Mes citations favorites : auteurs prolifiques

Avatar rodflorent Liste de

112 personnalités

par rodflorent
Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Ordre alphabétique
  • Derniers ajouts
  • Photo Confucius
  • Photo Paulo Coelho

    Paulo Coelho

    auteur, acteur et scénariste

  • Photo Sénèque

    Sénèque

    auteur

    La vie ressemble à un conte, ce qui importe ce n’est pas la longueur, mais sa valeur.
    Ce n’est pas parce que les choses sont difficiles que nous n’osons pas, c’est parce que nous n’osons pas qu’elles sont difficiles.
    Si vous voulez que l’on garde votre secret, le plus sûr est de le garder vous-même.
    On doit punir, non pour punir, mais pour prévenir.
    Le coupable est celui à qui le crime profite.
    Tous les hommes ne sont pas vulnérables de la même façon ; aussi faut-il connaître son point faible pour le protéger davantage.
    En tout, l’excès est un vice.
    Toute vertu est fondée sur la mesure.
    La raison veut décider ce qui est juste ; la colère veut qu’on trouve juste ce qu’elle a décidé.
    Ne vaut-il pas mieux guérir une blessure plutôt que de la venger ?
    Il vaut mieux ne pas commencer que de cesser.
    Le bon juge condamne le crime sans condamner le criminel.
    L’honneur défend des actes que la loi tolère.
    Toute méchanceté a sa source dans la faiblesse.
    Dans la lutte, on descend au niveau de l’adversaire.
    Si tu veux être heureux ; être un homme libre ; laisse les autres te mépriser.
    Commence déjà par être l’ami de toi-même. Tu ne seras jamais seul.
    L’arbre devient solide sous le vent.
    C’est la vie qui nous apprend et non l’école.
    Etudie, non pour savoir plus, mais pour savoir mieux.
    Les hommes apprennent en enseignant.
    On ne trouve guère un grand esprit qui n’ait un grain de folie.
    De n’importe où on ne peut s’élancer vers le ciel.
    Les destins conduisent celui qui veut, ils traînent celui qui ne veut pas.
    Le tort commun des malheureux est de ne jamais vouloir croire à ce qui leur est favorable.
    La fortune n’a pas les bras longs, elle ne s’empare que de celui qui s’attache à elle.
    Il n’est pas de vent favorable pour celui qui ne sait pas où il va.
    L’âme résiste aux maux auxquels elle est préparée.
    Pour qui s’y est préparé, le malheur n’a rien de déconcertant.
    Tu cesseras de craindre en cessant d’espérer. La crainte et l’espoir qui paraissent inconciliables sont pourtant étroitement unis.
    L’espoir est la plus grande entrave à la vie. En prévoyant demain, aujourd’hui se perd.
    Les douleurs légères s’expriment ; les grandes douleurs sont muettes.
  • Photo Victor Hugo

    Victor Hugo

    auteur, scénariste et réalisateur

    La musique c’est du bruit qui pense.
    Qui a bu boira (car on ne se corrige jamais d’un défaut devenu une habitude).
    Un soleil n’éclipse pas un soleil. Un soleil n’est jamais éclipsé que par des lunes.
    La religion n’est pas autre chose que l’ombre portée de l’univers sur l’intelligence.
    La solitude est bonne aux grands esprits et mauvaise aux petits. La solitude trouble les esprits qu’elle n’illumine pas.
    Un lion qui copie un lion devient un singe.
    Les méchants envient et haïssent, c’est leur manière d’admirer.
    On voit de la flamme dans les yeux des jeunes gens, mais dans les yeux du vieillard, on voit de la lumière.
    La confiance en soi fait le sot ; la foi en soi fait le grand homme.
    Les règles sont utiles aux talents et nuisibles aux génies.
    La vie n’est qu’une longue perte de ce qu’on aime.
    On est toujours ingrat pour le don du nécessaire, jamais pour le don du superflu. On en veut à qui vous donne le pain quotidien, on est reconnaissant à qui vous donne une parure.
    Qui n’est pas capable d’être pauvre, n’est pas capable d’être libre.
    Le rêve du héros, c’est d’être grand partout et petit chez son père.
    Admirons les grands maîtres, ne les imitons pas.
    L’homme fort dit : « Je suis ». Et il a raison. Il est. L’homme médiocre dit également : « Je suis ». Et lui aussi a raison. Il suit.
    Tout penseur qui voudra devenir orateur ; tout homme d’esprit et de cœur qui voudra se faire éloquent et être éloquent, remuer les masses, dominer les assemblées, avec sa parole, n’aura qu’à passer de la région des idées dans le domaine des lieux communs.
    Les petits esprits ont les gros préjugés.
    La liberté commence où l’ignorance finit.
    Le peuple donne son sang et son argent, moyennant quoi on le mène.
    Nous croyons le faux qui nous flatte. Vous feriez aisément croire que le blanc est noir à celui qui a des cheveux blancs.
    La vérité est comme le soleil. Elle fait tout voir et ne se laisse pas regarder.
    Tout ce qui est mort comme fait, est vivant comme enseignement.
    La chute des grands hommes rend les médiocres et les petits importants. Quand le soleil décline à l’horizon, le moindre caillou fait une grande ombre et se croit quelque chose.
    On jugerait bien plus sûrement un homme d’après ce qu’il rêve que d’après ce qu’il pense.
    Être contesté, c’est être constaté.
    La taquinerie est la méchanceté des bons.
    Celui qui ouvre les portes d’une école, ferme une prison.
  • Photo Voltaire

