La vie tranquille - le temps juste

Avatar Mathou- Liste de

90 livres

par Mathou-

Deleuze, Proust et les signes - Ce qui est découvert (pour la littérature) c’est le monde où l’on ne parle plus, l’univers silencieux végétal, la folie des Fleurs

Ce qu'on appelle le Bonheur est la profondeur d'une aptitude à vivre qui porte sa récompense avec elle - J. Bousquet
Voici que mon esprit n'a plus de regard ni vers l'avant ni vers l'arrière. Seul le présent est notre bonheur... Ne cherche pas à comprendre ce qui t'arrive. Être là est un devoir, et ne serait-ce que pour un instant - Goethe, Faust

Toute notre vie nous nous reposons sur les grands esprits, sur les soi-disant maîtres anciens, voilà ce qu'a dit Reger, et alors nous sommes mortellement déçus par eux, parce qu'ils ne remplissent pas leur office au moment décisif. Nous thésaurisons les maîtres anciens et nous croyons qu'ensuite, au moment décisif pour la survie, nous pouvons les utiliser à nos fins, ce qui ne signifie d'ailleurs rien d'autre qu'en abuser à nos fins, ce qui se révèle une funeste erreur (..) parce que si nombreux qu'ils soient, ceux que nous avons pris pour compagnons, ils ne remplacent pas une seule personne - T. Bernhard

La fin des fins est de ne plus rien faire du tout.

Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Note globale
  • Ordre alphabétique
  • Date de sortie
  • Notes de mes éclaireurs
  • Note de l'auteur de la liste
  • Derniers ajouts
  • La répétition (2003)

    Sortie : . Essai.

    Livre de Sören Kierkegaard

    La répétition (les réminiscences) plutôt que les nouveautés/découvertes
    - La répétition est le sérieux de l'existence - parce que le présent est si matériellement infime que le concret ne peut surgir que dans la reprise de ce qui a déjà été et demeure à venir / Ce que nous sommes vraiment (nos forces affirmatives) ne peuvent se developper que par l'épreuve de l'Éternel Retour
    ++ Qu'un livre ait déjà été lu est une raison de plus pour le relire

    « Quand on dit que la vie est répétition, on signifie : la vie qui a déjà été devient maintenant actuelle avant de demeurer à venir. Si l'on ne possède pas la catégorie de la réminiscence, alors toute la vie devient un bruit confus et insignifiant
  • Pensées (2015)

    Sortie : . Essai.

    Livre de Camar et Marc-Aurèle

    Ce qui importe ne serait pas d'avoir une vie éternelle mais infiniment subdivisible en instants présents, si infinitésimaux qu'aucun état de chose n'est irrévocablement effectué dans le temps. La ligne de l'Aiôn (par opposition au Chronos) mêle à chaque instant les jours anciens à ceux qui sont pas encore advenus, jeux des Réminiscences et des Révélations (par-delà les êtres et les choses du réel), submergeant le présent à tel point que ce subtil élément ne possède plus assez de substance pour être blessé.
    - Le paradoxe stoïcien c'est de ne vivre que dans des instants présents (la seule réalité qui dépende de nous) tout en saisissant que ceux-ci sont si infimes qu'ils ne sont pour eux seuls, des riens

    XI 27. Les Pythagoriciens prescrivaient de lever les yeux vers le Ciel de bon matin afin de se rappeler ces êtres qui accomplissent éternellement leur tâche sans dévier de leur route ni varier leur Discipline et leur Pureté, car rien ne voile les astres.
    XII 1. Si tu laisses de côté tout le passé, si tu te reposes pour l'avenir sur la providence et si te bornant au présent tu le règles sur la piété et la justice ; la piété afin de chérir ton lot car la nature te destinait à lui, la justice afin que librement tu dises la vérité et agisses selon la loi (quant aux sensations de cette pauvre chair épaissie autour de toi, ce sera l'affaire de la partie affectée)

    « Ô monde, tout ce qui s'harmonise avec toi, s'harmonise avec moi ! Pour moi, rien n'est trop tôt, rien trop tard qui soit à temps pour toi. Ô nature, quoi qu'apportent tes saisons, c'est toujours un fruit »
  • Les Confessions (398)

    Confessiones

    Sortie : 398. Essai et art de vivre & spiritualité.

