Le programme comique court : Quand la quête d'audience transforme la créativité en une course à la série la plus naze.

Avatar GagReathle Liste de

22 séries

par GagReathle

Pour cette liste, Alfred_Tordu est mon contributeur principal, mon collaborateur dirais-je même, mon adjoint peut-être, mon fidèle écuyer, mon Robin si j'étais Batman, ma voiture si j'étais James Bond, mon fouet si j'étais Indiana Jones. Cette liste serait bien moins riche sans lui, et je tiens à signaler que c'est le travail de deux personnes et non pas uniquement le mien.

C'est triste de zapper sur la télévision française.
Encore plus triste quand on constate avec dépit que l'on fuit un programme humoristique court naze pour tomber sur un encore plus naze. Alors qu'on pensait que ce n'était pas possible.
Des fois, cette question nous monte à la tête : "Mais euh... Des gens rient en regardant ça ? C'est vrai ? C'est pas une légende ? ". Et oui, c'est vrai. Peut-être pas ceux qui vont sur SensCritique, mais quand même.

Mais comment en sommes-nous arrivé là ? A l'époque, c'était marrant non ? Ou ai-je simplement grandi ? Je ne crois pas, je rigole encore quand il y a des rediffs des vieux trucs.

Le but de cette liste est simple : faire un constat de ce qui existe, ou existait, sur quelle chaîne, et mesurer l'ampleur du désastre. Et essayer de le comprendre. On va donc remonter dans l'histoire de la télévision, et ça promet d'être riche en informations ! Je n'ai pas pour vocation de mettre toutes les séries, mais simplement d'en proposer un petit éventail.

Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Note globale
  • Ordre alphabétique
  • Date de sortie
  • Notes de mes éclaireurs
  • Note de l'auteur de la liste
  • Derniers ajouts
  • Bonne nuit les petits (1962)

    5 min. Première diffusion : . 4 saisons. Jeunesse.

    Série de Claude Laydu

    Bon, là vous arrivez sur ma liste, vous vous dites "WTF ? Que vient foutre "Bonne nuit les petits" là dedans ?".

    Donc, petit a parte pour commencer, le premier objet de cette liste est de contempler la misère de la télévision actuelle, et d'expliquer historiquement comment on en est arrivé là.
    Du coup, petit cours d'histoire, on retourne un peu dans le passé, voir quels types d'émissions comiques existaient avant qu'on en arrive au désastre.

    L'incollable Alfred_Tordu, que je remercie bien chaleureusement, m'aide à donner une dimension historique à ma liste !

    Bonne nuit les petits, c'est le premier programme court diffusé en France. Pas programme humoristique non, bien que je suis sûr que ça puisse faire rire les enfants.
    Et là, je cite mon ami Alfred :
    "Il été diffusé juste avant le JT du soir à partir de 1962 afin d'indiquer aux enfants qu'il était maintenant l'heure de se coucher. Bien que ce programme était mis en place à des fins purement informatives, il bénéficiait néanmoins d'un travail créatif, puisque l'on devait quand même embaucher des réalisateurs, des marionnettistes et écrire des scénarios différents tous les soirs devant tous se finir de la même façon."
  • Bande-annonce

    Les Shadoks (1968)

    2 min. Première diffusion : . Comédie et animation.

    Dessin animé de Jacques Rouxel avec Claude Piéplu

    Les Shadoks, c'est la première shortcom ever en France. Diffusé à partir de 1968 sur l'ORTF jusqu'en 1973, et repris en 2000 pour une ultime saison (sur Canal + et Cartoon Network, à priori). L'émission a connu un grand succès, mais a semble-t-il divisé la france en deux clans, ceux qui aimaient et ceux qui n'aimaient pas.

