Park Chan-wook - Commentaires

Avatar Thaddeus Liste de

5 films

par Thaddeus

La place de Park Chan-wook dans le cinéma actuel me semble mineure et son expression sans réelle portée. Mais on peut le préférer largement à certains autres représentants du cinéma coréen actuel, plus vains et plus cyniques. À cet égard son dernier film, émouvant et sincère (je me tâte d'ailleurs à lui coller un 8/10), vient quelque peu me faire reconsidérer l’idée que je pouvais avoir de lui, et même attendre la suite avec une certaine curiosité.

Mon top :

1. Mademoiselle (2016)
2. Old boy (2003)
3. Joint security area (2000)
4. Stoker (2013)
5. Sympathy for mister Vengeance (2002)

Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Note globale
  • Ordre alphabétique
  • Date de sortie
  • Notes de mes éclaireurs
  • Note de l'auteur de la liste
  • Derniers ajouts
  • Bande-annonce

    Joint Security Area (2000)

    Gongdonggyeongbiguyeok JSA

    1 h 50 min. Sortie : . Drame et thriller.

    Film de Park Chan-wook avec Lee Byung-hun, Song Kang-ho, Shin Ha-Kyun

    Le troisième long-métrage du réalisateur présente un certain nombre de motifs qui en font un embryon déjà assez affirmé de l’œuvre à venir : récits trompeurs soigneusement enchevêtrés, agencements narratifs structurés autour de points de vue variables où ressortent la sincérité et les ambigüités de chacun, facture classique incrustée de plans insolites, léchés, tentés par l’impact visuel. Dans cette enquête policière où le suspense psychologique le dispute aux considérations politiques, où se joue une tragédie humaine fondée sur le tissage interdit de l’amitié et de la solidarité masculines, la vérité que les deux parties s’emploient à camoufler et que l’héroïne met à jour, non sans dommages collatéraux, est qu’il n’y a qu’une nation coréenne, arbitrairement divisée par cinquante ans de conflit idéologique.
  • Bande-annonce

    Sympathy for Mr. Vengeance (2002)

    Boksuneun Naui Geot

    2 h. Sortie : . Drame et policier.

    Film de Park Chan-wook avec Song Kang-ho, Shin Ha-Kyun, Bae Doo-Na

    Visionner un film comme celui-ci s’apparente à une épreuve d’endurance qui n’offre à son issue aucune récompense. Soit deux heures d’une spirale sanglante, d’un carnage absurde, d’un foutoir quasi insupportable de têtes qui éclatent sous des battes de base-ball, de corps ouverts à vif ou tressautant sous des décharges électriques, d’entrailles fouillées dans des bruits de courge écrabouillée. Ni bonheur ni soulagement dans la vengeance, juste un accomplissement mécanique exécuté par de pauvres hères déshumanisés, tour à tour tueurs et victimes. Difficile de s’engager dans un récit jouant d’un bout à l’autre de la distanciation glaciale, et de s’esbaudir devant des intentions qui, toutes radicales qu’elles soient, ne dépassent jamais l’exposé de leur petit programme. On oublie vite.
  • Bande-annonce

    Old Boy (2003)

    Oldeuboi

    2 h. Sortie : . Drame et thriller.

    Film de Park Chan-wook avec Choi Min-Sik, Yoo Ji-Tae, Kang Hye-Jung

    Poursuite dans la continuité, une bonne louchée de baroquisme grand-guignolesque en plus. Pris d’une poussée de sadisme exacerbé, le réalisateur nous perd dans un jeu de piste cruel qui envoie valdinguer toute vraisemblance pour mieux cultiver l’hypertrophie de ses coups de tatane. De ce côté-là on est servi, entre un épouvantail qui allonge quinze cadors à mains nues, un arrachage de dents filmé cash, l’ingestion d’un poulpe vivant et autres réjouissances. Ce qui devrait ne que révulser parvient pourtant à captiver, et même à toucher parfois, car le désarroi d’une humanité instable filtre derrière toute cette surenchère, et car la dimension rétributive de la vengeance, qui ne débouche au final que sur sa propre vanité, laisse place à un soupçon d’espérance interdite voletant sur paysage figé par l’hiver.
  • Bande-annonce

    Stoker (2013)

    1 h 38 min. Sortie : . Drame et thriller.

    Film de Park Chan-wook avec Mia Wasikowska, Nicole Kidman, Matthew Goode

    Au cas où l’on aurait encore un doute, ce film vient plier l’affaire : Park est d’abord un maniériste soucieux d’esthétiser et de maximiser les effets de motifs superficiellement exploités. Il convient d’en accepter les limites afin d’apprécier le thriller pour ce qu’il est, ne pas trop sourire des clichés alignés par ce portrait d’une jeune fille conquise par la séduisante ambiguïté du mal et expérimentant la noirceur de sa violence et de sa sexualité en éveil. Entre références hitchcockiennes (avec relecture explicite de "L’Ombre d’un Doute") et effets de manche grandiloquents, l’exercice de style séduit par son coté profil bas, ses enluminures de conte de fées gentiment vénéneux dévoilant progressivement le décalage entre l’amabilité policée des apparences et les gouffres inavouables des secrets et des fantasmes.
  • Bande-annonce

    Mademoiselle (2016)

    Ah-ga-ssi

    2 h 24 min. Sortie : . Drame, thriller, romance et Érotique.

    Film de Park Chan-wook avec Kim Min-Hee, Kim Tae-Ri, Ha Jung-Woo

    À défaut de se métamorphoser, le réalisateur se livre à un fort appréciable infléchissement de registre en effeuillant progressivement, par le biais d’une construction à tiroirs quelque peu étirée mais séduisante, le sens profond de la triple manipulation qui l’articule. Car au-delà d’une mécanique narrative frisant la roublardise, derrière la bimbeloterie d’une mise en scène toute en arabesques léchées, soieries précieuses, émanations décoratives, il y a bel et bien un cœur qui bat – ou plus exactement deux. Et c’est lorsque les circonvolutions du récit s’effacent au profit de sa vraie nature que le film dévoile sa carte maîtresse : une belle histoire d’amour et d’affranchissement féministe, que la fiévreuse ardeur érotique et le vibrant romantisme sentimental prémunissent de toute suspicion de gratuité.