    Livre de Saint Augustin

    IV.10 - Car de quelque côté que se tourne l'âme de l'homme, et quoi qu'elle recherche pour y trouver son repos, elle n'y trouve que des douleurs jusqu'à ce qu'elle se repose en vous ... parce que l'âme désirant naturellement de se reposer dans ce qu'elle aime, il est impossible qu'elle se repose dans ces choses passagères puisqu'elles n'ont point de subsistance et qu'elles st dans un flux et un mouvement perpétuel.
    XIII.9 - Nous n'avons besoin pour arriver à un si grand bien que d'une bonne volonté : et c'est elle qui nous fera jouir de cette paix divine qui surpasse toutes nos pensées. Ainsi l'huile versée dans l'eau s'élève au-dessus de l'eau ; et l'eau versée dans l'huile s'enfonce en-dessous de l'huile, parce que leur poids les porte vers le lieu qui leur est naturel. Toutes les choses qui sont tirées de leur ordre sont agitées et inquiètes & ne trouvent leur repos que lorsqu'elles rentrent dans l'ordre. Mon poids est mon Amour : et en quelque lieu que j'aille, c'est lui qui m'y porte.
  • L'Ecclésiaste : Un temps pour tout (1977)

    L'Ecclésiaste (Qôhéléth)

    Sortie : juillet 1977. Poésie.

    Livre de Anonyme

    Pour arriver à espérer en ce qui ne trompe pas il faut d'abord désespérer de ce qui trompe - (Que tout change pour que rien ne change)
  • Mémoires d'outre-tombe (1848)

    Sortie : 1848. Autobiographie & mémoires.

    Livre de François René de Chateaubriand

    1809 - 1840
  • Oblomov (1859)

    Обломов

    Sortie : 1859. Roman.

    Livre de Ivan Gontcharov

    Oblomovisme - Ils n'ont jamais entendu parler de la vie dite laborieuse, de gens dont le coeur est tourmenté par des soucis et qui s'agitent on ne sait pourquoi, parcourent la surface du globe de pays en pays. De même, les oblomoviens croient difficilement aux soucis de l'âme ; ils sont loin d'identifier la vie à une circulation incessantes vers un lieu, un but. Ils craignent la flamme des passions pire que la peste (...) Ils ne s'ennuient pas avec des livres qui font naître une multitude de questions, rongent l'esprit et le coeur, raccourcissant la vie. Ils n'ont besoin de rien : la vie coule parmi eux comme un fleuve paisible. Ils n'ont qu'à rester assis sur la rive pour contempler les événements se présenter dans l'ordre, sans qu'on les appelle ... Leur âme timorée et paresseuse n'aurait pu supporter ni les angoisses du bonheur, ni les chocs de la vie dont ils ne cherchaient par conséquent rien, ni changement, ni remords.
    OBLOMOV - Son intelligence est ensevelie et encombrée, elle s'est endormie dans l'oisiveté. Lui aussi, il avait des ailes, mais il s'en était débarrassé. -- Inaptitude à la vie Existence Inachevée.

    Stoltz - Il faut Travailler pour rendre le repose plus doux ; se reposer pour vivre le coté artistique de la vie, pour approfondir sa beauté connue des peintres et des poètes. Dans leur vie il n'y a avait pas de place pour la somnolence ou l'abattement.
  • Aurore (1881)

    Sortie : 1881. Essai.

    Livre de Friedrich Nietzsche

    146. Il faut viser plus loin que le prochain et, par-delà notre pitié et nos apitoiements sur les souffrances immédiates, promouvoir des buts plus éloignés (nobles et libres) - se sacrifier soi-même (et notre compassion envers les autres) au sentiment général de la puissance humaine / 174. Commence donc par travailler à te former toi-même pour devenir quelque chose qu'autrui voit avec plaisir, par exemple un beau jardin tranquille et fermé - La distinction personnelle, voilà la vertu antique (l'art de l'égoïsme)
    449. Quel avantage que de pouvoir parler aux hommes en Inconnu - La fête la plus haute, c'est de faire don de sa demeure et de son avoir spirituels comme le confesseur assis dans un recoin, attendant qu'un indigent vienne dire sa détresse, afin de lui remplir à nouveau les mains et le coeur. Et ainsi échapper à la reconnaissance qui trouble la Solitude et le Silence - N'avoir aucun avantage, ni une meilleure nourriture, ni un air plus pur, ni un esprit plus joyeux mais rendre, partager et s'appauvrir. Donner sans visage, comme la Nature où ce qui réconforte avant tout c'est de ne plus rencontrer l'indiscrète présence du bienfaiteur ou du donateur / 470. Vivre comme un oiseau qui vient et s'envole sans porter de nom dans son bec. Me rassasier ainsi au banquet de la foule, c'est mon bonheur

