Les films qu'on aimerait aimer mais finalement quelque chose cloche

Avatar Maurice  Ronet Liste de

2 films

par Maurice Ronet
Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Date de sortie
  • Derniers ajouts
  • Note de l'auteur de la liste
  • Notes de mes éclaireurs
  • Note globale
  • Ordre alphabétique
  • Popularité
Croissant
  • Croissant
  • Décroissant
  • 1
    Bande-annonce

    Alien : La Résurrection (1997)

    Alien: Resurrection

    1 h 49 min. Sortie : . Science-fiction et Épouvante-horreur.

    Film de Jean-Pierre Jeunet avec Sigourney Weaver, Winona Ryder, Dominique Pinon

    Il est évident qu'après le ratage quasi-complet du 2 et du 3, Alien : La résurrection offre enfin quelque chose de singulier et qui développe le film genèse de Scott.
    Voilà, voilà on a envie de l'aimer ce film (Aliens en cage, séquence sous-marine, maternité et filiation, génétique…)
    Hélas, hélas, hélas il se trouve qu'en 1979 on travaillait beaucoup plus qu'en 1997.
    Dès l'intro, Pitof massacre toute la partie FX du film (vaisseaux, explosion, planète…)
    Heureusement la figure inquiétante de l'Alien subsiste même si la Fox "oublie" de créditer Giger au générique.
    Toutefois les Aliens sont surexposés, trop visibles. Peut-être a t-on échappé à une scène entre Ripley et un Alien jouant au basket.
    Ensuite nous devons faire face à un réel problème de mise en scène et de direction qui consiste à faire jouer à des Rolls Royce du cinéma (Sigourney Weaver et dans une moindre mesure Winona Ryder) des scènes de merde totale.
    Ajoutons un gros miscast : Dan Hedaya en tant que général hispanique qui ruine le sérieux du film qui dérive très vite vers Qui Veut La Peau de Roger Rabbit.
    Au final, on se retrouve avec un film hyper bancal, ancré 90' (daté donc) et qu'on aurait envie de refaire nous mêmes si nous n'étions pas aussi feignants.

    Big Up au facelift du Bébé Alien : un grand n'importe quoi visuel qui laisse pantois. Une scène inédite même en master cut montre Ripley en train de lui donner le sein. Dans un autre plan, Ripley change sa couche Pampers extra large.

    Enfin, si vous parvenez au bout du film vous verrez un dernier plan sur Paris Outragé avec une Tour Eiffel en ruine ce qui n'aurait pas plu au général De Gaulle.
    Peut-être un matepainting réalisé par un étudiant cambodgien ?
  • 2
    Bande-annonce

    Quand vient la nuit (2014)

    The Drop

    1 h 47 min. Sortie : . Drame et thriller.

    Film de Michael R. Roskam avec Tom Hardy, Noomi Rapace, James Gandolfini

    Fausse bonne idée.
    Personne ne croit une seule seconde que Tom Hardy est aussi con, benêt, veule.
    Encore un miscast malgré l'envie, le désir de faire bien (de faire années 70 donc).
    Entre-nous cette Amérique n'existe absolument plus, prenez un billet d'avion pour vous en rendre compte.
    Evidemment c'est bien écrit ! Vu que c'est Dennis Lehane qui s'occupe du screenplay, c'est heureux qu'il arrive à adapter sa propre nouvelle !
    Rien à dire sur la réalisation mais il est dommage de traîner deux heures et de dépenser des millions pour une issue finale pressentie.