Pages après pages (BD/Comics) [Lectures terminées et pagination]

Avatar ZanickPolterski Liste de

44 bd

par ZanickPolterski

Cette liste m'a été soufflée par le membre Ochazuke, je trouve ça assez marrant de voir combien de pages on a pu lire.
La liste en question : http://www.senscritique.com/liste/Compteur_des_series_lues_en_cours_de_lecture/700043

Seront classées ici, mes lectures terminées ou abandonnées, le tout sera ordonné par le nombre de pages lues.
En annotation, il y a des mini-critiques, et le détails des notes tome à tome.

Je sépare en deux listes les mangas et les BD/comics pour plus de clarté. Je mets à la suite la série de base, les suites, préquelles et autres spin-off lus, j’essayerai de faire en sorte que ça soit le plus lisible possible.

¤ Autres listes :
Lectures en cours http://www.senscritique.com/liste/Carnet_de_route_Lecture_en_cours/733497/page-3#page-1/
Lectures terminées Manga : http://www.senscritique.com/liste/Pages_apres_pages_Lecture_terminee_et_pagination/1259760
Top Seinen/Josei : http://www.senscritique.com/liste/Pour_jeunes_adultes_de_15_a_30_ans_disent_ils_Top_Seinen_Jos/397290
Top Shōnen/Shōjo : http://www.senscritique.com/liste/Pour_jeunes_adolescents_disent_ils_Top_Shonen_Shojo/397302
Top BD/Comics : http://www.senscritique.com/liste/De_la_couleur_en_grand_format_Top_BD_Comics/772099
Top Auteurs : http://www.senscritique.com/liste/Pages_apres_pages_version_auteur_Pagination_des_lectures_en/1329438

Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Note globale
  • Ordre alphabétique
  • Date de sortie
  • Notes de mes éclaireurs
  • Note de l'auteur de la liste
  • Derniers ajouts
  • 1
  • 2
  • 1

    Lastman, tome 1 (2013)

    Sortie : .

    BD franco-belge de Bastien Vivès, Michaël Sanlaville et Balak

    ¤ UNIVERS LASTMAN : 1204 pages

    1/ Cycle 1 (tomes 1 à 6)

    -------------------------

    204 pages

    Tome 1 : 7,5 (01/08/2018)

    J'avais vu beaucoup de critiques élogieuses au près de mes éclaireurs, sur un coup de tête je me suis décidé d'attaquer cette série sans avoir lu le synopsis et en n'y connaissant presque rien. Après un temps d'adaptation nécessaire pour appréhender le style graphique je me suis laissé plonger dans ce premier tome sans me rendre compte d'être arrivé à la fin de celui-ci, assurément grâce à la narration aux petits oignons du trio et au découpage des cases vraiment très intuitif et très immersif. On a un début d'histoire assez classique qui met en place une batterie de personnage qui me semble très prometteuse niveau évolution. Le dessin des combats et autres mouvements est top (encore une fois après avoir aguerri son œil au style), une très bonne entrée en matière dans l'univers de ce trio français, hâte de voir l'évolution du récit.
  • 2

    Lastman, tome 2 (2013)

    Sortie : .

    BD franco-belge de Michaël Sanlaville, Bastien Vivès et Balak

    200 pages

    Tome 2 : 7 (04/11/2015)

    La fin du tournoi avec une issue attendue mais belle. Je dois vraiment souligner le fait que le découpage des cases est absolument exemplaire, ça joue un grand rôle pour l'immersion dans le récit et pour une excellente compréhension des scènes de combats qui sont parfaites. Les pages couleurs sont top et j'apprécie de plus en plus le dessin et ses nuances de gris. Le scénario va évolué dans le prochain tome vu la fin de celui-ci, ça promet.
  • 3

    Lastman, tome 3 (2013)

    Sortie : novembre 2013.

