Livres lus en 2014

Avatar Hard_Cover Liste de

78 livres

par Hard_Cover

Couverture : Copyright Christopher Payne

Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Date de sortie
  • Derniers ajouts
  • Note de l'auteur de la liste
  • Notes de mes éclaireurs
  • Note globale
  • Ordre alphabétique
  • Popularité
Croissant
  • Croissant
  • Décroissant
  • 1

    Le Quatrième Mur

    Sortie : . Roman.

    Livre de Sorj Chalandon

    Janvier.

    La première partie du roman permet à Georges, le narrateur, de raconter sa rencontre avec Samuel, le metteur en scène grec, juif et humaniste. Cette première partie est très intéressante, pose les éléments importants dans le roman : les violences des mouvements d’Extrême Gauche comme d’Extrême Droite, le théâtre, etc.
    La deuxième partie traite de l’Antigone de Samuel et de son projet de pièce jouée à Beyrouth par des membres des communautés en conflit, qui ne se déroulera pas facilement et est même vouer à l’échec, a priori. Cette deuxième partie peut décevoir, avec des passages, quand les acteurs se réunissent et que tout ce passe globalement bien, comme un peu gnan-gnan. Toutefois, cet aspect est violemment remis en cause par une fin qui transforme Le Quatrième mur en tragédie, à l’image de l'Antigone d'Anouilh. Cette fin loin, très loin du happy end, joue beaucoup à la classification du livre de Sorj Chalandon parmi les très bon roman. Les personnages et leurs émotions sont authentiques. La construction du récit apparaît comme parfaitement maîtrisée.
  • 2

    Fuck America (1980)

    Sortie : 1980. Roman.

    Livre de Edgar Hilsenrath

    Janvier.

    Le roman est bon, avec un ton décapant et une construction atypique. Toutefois, on rit moins que dans Le Nazi et le barbier. Les attaques (contre les USA, leur politique, leur société) étant moins subtiles dans leur férocité que ne l'étaient les critiques du philosémitisme d'après-guerre.
  • 3

    Crash !

    Crash

    Sortie : 1973. Roman.

    Livre de J.G. Ballard

    Janvier.

    Ce roman mythique de J.G. Ballard tient toutes ses promesses, bien que n’étant pas forcément ce à quoi peut s’attendre le lecteur. Ballard y décrit avec puissance et conviction la fascination de quelques hommes et femmes pour les catastrophes automobiles qui les excitent sexuellement. Ballard bouscule le lecteur par le propos de son roman et les comportements de ses personnages. Toutefois, à aucun moment de la lecture, il ne viendrait à l’idée de ne pas terminer le livre. La fascination pour ces êtres aux marges de la folie, animés par des perversions érotico-automobiles qu’on n’aurait su imaginer, est implacable. On est fasciné autant qu’eux sont fascinés par les horreurs dont ils cherchent à être les spectateurs, voire les acteurs… Époustouflant.
  • 4

    A la poursuite de Dracula

    Sortie : 2012. Beau livre.

    Livre de Gwenn Dubourthoumieu et Simon Sanahujas

    Janvier.

    Comme pour les autres titres de la série, la lecture du livre est passionnante. La confrontation de la réalité des lieux et des décors de romans mythiques de l’Imaginaire s’avère à chaque fois pleine de surprises, éclaire les lecteurs sur la façon dont les romans ont été écrits et présente ces œuvres célèbres sous un nouveau jour. On regrettera, pour À la poursuite de Dracula, que la maquette et les photos ne soient pas toujours à la hauteur du projet. Conan le Texan et Sur la piste de Tarzan étaient un peu mieux réussis visuellement.
  • 5

    Les Androïdes rêvent-ils de moutons électriques ? (1968)

    Do Androids Dream of Electric Sheep?

    Sortie : 1968. Science-fiction et roman.

    Livre de Philip K. Dick

    Janvier.

    Une lecture incontournable pour tout amateur de SF, en raison de sa célébrité. Évidemment, il ne faut pas s’attendre à beaucoup de ressemblances avec le film et pas non plus à un chef-d’œuvre. Toutefois, Blade Runner est sans aucun doute un des meilleurs Dick (de ceux que j’ai lus en tout cas), avec des personnages attachants, un décor intéressant (la Terre après une guerre aux airs d’apocalypse ; une société influencée par le mensonge du mercérisme) et des bonnes idées (les animaux électriques notamment).
  • 6

    Steelwork (1970)

    Sortie : 1970. Roman.

