La vie sociale ?? Bof... (2021)

Avatar Arkeniax Liste de

25 jeux vidéo

par Arkeniax
Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Date de sortie
  • Derniers ajouts
  • Note de l'auteur de la liste
  • Notes de mes éclaireurs
  • Note globale
  • Ordre alphabétique
  • Popularité
Croissant
  • Croissant
  • Décroissant
  • Bande-annonce

    Solitairica (2016)

    Sortie : . Stratégie temps réel, RPG et jeu de cartes.

    Jeu vidéo de Righteous Hammer Games sur PC, Mac, iPad, iPhone et Android

    J'abandonne. Ce jeu est trop difficile pour rien, je ne peux plus avancer.
    Solitairica a pour lui une dimension puzzle intéressante avec ce système de solitaire agrémenté de pouvoirs et d'items, mais il repose presque entièrement sur la chance pour être complété. Par moments, vous pouvez piocher une dizaine de cartes sans qu'aucune ne vous permette d'avancer, et l'ennemi peut continuer à vous agresser durant tout ce temps, 80% de mes morts étaient arrivées parce qu'il ne me manquait qu'une carte à retirer pour terminer le niveau, mais non, je ne piochais jamais la bonne carte !
    En plus de ça, la dimension roguelite, même si je sais que c'est principalement dû au fait que le jeu est disponible sur téléphone, est quand même très pauvre, l'ordre des monstres est toujours le même, les sorts et items ne changent pratiquement pas et les différents decks déblocables n'ont presque aucune différence entre eux...
    Encore une fois, tout est basé sur la chance, mais à un point où si celle-ci n'est pas de notre côté, c'est impossible d'avancer. C'est ridiculement difficile pour rien, alors je jette l'éponge.
  • Bande-annonce

    Insanity Clicker (2016)

    Sortie : . Aventure, stratégie temps réel, simulation et RPG.

    Jeu vidéo de PlayFlock sur PC

    Techniquement, j'ai "joué" à Insanity Clicker en 2020. 300h sur une année...
    Les clickers ont beau être passés de mode, je me suis lancé dans celui-là totalement par hasard à cause de son esthétique horrifique plutôt pas mal.
    Après pour le reste c'est un clicker : Vous en avez vous un, vous les avez tous vus. Mais ça reste stupidement addictif, et c'est là le problème ! On accumule en cliquant, puis on dépense pour que ça clique à notre place, puis on recommence à cliquer puis à dépenser. J'ai arrêté lorsque je me suis rendu compte que j'étais vraiment arrivé à un mur. Le genre de mur qu'on ne franchit qu'à grands coups de petits paiements pour progresser. Le jeu n'est même pas un pay-to-win, c'est un pay-to-play-to-pay. Heureusement que je ne me suis pas fait avoir.
    Trop de temps perdu pour rien.
  • Bande-annonce

    Hades (2020)

    Sortie : . Roguelike/Roguelite, hack'n'slash et dungeon crawler.

    Jeu vidéo de Supergiant Games sur Nintendo Switch, PC, PlayStation 4, PlayStation 5, Xbox One, Xbox Series X/S et Mac

    (Platine débloqué, Épilogue déverrouillé et Châtiment 16 max)

    Hadès est un jeu dans lequel je me suis lancé presque à l'aveugle, charmé par une VOD de MisterMV et par le feeling Diablo qui se dégageait de son gameplay. Un roguelike nerveux et pas mal exigeant, qui ne cesse durant ses 70 premières heures de nous abreuver de nouvelles features, d'objets à débloquer ou à améliorer, sans parler du système de pouvoir juste excellent qui nous poussera naturellement à tester toutes les armes et les combinaisons possibles juste pour le fun. Avec en plus une histoire très sympathique et assez respectueuse de la mythologie grecque.
    Je lui reprocherais un manque de variété dans les ennemis rencontrés, des boss parfois bizarrement choisis (pourquoi l'Hydre de Lerne ?) et une certaine répétitivité dans les dialogues, certes très variés, mais dont le ton et le propos ne changent que très rarement.
    Hadès n'en devient pas mauvais, bien sûr, c'est un solide roguelike qui saura accrocher le joueur des dizaines d'heures durant, corsé mais pas injuste, riche mais pas imbitable, c'est ma bonne surprise de ce début d'année !
  • Bande-annonce

    Metal Gear Solid (1998)

    Sortie : . Action-Aventure et infiltration.