    BD franco-belge de Bastien Vivès, Michaël Sanlaville et Balak

    200 pages

    Tome 3 : 8,5 + ❤ (05/11/2015)

    Grosse évolution scénaristique, on quitte le classique pour partir sur du totalement barré, sacré virage osé qui a du faire taire les détracteurs jugeant le récit trop copié sur les mangas nippon (tournoi etc), l'histoire avance très vite ça me plait. On a une batterie de personnage démente, pas mal de petits mystères qui se dévoilent pendant que d'autres apparaissent, la narration, toujours le gros point fort de cette série, est au poil, un excellent travail. Mes yeux sont totalement habitués au dessin, je le trouve super, j’ai de temps en temps l'impression de voir des similitudes avec Taiyou Matsumoto, surtout au niveau des mouvements (méga compliment). Bref une série que je ne regrette pas d'avoir commencé, surtout que je l'ai prise sur un coup de tête, très bonne surprise.
  • 4

    Lastman, tome 4 (2014)

    Sortie : .

    BD franco-belge de Michaël Sanlaville, Bastien Vivès et Balak

    200 pages

    Tome 4 : 7 (20/01/2016)

    Les premières pages couleurs sont sublimes, notamment grâce à l’harmonie des couleurs, les tons roses violets comme ça c'est vraiiiment beau. On continu de découvrir le monde du bizness dans la grande ville de Paxtown, ça bastonne toujours autant, le scénario suit son cours tranquillement en répondant à certaines questions et en posant d'autres, comme d'hab c'est très bien dessiner, le style (particulier) est maitrisé. On a tout de même un gros coup de suspense à la fin, en deux pages les auteurs m'ont fait saliver comme jamais, j’attends impatiemment de voir ce qu'ils nous ont trouvé pour rendre l'histoire magique.
  • 5

    Lastman, tome 5 (2014)

    Sortie : .

    BD franco-belge de Bastien Vivès, Michaël Sanlaville et Balak

    200 pages

    Tome 5 : 7 (03/02/2016)

    Évolution majeure du scénario. Je sentais que ça allait partir dans cette direction, et c'est tant mieux, ça promet vraiment pour la suite. L'histoire est très bien découpée, bien raconter, prenante de bout en bout, ce tome est dans l'accélération, la densité et l'action. J''enchaine direct avec le dernier tome du premier cycle, je sais déjà que je vais me régaler.
  • 6

    Lastman, tome 6 (2014)

    Sortie : .

    BD franco-belge de Bastien Vivès, Michaël Sanlaville et Balak

    200 pages

    Tome 6 : 7,5 + ❤ (03/02/2016)

    Et voilà la fin du premier cycle, sacré montée en puissance sur ces six tomes, la fin m'a fait chavirer, j'attends la suite avec impatience, grande impatience. De nouveaux enjeux voient le jour et j'ai hâte de voir ce que les trois auteurs nous ont prévus.
  • 7

    Pays Indien - Scalped, tome 1 (2007)

    Scalped: Indian Country

    Sortie : .

    Comics de R.M. Guéra et Jason Aaron

    ¤ UNIVERS SCALPED : 697 pages

    1/ Pays Indien
    2/ Casino Boogie
    3/ Mères mortes
    4/ La rage aux tripes
    5/ La vallée de la solitude

    -------------------------

    113 pages

    Tome 1 : 7 (31/07/2017)

    Baffe dans ta gueule. On rentre dans le vif du sujet avec ce polar plus sombre que sombre. J'ai adoré la manière dont l'histoire est mise en place dans ce premier tome, on nous laisse peu respiré dès le départ, pour ensuite délayer le background des personnages et de cette réserve amérindienne, tout doucement à base de flashbacks très bien dosés. Ça part à 100 à l'heure puis petit à petit Jason Aaron disperse tout ce qu'il nous faut pour nous imprégner au maximum de l'histoire. Coup de coeur pour les dialogues et les personnages créés, ça sent bon la grosse série bien noire qui garde une qualité constante sur la longueur. R.M. Guéra est, je pense, le dessinateur qu'il fallait absolument pour ce comics, cohérent en tout point avec l'ambiance et l’atmosphère qui se dégage de cette réserve, bref que du bon.
  • 8

    Casino Boogie - Scalped, tome 2 (2008)

    Scalped: Casino Boogie

    Sortie : .