    Voltaire

    auteur

    Il faut toujours que ce qui est grand soit attaqué par les petits esprits.
    Ce que nous appelons le hasard n’est et ne peut être que la cause ignorée d’un effet connu.
    La beauté plaît aux yeux, la douceur charme l’œil.
    Certains n’emploient les paroles que pour déguiser leurs pensées.
    Ce n’est pas Dieu qui a créé l’homme, mais l’homme qui a créé Dieu.
    Femme sage est mieux que femme belle.
    Un lion mort ne vaut pas un moucheron qui respire.
    Il faut être prudent, mais non pas timide.
    Usez, n’abusez pas ; ni l’abstinence, ni l’excès ne rendent un homme heureux.
    Les hommes sont comme les animaux : les gros mangent les petits et les petits les piquent.
    Nous sommes tous également hommes, mais non membres égaux de la société.
    Les mortels sont égaux ; ce n’est point la naissance, c’est la seule vertu qui fait la différence.
    L’étude a cela de bon qu’elle nous délivre du fardeau de notre oisiveté, et qu’elle nous empêche de courir hors de chez nous, pour aller dire et écouter des riens, d’un bout de la ville à l’autre.
    Point d’injures, beaucoup d’ironie et de gaieté : les injures révoltent, l’ironie fait rentrer les gens en eux-mêmes, la gaieté désarme.
    A la cour, mon fils, l’art le plus nécessaire n’est pas de bien parler mais de savoir se taire.
    En philosophie, il faut se méfier de ce qu’on croit entendre trop aisément, aussi bien que des choses qu’on n’entend pas.
    Le peuple reçoit la religion, les lois, comme la monnaie : sans l’examiner.
    Nos prêtres ne sont point qu’un vain peuple pense, notre crédulité fait toute leur science.
    Le premier devin fut le premier fripon qui rencontra un imbécile.
    Comme le despotisme est l’abus de la royauté, l’anarchie est l’abus de la démocratie.
    L’art de la citation est l’art de ceux qui ne savent pas réfléchir par eux-mêmes.
    L’écriture est la peinture de la voix.
    Sans variété, point de beauté.
    Je hais ce que vous dites, mais je me battrai toute ma vie pour que vous ayez le droit de le dire.
    Le travail éloigne de nous trois grands maux : l’ennui, le vice et le besoin.
  • Photo William Shakespeare

    William Shakespeare

    auteur, scénariste, créateur et réalisateur

    Aime chacun, fie-toi à peu, ne fait de tort à personne.
    Mieux vaut mourir incompris que passer sa vie à s’expliquer.
    Ceux qui flattent le roi, l’abusent, car la flatterie est le soufflet qui fait monter la flamme du péché.
    Pour tromper le monde, ressemblez au monde.
    Prête l’oreille à tous, mais tes paroles au petit nombre.
    Regarde avec tes oreilles.
    Le corbeau critique la noirceur.
    Les gens sont ce qu’est leur époque.
    Quand l’argent précède, toutes les portes s’ouvrent.
    Être furieux, c’est être vaillant par excès de peur.
    Quand le courage empiète sur la raison, il ronge le glaive avec lequel il combat.
    Qu’ils sont pauvres, ceux qui n’ont pas de patience !
    Je tiens ce monde pour ce qu’il est : un théâtre où chacun doit jouer un rôle.
    Rien n’est bon ni mauvais en soi, tout dépend de ce que l’on pense.
    Les hommes prisent l’objet qu’ils ne possèdent pas bien au-dessus de sa valeur.
    La mémoire est la sentinelle de l’esprit.
    Allons sagement et doucement : trébuche qui court vite.
    Le sage ne s’afflige jamais des maux présents, mais emploie le présent pour en prévenir d’autres.
    Pour leurrer le monde, ressemble au monde ; ressemble à l’innocente fleur, mais sois le serpent qu’elle cache.
    L’amitié est constante en toute chose exceptée dans les intérêts et les affaires d’amour.
    Serais-tu aussi chaste que la glace et aussi pur que la neige, tu n’échapperais pas à la calomnie.
    La beauté provoque le larron plus que l’or.
    Il m’est plus aisé d’apprendre à vingt personnes ce qu’il est bon de faire, que d’être l’une des vingt à suivre mes propres leçons.
    Nous savons ce que nous sommes, mais nous ne savons pas ce que nous pouvons être.
    Les poignards qui ne sont pas dans les mains peuvent être dans les paroles.
  • Photo Mahatma Gandhi

