Lire Gilles Deleuze

Avatar Antichrist Liste de

15 livres

par Antichrist

Avant de commencer plusieurs précautions s'imposent. Je ne suis ni spécialiste en histoire de la philosophie, ni spécialiste de Deleuze mais c'est bien pour cela qu'une telle liste s'impose pour cerner les principaux enjeux des ouvrages de cet auteur connu pour sa complexité. C'est avant tout une liste personnelle, c'est pour cela que je n'ai pas mis tous les ouvrages, ils y seront probablement tous d'ici quelques années, il s'agit de ma progression personnelle. L'objectif est de donner humblement des repères et éventuellement de donner envie de le lire. La liste devrait s'étoffer d'ici peu.

-Un documentaire passionnant sous la forme d'un abécédaire ("L'abécédaire de Gilles Deleuze") peut servir d'introduction et d'approfondissement à la fois.
-Une conférence sur l'acte de création disponible ici : https://www.youtube.com/watch?v=2OyuMJMrCRw
-Le chapitre de Deleuze sur le structuralisme dans F. Châtelet, Histoire de la philosophie VIII. Le XXe siècle, Hachette, 1973 (http://1libertaire.free.fr/DeleuzeStructuralisme.html)

Plusieurs cours de Deleuze sont disponibles gratuitement et correspondent à des semestres entiers, le site officiel est : http://www2.univ-paris8.fr/deleuze/article.php3?id_article=492
Mais un autre site s'avère plus complet (notamment un cours manuscrit génial sur Rousseau) : https://www.webdeleuze.com/
Cependant certains cours sont inaudibles, c'est pourquoi il est préférable d'aller les écouter ici : https://www.youtube.com/user/SocioPhilosophy
-Cours sur Spinoza revient sur les principaux enjeux et concepts de l'ouvrage central "L'Éthique". Vous trouverez plus précisément des cours sur le statut du signe et un commentaire de Charles Sanders Peirce (n°6-7). Un cours sur la théorie des affects et des différents genres de connaissance (n°8). Un cours sur l'infini au 17ème siècle. Sur la conception de l'individu selon Spinoza à partir de la conception de la "limite" toujours selon les philosophes du 17ème (n°10-11). Les deux derniers cours s'attachent plus directement au livre 5 de l'Éthique sur l'essence et le 3ème genre de connaissance.
-Cours sur la peinture annonce l'ouvrage sur Bacon : Théorie du "diagramme", des "clichés". Un cours sur Bacon. Un autre sur la question de l'analogie (n°4). Opposition langage de code et la "modulation" propre à la peinture (n°4-5). Sur l'art Égyptien et les signaux-espaces (espace haptique, optique ou tactilo-optique ; n°5-6). Le cours se termine sur la lumière et la couleur (n°7-8).
-Cours de Deleuze sur le cinéma nommé "Sur le cinéma" : Commentaire des thèses de Bergson sur le mouvement (n°1-2), sur le montage de l'école française, russe, allemande (n°3), confrontation Bergson et la phénoménologie (n°4), l'image perception (n°5-6-7), et début de l'image-affection (n°8)
-Cours nommé "Appareil d'État et Machine de Guerre". Cours assez bordélique dans l'ensemble mais très utile pour cerner les concepts importants que l'on retrouvera dans "Mille Plateaux" : récapitulation de l'année précédente (A.E et MdG ; n°1). Fonctionnement des "appareils de capture" des Empires Archaïques (n°2). Lien entre sociétés primitives, État et villes (n°3). Notion d’évaluation collective (n°4). Détail des agencements des Empires Archaïques (n°6). Comment l'appareil de capture provoque certains flux décodés et amorce le capitalisme (n°7). Marx et Le Capital (n°8). Séance mathématique sur l'axiomatique (n°9). État totalitaire, État fasciste, État social-démocrate (n°11). Étude du capitalisme (n°12-13).
-Cours sur Leibniz "Sur Leibniz" : mise au point des concepts (n°1), notion d'infini et calcul infinitésimal (n°2), perception/aperception (n°3), retour sur le principe d'identité, de raison suffisante, des indiscernables, loi de continuité, rapport entre l'âme et le monde (n°4), rapport Kant-Leibniz (n°5).