    "C'est historiquement très important dans l'histoire de la télévision : c'est la première série d'animation française à être diffusée chez nous et la première shortcom. Les Shadoks étaient diffusés après le Journal, sur la seule chaîne TV de l'époque, pour combler le trou avant le programme du soir. Il y avait une trame scénaristique, de l'humour, de la satyre, et des animations travaillées. Autrement dit, c'est vraiment l'ancêtre ultime de tout ce qu'on peut trouver aujourd'hui. En mieux pour la plupart. Et surtout, en TELLEMENT plus créatif.

    L'humour se veut décalé. Les Shadoks reflètent parfois un peu la société française et ses absurdités et enfin quelques références à l'actualité de l'époque sont aussi insérées comme par exemple la course à la lune. Déprogrammé en 73 après 3 saisons, la série grâce à ses multiples rediffusions est devenu au fil du temps culte notamment grâce à la voix de son narrateur Claude Piéplu."
  • Bande-annonce

    La Minute nécessaire de monsieur Cyclopède (1982)

    1 min. Première diffusion : . 1 saison. Comédie.

    Émission TV de Jean-Louis Fournier avec Pierre Desproges

    Monsieur Cyclopède, c'est 98 épisodes d'une minute, avec Pierre Desproges, diffusés sur France 3 à partir de 1982.

    Le concept est plutôt original, c'est un sketch très court au sujet d'un sujet précis, parfois tabou (le nazisme, l'antisémitisme, etc, par exemple), et tourné à l'absurde.

    C'est un genre de shortcom qui n'a visiblement pas donné suite à des successeurs conséquents.
    Je pense tout de même à "Faut-il ?", avec Maurice Barthélémy, diffusé dans une émission de Canal + au début des années 2000.
    Mais force est de constater que ce n'est pas ce qui prédomine de nos jours.
  • Les Deschiens (1993)

    2 min. Première diffusion : . Comédie.

    Série de Jérôme Deschamps et Macha Makeieff avec Atmen Kélif, François Morel, Yolande Moreau

    Toujours en citant ce bon vieux Alfred (mon majordome).

    "En 1993, Canal + intègre dans son émission phare Nulle Part Ailleurs une oeuvre comique baptisée "Les Deschiens". Cette dernière reprend un peu la construction de "Monsieur Cyclopède" : un shortcom ne comportant aucune trame narrative mais composé de 1 ou plusieurs sketchs à la suite dans lesquels les acteurs expriment l'étendue de leur univers et de leur humour décalé.

    L'ensemble est très minimaliste : décors rudimentaire, plan fixe, plan séquence.

    Ce programme connaît un fort succès et le shortcom devient ainsi l'emblème de la chaîne."
  • Service après-vente des émissions (2005)

    2 min. Première diffusion : . 4 saisons. Comédie.

    Série de Fred Testot et Omar Sy avec Omar Sy et Fred Testot

    Woops, mais que fais-je là ? Je casse ma chronicité en foutant le SAV n'importe où.
    Non, c'est juste qu'en fait je l'ai choisi très arbitrairement pour représenter les shortcoms Canal + qu'on abordait juste au dessus, avec Les Deschiens.
    Je l'ai choisi car c'est peut-être la plus populaire des shortcoms Canal +, ou en tout cas une des plus populaires. Il en existe de nombreuses compilations en DVD.

    Reprenons notre cours d'histoire par Monsieur Tordu.
    "Depuis Les Deschiens, Canal + a vu naître quantité de programmes courts basés sur le même mode opératoire, tous sont de courts sketchs le plus souvent tourné en plan-séquence, se déroulant en plateau, dans des décors naturels ou utilisant d'autres procédés tels que le détournement d'images. Ils restent à la fois très représentatifs de l'auteur de ces créations, mais également de la chaîne et de son esprit cool et décalé.

    Ces programmes sont (du plus ancien au plus récent) : Fallait pas l'inviter, Le Centre de visionnage, Messages à caractère informatif, Mr Manatane, La Minute Kad et Olivier, Faut-il ?, Kelif et Deutch, Hep Taxi, Le SAV des Emissions, La Minute Blonde, L'Anniversaire de La Bande à Fifi, Pendant ce temps, Sophie et Sophie, Catherine et Liliane, Les Tutos, la Connasse.

