Petite histoire du cinéma italien (1945 - 1995)

Avatar Gondebaud-e Liste de

140 films

par Gondebaud-e

... ou une Liste tirée de "Le cinéma italien (1945 - 1995) - Crise et création" de Laurence Schifano.

Peut-être que je la peaufinerais un peu, au vu du fait que ce livre laisse totalement, et de manière dégueulasse, le giallo (Argento, ...) et le film d'horreur (Bava, Fulci, ...) dans son ensemble de coté. (Et le western est à peine évoqué...)

Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Date de sortie
  • Derniers ajouts
  • Note de l'auteur de la liste
  • Notes de mes éclaireurs
  • Note globale
  • Ordre alphabétique
  • Popularité
Croissant
  • Croissant
  • Décroissant
  • La proie du désir (1943)

    Desiderio

    1 h 25 min. Sortie : .

    Film de Roberto Rossellini

    Un des premiers films victime de la censure.
  • Les Amants diaboliques (1943)

    Ossessione

    2 h 22 min. Sortie : . Policier, drame et romance.

    Film de Luchino Visconti avec Clara Calamai, Massimo Girotti, Dhia Cristiani

    Film-phare du néo-réalisme, naissance avec ce film d'une recherche de la vérité.
  • Giorni di gloria (1945)

    1 h 10 min.

    Documentaire de Giuseppe de Santis, Luchino Visconti, Marcello Pagliero

    Evocation à chaud de la guerre.
  • Bande-annonce

    Rome, ville ouverte (1945)

    Roma città aperta

    1 h 43 min. Sortie : . Drame et guerre.

    Film de Roberto Rossellini avec Aldo Fabrizi, Anna Magnani, Marcello Pagliero

    Premier volet de la trilogie de la guerre de Rosselini et illustration du néo-réalisme.
  • Païsa (1946)

    Paisà

    2 h 06 min. Sortie : . Drame, guerre et sketches.

    Film de Roberto Rossellini avec Carmela Sazio, Robert Van Loon, Benjamin Emanuel

    Deuxième volet de la trilogie de la guerre de Rosselini et illustration du néo-réalisme.
  • Sciuscia (1946)

    Sciuscià

    1 h 27 min. Sortie : . Drame.

    Film de Vittorio De Sica avec Franco Interlenghi, Rinaldo Smordoni, Annielo Mele

    Utilisation de petits cireurs de chaussures comme acteurs principaux : Réalisme poussé à son paroxysme.
  • L'Aigle noir (1947)

    1 h 37 min. Sortie : . Aventure.

    Film de Riccardo Freda avec Rina Morelli, Harry Feist, Paolo Stoppa

    Popularité des films d'aventure.
  • Chasse Tragique (1947)

    Caccia Tragica

    1 h. Sortie : . Drame et action.

    Film de Giuseppe de Santis avec Massimo Girotti, Vittorio Duse, Vivi Gioi

    Malgré la présence de De Santis à la réalisation, le film fait parti des quelques films à avoir subi un véritable désastre financier.
  • La Fille du capitaine (1948)

    La Figlia del capitano

    1 h 30 min. Sortie : . Aventure.

    Film de Mario Camerini avec Cesare Danova, Aldo Silvani, Ave Ninchi

    Popularité des films d'aventure.
  • De nouveaux hommes sont nés (1948)

    Proibito rubare

    1 h 25 min. Comédie dramatique.

    Film de Luigi Comencini avec Giovanni Rinaldi, Clemente De Michele, Ettore G. Mattia

    Dénonciation sociale : Délinquance juvénile.
  • Arènes en folie (1948)

    Fifa e arena

    1 h 25 min. Sortie : . Drame.

    Film de Mario Mattoli avec Mario Castellani, Giulio Marchetti, Totò

    Plus gros succès de l'année 1949, montre l'importance des comédies juste après la SGM.
  • Allemagne année zéro (1948)

    Germania anno zero

    1 h 18 min. Sortie : . Drame et guerre.

    Film de Roberto Rossellini avec Edmund Moeschke, Ernst Pittschau, Ingetraud Hinze

    Troisième volet de la trilogie de la guerre de Rosselini et illustration du néo-réalisme.
  • Le soleil se lèvera encore (1948)

    Il sole sorge encora

    1 h 30 min. Sortie : . Guerre.

    Film de Aldo Vergano avec Elli Parvo et Massimo Serato

    Evocation à chaud de la guerre, vocation polémique.
  • La Terre tremble (1948)

    La terra trema: Episodio del mare

    2 h 33 min. Sortie : . Drame.

    Film de Luchino Visconti avec Antonio Arcidiacono, Giuseppe Arcidiacono, Luchino Visconti

    Absence de scénario, volonté de calculer chaque détail, volonté poussée de réalisme : "résultat le plus expressif du néo-réalisme" selon Carlo Levi.
  • Totò le Moko (1949)

    1 h 21 min. Sortie : .

    Film de Carlo Ludovico Bragaglia avec Totò, Carla Calò, Gianna Maria Canale

    Un des films d'une longue liste avec Toto.
  • Au nom de la loi (1949)

    In nome della legge

    1 h 39 min. Sortie : . Drame.

    Film de Pietro Germi avec Massimo Girotti, Jone Salinas, Camillo Mastrocinque

    Dénonciation sociale : Compromissions avec la mafia italienne.
  • Riz amer (1949)

    Riso amaro

    1 h 48 min. Sortie : . Drame.

