Mes films de 2018

Avatar Valnight Liste de

75 films

par Valnight

C'est bon on est officiellement en 2018, et le but cette année, ça sera d'aller en maximum en salle, et de voir toute la panoplie de film que va nous offrir le cinéma cette année. Je ne sais pas si on arrivera à faire mieux que l'an dernier, mais je tente l'aventure quand même ^^.

Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Date de sortie
  • Derniers ajouts
  • Note de l'auteur de la liste
  • Notes de mes éclaireurs
  • Note globale
  • Ordre alphabétique
  • Popularité
Croissant
  • Croissant
  • Décroissant
  • 1
    Bande-annonce

    Ready Player One (2018)

    2 h 20 min. Sortie : . Science-fiction, action et aventure.

    Film de Steven Spielberg avec Tye Sheridan, Olivia Cooke, Ben Mendelsohn

    Vu (4 fois) au cinéma CGR Les Minimes le 28/03/2018 en VF

    Comment parler, ou ne serait ce qu'exprimer mon avis sur un film qui m'a tellement fait vibrer et kiffer, que j'ai pour la première fois applaudis dans un cinéma. C'est vrai, je me suis toujours dit pourquoi congratuler une oeuvre sans la présence d'un de ses créateurs. Et puis j'ai compris, que c'est un marqueur, un geste qui prouve le respect qu'on a pour ce qu'on vient d'assister...

    Ready Player One, un film que j'attend depuis près d'un an, qui n'aura eu de cesse de faire des vagues sur les réseaux sociaux, entre les critiques faciles, les craintes évidentes, et les promesses veines... Puis @Inthepanda a fait parler de lui, le considérant comme un chef-d'oeuvre, rien que ça. Et, ayant tout fait pour ignorer le bruit sur ce film, pour pouvoir être surpris, une attente s'est finalement formée par cette simple annonce. Et au fond de moi je savais que j'allais l'adorer.

    Alors qu'en est-il de mon avis finalement... La note en dit long... Oui ce film est incroyable, ce film est une bombe de nostalgie, mais pas gratuite, cohérente avec l'univers. Le scénario est parfait, et va occuper ma tête pendant longtemps, car je pense qu'un film qui parle d'Easter Egg, doit forcément cacher des secrets !
    L'univers est tout ce que j'espérais, et plus encore, basé sur la pop culture, tout en conservant l'essence d'un pur Spielberg. Sans spoiler, une scène en particulière m'a fait halluciné, et certainement toute la salle avec, tant elle inattendu, et renversante de reproduction.
    En parlant de lui, la réalisation, qui ne m'étonne plus de sa clarté, et de sa qualité. On connait tonton Spielberg, et on sait de quoi il est capable, il sait filmer tant l’intimité que le spectaculaire.

    Et enfin le casting est très bien composé, et varié, avec énormément d'inconnus, ce qui renforce l'attachement envers les personnages, en plus du fait qu'ils s'en sortent très biens dans leurs rôles.

    Je pourrais louer ce film encore des heures, et c'est une évidence pour moi de retourner le voir dans les plus brefs délais. Je vous en conjure, allez voir Ready Player One, au lieu de cracher dessus en étant resté sur la ba. Peut être allez vous rester sur votre avis de départ, mais vous ne pourrez pas nier que vous avez assistez à un spectacle renversant. Comme Blade Runner l'an dernier, ce film m'a laissé béat d'admiration, et il restera dans ma tête et surtout dans mon cœur pendant encore longtemps !
  • 2
    Bande-annonce

    Under the Silver Lake (2018)

    2 h 20 min. Sortie : . Thriller et drame.

    Film de David Robert Mitchell avec Andrew Garfield, Riley Keough, Jimmi Simpson

  • 3
    Bande-annonce

    Climax (2018)

    1 h 35 min. Sortie : . Épouvante-Horreur et expérimental.

    Film de Gaspar Noé avec Sofia Boutella, Romain Guillermic, Souheila Yacoub

    Vu au cinéma CGR Dragon le 25/09/2018 en VF
  • 4
    Bande-annonce

    3 Billboards, les panneaux de la vengeance (2018)

    Three Billboards Outside Ebbing, Missouri

    1 h 56 min. Sortie : . Comédie, policier et drame.

    Film de Martin McDonagh avec Frances McDormand, Woody Harrelson, Sam Rockwell

    Vu au cinéma le Concorde le 19/01/2018 en VO

    Enfin l'année peut commencer cinématographiquement. Un excellent film joué par des acteurs excellents, qui arrivent à nous faire rire même si la situation ne s'y prête pas !

    C'est un film qui prend aux tripes, qui va vous en faire voir de toutes les couleurs et ne vous laissera pas indemme avec un goût terriblement amer à la fin, tout cela à travers ces personnages atypique mais grinçant qui vont vous faire comprendre que personne n'est bon ou mauvais et que chacun à sa part à faire surtout dans cette amérique, un peu rustre ou tout est atypique et mérite l'attention.

    Une histoire passionnante qui mérite le détour, raconté avec un rythme plus qu'agréable, qui jongle avec nos nerfs car on ne sait jamais quand rire ou pleurer devant tous ces drames.

    Allez le voir, rien que pour ses acteurs qui sont, je le répète, excellent ! Ça vous fouttera une énorme claque et vous en redemanderez !
  • 5
    Bande-annonce

    Le Monde est à toi (2018)

    1 h 41 min. Sortie : . Comédie et gangster.