    Comics de R.M. Guéra et Jason Aaron

    144 pages

    Tome 2 : 8 + ❤ (31/07/2017)

    On finit le tome 1 sur une scène assez choquante qui n'augurait rien de bon pour notre bad cowboy Dash Bad Horse, j'attendais donc un début de tome 2 assez tonitruant, mais fait assez original la suite que j'attendais, et donc les conséquences de cette scène en fin de tome 1, n'intervient seulement qu'à la toute fin de ce tome et s'étale sur à peine trois pages. C'est-à-dire que Jason Aaron arrive à me captiver durant plus de 140 pages tout en se jouant de moi avec ce suspense haletant pour la conclusion du premier tome, et m'assure de manière irrévocable la lecture du troisième tome, si ça ce n'est pas de la maitrise scénaristique ! Surtout que des péripéties il y en a durant cet excellent Casino Boogie. En 144 pages (ce qui est assez peu au final), Jason Aaron arrive à vraiment étoffer son background et ses personnages, tous réussis pour le moment, d'ailleurs certains prennent du galons et ont de sacrés moments de gloire, en utilisant un procédé de changement temporel précis comme jamais, ça donne un réel cachet à ce comics car c'est très original. savoir dosé ces changements temporels sans nous perdre, je dis bravo. Et puis cette narration, voir qu'une simple bulle de dialogue prends tout son sens durant tout le chapitre suivant (l'épisode du car volé), excusez-moi, je suis plutôt sur le cul devant tant de maîtrise scénaristique. Je parlerai plus des personnages, du rythme, du scénario et du dessin sur les fiches des prochains tomes, j'en garde sous le pied car je sens que Scalped va me mettre une sacré baffe.
  • 9

    Mères mortes - Scalped, tome 3 (2011)

    Scalped: Dead Mothers

    Sortie : .

    Comics de R.M. Guéra et Jason Aaron

    168 pages

    Tome 3 : 7 (05/08/2017)

    Noir c'est noir. Le scénario continue son bout de chemin, peu de péripéties mais un tome très centré sur Dash qui sombre petit à petit dans les méandres de la solitude et de la dépression. Il a beau essayer d'aider les personnes autour de lui ça fini toujours mal, lui-même, fort de prime abord, devient faible et perds le contrôle, sa ténacité en prends un coup, le Dash rentre dedans, qui casse tout sur son passage, voit sa carapace exploser et ne peut résister à sa descente en enfer, bien aidé par sa compagne du moment qui l'entraine avec elle. Je dois avouer que Jason Aaron maitrise vraiment son récit, et surtout il sait donner de l'impulsion au développement des personnages, ceux-ci évoluent rapidement en terme de psychologie, c'est assez brutal. De plus on s'attache facilement aux personnages secondaires introduis, Ils ont eux aussi des destinées assez tragiques, ça accentue le côté absolument noir de ce récit.
  • 10

    La Rage aux tripes - Scalped, tome 4 (2011)

    Scalped: The Gravel in Your Guts

    Sortie : .

    Comics de R.M. Guéra, Davide Furno et Jason Aaron

    144 pages

    Tome 4 : 7 + ❤ (05/08/2017)

    Premier tome consacré presque exclusivement à un seul personnage, ici Lincoln Red Crow. Et encore une fois on ne s'ennuie pas c'est super bien fait. Quand dans les deux premiers tomes on avait vraiment de l'action à gogo, dans le troisième on avait également pas mal de situations différentes pour développer les personnages principaux, Aaron a ici centré toute sa narration autour de Red Crow. Que de schémas narratifs différents et toujours autant de maitrise. Les personnages sont vrais, on respire avec eux, souffre avec eux, on a du dégoût, de la compassion et de l'admiration parfois, ils sont toujours au sommet de ce comics. Le coup des changements temporels est toujours d'actualité, et apporte à chaque fois de précieux détails pour mieux cerner les "héros" de ce récits. J'en redemande comme d'habitude.
  • 11

    La Vallée de la Solitude - Scalped, tome 5 (2012)

    Scalped: High Lonesome

    Sortie : .