    Mahatma Gandhi

    auteur et artiste musical

    Sois le changement que tu veux voir dans le monde.
    La force ne vient pas des capacités physiques mais d’une volonté invincible.
    Vivez comme si vous deviez mourir demain. Apprenez comme si vous deviez vivre éternellement.
    Rappelez-vous qu’à travers l’Histoire, il y eut des tyrans et des meurtriers qui, pour un temps, semblèrent invincibles. Mais à la fin, ils sont tous tombés. Toujours …
    Mieux vaut être violent lorsque la violence remplit notre cœur, que de revêtir le manteau de la non violence, pour dissimuler notre impuissance.
    Je m’oppose à la violence parce que lorsqu’elle semble engendrer le bien, le bien qui en résulte n’est que transition, tandis que le mal produit … est permanent.
    La force du nombre ne réjouit que le peureux. Celui qui est courageux en esprit se fait gloire de combattre seul.
    Colère et intolérance sont les ennemis d’une bonne compréhension.
    Une vie sans principe est comme un bateau sans gouvernail.
    Dès que quelqu’un comprend qu’il est contraire à sa dignité d’homme d’obéir à des lois injustes, aucune tyrannie ne peut l’asservir.
    Le fatalisme a des limites. Nous devons nous en remettre au sort uniquement lorsque nous avons épuisé tous les remèdes.
    C’est une erreur de croire nécessairement faux ce que l’on ne comprend pas.
    Lorsque nous critiquons, il faut le faire avec une humilité et une courtoisie qui ne laisse subsister aucune amertume.
    L’erreur ne devient pas vérité parce qu’elle se propage et se multiplie ; la vérité ne devient pas erreur parce que nul ne la voit.
    Au début on t’ignore, ensuite on te ridiculise, après on te combat, et puis tu as gagné.
    A l’instant où l’esclave décide qu’il ne sera plus esclave, ses chaînes tombent.
    Notre pouvoir ne réside pas dans notre capacité à refaire le monde, mais dans notre habileté à nous recréer nous-mêmes.
    Le plus grand voyageur n’est pas celui qui fait dix fois le tour du monde, mais celui qui a fait une seule fois le tour de lui-même.
    Ma vie est mon seul enseignement.
    La voix humaine ne pourra jamais couvrir la même distance que la petite voix silencieuse de la conscience.
    Il y a assez de tout dans le monde pour satisfaire aux besoins de l’homme, mais pas assez pour assouvir son avidité.
    Cultiver l’humilité revient à cultiver l’hypocrisie. L’humble n’a pas conscience de son humilité.
  • Photo Albert Einstein

    Albert Einstein

    auteur et acteur

    Un homme astucieux est un homme qui trouve des solutions aux problèmes ; un homme avisé est un homme qui les évite.
    La théorie, c’est quand on sait tout et que rien ne fonctionne. La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi.
    L’unique force motrice, plus importante que l’électricité ou le nucléaire est la volonté de l’homme.
    La connaissance ne s’acquiert que par l’expérience, tout le reste ce n’est que de l’information.
    Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire.
    L’homme évite habituellement d’accorder de l’intelligence à autrui, sauf quand par hasard il s’agit d’un ennemi.
    L’imagination est plus importante qua la connaissance, car la connaissance est limitée, tandis que l’imagination englobe le monde entier.
    Je n’enseigne rien à mes élèves, j’essaie simplement de créer des conditions dans lesquelles ils peuvent apprendre.
    Le génie consiste à voir ce que tout le monde a vu et à penser ce que personne n’a pensé.
    C’est la théorie qui décide de ce que l’on peut observer.
    Rare est le nombre de ceux qui regardent avec leurs propres yeux et qui éprouvent avec leur propre sensibilité.
    Tout le monde est un génie. Mais si vous jugez un poisson sur ses capacités à grimper aux arbres, il passera sa vie à croire qu’il est stupide.
    L’homme solitaire pense seul et crée de nouvelles valeurs pour la communauté.
    Ceux qui aiment marcher en rangs sur une musique : ce ne peut être que par erreur qu’ils ont reçu un cerveau, une moelle épinière leur suffirait amplement.
    Inventer, c’est penser à côté.
    N’essayez pas de devenir un homme qui a du succès. Essayez de devenir un homme qui a de la valeur.
    Ne fais jamais rien contre ta conscience, même si l’Etat te le demande.
    La vie c’est comme une bicyclette, il faut avancer pour ne pas perdre l’équilibre.
    Définissez-moi d’abord ce que vous entendez par Dieu et je vous dirai si j’y crois.
    Ce qui compte ne peut pas toujours être compté, et ce qui peut être compté ne compte pas forcément.
  • Photo Oscar Wilde