    Film de Romain Gavras avec Karim Leklou, Isabelle Adjani, Vincent Cassel

  • 6
    Bande-annonce

    Jusqu'à la garde (2018)

    1 h 33 min. Sortie : . Drame.

    Film de Xavier Legrand avec Léa Drucker, Denis Ménochet, Thomas Gioria

    Séances de cinéma (3 salles)
    Vu au cinéma le Concorde, le 16/02/2018 en VF

    Ce genre de film qui vous marque au point de ne plus pouvoir bouger, de ne plus pouvoir respirer à partir d'un certain seuil... Ce genre de film il n'en existe qu'une poignée à vous faire ressentir des expériences cinématographique unique, et je suis content que Jusqu'à la Garde en fasse partie.

    "Insoutenable" est le terme adéquat pour définir cette oeuvre, car ce n'est pas un film qui se regarde à la légère... Le réalisateur cherche à nous montrer comment peuvent être les relations familiales assez tendus, à quel point le regard extérieur de juge, ne peut qu'effleurer le cauchemar que peuvent vivre les enfants dans cette situation.
    Et nous sommes dans cette position au début du film : indécis, on ne sait pas si c'est le père qui est réellement violent, ou si c'est la mère qui est manipulatrice. Et c'est en suivant Julien Qu'on va comprendre les tensions familiales. Et pendant 1h30 on est accroché à notre siège, impuissant face à ce qu'on nous présente, on ne sait plus où donner de la tête, perdu face à tant de violence psychologique...

    Et pour un film français il est rare que je vive ce genre de panique constante. La mise en scène joue beaucoup, avec ses gros plans sur l'enfant complètement mal à l'aise qui a juste envie de s'enfuir, et le père bipolaire qui change de tête entre deux plans. Une teinte très sombre surplombe le film, qui démarre déjà avec l'ascenseur qui n'apporte un léger faisceau de lumière qui est vite estompé par l'audience sur la garde de Julien...

    Cette expérience ne serait rien sans ces acteurs incroyables, avec le formidable Denis Ménochet, déjà vu dans Inglorious Basterds, qui devient l'un de mes acteurs français préféré, tant cette prestation m'a époustouflé. Et j'avait très peur pour le jeu des enfants, mais il est juste impeccable, plutôt naturel, rare pour des enfants de cet âge là !

    Ce film est certainement une de mes plus mémorable expérience de cette année ! Il faut que les gens aillent le découvrir, car il faut le voir au cinéma pour vraiment ressentir cette tension, car tout joue sur l'ambiance. Ainsi vous comprendrez que pour faire peur, il n'y a rien de mieux que de piocher dans les horreurs réelles et malheureusement quotidiennes...
  • 7
    Bande-annonce

    Ghostland (2018)

    Incident in a Ghost Land

    1 h 31 min. Sortie : . Épouvante-Horreur.

    Film de Pascal Laugier avec Crystal Reed, Emilia Jones, Taylor Hickson

    Vu au cinéma CGR les Minimes le 20/03/2018 en VF

    Je me dis souvent qu’un seul film d’horreur par an arrivera a attiré mon attention : It follows, Get out… Et je crois que j’ai trouvé le gagnant annuel. Ce fut une découverte totale du cinéma de Laugier par ce film… Et quelle découverte ! Un pur film psychologique de genre, bien de chez nous, on avait Grave l’an dernier, et maintenant on a Ghostland !

    Honnêtement je n’ai même pas envie de m’étaler sur le film tant il m’a marqué. Je dois bien avouer que j’ai eu peur au début (dans les deux sens), car il partait comme un film traditionnel, très américain, avec néanmoins de très bonne idée de cadre. Puis arrive la deuxième partie, plus surprenante, plus mystique, et surtout excellente autant dans son fond que dans sa forme. Et plus on approche de la fin, plus il adopte de genre cinématographiques différents.

    Le film a beau m’avoir marqué, il n’ait pas exempt de défaut pour autant. En fait un des seuls éléments qui m’a énervé dans ce film est l’abus de jump scare au début. Pascal, je veux bien que tu veuille contenter tout le monde, cinéphile ou amateur de sensations fortes, mais il faut arrêter de penser que la seule manière de provoquer la peur doit être brusque et soudain…
    Mais heureusement, cela ne constitue qu’une partie du film. La suite va se concentrer sur le côté Lovecraftiens qui est tout à fait cohérent avec la manière qu'a le film de jouer avec la réalité. Ce n’est pas l’ambiance du film qui rappelle Lovecraft, c’est sa manière de raconter son histoire, et surtout de développer ses personnages principaux par la distorsion de cette réalité, pour qu’a la fin elle se superpose.

    Et pour ces films d’horreurs que j’ai en si haute estime, le casting est rarement en reste. Ici, les personnages féminins fort sont à l’honneur. Une très bonne performance des deux gamines qui vont être le point central du film, un jeu assez nuancé par moment mais souvent extrême. Et surtout Mylene Farmer fonctionne bien.

    Grave a été le film français le plus apprécié de 2017 sur SensCritique, cela montre a quel point nous sommes de plus en plus enclin à accepter des films de genres dans le paysage cinématographique français. Seulement nous ne représentons qu’une toute petite partie de la population à les accueillir, la plupart n’y faisant même pas attention, ou les détestant car ils sont trop bizarres. J’espère que Ghostland fera des entrées, car la France doit continuer de consommer du cinéma, mais de manière plus varié.
  • 8
    Bande-annonce

    Annihilation (2018)

    1 h 55 min. Sortie : . Épouvante-Horreur, drame, science-fiction et thriller.