    Même si le genre semble en pleine essor il reste cependant limité à une chaîne de télévision et ne connaît pas un succès comparable à celui de Un gars, une fille. Qui plus est ces programmes ne se suffisent pas à eux mêmes et font partit intégrantes d'une émission mère, ce que les autres shortcom de TF1, M6 et France 2 ne sont pas. Enfin tous ces programmes sont réalisés de façon très rudimentaires, parfois au jour le jour, et avec un budget très faible. Alors que les autres programmes tels que Caméra Café ou Scènes de ménages sont produits comme de vraies séries télé et donc tourné comme tel avec des budgets parfois beaucoup plus conséquent.

    Ces shortcom made in canal + ont donc contribué à populariser l'humour rapide et instantané et percutant des programmes courts, même si on ne les considères pas encore comme tels, mais plutôt comme de simples chroniques. En tous cas, personne avant l'apparition d'un gars une fille ne s'imagine que les diffuser tous seul, sans émissions apparentés, pourrait rapporter autant d'audiences."
  • Un gars, une fille (FR) (1999)

    6 min. Première diffusion : . 5 saisons. Comédie.

    Série de Guy A. Lepage avec Philippe Candeloro, Nadège Beausson-Diagne, Alexandra Lamy

    Et c'est là du coup qu'apparaît Un Gars Une Fille.
    Diffusée sur France 2 de 1999 à 2003 (et rediffusé sur de nombreuses chaînes depuis), cette série compte 485 épisodes. Si le principe de suivre un couple n'est pas fortement original, le pari que s'est fixé la chaîne l'est. Un Gars Une Fille est produit comme une vraie série, et a un budget hautement plus conséquent que les productions précédemment citées (même si son budget reste minimaliste comparé aux productions qui suivent).

    L'audience est au rendez-vous : en moyenne, 5 millions de spectateurs chaque soir.
    Un Gars Une Fille, c'est clairement la série qui a popularisé le format shortcom, et qui a lancé progressivement la mode au fil des années.

    Pour ma part, j'adore Un gars, une fille. Peut-être car j'ai découvert ça assez jeune. Mais ou pas, encore aujourd'hui je m'amuse beaucoup en regardant la série, mais il faut noter que je me contente des Best Of. Quand ça passe à la tv, il est vrai que les épisodes sont de qualité variable.
    Mais pour moi on avait là de la créativité. Le concept est simple, fait pour plaire au tout venant, mais les situations étaient variées, les acteurs très bons (Loulou, futur oscarisé, qui l'eut cru), et surtout... ben c'était écrit. C'était abreuvé de stéréotypes et d'excentricité, mais c'était pas débile. Ou pas tout le temps. Bordel.
  • Caméra Café (2001)

    7 min. Première diffusion : . 6 saisons. Comédie.

    Série de Alain Kappauf, Yvan Le Bolloc'h et Bruno Solo avec Bruno Solo, Yvan Le Bolloc'h, Jeanne Savary

    Autre série ayant grandement participé à la popularisation du genre, Caméra Café débute en 2001 et s'arrête en 2003. 4 millions de spectateurs en moyenne, grand succès également.
    Le succès est tel qu'ils en ont même fait des films. Oh grand dieu, pourvu qu'ils ne fassent pas des films de celles d'aujourd'hui.

    Bref, Caméra Café, c'est aussi un concept très simple : le quotidien de collègue de bureau. Mais on a un concept, celui de la caméra de la machine à café. Et ça, c'est ingénieux, et il faut savoir composer pour tenir 570 épisodes comme ça.

    Pour ma part, j'étais moins fan, mais je reconnais l'intelligence du concept.
  • Samantha Oups ! (2004)

    5 min. Première diffusion : . 4 saisons. Comédie.

    Série de David "Doudi" Strajmayster avec David "Doudi" Strajmayster et Guillaume Carcaud

    Samantha Oups est une shortcom diffusée sur France 2 de septembre 2004 à juin 2007, pour un total de 314 épisodes.