    Comics de R.M. Guéra et Jason Aaron

    128 pages

    Tome 5 : 7 (05/08/2017)

    Je vais profiter de ce tome, toujours aussi bien écrit, noir et prenant de la première à la dernière page, pour parler un peu du dessin. Déjà j'ai un peu de mal avec les changements de dessinateur dans les comics. C'est tellement déroutant, parfois ça passe car les traits des différents auteurs se ressemblent, mais parfois c'est vraiment dérangeant, par exemple dans ce tome la prestation de Francavilla est vraiment en dessous de tout le monde, on reconnait à peine les personnages et l'impact de l'histoire en prends un coup. Car pour moi le dessin et le scénario vont de pair, c'est un tout, R.M. Guéra a cette force dans le coup de crayon qui fait que la noirceur du récit nous prend directement aux tripes, du coup quand il passe la plume j'ai souvent une petite déception. R.M. Guéra justement, quel talent, impressionnant de maitrise, beaucoup de noir dans son dessin, des personnages au charadesign inspiré, un découpage poignant, vraiment ça donne un plus au scénario déjà superbe de Jason Aaron, c'est un sacré duo en pleine osmose, je vais regarder les prochains comics où ils sont alignés tous les deux et je les lirai assurément.
  • 12

    Saga, tome 1 (2012)

    Sortie : .

    Comics de Fiona Staples et Brian K. Vaughan

    ¤ UNIVERS SAGA : 552 pages

    --------------------------

    156 pages

    Tome 1 : 8 + ❤ (21/01/2015)

    Première escapade dans le comics pour ma part, claque d'originalité, de plus l'accessibilité du scénario permet de bien s’imprégner de l'univers sans se perdre et donc de mieux apprécier l'imagination des auteurs. Des personnages hauts en couleurs, et un dessin au top, avec des couleurs sublimes. Au final, Saga démarre très bien, l'aventure est rythmée, l'originalité de l'univers sublimé par des couleurs magnifiques est prenante, en fermant ce comics on attend juste le tome suivant.
  • 13

    Saga, tome 2 (2013)

    Sortie : .

    Comics de Fiona Staples et Brian K. Vaughan

    132 pages

    Tome 2 : 9 + ❤ (22/01/2015)

    Ici l'histoire est accentuée sur les relations parents/enfants. Et qu'est ce que c'est bien écrit. Des passages sont drôles, d'autres tristes, c'est ultra vivant. L'action n'est pas en reste et on en a pour notre argent. Encore une fois c'est rythmé, on ne se perd pas, et surtout on ne s'ennuie pas une seule seconde. On prend également plaisir à connaître le passé des personnages via des flashbacks habillement placés, Le découpage, la narration et la trame générale est plus prenante que le tome 1 (Je me suis bien fait avoir avec La Traque, j'ai été bluffé, j'avais rien vu venir). Et la fin... Quelle fin, tendu à souhait avec un personnage qui se découvre être un peu psychotique, et une situation qui nous promet de l'action dès le début du troisième tome, histoire de s'en prendre plein la tête.
  • 14

    Saga, tome 3 (2014)

    Sortie : .

    Comics de Fiona Staples et Brian K. Vaughan

    132 pages

    Tome 3 : 8 (07/02/2015)

    Ces deux auteurs ont encore plein de tours dans leurs manches, une montée en puissance toute en finesse, ils nous ont laissé avec un sacré suspense en fin de tome 2 et ils y répondent en fin de tome 3 sans que ce suspense ne parte, ils sont forts. Les personnages évoluent bien, les relations se tissent et se décousent sans que ça soit téléphoné, nous avons ici une aventure qui nous promet encore pas mal de rebondissements. Comme d'habitude, Fiona Staples image ce récit à la perfection, son trait "pas vraiment fini" et ses choix de couleurs superbes (gros mélanges entre le très froid et le très chaud) fait honneur au très bon scénario que nous offre Brian K. Vaughan.
  • 15

    Saga, tome 4 (2014)

    Saga Volume 4

    Sortie : .