    Jeu vidéo de Hideo Kojima et Konami sur PlayStation, PC, PlayStation 3, PSP et PS Vita

    Je continue donc l'aventure Metal Gear avec le... techniquement troisième épisode de cette saga. Passer du 5 au 1, ça fait un choc. Si le 5 est un sandbox pur et dur qui pousse les mécaniques du genre infiltration dans leurs retranchements, MGS1 est bien plus linéaire.
    J'ai donc enfin pu me frotter à la fameuse narration d'Hidéo Kojima, à base de blabla militaro-industriel, de retournements de situation capillotractés, de discours philosophiques sur le sens de la vie de 10 minutes et de personnages méchants-mais-pas-vraiment, et d'alliés-mais-qu'en-fait-c'est-des-méchants-mais-en-fait-non,... Pour un résultat franchement bien foutu. Je me moque, mais malgré certaines ficelles et le côté beauf de Kojima trop intrusif, l'histoire est super.
    Le gameplay infiltration est tout aussi réussi, même si la caméra en vue du dessus causera souvent des problèmes de lisibilité de l'action et que les régulières variations de gameplay, si elles sont un ajout agréable, s'avèrent frustrantes manette en main (never forget la séquence final en tourelle, injouable).
    Beaucoup de variété, des combats corsés mais pas forcément dans le bon sens du terme et une visée que je qualifierais poliment de chancelante.
    MGS1 est un bon jeu, même si je trouve qu'il a vieilli sur certains points. Je n'ai rien contre jouer à des jeux rétro, mais le recul des années aura tendance à jouer sur mon appréciation du soft. Peut-être que Son of Liberty, conçu sur la génération de console suivante, palliera à ce défaut "générationnel".
  • Bande-annonce

    Outlast 2 (2017)

    Sortie : . Aventure et survival horror.

    Jeu vidéo de Red Barrels sur Nintendo Switch, PC, Mac, PlayStation 4 et Xbox One

    Dans la lignée "Trains fantomes pour youtubeurs", Outlast s'offre une suite à la fois supérieure à son ainée et terriblement frustrante.
    La formule de cache-cache du premier semble plus maitrisée, la caméra est un petit peu plus exploitée (mais elle reste le gros point noir du gameplay) et la direction artistique va encore plus loin dans l'horreur.
    Peut-être même trop. Car Outlast 2 enquille les scènes de violence graphique, les décors macabres, le gore excessif et même le graveleux (seins et sexes apparents, on a même un accouchement en gros plan !), à tel point que le jeu passe d'une violence malsaine propre à créer une ambiance de dingue à la pure complaisance. A vouloir trop en faire, le jeu finit par virer dans la gratuité et le sensationnalisme. Dommage, car le jeu n'est pas inintéressant. Son rythme haletant a même réussi à me filer des coups d'adrénaline bien comme il faut.
    Mais trop de gore tue le gore. Outlast 2 ne l'a pas compris, et ça le dessert complétement.
  • Bande-annonce

    Inside (2016)

    Sortie : . Aventure, réflexion et plateforme.