Voici quelques listes proches et utiles :
-Une liste géniale sur les références utilisées par Deleuze et Guattari : https://www.senscritique.com/liste/Deleuze_et_Guattari_vous_conseillent/2223174
-Une liste qui regroupe les livres de Deleuze : https://www.senscritique.com/liste/Gilles_Deleuze_etudie/2667627
-Une hallucinante liste sur les films cités par Deleuze dans ses ouvrages sur le cinéma : https://www.senscritique.com/liste/Image_temps_Image_mouvement_les_films_cites_par_Gilles_Deleu/1401636

Toute correction de la part d'un connaisseur est la bienvenue !

Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Date de sortie
  • Derniers ajouts
  • Note de l'auteur de la liste
  • Notes de mes éclaireurs
  • Note globale
  • Ordre alphabétique
  • Popularité
Croissant
  • Croissant
  • Décroissant
  • L'Image-mouvement (1983)

    Sortie : octobre 1983. Essai, cinéma & télévision et philosophie.

    Livre de Gilles Deleuze

    A partir de Matière et Mémoire de Bergson Deleuze établit une histoire des formes cinématographiques. Les différentes formes de montage (soviétique, école française), ou bien les différents types d'images (images-perception, images-pulsion, images-actions).
    Références majeures : "Matière et Mémoire" de Bergson. Ainsi que l'histoire du cinéma dans son ensemble.
    Conférence de Jean-Baptiste Thoret sur la crise de l'image-action : https://www.dailymotion.com/video/xaxwl7
  • L'Image-temps (1985)

    Sortie : 1985. Essai, cinéma & télévision et philosophie.

    Livre de Gilles Deleuze

    Suite de l'image-mouvement, il s'agit d'un seul et même livre. Ici il poursuit avec ce qu'il nomme L'image-temps et le cinéma plutôt moderne après s'être intéressé au cinéma classique. On trouvera de nouveau des commentaires de Bergson et des chapitres sur la pensée, sur le "cinéma des corps", sur le son.
    Références majeures : "Matière et Mémoire" de Bergson. Ainsi que l'histoire du cinéma dans son ensemble.
  • Francis Bacon : Logique de la sensation

    Sortie : 1981. Essai et philosophie.

    Livre de Gilles Deleuze

    Analyse des modalités de figuration chez Bacon : le figural contre la représentation, la sensation contre la narration. Son cours sur la peinture est un très bon prolongement tout en étant une synthèse. Étude des forces qui sous-tendent la position des corps: force d'endormissement, force de vomissement, etc. Deleuze revient de plus sur la question de l'aplat et des Figures, sur les tensions entre l'avant et l'arrière plan. Il revient aussi sur le corps sans organes, un concept développé dans L'anti-Oedipe qui trouve ici une forme plastique exemplaire.
  • Qu'est-ce que la philosophie ?

    Sortie : 1991. Essai et philosophie.

    Livre de Gilles Deleuze et Felix Guattari

    Lu il y a un petit moment donc ce commentaire sera moins précis, je prendrai le temps de préciser lors d'une seconde lecture. Pour faire court les auteurs tentent de définir la philosophie comme création de concepts. La philosophie n'est pas la pratique scientifique qui n'opère pas au même niveau ni avec les mêmes notions (la fonction contre le concept, le plan de référence contre le plan d'immanence). La philosophie n'est pas non plus la logique. Ils tenteront par la suite de définir l'activité artistique par ses percepts et affects, sur un plan de composition .Un chapitre particulièrement éclairant est de plus consacré au personnage conceptuel en philosophie.
    Cet ouvrage n'est pas une introduction à la philosophie mais nécessite quelques notions d'histoire de la philosophie. Néanmoins l'ouvrage synthétise très bien la pratique philosophique de Deleuze dans son ensemble.
  • Spinoza : Philosophie pratique (1970)

    Sortie : 1970. Essai et philosophie.

    Livre de Gilles Deleuze

    Principalement composé des définitions des termes spinozistes. L'ensemble est assez sec puisqu'il s'agit littéralement d'une suite de définitions. On y trouve cependant quelques articles passionnants qui ont été annoncés par le cours sur Spinoza.
    Prérequis : Avoir lu L'Éthique de Spinoza
  • Dialogues (1977)

    Sortie : 1977. Entretien et philosophie.

