La guerre sociale en Espagne

Avatar steka Liste de

41 livres

par steka

La guerre d’Espagne, période charnière de l’histoire du XXème siècle, est aussi celle qui est la plus occultée dans ses contenus réels, la plus déformée, la plus trahie. Les raisons en sont nombreuses et demandent un certain décryptage des nombreuses complicités participant à l’entretien de ce déni.
S’il est assez facile de comprendre l’action des franquistes pendant la dictature fasciste, qui avaient tout intérêt à effacer les traces de leurs crimes innombrables et de leur barbarie répressive, l’attitude des « historiens » issus des différents partis du camp républicain mérite une analyse beaucoup plus approfondie.
Car ces partis, devenus institutionnels : sociaux-démocrates, libéraux, staliniens réformés, républicains et néo-divers sont ceux qui occupent encore le paysage de nos pseudo-démocraties. Leurs mensonges d’aujourd’hui ne sont pas très éloignés de ceux qu’ils déployèrent alors ; leurs motivations sont les mêmes, leurs bassesses similaires. Sur de nombreux points, le jeu de dupe continue.
Les faits sont là : ils préférèrent laisser la victoire au fascisme appuyé par l'église catholique, Mussolini et Hitler , plutôt que laisser la révolution se déployer et le peuple décider de son avenir par lui-même.
La guerre d’Espagne est un miroir historique où ils préfèrent donc ne pas se regarder. Préférant prolonger toujours cette véritable culture du déni qui les caractérise.
Pour tous ceux qui ne se sentent nullement représentés par ces gens là et qui ont gardé le gout du vrai et l’espoir d’un devenir autre, les ouvrages réunis ici apporteront l’essentiel des éléments de compréhension.
De nombreux "intellectuels" de l'époque donnèrent aussi leur caution au mensonge, passant sous silence les crimes staliniens contre la révolution. Citons Malraux, Nizan, Aragon, Neruda, Hemingway (plus par jobardise dans son cas), Anna Seghers, qui perdirent ainsi tout droit à se poser en porteurs de vérité.
Image : Marina Ginestà, 17 ans, photographiée en 1936 à Barcelone par Juan Gutmann.

Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Date de sortie
  • Derniers ajouts
  • Note de l'auteur de la liste
  • Notes de mes éclaireurs
  • Note globale
  • Ordre alphabétique
  • Popularité
Croissant
  • Croissant
  • Décroissant
  • 1
  • 2
  • Hommage à la Catalogne (1938)

    Homage to Catalonia

    Sortie : 1938. Récit.

    Livre de George Orwell

    ( paru également sous le titre "Catalogne libre")
    "Très tôt, j'ai pu constater qu'aucun événement n'était relaté avec exactitude par les journaux; mais en Espagne, pour la première fois, j'ai pu lire des articles dont le contenu n'avait littéralement aucun rapport avec les faits, allant bien au delà du mensonge ordinaire. J'ai vu l'histoire raconté, non pas en relation avec ce qui s'était effectivement passé, mais en fonction de ce qui convenait à l'idéologie de chacun des partis."
  • Spanish cockpit (1937)

    Sortie : 1937. Essai.

    Livre de Franz Borkenau

    "Dans ce groupe du P.O.U.M., comme parmi les jeunes gens rassemblés devant l’hôtel Colon (siège du P.S.U.C.), il y a des Allemands, des Italiens, des Suisses, des Autrichiens, des Hollandais, des Anglais, quelques Américains et un nombre considérable de jeunes femmes originaires de toutes ces nations. Ces femmes tranchent nettement sur leurs consœurs espagnoles par leur liberté d’allure et l’absence de tout chaperon masculin. Les mots s’entrechoquent, prononcés dans toutes les langues, et il règne une atmosphère indescriptible où se mêlent l’enthousiasme politique, l’exaltation de l’aventure guerrière, le soulagement après les sordides années d’exil, la foi inébranlable en une victoire proche. Les amitiés se nouent instantanément, chacun sachant que dans vingt-quatre ou quarante-huit heures il faudra se séparer au gré des affectations sur le front. "
  • Ceux de Barcelone (1937)

    Sortie : 1937. Récit.