    Jeu vidéo de PlayDead, Arnt Jensen et Dino Patti sur PlayStation 4, Nintendo Switch, Xbox One, PC, iPad et iPhone

    Dans la lignée de Little Nightmares ou son grand frère Limbo, Inside est un plate-former narratif puzzle game plutôt sympathique, dont la durée assez courte souligne la simplicité et l'efficacité de son design global. Un rythme d'enfer qui se permet malgré tout des moments de contemplation, des énigmes bien fichues et un univers intrigant, sujet à l'interprétation du joueur, avec une fin qui nous sort du schéma éculé de la révolte contre le système orwellien, et parait bien plus désespérée.
    Inside est donc une réussite indéniable, un jeu intrigant avec une identité très marquée.
  • Bande-annonce

    Resident Evil 7 (2017)

    Biohazard 7

    Sortie : . Action-Aventure, survival horror, FPS et réalité virtuelle.

    Jeu vidéo de Capcom sur PlayStation 4, Xbox One, PC et Stadia

    Rejoué en préparation de la sortie de REVIII.
    Cet épisode a pas mal divisé les fans de la licence en raison de ses choix drastiques : vue FPS, une intrigue qui n'a presque aucun lien avec la continuité de la série, un rythme haché calibré pour les vidéastes Twitch et Youtube... Malgré tout, REVII est un solide épisode, avec une ambiance glauque qui fonctionne très bien, même si l'on peut regretter que l'envirronement marécageux de la Lousiane ne soit pas des masses exploité, que le bestiaire soit très pauvre et assez moche, et que l'intrigue parte un peu dans tous les sens dans sa seconde partie et le DLC Not a Hero.
    Clairement pas le meilleur épisode de la série Resident Evil, mais un jeu d'horreur solide qui revient aux fondamentaux.
  • Resident Evil 7: Not a Hero (2017)

    Sortie : . Action-Aventure, FPS et survival horror.

    Extension de jeu de Capcom sur Xbox One, PC et PlayStation 4

    Contenu additionnel décevant. Trop court (1h en ligne droite), n'exploitant pas assez ses idées, une tentative de complexifier l'intrigue de REVII mais ne faisant que la rendre plus confuse,...
    Heureusement que c'était gratuit.
  • Bande-annonce

    Hellblade: Senua's Sacrifice (2017)

    Sortie : . Action-Aventure.

    Jeu vidéo de Ninja Theory sur PlayStation 4, Xbox One, PC, Nintendo Switch et Xbox Series X/S

    En préparation de la sortie de Senua's Saga (ils disent 2021, mais je ne m'avancerais pas trop), j'ai souhaité rejouer à Hellblade.
    Ma seconde run m'a à nouveau confronté aux mêmes maladresses, à savoir un gameplay peu fourni et les troubles mentaux de l'héroïne pas forcément exploités au maximum de leur potentiel. Reste qu'encore une fois, l'histoire est très bonne, à la fois épique et tragique, on s'attache très rapidement à Senua et on prend plaisir à découvrir son passé tourmenté.
    Histoire excellente et très bien mise en scène, mais jouabilité trop légère quoique pas atroce du tout.
    Je ne suis pas le genre à accrocher aux jeux à fort caractère narratif, mais j'ai adoré Senua's Sacrifice ! Et je suis content que sa réussite commerciale ait permis à Ninja Theory de produire une suite.
  • Bande-annonce

    Tomb Raider (2013)

    Sortie : . Action-Aventure.

    Jeu vidéo de Crystal Dynamics et Square Enix sur PlayStation 3, Xbox 360, PC, Mac et Linux

