Les grands airs et morceaux d'opéras....

L'opéra, c'est l'avènement de la musique moderne. C'est la première musique narrative, dramaturgie qui habille personnages et idées. Sa structure se retrouve dans certains albums rock ou pop, avec des ouvertures, des leitmotiv. La puissance dramaturgique de l'opéra lui permets de dépasser simplement ...

Afficher plus

Liste de

16 morceaux

créee il y a plus de 8 ans

 · 

modifiée il y a plus de 4 ans

Tannhäuser: Overture
9.2

Tannhäuser: Overture

09 min.

Musique de Richard Wagner

Annotation :

Une ouverture somptueuse et grandiose : l'expression la plus pure du style wagnérien.

L'oeuvre, tirée de deux légendes allemandes met surtout en avant les thèmes de l'amour et de la rédemption amoureuse. Un thème on ne peut plus exalté. En résultent deux notions ; le romantisme d'une part, très présent dès l'ouverture et la grandiloquence d'une époquée nationale, celle de la nation allemande.

A l'instar de toute ouverture d'opéra, celle-ci résume en fait tout l'opéra en se fondant sur quatre grands thèmes : le chant des pélerins que l'on entendra plus tard, puis le leitmotiv musical du Venusberg puis une exposition très romantique du chant de Tanhausser, personnage central de l'oeuvre, suivi par l'air menaçant des chevaliers qui le poursuivent dans un mouvement de plus en plus épique et exalté.

Tout commence calmement, cuivres et bois feutrés, puis le souffle épique et romantique s'immisce doucement. A la douceur d'adjoint à présent le lyrisme des cordes à la fois tragiques et grandioses. Les cuivre s'en donnent à coeur joie par la suite, on se croirait dans une ouverture de film. L'Opéra de Wagner, c'est toute la musique de film actuelle, c'est une puissance dramatique et illustrative inégalable, entre mélodrame et puissance épique. Mais, avec une profondeur et une variation des thèmes incroyables. Wagner laisse la musique infuser pendant 15 minutes, petite symphonie à elle seule que cette ouverture.

Les grands thèmes de l'opéra sont posés : grandeur, tristesse, sentiments éperdus à l'extrême. Tout peut commencer.

Samson et Dalila, Act I: Introduction

Samson et Dalila, Act I: Introduction (2001)

Samson et Dalila, Act I: Introduction

02 min. Sortie : 2001 (France).

Musique de Camille Saint‐Saëns

Tom_Ab a mis 9/10.

Annotation :

Quatre notes bois et cuivres semblent annoncer la levée du jour. Une note grave de contrebasse vient réveiller le peuple Hébreux encore endormi et éploré. Les cordes arrivent, dans des arpèges graves et sombres, crescendo, rejointes bientôt par l'orchestre, les cuivres en contrepoint pour appuyer toute la tragédie de l'action à venir. La contrebasse ponctue aussi de sa gravité la mélodie. Puis, le même mouvement, la même mélodie sont reprise par le choeur, un choeur religieux, mystique : "Dieu".

Tel est le premier mot de cet Opéra au thème biblique. Saint-Saens signe peut-être la plus belle ouverture d'Opéra français selon moi, mêlant le romantisme aux codes de la musique sacrée, annonçant d'emblée la tragédie biblique et antiquisante qui va se jouer ici.

L'opéra illustre aussi la victoire de l'opéra italien sur l'opéra français qui privilégiait le ballet et la danse. Ici, l'expressivité est mise en avant, romantique et puissante par le bel canto.

Le nozze di Figaro (The Marriage of Figaro), opera, K. 492: Act 4. Finale. Contessa, perdono... Ah, tutti contenti
7.2

Le nozze di Figaro (The Marriage of Figaro), opera, K. 492: Act 4. Finale. Contessa, perdono... Ah, tutti contenti

Le nozze di Figaro (The Marriage of Figaro), opera, K. 492: Act 4. Finale. Contessa, perdono... Ah, tutti contenti

03 min. Sortie : 0001 (France).

Musique de Wolfgang Amadeus Mozart

Annotation :

La plus pure des délicatesses, un bijou à la fin du chef-d'oeuvre de Mozart. Le conte, confondu par sa femme, pour ses infidélités, finalement, cherche le pardon. Le voici déclamant, dans un air grave et magnifique, son amour.

La musique de Mozart est la douceur incarnée. Le comte commence : Contessa, sans instrument, a capella, puis les cordes adoucissent le tout magnifiquement. La comtesse répond sur le même air, avant, que les deux se mettent à chanter à l'unisson, suivi également à présent par les bois. Et le choeur les rejoins. L'Opéra peut finir, sur une touche apaisée, réconciliatrice.

J'ai été inspiré par le film Amadeus qui met ce passage de l'opéra en avant.

Il dissoluto punito, ossia il Don Giovanni, K. 527: Act I, Scene IX. No. 7 Duettino "Là ci darem la mano" (Don Giovanni, Zerlina
9.2

Il dissoluto punito, ossia il Don Giovanni, K. 527: Act I, Scene IX. No. 7 Duettino "Là ci darem la mano" (Don Giovanni, Zerlina

02 min.