    Oscar Wilde

    auteur, scénariste et réalisateur

    Chaque fois qu’on produit un effet, on se donne un ennemi. Il faut rester médiocre pour être populaire.
    Le public est extraordinairement tolérant. Il pardonne tout, sauf le génie.
    L’expérience est le nom que chacun donne à ses erreurs.
    Il est important d’avoir des rêves assez grands pour ne pas les perdre de vue lorsqu’on les poursuit.
    La beauté est dans les yeux de celui qui regarde.
    La logique est le dernier refuge des gens sans imagination.
    Quand j’étais jeune je croyais que dans la vie, l’argent était le plus important. Maintenant que je suis vieux, je le sais !
    Il faut toujours viser la Lune, car en cas d’échec, on est sûr d’atteindre une étoile.
    L’égoïsme ne consiste pas à vivre comme on a envie, mais à demander aux autres de vivre comme on a soi-même envie de vivre.
    Les livres que le monde appelle immoraux sont ceux qui lui montrent sa propre ignominie.
    L’opinion publique n’existe que là où il n’y a pas d’idées.
    Quand les gens sont de mon avis, il me semble que je dois avoir tort.
    Un cynique est un homme qui connaît le prix de tout et la valeur de rien.
    L’humanité se prend trop au sérieux, c’est le mal originel de notre monde.
    Je choisis mes amis pour leur bonne présentation, mes connaissances pour leur bon caractère, mes ennemis pour leur bonne intelligence.
    L’ambition est le dernier refuge du raté.
    Tous les grands hommes ont leurs disciples, et c’est toujours Judas qui écrit la biographie.
    Seuls les faibles mettent des années à s’affranchir d’une émotion. Celui qui est maître de soi peut étouffer un chagrin aussi aisément qu’inventer un plaisir.
    C’est lorsqu’il parle en son nom que l’homme est le moins lui-même. Donnez-lui un masque et il vous dira la vérité.
    J’ai les goûts les plus simples du monde, je me contente du meilleur.
  • Photo Ralph Waldo Emerson

    Ralph Waldo Emerson

    auteur

    Celui qui veut être un homme doit être un anticonformiste.
    N’allez pas là où le chemin peut mener. Allez là où il n’y a pas de chemin et laissez une trace.
    Qu’un individu isolé se fie à ses instincts et s’y tienne, le monde entier finira par se ranger à ses côtés.
    La confiance en soi est le premier secret du succès.
    Quand l’invité parle de son honneur, l’hôte doit compter ses petites cuillères.
    A chacun de nous, Dieu offre le choix entre la vérité et la tranquillité. Ce choix faites-le car jamais vous n’obtiendrez à la fois l’une et l’autre.
    L’art du marchand consiste à prendre une chose là où elle abonde et l’amener là où elle est rare.
    Une mauvaise herbe est une plante dont on n’a pas encore trouvé les vertus.
    Les gens ne voient que ce qu’ils sont préparés à voir.
    Par nécessité, par inclination ou par plaisir, nous citons tous.
    L’ancêtre de toute action est une pensée.
    1° Ne jamais lire un livre qui date de moins d’un an. 2° Ne lire que des livres réputés. 3°Ne lire que des livres que vous aimez.
    Le secret de l’éducation réside dans le respect de l’élève.
    L’idéal de la vie n’est pas l’espoir de devenir parfait, c’est la volonté d’être toujours meilleur.
    Les grands hommes, les génies, les saints, n’ont fait de grandes choses que parce qu’ils étaient inspirés par un grand idéal. On a besoin d’accrocher sa charrue aux étoiles.
    Un discours de fin de dîner devrait être comme la robe d’une jolie fille, assez long pour couvrir le sujet et assez court pour rester intéressant.
    Celui qui veut tirer des enseignements de ses erreurs doit chaque jour apprendre à surmonter ses craintes.
    La société est un bal masqué où tout le monde cache son vrai caractère et le révèle en se cachant.
    Ce qui se trouve devant nous et ce qui se trouve derrière nous importent peu comparés à ce qui se trouve en nous.
    Rester soi-même dans un monde qui tente constamment de te changer est le plus grand des accomplissements.
  • Photo Arthur Schopenhauer

    Arthur Schopenhauer

    auteur

    La solitude offre à l’homme intellectuellement haut placé un double avantage : le premier, d’être avec soi-même, et le second de ne pas être avec les autres.
    Le monde dans lequel chacun vit dépend de la façon de le concevoir.
    Le fou court après les plaisirs de la vie et trouve la déception ; le sage évite les maux.
    Pour ne pas devenir très malheureux, le moyen le plus certain est de ne pas demander à être très heureux.
    Cachez soigneusement votre supériorité de crainte de vous faire des ennemis.
    Toute vérité franchit trois étapes. D’abord, elle est ridiculisée. Ensuite, elle subit une forte opposition. Puis, elle est considérée comme ayant toujours été une évidence.
    Les amis se prétendent sincères ; or ce sont les ennemis qui le sont.
    Le médecin voit l’homme dans toute sa faiblesse ; le juriste dans toute sa méchanceté ; le théologien dans toute sa bêtise.
    Le moyen de plaire en société est de laisser chacun parler de soi.
    L’égoïsme régit le monde.
    N’avoir jamais et d’aucune façon besoin des autres et le leur faire savoir, voilà absolument, la seule manière de maintenir sa supériorité dans les relations.
    Ce qui rend les hommes sociables est leur incapacité à supporter la solitude et donc, eux-mêmes.
    Les hommes sont mille fois plus acharnés à acquérir des richesses que la culture, bien qu’il soit parfaitement certain que le bonheur d’un individu dépend bien plus de ce qu’il est que de ce qu’il a.
    L’homme qui a suffisamment de richesse intérieure préfère rester hors de la société, pour n’avoir rien à donner et rien à supporter.
    On n’est libre qu’en étant seul.
  • Photo Blaise Pascal