    Par curiosité, j'ai voulu rejouer au reboot de Tomb Raider. Même constat qu'avant : J'aime pas. Et pourtant je ne peux pas dire que c'est mauvais. C'est juste terriblement fade, édulcoré. Si l'héroïne ne s'appelait pas Lara Croft, j'aurais du mal à croire à un jeu Tomb Raider.
    La licence a perdu toute sa fraicheur et sa géniale ambiance décomplexée pour sombrer dans un pot-pourri de mécaniques de jeux AAA mélangés, certes avec une certaine homogénéité, mais sans véritable plus-value. Le jeu ne sait jamais ce qu'il essaye de faire : D'un côté il tente d'apporter une ambiance plus sombre à la licence, de l'autre il ajoute du débile là où il n'en faudrait pas (Pendant tout le jeu j'avais envie de baffer Lara, incapable de comprendre avant la toute fin le pourquoi du comment de l'enlèvement de son amie), d'un côté, le jeu veut jouer la carte de la survie, de l'autre il nous balance du TPS avec des ennemis qui ne sont jamais une vraie menace (mention spéciale aux samouraï qui nous sont teasés durant tout le jeu, un immense gâchis) et des séquences Uncharted certes haletantes, mais tellement automatisées qu'elles en perdent tout impact. Et quand en plus on est obligés de chercher les ruines à explorer avec leurs énigmes sympathiques mais trop courtes, donc que l'on est littéralement obligés de chercher du Tomb Raider dans un jeu Tomb Raider, on peut se poser la question de la pertinence d'avoir voulu rebooter la licence.
    Lara Croft a perdu son charme d'héroïne badass et casse-cou pour devenir juste la gentille de service, il n'y a aucun boss, le méchant se termine par un QTE pourri, sans parler de la menace centrale (s'il suffisait de cramer la Reine, pourquoi Mathias et ses potes se sont fait chier à attendre de trouver une élue ?!).
    Pas mauvais, juste oubliable et sans âme.
  • Bande-annonce

    Call of Cthulhu (2018)

    Sortie : . Infiltration, RPG, aventure et survival horror.

    Jeu vidéo de Frogwares, Focus Home Interactive et Cyanide sur Nintendo Switch, PlayStation 4, Xbox One et PC

    Sur le papier, ce jeu inspiré de tout un tas de nouvelles de Lovecraft a du potentiel. L'ambiance est soignée, les séquences oniriques nombreuses et l'épouvante est bien là. Certaines parties proposent plusieurs possibilités pour résoudre une situation.
    Mais on ne va pas se mentir, le jeu est bien trop linéaire pour son propre bien. Les phases d'enquête sont assistées à mort et n'ont aucun challenge, les stats avaient un certain potentiel mais ne changent strictement rien à notre progression et les choix n'ont que peu d'intérêt par rapport aux différentes fins possibles (toutes bien pensées, il faut quand même le préciser). Plus des recyclages de maps, plus une barre de santé mentale inutile.
    Bref, très bonnes idées et bonne narration au service d'une ambiance lovecraftienne de toute beauté, mais trop de linéarité, trop de séquences "sur les rails", et l'impression que la quantité a par moments supplanté la qualité. Pas du tout désagréable à jouer, je serais même partant pour me le refaire dans quelques années, mais maladroit et globalement moyen.
  • Bande-annonce

    Dark Souls III (2016)

    Dāku Sōru Surī

    Sortie : . Action et RPG.

    Jeu vidéo de From Software Inc., Hidetaka Miyazaki et Bandai Namco Games sur PC, PlayStation 4 et Xbox One

    J'ai relancé le jeu après des mois d'abstinence.
    Je l'ai déjà re-fini 5 fois.
    DS3 est toujours une tuerie, et on peut s'amuser à tester toutes les classes d'armes pour s'offrir un peu de variété, voire se faire des runs de boss, c'est à dire avec les armes et l'armure d'un boss du jeu en particulier, ce qui en plus d'être jouissif est quand même une bonne façon de renouveler l'expérience.
  • Bande-annonce

    Gorogoa (2017)

    Sortie : . Réflexion.

    Jeu vidéo de Jason Roberts et Annapurna Interactive sur PlayStation 4, Nintendo Switch, PC, iPhone, iPad, Android et Mac

    Un très bon puzzle-game, servi par un gameplay très original. J'aime la façon dont le jeu joue avec notre perception de l'espace. Les énigmes sont très bien pensées et même un poil corsées, ce qui ne change rien à sa durée de vie. 2h pour un puzzle game, ça peut sembler très court, mais Gorogoa a le mérite d'avoir un concept béton, de l'exploiter convenablement avec moult variations et de s'arrêter avant de se répéter. Et puis c'est un très joli jeu, les dessins sont magnifiques et nous transportent dans ce petit voyage jamais vu dans le jeu vidéo.
  • Bande-annonce

    Life is Strange (2015)

    Sortie : . Aventure et fiction interactive.

