Opium cinématographique - 2019

Avatar Florensium Liste de

131 films

par Florensium
Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Date de sortie
  • Derniers ajouts
  • Note de l'auteur de la liste
  • Notes de mes éclaireurs
  • Note globale
  • Ordre alphabétique
  • Popularité
Croissant
  • Croissant
  • Décroissant
  • Bande-annonce

    Histoire de détective (1951)

    Detective Story

    1 h 43 min. Sortie : . Policier, drame et film noir.

    Film de William Wyler avec Kirk Douglas, Eleanor Parker, William Bendix

    Film loin d'être inintéressant, au-delà de la note que lui mets...
    Wyler a semble-t-il essayé de lui donner une valeur presque documentaire en montrant une journée dans un commissariat, volonté louable mais à double tranchant : le rythme s'en ressent et l'intrigue autour du personnage de Kirk Douglas - sorte de Dirty Harry avant l'heure (ou du moins qui le deviendrait si son chef ne le freinait) - en pâtit. On a du mal à s'intéresser à autre chose qu'à cette intrigue justement, et le temps qui pourrait servir à mieux exposer l'évolution et les états d'âme de McLeod est réduit. Du coup, la chute paraît un peu trop forcée (ou moralisatrice diront certains et ils n'auront pas tort)...
    Grande performance de Kirk malgré tout
  • Bande-annonce

    Le Vieil Homme et la Mer (1999)

    The Old Man and the Sea

    20 min. Sortie : . Animation.

    Court-métrage de Aleksandr Petrov avec Gordon Pinsent, Kevin Duhaney, Yôji Matsuda

    Encore une fois la technique de Petrov est bluffante mais ici je suis partagé de la voir au service du conte philosophique un peu foireux d'Hemingway.
    Je préfère quand Petrov illustre les contes russes...
  • Bande-annonce

    Seuls sont les indomptés (1962)

    Lonely Are the Brave

    1 h 47 min. Sortie : . Drame et western.

    Film de David Miller avec Kirk Douglas, Gena Rowlands, Walter Matthau

    J'avais trop d'attente pour ce film, à force de le voir dans des tops du grand Kirk...
    Alors oui le contexte "post-Western" avec l'opposition monde moderne-monde ancien n'est pas inintéressant, oui Miller varie les tons et les genres (drame, prison, course-poursuite) mais malgré tout l'argument est un peu mince... C'est celui de la course poursuite, même si par instant si elle prend des airs de survival et de Man vs Wild. Et il est difficile de ne pas se dire que la poursuite dans la montagne aurait été plus belle en couleur.
    Cela dit, c'est presque l'illustration parfaite qu'un noir et blanc de bonne facture et un grand Kirk, cela suffit presque pour faire un bon film...
  • Bande-annonce

    Le Gouffre aux chimères (1951)

    Ace in the Hole

    1 h 46 min. Sortie : . Drame et film noir.

    Film de Billy Wilder avec Kirk Douglas, Jan Sterling, Robert Arthur

    Ace in the hole affichant fièrement 8 de moyenne générale et éclaireur, en bon suiviste que je suis j'ai donc mis 8...

    Non sérieusement, je n'ai pas grand chose à dire, description malheureusement réaliste de ce à quoi mène le journalisme à sensation, et encore, si on a pu faire pire depuis, sur certains aspects le délire qui est présenté ici demeure inégalé...
    Après comme les quelques Wilder que j'avais déjà vu, il y a un côté "trop bien fait" qui s'il convainc presque immédiatement m'empêche aussi de monter la note...
  • Bande-annonce

    Règlement de comptes à O.K. Corral (1957)

    Gunfight at the O.K. Corral

    2 h 02 min. Sortie : . Biopic, drame et western.