Musique de Wolfgang Amadeus Mozart

Annotation :

Orchestre à l'unission, immédiatement, fortissimo. Don Giovanni n'est pas seulement le plus sombre des opéras de Mozart, c'est aussi l'annonce de la musique romantique. L'ouverture est à pleurer, un thème joué par quelques violons, doux et tourmenté à la fois. Le thème se développe crescendo.

Le thème est en réalité celui du commandeur, le fantome d'un homme que Don Giovanni a tué pour pas qu'il ne révèle sa liaison avec sa fille. Cet acte de mort, qui survient quelques minutes après l'ouverture en répète le thème et va planer sur toute la pièce durant trois heures. A la fin de l'opéra, le commandeur, ce vieillard réapparait pour emporter avec lui ce jouisseur égoiste de Don Giovanni dans un air macabre, noir et absolument splendide.

On peut donc dire que par cette ouverture le destin funeste du personnage est scellé. Quel opéra !

Tristan und Isolde Prelude
9.3

Tristan und Isolde Prelude

Tristan und Isolde Prelude

11 min. Sortie : 0001 (France).

Musique de Richard Wagner

Annotation :

L'ouverture du chef-d'oeuvre absolu de Richard Wagner. L'oeuvre romantique par excellence, empreinte de magie, de mystère, de douceur, de tristesse avec un orchestre grandiose.

Il règne, d'une manière générale, chez Wagner, une ambiance. Comme j'ai déjà pu le dire dans des critiques, Wagner est cinématographique. Sa musique est expressive, illustrative et place des atmosphères uniques.

L'ouverture de Tristan et Iseult est nimbée de mystère, tout comme l'histoire, voire le mythe, médiéval qu'elle illustre. Elle est aussi profondément romantique. Derrière la douceur de quelques flutes et quelques cordes, on retrouve l'orchestre à l'unisson qui développe un thème somptueux. Ce thème est développé à l'infini, Wagner prenant son temps, pour susciter l'émotion par le leitmotiv. L'histoire d'amour est déjà annoncée par les quelques notes, tantôt douce, tantôt dramatique, par une alternance entre les cordes et les bois.

Le génie de Wagner c'est de condenser son opéra dans une ouverture de génie. Ce principe va être copié par la suite dans toute la musique de cinéma. Si on analyse, l'ouverture permet de déployer les thèmes d'Iseult et de Tristan, mais surtout l'histoire : l'aveu, l'acceptation, le poison; autant de moments clés de l'intrigue déjà dit dans l'introduction. Le fil narratif de l'opéra chez Wagner c'est la musique. Extraordinaire.

« Mais aujourd'hui encore, je cherche en vain une œuvre qui ait la même dangereuse fascination, la même effrayante et suave infinitude que Tristan et Isolde. Le monde est pauvre pour celui qui n'a jamais été assez malade pour goûter cette “volupté de l'enfer”. » Nietzsche

Tristan und Isolde: 3. Aufzug: Liebestod
9

Tristan und Isolde: 3. Aufzug: Liebestod (1994)

Tristan und Isolde: Isoldes Liebstod

07 min. Sortie : 11 octobre 1994 (France).

Musique de Richard Wagner

Tom_Ab a mis 10/10.

Annotation :

Ce chant d'amour c'est celui des passions exaltées, passion tourmentée, passion destructrice mais sompteuse que développe Richard Wagner ici. Le chant d'Iseult est fabuleux, d'une passion sans fin, débordante de puissance. L'amour chez Wagner n'a rien de la douceur, il est tourmenté, exagéré, excessif, morbide, étouffant. Régulièrement, les cordes qui accompagnent le chant accélèrent dans une sorte de rythme cardiaque qui s'emballe et précipite les deux amoureux vers la mort.

La Flûte enchantée : Der Hölle Rache (Air de la Reine de la nuit)
8.8

La Flûte enchantée : Der Hölle Rache (Air de la Reine de la nuit) (2007)

La Flûte enchantée : Der Hölle Rache (Air de la Reine de la nuit)

02 min. Sortie : 26 novembre 2007 (France).

Musique de Wolfgang Amadeus Mozart

Annotation :

Probablement un des arias les plus virtuoses jamais écrit. La plupart des sopranos n'arriveraient même pas à atteindre les notes hallucinantes que Mozart fait ici chanter. Le chant est celui de la Reine de la Nuit, un personnage fantastique, irréel, inhumain et son chant est le reflet de ce fantastique. Irréel, aérien, dément, le morceau est autant un exercice de style qu'un moment d'une grande puissance lyrique. Il est le point culminant - dans tous les sens du terme - de cet opéra fantasque composé par Mozart l'année de sa mort.

Télaïre: Tristes apprêts, pâles flambeaux I, 3
6.8

Télaïre: Tristes apprêts, pâles flambeaux I, 3

05 min.

Musique de Jean‐Philippe Rameau

Annotation :

Une version épurée mais très belle de l'opéra de Rameau, Castor et Pollux

Parsifal: 1. Aufzug: Vorspiel

Parsifal: 1. Aufzug: Vorspiel

14 min.