    Livre de Gilbert Sorrentino

    Janvier.

    Dans Steelwork, Sorrentino décrit la vie d’un quartier populaire de Brooklyn entre 1935 et 1951. L’auteur présente quelques-uns des habitants, de façon récurrente au travers de cours chapitres ordonnés de manière déchronologique.
    Le roman est intéressant pour au moins deux raisons. Premièrement, d’un point de vue sociologique (et historique), en présentant la vie des habitants de Brooklyn des années 30 et 40, mais aussi l’effet sur la société américaine de l’entrée en guerre des USA, en 1941 (Seconde Guerre Mondiale) et en 1950 (Guerre de Corée). Il s’avère aussi passionnant d’un point de vue purement littéraire, avec sa construction post-moderne, faussement décousue et désordonnée, qui est une marque de fabrique d’un des auteurs les plus originaux du XXe siècle.
    La construction du récit est donc parfaitement maîtrisée. Malgré son organisation libérée des contraires temporelles, le texte n’est pas compliqué à lire : pour chaque chapitre est indiqué la date à laquelle il se déroule, et tous sont munis d’un titre, voire d’un sous-titre, qui aident à déterminer qui est le personnage principal mis en scène, si le récit en lui-même ne le permet pas facilement. L’ordre des chapitres, les sauts d’une année à une autre, en avant ou en arrière, la présence ou non des mêmes personnages, crée un phénomène de désorientation qui donne de fausses certitudes au lecteur. Le récit, en se déroulant, démêle bonnes et mauvaises impressions au sujet des personnages, produisant chez le lecteur une satisfaction étonnante et admirable de surprises renouvelées à presque chaque page. Encore du grand art de la part de Sorrentino. Et ce n’est même pas son meilleur roman !
  • 7

    Mourir pour la patrie (1967)

    Junkoku - Rikugun Nitôhei Higa Shinichi

    Sortie : 1967. Roman.

    Livre de Akira Yoshimura

    Janvier.

    D’un point de vue documentaire, Mourir pour la patrie est passionnant. Le récit est raconté du point de vue d’un adolescent naïf et fanatisé, mais pourtant, l’absurdité des sacrifices japonais transparaît parfaitement. Yoshimura, connu pour la précision de sa narration, confirme ici sa maîtrise littéraire. Toutefois Mourir pour la patrie ne compte pas parmi les meilleurs Yoshimura (du moins de la partie de son Oeuvre que je connais).
  • 8

    La Supplication (1997)

    Tchernobylskaïa Molitva

    Sortie : 1997. Récit.

    Livre de Svetlana Alexievitch

    Février.

    Le livre regroupe des témoignages de personnes qui ont vécu la catastrophe de Tchernobyl, ou en subissent les conséquences : ingénieurs, liquidateurs, habitants de Pripiat ou de la Biélorussie contaminée… L’auteur laisse la parole aux interviewés qui, avec leurs propres mots, tour à tour bouleversent, choquent, effrayent le lecteur. L’ampleur de la catastrophe paraît d’autant plus vaste quand ceux qui la subissent chaque jour en parlent. Aucun autre livre, BD ou film que j’ai pu lire au sujet de Tchernobyl ne m’avait aussi bien montré à quel point l’homme joue à l'apprenti-sorcier et n’assume pas les catastrophes qu’il engendre…
  • 9

    Nouvelles en trois lignes (1906)

    Sortie : 1906. Articles & chroniques et recueil de nouvelles.

    Livre de Félix Fénéon

    Février.

    En trois lignes, Félix Fénéon rapporte des faits divers en provenance de toute la France de la fin du XIXe et début du XXe siècles. Il le fait donc sous forme très particulière qui l’oblige à beaucoup de doigté et une grande efficacité stylistique, avec humour et un ton pince-sans-rire qui laisse deviner un cynisme du journaliste confronté bien souvent à la bêtise de ses concitoyens. Les Nouvelles en trois lignes rapportent également une vision historique intéressante de la France des siècles dernières. Toutefois, la forme des textes et leur volume rend la lecture un brin rébarbative, même en les picorant.
  • 10

    Et quelquefois j'ai comme une grande idée (1964)

    Sometimes a Great Notion

    Sortie : 1964. Roman.

    Livre de Ken Kesey

    Février.