    Blaise Pascal

    auteur

    La justice sans la force est impuissante. La force sans la justice est tyrannique.
    Deux choses instruisent l’homme de toute sa nature : l’instinct et l’expérience.
    L’éloquence continue ennuie.
    Curiosité n’est que vanité. L e plus souvent, on ne veut savoir que pour en parler.
    L’homme est plein de besoins : il n’aime que ceux qui peuvent les remplir tous.
    Deux excès : exclure la raison, n’admettre que la raison.
    Toutes les bonnes maximes sont dans le monde ; on ne manque qu’à les appliquer.
    L’imagination est la maîtresse d’erreur et de fausseté.
    Trop de jeunesse et trop de vieillesse empêchent la raison.
    L’art de persuader consiste autant en celui d’agréer qu’en celui de convaincre.
    Les hommes se gouvernent plus par caprice que par raison.
    Tous les hommes se haïssent naturellement l’un l’autre.
    On ne consulte que l’oreille parce que l’on manque de cœur.
    On se forme par l’esprit, et les sentiments par la conversation.
    S’ils sont plus grands que nous … ils ont les pieds aussi bas que les nôtres.
  • Photo Friedrich Nietzsche

    Friedrich Nietzsche

    auteur

    Sans travail, le talent n’est qu’une sale manie.
    Veux-tu avoir la vie facile ? Reste toujours près du troupeau, et oublie-toi en lui.
    C’est perdre de sa force que compatir.
    Les convictions sont des ennemis de la vérité plus dangereux que les mensonges.
    Un concept est une invention à laquelle rien ne correspond exactement, mais à laquelle nombre de choses ressemblent.
    Plus nous nous élevons, plus nous paraissons petits à ceux qui ne savent pas voler.
    Quand on a la foi, on peut se passer de vérité.
    Les convictions sont des prisons.
    Le futur appartient à celui qui a la plus longue mémoire.
    Heureux les oublieux car ils viendront également à bout de leur bêtise.
    L’individu a toujours dû lutter pour ne pas se faire écraser par les membres de la tribu.
    L’espoir est le pire des maux, car il prolonge la souffrance de l’homme.
    Il est difficile de vivre avec des humains, parce qu’il est difficile de se taire.
    A lutter avec les mêmes armes que ton ennemi, tu deviendras comme lui.
    Le génie réside dans l’instinct.
  • Photo Xingjian Gao

    Xingjian Gao

    auteur et réalisateur

    L’ambition, c’est pouvoir se distinguer des autres.
    Loin de l’empereur, on a plus de liberté.
    Le vrai voyageur ne doit avoir aucun objectif.
    Les autres sont des miroirs qui nous renvoient notre propre image.
    La sincérité mène à l’exactitude.
    La vérité n’existe que dans l’expérience.
    Malheureusement, dans les rapports avec les gens, seuls comptent les gains et les pertes.
    L’amour n’est qu’une illusion dont on se sert pour se tromper soi-même.
    La culture n’est pas un luxe, c’est une nécessité.
    La vie n’est qu’un nœud de rancunes inextricables.
    L’art n’est qu’une manière de vivre.
    Dans les ennuis, les tracas, l’homme est seul. Une fois que l’on est dedans, on doit s’en sortir par soi-même, pas de sauveur pour s’occuper de ces vétilles.
    Le renard peut se ronger une patte quand il est pris au piège.
    L’homme est un être difficile qui se crée ses propres tourments.
    Quels que soient les tourments que te font endurer les hommes, ils sont le souffle vital de l’humanité.
  • Photo Jean Cocteau

    Jean Cocteau

    auteur, illustrateur, acteur, scénariste, réalisateur et artiste musical

    Les lois morales sont les règles d’un jeu auquel chacun triche et ce la depuis que le monde est monde.
    Le vrai tombeau des morts, c’est le cœur des vivants.
    Toute supériorité dérange une époque où chacun se hausse en abaissant les autres.
    Le cinéma c’est l’écriture moderne dont l’encre est la lumière.
    Un beau livre, c’est celui qui sème à foison les points d’interrogation.
    Le tout dans l’audace, c’est de savoir jusqu’où on peut aller trop loin.
    Ce que le public te reproche, cultive-le : c’est toi.
    Il n’y a pas de précurseurs, il n’existe que des retardataires.
    La source désapprouve presque toujours l’itinéraire du fleuve.
    Rien d’audacieux n’existe sans la désobéissance à des règles.
    La science ne sert qu’à vérifier les découvertes de l’instinct.
    Les rêves sont la littérature du sommeil.
    La superstition est l’art de se mettre en règle avec les coïncidences.
    Je voudrais que l’intelligence fût reprise au démon et rendue à Dieu.
  • Photo Napoléon Bonaparte

