Les meilleures nouvelles des Légendes du Mythe de Cthulhu

Avatar Ultrastar Liste de

20 livres

par Ultrastar

« Un mensonge répété mille fois devient vérité », disent les Chinois.

Il est difficile de prétendre le contredire en lisant ce qu’écrivait Lovecraft, le 19 mai 1936, à un de ses jeunes correspondants James Blish. « À propos du Necronomicon, juste ciel ! j’étais persuadé que vous saviez qu’il s’agissait d’un ouvrage purement imaginaire ! L’annonce où vous avez lu qu’il était à vendre au prix de 1,45 dollar était une plaisanterie ; je ne sais pas qui l’a faite, mais je soupçonne le jeune Bloch. »

Quelque huit ans après la parution de L’Appel de Cthulhu, l’authenticité du Necronomicon, recueil de révélations sur les « horreurs suprêmes de l’univers », paraissait incontestable aux lecteurs de Lovecraft. Et non des moindres : James Blish allait devenir, quelques années plus tard, un auteur de science-fiction réputé. Le détromper mettait Lovecraft dans la même situation qu’Eugène Sue prié par un lecteur des Mystères de Paris de transmettre une demande d’aide au prince Rodolphe… La situation la plus agréable qui soit pour un romancier, car elle lui permet de savourer le triomphe de son art : quand il réussit à rendre l’affabulation plus vraie que la vie.

L’érudition de Lovecraft lui fut donc fort utile pour impressionner le lecteur et assurer sur lui son entreprise de mythification. Mais celle-ci reçut un renfort décisif en la personne de quelques collaborateurs de Weird Tales qui lui vouaient une grande admiration. La plupart d’entre eux habitaient aux quatre coins des États-Unis et ne le rencontrèrent jamais, se contentant d’une amitié épistolaire. C’est à ce cercle de correspondants que Lovecraft communiquait ses manuscrits à peine achevés. C’est grâce à leurs encouragements et à leur insistance que l’auteur renonce à ensevelir dans ses tiroirs des œuvres qui ne le satisfaisaient pas. Les membres du petit cercle furent immédiatement séduits, enthousiasmés même, par les riches perspectives que L’Appel de Cthulhu offrait au combat livré par les anciens maîtres de la terre aux humains opposés à leur retour. En signe d’hommage, et en signe de complicité aussi, ils allaient faire écho dans leurs propres œuvres aux inventions de Lovecraft et en particulier au Necronomicon qui les signalait toutes avec la puissance d’une enseigne au néon. Tous vont donc participer à l’expansion du mythe, comme s’il s’agissait d’une réalité communément admise.

Cette liste comprend les vingt titres des Légendes du Mythe de Cthulhu retenus dans le tome 1 de l'Intégrale Lovecraft, aux éditions Bouquins de chez Robert Laffont.

Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Date de sortie
  • Derniers ajouts
  • Note de l'auteur de la liste
  • Notes de mes éclaireurs
  • Note globale
  • Ordre alphabétique
  • Popularité
Croissant
  • Croissant
  • Décroissant