    Je dois joindre ma voix au chœur des éloges faites à ce livre de Ken Kesey, que les lecteurs français (ou ne lisant qu’en français) ont dû attendre 50 ans (ce qui prouve que le phénomène d’incompétence et de manque de témérité de la part de la grande édition française n’est pas nouvelle). Certes, Et quelquefois j’ai comme une grande idée est un pavé de 800 pages, faisant de sa lecture une épreuve d’endurance largement récompensée. Car loin de tirer à la ligne, Ken Kesey prend le temps de tisser un récit qui peut paraître rébarbatif au premier abord, mais qui devient de plus en plus passionnant. Car, porté par la plume de l’auteur, en parfaite maîtrise de son art, le lecteur s’attache petit à petit à cet Oregon pluvieux, aux habitants rugueux de Wakonda et aux ambivalents Stamper. Il voit surtout cette histoire de bûcherons monter lentement, mais sûrement, en tension, en puissance, jusqu’à une fin qui, n’ayons pas peur des grands mots (pour un grand roman), se révèle épique.
  • 11

    Belém

    Os éguas

    Sortie : . Roman.

    Livre de Edyr Augusto

    Février.

    Voir la critique.
  • 12

    Taxi Driver

    Sortie : . Roman.

    Livre de Richard Elman

    Février.

    Travis Bickle est un vétéran du Vietnam qui devient chauffeur de taxi pour subvenir à ses besoins. Mais les traumatismes de la guerre (très peu évoquée) ont semble-t-il déglingué cet individu qui peine à retrouver la place qui lui convient dans la société américaine. Il s’éprend de Betsy, jeune femme qui travaille au sein du comité de soutien à Charles Palantine, candidat à la Mairie de New York. Repoussé par la jeune femme, il décide de procéder à un attentat à l’encontre de l’homme politique. En parallèle, il s’attache à Iris, une prostituée, qu’il se promet de délivrer du joug de son souteneur, Sport. L’absurdité des décisions de Travis, sa déception, son désespoir sont parfaitement rendus par l’écriture sèche et précise de Richard Elman. On pourrait avoir peur beaucoup d’une novellisation du scénario du film de Martin Scorsese, mais il n’y a rien à craindre, en fin de compte.
  • 13

    Hell

    Sortie : septembre 2013. Roman.

    Livre de Yasutaka Tsutsui

    Février.

    Après leurs morts, un groupe d’individus se retrouvent dans un endroit où ils se croisent ou se recroisent. Dans cet enfer, ou purgatoire, ou quoi que cela soit, ils peuvent se réconcilier avec leurs passés, leurs ennemis, leurs bourreaux et comprendre les tenants et aboutissants des événements majeurs de leurs vies, car ils perçoivent les pensées et les relations qu’ils ont entretenues les uns avec les autres.
    Le décor de ce récit polyphonique est mystérieux et garde son secret jusqu’au bout. Mais découvrir ce qu’il est exactement n’est pas vital, car ce sont bien les personnages de Tsutsui qui sont importants, et de voir comment l’auteur les décrit, dévoile leurs histoires, souvent tragiques et/ou pleines de remords, comment il les rend attachants ou antipathiques. La traduction n’est peut-être pas à la hauteur du roman (il y a quelques maladresses qui auraient pu être évitées par un travail éditorial), mais l’ensemble est quand même remarquable et a révélé au lecteur que je suis un écrivain japonais de SF qui m’était méconnu et dont l’œuvre paraît pleines de pépites.
  • 14

    Zones sensibles

    Sortie : janvier 2006. Roman.

    Livre de Romain Verger

    Février.

    Le premier roman de Romain Verger démontrait déjà le talent et ce qu’on peut sans doute qualifier de folie douce de cet auteur, du moins son attirance pour un imaginaire étrange tirant sur le morbide. En cela, ses romans, et en particulier Zones sensibles, rappelle en partie certaines des meilleures œuvres de Serge Brussolo. Le personnage principal du livre, en effet, est un enseignant affligé d’un mal qui paralyse peu à peu sa colonne vertébrale. Après une opération visant à supprimer définitivement son handicap, il est envoyé en cure dans un centre où les médecins vont le transformer totalement. Les personnages, les décors, le scénario, tout tend vers le glauque, le fantasmagorique, en réveillant au passage une certaine fascination chez le lecteur.
  • 15

    Manuscrit zéro (2010)

    Genkou reimai nikki

    Sortie : 2010. Roman.

    Livre de Yōko Ogawa

    Mars.