    "Elle a clairement été créée pour remplacer Un gars, une fille, elle commence d'ailleurs sa diffusion pile là où se termine la précédente et a malgré tout connu un petit succès puisqu'elle est resté 3 ans à l'antenne et que de nombreux coffrets DVD sont sortis.

    On l'ajoute histoire de montrer que c'est la première fois qu'on touche vraiment le fond niveau créativité artistique."

    Pour ma part j'ai toujours fuit comme la peste cette série, je laisse Alfred s'exprimer.
    La diffusion de celle-ci diffère tout de même des autres séries de cette liste puisqu'elle a été pensée pour viser un public enfant/adolescent puisque inclu dans le programme KD2A.
  • Bande-annonce

    Kaamelott (2005)

    5 min. Première diffusion : . 6 saisons. Fantastique, comédie et action.

    Série de Alexandre Astier avec Alexandre Astier, Lionnel Astier, Franck Pitiot

    Parce que Caméra café a laissé un vide sur M6, il fallait trouver quelque chose pour la remplacer.
    Et c'est Alexandre Astier qui en a eu la responsabilité, offrant à la chaîne ce qui est à la fois pour moi le ténor du genre, et ma série française favorite.

    Kaamelott, c'est 4 saisons d'épisodes courts et 2 saisons d'épisodes longs (sauf que la s5 a été diffusée en format court sur la chaîne, ce qui était une très mauvaise idée puisque pensée pour le format long. La vraie version de la saison 5 est bien celle que l'on retrouve en DVD). Le tout s'étalant de Janvier 2005 (et non de novembre 2006 comme indiqué sur SC) à fin 2009.

    M6 enregistre de meilleurs scores que pour les séries précédentes : 5 millions de spectateurs en moyenne pour presque six pour le record de la série.

    Kaamelott, c'est LA série créative par excellence. Le shortcom habituellement, c'est des sketchs du quotidien (si l'on met de côté les shortcoms de Canal). Kaamelott, c'est le quotidien des chevaliers de la table ronde. Un concept simple, mais parfaitement maîtrisé. La théâtralisation des scènes est parfaite, l'écriture est de grande qualité (malgré des sketchs et des idées inférieures, évidemment).
    Mais surtout, ce qui fait la force de la série c'est qu'elle n'a pas été créée pour faire de l'audience, mais pour raconter quelque chose. La preuve, c'est la manière dont s'est battue Astier pour sortir sa série du format Shortcom et l'emporter dans un format 50minutes.
    Kaamelott, c'est le genre de série qu'on peut toujours rêver pour revoir un jour sur les chaînes publiques... (Ah, on me souffle qu'une suite de Kaamelott en série est en instance, wait and see...).
  • Que du bonheur ! (2008)

    3 min. Première diffusion : . 1 saison. Mini-série et comédie.

    Série de Christophe Fort et Michèle Bernier avec Isaure De Grandcourt, Rebecca Faura, Oriane Bonduel

    C'était la première tentative de TF1 sur ce format depuis sa popularisation (à vérifier), Que du bonheur a visiblement échoué puisqu'elle ne comporte que 125 épisodes et n'a été diffusée que 6 mois en 2008.

    J'ai découvert la série avec la rediffusion sur NT1 en 2012, et bon, sans que ça soit génial, les quelques épisodes que j'ai vu sont nettement mieux que les autres séries du genre produites actuellement.

    Le concept est pas franchement créatif : le quotidien d'une famille recomposée. Mais c'était pas bien méchant non plus.
  • Ben se fait des films (2008)

    Première diffusion : . 1 saison. Comédie.