    Film de Alex Garland avec Natalie Portman, Tessa Thompson, Jennifer Jason Leigh

    Vu sur Netflix le 19/03/2018 en VO

    Depuis que ça existe, Netflix nous apporté en masse du contenu, beaucoup de très bonnes séries, mais très peu de bons films... On a eu l'an dernier Okja que j'ai beaucoup aimé, et cette année cette surprise, est réalisé par Alex Garland !
    Ce film est important, car il montre qu'on peut faire des films de cinéma sur Netflix. Mais c'est aussi mon regret, de ne pas l'avoir vu sur un grand écran...

    Quelque chose à marquer premièrement, le film est inégal et construit de manière incompréhensible. Le début du film est long, et malgré cela on n'arrive pas à s'attacher à l'héroïne, car trop froide et distante... Et puis on arrive dans ce nouveau monde sans règle... Et paf, la claque esthétique, je crois qu'on a jamais rien vu de pareil en termes de recherche de visuel.
    Et ce film vient rejoindre le cercle très privé des fins qui te retourne le cerveau, en te laissant immobile et tremblant face au générique. Je n'en dis pas plus mais c'est extrêmement mystique et le message est tellement fort qu'on ne peut qu'applaudir l'effort.

    Mais, il y a un léger problème de rythme. En effet beaucoup de moment sont entrecoupés de flash-back, qui ont un sens et une utilité dans le récit, mais elles coupent souvent l'élan esthétique et mystérieux du film. Mais, il est vrai que les flash-back sont toujours très dur à placer sans que ça fasse cliché, ou que ça énerve le spectateur, donc je ne peux pas vraiment critiquer...

    Parlons du fond du film, car il fourmille de sous-texte dans ses moindres recoins. Tout le film (en particulier la fin) questionne sur, selon moi, l'identité, l'humanité, la vie, l'écologie, l'évolution, le monde qui nous entoure...
    J'aime ce film, car justement ce n'est pas qu'un simple film, c'est une oeuvre qui prend le temps de nous expliquer et de nous questionner sur des concepts assez peu abordables, tout ça de manière imagée, tout passe par le cadre et surtout l'esthétisme pour insuffler de la vie à ces idée, en donnant un aspect magnifique, mystique, mais terrifiant !

    Je suis juste déçu qu'en France nous ne l'ayons pas eu au cinéma, sinon j'aurais couru le voir. Mais il n'empêche qu'il faut saluer Netflix de produire des réalisateurs comme Alex Garland, qui aurait eu beaucoup de mal à faire ça tout seul. Et j’espère qu'ils vont continuer sur cette lancée pour nous fournir toujours plus de chef d'oeuvre sans pour autant remplacé le cinéma traditionnel.
  • 9
    Bande-annonce

    Au poste ! (2018)

    1 h 13 min. Sortie : . Comédie.

    Film de Quentin Dupieux (Mr. Oizo) avec Benoît Poelvoorde, Grégoire Ludig, Marc Fraize

    Vu au cinéma le Concorde le 01/07/2018 en VF

    Quentin Dupieux est un des grands nom français du cinéma actuel. Il est souvent caractérisé par la nature peu commune de ses films. En effet si des gens peuvent qualifier ça de "bizarre", je ne peux qu'acquiescer, mais en ajoutant "mais de qualité" par dessus. Après 4 films réalisés aux USA, il revient en France pour nous proposer une comédie avec le duo Poelvoorde / Ludig. D'habitude la comédie française ça me déprime, mais là j'y vais les yeux fermés.

    Et je n'ai pas été déçu, c'est Drôle ça c'est sur, mais pas forcément de la manière dont on s'y attendrait. C'est surtout avant tout décalé (comme tous les films de Dupieux). Les gags sont ingénieux, en particulier le tic de langage "c'est pour ça", qui est anodin au départ, puis par le prisme des acteurs, devient hilarant.

    Je pourrais en citer plein d'autre qui fonctionnent ingénieusement avec l'aide du montage, ou des travelling. Le gag du trou dans le ventre n'a absolument aucun sens, mais j'ai juste adoré la manière dont il est amené, et la manière dont il est traité.

    Evidemment c'est un film d'acteur, et évidemment Poelvoorde est excellent. Toutes ses répliques font mouche, et complète parfaitement le jeu de Grégoire Ludig, qui pour le coup m'a beaucoup surpris. Je pense qu'il a une grande carrière d'acteur devant lui, et ça commence avec ce film.

    Pour conclure, j'avoue que je savais que ça allait me plaire, mais j'ai tout de même été agréablement surpris, et même si c'est très court (73 minutes) c'est parfait comme c'est. Même la fin qui m'a un peu désarçonné au début, je me rend compte qu'elle est géniale dans son non sens et fait écho justement à la diégèse de ce film qui est complètement bordélique dans sa dimension spatiale et temporelle. En bref Au Poste ! C'est du tout bon, et je ne me mouille pas trop en disant que c'est sûrement la meilleure comédie de cette année !
  • 10
    Bande-annonce

    Spider-Man : New Generation (2018)

    Spider-Man: Into the Spider-Verse

    1 h 57 min. Sortie : . Action, aventure et fantastique.

    Long-métrage d'animation de Bob Persichetti, Peter Ramsey et Rodney Rothman avec Shameik Moore, Jake Johnson, Hailee Steinfeld

  • 11
    Bande-annonce

    Mektoub, My Love : Canto uno (2018)

    2 h 55 min. Sortie : . Drame et romance.