Musique de Richard Wagner

Annotation :

Nietzsche détestait Wagner pour ses idées exaltées, religieuses et nationalistes, pourtant pour cet opéra il fut bien obligé d'admettre : "Wagner a-t-il déjà écrit quelque chose de plus beau ?" Et le prélude dit tout de cette beauté, dans une finesse absolue. Le prélude se divise en trois phases : une phase introductive, douce et mystique, une phase exaltée où les cuivres perçent et une phase troublée où tout s'assombrit, dans une reprise des thèmes de l'opéra dans un mode mineur. L'expressivité de Wagner prend tout son sens ici. On pourrait s'imaginer un film, une histoire par dessus cette musique, même sans dialogue on comprendrait et cette capacité qu'à Wagner de faire une oeuvre dans l'oeuvre, prodigieux. Ce sera son dernier opéra et probablement ce qu'il a fait de plus beau pour la musique.

King Arthur, Z. 628: Act III. "What Power art thou"

King Arthur, Z. 628: Act III. "What Power art thou" (2004)

King Arthur, Z. 628: Act III. "What Power art thou"

02 min. Sortie : 10 septembre 2004 (France).

Musique de Henry Purcell

Annotation :

Morceau terrible, grave, sombre, magnifique, extrait de l'opéra du compositeur anglais Henry Purcell (vivant sous le règne d'Elizabeth 1 et des Tudor) : Le roi Arthur.

Voi che sapete
9.2

Voi che sapete

03 min.

Musique de Nana Mouskouri

Annotation :

Un célèbre air des Noces de Figaro de Mozart où Chérubin, ce garçon androgyne, interprété par une femme (mais à l'époque par un castra ou un garçon) s'interroge sur l'amour...

Probablement un des aria les plus célèbres de l'histoire et dans la langue italienne.

Purcell: Dido & Aeneas - When I am Laid

Purcell: Dido & Aeneas - When I am Laid

Purcell: Dido & Aeneas - When I am Laid

04 min. Sortie : 0001 (France).

Musique de Natalie Choquette

Annotation :

La plus belle complainte d'opéra... A servi à illustrer la mort de Molière dans le film d'Ariane Mnouchkine.

Carmen: Prélude

Carmen: Prélude

Carmen, Prelude

03 min. Sortie : 0001 (France).

Musique de Georges Bizet

Annotation :

Le plus enjoué d'abord puis un final dramatique, un condensé magistral et célébrissime de tout l'Opéra. Admiré par Wagner et Nietzsche, excusez du peu !

Roméo et Juliette, ouverture fantaisie

Roméo et Juliette, ouverture fantaisie

18 min.

Musique de Pyotr Ilyich Tchaikovsky

Annotation :

Une ouverture entendue partout, au Césars ou au Oscars, je ne sais plus.

Rienzi: Overture

Rienzi: Overture (2005)

Rienzi - Overture

13 min. Sortie : 2005 (France).

Musique de Richard Wagner

Tom_Ab a mis 9/10.

Annotation :

La dernière oeuvre de jeunesse, que Wagner a renié, qu'Hitler a emporté dans sa tombe, puisque la partition originale qui lui avait été offerte pour ses 50 ans a disparu dans le bombardement de Berlin... Comment un tel destin funeste a pu faire sombrer dans l'oubli une oeuvre aussi fabuleuse : dans l'ouverture de l'opéra, toute la grandeur à venir de Wagner est déjà là, servie par un thème, non pas "bourrin", tout au contraire, juste magnifique, plein de sentiment, d'héroisme et de vertu et d'une profonde mélancolie.

Götterdämmerung: Siegfried's Death and Funeral Music

Götterdämmerung: Siegfried's Death and Funeral Music

Götterdämmerung: Siegfried's Death & Funeral March

09 min. Sortie : 0001 (France).

Musique de Richard Wagner

Annotation :

Toute la séquence finale de l'acte III du dernier (Le Crépuscule des Dieux) des 4 opéras de la fameuse tétralogie de l'anneau de Nibelung est absolument grandiose au terme de plus de 15h de musiques ! 15 h !. 4 opéras, 15 h de musique, 8000 vers, 80 thèmes musicaux... On a pas fait mieux. D'abord un thème funèbre, puissant et violent, adouci par une amertume somptueuse et une douceur infinie car oui Wagner sait être derrière la tempête d'une infime délicatesse, on ne le redira jamais assez ! Ecoutez Wagner. S'ensuit un magnifique solo sur le même leitmotiv délicat de Brunhilde, capable des graves comme des aigus, qui porte le corps du héros Sigfried, son époux sur un bucher et se brûle avec lui, avant de finir emportée par le Rhin, avant que le somptueux thème de la rédemption, entendu déjà tant de fois dans toute l'oeuvre, recouvre la noirceur d'une touche d'espoir dans un final d'une grande beauté. C'est le crépuscule des Dieux et cela finit sur l'espérance d'un nouveau monde.