    Film de John Sturges avec Burt Lancaster, Kirk Douglas, Rhonda Fleming

    C'est probablement le film que je conseillerais à qqn qui voit le western comme un genre ennuyeux : on rentre assez vite dans le vif du sujet, on comprend les enjeux , c'est suffisamment rythmé pour qu'on ne s'ennuie pas... et très plaisant à regarder dans l'ensemble.
    Maintenant, il faut bien admettre que Sturges montre ses limites vers la fin : la mise en scène lorgne vers le pompeux (la comparaison avec Leone vient immédiatement en tête et elle fait mal) et l'évolution des personnages vers le très théâtral mais malheureusement Douglas et Burt Lancaster ont du mal à en extraire une véritable émotion. Reste qu'à mon sens l'ensemble est bcp plus honorable que les Sept Mercenaires du même Sturges
  • Bande-annonce

    Missouri Breaks (1976)

    The Missouri Breaks

    2 h 06 min. Sortie : . Western.

    Film de Arthur Penn avec Marlon Brando, Jack Nicholson, Randy Quaid

    Jamais l'expression "c'est beau mais c'est chiant" ne m'a paru plus appropriée... De l'esthétique du Montana, Arthur Penn ne fait rien du tout. Rien.
    Si la première heure n'est que "gentiment" ennuyeuse en effet, d'un rythme indolent, la deuxième m'a fait totalement décrocher, la plupart des personnages (mais surtout de l'équipe de Logan) devenant victimes d'un syndrôme proche du "Où est Charlie?" qui est le "Mais qu'est-ce-qu'il fout là???" Ils sont là, puis là, puis là encore, après ils sont pas là, puis re-là... mais on s'en tape parce qu'on a bien compris qu'à la fin il ne resterait que Nicolsonneàlaporte et Marlonne... et franchement entre le premier qui pour une fois la joue un peu trop calme et le deuxième qui surjoue comme un porc (pardon mais y a pas d'autre mot), j'ai du mal à comprendre les notes éclaireurs sur ce coup là
  • Bande-annonce

    Querelle (1982)

    1 h 48 min. Sortie : . Drame.

    Film de Rainer Werner Fassbinder avec Brad Davis, Franco Nero, Jeanne Moreau

    Premier film de la sélection cinetek du mois, qui me motive encore moins que les précédentes.
    J'avais bcp aimé le mariage de Maria Braun, mais là cette fois Fassbinder m'a perdu avec cette adaptation bien trop théâtrale et pompeuse de Jean Genet. Histoire de marins homos, de jalousie et d'amour vache dont la prétention philosophique m'a fait lever les yeux au ciel plusieurs fois...
    Malgré tout j'ai bien envie de découvrir Genet. Je subodore que ses livres valent bcp mieux que cela
  • Bande-annonce

    Journal intime (1993)

    Caro Diario

    1 h 40 min. Sortie : . Biopic, comédie et drame.

    Film de Nanni Moretti avec Nanni Moretti, Renato Carpentieri, Giovanna Bozzolo

    Alors que je partais sans a priori, j'ai presque immédiatement détesté.
    Cela se résume à des travelings de Moretti en Vespa, les vannes à deux balles de Moretti dans Rome, la gueule de janséniste de Moretti, et Moretti, Moretti, Moretti... hallucinant de désintérêt et tellement pénible que je l'ai regardé en deux fois.
    Bizarrement contrairement à bcp j'ai trouvé le dernier segment (celui sur les médecins) plus supportable. Certes il règle ses comptes avec les médecins mais au moins avec sa maladie il paraît un peu plus humain
  • Bande-annonce

    Under the Silver Lake (2018)

    2 h 20 min. Sortie : . Thriller et drame.

    Film de David Robert Mitchell avec Andrew Garfield, Riley Keough, Jimmi Simpson

    J'aurais pu mettre 5 car le film n'est pas foncièrement désagréable non plus, mais y en a un peu marre de l'eau tiède, et la moyenne est bien trop haute, pour un truc qui prétend se moquer d'un peu tout mais qui se prend terriblement au sérieux, qui essaie de faire monter le suspens alors que le rythme est franchement branlant, et qui n'est jamais particulièrement bien joué. Garfield qui promène sa mono-expression "j'ai compris qu'il y avait un truc même si je sais pas quoi", c'est assez horrible quand même...

    Du décalage entre les ambitions et la réalité en somme ;)
  • Bande-annonce

    Au revoir là-haut (2017)

    1 h 55 min. Sortie : . Comédie dramatique.