    Série de Cédric Ben Abdallah, Henri Debeurme et Ben avec Cédric Ben Abdallah et Ben

    Pendant ce temps, et bien malgré tout, il y a des petites shortcoms à base de gags qui se créent, mais qui passent inaperçu.
    A l'image par exemple de Ben se fait des films, une shortcom de France 4 en 2008-2009 d'une vingtaine d'épisodes.
    Ben, c'est l'humoriste du même nom (pour les connaisseurs), et le producteur c'est Harry Tordjman... celui qui plus tard produira Bref (on en parlera).

    Entre autre, ce même producteur pour My Box Production produira aussi "Ca vous est déjà arrivé?" sur TF6. Autre programme court qui passera inaperçu.

    Tout ça pour dire qu'avant la guerre actuelle, et bien il y avait des idées.
    D'ailleurs, essayez Ben se fait des films, c'est cool: http://www.dailymotion.com/video/xdg4j0_ben-se-fait-des-films-episode-4_fun
    http://www.dailymotion.com/video/xdgim6_ben-se-fait-des-films-episode-14_fun
  • Scènes de ménages (2009)

    25 min. Première diffusion : . 6 saisons. Comédie.

    Série de Francis Duquet avec Ariane Brodier, Amel Bent, Gregoire Bonnet

    Scènes de ménages, c'est le début de la fin pour la télévision française. Mais c'est pas (vraiment) sa faute.

    M6 trouve vite son remplaçant à Kaamelott, un mois seulement après la fin de cette dernière.
    Vite vite, il nous faut une nouvelle série pour ramener des sous ! Mais qu'est-ce qu'on pourrait faire ? Trouver une idée originale ? Non surtout pas ! Qu'est-ce qui a marché ? Ah, Un gars une fille, c'était pas mal ! On va faire une version x4 de ça, et ça va cartonner vous verrez !
    (Bon en vrai c'est pas vraiment ça, c'est une repompe d'une série espagnole).

    Voilà en gros pourquoi j'ai du mal avec cette série. Je trouve que ça manque cruellement de créativité. Mais bon, ça c'est personnel, au pire on s'en fiche. Le problème c'est que j'ai vraiment du mal à trouver cette série drôle : les épisodes que j'ai vu manquaient de sincérité, ça semblait faux, trop écrit, là où un Gars une Fille faisait toujours vrai.

    Mais ça c'est mon avis perso, et à la décharge de la série, je n'ai vu que des épisodes au début de sa diffusion, et il parait que ça s'est bonifié avec le temps. Et en plus, j'ai pu tomber à chaque fois sur de mauvais épisodes.
    Scènes de ménage est clairement en peut-être la meilleure shortcom française diffusée en ce moment...

    Mais je vais cesser de donner mon avis.
    Scènes de ménage, c'est déjà 5 saisons, 2700 épisodes (omg), et ça a frappé les 7 millions de spectateurs pour le record d'audience.
    Autrement dit : le carton total.

    Et c'est ce qui a donné l'idée aux autres chaînes de vraiment miser là dessus, et sérieusement. C'est ce que j'appelais, plus haut, le début de la fin.
  • Bande-annonce

    Caméra Café : La Boîte du dessus (2010)

    3 min. Première diffusion : . 1 saison. Comédie.

    Série de Alain Kappauf, Yvan Le Bolloc'h et Bruno Solo avec Arnaud Ducret, Yannick Choirat, Tom Novembre

    Ils ont essayé d'être malins chez M6. Début 2010, on savait pas si Scènes de ménage allait marcher, mais on voulait quand même se faire du blé. Alors on fait un spin off, voilà voilà... Vive la créativité.

    Heureusement, c'est un flop total et les téléspectateurs détestent (ça devait être bien nul), 120 épisodes sur les 400 tournés seront diffusés, et la série sera arrêtée un mois plus tard.
  • Very Bad Blagues (2011)

    5 min. Première diffusion : . Comédie.