    Film de Abdellatif Kechiche avec Shaïn Boumedine, Ophélie Bau, Salim Kechiouche

    Vu au cinéma le Concorde le 13/04/2018 en VF

    Ce film est chaud !!! C'est la première qui m'est venu à l'esprit une fois le générique apparu. Mais qu'est ce que c'était bien. Je connaissait le réalisateur de nom, mais je n'ai jamais vu la vie d'Adèle. Et comme j'en ai eu l'occasion je suis allé jeter un coup d'oeil sur ce film, comme tout le monde n'en parlait que en bien. Et c'est vrai que c'est une expérience !

    Tout d'abord, le film dure quasiment 3h, mais ça ne doit surtout pas vous ralentir, car on ne les voit pas du tout passer. Dès les premières minutes, on est balancé dans une scène plutôt hot, mais très belle. Et tout de suite on je me rend compte que les acteurs sont incroyables. Ils sont tellement naturels, qu'on a l'impression que le réalisateur c'était contenté de s'incruster dans une bande de potes en vacances. Je ne dirait pas qu'ils ont un grand avenir dans le cinéma, mais dans ce film ils fonctionnent tellement bien que ça en donne des frissons. Surtout le duo principal qui me sont totalement inconnu, et pourtant ils m'ont tenu en haleine pendant 3h sans qu'à aucun moment je n'ai l'impression d'être dans une salle de cinéma (sauf peut être un moment).

    Sinon à part les acteurs, l'histoire qui tourne autour de l'amour, de son sens pour chacun. Des fois tellement complexes ou volatile qu'on pourrait parler de carré amoureux. C'est un vrai épisode des feux de l'amour, en plus profond, plus intéressant, et beaucoup plus chaud. En fait ça n'a rien à voir...
    Ici on évoque tout un éventail de ce que peuvent ressentir les différents protagonistes : jalousie, passion, dénis, excitation, chagrin... Tout ça sous un paysage magnifique, la plage, les collines, mais aussi les rues, les bars, les boites. De vrai vacances condensées en 3h.

    La réalisation n'est pas en reste avec quasiment que du caméra à l'épaule, tout en restant sur du champ contre champ pour les dialogues, qui renforce l'immersion du spectateur dans cette odyssée roucoulante.
    Et surtout, la lumière prend une place importante dans le récit, tout en étant magnifique, avec ces couchées de soleils, on est déjà en vacance.

    En conclusion, je pense que c'est le film parfait à regarder en hiver, car il procure tellement cette sensation de chaleur constante, autant physiquement que mentalement. Le film mérite d'être vu, car il reste extrêmement intelligent face à un sujet qui pouvait vite partir en vrille. Abdellatif Kechiche va devenir, pour ma part, un réalisateur à surveiller.
  • 12
    Bande-annonce

    First Man, le premier homme sur la Lune (2018)

    First Man

    2 h 22 min. Sortie : . Biopic et drame.

    Film de Damien Chazelle avec Ryan Gosling, Claire Foy, Kyle Chandler

  • 13
    Bande-annonce

    The Disaster Artist (2018)

    1 h 44 min. Sortie : . Biopic, comédie et drame.

    Film de James Franco avec James Franco, Dave Franco, Seth Rogen

    Vu au cinéma CGR Olympia le 08/03/2018 en VO

    The Room, plus qu'un phénomène culturelle, est un chef d'oeuvre de nullité, le nanars ultime, qui arrive à combiner en 1h30, tout ce qui pourrais déplaire dans un film conventionnel, mais pas là. J'adore The Room, je pense qu'il n'y a pas meilleur film à mater entre potes ! Et là pointe Disaster Artist, ayant pour projet de nous raconter la rencontre entre Tommy Wiseau (réalisateur, producteur, scénariste, et acteur de The room) et Greg Sestero, et du tournage du film mythique. Intriguant et prometteur, ce film est très vite devenu mon objectif de visionnage principal.
    Je n'ai pas été déçus, j'ai plutôt été comblé, tout ce que je voulais m'a été donné en abondance !

    Les acteurs sont les points forts du film, car bien joué est une chose, bien joué quelqu'un qui joue mal continuellement en est une autre, et pour le coup on ne reconnais pas du tout James Franco qui a pris la place de Tommy Wiseau pendant 1h40. Tout ses rires nuls, ces intonations trop prononcées, cette manie d'être sur une scène à chaque moment. C'est drôle et génial. Son frère n'est pas en reste, il est même assez surprennant dans son rôle de Greg !

    Le film a l'avantage de proposer énormément de contenu, d'information, et surtout de scènes excellentes en peu de temps. La relation entre les deux hommes est très bien retranscrite, tout ça du point de vue de Greg. Puis surtout le tournage de The Room qui est un festival ! On imaginait que le tournage avait dû être compliqué, mais là... J'ai un ami qui n'a pas vu The Room, et quand il a vu le tournage, il était partagé entre le fou rire, et la surprise la plus totale, tant chaque scènes est une pépite d'anormalité.

    Le seul point noir du film, est sa fin assez bâclé, car se voulant trop représentative du succès de The Room, sans pour autant introduire la notion de temps. Tout le monde rigole très fort dans la salle (même quand ce n'est pas drôle), et Tommy Wiseau comprend et accepte l'impact nanardesque de son film, mais ça ne s'est pas fait après un visionnage, ça a pris plusieurs année pour que ce film soit aussi apprécié...
    Je pense que James Franco a voulu introduire toutes ces valeurs en une seule scène, sauf que ça fait un peu forcé, et pas très naturel.

