Lectures IV.

Avatar Ergastules Liste de

95 livres

par Ergastules

Cette année, on nique tous les scores.

(juillet 2017 / juillet 2018)

Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Note globale
  • Ordre alphabétique
  • Date de sortie
  • Notes de mes éclaireurs
  • Note de l'auteur de la liste
  • Derniers ajouts
  • Vernon Subutex, tome 1 (2015)

    Sortie : . Roman.

    Livre de Virginie Despentes

    peut-être un peu trop de voyeurisme, mais ça fait partie du projet
  • Catching the Big Fish (2006)

    Sortie : . Essai.

    Livre de David Lynch

    ahahah papy est bel et bien chtarbé

    "Inside every human being is an ocean of pure, vibrant consciousness. When you “transcend” in Transcendental Meditation, you dive down into that ocean of pure consciousness. You splash into it. And it’s bliss. You can vibrate with this bliss. Experiencing pure consciousness enlivens it, expands it. It starts to unfold and grow. If you have a golf-ball-sized consciousness, when you read a book, you’ll have a golf-ball-sized understanding; when you look out a window, a golf-ball-sized awareness; when you wake up in the morning, a golf-ball-sized wakefulness; and as you go about your day, a golf-ball-sized inner happiness. But if you can expand that consciousness, make it grow, then when you read that book, you’ll have more understanding; when you look out, more awareness; when you wake up, more wakefulness; and as you go about your day, more inner happiness. You can catch ideas at a deeper level. And creativity really flows. It makes life more like a fantastic game."
  • Atala - René (1802)

    Sortie : 1802. Récit.

    Livre de François René de Chateaubriand

    (seulement Atala)

    je m'en souviens plus
  • Les Rêveries du promeneur solitaire (1778)

    Sortie : 1778. Autobiographie & mémoires.

    Livre de Jean-Jacques Rousseau

    comment c'était relou
  • Entretiens avec le professeur Y (1955)

    Sortie : 1955. Essai et nouvelle.

    Livre de Louis-Ferdinand Céline

    y'a quand même une dislocation progressive de la langue de céline, la syntaxe est de plus en plus elliptique, et puis tous ces points d'exclamation - ça devient pénible dès les cinquante premières pages. en plus monsieur avait plus de potes, il avait fait de la taule, donc il est encore plus aigri qu'avant

    donc bon, nord, rigodon, je sais pas si j'irai voir de ce côté-là un jour. de toute façon céline c'est le mec que tout le monde fait semblant d'avoir lu

    "Le temps passionné de la jeunesse passe à bander et à se gargariser d'«idéaas» !… de philosophies, pour mieux dire ! ils perdent leur temps, c’est le principal !… aussi, voyez tous les farceurs pas arrêter de faire joujou avec la jeunesse… de lui lancer plein de bouts de bois creux, philosophiques… si elle s'époumone, la jeunesse !… et si elle biche !… qu'elle est reconnaissante !… ils savent ce qu'il lui faut, les maquereaux ! des idéâs !… et encore plus d'idéâs ! des synthèses ! et des mutations cérébrales !… au porto ! au porto, toujours ! logistique ! formidààààble !… plus que c’est creux, plus la jeunesse avale tout !"
  • Claude Gueux (1834)

    Sortie : 1834. Recueil de nouvelles.

    Livre de Victor Hugo

    "La tête de l'homme du peuple, voilà la question. Cette tête est pleine de germes utiles. Employez pour la faire mûrir et venir à bien ce qu'il y a de plus lumineux et de mieux tempéré dans la vertu.

    Tel a assassiné sur les grandes routes qui, mieux dirigé, eût été le plus excellent serviteur de la cité.

    Cette tête de l'homme du peuple, cultivez-la, défrichez-la, arrosez-la, fécondez-la, éclairez-la, moralisez-la, utilisez-la ; vous n'aurez pas besoin de la couper."


    signé victor hugo, et pourtant moins de 450 pages; à lire d'urgence donc. ce type aurait quand même du freiner ses ardeurs scripturales par endroits (je pense aux misérables, et même aux contemplations)
  • Mea Culpa (1936)

    Sortie : 1936. Essai.

