Les meilleurs films du catalogue Netflix Belgique + AVIS

Avatar Peaky Liste de

687 films

par Peaky

Triez par "DERNIERS AJOUTS" pour voir les derniers films ajoutés par Netflix au catalogue (liste mise à jour toutes les semaines).

Triez par "Notes de l'auteur de la liste" pour voir les meilleurs films disponibles selon moi.

Au départ, je m'étais abonné pour embrasser la hype américaine qui entourait ce géant de la distribution. Mais après plusieurs années, je suis toujours là et force est de constater que les responsables savent nous gâter. Voici donc un aperçu des meilleurs films disponibles sur le catalogue Netflix belge. Liste pour mes compatriotes du pays de la frite. Et aussi pour me forcer à rentabiliser mon abonnement.

Certains contrats ne sont pas renouvelés par Netflix, sans qu'ils ne prennent évidemment la peine de l'annoncer, d'où la possibilité qu'un film dans cette liste ne soit plus disponible.

Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Date de sortie
  • Derniers ajouts
  • Note de l'auteur de la liste
  • Notes de mes éclaireurs
  • Note globale
  • Ordre alphabétique
  • Popularité
Croissant
  • Croissant
  • Décroissant
  • Bande-annonce

    Au nom du père (1993)

    In the Name of the Father

    2 h 13 min. Sortie : . Biopic, drame et thriller.

    Film de Jim Sheridan avec Daniel Day-Lewis, Pete Postlethwaite, Emma Thompson

    Si quelqu'un sait pourquoi Daniel-Day-Lewis fait si peu de films, je suis preneur. Je veux dire, c'est pas un hasard si c'est le seul avec 3 oscars du meilleur acteur à son actif. Ce type est un monstre sacré, il un charisme et une révolte inégalable dans son jeu.

    Et de la révolte, il y en a dans ce film exceptionnellement fort. Surtout avec un biopic et une histoire vraie comme celle-ci. Après un attentat à la bombe à Londres, la police londonienne accuse les premiers Irlandais qu'elle trouve. Pas de chance pour Gerry Colon, petit voleur, un peu hippie, surtout rebelle et les longs cheveux au vent.

    C'est surtout un film sur le milieu carcéral et les énormes injustices judiciaires qui détruisent bien plus d'une vie. Mais d'un certain point de vue, ça m'a fait penser à A Clockwork Orange.

    Y a pas un seul temps mort, l'histoire se suffit à elle-même sans artifices avec un Daniel Day-Lewis (et ça vaut pour tout le casting) monumental.
  • Bande-annonce

    Le Juge et l'Assassin (1976)

    2 h 08 min. Sortie : . Drame, historique et policier.

    Film de Bertrand Tavernier avec Philippe Noiret, Michel Galabru, Isabelle Huppert

    Une nouvelle fois séduit par le cinéma de Tavernier. Chez lui, pas besoin d’activer les sous-titres, les acteurs ont une diction irréprochable, une prestance digne de la comédie française. Chez lui, la reconstitution historique est minutieuse, la photographie et la lumière naturelles, les décors splendides. Les paysages montagneux ardéchois sont ici sublimés.

    Après une déception amoureuse, Bouvier parcourt la France pour se venger, enchainant les victimes. Le juge Rousseau (joué par le grand Philippe Noiret) qui se charge de l’affaire, va le traquer, puis essayer de le faire avouer. Enfin, se posera la question cruciale de savoir si Bouvier est fou ou bien conscient de ses crimes.

    Comme pour La vie et rien d’autre, le cinéma de Tavernier est froid, violent mais terriblement humain. On est en plein procès Dreyfus, un contexte où l’antisémitisme est à la mode, où l’armée brûle les livres de Zola. L’histoire est passionnante à suivre, nombre de scènes fonctionnent comme des électrochocs sur le spectateur. Excellent.
  • Kramer contre Kramer (1979)

    Kramer vs. Kramer

    1 h 45 min. Sortie : . Drame.