    Websérie de Palmashow avec David Marsais, Grégoire Ludig et Julien Pestel

    "Avec Very Bad Blagues, la chaîne Direct 8 entendait alors essayer de gonfler ses audiences en ayant son propre shortcom, mais aussi se démarquer des autres grandes chaînes en adoptant un humour très différent des programmes courts de M6 et compagnie. VBB c'est à la fois un humour relatant des tranches de vies dans lesquelles tout le monde se reconnait, mais c'est aussi un programme unique qui n'appartient qu'à ces créateurs du Palmashow. Ce shortcom se rapproche donc plus de ceux de Canal + où chacun d'entre eux est le reflet de l'univers propre à l'auteur qui s'en occupe."

    Pour ma part, je trouve que Very Bad Blagues est plus taillé pour l'internet que pour la télévision. En témoigne son succès qui s'est fait principalement sur le net avec plusieurs millions de vues enregistrées...

    Very Bad Blagues a été programmée de mars 2011 à fin 2012 pour un total de 190 épisodes.
    La première saison est une simple succession de gags, tandis que la deuxième saison tend à approcher un arc narratif.

    Je l'ajoute à la liste pour montrer que chaque chaîne y va à son petit programme, mais surtout car son succès d'estime mérite d'être mentionné.
  • Soda (2011)

    3 min. Première diffusion : . 1 saison. Comédie.

    Série de Franck Bellocq, David Soussan, Kev Adams avec Jérôme Anthony, Nicolas Marié, Stéphane Plaza

    On enchaîne avec Soda, première série dérivée du succès de Scènes de Ménage, mais en se focalisant sur les adolescents (Parce que c'est trop lol les ados et leur vie. Trop lol. Mdr - Là je me trouve plus drôle que cette série). Soda profite pour l'occasion du succès de l'humoriste Kev Adams.

    "Soda est né grâce à deux éléments déclencheurs, le succès de Scènes de ménages bien-sûr mais aussi et surtout des podcasteurs type Norman, Cyprien et Hugo qui commençaient à émerger sur le web. Voyant que les ados commence de plus en plus à déserter le poste, la chaîne M6 tente de les faire revenir en faisant un programme court traitant des mêmes sujets que les podcats youtube mais façon Scènes de ménage, avec cependant des décors réels et la présence de l'humoriste préféré des jeunes à savoir cet abruti de KEV ADAMS !!! Pour ma part j'ai immédiatement détesté mais beaucoup de mes amis ont aimé, du moins au début, parce qu'après ils m'ont dit que ça devenait lourd et répétitif. Preuve en est que ce genre de shortcom peut vite s'épuiser et qu'il n'est pas fait pour le long terme."

    Débutée sur M6 en 2011, transposée sur W9 en 2012, de bonnes audiences au départ (2,5 millions), mais une chute par la suite, et maintenant on reste en dessous du million après une baisse à 500k.
  • Bref. (2011)

    2 min. Première diffusion : . 1 saison. Comédie.

    Série de Bruno "Navo" Muschio et Kyan Khojandi avec Kyan Khojandi, Baptiste Lecaplain, Kheiron

    Bref, c'est une shortcom commandée par Canal + en 2011 et qui est, comme celles citées plus haut dans l'annotation qui leur est réservée, diffusée lors d'une émission (le Grand Journal).

    Mais à la différence de celles-ci, Bref a un arc narratif et raconte la vie de son protagoniste principal. La production est donc différente de celle des autres séries apparentées à la chaîne. L'histoire s'est d'ailleurs terminée dans une dernière saison d'uniquement deux épisodes. Pour un total de 82 épisodes sur un peu moins d'un an.

    "Bref" est créative dans la mesure où elle présente un concept et l'exploite jusqu'au bout : celui d'un montage nerveux et une construction identique à chaque épisode.

    Et Bref est un succès incroyable, un gigantesque buzz sur les réseaux sociaux, un phénomène sur le moment.
    Moi, j'ai vite trouvé ça répétitif, mais je comprends son succès. Et heureusement, on n'a pas usé le concept jusqu'à l'os, et c'est franchement appréciable.