    Livre de Louis-Ferdinand Céline

    ça a de la gueule quand même

    1. "Chez nous, il pourrait se divertir, Prolovitch ! Y'a encore des petits loisirs, des drôles de fredaines clandestines, du plaisir enfin ! Même l'exploité 600 pour 100, il a gardé ses distractions ! Comme il aime jaillir du boulot dans un smoking tout neuf (location), jouer les millionnaires whisky ! Se régaler de cinéma ! Il est bourgeois jusqu'aux fibres ! Il a le goût des fausses valeurs. Il est singe. Il est corrompu... Il est fainéant d'âme... Il n'aime que ce qui coûte cher ! ou à défaut, ce qui lui semble tel ! Il vénère la force. Il méprise le faible. Il est crâneur, il est vain ! Il soutient toujours le " faisan ". Visuel avant tout, faut que ça se voye ! Il va au néon comme la mouche. Il y peut rien. Il est clinquant. Il s'arrête tout juste à côté de ce qui pourrait le rendre heureux, l'adoucir. Il souffre, se mutile, saigne, crève et n'apprend rien. Le sens organique lui manque. Il s'en détourne, il le redoute, il rend la vie de
    plus en plus âpre. Il se précipite vers la mort à grands coups de matière, jamais assez..."

    2. "La supériorité pratique des grandes religions chrétiennes, c' est qu' elles doraient pas la pilule. Elles essayaient pas d'étourdir, elles cherchaient pas l'électeur, elles sentaient pas le besoin de plaire, elles tortillaient pas du panier. Elles saisissaient l'Homme au berceau et lui cassaient le morceau d'autor. Elles le rencardaient sans ambages : " Toi petit putricule informe, tu seras jamais qu'une ordure... De naissance tu n'es que merde... Est-ce que tu m'entends ?... C'est l'évidence même, c'est le principe de tout ! Cependant, peut-être... peut-être... en y regardant de tout près... que t'as encore une petite chance de te faire un peu pardonner d'être comme ça tellement immonde, excrémentiel, incroyable... C'est de faire bonne mine à toutes les peines, épreuves, misères et tortures de ta brève ou longue existence. Dans la parfaite humilité... La vie, vache, n'est qu'une âpre épreuve ! T'essouffle pas ! Cherche pas midi à quatorze heures ! Sauve ton âme, c'est déjà joli ! Peut-être qu'à la fin du calvaire, si t'es extrêmement régulier, un héros, 'de fermer ta gueule', tu claboteras dans les principes..."
  • Polyeucte (1641)

    Sortie : 1641. Théâtre.

    Livre de Pierre Corneille

    pffff ce blockbuster hollywoodien de 1641
  • Cinna (1643)

    Sortie : 1643. Théâtre.

    Livre de Pierre Corneille

    de très loin la meilleure tragédie classique parmi l'ensemble restreint des ~=15 que j'ai lues
  • Britannicus (1669)

    Sortie : 1669. Théâtre.

    Livre de Jean Racine

    j'arrive plus à retrouver le sentiment d'extase que j'avais ressenti en lisant phèdre...
  • Mémoires d'une jeune fille rangée (1958)

    Sortie : 1958. Autobiographie & mémoires.

    Livre de Simone de Beauvoir

    500 pages de blabla pour que Sartre arrive à la page 470, NUL
  • La Ferme des animaux (1945)

    Animal Farm

    Sortie : 1945. Roman.

    Livre de George Orwell

    en VO

    tout le monde l'a lu, j'ai voulu rentrer dans le rang
  • L'Étrange Cas du Dr Jekyll et de Mr Hyde (1886)

    Strange Case of Dr Jekyll and Mr Hyde

    Sortie : 1886. Roman.

    Livre de Robert Louis Stevenson

    en VO

    merci serge
  • Le Spleen de Paris (1869)

    Sortie : 1869. Poésie.