    Film de Robert Benton avec Dustin Hoffman, Meryl Streep, Jane Alexander

    C’est très Hollywoodien, donc très lisse, propre, prévisible et tout le contraire d’être révolutionnaire. Mais dans le genre film sur le divorce et relation père-fils, j’ai trouvé ça très réussi. Un père voit sa femme le quitter du jour au lendemain et le laisse seul avec leur fils. Il doit apprendre à conjuguer son job avec son gosse.

    Et la relation entre les deux est géniale, tout le film repose sur ça. Limite Meryl Streep sert pas à grand chose, c’est la relation entre Dustn Hoffman et le gamin qui est génialement retranscrite. Y avait quelque de vrai dans leur relation, de simple et de fort, t’avais vraiment envie d’y croire. J’ai toujours eu un petit problème avec Dustin Hoffman et sa façon de parler trop vite entre ses dents. Mais je le trouve énorme ici, c’est un de ses meilleurs rôles.

    La partie du procès est pour moi la plus faible, alors que généralement c’est ce qui sauve pas mal de films. On voit juste deux avocats s’acharner sur des détails qui sont pas du tout pertinents. Ca aurait pu être intéressant vu qu’il n’y a pas de méchants, on ne sait pas qui soutenir. Mais j’ai trouvé cette séquence vraiment ratée, notamment à cause de la qualité de prise de son.
  • Bande-annonce

    Cibles mouvantes (2021)

    Red Dot

    1 h 25 min. Sortie : . Drame et thriller.

    Film de Alain Darborg avec Johannes Kuhnke, Nanna Blondell, Anastasios Soulis

    Petit film de traque suédois plutôt correct. Ce film donne très très froid, ça m’a un peu rappelé l’excellent Wind River. C’est simple et efficace, avec quelques très jolis plans de décors désertiques froids australs. Il y a un twist qui est obligatoire parce qu’on nous emmenait sur une route tellement évidente. Ca se transforme ensuite vite fait en Funny Games avec les moyens du bord. A voir si on désespère de ne rien trouver d’autre sur Netflix.
  • Bande-annonce

    Jurassic World (2015)

    2 h 04 min. Sortie : . Action, aventure, science-fiction et thriller.

    Film de Colin Trevorrow avec Chris Pratt, Bryce Dallas Howard, Ty Simpkins

  • Bande-annonce

    Indiana Jones et la Dernière Croisade (1989)

    Indiana Jones and the Last Crusade

    2 h 07 min. Sortie : . Aventure et action.

    Film de Steven Spielberg avec Harrison Ford, Sean Connery, Denholm Elliott

    Aujourd'hui, je l'aime cet univers. Son humour noir, son rythme, ses décors, sa musique. Ses mythes. Dans cette dernière croisade, tout y est. Avec en plus, un Sean Connery extraordinaire, aux expressions faciales impressionnantes et cultissimes.
  • Bande-annonce

    Men in Black : International (2019)

    1 h 54 min. Sortie : . Action, aventure, comédie et science-fiction.

    Film de F. Gary Gray avec Chris Hemsworth, Tessa Thompson, Kumail Nanjiani

  • Bande-annonce

    La Momie (2017)

    The Mummy

    1 h 51 min. Sortie : . Action, aventure, fantastique et Épouvante-horreur.

    Film de Alex Kurtzman avec Tom Cruise, Annabelle Wallis, Sofia Boutella

  • Bande-annonce

    En pleine tempête (2000)

    The Perfect Storm

    2 h 09 min. Sortie : . Drame, action et catastrophe.

    Film de Wolfgang Petersen avec George Clooney, Mark Wahlberg, Diane Lane

    Film catastrophe avec George Clooney
  • Bande-annonce

    L'Horloger de Saint-Paul (1974)

    1 h 45 min. Sortie : . Drame.