    Livre de Gilles Deleuze et Claire Parnet

    Une bonne introduction aux principaux concepts de Deleuze et Guattari. Deleuze revient sur la littérature et le langage, sur la psychanalyse et le désir ainsi que sur un chapitre plus politique. Il clarifie et introduit les principales réflexion que l'on retrouvera dans l'Anti-Oedipe. Je pense que c'est un très bon point d'entrée pour se familiariser avec le vocabulaire si spécifique de l'auteur même si c'est très condensé donc il faut impérativement aller lire les autres ouvrages pour avoir le cœur de la réflexion.
  • Nietzsche par Gilles Deleuze (1965)

    Sortie : 1965. Biographie et philosophie.

    Livre de Gilles Deleuze

    Un ouvrage d'introduction à Nietzsche qui est composé de 40 pages d'analyses et 50 pages de textes choisis. L'analyse se porte plus précisément sur l'opposition entre les forces actives d'affirmation et les forces réactives de négation, sur les différentes étapes du Nihilisme et sur les contre-sens à éviter concernant l'éternel Retour. Les textes choisis sont de plus structurés chronologiquement par rapport aux analyses, c'est-à-dire que chaque partie de l'analyse trouve une illustration avec un texte de Nietzsche, ce qui nous permet d'alterner entre analyse et lecture du philosophe. Deleuze fait preuve d'une grande clarté et le livre peut servir d'introduction à ceux qui ne connaissent pas Nietzsche. Précisons qu'en 50 pages Deleuze ne fait évidemment pas le tour de Nietzsche, il s'agit simplement de mettre le pied du néophyte à l'étrier.
  • L'Anti-Œdipe

    Sortie : 1972. Essai et philosophie.

    Livre de Gilles Deleuze et Felix Guattari

    Deleuze et Guattari s'attaquent à un vaste programme : décrypter la psychanalyse à tendance Oedipienne en démontrant ses liens avec notre société contemporaine capitaliste, en démontrant aussi à quel point elle hait le désir et en proposant une alternative la "schizo-analyse". Chacun peut s'y retrouver dans cet ouvrage, ce qui en fait sa grande force puisqu'il étudie les principales tendances de la psychanalyse, mais s'avère aussi être un ouvrage de philosophie politique. Il pourra aussi intéresser les praticiens et les philosophes puisqu'il s'agit tout autant d'un pur ouvrage de philosophie. C'est d'ailleurs ce qui m'a le plus intéressé dans le livre : questionner la psychanalyse à l'aune de l'histoire de la philosophie, en produire une généalogie critique; c'est pourquoi Nietzsche est une figure de référence ici. Le livre reste cependant très abscons la faute à un vocabulaire très imagé et des concepts foisonnants, comme toujours avec Deleuze. Il faut s'accrocher dès le début pour cerner le vocabulaire, ce qui rend l'introduction si ardue. Je conseille au passage de relire l'introduction si jamais vous vous sentez perdu puisqu'elle synthétise presque tout l'ouvrage. N'hésitez à persévérer si jamais un passage vous paraît incompréhensible, les auteurs font toujours un effort de synthèse à un moment ou à un autre. Toute connaissance de la psychanalyse est bienvenue pour s'attaquer à l'ouvrage (par exemple : "Introduction à la psychanalyse" de Freud lui-même), mais pas de panique si vous êtes ignare comme moi puisque je n'ai pas eu de problème à lire l'ouvrage sans grandes connaissances au préalable. Je recommande néanmoins impérativement de lire "Dialogues" qui explicite les principales thèses de cet ouvrage, c'est une vrai porte d'entrée plus accessible. On peut aussi se familiariser avec certains concepts par le documentaire l'"abécédaire de Gilles Deleuze". Une fois ces deux étapes accomplies on peut se confronter à ce livre qui a une réputation, à juste titre, de livre difficile mais qui est loin d'être aussi illisible qu'on le dit et qui s'est révélé extrêmement jouissif pour qui arrive à surfer sur les vagues de concepts.
    On peut aussi écouter les deux cours de Deleuze sur ce livre nommés 'L'Anti-Oedipe et autres réflexions".
    Prérequis : Dialogues et L'abécédaire.
  • Nietzsche et la philosophie (1962)

    Sortie : 1962. Essai et philosophie.