    Manuscrit zéro est un recueil de nouvelles reliées entre elles par des références explicites et un classement par ordre chronologique. Elles sont inspirées d’événements dont l’auteur elle-même a apparemment été témoin ou actrice, et auxquels elle rajoute des réflexions philosophiques, un soupçon de mystère et la poésie de son écriture pour en faire des histoires fascinantes, au ton authentique. Peut-être ce livre n’est pas à conseiller à un lecteur qui ne connaîtrait pas du tout Yôko Ogawa, car il est un peu personnel et fait découvrir « l'envers du décor », comment l'auteur trouve l'inspiration, mais c’est incontestablement un ouvrage de qualité.
  • 16

    A l'est de l'Ouest

    East of the West

    Sortie : mai 2013. Recueil de nouvelles.

    Livre de Miroslav Penkov

    Mars.

    Des nouvelles sur la Bulgarie d’aujourd’hui, héritière de son histoire chaotique. Alors que le quatrième de couverture peut laisser penser que les textes vont être empreints d’humour, il n’en est (pratiquement) rien. Les histoires que racontent Miroslav Penkov, peut-être en partie autobiographiques pour certaines, sont plutôt tragiques. On n’a pas vraiment envie, en lisant À l’est de l’Ouest, d’aller visiter la Bulgarie, apparemment havre de pauvreté et de malheurs. Cela dit, la plume de Penkov est maîtrisée, les textes, bien que pas toujours passionnants, sont globalement de bonne qualité et peuvent émouvoir le lecteur.
  • 17

    Les Enfers virtuels - La Culture, tome 8

    Surface Detail

    Sortie : . Roman.

    Livre de Iain M. Banks

    Mars.

    Un bon space opéra. Pas le meilleur du Cycle de la Culture, loin de là, mais un roman avec tous les ingrédients d'un récit spatial qui vaut le coup d'être lu.
  • 18

    Sur James Joyce (1927)

    Sortie : 1927. Essai.

    Livre de Italo Svevo

    Mars.

    À réserver aux inconditionnels de James Joyce et à ceux qui connaissent bien son Œuvre et notamment Ulysse, qui trouveront cette retranscription de conférence intéressante par les détails qu’elle donne sur la vie et les habitudes de James Joyce, et les hypothèses concernant son chef-d’œuvre.
  • 19

    YFL-500

    Sortie : . Recueil de nouvelles.

    Livre de Robert Charles Wilson

    Mars.

    in Mysterium (Denoël - Lunes d'Encre).

    Une novella réussie, qui explore plus avant un univers utopique déjà apparu dans une autre nouvelle de l’auteur (Le Théâtre cartésien, également présente dans l’omnibus Mysterium chez Denoël Lunes d’Encre). Comme à son habitude, Wilson y décrit un univers crédible et des personnages humains, loin des archétypes du tout-venant de la SF. Rafraîchissant.
  • 20

    Le port intérieur (1996)

    Sortie : 1996. Roman.

    Livre de Antoine Volodine

    Mars.

    À travers des chapitres qui alternent éléments fictionnels inventés par Breughel, monologues de Kotter et retranscriptions de rêves, Antoine Volodine construit un nouveau récit post-exotique, où le lecteur familier des ouvrages de l’auteur aux multiples pseudonymes trouvera bien des éléments de son univers particulier. Le personnage principal, comme souvent chez Volodine, est le membre d’une organisation politique sur laquelle ne sont fourni que des indications minimes ; il est aux abois, miné par le désespoir, à la merci d’un ennemi qui, on en est persuadé, va finir par le faire disparaître. Des réminiscences d’autres mondes parallèles (correspondant à celui que tissent des slogans imaginés par Gloria Vancouver, semblables à ceux de Maria Soudaïeva dans Slogans) et les récits des rêves de Breughel viennent ajouter un aspect fantasmagorique à l’ambiance exotique de Macau que dépeint l’auteur, donnant une atmosphère d’étrangeté propres aux romans de Volodine.
  • 21

    Rien dans les poches

    Chump Change

    Sortie : septembre 2011. Roman.

    Livre de Dan Fante

    Avril.

    Rien dans les poches est le premier roman de Dan Fante, et cela se sent. La nature autobiographique du livre est très claire, et non dissimulée comme cela l’est dans ses œuvres plus récentes. L’écriture, elle, n’est pas encore aboutie, même si le talent pointe évidemment au travers de ce récit poignant. Un roman tout de même passionnant.
  • 22

    Nouvelles du jour et de la nuit : le jour (2011)

    Sortie : 2011. Recueil de nouvelles.