    550. Le Bonheur de ceux qui étudient accroît la Beauté du monde parce qu'ils le place dans les choses ainsi connues, et finalement rendent plus ensoleillé tout ce qui existe

    541. Durcir lentement, lentement, comme une pierre précieuse - et rester finalement là, tranquille, pour la joie de l'éternité
  • Lettres à un jeune poète (1908)

    Briefe an einen jungen Dichter

    Sortie : 1908. Correspondance et essai.

    Livre de Rainer Maria Rilke

    - Vivez quelque temps dans vos livres, apprenez-y ce qui vaut, selon vous, d’être appris ; mais surtout aimez-les. Cet amour vous sera mille et mille fois rendu.

    / Il est nécessaire, et c'est en cela que tient tout notre développement, que nous ne rencontrions rien qui ne nous appartienne déjà depuis longtemps.
  • Walden (1854)

    Sortie : août 1854. Récit.

    Livre de Henry David Thoreau

    Stanley Cavell, Sens de Walden : « Nous devons apprendre ce qu’est le consentement, ce que veut dire devoir nous trouver à l’endroit où nous sommes, à chaque présent, et admettre cette trouvaille, l’enregistrer dans le compte rendu. Être assuré de la nature, à chaque instant, apparait comme un empressement à être mis par elle en confiance. La résolution est affaire de calme et de clarification

    Où que je me sois assis, j'aurais pu vivre là car le paysage émanait de moi - ce n'était jamais du temps soustrait à ma vie, mais un ajout conséquent à ma ration ordinaire.
    / Mes jours n'étaient pas ceux de la semaine marqués au sceau de quelque divinité païenne. C'était sans doute le comble de l'oisiveté pour mes concitoyens ; mais si les oiseaux et les fleurs m'avaient jugé selon leurs propres critères, je n'aurais certes pas été pris en défaut. Le jour naturel est très calme et il ne reprochera jamais à quiconque son indolence.

    Nos inventions ne sont que des moyens améliorés pour une fin non-améliorée qu'il était déjà beaucoup trop facile d'atteindre - nous ne campons plus la nuit, nous nous sommes installés sur Terre et avons oublié le Ciel
  • Éloge de l'oisiveté (1932)

    In Praise of Idleness

    Sortie : 1932. Essai et philosophie.

    Livre de Bertrand Russell

    1930
  • Philosophie de la danse (2015)

    Sortie : . Essai.

    Livre de Paul Valéry

  • Critique de la vie quotidienne - Tome 1 (1997)

    Sortie : . Essai.

    Livre de Henri Lefèbvre

  • Les Choses (1965)

    Sortie : 1965. Roman.

    Livre de Georges Perec

  • Le droit de rêver (1993)

    Sortie : 1993. Essai.

    Livre de Gaston Bachelard

    Instantanéité de ma Projection « Le Monde est à chaque instant l'instant de mon éveil, la représentation de mon matin. Si le monde n'était pas d'abord ma rêverie, alors mon être serait immédiatement enserré dans ses représentations, toujours contemporain et esclave - Alors on est fondé à considérer l'image comme la résultante de tout le mouvement de l'esprit, à négliger tout ce qui n'est pas elle & à ne s'adonner qu'à l'activité poétique au détriment de tout autre activité / il n'y a de poésie que du concret
  • Aphorismes sur la sagesse dans la vie (1851)

    Sortie : 1851. Essai.

    Livre de Arthur Schopenhauer

    « La solitude offre à l’homme un double avantage : le premier, d’être avec soi-même, et le second de n’être pas avec les autres + Parabole des porc-épic
  • Le temps à soi (2012)

    Sortie : .

    Livre de Pline Le Jeune et Stissi Daniel

  • La Liberté, pour quoi faire ? (1947)

    Sortie : 1947. Essai.