    Livre de Charles Baudelaire

    la surestimation de ce bouquin c'est quand même quelque chose
  • La Fanfarlo (1847)

    Sortie : 1847. Recueil de nouvelles.

    Livre de Charles Baudelaire

    meh
  • Le Tartuffe (1664)

    Sortie : 1664. Théâtre.

    Livre de Molière

    très rigolo malgré les siècles de différence
  • La Mare au diable (1846)

    Sortie : 1846. Roman.

    Livre de George Sand

    les petits paysans crotteux toussa
  • Le Bourgeois gentilhomme (1670)

    Sortie : 1670. Théâtre.

    Livre de Molière

    être roturier au 17ème ça avait quand même l'air d'être sacrément la loose
  • Les 120 journées de Sodome (1785)

    Sortie : 1785. Roman.

    Livre de Donatien Alphonse François de Sade

    c'est vraiment de la merde (au sens propre comme au sens figuré)

    j'ai arrêté aux deux cinquièmes - au bout de deux cents pages de "con", "vit", "décharger" et pipi/caca on a suffisamment compris
  • L'enlèvement de la redoute (1829)

    Sortie : septembre 1829. Nouvelle.

    Livre de Prosper Mérimée

    le commentaire critique est mieux que la nouvelle v1
  • Tamango (1829)

    Sortie : 1829. Nouvelle.

    Livre de Prosper Mérimée

    le commentaire critique est mieux que la nouvelle v2
  • Mateo Falcone (1829)

    Sortie : . Recueil de nouvelles.

    Livre de Prosper Mérimée

    le commentaire critique est mieux que la nouvelle v3
  • Horace (1640)

    Sortie : 1640. Théâtre.

    Livre de Pierre Corneille

    c'est trop viril, trop de muscles, trop "d'honneur", trop de fois le mot "père": je crois que je préfère racine
  • Art Poétique (1674)

    Sortie : 1674. Poésie.

    Livre de Nicolas Boileau-Despréaux

    niquer la concurrence en 1674
  • Discours de Suède (1958)

    Sortie : 1958. Culture & société.

    Livre de Albert Camus

    celui-là c'est juste pour augmenter le nombre de livres dans cette liste
  • Le Mémorial (1654)

    Sortie : 1654. Poésie.

    Livre de Blaise Pascal

    celui-là aussi du coup
  • Tortues à l'infini (2017)

    Sortie : octobre 2017. Jeunesse et roman.

    Livre de John Green

    1. "J'ai repensé à sa question, quand il m'a demandé si j'étais déjà tombée amoureuse. Quelle drôle d'expression : tomber amoureuse, comme si "amoureuse" était une mer dans laquelle on se noyait ou une ville qui vous absorbait. On ne "tombe" dans aucun autre sentiment - on ne tombe pas ami ou colérique ou d'espoir. La seule chose possible est : tomber amoureux." mais comment c'est trop vrai haaaaan, quelle plume incroyable <33

    2. "You're everything ! Tu est à la fois le feu et l'eau qui l'éteint. La narratrice, le personnage et l'acolyte. Tu est la conteuse et l'histoire racontée. Tu est le quelque chose de quelqu'un mais aussi ton toi." ouloulou ça joue dans la métatextualité; tellement profond, tellement implicite
  • Méditations poétiques et nouvelles méditations poétiques (1820)

    Sortie : 1820. Poésie.

    Livre de Alphonse De Lamartine

    "C'est à lui que nous devons tous les embêtements bleuâtres du lyrisme poitrinaire. (...) C'est un esprit eunuque, la couille lui manque, il n'a jamais pissé que de l'eau claire." Flaubert à Louise Collet, 1853.

    j'avoue
  • Iphigénie (1674)

    Sortie : 1674. Théâtre.

    Livre de Jean Racine

    top 5 de racine izi
  • De la brièveté de la vie

    De Brevitate vitæ

    Essai.

    Livre de Sénèque

    franchement je sais pas ce qu'ils ont les auteurs de l'antiquité, ils sont quand même VACHEMENT condescendants