    Comics de Fiona Staples et Brian K. Vaughan

    132 pages

    Tome 4 : 8 (07/02/2015)

    Leçon de narration, savoir mélanger intrigue principal, développement et psychologie des personnages, action, inventivité maladive, surprise du scénario et autre retournement de situation, Saga est un space opera fantastique qui met une claque à bon nombre de récit SF tant les auteurs maitrisent leur sujet. Je ne reviendrai pas sur le coup de crayon et les jeux de couleurs (suffit de voir la toute dernière page de ce tome pour ce rendre compte du travail formidable de Fiona Staples). La qualité est toujours au rendez-vous, pourvu qu'ça dure.
  • 16

    Reagan Youth - Deadly Class, tome 1 (2014)

    Deadly Class Volume 1: Reagan Youth

    Sortie : .

    Comics de Lee Loughridge, Wesley Craig et Rick Remender

    ¤ UNIVERS DEADLY CLASS : 459 pages

    # Cycle 1 :
    1/ Reagan Youth
    2/ Kids of the Black Hole
    3/ The Snake Pit
    4/ Die for me

    --------------------------

    143 pages

    Tome 1 : 8 (28/02/2016)

    D'entrée de jeu je dois saluer le travail du graphisme de cette œuvre, une belle cohérence entre le dessin très personnel et le choix des couleurs, c'est le fruit d'un sacré travail qui permet de vivre pleinement le scénario de Remender. Scénario très déjanté, ce qui m'a plu c'est que même si ça pourrait paraitre gros, une école des arts létaux pourrait tout à fait exister sur notre Terre. Savant mélange entre action, psychanalyse personnelle et virées sous acide, au final on prend peur à se dire que Remender s'est basé sur des faits de son enfance pour pondre ce qui apparait comme une belle surprise. Hâte de lire la suite.
  • 17

    Kids of the Black Hole - Deadly Class, tome 2 (2015)

    Deadly Class Volume 2: Kids of the Black Hole

    Sortie : .

    Comics de Wes Craig et Rick Remender

    108 pages

    Tome 2 : 8,5 + ❤ (29/02/2016)

    Je ne reviendrai pas sur le graphisme maitrisé de par un dessin et une colorisation en harmonie. On a ici un tome rempli d'action, de bordel et toujours en narration les sentiments des personnages. Je trouve que c'est bien dosé, l'action n'est pas cassée et en même temps on apprend à mieux connaitre ces individus qui se cherchent un avenir au sein de ce monde dont ils ont été rejeté.
  • 18

    The Snake Pit - Deadly Class, tome 3 (2015)

    Deadly Class Volume 3: The Snake Pit

    Sortie : .

    Comics de Wes Craig et Rick Remender

    103 pages

    Tome 3 : 9,5 + ❤ (21/05/2016)

    Ce troisième tome m'a encore plus marqué que les deux autres, la fin tonitruante du tome 2 prend sa conclusion au début de celui-ci, toujours à cent à l'heure, toujours avec ce génie narratif, de l'action rondement menée, puis on glisse dans les méandres et les tortures de l'esprit du personnage principal. Ce pauvre Marcus qui essuie trahison, refus, et se livre à une grande décadence avant d'essayer de sortir la tête de l'eau. Top. Je ne sais pas si c'est l'habitude de voir le trait de Wes Craig, mais j'ai pris une grande claque, vraiment, plus que d'habitude, et la colorisation est toujours sensationnelle, on ajoute à ça un découpage de cases inventif et précis, plus le scénario d'un Remender super inspiré, ça donne une série qui me charme de plus en plus. Et vu le final de ce tome j'ai super hâte de lire la suite. Un bon gros 9, proche du 10 même.
  • 19

    Die for Me - Deadly Class, tome 4 (2016)

    Deadly Class Volume 4: Die for Me

    Sortie : .