    Que vous ayez vu ou non The Room, il faut voir ce film. Dans tous les cas, je trouve incroyable qu'ils aient réussi à faire un aussi bon film sur ce sujet, tout en restant très ouvert et mystérieux !
  • 14
    Bande-annonce

    Roma (2018)

    2 h 15 min. Sortie : . Drame.

    Film de Alfonso Cuarón avec Yalitza Aparicio, Marina de Tavira, Diego Cortina Autrey

  • 15
    Bande-annonce

    L'Homme qui tua Don Quichotte (2018)

    The Man Who Killed Don Quixote

    2 h 12 min. Sortie : . Aventure, fantastique et drame.

    Film de Terry Gilliam avec Adam Driver, Jonathan Pryce, Stellan Skarsgård

    Vu au cinéma Cinéville le 26/05/2018 en VO

    Je suis Don Quichotte de la Mancha et je suis éternel !
    Gilliam après 25 ans a tout essayer pour sortir un film, qui était jusqu'à maintenant le film n'ayant jamais existé le plus connu. Comment un projet peut il être à ce point maudis, comment peut on jouer de malchance pendant tout ce temps et au final revenir à la charge ? Mais Gilliam l'a fait ! Pas sans mal, aujourd'hui encore le film fait l'objet d'un procès, mais il a réussis à nous le sortir. Un film que je me devait d'aller voir avec mon père, tant ce projet nous aura généré une attente après le superbe documentaire "Lost in la Mancha".

    Tout d'abord, il est évident que lorsqu'un film est énormément attendu, on est souvent un peu déçut... Mais j'ai essayé de surpasser ce sentiment pour mieux assister au spectacle. Et il faut le dire, L'homme qui tua Don Quichotte est un excellent film. C'est du Gilliam complet, rien que dans le choix de Jonathan Pryce en Don Quichotte. C'est un peu ce qu'on pourrais appeler un de ses délires, mais dans ces délires il y a toujours une part de fascination. Et pendant toute la durée du film, j'était surpris d'à quel point le film pouvait aller loin. Je ne pense pas pouvoir détailler l'ambiance plus que cela, disons simplement que c'était complètement et magnifiquement fou.

    En secondaire, le film a quelques autres bon point en plus de son histoire et de son ambiance. Bien évidemment le casting brille de mille feux, et c'est nécessaire pour passer après Jean Rochefort et John Hurt. Mais Jonathan Pryce est incroyable, il est grandiloquent, pathétique, un pur Don Quichotte. Mais c'est surtout vers Adam Driver que je me tourne, qui ne cesse de surprendre. D'abord chez Jarmusch, maintenant chez Gilliam, au niveau grand écart artistique, on est pas mal. Et comme je l'ai dit, il est génial, tout a fait subtil, et très drôle. Ce qui me rappelle justement, dans une moindre mesure, Jonathan Pryce dans Brazil, tout est lié.

    Je pourrais ensuite vous parler des paysages magnifiques, qui respire l'Espagne profonde et qui nous offre un petit voyage tout a fait typique.
    Le film a su me faire une aventure comme on en voit peu dans les films actuels, car malgré le fait que j'en attendait encore plus, je ne peux cacher que ça valait le coup de passer 25 ans de sa vie à réaliser ce film. Le cinéma en avait besoin, et maintenant qu'il est disponible, je pense qu'on est tous un peu heureux de l'avoir vu, car l'attente a payé.
  • 16
    Bande-annonce

    Black Mirror : Bandersnatch (2018)

    1 h 30 min. Sortie : . Drame, science-fiction et thriller.

    Film de David Slade avec Fionn Whitehead, Craig Parkinson, Alice Lowe

  • 17
    Bande-annonce

    Guy (2018)

    1 h 41 min. Sortie : . Comédie, drame et comédie musicale.

    Film de Alex Lutz avec Alex Lutz, Tom Dingler, Pascale Arbillot

    Séances de cinéma (2 salles)
  • 18
    Bande-annonce

    The House That Jack Built (2018)

    2 h 35 min. Sortie : . Drame et thriller.

    Film de Lars von Trier avec Matt Dillon, Uma Thurman, Siobhan Fallon Hogan

  • 19
    Bande-annonce

    Phantom Thread (2018)

    2 h 10 min. Sortie : . Drame.

    Film de Paul Thomas Anderson avec Daniel Day-Lewis, Vicky Krieps, Lesley Manville

    Vu au cinéma le Concorde le 16/02/2018 en VO

    La beauté est subjective, elle est indescriptible car impalpable. Le désir quant à lui est sensitif et peut se caractériser de différentes manières. C'est dans cette histoire aussi touchante que conflictuelle, que nous retrouvons la beauté d'un désir limité mais qui finit toujours par s'intensifier. Paul Thomas Anderson est enfin de retour avec Phantom Thread, peut-être le dernier film de Daniel Day-Lewis...

    La mise en scène a toujours été une qualité de PTA ! On est tout de suite projeter dans son histoire qui va progressivement s'intensifier, et même si l'on croit à un drame au début, le réalisateur arrive à maintenir l'amour qu'on les personnages les uns envers les autres malgré leurs agissement. Comme une addiction, ils reviennent toujours l'un vers l'autre. Ici c'est un plaisir de suivre ses personnages avec leurs désirs, leurs problèmes... Et on est loin d'une histoire d'amour banale à la 50 nuances, ici on trouve des vrai complexité qui rende cette relation unique, sulfureuse, et meurtris à la fois.

