Objectif : Séries [2019-2020]

Avatar QuentinBombarde Liste de

7 séries

par QuentinBombarde

Explorations culturelles
Une année sur la Planète Séries entamée le 22/08/2019

Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Date de sortie
  • Derniers ajouts
  • Note de l'auteur de la liste
  • Notes de mes éclaireurs
  • Note globale
  • Ordre alphabétique
  • Popularité
Croissant
  • Croissant
  • Décroissant
  • Bande-annonce

    L'Effondrement (2019)

    20 min. Première diffusion : . 1 saison. Mini-série et drame.

    Série de Guillaume Desjardins, Jérémy Bernard et Bastien Ughetto avec Bellamine Abdelmalek, Roxane Bret, Philippe Rebbot

    18/11/2019 - Objet de la mission : Un concept fort et un superbe casting

    Ambitieuse dans ce qu'elle illustre en seulement 8 épisodes (pour une durée totale de 2h40 montre en main) , la série s'entend montrer cet effondrement sur plusieurs catégories sociales, dans différents paysages et avec des notes plus lumineuses (ce qui offre des épisodes plus inégaux mais toujours aussi efficaces).

    La proposition des Parasites a ainsi en commun avec son cousin britannique celui de nous dépeindre le miroir noir d'un futur dans lequel l'humain se révélera purement broyé. Hanté par sa survie ou bien broyé par celle des autres, L'Effondrement fait sans technologies et en bien plus court une démonstration forte et un constat amer , malheureusement actuel d'une société bercée dans ses illusions, dont le réveil brutal a le goût d'un uppercut, nommé Effondrement.
  • Bande-annonce

    Grégory (2019)

    55 min. Première diffusion : . 1 saison. Policier, documentaire et mini-série.

    Série de Gilles Marchand et Anna Kwak

    24/11/2019 - Objet de la mission : Passion affaires policières

    Gilles Marchand, au travers d'une mise en scène classieuse et discrète, dépouille l'une des plus grandes affaires françaises dont le mystère reste entier. Mettant à nu les faits ainsi que chacun de ses acteurs, la série ne frôle ainsi jamais la ligne du voyeurisme dans un constat haletant et révoltant. Grégory regarde ainsi des gens broyés par une affaire devenue une véritable machine, broyant tous ces acteurs sur son passage.
  • Bande-annonce

    The Witcher (2019)

    1 h. Première diffusion : . 1 saison. Aventure et fantasy.

    Série de Lauren Schmidt Hissrich avec Henry Cavill, Freya Allan, Eamon Farren

    23/12/2019 - Objet de la mission : Curiosité

    Si la série s'avère laborieuse car étouffée par un univers vaste mal amené offrant des personnages, des dialogues et des situations très artificielles, elle réussit cependant à divertir.

    Malgré des épisodes alambiqués (dont les rebondissements de certains s'empilent jusqu'au ridicule) tenant tant bien que mal à dépeindre un univers très riche, la série est réhaussée par son acteur principal, dont l’incarnation de ce Sorceleur s'avère réussie. De ses déferlements parfois kitsh et jouissifs, cette première saison boiteuse amène cependant à un final réussi qui semble offrir de belles promesses. Maintenant libérée, la série pourra t-elle être à la hauteur ?
  • Bande-annonce

    The Mandalorian (2019)

    45 min. Première diffusion : . 1 saison. Action, aventure et science-fiction.

    Série de Jon Favreau avec Pedro Pascal, Gina Carano, Carl Weathers

    28/12/2019 - Objet de la mission : Star Wars

    Mais ce qui étonne dans cette première saison, c'est son ton sec et minimaliste. Chaque épisode, resserré sous les 40 minutes (mis à part les deux derniers) épousent une quête résolue manu-militari régie par une efficacité militaire. Si cette dernière peut s'avérer frustrante en milieu de saison en se contentant de n'approfondir aucun personnage, c'est ainsi pour mieux tout assembler dans deux derniers épisodes qui font enfin pleinement ressentir la réussite de The Mandalorian.

    Les notes de Ludwig Göransson (décidément déjà à l'oeuvre sur le très très apprécié Black Panther) parachèvent ainsi cette note de modestie, loin des compositions grandiloquentes d'un John Williams. Épousant pleinement le personnage taiseux et casqué de ce Mandalorien, la série, loin des histoires de Skywalker, rejoint ainsi un certain Rogue One dans sa vocation.
    Parcimonieux en fan-service (ici tout n'est juste question de décors ou d'équipements) et concentré sur des personnages mineurs au cœur d'une mission énorme, The Mandalorian atteint ici la même réussite.

  • Bande-annonce

    Dracula (2020)

    1 h 30 min. Première diffusion : . 1 saison. Drame, Épouvante-horreur et mini-série.

    Série de Steven Moffat et Mark Gatiss avec Claes Bang, Dolly Wells, John Heffernan

    06/01/2020 - Objet de la mission : Amour éternel pour le personnage
  • Bande-annonce

    Mindhunter (2017)

    55 min. Première diffusion : . 2 saisons. Thriller, policier et drame.

    Série de Joe Penhall avec Jonathan Groff, Holt McCallany, Anna Torv

    16/02/2020 - Objet de la mission : Après son impressionnante première saison

    Cette deuxième saison poursuit de son équilibre habile pour jouer avec les limites de l'univers des personnages. Entre ces histoires de meurtres prenant de plus en plus de place au sein d'un service qui s'agrandit et une occupation professionnelle de plus en plus proéminente , chacun des protagonistes livre une prestation magistrale dans laquelle chacun d'eux est confronté à ses limites.

    Les limites d'une méthode, d'un rythme de vie trop contraignant ou celui d'une ouverture au monde qui 'avère décevante, la barrière professionnelle franchit l'esprit des trois protagonistes qui se retrouvent seuls face à ce dernier. Broyant véritablement leur existence, cette deuxième saison les voit plonger véritablement dans les méandres de ce dernier, de sa bureaucratie à sa politique aux esprits dérangés qui ne résolvent plus aucun énigme mais ne fait que les creuser.
  • Bande-annonce

    Baron Noir (2016)

    55 min. Première diffusion : . 3 saisons. Drame et thriller.

    Série de Eric Benzekri et Jean-Baptiste Delafon avec Kad Merad, Anna Mouglalis, Niels Arestrup

    20/03/2020 - Objet de la mission : Dans mes envies depuis longtemps, le coronavirus m'en offrant le temps

    La réussite de Baron Noir réside dans son équilibre, souvent troublé et rendu chancelant lorsque son ambition monte d'un cran. La plongée dans la vie politique française proposée par les créateurs de Comissaire Valence et de Maison Close (entre autres) tient un peu du miracle cependant rythmé et porté par un casting impeccable.

    Lorsque la série s'évertue à dépeindre le destin d'un animal politique au sein de la jungle qu'est cette dernière, Baron Noir réussit à toucher pleinement sa cible. Au travers du jeu d'un Kad Merad transfiguré de la plus belle des manières, portant en lui l'image d'un homme du Nord engagé calculateur et pétri de fêlures, la série utilise la politique comme un film d'action où les rebondissements s'enchaînent à une allure infernale.

    Des dialogues ciselés et prenants, aux échanges travaillés menés par des acteurs de haute tenue, l'on pardonnera à la série ses raccourcis parfois gênants lorsque l'ambition monte d'un cran et le récit politique pétri d'action se teinte de rocambolesque.