    Jeu vidéo de Dontnod Entertainment et Square Enix sur PC, PlayStation 4, PlayStation 3, Xbox 360, Xbox One, Linux, Mac, iPhone et iPad

    Life is Strange est typiquement le genre de jeu narratif avec lequel j'ai du mal, notamment à cause de son écriture justement. Le jeu étant écrit par des quarantenaires qui n'ont aucune idée de comment marchent les jeunes, il se sent obligé d'accumuler les personnages caricaturaux et de les catégoriser avec des mots-clés (hipster, geek, goth,...) et des tendances (selfies, drogue,...) sans aucune réflexion supplémentaire sur l'adolescence, alors qu'à l'inverse les personnages adultes sont écrits comme de vrais personnages. A part Chloé, je ne me suis attaché à aucun personnage de Life is Strange.
    La mécanique de retour dans le temps est sympathique mais son fonctionnement reste bien trop limité, malgré le chapitre 5 qui jouait bien mieux avec. Et on sent clairement que le scénario fait un peu ce qu'il veut de ce pouvoir, notamment à la fin du chapitre 5 justement, qui est plutôt sympa quoique très linéaire, mais qui n'a pas beaucoup de sens. Et je garde en travers de la gorge l'impossibilité de pouvoir utiliser librement l'appareil photo et de créer des albms, ce qui est pourtant la base dans ces jeux où la photo est possible.
    Le jeu reste toutefois sympathique, les moments entre Max et Chloé ont du charme et les caricatures ont au moins un aspect comique, même si sa fin est assez grossière, ne prend pas du tout en compte nos choix durant tout le jeu et se résume à un bête choix binaire qui m'a paru très forcé et incohérent. J'ai en tout cas choisi [SPOILER] de sauver Chloé, et je ne regrette rien du tout ^_^
  • Bande-annonce

    DISTRAINT (2015)

    Sortie : . Aventure.

    Jeu vidéo de Jesse Makkonen et Ratalaika Games sur Nintendo Switch, PlayStation 4, Xbox One, PC, Linux et Xbox Series X/S

    Excellent design sonore et pixel art délicieusement macabre, avec une histoire très "silenthillesque" dans l'esprit. Court mais efficace, pas flippant à proprement parler, mais un petit jeu honnête.
  • Bande-annonce

    Bloons TD 6 (2018)

    Sortie : . Tower defense.

    Jeu vidéo de Ninja Kiwi sur iPad, iPhone, Android, PC et Mac

    Ca faisait des années que je n'avais pas retouché à Bloons. D'un petit jeu flash sans ambition, on est passés à un vrai tower-defense pur et dur, facile à prendre en main mais difficile à maitriser entièrement. Je passerai l'éponge sur son modèle économique discutable, après tout il est très secondaire et absolument pas nécessaire à la progression.
  • Bande-annonce

    Dark Souls II: Scholar of the First Sin (2015)

    Sortie : . RPG et action-aventure.

    Jeu vidéo de From Software Inc. et Bandai Namco Games sur PC, PlayStation 3, PlayStation 4, Xbox 360 et Xbox One