    Film de Bertrand Tavernier avec Philippe Noiret, Jean Rochefort, Jacques Denis

    Collection Tavernier avec :

    Coup de torchon (8/10)
    Que le fête commence (8/10)
    La vie et rien d'autre (7/10)
    La princesse de Montpensier (7/10)
    Le juge et l'assassin (8/10)
  • Bande-annonce

    Coup de torchon (1981)

    2 h 08 min. Sortie : . Comédie dramatique et policier.

    Film de Bertrand Tavernier avec Philippe Noiret, Isabelle Huppert, Jean-Pierre Marielle

    Troisième Tavernier et troisième coup de coeur. J’apprends sur Wikipédia que Tavernier a commencé dans le cinéma comme assistant de Jean-Pierre Melville, et qu’il adulait John Ford et Scorsese. Voilà en une phrase, comment expliquer mon amour nouveau pour son cinéma.

    Il est en totale roue libre, c’est complètement fou de retrouver ça sur Netflix. Le langage est outrancier, les paroles peuvent choquer, la violence aussi. Comme les grands films de Blier, c’est un cinéma qu’il serait impossible de faire aujourd’hui sans se faire complètement censuré. Et pourtant à l’époque, le film rencontre un grand succès critique, étant de nombreuses fois nominé aux Césars et même aux oscars.

    Je ne vais rentrer dans les détails, mais par exemple le racisme ordinaire (« les nègres n’ont pas d’âmes ») ou la prostitution de mineures sont abordés avec une normalité déconcertante. Alors ce n’est pas du tout glorifié, mais la remise en question de ces comportements n’est pas vraiment remise en question, elle est presque normalisée. Le choc est fort et fait mouche. Y a Eddie Mitchell qui espionne les jolies dames sous la douche, y a Isabelle Huppert qui fait tomber la robe. Bref, vous avez compris, ça part dans tous les sens. Le grand Philippe Noiret est au départ dans un rôle à contre-emploi, chef de police au Sénégal qui se fait rouler dessus par tous les expatriés. Mais il prend au fur et à mesure confiance… un peu trop confiance.

    C’est percutant au possible, violemment dialogué, dans des décors sénégalais authentiques. Une autre époque.
  • Bande-annonce

    Retour vers le futur 2 (1989)

    Back to the Future Part II

    1 h 48 min. Sortie : . Comédie, science-fiction et aventure.

    Film de Robert Zemeckis avec Michael J. Fox, Christopher Lloyd, Lea Thompson

    Je trouve que tout l’univers du futur est incroyable, plein d’inventivité, plein de génie et de recherche (le requin publicité en 3D par exemple, on a vu ça récemment au Japon). On se rend compte de toute l’importance et de l’influence culturelle de la série. Par exemple Rick et Morty, je me rends comte que c’est quand même un gros rip-off de la relation entre Morty et Doc.

    Y a toute une énorme caricature de Trump avec la vengeance de Biff. C’est assez bien senti finalement. Je laisse 8 comme le premier, mais je pense que j’ai une petite préférence pour le précédent (surtout pour le côté originalité du coup).
  • La Vie et rien d'autre (1989)

    2 h 15 min. Sortie : . Drame et guerre.

    Film de Bertrand Tavernier avec Philippe Noiret, Sabine Azéma, Pascale Vignal

  • Bande-annonce

    Stavisky (1974)

    2 h. Sortie : . Biopic, policier et drame.

    Film de Alain Resnais avec Jean-Paul Belmondo, François Périer, Anny Duperey

    Suite de la collection Belmondo
  • Un homme qui me plaît (1969)

    1 h 55 min. Sortie : . Comédie dramatique.

    Film de Claude Lelouch avec Jean-Paul Belmondo, Annie Girardot, Maria Pia Conte

  • Bande-annonce

    Glory (1989)

    2 h 02 min. Sortie : . Biopic, drame, historique et guerre.

    Film de Edward Zwick avec Matthew Broderick, Denzel Washington, Cary Elwes

    Ultra culte aux USA (appartement c’est une étape obligatoire à l’école là-bas), ce film qui vit Denzel Washington remporter un oscar est bizarrement assez méconnu chez nous (je n’en avais jamais entendu parler).