    Sur la partie technique aussi c'est parfait, je leur donne l'oscar des meilleurs costumes en tout cas... Sinon le cadre est très propre et signifiant, avec souvent un enchaînement de gros plans, suivi de plans plus espacés comme pour respirer, et représenter les distances des personnages. Il y a vraiment des plans qui sont marquants dans ce film qui paraissent si purs à l’œil qu'on pourrait les conserver comme tableau.

    Et évidemment la seive de ce film est le casting et le jeu des acteurs. Même si je ne trouve pas incroyable Lesley Manville, elle arrive tout de même à rester naturelle, et à me surprendre à quelques moment. Mais c'est surtout le jeu de Daniel Day-Lewis qui est irréprochable, proche de la perfection car si subtil et en même tant touchant. Ce rôle était fait pour lui, et je pense que ça va se jouer entre Gary Oldman et lui pour les Oscars...

    Ce n'est peut être pas un film pour tout le monde car ce n'est pas très conventionnel. Mais justement allez tentez l'expérience qu'est Phantom Thread, apprenez à apprécier cette relation avec ces silences qui en disent long, et ces métaphores culinaires. C'est un film somptueux à savourer, qui n'est ni long, ni ennuyeux, il est juste comme il faut pour vous faire passer un bon moment !
  • 20
    Bande-annonce

    Le Grand Bain (2018)

    1 h 58 min. Sortie : . Comédie dramatique.

    Film de Gilles Lellouche avec Mathieu Amalric, Guillaume Canet, Benoît Poelvoorde

  • 21
    Bande-annonce

    Moi, Tonya (2018)

    I, Tonya

    2 h. Sortie : . Biopic, drame et sport.

    Film de Craig Gillespie avec Margot Robbie, Sebastian Stan, Allison Janney

    Vu au cinéma CGR Dragon le 01/03/2018 en VO

    J'adore le cinéma, car c'est un art et un divertissement qui peux nous raconter une histoire de manière rythmée. Nombreux sont les réalisateurs qui s'inspirent de fait réel pour construire un objet filmique personnel et instructif. Et je trouve que I, Tonya réussit ce pari tout en se rangeant dans la catégorie des histoires trop incroyable pour être vraies.

    Je ne connais pas du tout le milieu du patinage artistique, et ce film a eu la prouesse de m'y intéresser. Tout simplement parce que la vie de Tonya Harding, et de ses proches, est incroyable. Comment une fille comme elle, est devenu une des premières grandes patineuses de l'histoire, et surtout comment, par un enchaînement d'éléments, tous plus invraisemblables les uns que les autres, une carrière se brise.
    Ce film est très intéressant, car il se base sur les témoignages des personnes liés à cette affaire, et personnes n'est d'accord sur le déroulement des faits. Tout cela arrive à une histoire potentielle de la vie de Tonya, entrecoupée de faux témoignages inspirés des vrais. Et contrairement à ce qu'on pourrait croire, ce n'est pas un gros bordel. Au contraire c'est très bien rythmé, et très drôle.

    Les acteurs y sont pour beaucoup, en fait je ne retiens que Margot Robbie qui enfin nous montre son talent d'actrice, jusque là sous-exploité. Mais c'est surtout Allison Janney qui est incroyable dans le rôle de la mère, elle joue tellement bien son personnage qu'on croirait qu'il est irréel tant il est méchant gratuitement, mais c'est ce qui fait qu'elle est extrêmement attachante.

    Un dernier point sur le montage du film qui est génial, il rappelle les affranchis tout en l'adaptant au monde du patinage. Cela crée un rythme assez rapide et très attaché à ses personnages.

    Voilà, I, Tonya c'est super bien, et je pense que tout le monde peut aller voir se film sans risque de s'ennuyer. Ce n'est peut être pas le meilleur de cette année mais il reste une très bonne expérience pour ma part.
  • 22
    Bande-annonce

    La Forme de l'eau (2018)

    The Shape of Water

    2 h 03 min. Sortie : . Drame, fantastique et romance.

    Film de Guillermo del Toro avec Sally Hawkins, Michael Shannon, Richard Jenkins

    Vu au cinéma CGR Dragon le 26/02/2018 en VO

    C'est un film qui n'aura cessé de se faire attendre mais de se faire entendre. En effet pendant ces derniers mois le bruit cours qu'un chef d'oeuvre arrive bientôt dans nos salles obscures.
    Malgré la peur de la déception due à l'attente, Je me suis précipité dans le premier cinéma qui le passait, pour enfin le voir de mes yeux.
    Et enfin c'est fait, je l'ai regarder, et je peux dire haut et fort que ce film mérite son engouement.

    Guillermo Del Toro est un réalisateur, qui a su instaurer son registre fantastique dans toutes ses différentes productions. Et Shape of Water est peut être la quintessence de tout cela. On y retrouve le conte assez politisé du Labyrinthe de Pan, ou bien l'amour entre humaine et créature de Hellboy...
    Comme dans tous ses films, les détails sont à l'honneur. On y retrouve une importance majeure du cinéma (des années 50), qui peut faire écho à la fin des universal monsters, mais c'est surtout un média qui peut parler à la place de Elisa. Il y a aussi cette notion du quotidien qui évolue tout au long du film, au début étant répétitif, et artificiel, puis deviens plus détaillé et unique, au point même de s'affranchir du temps, et en d'autre mesure de la réalité.