    Napoléon Bonaparte

    auteur

    L’histoire est une suite de mensonges sur lesquels on est d’accord.
    La froideur est la plus grande qualité d’un homme destiné à commander.
    Les hommes de génie sont des météores destinés à brûler pour éclairer leur siècle.
    La sévérité prévient plus de fautes qu’elle n’en réprime.
    Les hommes sont comme les chiffres, ils n’acquièrent de la valeur que par leur position.
    L’art de gouverner consiste à ne pas laisser vieillir les hommes dans leur poste.
    On ne conduit le peuple qu’en lui montrant un avenir : un chef est un marchand d’espérance.
    Un bon croquis vaut mieux qu’un long discours.
    Si la perfection n’était pas si chimérique, elle n’aurait pas tant de succès.
    L’impossible est le refuge des poltrons.
    L’art d’être tantôt audacieux tantôt très prudent est l’art de réussir.
    La tragédie échauffe l’âme, élève le cœur, peut et doit créer des héros.
    Il existe deux leviers pour faire bouger un homme : la peur et l’intérêt personnel.
  • Photo Honoré de Balzac

    Honoré de Balzac

    auteur

    Les lois sont des toiles d’araignées à travers lesquelles passent les grosses mouches et où restent les petites.
    Derrière chaque grande fortune se cache un crime.
    L’ennui naquit un jour de l’Université.
    La puissance ne consiste pas à frapper fort ou souvent, mais à frapper juste.
    On respecte un homme qui se respecte lui-même.
    Les individualités disparaissent chez un peuple nivelé par l’instruction.
    Les sceptiques sont les hommes les plus consciencieux.
    Tout pouvoir est une conspiration permanente.
    J’ai souvent éprouvé que la solitude est un bien à qui possède une belle âme.
    Au collège, ainsi que dans la société, le fort méprise déjà le faible, sans savoir en quoi consiste la véritable force.
    On peut pardonner, mais oublier, c’est impossible.
    L’homme de génie se révélera toujours en dehors des écoles.
  • Photo Nicolas Machiavel

    Nicolas Machiavel

    auteur

    Gouverner, c’est faire croire.
    Gouverner, c’est mettre vos sujets hors d’état de vous nuire et même d’y penser.
    Les hommes oublient plus facilement la mort de leur père que la perte de leur patrimoine.
    Si tu savais changer de nature quand changent les circonstances, ta fortune ne changerait point.
    L’habituel défaut de l’homme est de ne pas prévoir l’orage par beau temps.
    Tout le mal de ce monde vient de ce qu’on n’est pas assez bons ou pas assez pervers.
    Les grands hommes appellent honte le fait de perdre et non celui de tromper pour gagner.
    Contenter le peuple et ménager les grands, voilà la maxime de ceux qui savent gouverner.
    Deux grands mobiles font agir les hommes : la peur et la nouveauté.
    La fortune ne change que pour ceux qui ne savent pas se conformer au temps.
    Il perd, celui qui sait ce qu’il va faire s’il gagne. Il gagne, celui qui sait ce qu’il va faire s’il perd.
    En politique, il n’est pas nécessaire d’avoir beaucoup de qualités ; ce qui importe c’est paraître les avoir.
  • Photo Xunzi

    Xunzi

    auteur

    L’égalité entre les positions sociales ne saurait assurer la vie de tous ; une égale répartition du pouvoir n’assurerait pas l’unité ; que tous sa valent mènerait à ne jamais pouvoir rien faire faire.
    Personne n’aime le travail, tout le monde aime le profit.
    Mesurer, calculer, distribuer : voilà en quoi consiste le fait de gouverner.
    Il y a trois méthodes pour rassembler les hommes : la vertu, la force, la richesse.
    L’homme accompli use d’intelligence ; l’homme de peu use de force.
    Le Ciel fait naître la foule des humains, à chacun ensuite de prendre la place qui lui revient.
    L’homme accompli affirme que l’étude ne saurait prendre fin.
    L’homme accompli qui s’adonne à l’étude et chaque jour s’examine trois fois devient clairvoyant et marche sans faillir.
    Ainsi, sans suite dans les idées ni clarté dans l’esprit, on n’a pas le bonheur de mener à bien ce qu’on entreprend.
    Le rite est un ornement et c’est ainsi que l’homme noble le considère. Malheureusement, les hommes de peu lui attribuent des pouvoirs sur le ciel.
    Ceux qui me blâment à juste titre sont mes maîtres ; ceux qui me félicitent à juste titre sont mes amis ; ceux qui me flattent sont mes corrupteurs.
    Qui se connaît soi-même ne va pas s’en prendre à autrui et qui connaît la vie ne s’en prend pas au destin. Ceux qui s’en prennent à autrui sont malheureux, ceux qui s’en prennent au destin manquent de détermination.
  • Photo Alexandra David-Néel

    Alexandra David-Néel

    autrice et traductrice

    Le sage n’attend rien, n’espère rien ; il évite donc les déceptions et toute occasion de murmure et de trouble.
    Tous les maîtres ont été trahis par leurs soi-disant disciples. Faute de pouvoir s’élever au niveau du maître, ils l’ont fait descendre à leur niveau.
    Dès que la moindre parcelle de sagesse est entrée dans l’esprit d’un homme, il aspire à la solitude.
    Une âme élevée se réjouit peu, ne s’afflige jamais et, dans toute chose, ne laisse paraître aucun signe de joie ou de tristesse.
    Il fait froid parce que l’on regarde là où il n’y a pas de chaleur.
    La vie est une courtisane séduisante dont le cœur est aussi faux que son visage fardé. On peut s’en amuser, c’est une jolie maîtresse mais il faut être fou pour lui livrer son cœur.
    Souviens-toi que la douleur élève les âmes vraiment grandes et que ce n’est que le vulgaire qu’elle rend méchant.
    Parmi la foule de ceux qui croient en Dieu, combien cherche vraiment à l’imiter ?
    La vérité apprise d’autrui est sans valeur. Seule compte, seule est efficace la vérité que nous découvrons nous-mêmes.
    Sitôt que l’on demande quelque chose à autrui, que l’on espère quelque chose de lui, la déception vous guette.
    La bravoure est encore la plus sûre des attitudes. Les choses perdent de leur épouvante à être regardées en face.
  • Photo Antoine de Saint-Exupéry