    Comics de Wesley Craig et Rick Remender

    105 pages

    Tome 4 : 9 + ❤ (14/02/2017)

    Le chaos maitrisé, c'est ce qui ressort de ce tome où ça va encore à cent à l'heure, voir même plus. Rick Remender gère son histoire avec brio, ça a beau être du rapide, de l'action à tout bout de champs, il n'en oublie pas de rester cohérent et de développer ses personnages, ici secondaires, pour nous immerger totalement dans son récit. Une survie à tout prix, un carnage total, et une fin tonitruante plus lente mais tellement choquante. Comme d'habitude je n'ai qu'une hâte, lire la suite de ce qui se fait de mieux en ce moment en comics indé.
  • 20

    Lupus, volume 1 (2003)

    Sortie : .

    BD franco-belge de Frederik Peeters

    ¤ UNIVERS LUPUS : 384 pages

    -------------------------

    92 pages

    Volume 1 : 9 + ❤ (13/12/2014)

    Je ne savais pas à quoi m'attendre, j'ai acheté ce volume suite au bonne note de cette série et puis j'avais grandement envie de lire du Peeters vu sa réputation. Je ne suis absolument pas déçu. Je pensais le dessin difficile d'accès car très porté sur le noir, au final c'est beau, juste et très précis, l'histoire démarre très très bien, j'aime ce genre de récit de vie avec un ton dramatique, j'ai déjà pris une mini-claque vers la fin de ce premier volume, il me tarde de lire la suite.
  • 21

    Lupus, volume 2 (2004)

    Sortie : janvier 2004.

    BD de Frederik Peeters

    92 pages

    Volume 2 : 8 (13/12/2014)

    Ce deuxième tome s'attarde plus sur une sorte de période de transition pour les personnages. Encore une fois c'est beau, bien écrit et le Cliff final donne envie de lire la suite.
  • 22

    Lupus, volume 3 (2005)

    Sortie : mai 2005.

    BD de Frederik Peeters

    92 pages

    Volume 3 : 7 (14/12/2014)

    Suite de l'évolution de la relation entre les personnages principaux, il y a quelques images intercalées qui nous laissent supposer que quelque chose d'angoissant se trame pour le dernier tome. Encore une fois c'est toujours aussi bien écrit, c'est beau et précis, Peeters est un grand de la BD et son univers est classe.
  • 23

    Lupus, volume 4 (2006)

    Sortie : mars 2006.

    BD de Frederik Peeters

    108 pages

    Volume 4 : 7,5 + ❤ (14/12/2014)

    Voici la fin d'un récit SF où Peeters s'est grandement attardé sur l'humain et ses états d'âmes, bien que la fin soit abrupte elle clôt de belle manière cette série. Ici on flirte un peu plus avec l'onirisme, et les sentiments des personnages. Comme à son habitude c'est beau, les émotions sont faciles à capter à travers le dessin, et on partage totalement le voyage de Lupus, Sanaa et Tony. Ce fut un régal que de lire cette BD.
  • 24

    L'Odeur de la poussière chaude - Aâma, tome 1 (2011)

    Sortie : .

    BD franco-belge de Frederik Peeters

    ¤ UNIVERS AÂMA : 352 pages

    1/ L'odeur de la poussière chaude
    2/ La multitude invisible
    3/ Le désert des miroirs
    4/ Tu seras merveilleuse ma fille

    -------------------------

    84 pages

    Tome 1 : 6 (25/10/2016)

    Un premier tome qui sert de longue introduction, où l'on effleure à peine le terme d'Aâma, on apprend à cerner les personnages principaux, là plupart réussis, et on suit la mise en place d'une intrigue qui promet des péripéties. Le style de Peeters je l'avais découvert en noir et blanc via Lupus, je dois dire que la couleur lui va à ravir, le coup de crayon est assez simple tout en étant inspiré, mais le coloriage est juste top, beaucoup de nuances assez éloignées les unes des autres, on saute d'une ambiance à une autre grâce à ce jeu de couleurs. En espérant que l'intrigue s'envole par la suite.
  • 25

    La Multitude invisible - Aâma, tome 2 (2012)

    Sortie : .