    C'est très vite qu'on comprend que le personnage qu'on choisit de suivre est en dehors des normes auxquelles on est habitué. Même si un personnage principal muet au cinéma c'est très rare, à aucun moment ce n'est dérangeant ou incohérent. Au contraire tout est réfléchis pour qu'on s'attache à ce couple hors-normes.
    Cette histoire peut évidemment paraître assez étrange et incompréhensible face à nos standards. Mais c'est peut être ce qui la rend attachante, car plus on avance dans le film, plus on se rend compte inconsciemment, que cette relation est plus romantique que toutes les autres.

    Comme dit précédemment les détails sont capitaux dans ce film, cela passe par le son qui est très bien retranscrit, et évidemment par la lumière, qui est majoritairement verte, instaurant une ambiance mystérieuse et aquatique. Tout cela n'est pas sans rappeler le travail de Jeunet en particulier Amélie Poulain qui bénéficie du même soucis du détail.
    La musique aussi est très bien utilisé dans ce film, et est assez magnifique.

    C'est un film important pour moi, car il représente tout ce que j'aime dans le cinéma, rêver... Si vous aimez le cinéma aller le voir, et sinon, allez le voir quand même, il n'est pas trop tard pour changer d'avis.
  • 23
    Bande-annonce

    Mission : Impossible - Fallout (2018)

    2 h 27 min. Sortie : . Action, aventure et thriller.

    Film de Christopher McQuarrie avec Tom Cruise, Henry Cavill, Rebecca Ferguson

  • 24
    Bande-annonce

    Halloween (2018)

    1 h 49 min. Sortie : . Épouvante-Horreur.

    Film de David Gordon Green avec Jamie Lee Curtis, Judy Greer, Andi Matichak

  • 25
    Bande-annonce

    L'Île aux chiens (2018)

    Isle of Dogs

    1 h 41 min. Sortie : . Aventure, comédie, science-fiction et animation.

    Long-métrage d'animation de Wes Anderson avec Bryan Cranston, Edward Norton, Bill Murray

    Vu au Cinéma le Concorde le 13/04/2018 en VO

    Wes Anderson est devenu un réalisateur qui arrive à créer une attente à chacun de ses films. Et je dois avouer que son style fonctionne sur moi. Cette manière de présenter et de faire évoluer ses personnages n'appartient qu'à lui. Que cela soit une famille un peu barré, un jeune couple, ou même un renard pilleur, tout est attachant dans son cinéma, et tout cela passe par l'image. Et cette année il revient avec son deuxième film d'animation, au concept énigmatique, mais très intéressant.

    On a affaire à un film qui sort un peu de ce que peut faire Wes Anderson habituellement. Ici on parle d'assassinat, de racisme, de décret, de complot, bref de politique, en présentant cela sous la forme d'un conte moderne. Les chiens sont mis à l'écart au Japon, et sont envoyé sur une ile où ils vont pourrir lentement. Un concept bien sombre, qui peut surprendre au vu du titre, ou même du style, mais qui n'en est pas moins poétique, et qui véhicule de vrais idées, même si par moment le film devient confus, avec l'abondance de lieu, de personnages, et de flashbacks.

    Malgré cela le film est de très bonne qualité, surtout grâce à l'image et l'animation, qui est incroyablement minimaliste. Chaque détails, chaque moments sont animés avec une telle précision qu'on pourrait oublier le travail titanesque que ça a dû demander. Et là encore le résultat est aussi beau que mignon, avec l'utilisation de coton, pour créer un nuage de fumée lors des bagarres, on a l'impression d'être dans un cartoon parfois...
    En outre de l'animation, la composition des plans est toujours aussi Wes Andersonesque, avec beaucoup de symétrie, de minimalisme et de plans si particulier et propre. C'est comme d'habitude, et c'est peut être un peu ce qui me bloque, c'est que j'aurai espérer un peu plus de sa part...

    Le buzz du film est surtout dû à ses acteurs stars, qui sont tellement nombreux qu'on se demande comment il a pu les payer. Mais le rendu du doublage est génial, on sent bien que chaque chien à été conçu pour sa voix. Je ne sais pas ce qui l'en est pour la VF, mais la VO est impeccable, rien à redire.

    Voilà, on l'attendait, on l'a eu, une bonne expérience qui m'a tout de même quelques peu laisser sur ma faim à certain moment, ce qui ne l'empêche pas d'être un grand film. Et je pense qu'il faut le revoir pour être sûr de bien tout saisir, car il comporte tellement d'information par moment que cela en devient dur à suivre.
  • 26
    Bande-annonce

    Les Frères Sisters (2018)

    The Sisters Brothers

    1 h 57 min. Sortie : . Western.

    Film de Jacques Audiard avec John C. Reilly, Joaquin Phoenix, Jake Gyllenhaal

  • 27
    Bande-annonce

    Dogman (2018)

    1 h 39 min. Sortie : . Drame et policier.

    Film de Matteo Garrone avec Marcello Fonte, Edoardo Pesce, Alida Baldari Calabria

  • 28
    Bande-annonce

    Les Indestructibles 2 (2018)

    Incredibles 2

    1 h 58 min. Sortie : . Animation, action et aventure.

    Long-métrage d'animation de Brad Bird avec Craig T. Nelson, Holly Hunter, Samuel L. Jackson

    Vu au cinéma le Cinéville le 04/07/2018 en VF
  • 29
    Bande-annonce

    Avengers : Infinity War (2018)

    2 h 29 min. Sortie : . Action, aventure, fantasy et science-fiction.