    J'avais complété une fois Dark Souls 2 vanilla, mais n'avais jamais tenté la version SotFS, qui a en effet ses défauts. Le jeu accumule les passages volontairement tortueux et les pièges horribles, ce qu'on retrouve dans tous les DS, mais le fait ici jusqu'à l'absurde. C'est parfois trop difficile pour pas grand chose. Prisonnier dans sa folie des grandeurs, SotFS veut en faire bien trop : Trop de lieux, trop de pièges, trop d'embranchements, trop de personnages,... Contrairement aux 2 épisodes designés par Miyasaki, celui-ci manque peut-être de sobriété, mais paradoxalement, il est aussi le plus complet des Souls, véritablement celui qui nous laisse libre de faire les niveaux dans l'ordre que l'on souhaite, et son ambiance de conte de fée macabre est vraiment très réussie. Les 3 DLCs sont d'ailleurs également très bons, le meilleur étant surement Iron King, qui a le meilleur level-design.
    Reste qu'encore une fois, trop de pics de difficulté gâchent l'expérience de jeu.
    J'ai aimé Dark Souls 2, mais clairement c'est le plus mal équilibré en terme de difficulté.
  • Bande-annonce

    Monster Train (2020)

    Sortie : . Stratégie tour par tour, jeu de cartes et roguelike/roguelite.

    Jeu vidéo de Shiny Shoe et Good Shepherd Entertainment sur PC, Xbox Series X/S, Xbox One et Nintendo Switch

    Un Slay the Spire plus équilibré et moins punitif, qui offre beaucoup de possibilités de deck-building et de synergies entre les cartes.
  • Bande-annonce

    Into the Breach (2018)

    Sortie : . Tactique, stratégie tour par tour et roguelike/roguelite.

    Jeu vidéo de Subset Games sur Nintendo Switch, PC, Mac et Linux

    Pas un jeu pour moi. Un très bon jeu, ça c'est certain, mais auquel j'ai du mal à accrocher, la faute à une difficulté plus que cruelle, où la chance a une place non négligeable. Même si j'ai réussi à gagner quelques parties, je n'ai jamais eu l'impression de réellement maitriser les mécaniques du jeu.
    Dommage dommage...
  • Bande-annonce

    Donut County (2018)

    Sortie : . Aventure et inclassable.

    Jeu vidéo de Ben Esposito et Annapurna Interactive sur PC, PlayStation 4, Nintendo Switch, Xbox One, Mac et iPhone

    Un petit jeu sympathique, mignon et pas prise de tête pour un sou. On en fait très vite le tour, mais on peut très facilement y revenir.
  • Bande-annonce

    Nioh (2017)

    Ni-Oh

    Sortie : . Action et RPG.

    Jeu vidéo de Team Ninja et Koei sur PlayStation 4 et PC

    J'abandonne. J'ai pris du plaisir à mourir en boucle sur les Dark Souls, mais je ne supporte plus cette tannée de Nioh.
    Le jeu n'est pas mauvais, clairement, mais il souffre d'une difficulté bien trop mal dosée (les boss sont tous des pics de difficulté monstrueux auxquels le jeu ne nous a absolument pas préparés (je suis arrivé jusqu'à L'Umi-Bozu avant de ragequit), les ennemis sont toujours tous les mêmes mais avec juste le nombre de PV qui augmente, ce qui casse complètement tout sentiment de progression pour le joueur qui a l'impression de toujours jouer un personnage faible, et les level-designs ne sont pas très inspirés. Sans parler des recyclages de cartes et d'une narration insipide.
    Le système de combat est excellent, mais je n'ai pas réussi à accrocher à la boucle "Souls-esque" de ce titre, qui ici me semble très mal gérée.
  • Bande-annonce

    Darkness Within : La Poursuite de Loath Nolder (2008)

    Sortie : . Aventure.

    Jeu vidéo de Zoetrope Interactive, Zoetrope Interactive, Lighthouse Interactive sur PC

    Bon point'n click. Les créateurs ont très bien compris la littérature lovecraftienne dont ils s'inspirent. Ils comprennent notamment que jouer sur les zones d'ombre, les non-dit, le hors-champs, est bien plus intéressant que de nous faire de l'horreur frontale. Entre autre, le fait que le jeu soit en temps normal dénué de PNJ fait que lorsqu'un personnage apparait, immédiatement on flippe. La musique est excellente.
  • Bande-annonce

    Halo: Combat Evolved - Anniversary (2011)

    Sortie : . FPS.

