les personnages, c'est une voix off qui se met à tout commenter. Donc l'exagération est un des ingrédients de JoJo et c'est à chacun de dealer avec. Le souci le plus gênant reste cette tendance qu'a Araki de recycler certains éléments d'un arc à l'autre (exemple sans spoiler: le méchant mais noble guerrier et son pote cruel qui veut tout défoncer). Les mécanismes narratifs et les multiples rebondissements pèse un peu sur l'endurance du spectateur (fin de la saison), mais on ne s'ennuie pas, et parfois même, on s'éclate comme pas permis. L'effet shonen, en somme. La suite est quant à elle bien plus prometteuse...
  • 27
    Bande-annonce

    Dragon Ball (1986)

    Doragon Bôru

    25 min. Première diffusion : . 7 saisons. Animation, action, fantastique et thriller.

    Anime de Daisuke Nishio et Minoru Okazaki

    153 épisodes

    Toute mon enfance, comme tout le monde (même si les combats sont aussi étirés que les terrains d'Olive et Tom).
  • 28
    Bande-annonce

    Jojo's Bizarre Adventure : Diamond is Unbreakable (2016)

    JoJo no Kimyou na Bouken: Diamond wa Kudakenai

    24 min. Première diffusion : avril 2016. 1 saison. Manga, voyage dans le temps, attaques nommées, amitié et alien humanoïde.

    Anime de Toshiyuki Kato, Hirohiko Araki et Naokatsu Tsuda avec Daisuke Ono, Sakurai Takahiro, Wataru Takagi

    39 épisodes

    Doté de qualité indéniables, la série souffre d'un design loin d'être à la hauteur du manga (ça pique carrément les yeux). Et Stardust avait cet avantage: je ne connaissais pas le manga, et pouvais donc mieux apprécier le voyage.
  • 29
    Bande-annonce

    Trigun (1998)

    25 min. Première diffusion : . 1 saison. Science fiction, action, animation, drame et western.

    Anime de Yasuhiro Nightow avec Johnny Yong Bosch, Seki Toshihiko, Tohru Furusawa

    26 épisodes

    Mon premier anime (hors du Club Dorothée), donc un certain attachement...
  • 30
    Bande-annonce

    Shigatsu wa Kimi no Uso (2014)

    25 min. Première diffusion : . Romance, musical, manga et shounen.

    Anime de Kyōhei Ishiguro

    22 épisodes + 1 OAV

    (je n'ai pas lu le manga)

    Quelle frustration face à cet anime! Comme écouter une mélodie qui en fait des tonnes, genre du Hans Zimmer, alors qu'on veut du Chopin. La volonté de quêter l'émotion à tout prix est sabotée par une surdose à répétitions des procédés conditionnés du mélo (flashbacks/voix off): tout impact narratif est étiolé voire désamorcée et toute subtilité annihilée: les épisodes se répètent et rien ne se passe vraiment. Ça en devient parfois même grotesque (d'ailleurs, le mensonge le plus ridicule du monde!). Les personnages pleurent à chaque épisode, jusqu'à enrayer cette émotion. Cette surcharge et ces réutilisations jusqu'à saturation des mêmes plans gâchent un mélo qui aurait pu être très plaisant et très touchant. Les personnages sont pour la plupart attachants. Heureusement qu'il y a la musique. Et les économies faites avec l'utilisation des mêmes plans surutilisés permettent une beauté graphique évidente. Les passages "SD" sont bien dosées... Mais au final, je me dis que ça aurait pu être plus, que ça aurait pu être vraiment réussi.
  • 1
  • 2