    Livre de Georges Bernanos

    La civilisation de la matière est une maladie de l'homme déspiritualisé, une conspiration permanente vs la vie intérieure avec son activité délirante, son furieux besoin de distraction et cette abominable dissipation d'énergies spirituelles dégradées. /L'esprit du siècle est une théologie bâtarde

    - La civilisation des machines a considérablement amoindri dans l'homme le sens de la liberté. Les disciplines imposées par la technique ont peu à peu sinon ruiné, du moins considérablement affaibli les réflexes de défense de l'individu contre la collectivité.
    VS dialectique matérialiste de l'Histoire - il ne s'y trouve pas de place pour la liberté, le déterminisme y est absolu / démission de l'homme en face de sa destiné - hommes avilis, dévalués, pr lesquels la civilisation n'est pas un devoir vis-à-vis du passé, une charge envers l'avenir, mais seulement une source de jouissance et de profit ---- Il eût été tellement plus facile de ne jamais nous perdre en accordant une fois pour toutes la volonté humaine à la volonté divine. C'est que Dieu n'a pas voulu ns faire irresponsables, je veux dire incapables d'amour, car il n'y a pas de responsabilité sans liberté, et l'amour est un choix libre, ou il n'est rien.) Le culte de l'individualité, on ne se perd surtout pas ds le collectif

    Quelques-uns d'entres vous se disent certainement que la machine les libère. Elle les libère provisoirement, en quelque mesure, du temps ; elle leur fait gagner du temps. C'est tout. Gagner du temps n'est pas toujours un avantage. Lorsqu'on va vers l'échafaud, par ex, il est préférable d'y aller à pied.
  • L'Art de jouir (1751)

    Sortie : 1751. Essai.

    Livre de Julien Offray de La Mettrie

    1751

    <3 La volupté à son échelle, comme la Nature ; soit qu'elle la monte ou la descende, elle n'en saute pas un degré ; mais parvenue au sommet, elle se change en une vraie et longue extase, espèce de catalepsie d'amour qui fuit les débauches et n'enchaîne que les VOLUPTUEUX.
  • Silence (2003)

    Sortie : mars 2003.

    Livre de John Cage

  • Le Paysan de Paris (1926)

    Sortie : 1926. Roman.

    Livre de Louis Aragon

    Un sentiment comme de noblesse me pousse à préférer mon abandon à tout
  • Le Gai Savoir (1882)

    Die fröhliche Wissenschaft

    Sortie : 1882. Essai et philosophie.

    Livre de Friedrich Nietzsche

    Être Superficiels par profondeur en s'arrêtant à la Surface (un Paradis, Pour qui sait bien glisser, danser) « Juger profondes toutes choses, c'est là une qualité incommode - elle veut que l'on force constamment sa vue, et que l'on finisse par trouver plus qu'on ne désirait. 255. Tout homme des profondeurs trouve sa béatitude à égaler les poissons volants et à jouer sur les plus hautes crêtes des vagues : ce qu'il apprécie comme le meilleur au contact des choses, c'est leur épidermité
    > Congédier toute croyance, et même désir, d'un appui de la certitude au bénéfice de l'exercice de son équilibre - tenir sur des possibilités légères comme sur des cordes & danser au bord des abîmes

    « Je vis encore, je pense encore : il me faut encore vivre, car il me faut encore penser ... je dirai donc quelle sorte de pensée a été la première cette année à traverser mon coeur - quelle sorte de pensée me doit apporter la raison, le gage et la suavité de toute vie ultérieure ! Je veux apprendre de plus en plus à considérer la Nécessité dans les choses comme le Beau en soi : ainsi je serai l'un de ceux qui embellissent les choses. Amor Fati, que ceci soit désormais mon amour. A tout prendre, je veux à partir d'un moment quelconque n'être plus autre chose que pure adhésion »

    287. Mes pensées, dit le Voyageur à son ombre, doivent m'indiquer où j'en suis : non pas me révéler où je vais. J'aime l'ignorance de l'avenir et ne veux succomber à l'impatience ni à la saveur anticipée des choses promises

    286. Tout ceci n'est dit que pour des hommes qui ont en leur âme quelque Splendeur, Ardeur et Aurore
  • La Confiance en soi (1841)

    Self-Reliance

    Sortie : 1841. Essai.