    Jeu vidéo de 343 Industries et Microsoft Corporation sur Xbox One, Xbox 360 et PC

    Sur les conseils d'un ami, je me suis lancé dans la saga Halo, avec la Master Chief Collection de Steam. Bien sûr, le premier opus, malgré un magnifique travail de refonte des graphismes, accuse le poids des années : Le Master Chief est lourd à contrôler, il n'y a pas de bouton sprint ce qui rend les phases sur de vastes maps absolument atroces quand on se retrouve sans véhicules, véhicules qui d'ailleurs ont une physique abominable qui les rend presque incontrôlables, sans parler du bouclier énergétique qui met 1 ou 2 siècles à se recharger dès qu'il tombe à zéro.
    Malgré tout, j'ai bien aimé ce premier jeu. Le gun feel est très réussi, les armes sont toutes très réussies (le shotgun <3), les ennemis ont des animations très soignées mêmes si certains sont des éponges à balles. L'univers n'est pas des masses mis en avant et l'histoire, si elle a des rebondissements intéressants, est assez basique.
    En tout cas ça ne me démotive pas à découvrir la suite.
  • Bande-annonce

    Halo 2: Anniversary (2014)

    Sortie : . FPS.

    Jeu vidéo de Bungie Software, Certain Affinity, Saber Interactive sur PC, Xbox One et Xbox Series X/S

    Moins frustrant clavier-souris en main, plus épique, plus travaillé scénaristiquement, des véhicules enfin maniables.
    Halo 2 corrige le tir sur pas mal de points, même si j'ai parfois pesté contre les sacs à PV que le jeu nous balance à la gueule à partir du dernier tiers (et mon fidèle shotgun trop peu présent, snif). J'aime beaucoup comme cet opus travaille enfin les Covenants comme une vraie société organisée, à la politique établie et des jeux de pouvoirs et d'influences qui vont directement impacter le gameplay, et nous proposer une campagne selon 2 points de vue différents est assez intéressant.
    En plus les graphismes retravaillés nous offrent des cinématiques absolument dingues, parcourues d'un souffle épique vraiment prenant.
    La fin du jeu est par contre... étrange. On a l'impression que le jeu s'arrête juste avant son climax. Pas dérangeant, mais j'imagine la gueule qu'ont dû tirer les fans à l'époque et l'état de surexcitation dans laquelle ils ont été durant les 3 ans de développement de Halo 3.
  • Bande-annonce

    Halo 3 (2007)

    Sortie : . FPS.

    Jeu vidéo de Bungie Software et Microsoft Corporation sur Xbox 360, Xbox One et PC

    Sans doute le meilleur des trois premiers à mes yeux. Le souffle épique halo-esque atteint un point d'orgue, les batailles contre les Scarabs sont dantesques, la physique des véhicules est toujours aussi claquée au sol, les nouvelles armes sont très cools à utiliser.
    J'ai par contre failli ragequit le jeu définitivement. Le problème tient en 2 mots : Mission Cortana. Bordel de merde, ce que cette mission était atroce ! Un level design chaotique, des salles remplies à ras-bord de 15 fois trop d'ennemis qui en plus réapparaissent en boucle et nécessitent 3 chargeurs pour en tuer ne serait-ce qu'un seul, et les munitions pour shotgun, la seule arme vraiment efficace contre les Floods, sont beaucoup trop rares. J'ai été forcé de refaire la mission en Facile tellement je n'en pouvais plus de mourir en boucle à cause d'un boost de difficulté complètement absurde. Celui qui a conçu le niveau a complètement pété un câble, et j'espère pour lui que la suite de sa vie n'a été faite que de malheurs.
    Également, le climax est assez décevant. Encore une fois, l'absence presque totale de boss ruine un peu le côté épique de Halo.