    Livre de Hubert Haddad

    Avril.

    Le premier volet des Nouvelles du jour et de la nuit a dévoilé au lecteur que ce suit, ne connaissant pas encore Hubert Haddad, un écrivain d’un talent incroyable, à la plume superbe et à l’imaginaire foisonnant. Les nouvelles sont passionnantes, étrange, voire parfois inquiétantes, car dérivant vers un surnaturel qui fait sans doute de l’auteur un des grands de la littérature de l’Imaginaire.
  • 23

    Last Exit to Brooklyn (1964)

    Sortie : 1964. Roman.

    Livre de Hubert Selby Jr.

    Avril.

    Comment peut-on passer à côté de ce livre ? Pourquoi ne l'ai-je pas lu avant ? Une bonne claque dans la face du lecteur. Le Brooklyn bien noir des années 50 dépeint avec une plume incroyable. Hubert Selby Jr., I love you.
  • 24

    Karnaval

    Sortie : . Roman.

    Livre de Juan Francisco Ferré

    Avril.

    Fou. Formidable. Foisonnant. C'est ainsi qu'on peut qualifier le dernier roman de Juan Francisco Ferré, récit paranormal, politique et satirique, qui s'inspire de l'affaire du Sofitel. L'imagination de Ferré transforme DSK en une figure carnavalesque en lutte contre les desseins capitalistes de l'Empereur. Jubilatoire !
  • 25

    Contre Télérama

    Sortie : janvier 2011. Essai.

    Livre de Eric Chauvier

    Avril.

    Un court mais intéressant, perspicace (peut-être, difficile de juger) essai sur la péri-urbanité, écrit suite à la parution d’un article dans Télérama, qualifiant ces zones résidentielles et marchandes autour des villes de « moches ». Les Chauvier (l’auteur et sa femme y explorent les alentours de leur résidence au cours de footings) racontent le quotidien des habitants d’une banlieue par de courtes réflexions (1 page, parfois 2) et tentent de comprendre comment fonctionnent ces environnements.
  • 26

    Petit casino (2002)

    Little Casino

    Sortie : 2002. Roman.

    Livre de Gilbert Sorrentino

    Mai.

    Encore un roman de Sorrentino sur Brooklyn et ses habitants qui paraissent, sous la plume de cet auteur, plutôt pathétiques. Comme souvent, Sorrentino met l’accent sur la thématique sexuelle, avec des personnages masculins et féminins qui sont préoccupés par la question.
    Petit Casino n’est peut-être pas le meilleur roman de Sorrentino, mais c’est tout de même une expérience littéraire des plus intéressantes car comme à son habitude, l’auteur y joue avec les codes de la narration (les chapitres en deux parties, les secondes commentant avec humour, cynisme ou ironie les premières).
  • 27

    L'Île de béton (1974)

    Concrete Island

    Sortie : 1974. Roman.

    Livre de J.G. Ballard

    Mai.

    Le deuxième tome de la Trilogie de Béton met en scène un Robinson Crusoë des autoroutes londoniennes. Maitland se retrouve coincé dans un triangulaire formé par trois échangeurs autoroutiers, une île de béton qu’il ne réussit pas à quitter, en raison de ses blessures, de ses certitudes de citadins et peut-être, inconsciente, d’une envie d’échapper à son quotidien et aux relations difficiles avec sa femme et sa maîtresse.
    Ballard écrit avec haute maîtrise, juste ce qu’il faut de froideur et de précision pour passionner le lecteur. Il met en scène un personnage plus complexe qu’il y paraît dans une situation qui l’est tout autant. En à peine 200 pages, il décrit un quasi-cauchemar péri-urbain au réalisme époustouflant. Je vais éviter les autoroutes pour quelques temps…
  • 28

    Le système D

    Sortie : . Roman.

    Livre de Nathan Larson

    Mai.

    Un bon petit thriller post-apocalyptique, avec un personnage principal intéressant, une intrigue plutôt bien ficelée et un rythme haletant. Voilà qui encourage à suivre la suite de la carrière de Nathan Larson dont c'est le premier roman.
  • 29

    La Venue d'Isaïe (1998)

    Megjöt Ezsaias

    Sortie : 1998. Nouvelle.

    Livre de László Krasznahorkai

    Mai.

    Voir la critique de Guerre & Guerre.
  • 30

    Guerre & Guerre (1999)

    Háború és háború

    Sortie : 1999. Roman.

    Livre de László Krasznahorkai

    Mai.

    Voir la critique