    Film de Albert Dupontel avec Nahuel Perez Biscayart, Albert Dupontel, Laurent Lafitte

  • Bande-annonce

    The Hate U Give – La Haine qu’on donne (2019)

    The Hate U Give

    2 h 13 min. Sortie : . Drame.

    Film de George Tillman Jr. avec Amandla Stenberg, Regina Hall, Russell Hornsby

  • La Légende de Zatoichi : La Lettre (1964)

    Zatoichi sekisho yaburi

    1 h 26 min. Sortie : . Action, historique et arts martiaux.

    Film de Kimiyoshi Yasuda avec Shintarô Katsu, Miwa Takada, Eiko Taki

    Je reprends doucement les aventures du masseur aveugle. Scénario peu extraordinaire mais le réalisateur sait bien tirer parti des ambiances nocturnes
  • Bande-annonce

    Un grand voyage vers la nuit (2019)

    Di qiu zui hou de ye wan

    2 h 18 min. Sortie : . Drame.

    Film de Bi Gan avec Tang Wei, Sylvia Chang, Huang Jue

    Ce film c'est un peu comme une pelote de fil qu'on aurait défaite puis qu'on rembobine... J'ai pu dire comme un de mes éclaireurs que c'était incompréhensible, mais le début et la fin sont plutôt clairs.
    Tuerie esthétique, mais ne conviendra pas à tout le monde... Si vous avez déjà du mal avec Wong Kar Wai, passez votre chemin!
  • Scènes de la vie conjugale (1974)

    Scener ur ett äktenskap

    2 h 48 min. Sortie : . Drame.

    Film de Ingmar Bergman avec Liv Ullmann, Erland Josephson, Bibi Andersson

    Rêche ce Bergmann... vu en trois fois cause fatigue, et j'ai eu du mal à accrocher même sur le dernier segment
  • Bande-annonce

    Maurice (1987)

    2 h 20 min. Sortie : . Romance et comédie dramatique.

    Film de James Ivory avec Hugh Grant, James Wilby, Rupert Graves

    Cinéma toujours très appréciable que celui proposé par James Ivory. Si le scénario est plus linéaire et globalement moins sophistiqué que ceux d'Howards End et des Vestiges du Jour, la réalisation est d'une maîtrise rare (niveau cadrage-éclairage c'est quand même superbe) et les acteurs sont suffisamment habités (sans jeu de mot...) par leurs rôles (Hugh Grant n'a jamais été aussi bon) pour en faire l'un des meilleurs si ce n'est le meilleur film traitant de l'homosexualité
  • La Légende de Zatoichi : La Revanche (1965)

    Zatôichi nidan-kiri

    1 h 24 min. Sortie : . Action et historique.

    Film de Akira Inoue avec Shintarô Katsu, Norihei Miki, Mikiko Tsubouchi

  • Bande-annonce

    The Snapper (1993)

    1 h 30 min. Sortie : . Comédie dramatique.

    Film de Stephen Frears avec Colm Meaney, Tina Kellegher, Ruth McCabe

  • Bande-annonce

    Sabrina (1954)

    1 h 53 min. Sortie : . Comédie, drame et romance.

    Film de Billy Wilder avec Humphrey Bogart, Audrey Hepburn, William Holden

    OK j'étais sans doute pas dans le meilleur état d'esprit pour une comédie romantique, mais quand même, ce Wilder s'avère bien plat et même assez rance. Car s'il y a une certaine critique de la grande bourgeoisie incarnée les Larrabee, c'est quand même l'histoire d'une fille qui pour l'homme de ses rêves hésite entre une endive et un requin tous deux pétés de fric, sic!...
    J'ai beau adorer Audrey là c'est du talent mis au service d'un propos au mieux maladroit, bref du gâchis
  • Bande-annonce

    La Favorite (2019)

    The Favourite

    1 h 59 min. Sortie : . Historique, drame, comédie, biopic et thriller.