    D'ailleurs, si la série est terminée, c'est car les créateurs refusaient de la poursuivre...
  • Bande-annonce

    Nos chers voisins (2012)

    10 min. Première diffusion : . 2 saisons. Comédie.

    Série de Stephan Kopecky et Gérard Pautonnier avec Anouar Toubali, Soprano, MB14

    Nos chers voisins, c'est finalement la réussite de TF1 sur le format. Enfin, la réussite en terme d'audimat, bien sûr...
    Et ce succès se doit très certainement à son horaire de diffusion : après le 20h.
    A partir de là, la série est devenu un rendez-vous, et se tape des records d'audience monstrueux. 7 millions de spectateurs en moyenne pour la saison 1 en 2012...

    On a là une déclinaison de scènes du quotidien, dans la même veine que Un Gars Une Fille, Que du Bonheur, Scène de Ménage, Soda... mais dans le contexte du voisinage.
    Là où par exemple tu vois, dans Un Gars Une Fille on parlait aussi du voisinage le temps d'un sketch, là c'est pour tous les sketchs. Je veux dire, en vrai je les croise rarement mes voisins pour ma part. Je sais pas vous.

    Bref, originalité zéro, humour débile, comédiens grotesques qui composent avec un texte médiocre. Et ça marche. Je comprends pas.
    Cela dit, j'en ai vu pas mal (bien malgré moi), et j'ai trouvé que ça s'améliorait un tout petit peu (mais vraiment un petit peu). Ou alors je suis juste tombé sur des épisodes qui sortaient du lot. Je sais pas. C'était pas fameux dans tous les cas.
  • En famille (2012)

    35 min. Première diffusion : . Comédie et mini-série.

    Série de Florence Levard et Alain Kappauf avec Yves Pignot, Marie Vincent, Jeanne Savary

    Du coup, M6 riposte tout de suite en balançant, en plus de Scènes de Ménage, une autre shortcom : En Famille.

    On va pas s'attarder, c'est vraiment de la daube. Du même niveau insipide que les autres du même genre. C'est clairement fait pour remplacer Scènes de ménage quand celle-ci est en tournage, ça ressemble et c'est moins bien.
    Les spectateurs apprécient moins mais regardent quand même : 2 millions en moyenne.
  • Silex and the City (2012)

    3 min. Première diffusion : . 2 saisons. Comédie et animation.

    Série de Jul avec Philippe Candeloro

    Et pendant ce temps, il y a Arte. A contre-courant, forcément, et original.
    La chaîne lance en 2012 deux programmes courts : La Minute Vieille et Silex & The City.

    La première présente des vieilles dames racontant des blagues un peu trash.
    La seconde est l'adaptation d'une Bande Dessinée, et chaque épisode est une satire de notre société contemporaine via une famille du paléolithique.
    Celle-ci est la meilleure audience d'animation toute chaîne confondue.
    Pour une fois, la créativité paie.
  • Parents mode d'emploi (2013)

    5 min. Première diffusion : . 6 saisons. Comédie.

    Série de Eve-Sophie Santerre, Blanche Gardin, Béatrice Fournera avec Arnaud Ducret, Alix Poisson, Vanessa David

    2013, l'année de la destruction ? Apocalypse Now ?
    Ca y est, la mode est instaurée, les chaînes s'en mettent plein les poches, TF1 et M6 en tête.
    Les autres tentent de suivre, et là attention c'est n'importe quoi. J'ai pas l'intention de tout citer.

    NT1 nous offre VDM, la série. La série dont on a toujours rêvé, non ? C'est médiocre, comme prévu. Mais honnêtement je trouve ça mieux que Nos Chers Voisins et cie, car c'est débile certes mais ça se prend pas au sérieux, y'a un second degré qu'il n'y a pas dans les autres. Mais bon c'est pas drôle non plus.