    Film de Anthony Russo et Joe Russo avec Robert Downey Jr., Chris Hemsworth, Chris Evans

    Vu au cinéma CGR Les Minimes le 25/04/2018 en VF, en 3D

    Le film qui a généré une attente tellement immense, qu'elle a réussis à subsister même après son visionnage. Ce film qui devait nous faire rêver, nous faire voyager dans l'univers Marvel, et nous montrer un focus sur l'équipe Avenger plus nombreuse que jamais. Et bien dans un sens c'est à peu près ce qui s'est passé, mais d'un autre côté, plus le film approchait plus je savais qu'ils allaient faire comme d'habitude, tout simplement avec énormément plus d'élément, tellement que 2h40 n'était pas suffisant pour raconter la moitié de ce qu'ils auraient pu nous offrir.

    Ce troisième opus, est tout à fait dans la lignée de ses prédécesseurs, on nous montre jusqu'à plus soif des héros qui se battent, seuls, en équipe, contre une armée, ou un boss final... Et même si énormément de choses sont inattendu, à aucun moment on est vraiment surpris, ou vraiment choqué. Même la fin est désamorcée par le concept même qui caractérise la franchise, un héros ne devient mortel que lorsque son contrat se termine...

    Et pourtant je ne peut cacher que j'ai aimé le film. Je suis vieux jeu, et évidemment que ce film devrait m'énerver parce qu'il ne fait que de jouer sur nos attentes, il va mettre tout le catalogue pour contenter tout le monde, et les faire se combattre constamment pour ne pas que le spectateur ne s'ennuie. Mais, c'est bon, c'est bien fait, et je suis tombé dans le piège qu'ils m'ont tendu sans que je me débattre. La plupart des vannes fonctionne, quand on les voit combattre on est vraiment à fond dedans, et même quand on a quelques séquences émotions, un petit pincement se fait ressentir...

    Je fait un passage rapidement sur les personnages, qui ne changent pas forcément de leur dernière apparition, mais le problème avec la surabondance c'est que certain sont plus représentés que d'autre. Surtout qu'il y a un écart de puissance assez majeur entre les différents héros, en particulier pour Thor. En revanche Thanos est peut être l'élément que j'ai préféré dans ce film, pour une fois que dans un film Marvel on décide de faire un méchant développé, qui n'est pas motivé par la vengeance ou le pouvoir.

    C'est du divertissement, et Marvel sait comment le manier pour que le spectateur passe un bon moment, et qu'il ai envie d'aller voir les suivants pour ne rien rater du fil rouge. Je ne dis pas merci à Marvel, je lui dit simplement Bravo car il a réussit à créer un univers qui va maintenir le cinéma encore longtemps.
  • 30
    Bande-annonce

    Call Me by Your Name (2018)

    2 h 11 min. Sortie : . Drame et romance.

    Film de Luca Guadagnino avec Armie Hammer, Timothée Chalamet, Michael Stuhlbarg

    Vu au Cinéma CGR Olympia le 03/03/2018 en VO

    Raconter une histoire d'amour n'est pas toujours chose aisée, car il faut savoir capter l'attention et la compassion du spectateur en inventant quelque chose de cohérent et potentiellement touchant. Ici on est face à un tel degré de réalisme, que les sensations sont quasi palpable.

    On est sur un schéma classique d'un amour d'été, mais celui ci n'est pas conventionnel car il est question de l'épanouissement d'un garçon encore pur, et de la découverte de sa sexualité, hétérosexuel puis homosexuel. Tout cela dans un cadre estival somptueux, avec une présence bourgeoise et culturelle plus ou moins soutenu. En exemple je peux prendre l'irruption de l'antiquité dans l'histoire, plus particulièrement cette statue dépravé, mais attisant tout de même la sexualité des deux hommes.

    Les personnages que nous suivons sont tout à fait touchant de sincérité et de pureté. Pendant tout le long du film se sont des détails plus ou moins subtil qui vont attiser leur passion, l'un envers l'autre, jusqu'au passage à l'acte qui est lui aussi tout en nuance. Et au bout de 2h, on a appris à reconnaître cet amour au début étrange, puis fusionnel, et assister à la séparation qui était inévitable, fait tout de même mal au cœur. De plus la toute fin est extrêmement belle et soignée, malgré son côté un peu classique et prévisible.

    Mais car il y a un mais, entre toutes ces métaphores sexuelles, le film est victime de perte de vitesse par moment qui entache un peu le visionnage. Le film n'est pas trop long pour autant, mais il n'empêche que certaines parties aurait pu être mieux rythmées.

    Les acteurs sont au centre de ce film, avec Timothée Chalamet qui nous livre une prestation pas incroyable, mais digne d'intérêt, c'est surtout son français que je trouve peu naturel par moment. En revanche, c'est surtout Armie Hammer que je retient pour le rôle de Oliver qui lui va comme un gant, il est retentissant, éblouissant, arrogant, touchant... Une mention aussi pour le père qui est génial (surtout dans la scène de fin).

    Un film qui n'est certainement pas fait pour tout le monde, car tout le monde perçoit différemment l'amour et la sexualité. Mais il n'en reste pas moins que c'est une oeuvre tout à fait touchante et marquante par son cadre qui est tout à fait adéquat pour ce genre d'histoire. Personnellement ce film m'a marqué pour ce qu'il dégage. Il doit faire partie de ce genre de film où plus on les regardent plus on les apprécient.