    Film de Yórgos Lánthimos avec Olivia Colman, Emma Stone, Rachel Weisz

    Faisons court : sur le fond rien à dire, Lanthimos assume son "Nietzscheisme" (pour résumer vite fait) jusqu'au bout, tout en parvenant à le subvertir dans la dernière scène, donc bravo là-dessus. Sur la forme : c'est parfois voire souvent très maniéré, ce qui fait un peu sortir du film...
  • Théorème (1968)

    Teorema

    1 h 34 min. Sortie : . Drame.

    Film de Pier Paolo Pasolini avec Anne Wiazemsky, Laura Betti, Silvana Mangano

    Allo SAV masturbation intellectuelle bonjour......
    Non sérieusement, avec toute la meilleure volonté du monde, je n'ai pas pu, non qu'il n'y ait quelques qualités objectives : impossible de dire que c'est mal filmé, certaines parties ont même du sens, le discours du peintre notamment, me parle... mais malgré tout, je constate que Théorème a tout du film intello typique : poseur et qui pète plus haut que son cul.
    Car je suis navré de le dire mais voir deux moules avariées se regarder dans le blanc des yeux de merlan frit (syndrome "La Piscine") ne m'a jamais particulièrement fasciné... avec ça, une métaphore centrale (le verbe s'est fait chair, donc Terence Stamp baise tout ce qui passe) dont la trivialité me laisse pantois, ça ne va pas trop aider. D'après l'algo senscritique, ceux qui aiment pourraient aimer Blow-Up... effectivement c'est cohérent.

    Malgré tout, je le répète, tout n'est pas nul, malgré ma note, et sur la fin, je comprendrais presque ceux qui aiment (oui c'est fou)
  • Bande-annonce

    Rocco et ses frères (1960)

    Rocco e i suoi fratelli

    2 h 57 min. Sortie : . Drame et sport.

    Film de Luchino Visconti avec Alain Delon, Renato Salvatori, Annie Girardot

    Ouhlà cette mandale énorme que j'ai pas vu venir...
    Une photographie adamantine, des acteurs habités qui semblent personnifier la notion même de charisme, un scénario en béton armé, pas de doute, là c'est bien un chef d'oeuvre.
  • Bande-annonce

    Magic in the Moonlight (2014)

    1 h 37 min. Sortie : . Comédie romantique.

    Film de Woody Allen avec Colin Firth, Emma Stone, Eileen Atkins

    J'ai volontairement pris un film léger pour ne pas risquer de comparer avec la grosse claque et même ainsi ça a eu du mal à passer.

    Je ne connais pas forcément bien le cinéma de Woody Allen mais j'ai trouvé l'ensemble très paresseux. Un Colin Firth coincé comme jamais qui prend Emma Stone (charmante, malgré tout) pour de la m.... , un pseudo débat rationalisme-mysticisme, mais comment peut-on proposer ça en 2014?
  • Bande-annonce

    L'Homme irrationnel (2015)

    Irrational Man

    1 h 35 min. Sortie : . Drame, thriller et romance.

    Film de Woody Allen avec Joaquin Phoenix, Emma Stone, Jamie Blackley

    OK, là c'est plus clair : Allen se fantasme en Phoenix et s'imagine que les étudiantes les plus mignonnes tombent quand même à ses pieds. Mais il n'y a que dans un Woody Allen où une étudiante préfère un prof dépressif et bedonnant à un de ses conscrits.
    Bref, tellement incrédible que je n'ai trouvé aucun intérêt au traitement du meurtre tout ça, et ce dernier plan, ça devrait être interdit par la convention de Genève...
    A part ça, Emma Stone est à croquer, les quatre points sont tout pour elle
  • Bande-annonce

    Spider-Man : New Generation (2018)

    Spider-Man: Into the Spider-Verse

    1 h 57 min. Sortie : . Action, aventure et fantastique.

    Long-métrage d'animation de Bob Persichetti, Peter Ramsey et Rodney Rothman avec Shameik Moore, Jake Johnson, Hailee Steinfeld

  • Bande-annonce

    La Colline des hommes perdus (1965)

    The Hill

    2 h 03 min. Sortie : . Drame et guerre.

    Film de Sidney Lumet avec Sean Connery, Harry Andrews, Ian Bannen

    Première déception chez Lumet car malheureusement beaucoup trop "démonstratif" à mon goût, malgré quelques pointes humoristiques bienvenues...