    Pendant ce temps, France 2 tente "Y'a pas d'âge!", une série produite par Dany Boon. Echec total, c'est arrêté deux mois plus tard et immédiatement remplacé par Parents mode d'emploi.
    Une shortcom gentillette, sur la vie parentale, c'est du genre un peu mignon, pas de l'humour vulgaire et débile comme sur TF1, mais ça reste d'un niveau très bas et surtout très convenu. Ca ne fait pas rire, et comme on a l'impression d'avoir ça sur toutes les chaînes, et bien ça ne sert à rien.
    Niveau audience, la série s'en tire pas trop mal avec 2,5 millions de spectateurs en moyenne. C'est donc pas près de disparaître.
  • Pep's (2013)

    5 min. Première diffusion : . 1 saison. Comédie.

    Série de Céline Guyot et Martin Guyot avec Nadège Beausson-Diagne, Jean-Baptiste Martin, Charlotte des Georges

    Et pendant ce temps, TF1 se fout de notre gueule. Diffusé après Nos chers voisins, ou à la place de Nos chers voisins (c'est selon), ils trouvent le moyen de nous proposer pire.
    PIRE.
    Je pensais tellement pas ça possible.
    Quand j'ai vu Pep's pour la première fois, mon cerveau a fondu. Stéréotypes + clichés + humour gras + débile + mauvaise écriture + mauvais jeu, n'en jetez plus, au secours...

    Bref, une shortcom lambda dans l'univers scolaire. Ca a débuté en 2013, mais nuls doutes que ça va se poursuivre...
  • Bande-annonce

    Hero Corp (2008)

    20 min. Première diffusion : . 4 saisons. Comédie.

    Série de Xavier Matthieu et Simon Astier avec Sébastien Lalanne, Simon Astier, Alban Lenoir

    Mais tout n'est pas noir dans ce monde de brute.
    Hero Corp c'est une série un peu particulière, elle a débutée en 2008 sur Comédie!, sauf qu'évidemment ça ne fonctionnait pas vraiment.
    Après deux saisons, son destin était incertain.

    Finalement, fin 2013, France 4 relance la série pour une troisième saison en format shortcom ! Alors qu'auparavant chaque épisode durait 20 minutes.
    Cependant, pour la saison 4, la série passera au format 13 minutes.

    Je profite de cette incursion dans le monde des Astier pour terminer ma liste en citant un article publié sur le site d'Arte, qui m'a vraiment intéressé et m'a aidé pour la liste.
    http://www.arte.tv/sites/fr/dimension-series/2013/10/27/shortcom-de-leldorado-au-mirage-kaamelott-un-gars-une-fille/

    " [La shortcom] est un milieu et une profession qui est en train de se façonner. Et la concurrence est rude. Il y a les gros – Calt (Kaamelott), Kabo (Scènes de Ménages) – qui ont accès aux chaînes historiques et il y a les petits – My Box Prod, parmi d’autres – qui essaient de se faire une place au soleil. Concernant ces derniers, leur avantage, c’est que pour la plupart, ce sont des jeunes qui partagent une culture moderne de la fiction télé ; l’inconvénient, c’est qu’ils sont pour la plupart encore restreints à des fictions courtes dont l’audace semble, malheureusement, de plus en plus tronquée par les chaînes.

    En quelque sorte, Bref était une anomalie dans le système : aujourd’hui, entre M6, TF1 et France 2 qui vient de s’y remettre, c’est le programme court familial sans aucune ambition qui prime. Vu qu’on foutait la paix à ce format à l’époque – Alexandre Astier l’a souvent répété en interview d’ailleurs -, l’expérimentation pouvait avoir lieu. Aujourd’hui, suite à leurs succès, ces programmes courts sont devenus le centre des attentions et des stratégies. Certes, à la manière de Plus Belle La Vie, ils permettent aux auteurs de se former – du fait des gros volumes horaires à produire, il faut nécessairement de nombreux scénaristes qui sont, sans cesse, renouvelés. Mais le renouvellement créatif que l’on espérait ne semble pas pouvoir véritablement aboutir en l’état."

    Voilà qui résume, en somme, le titre de cette liste.
    J'espère que la lecture a été intéressante.