    En pleine guerre de sécession, le premier contingent d’afro-américains est créé pour des raisons politiques, Lincoln faisant campagne pour l’abolitionnisme. Le problème c’est qu’ils ont un rôle de figuration, on ne veut même pas leur donner l’uniforme unioniste. A leur tête, un colonel blanc de bonne famille, qui va se battre pour eux.

    Ce colonel, c’est Ferris Bueller. Il a toujours son visage de poupon, il a beau être adulte, c’est comme si on lui avait collé une fausse moustache. Dans le contingent de couleur, on retrouve aussi Morgan Freeman (qui joue le rôle du sage évidemment), Denzel je l’ai dit (qui joue le rôle de celui qui ne se laisse pas marcher sur les pieds évidemment) et même Andre Braugher (le sergent Holt dans Brooklyn 99).

    C’est un film de guerre assez impressionnant, sans effets numériques apparents, avec des milliers de figurants, des décors et des costumes en conséquence. La reconstitution n’a pas du tout lésiné sur les moyens et ça fait plaisir à voir, même les explosions sont impressionnantes. L’histoire est bien construite, c’est très agréable à suivre avec d’excellents acteurs donc.

    On peut lui reprocher son côté ultra patriotique mais ce n’est pas quelque chose qui m’empêche d’apprécier un film. Surtout qu’on est en 1989 et que le film aborde avec beaucoup de force et de justesse la ségrégation raciale. Vraiment surpris de la qualité du film, je ne m’explique pas qu’il ne soit pas culte chez nous.
  • Bande-annonce

    Mank (2020)

    2 h 11 min. Sortie : . Biopic et comédie dramatique.

    Film de David Fincher avec Gary Oldman, Amanda Seyfried, Charles Dance

    La comparaison à Roma est tentante. Film de grand auteur mis en avant par Netflix, d’une énorme maitrise technique, projet très personnel, tellement personnel même qu’il peine à émouvoir vraiment.

    Mank est certes très dense, avec un sens du rythme et du montage qui joue en sa faveur, mais il est bien trop ésotérique. J’aime pourtant énormément les films qui explore le monde du cinéma, j’aime aussi beaucoup la période. Mais à aucun moment je ne me suis senti invité au voyage.

    C’est certain que Fincher a voulu être le plus fidèle aux idées de son père (les informations de début de scène sont un peu lourdes) et les faux défauts de pellicule sont à la limite du ridicule (on y croit autant que les chants de spectateurs de foot en pleine pandémie).

    C’est fait dans les règles de l’art mais ça m’a complètement laissé de marbre malheureusement. Vu les similitudes, c’est juste pour moi l’occasion de vous recommander encore une fois le film perdu fascinant d’Orson Welles, De l’autre côté du vent.
  • Bande-annonce

    The Impossible (2012)

    Lo imposible

    1 h 54 min. Sortie : . Drame, thriller, catastrophe et biopic.

    Film de J. A. Bayona avec Naomi Watts, Ewan McGregor, Tom Holland

    L’histoire vraie d’une famille frappée (et séparée) par le tsunami de 2004 en Thaïlande. Les tsunamis, c’est une de mes parties préférées du cours de 3e en géo. Donc j’étais assez étonné qu’ils n’évoquent même pas qu’avant l’événement destructeur, l’océan se retire complètement. Cinématiquement, ça aurait pu être très fort (je ne peux pas croire qu’ils n’aient pas fait leurs recherches à ce point, on va dire qu’ils ont juste fait un autre choix).

    Le problème, c’est qu’une fois que le tsunami passé (il arrive après 20 minutes de film), la question c’est « et maintenant ? ». Il reste 1h30 de film à combler quand même. Et donc la famille, dispersée va essayer de chercher des secours dans un premier temps puis de se retrouver. Je trouve les enjeux à partir de là presque néants. Ils se croisent dans les hôpitaux surchargés, se retrouvent et se perdent de vue dans le chaos. Et je me disais juste, « bah de toute façon ils se retrouveront bien un jour, ce n’est qu’une question de temps, ça existe encore les téléphones ».