    Livre de Gilles Deleuze

    Deuxième ouvrage de Deleuze, celui-ci s'avère comme toujours une excellente bonne surprise pour deux raisons principales. On comprend mieux l'inspiration nietzschéenne de Deleuze dans son œuvre une fois que l'on a lu les interprétations qu'il propose de ce philosophe qui fait office (plus ou moins souterrainement) de figure tutélaire dans l'Anti-Oedipe. L'autre point, que l'on retrouve à la fois dans ses cours en ligne et dans ses commentaires de philosophe, est le grand respect de la vigueur, de la vie des textes qu'il commente. Quand Deleuze commente Nietzsche on a presque l'impression de lire du Nieztsche, l'exercice du commentaire aurait pu affadir la pensée d'un auteur parfois polémique mais non Deleuze adopte lui aussi une posture ouvertement polémique en construisant un Nieztsche anti-dialecticien. J'insiste bien sur le "construction" d'un Nieztsche puisque de nombreux auteurs ont noté les quelques libertés que prend Deleuze par rapport à Hegel notamment. Tout d'abord on remarque que plusieurs textes reviennent plus souvent que d'autres et qui sont l'un des indices pour attester de l'orientation de Deleuze (de toute façon n'importe quel ouvrage d'histoire de la philosophie choisit tel ou tel aspect d'un auteur, aucun livre ne couvre parfaitement l'intégralité d'une œuvre). C'est la généalogie de la morale, le Zarathoustra, et le recueil de textes posthumes la volonté de puissance qui semblent revenir le plus souvent. A lire de préférence avant de commencer celui-ci. On y trouvera donc des analyses sur la question des forces actives et réactives, de l'éternel retour, de l'affirmation/négation de la volonté de puissance, un commentaire précis de la généalogie de la morale et du Zarathoustra, l'opposition de Nietzsche avec l'image de la pensée dominante, une mise au point sur la méthode généalogique de Nieztsche qui construit les concepts de sens et de valeur. D'une très grand clarté et d'une grande inventivité, on comprend bien mieux Nietzsche mais il nous éclairera aussi l’œuvre de Deleuze lui-même.
    Lire l'article d'Olivier Tiinland sur la question des libertés par rapport à la lecture de Hegel : « Portrait de Nietzsche en anti-hégélien : retour sur le Nietzsche et la philosophie de Gilles Deleuze », Klesis, n°4, octobre 2007. Disponible en ligne.
    Pour situer le contexte de parution voir cet article très détaillé : https://journals.openedition.org/methodos/5727#tocto2n5
  • Pourparlers (2003)

    Sortie : 2003. Essai et philosophie.

    Livre de Gilles Deleuze

    Une très bonne introduction à Deleuze qui a le mérite de faire le point sur à peu près toute son œuvre : articles sur le cinéma, Foucault, Leibniz mais aussi concernant l'Anti-Oedipe et Mille Plateaux. Sans oublier deux articles très intéressants sur les sociétés de contrôle.
    Pas de prérequis de lecture, utile pour découvrir ou consolider sa connaissance de Deleuze. Très accessible dans l'ensemble.
  • Kafka : Pour une littérature mineure

    Sortie : 1975. Essai.

    Livre de Felix Guattari et Gilles Deleuze

    Avec cet ouvrage les auteurs semblent appliquer leurs résultats théoriques de l'anti-Oedipe sur Kafka. Je pense qu'il n'en est rien, ils trouvent plutôt en Kafka des problèmes, des réflexions existentielles et vitales qu'ils ont essayé de traiter pour leur compte en philosophie. Pas d'application mais des mouvements communs dans des disciplines différentes. Cela dit l'ouvrage brasse largement le vocabulaire propre aux auteurs : les devenirs-animaux, le rhizome, les lignes de fuite et les agencements, etc... L'ouvrage s'avère technique mais permet une bonne appréciation d'ensemble de l’œuvre, des lettres aux romans en passant par les nouvelles. Ils s'attaquent au fonctionnement propre à chaque moyen d'expression ainsi qu'à ses limites : les devenirs-animaux des nouvelles qui n'achèvent pas leurs lignes de fuites, la solution se trouvant plutôt dans l'"atermoiement illimité" des romans. L'ouvrage peut se lire sans connaissance préalable de l'anti-œdipe.
    Prérequis de lecture de Kafka : Le procès, Le Château, et le maximum de nouvelles mais indiquons tout de même: Recherches d'un chien, Le terrier, La métamorphose, Joséphine la cantatrice, La colonie pénitentiaire,La muraille de Chine, Lettre au père, Le verdict.
  • Le Bergsonisme (1966)

    Sortie : 1966. Essai et philosophie.