    Livre de Hanns-Erich Kaminski

    "“Il y a déjà plusieurs semaines que je suis à Barcelone. La ville m’est familière ; les miliciens dans leurs vêtements romantiques ne me font plus impression. Lorsque je vois une femme coiffée d’un chapeau, je suis étonné. Je trouve tout naturel d’être assis à la même table que des gens armés de fusils ou de revolvers comme dans un roman de pirates. Mais la Révolution donne toujours des impressions nouvelles. La vie est ici mille fois plus intense et cette suite rapide d’événements produit l’effet de piqûres de caféine. Comment pourrai-je vivre désormais dans des pays tranquilles, dans des temps tranquilles ?”
  • Durruti dans le labyrinthe (2007)

    Sortie : . Essai.

    Livre de Miguel Amoros

    " Nous vous montrerons, à vous les bolcheviques russes et espagnols, comment on fait la révolution et comment on la mène à son terme. Chez vous, il y a une dictature, dans votre Armée rouge, il y a des colonels et des généraux, alors que dans ma colonne, il n'y a ni supérieur ni inférieur, nous avons tous les mêmes droits, nous sommes tous des soldats, moi aussi je suis un soldat. " Dans ce qu'il est convenu d'appeler la guerre d'Espagne, Durruti incarne la tentative, combattue par les staliniens comme par les " anarchistes de gouvernement ", de faire triompher un antifascisme révolutionnaire ; de mener, comme il le disait, " la guerre et la révolution en même temps ".
  • Le Labyrinthe espagnol (1943)

    The spanish labyrinth

    Sortie : 1943. Histoire et essai.

    Livre de Gerald Brenan

    "Il y a dans toute révolution des moments où l'on peut croire que vont se réaliser les plus beaux rêves de l'humanité. Ceux qui ont visité Barcelone en 1936 n'oublieront pas cette expérience exaltante. Plus le temps passait, plus large était le public que touchaient leurs témoignages. En Espagne semblait se jouer le sort du monde civilisé."
  • La Révolution espagnole (1977)

    Sortie : 1977. Essai.

    Livre de Burnett Bolloten

    Ce fut l'impuissance manifeste de leurs partis qui incita très vite les membres libéraux et conservateurs de la petite et moyenne bourgeoisie, pris dans le flot de la révolution, à rechercher une organisation capable de leur servir de brise-lames et d'arrêter le courant révolutionnaire lancé par les syndicats anarchiste et socialiste. Ils n'eurent pas à chercher bien longtemps. Peu de temps s'était écoulé qu'une organisation réussissait à répondre à elle seule à tous les espoirs immédiats de la petite et moyenne bourgeoisie : le Parti communiste.
    http://agone.org/memoiressociales/laguerredespagne/
  • La Guerre d'Espagne (2014)

    The Spanish Civil War : Revolution and Counterrevolution

    Sortie : novembre 2014. Histoire.

    Livre de Burnett Bolloten

    Une réédition que l'on n'espérait plus du livre indispensable de Bolloten en 1200 pages, telle que la dernière édition anglaise qu'en donna l'auteur en 1991.
    Voir mon commentaire sur l'ouvrage
  • Chronique passionnée de la colonne de fer (2001)

    Sortie : . Récit.

    Livre de Abel Paz

  • LIBERTARIAS (2017)

    Sortie : . Histoire.

    Livre de Collectif

    Indomptables, insoumises, rebelles, mères, ouvrières, paysannes, syndicalistes, combattantes et « guérillères », les libertaires espagnoles, depuis la fin du XIXe et tout au long du XXe siècle, n’ont cessé de clamer leur désir d’émancipation sociale en leur nom propre.

    Si l’histoire retient surtout le rôle déterminant du groupe Mujeres Libres lors de la guerre civile et de la révolution de 1936-1939, cet ouvrage met l’accent sur la pluralité des formes de luttes et de récits de ces militantes qui témoignent d’une véritable spécificité de l’engagement des femmes anarchistes espagnoles.
  • Durruti, 1896-1936 (1996)

    Sortie : 1996. Beau livre.

    Livre de Collectif

  • Le Bref Été de l'anarchie (1972)

    Der kurze Sommer der Anarchie - Buenaventura Durrutis Leben und Tod

    Sortie : 1972. Récit.