    Film de Giuseppe de Santis avec Vittorio Gassman, Silvana Mangano, Raf Vallone

    Un des rares succès commerciaux du néo-réalisme. Fascination autour d'un personnage féminin et attrait pour les trames mélodramatiques : cela se retrouvera dans les mélodrames des années 50.
  • Les enfants nous regardent (1944)

    I bambini ci guardano

    1 h 24 min. Sortie : . Drame.

    Film de Vittorio De Sica avec Luciano De Ambrosis, Isa Pola, Emilio Cigoli

    Première collaboration entre Zavattini et De Sica : une des plus fécondes du néo-réalisme.
  • Bande-annonce

    Le Voleur de bicyclette (1948)

    Ladri di biciclette

    1 h 29 min. Sortie : . Drame.

    Film de Vittorio De Sica avec Lamberto Maggiorani, Enzo Staiola, Lianella Carell

    Le personnage du père est joué par un véritable ouvrier : La encore, volonté de réalisme. Ce film est un les plus reconnus de la période néo-réaliste. "Crescendo de désespoir" selon Laurence Schifano.
  • Dimanche d'août (1950)

    Domenica d'Agosto

    1 h 28 min. Sortie : . Comédie.

    Film de Luciano Emmer avec Anna Baldini, Franco Interlenghi, Vera Carmi

    Modèle qui a mis en place les "histoires parallèles", en combinant histoire collective et individuelle et qui sera repris par la suite.
  • Chronique d'un amour (1950)

    Cronaca di un amore

    1 h 40 min. Sortie : . Drame.

    Film de Michelangelo Antonioni avec Gino Cervi, Marika Rowsky, Rosi Mirafiore

    Premier long métrage de fiction d'Antonioni, qui se démarque alors du néo-réalisme et des constructions dramatiques convenues.
  • Le Chemin de l'espérance (1950)

    Il cammino della speranza

    1 h 45 min. Sortie : . Drame.

    Film de Pietro Germi avec Srao Urzi, Elena Varzi, Raf Vallone

    Thème longuement utilisé de l'Unité de l'Italie et du voyage à travers cette dernière.
  • Le Mensonge d'une mère (1949)

    Catene

    1 h 25 min. Sortie : . Drame.

    Film de Raffaello Matarazzo avec Amedeo Nazzari, Yvonne Sanson et Aldo Nicomedi

    Premier d'une longue série de mélodrames italiens.
  • Volets Clos (1951)

    Persiane Chiuse

    1 h 30 min. Drame.

    Film de Luigi Comencini avec Giulietta Masina, Liliana Gerace, Massimo Girotti

    Utilisation de schémas narratifs propre aux oeuvres américaines : influence d'Hollywood.
  • Les Vaincus (1953)

    I Vinti

    1 h 53 min. Sortie : . Sketches et drame.

    Film de Michelangelo Antonioni avec Etchika Choureau, Jean-Pierre Mocky, Jacques Sempey

    Rapport plus ou moins directs avec les films noirs américains : influence d'Hollywood.
  • Altri Tempi (1952)

    2 h 02 min. Sortie : 1952.

    Film de Alessandro Blasetti

    Un des premiers "films à épisodes"
  • Le Cheik blanc (1952)

    Lo sceicco bianco

    1 h 25 min. Sortie : . Comédie.

    Film de Federico Fellini avec Lilia Landi, Leopoldo Trieste, Brunella Bovo

    Mise en place de la thématique du rêve.
  • Deux sous d'espoir (1952)

    Due soldi di speranza

    1 h 50 min. Sortie : . Comédie et romance.

    Film de Renato Castellani avec Maria Fiore, Vincenzo Musolino, Filomena Russo

    Marque le revirement de la critique, qui voit alors dans le néo-réalisme une tendance de plus en plus présente à l'usage commercial que ce dernier fait de son cinéma. ("néo-réalisme rose")
    Vu comme un chef d'oeuvre mettant en scène "une des plus pures histoire d'amour du cinéma" par le célèbre critique André Bazin.
  • Bande-annonce

    Les Vitelloni (1953)

    I vitelloni

    1 h 49 min. Sortie : . Comédie dramatique.

    Film de Federico Fellini avec Franco Interlenghi, Alberto Sordi, Franco Fabrizi

    Volonté biographique chère à Fellini, qui transparait dans toute son oeuvre, apparait déjà dans "Les feux du music-hall", mais plus flagrant ici. Mise en place d'un certain onirisme. Cette parabole sarcastique (tout comme Il Bidone) provoque l'ire des critiques de gauche, qui voit un "anachronisme" de cet univers.
  • Bande-annonce

    Umberto D. (1952)

    1 h 29 min. Sortie : . Drame.

    Film de Vittorio De Sica avec Carlo Battisti, Maria Pia Casilio, Lina Gennari

    Film qui marque la fin du néo-réalisme.
    "Le néo-réalisme n'est pas mort de mort naturelle. C'est un assassinat d'Etat" (De Santis) Il fait ici référence à la censure et à la mise en place de certains sujets tabous, notamment la Résistance, accusation de non-patriotisme pour certains. (Lettres d'un condamné à mort de la Résistance Italienne, 1953)