    La réalisation de Bayona est assez décevante. Il y a énormément de gros plans style film de vacances amateurs qui aurait mal tourné (dans le but de pas faire péter le budgets en décors évidemment, ça coute moins cher de filmer les pieds de Naomi Watts, pas à nous Bayona). Les CGI du tsunami sont curieusement bien foutus et c’est sympathique de voir Tom Holland si bébé (oserais-je dire qu’il jouait mieux avant que maintenant). Il y a aussi une très belle scène où les deux petits frères retrouvent leur grand frère et crient son nom les larmes aux yeux.

    Correct donc, bien joué dans l’ensemble (on ne parle pas assez de McGregor), un peu trop forcé et larmoyant à mon goût, et surtout avec des enjeux qui ne m’ont pas concerné.
  • Bande-annonce

    Malcolm & Marie (2021)

    1 h 46 min. Sortie : . Drame et romance.

    Film de Sam Levinson avec Zendaya et John David Washington

    Alors là, j’ai adoré. Je me demandais pourquoi j’aimais autant, jusqu’à me rendre compte que Sam Levinson, c’est le créateur d’Euphoria. Et de fait, ce film c’est un peu (beaucoup) le troisième épisode spécial d’Euphoria. C’est tout exactement pareil et Zendaya joue exactement le même personnage d’addict qui essaie de décrocher.

    Ce film, c’est la consécration de deux immenses acteurs. Il faut vraiment que Netflix fasse campagne pour Zendaya aux oscars, elle a absolument toutes ses chances. Ca m’a beaucoup fait penser à Marriage Story d’ailleurs (qui avait sacré Laura Dern). Pour Washington, c’est moins évident, mais il m’a complètement bluffé, il m’a fait pensé à son père (OUI JE VIENS D’APPRENDRE QUE DENZEL ETAIT SON PERE, PERSONNE NE ME DIS RIEN AUSSI). C’est vraiment un film d’acteurs avant toute chose et les deux sont au sommet.

    Je dois dire que j’ai eu très peur au début, c’est ce que j’appelle désormais un « film de confinement », avec une unité de lieu et de temps, avec très peu de personnages et des moyens limités. J’ai craint le film intellectuel et nombriliste avec son noir et blanc tape-à-l’oeil. Mais il n’a pas fallu cinq minutes pour que je sois convaincu par l’écriture acide et volubile. Le film fonctionne pour moi parce que le rythme est bien géré. 1h46 où le couple se crie dessus, ça ne tiendrait pas. Du coup, les changements de tons sont très importants. Même si la dispute continue, ils ne passent pas tout le temps par le cri, les chuchotements peuvent faire tout aussi mal.

    Je comprends que le film ne soit pas pour tout le monde, mais quiconque aime le travail de Sam Levinson dans Euphoria se régalera. Ca parle beaucoup de cinéma (les étiquettes qu’on colle, les influences, les critiques, l’authenticité, l’art…) et c’est avant tout un film de dialogues, si volubiles et incisifs qu’il ne laissent aucun repos au spectateur, les deux acteurs s’échangeant coup pour coup sans répit.


  • Bande-annonce

    The Dig (2021)

    1 h 52 min. Sortie : . Biopic, drame et historique.

    Film de Simon Stone avec Carey Mulligan, Ralph Fiennes, Lily James

    Pas inintéressant de faire un film sur des fouilles archéologiques. Il y a quelque chose de galvanisant à creuser, à découvrir petit à petit un trésor caché sous nos pieds.

    Je dois dire que je suis totalement dans mon élément avec ce film. Vous me donnez des petits châteaux anglais, des rolls des années 30, un accent bien british, une esthétique propre dans son classicisme et je suis vite satisfait. Tout ce qui se rapporte à du Downton Abbey, avec la mentalité anglaise du respect des traditions, avec tout son honneur, sa pudeur, sa fierté, j’achète directement.