    Antoine de Saint-Exupéry

    auteur, illustrateur, scénariste et créateur

    Faîtes que le rêve dévore votre vie afin que la vie ne dévore pas vos rêves.
    Quand tu donnes, tu perçois plus que tu ne donnes, car tu n’étais rien et tu deviens.
    Pour ce qui est de l’avenir, il ne s’agit pas de le prévoir, mais de le rendre possible.
    C’est l’esprit qui mène le monde et non l’intelligence.
    La vérité de demain se nourrit de l’erreur d’hier.
    Le règlement est semblable aux rites d’une religion, qui semblent absurdes, mais qui façonnent les hommes.
    Ce n’est point dans l’objet que réside le sens des choses, mais dans la démarche.
    Connaître, ce n’est point démontrer, ni expliquer. C’est accéder à la vision.
    Aimez ceux que vous commandez. Mais sans leur dire.
    Le chef a besoin des autres.
    Toutes les grandes personnes ont d’abord été des enfants, mais peu d’entre elles s’en souviennent.
  • Photo George Sand

    George Sand

    autrice

    Avez-vous remarqué comme on est bête, quand on est beaucoup ?
    Le souvenir est le parfum de l’âme.
    Les chefs-d’œuvre ne sont jamais que des tentatives heureuses.
    La société ne doit rien exiger de celui qui n’attend rien d’elle.
    Le malheur, en s’attachant à moi, m’enseigna peu à peu une autre religion que la religion enseignée par les hommes.
    Il faut juger les sentiments par des actes plus que par des paroles.
    Rien ne ressemble tant à un honnête homme qu’un coquin qui connaît son métier.
    Laissez-moi fuir la menteuse et criminelle illusion du bonheur !
    La beauté de l’apparence est seulement un charme de l’instant ; l’apparence du corps n’est pas toujours le reflet de l’âme.
    Les hommes sont faux, ambitieux, vaniteux, égoïstes.
    Le temps n’endort pas les grandes douleurs, mais il les assoupit.
  • Photo Syrus Publilius

    Syrus Publilius

    auteur

    Le temps de la réflexion est une économie de temps.
    Domine tes passions pour qu’elles ne te dominent pas.
    Il faut préparer en temps de paix ce qui est indispensable en temps de guerre.
    Il faut mépriser tout ce que l’on peut perdre.
    La prospérité fait abonder les amis ; l’adversité les jauge et les passe au tamis.
    Lorsque la cause est bonne, la manière importe peu.
    Pardonner une offense et c’est la porte ouverte à toutes.
    Pardonne souvent à autrui, jamais à toi-même.
    Par temps calme, n’importe qui peut gouverner un navire.
    Toute chose a la valeur que son acquéreur est prêt à payer.
  • Photo Mencius

    Mencius

    auteur

    L’homme a la loi naturelle gravée dans son cœur ; s’il est bien nourri et bien vêtu, mais demeure dans l’oisiveté et ne reçoit aucune instruction, il se rapproche de la bête.
    Si quelqu’un gouverne les autres et n’arrive pas à bien régler leur conduite, c’est qu’il n’est pas suffisamment stratège.
    Les hommes vulgaires ont besoin de grands sages qui sachent exciter leur désir de vertu. Mais les hommes authentiques s’encouragent eux-mêmes dans la Voie, sans le secours d’un grand sage.
    Le défaut des hommes ordinaires, c’est de négliger leurs propres champs et de s’occuper des champs d’autrui ; d’exiger beaucoup des autres et de ne s’imposer à eux-mêmes qu’un léger fardeau.
    On trouve des disciples de la sagesse qui ne sont pas parfaits ; on n’a jamais vu un homme sans principe qui fût parfait.
    L’inégalité est inhérente à la nature. […] Les mettre toutes sur une même ligne, c’est troubler l’univers.
    Tous les hommes ont reçu de la nature les mêmes sentiments. Les sages ont ceci de particulier qu’ils les conservent.
    Le sage enseigne à ses disciples beaucoup plus par ses exemples que par ses paroles ; il les précède dans la Voie et avance ainsi comme par bonds. Il garde toujours le juste milieu et ne fait pas fléchir ses principes. Le suit qui peut.
    De tout ce qui est en l’homme, rien n’est meilleur que la pupille de l’œil. Elle ne sait pas cacher ce que le cœur a de mauvais.
    Les hommes parlent sans réfléchir, parce que personne ne les reprend lorsqu’ils parlent de travers.
  • Photo Emmanuel Kant