    BD franco-belge de Frederik Peeters

    84 pages

    Tome 2 : 7 (26/10/2016)

    Deuxième volume plus intense, plus touffu, on en apprend davantage sur Aâma, l'action prend également le dessus et les personnages commencent à s'assumer ou au contraire à se morfondre. Peeters laisse aller son coup de crayon et ses couleurs dans une folie végétale avec un style très rétro. Petit point négatif tout de même, l'intrigue avance un peu trop doucement à mon goût, malgré tout on nous laisse présager un beau final.
  • 26

    Le Désert des miroirs - Aâma, tome 3 (2013)

    Sortie : .

    BD franco-belge de Frederik Peeters

    84 pages

    Tome 3 : 8 + ❤ (26/10/2016)

    Alors là j'ai été pris de court, après un premier tome d'introduction et un second où l'action était plus présente mais où l'on avançait à tâtons, nous avons un vrai tome où le scénario prend une ampleur bienvenue. On sentait que ça allait virer sur une bonne complexité, le récit et les thèmes s'y prêtaient, Peeters s'en sort royalement, on a finalement une vraie profondeur avec une sacré dose de mystères encore qui nous réservent un dernier tome forcément riche pour conclure cette aventure. J'apprécie toujours autant le choix des thèmes sociaux abordés (filiation, évolution de l'humanité via les nouvelles technologies et leurs conséquences, etc...), et je trouve également que le dessin et surtout les couleurs ont encore pris du galons, c'est vraiment beau.
  • 27

    Tu seras merveilleuse ma fille - Aâma, tome 4 (2014)

    Sortie : .

    BD franco-belge de Frederik Peeters

    100 pages

    Tome 4 : 9 + ❤ (26/10/2016)

    Final réussi, mélange d'onirisme, d'action trépidante, d'espoir (pour la première fois presque). La quête d'un père pour sauver sa fille par n'importe quel moyen, de ne pas se laisser emporter par l'excès de pouvoir jusqu'à la rupture, j'ai adoré. Et puis ces planches pleine de couleurs, je me répète mais c'est magnifique vraiment, j'ai également senti une évolution dans le trait des personnages, légèrement plus fin. Cette fin ouverte qui tranche violemment avec le réalisme des premiers tomes m'a envoutée, j'espérai que le récit prenne cette tournure, qu'il explose jusqu'à toucher au mystère, nous laissant interpréter totalement son dénouement, si ce n'était qu'une simple enquête SF je serai rester sur ma faim. Après je comprends les personnes qui penseront l'inverse et qui regretteront la tournure onirique s'éloignant d'un récit terre-à-terre, car c'est vrai qu'il est parti loin notre cher Peeters, mais ça fonctionne impeccablement sur moi, un final de toute beauté pour une série qui aurait mis du temps à me faire chavirer mais qui me laissera un souvenir mémorable.
  • 28

    Asterios Polyp (2010)

    Sortie : octobre 2010.

    Comics de David Mazzucchelli

    315 pages

    One-shot (09/11/2015)

    Je dois avouer m'y être pris à deux fois avant de finir la lecture de ce roman graphique. J'ai eu un peu de mal avec les passages assez pompeux d'Asterios Polyp et de son intellect, ça m'avait fait fermer le livre une première fois en me disant que j'y mettrais plus d'énergie une prochaine fois. A la deuxième lecture j'ai réussi à m'y accommoder. La totalité de l'histoire est en fait très simple et bien pensée, une très bonne narration, des messages simples mais fort car ça parle à tout le monde vu qu'on finit par tous les expérimenter (amour, réussite, peine, renouveau, remise en question de soi, pardon, sérénité, etc), il y a vraiment une ribambelle de thèmes traités. Là où David Mazzucchelli fait fort c'est dans la recherche graphique et la logique derrière chaque trouvaille, chaque trait. J'ai lu dans une critique ici-même qu'il était souvent facile d'imaginer une BD/comics en film, ici c'est impossible, Asterios Polyp représente vraiment l'essence de la BD et il peut être classé comme chef d’œuvre artistique tant il joue avec ses codes, les maitrisent et les transcendent. Une vraie œuvre d'art en plus d'une belle histoire, dommage pour le côté un tantinet pompeux de certains passages de l'intellect d'Asterios qui ont du mal à me parler, sans ça le 10/10 était de mise.
  • 29