    Livre de Gilles Deleuze

    Deleuze tente de dégager (un peu comme dans l'ouvrage consacré à Nietzsche) la méthode philosophique propre à Bergson et ce faisant la cohérence de son œuvre. Cette méthode est l'intuition. Néanmoins cet ouvrage n'est pas un ouvrage sur l'intuition mais sur l'ensemble de l’œuvre et plus précisément les grandes étapes de l'Essai sur les données immédiates de la conscience (la durée), en passant par Matière et Mémoire (la mémoire comme coexistence virtuelle avec le présent), pour finir avec L'évolution créatrice (la question de la création comme différenciation). Un chapitre est aussi consacré à la multiplicité des durées dans l'ouvrage Durée et Simultanéité. Comme toujours avec Deleuze l'ouvrage est extrêmement condensé, précis et clair. Il faut au minimum avoir lu les 3 ouvrages mentionné précédemment. Une connaissance de Durée et Simultanéité n'est pas indispensable pour comprendre ce livre. Deleuze commente brièvement Les Deux Sources de la morale et de la religion à la fin de son livre mais ne constitue pas le cœur de son propos.
    Prérequis : Essai sur les données immédiates de la conscience. Matière et Mémoire. L'évolution créatrice. Éventuellement Durée et Simultanéité.
  • La Fable Cinématographique

    Sortie : . Essai.

    Livre de Jacques Rancière

    Un chapitre est consacré à une discussion des ouvrages de Deleuze sur le cinéma. Rancière fait plusieurs reproches à Deleuze mais je vous avoue que cette lecture date.
  • Gilles Deleuze, voir, parler, penser au risque du cinéma

    Sortie : février 2007.

    Livre de Dork Zabunyan

    Une étude des deux ouvrages consacrés au cinéma par Deleuze. L'auteur s'intéresse un peu plus précisément à la question des "facultés" qui traverse une bonne partie de ses ouvrages de "Différence et répétition" à son ouvrage sur Kant et sur le cinéma.
  • Le Pli (1988)

    Sortie : 1988. Essai et philosophie.

    Livre de Gilles Deleuze

    Avant toute chose il s'agit d'un commentaire de Leibniz et non pas d'un ouvrage d'esthétique. Bien que certaines pages soient d'ordre esthétique, il faut une certaine connaissance de Leibniz avant d'attaquer ce livre. Pour ce faire vous pouvez suivre les cours de Deleuze sur Leibniz qui posent admirablement les bases essentielles pour pouvoir comprendre ce commentaire. Le second cours de Deleuze consacré à Leibniz est plus directement lié à ce livre puisqu'il traite du "pli". Si le cours est parfois difficile à suivre lors des développements mathématiques ou lorsqu'il fait des schémas au tableau (sans vidéo ces passages sont compliqués....), je vous recommande chaudement de suivre ce cours pour une lecture plus facile de ce livre. Une fois ces précautions prises, "Le Pli : Leibniz et le baroque" est un ouvrage absolument magnifique qui déploie superbement toute la pensée de Leibniz et clarifie grandement un auteur assez difficile à résumer.
    Prérequis : N'importe quel Leibniz vu que son œuvre est très fragmentée mais vous pouvez au minimum lire "Discours de Métaphysique" et la "Monadologie" qui sont très court et accessibles. Sachez cependant que ces deux livres ne vous permettent pas de suivre tout l'ouvrage de Deleuze, qui nécessite une bonne connaissance de Leibniz pour en comprendre l'intégralité (pour ma part, le suivi des 2 cours de Deleuze, et la lecture des 2 textes susmentionnés sont amplement suffisant pour suivre l'ouvrage de Deleuze).