    Livre de Ralph Waldo Emerson

    La plupart des gens ne voient pas le soleil, du moins en ont-ils une vue très superficielle. Celui qui aime la nature est celui dont les sensations, intérieures et extérieures, sont encore ajustées exactement les unes aux autres. Ses relations avec le ciel et la terre deviennent partie de sa nourriture quotidienne <> Construis donc ton propre monde. Sitôt que tu conformes ta vie à la pure idée que tu as dans l'esprit, celle-ci déroulera ses amples proportions. Une révolution parallèle dans les choses suivra l'influx de l'esprit. Aussitôt disparaitront les apparences désagréables, pourceaux, araignées, serpents, pestes, asiles de fous, prisons, ennemis ; ils ne sont que temporaires et on ne les verra plus. Tout comme l'été lorsqu'il vient du sud fait fondre les congères de neige et reverdir la face de la terre, ainsi l'esprit en marche créera-t-il ses ornements en chemin, entrainant avec lui la beauté qu'il visite et le chant qui le charme

    106 L'homme a honte devant le brin d'herbe ou la rose qui s'ouvre. Ces roses sous ma fenêtre ne font aucune référence à des roses antérieures ou à des roses plus belles ; elles sont pour ce qu'elles sont ; elles existent avec Dieu aujourd'hui. Pour elles le temps n'est point. Il y a simplement la rose ; elle est parfaite à chaque instant de son existence. Sa nature est satisfaite et elle satisfait la nature à chaque instant de la même manière. Mais l'homme renvoie à plus tard ou se souvient. Il ne vit pas dans le présent mais le regard tourné en arrière, regrette le passé ou, sans prêter attention aux richesses qui l'entourent, se dresse sur la pointe des pieds pour apercevoir l'avenir. Il ne pourra pas être heureux et fort tant qu'il ne vivra pas lui aussi en accord avec la nature, au présent et au-dessus du temps.
    « C'est la vie seule qui sert a quelque chose, pas le fait d'avoir vécu. Le pouvoir cesse à l'instant même du repos ; il réside dans l'Instant, lorsque le golfe est franchi. Pourquoi donc alors parler de confiance en soi ? Dans la mesure où l'âme est présente, le pouvoir sera là non pas confiant mais Agissant.
  • Le Langage des oiseaux (1177)

    Manṭiq al-ṭayr

    Sortie : 1177. Poésie, conte et vie pratique.

    Livre de Farīd al-Dīn Aṭṭār

  • Psychologie de la motivation (1947)

    Sortie : 1947.

    Livre de Paul Diel

  • Tao tö king

    道德經

    Essai et vie pratique.

    Livre de Lao-Tseu (Laozi)

  • Le Temps retrouvé (1927)

    Sortie : 1927. Roman.

    Livre de Marcel Proust

    L'être qui alors goutait en moi cette impression la goûtait en ce qu'elle avait de commun dans un jour ancien et maintenant, dans ce qu'elle avait d'extra-temporel, un être qui n'apparaissait que quand, par une de ces identités entre le présent et le passé, il pouvait se trouver dans le seul milieu où il pût vivre, jouir de l'essence des choses, c'est à dire hors du temps. Cela expliquait que mes inquiétudes au sujet de ma mort eussent cessé au moment où j'avais reconnu inconsciemment le goût de la petite madeleine puisqu'à ce moment-là l'être que j'avais était un être extra-temporel, par conséquent insoucieux des vicissitudes de l'avenir.

    / C'était peut-être bien des fragments d'existence soustraits au temps, mais cette contemplation, quoique d'éternité, était fugitive. Et pourtant je sentais que le plaisir qu'elle m'avait, à de rares intervalles, donné dans ma vie, était le seul qui fut fécond et véritable.
  • L'Infra-ordinaire (1995)

    Sortie : . Essai.

    Livre de Georges Perec

    Ce que l'on fait quand on ne fait rien
  • La vie heureuse

    De vita beata

    Philosophie et essai.

    Livre de Sénèque

    Stoïcisme « Le Sage attend l'événement. C'est à dire il comprend l'événement pur dans sa vérité éternelle (Singularité impersonnelle), indépendamment de son effectuation, comme à la fois éternellement à venir et toujours déjà passé suivant la ligne de l'Aiôn. Mais aussi, et en même temps, il veut l'incarnation de cet événement dans un état de chose et dans son propre corps (Je) : s'étant identifié à la quasi-cause, établi à la surface, le sage veut corporaliser les effets du Sens » - Que les aphorismes de la pensée (devenir-illimité des possibles) soient des états de vie.

    - L'homme Heureux ne se laisse pas offrir son bien suprême mais, par une tension constante de son être, il possède son Bonheur à chaque instant & le tient vaillamment dans sa main comme le même, toujours déjà passé et éternellement à venir
  • Voyage autour de ma chambre (1794)

    Sortie : août 1794. Roman.

    Livre de Xavier De Maistre

    + Expédition nocturne autour de ma chambre