    Livre de Hans Magnus Enzensberger

    "Il ne fallut pas longtemps à Durruti pour se rendre compte que le Comité central n'était qu'un organe de gestion. On discutait, négociait, votait, il y avait des dossiers, on y accomplissait un travail de bureaucratie. Mais Durruti n'était pas un rond-de-cuir. Dehors, on tirait. Il ne supporta plus cet état de choses. Il mit sur pied sa propre division, la colonne Durruti et, à sa tête, prit la route du front d'Aragon."
  • Les Comités de défense de la CNT à Barcelone (2014)

    Sortie : . Histoire.

    Livre de Augustín Guillamón

  • Ma guerre d'Espagne à moi (1976)

    Sortie : 1976. Récit.

    Livre de Mika Etchebehere

    Coédition Milena-Libertalia - 5 Mai 2015
    Écrit par Mika Etchebéhère (1902-1992), une femme qui dirigea une colonne du Parti ouvrier d’unification marxiste (POUM) en 1936-1937.
    Outre des photos inédites et un texte du poète surréaliste Guy Prévan, on y trouvera une longue préface contextualisante (signée par Charles Jacquier), des extraits de la correspondance de Mika avec Alfred et Marguerite Rosmer ainsi qu’une lettre de Julio Cortázar en fac-similé. L’ouvrage comprend par ailleurs un efficace documentaire de 80 minutes de Fito Pochat et Javier Olivera (DVD).
  • Los incontrolados : Chronique de la colonne de fer (1997)

    Sortie : . Histoire.

    Livre de Nestor Romero

  • Vers une nouvelle révolution (2014)

    Sortie : . Histoire.

    Livre de Jaime Balius

  • Combats pour la liberté (1997)

    Sortie : . Histoire.

    Livre de Pavel Thalmann et Clara Thalmann

    Combattante révolutionnaire communiste puis anarchiste, opposante au stalinisme dès la fin des années 20. En 1936, s'engage avec son mari Pavel dans le combat révolutionnaire en Espagne et rejoint comme milicienne la Colonne Durruti en Aragon. En 1937, au moment des affrontements avec le parti communiste, Clara et Pavel se battirent avec un groupe nommé « Amigos de Durruti » (les Amis de Durruti). Sur les barricades, Clara rencontra George Orwell.
  • Protestation devant les libertaires du présent et du futur sur les capitulations de 1937 (1980)

    Sortie : . Histoire.

    Livre

    "Je suis l’un de ceux qui ont été délivrés de SanMiguel de los Reyes, sinistre bagne qu’éleva la monarchie pour enterrer vivants les hommes qui, parce qu’ils
    n’étaient pas des lâches, ne se sont jamais soumis aux lois infâmes que dictèrent les puissants contre les opprimés."
    "Avec moi sortirent beaucoup d’hommes, qui en avaient autant enduré, qui étaient aussi marqués par les mauvais traitements subis depuis leur naissance.
    Certains, dès qu'ils ont foulé le pavé de la rue, s'en sont allés par le monde; et les autres, nous nous réunîmes à nos libérateurs, qui nous traitèrent en amis et nous aimèrent en frères. Avec eux, peu à peu, nous avons formé "la Colonne de Fer"."
    "Comme des frères qui défendent une noble cause, nous avons combattu ; comme des frères qui ont les mêmes idéaux, nous avons rêvé dans les tranchées ; comme des frères qui aspirent à un monde meilleur, nous sommes allés de l’avant avec notre courage."
  • Les Fils de la nuit - Souvenirs de la guerre d'Espagne (2016)

    Sortie : . Essai et histoire.

    Livre de Antoine Gimenez

  • Histoire du P.O.U.M. (2000)

    Sortie : . Histoire et essai.

    Livre de Victor Alba

    Le POUM proposait une action ouvrière indépendante, qui tiendrait comte de la réalité espagnole. C'était déjà braver le stalinisme. Le parti communiste officiel, appuyé sur la petite et moyenne bourgeoisie urbaine, pratiquant durant la guerre civile le chantage aux armements soviétiques, ira jusqu'à l'épuration des brigades internationales et à la répression du POUM.
  • Barricades à Barcelone (2009)

    Sortie : . Essai.

    Livre de Agustin Guillamon

  • La Tragédie de l'Espagne (1938)

    Sortie : 1938. Histoire et essai.

    Livre de Rudolf Rocker

  • A Zaragoza o al charco! : Aragon 1936-1938 (2016)

    Sortie : . Histoire.