    Emmanuel Kant

    auteur

    La possession du pouvoir corrompt inévitablement la raison.
    Croyance : milieu entre l’opinion et le savoir.
    L’apparence requiert art et finesse ; la vérité, calme et simplicité.
    On ne s’éprend que de l’apparence, mais on aime la vérité.
    Le bonheur est un idéal de l’imagination et non de la raison.
    On mesure l’intelligence d’un individu à la quantité d’incertitudes qu’il est capable de supporter.
    Si tu te fais ver de terre, ne te surprend pas si on t’écrase avec le pied.
    Le droit est l’ensemble des conditions qui permettent à la liberté de chacun de s’accorder à la liberté de tous.
    La musique est la langue des émotions.
  • Photo Jean-Paul Sartre

    Jean-Paul Sartre

    auteur, scénariste, acteur et réalisateur

    Etre libre, ce n’est pas faire ce que l’on veut, mais c’est vouloir ce que l’on peut.
    On ne fait pas ce qu’on veut et cependant on est responsable de ce qu’on est.
    Un intellectuel est quelqu’un qui est fidèle à un ensemble politique et social, mais qui ne cesse de le contester.
    La modestie est la vertu des tièdes.
    Le grade confère autorité et non supériorité.
    L’absence c’est Dieu. Dieu, c’est la solitude des hommes.
    Un droit n’est jamais que l’autre aspect du devoir.
    La possession est une amitié entre l’homme et les choses.
    L’Enfer, c’est les autres.
  • Photo Jim Rohn

    Jim Rohn

    auteur

    Le succès ce n’est pas quelque chose après quoi vous courrez, mais quelque chose que vous attirez en étant la personne que vous devenez.
    Le succès c’est faire les choses ordinaires d’une manière extraordinaire.
    Tout effort discipliné offre une récompense multiple.
    L’éducation formelle vous permettra de gagner votre vie ; l’auto-éducation vous permettra de faire fortune.
    Si vous n’êtes pas prêt à risquer l’inhabituel, vous vous assurez une vie médiocre.
    Si vous n’avez pas de plan, il y a de fortes chances que vous soyez dans le plan d’une autre personne. Devinez ce qu’il a prévu pour vous ? La part maigre.
    Ce n’est pas le vent qui décide de votre destination, c’est l’orientation que vous donnez à votre voile. Le vent est pareil pour tous.
    Vous ne pouvez pas changer de destination du jour au lendemain, mais vous pouvez changer de direction du jour au lendemain.
    Ne souhaite pas que la vie soit plus facile, souhaite d’être meilleur.
  • Photo Adolf Hitler

    Adolf Hitler

    acteur et auteur

    Si vous désirez la sympathie des masses, vous devez leur dire les choses les plus stupides et les plus crues.
    Que nous ayons raison ou tort, nous devons gagner. C’est la seule voie. Et elle est moralement juste et nécessaire. Et quand nous aurons gagné, qui nous demandera des comptes sur la méthode ?
    De quoi vivrait l’Eglise, si ce n’était du péché de ses fidèles ?
    Le succès est le seul juge ici-bas de ce qui est bon ou mauvais.
    A quoi bon vouloir enseigner la géométrie, la physique, la chimie à un garçon qui veut être musicien ? Qu’en retient-il ? Rien.
    Politicien : cette sorte de gens dont l’unique et véritable conviction est l’absence de conviction, associée à une insolence importune et un art éhonté du mensonge.
    De nombreux exemples historiques prouvent que la femme, même la plus intelligente, est incapable de séparer, en politique, ce qui relève de la raison et ce qui relève du sentiment.
    Le rôle du plus fort est de dominer, non point de se fondre avec le plus faible, en sacrifiant ainsi sa propre grandeur. Seul le faible de naissance peut trouver cette loi cruelle.
  • Photo Alexander Pope

    Alexander Pope

    auteur et acteur

    Vous qui dans les langueurs d’un esprit monastique, ignorez de l’amour l’empire tyrannique, que vos cœurs sont heureux puisqu’ils sont insensibles. Tous vos jours sont sereins, toutes vos nuits sont paisibles.
    Les histoires sont pleines d’exemples qui illustrent la fidélité des chiens plutôt que celle des amis.
    Le parti est la folie de beaucoup au bénéfice de quelques-uns.
    Ceux qui méritent le plus d’être loués supportent le mieux d’être critiqués.
    Il en est de nos jugements comme de nos montres ; aucune ne dit comme l’autre, mais chacun se fie à la sienne.
    Bienheureux qui n’espère rien, car il n’est jamais désappointé.
    On peut voir le peu de cas que Dieu fait des richesses, par les gens à qui il les donne.
  • Photo Benjamin Disraeli

    Benjamin Disraeli

    auteur

    La patience est un ingrédient indispensable du génie.
    La sagesse des sages et l’expérience des âges sont perpétués par les citations.
    Celui qui rencontre le plus de succès dans la vie est celui qui est le mieux informé.
    Quand je veux lire un livre, j’en écris un.
    Parlez à un homme de lui-même, il vous écoutera pendant des heures.
    Le secret du succès dans la vie : se préparer à saisir l’occasion quand elle se présentera.
    Savez-vous qui sont les critiques ? Les hommes qui ont échoué en littérature et en art.