    Mais j'admets que c'est purement subjectif
  • Bande-annonce

    Les Éternels (2019)

    Jiang Hu Er Nu

    2 h 15 min. Sortie : . Drame et romance.

    Film de Jia Zhang-ke avec Zhao Tao, Liao Fan, Diao Yi'nan

  • Bande-annonce

    Sonate d'automne (1978)

    Höstsonaten

    1 h 37 min. Sortie : . Drame.

    Film de Ingmar Bergman avec Ingrid Bergman, Liv Ullmann, Lena Nyman

    Encore un Bergman qui m'a laissé assez désemparé même si je l'ai un peu plus apprécié que les Scènes.
    J'ai l'impression qu'il me faudrait lire une thèse de littérature comparée ou de philo sur Ibsen, Strindberg, Kierkegaard et tous ces protestants-pas-marrants pour comprendre les tenants et les aboutissants de ce cinéma...
    Non c'est trop pour mon petit cerveau
  • Allemagne année zéro (1948)

    Germania anno zero

    1 h 18 min. Sortie : . Drame et guerre.

    Film de Roberto Rossellini avec Edmund Moeschke, Ernst Pittschau, Ingetraud Hinze

    Film très sérieux et très conscient de son importance, mais qui réunit à peu près toutes les caractéristiques du cinéma tire-larmes, y avait de quoi se méfier... Il nous apprend donc que la vie était très dure au sortir de la guerre, c'est vrai qu'on s'en serait pas douté.
    Réaliste? ça faut le dire vite quand bien même c'est le chef de file du néo-réalisme qui est aux commandes, et faire preuve d'une sacrée suspension d'incrédulité devant certaines séquences : le patriarche qui déclame un discours politique digne des plus grands orateurs sur son lit, dans le genre c'est fort de café...
    Faut dire que les acteurs n'aident pas, aucun n'est vraiment convaincant, et en définitive, comme le dit une critique, le mélange fiction-documentaire ne fonctionne pas : la dernière scène mélodramatique à souhait précédée des errements du gamin dans le style docu, c'est trop gros à avaler.
  • Bande-annonce

    Jeux dangereux (1942)

    To Be or Not to Be

    1 h 39 min. Sortie : . Comédie et guerre.

    Film de Ernst Lubitsch avec Carole Lombard, Jack Benny, Robert Stack

    Séances de cinéma (1 salle)
    J'ai eu un peu peur au début, avec le poids de la réputation (pour Lubitsch elle crève le plafond de partout), le jeu très théâtral, et l'âge du film tout simplement... mais en fait passé la mise en place c'est tout-à-fait réjouissant, prévisible certes mais justement assez stimulant car il y a un petit jeu auquel on se prend vite qui est deviner comment vont réagir les personnages à chaque difficulté. J'ai passé presque tout le film avec le sourire au lèvre, et sur un sujet pareil, il faut le faire...
    Après pour l'importance dans l'histoire du cinéma, je laisse d'autres plus compétents dire ce qu'il en est :)
  • Bande-annonce

    La Passion de Jeanne d'Arc (1928)

    1 h 47 min. Sortie : . Biopic, muet, drame et historique.

    Film de Carl Theodor Dreyer avec Maria Falconetti, Eugene Silvain, André Berley

    Séances de cinéma (1 salle)
    Une fois n'est pas coutume, j'ai trouvé ce film plus intéressant pour sa réalisation que pour son scénario. Non parce que bon, a priori voir une paysanne illuminée se fait manipuler par quelques sinistres personnages en robe de bure (avis de mécréant, certes) n'a rien d'emballant...
    Mais la réalisation, tout en étant aride comme son sujet, est assez bluffante : Dreyer ne fait pas que du champ-contre champ, mais alterne avec des travelings qui donnent une sensation d'étouffement rarement vue ailleurs. Et à lire certaines critiques, il semble que la forme serve réellement le fond.
    Maintenant sur le moment, si on est subjugué que par la forme, on oscille un peu entre intérêt et légère lassitude