    Livre de Les Gimenologues

    Le 19 juillet 1936, Saragosse tombe aux mains des troupes de la réaction soulevées contre la légalité républicaine. La chute de la "perle anarchiste" représente une terrible catastrophe pour le camp libertaire. En Catalogne et en Aragon, des volontaires se mobilisent pour reprendre la ville et, pour la plupart, l'offensive ne peut se dissocier de la mise en oeuvre du communisme libertaire. C'est ce que retrace cet ouvrage, ancré dans des récits d'hommes et de femmes engagés à divers titres dans ce processus révolutionnaire en armes, que les anarchistes se retrouveront peu à peu seuls à poursuivre.
  • Sabaté (2011)

    Sortie : . Histoire.

    Livre de Antonio Tellez Sola

    "La "libération nationale" fut fêtée en Espagne par un véritable bain de sang, dans un climat de folie meurtrière qui dura des années. De Barcelone à Séville, de La Corogne à Valence en passant par Madrid, on vit couler le sang de la jeunesse espagnole antifasciste. Les pelotons d'exécution fusillaient jour et nuit. Une simple accusation et c'était un homme envoyé à la mort. (...) Combien d'Espagnols tombèrent ainsi entre 1939 et 1943 ? On n'en saura probablement jamais le chiffre exact. Des centaines de mille, mais ... combien ? "
    A travers le portrait de Francisco Sabaté, une histoire de la lutte armée contre la dictature franquiste entre 1945 et 1960.
  • The Mexican Suitcase (2010)

    Sortie : septembre 2010. Beau livre.

    Livre de International Center of Photography of New York

    L'annonce officielle, en 2008, de la redécouverte de la valise mexicaine de Robert Capa, dont la trace avait été perdue depuis 1939, a provoqué un engouement considérable dans l univers du photo reportage et de la recherche historique. L'existence de cette valise était connue : Robert Capa l'avait mentionnée à plusieurs reprises dans ses écrits, et son frère, Cornell n avait jamais cessé d en poursuivre activement la recherche.
    Après plus de soixante-dix années de pérégrinations rocambolesques et de péripéties diverses, la valise - en fait, trois boîtes de rouleaux de pellicule, soigneusement classés - révélait son extraordinaire contenu : 4 500 négatifs d images de la guerre civile espagnole, prises entre 1936 et 1939 par Gerda Taro - compagne de Capa tragiquement disparue en 1937 pendant la bataille de Brunete -, David Seymour dit Chim et Robert Capa.
    Il existe également un DVD en version espagnole.
  • Le rêve en armes (2001)

    Sortie : . Histoire et récit.

    Livre de Julius Van Daal

    Révolution et contre-révolution en Espagne, 1936-1937
  • Une guerre d'extermination, Espagne 1936-1945 (2016)

    Sortie : . Histoire.

    Livre de Paul Preston

    Voir ma critique.
    Pour ceux qui font mine de douter du caractère unilatérale de cette extermination, voici l'adresse du père jésuite Fernando Huidobro Polanco, partisan des phalangistes, au Service juridique de l'armée franquiste suite aux massacres perpétrés par ceux ci à Tolède fin septembre 1936 :
    "La procédure actuellement suivie est en train de déformer l'Espagne, et a pour effet qu'au lieu d'être un peuple chevaleresque et généreux, nous sommes en train de devenir un peuple de meurtriers et d'informateurs. A cause de ce qui se passe actuellement, ceux d'entre nous qui se sont toujours considérés avant tout comme des Espagnols commencent à avoir honte d'être nés dans ce pays d'implacable cruauté et de haine insondable." (p. 479)
    Plus tard encore, le même dans une lettre à Diaz Varela, adjoint de Franco, "A Tolède, les blessés étaient massacrés jusque dans l'hôpital. Nous retombons dans la barbarie... Naguère encore, on ne mettait jamais à mort une personne dont la culpabilité n'était pas démontrée; aujourd'hui, on tue des gens pour cacher leur innocence." Quand on découvrira plus tard que Huidobro a été finalement abattu d'une balle dans le dos (avril 1937) par un franquiste, le Vatican préférera classer l'affaire.
  • George Orwell, de la guerre civile espagnole à 1984 (2005)

    Sortie : . Essai.

    Livre de Louis Gill

  • Le rêve égalitaire chez les paysans de Huesca (2016)

    Sortie : . Histoire et récit.

    Livre de Pelai Pagès

  • 1
  • 2