    Transmetropolitan : Année Un (2014)

    Sortie : .

    Comics de Darick Robertson et Warren Ellis

    304 pages

    Tome 1 : 7 (14/11/2015)

    Je commence la lecture de ce comics d'un duo de légende, forcément ça flirte avec le magnifique. En premier lieu, j'ai vraiment apprécié la patte graphique, que ce soit les couleurs très belles, parfois vives, souvent réalistes, et le dessin en lui-même très bon, simple et en même temps détaillé et fouillis (mais en positif), un très bon point. Puis vient le personnage principal, Spider Jérusalem, mais quelle invention ! Tout son discours, ses actions, sa manière de faire chier les hauts de ce monde pourri, vraiment un homme qu'on aimerait pas avoir en ami mais qui nous régale tout du long de ce gros pavé. On enchaine plusieurs histoires qui construisent ce monde et nous immergent dans la folie de celui-ci. Cyberpunk déjanté sous drogue, je ne demande qu'à lire la suite.
  • 30

    Koma, Intégrale (2010)

    Sortie : .

    BD franco-belge de Frederik Peeters et Pierre Wazem

    288 pages

    Intégrale (05/08/2017)

    Tome 1 - La voix des cheminées : 8,5
    Tome 2 - Le Grand Trou : 8,5 + ❤
    Tome 3 - Comme dans les westerns : 8
    Tome 4 - L'Hôtel : 7
    Tome 5 - Le duel : 7
    Tome 6 - Au commencement : 6

    Ah Peeters, je pense qu'il est devenu mon auteur favori de franco-belge. Tout ce qu'il touche j'en suis fan, j'ai commencé lentement avec Aâma, j'ai été emporté par Lupus, je ne parle même pas de la claque que m'a mis Pilules Bleues, ici il a beau n'être qu'au dessin le scénario proposé par Wazem pourrait se rapprocher de ce qu'il fait. Le coup de crayon plus souple qu'Aâma et la couleur apportée par Albertine Ralenti ont une belle osmose. Je suis archi fan du découpage de l'histoire, Peeters a dit dans une itw qu'il n'a retouché (quasiment) aucune case, tout a été fait en un jet et ça se ressent, ultra fluide et inspiré, les design des personnages le sont tout autant, Peeters gère l'action et l'expression des personnages avec brio, bref que du bonheur. Le début où l'on découvre lentement l'univers et les personnages m'a absolument charmé, les personnages sont très bien écrits, le côté "fausse BD pour enfant" m'a plu, on pense partir sur un truc enfantin avec une petite fille sympa, puis au final on se rend compte que les thèmes abordés sont "pour les grands" et surtout l'histoire prend un tournant clairement destiné aux adultes, joli contre-pied. La narration est très bonne, les dialogues sont top, j'ai juste été un perdu passé les 3/4 de l'histoire, à partir du moment où le fantastique s'éveille un peu trop. D'habitude je suis friand des grandes envolées oniriques mais là ça n'a pas pris, peut-être qu'il manquait un petit tome supplémentaire pour mieux amené ce côté fantastique, cette dualité rêve/réalité, surtout qu'au final on a une histoire très proche des films Matrix, du coup un chouia de développent supplémentaire n'aurait pas fait de mal, il n'empêche que c'est une lecture que j'ai savouré et que je recommande.
  • 1
  • 2