    Mais l’histoire est très peu intéressante finalement, il n’y a juste pas le matériel de base pour en faire un film. Les fouilles ne sont pas révolutionnaires. Du coup, pour combler, il y a des sous-intrigues complètement pétées (il y a une histoire entre le frère de la propriétaire et la femme de l’assistant du directeur des fouilles, non mais sérieusement quel intérêt).

    Le film est hyper malickien j’ai trouvé, encore bien plus que ce l’on dit. Il y a évidemment l’esthétique naturelle, de nombreux plans rappellent Les moissons du ciel. Mais c’est toute l’entièreté du style du réalisateur qui copie Malick, ça en devient gênant. Il y a ce montage, avec cette façon de couper dans une discussion pour la reprendre. Il y a cette façon d’entendre les voix des personnages alors que l’image ne les montre pas en train de parler, afin de démontrer leur introspection. Il y a toute une chorégraphie des personnages et des mouvements de caméra (notamment circulaires) propre à Malick, il y a toute une esthétique des flares et des couchers de soleil, tout un placement désaxé des personnages dans un champ large. Il y a toute une façon de prendre des pauses avant de donner sa réplique. Je suis loin d’être spécialiste de Malick mais ça me semble d’une évidence assez crasse. Après, du sous-Malick, ça reste assez joli à voir.
  • Bande-annonce

    La Mission (2020)

    News of the World

    1 h 58 min. Sortie : . Aventure, drame et western.

    Film de Paul Greengrass avec Tom Hanks, Helena Zengel, Elizabeth Marvel

    Tom Hanks pour la première fois dans un western, si ça suffit à attiser votre curiosité, vous pouvez y aller. C’est donc un petit oui pour moi, surtout parce que c’est un genre que j’aime beaucoup.

    Mais qu’est-ce qu’elle est convenue et facile cette histoire. C’est The Last of Us chez les cow-boys quoi. Un gars qui se voit coltiner une gamine à amener d’un point A à un point B. Et entre les deux, y a pas que des gentils messieurs sur la route (tiens donc). La gamine a vécu avec les indiens donc ne parle pas la langue, et ça donne un peu une relation à la Logan. Enfin, vous voyez le topo quoi, je trouve ce genre de trame (celle du vieil homme et de l’enfant) déjà trop vue et assez facile. Ca ne surprend jamais, c’est du tout droit, on sait où on va.

    C’est quand même assez joli, avec un Tom Hanks en bon père de famille et deux nominations aux golden globes pour la musique et la jeune actrice allemande. Il y a aussi tout un discours sur les Fake News et Trump (Tom Hanks gagne sa vie en lisant les journaux de ville en ville). C’est pas très subtil mais c’est toujours assez succulent.
  • Gare centrale (1958)

    Bab el hadid

    1 h 17 min. Sortie : . Drame.

    Film de Youssef Chahine avec Youssef Chahine, Farid Chawki, Hind Rostom

    Ils se cachent bien mais les films d’auteurs sont quand même de plus en plus présents sur Netflix. Youssef Chahine, c’est le porte-étendard du cinéma égyptien. Et Gare Centrale est un des films les plus importants de sa filmographie.

    On suit un estropié du cerveau qui découpe les photos de mannequins des magazines et voit défiler les jolies filles sur les quais de la gare, se mettant à rêver d’un amour impossible. Il y a beaucoup d’espièglerie, un peu de tristesse quant à son sort, avant le drame.

    Le film est très social en dénonçant la condition des travailleurs et défendant le syndicalisme. C’est un peu le Soy Cuba égyptien et il est dans 1001 films à voir, voilà des arguments de poids.
  • Bande-annonce

    Fast & Furious 8 (2017)

    The Fate of the Furious

    2 h 16 min. Sortie : . Action, aventure et policier.

    Film de F. Gary Gray avec Vin Diesel, Dwayne Johnson, Jason Statham

    Allez, c’est pas si mal. C’est un divertissement encore relativement correct. Ca ne réinvente rien évidemment, c’est un peu l’impression de faire toujours plus grand à chaque fois. Je suis un peu déçu des cascades automobiles, on voit beaucoup trop facilement quand des images de synthèse sont utilisées (et il y en a un peu beaucoup ici). Puis les échanges interposés par voitures, ça devient très lassant par leur automatisme, les acteurs ne se foulent pas trop.

    Il y a un gros casting (qu’est-ce qu’est venue faire Charlize Theron ici ?), de l’humour convenu et parfois efficace. On ne s’ennuie pas, c’est pas trop trop lourd, donc c’est déjà pas mal.
  • Bande-annonce

    David Attenborough : Une vie sur notre planète (2020)

    David Attenborough: A Life on Our Planet

    1 h 23 min. Sortie : . Portrait, nature et Écologie.

    Documentaire de Alastair Fothergill, Jonathan Hughes et Keith Scholey avec David Attenborough et Max Hughes

  • Bande-annonce

    Dragons 2 (2014)

    How to Train Your Dragon 2

    1 h 45 min. Sortie : . Animation, action, aventure, fantasy et jeunesse.

    Long-métrage d'animation de Dean Deblois avec Jay Baruchel, America Ferrera, Gerard Butler

  • Bande-annonce

    À la recherche de Bobby Fischer (1993)

    Searching for Bobby Fischer

    1 h 50 min. Sortie : . Biopic et drame.

    Film de Steven Zaillian avec Max Pomeranc, Joe Mantegna, Joan Allen

    The queen's gambit mais en film
  • Bande-annonce

    Get Out (2017)

    1 h 43 min. Sortie : . Thriller et Épouvante-horreur.

    Film de Jordan Peele avec Daniel Kaluuya, Allison Williams, Catherine Keener

    Bon déjà Daniel Kaluuya est assez énorme, ce type a un flegme charismatique unique. Il vend chacune de ses scènes avec une facilité déconcertante, sans jamais en faire trop. Et c'est assez logique de le retrouver ici après Black Mirror, tant les liens sont nombreux.

    Le commentaire social sur la condition des noirs est effectivement très appuyé. Ca ne m'a pas dérangé personnellement, j'ai même trouvé ça intéressant. Vu le contexte aux USA et le racisme encore profondément ancré, ça explique peut-être pourquoi le film a beaucoup mieux marché là-bas. Le fait de pousser le truc jusque dans la caricature, de souligner les choses au marqueur fluo, ça fait partie du jeu.

    Sinon faut croire que j'ai un truc pour le malsain, parce que comme avec Brimstone et A cure for life, c'est le côté que j'ai préféré. On sait tout de suite de quoi il en retourne (c'est le pourquoi qui est dévoilé à la fin). Mais les émotions se transmettent bien et le degré de creepyness, le côté dérangeant augmente au fur et à mesure (via la femme de chambre par exemple).

    Au final, ça aurait peut-être mieux marché en format épisode Black Mirror, mais comme je l'ai fait pour Grave, je salue une idée originale qui va au bout de sa pensée et qui tire le maximum de son budget et de ses acteurs.
  • Bande-annonce

    Rocketman (2019)

    2 h 01 min. Sortie : . Biopic, drame, musique et comédie musicale.

    Film de Dexter Fletcher avec Taron Egerton, Jamie Bell, Richard Madden

  • Bande-annonce

    Elephant Man (1980)

    The Elephant Man

    2 h 04 min. Sortie : . Biopic et drame.

    Film de David Lynch avec Anthony Hopkins, John Hurt, Anne Bancroft

  • Bande-annonce

    Mulholland Drive (2001)

    Mulholland Dr.

    2 h 27 min. Sortie : . Drame, thriller, romance et film noir.

    Film de David Lynch avec Naomi Watts, Laura Elena Harring, Ann Miller