Quand le réalisateur pointe la Lune du doigt, que voit le spectateur ?

Avatar thetchaff Liste de

9 films

par thetchaff

En tout cas il peut interpréter beaucoup de choses sur le réalisateur.

Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Date de sortie
  • Derniers ajouts
  • Note de l'auteur de la liste
  • Notes de mes éclaireurs
  • Note globale
  • Ordre alphabétique
  • Popularité
Croissant
  • Croissant
  • Décroissant
  • Bande-annonce

    La Vague (2008)

    Die Welle

    1 h 47 min. Sortie : . Drame et thriller.

    Film de Dennis Gansel avec Jürgen Vogel, Frederick Lau, Max Riemelt

    L'engagé politique pense qu'on lui montre la cause de la marée haute ou basse, une manière d'indiquer que nous sommes soumis à une masse loin au-dessus de nos têtes. La victoire de l'Etat sur l'individu. Brillant ou affligeant selon les idées politiques du spectateur.
  • Bande-annonce

    La face cachée de la lune

    Comédie dramatique, drame et expérimental.

    Film de Robert Lepage avec Marco Poulin, Robert Lepage et Raphaël Dury

    L'amateur d'exhaustivité se plaint que l'on ne lui montre qu'une face de la Lune, rendant le point de vue biaisé. Si l'auteur avait été honnête, il aurait pris le soin de montrer tous les aspects de la Lune afin que l'on puisse la juger avec objectivité, et non pas avec ce seul point de vue restrictif.
  • Bande-annonce

    Le Professionnel (1981)

    1 h 48 min. Sortie : . Action, policier, drame et thriller.

    Film de Georges Lautner avec Jean-Paul Belmondo, Robert Hossein, Jean Desailly

    Le critique de cinéma analyse la façon dont le réalisateur a mis son bras en mouvement pour pointer la Lune du doigt. Il remarque que le mouvement est fluide et assuré sans être trop parfait, ce qui lui donne du charme. Il note aussi que le réalisateur choisit d'utiliser son index traditionnel plutôt que de se servir des nouvelles technologies comme le pointeur laser. Audacieux.

    En outre, il apprécie l'hommage à Méliès.
  • Bande-annonce

    L'Emmerdeur (1973)

    1 h 25 min. Sortie : . Comédie.

    Film de Édouard Molinaro avec Lino Ventura, Jacques Brel, Caroline Cellier

    L'autre critique de cinéma trouve que la mise en scène n'a aucune grâce et que l’œuvre n'a aucun fond ni aucune imagination. Cette insistance sur le doigt du réalisateur est franchement prétentieuse, en plus ce n'est pas agréable à regarder car on voit qu'il s'est rongé les ongles.

    En outre, il n'apprécie pas le plagiat de Méliès.
  • Opération Lune (2002)

    52 min. Sortie : . Comédie et drame.

    Documentaire de William Karel avec Stanley Kubrick, Richard Nixon, Buzz Aldrin

    Le complotiste pense que le réalisateur veut dénoncer cette mise en scène visant à faire croire que l'Homme a marché sur la Lune. Il est bien content.

    L'anti-complotiste attribue les mêmes idées au réalisateur. Il est fort mécontent.
  • Acné

    1 h 27 min. Comédie dramatique.

    Film de Federico Veiroj avec Julia Catala, Gustavo Melnik, Belen Pouchan

    L’œil de lynx pense que le doigt ne pointe en fait que les cratères de la Lune, le reste de l'astre n'intéresse pas le réalisateur et n'est montré que parce qu'il fait partie du décor.

    Il pense que cette mise en valeur de tous ces cratères sur la Lune doit être une image, mais il ne sait pas ce que ça peut bien représenter.
  • Bande-annonce

    Le Grand Restaurant (1966)

    1 h 28 min. Sortie : . Comédie.

    Film de Jacques Besnard avec Louis de Funès, Bernard Blier, Maria-Rosa Rodriguez

    Le gourmand est ravi de voir une crêpe mais il se demande pour quelle raison saugrenue elle est montrée en noir et blanc.
  • Bande-annonce

    Je vous trouve très beau (2005)

    1 h 37 min. Sortie : . Comédie et romance.

    Film de Isabelle Mergault avec Michel Blanc, Medeea Marinescu, Wladimir Yordanoff

    Le réalisateur avait juste envie de présenter un truc qu'il trouvait joli le temps d'un plan, sans arrière pensée.
  • Bande-annonce

    Fin (2012)

    The End

    1 h 30 min. Sortie : . Drame et science-fiction.

    Film de Jorge Torregrossa avec Clara Lago, Maribel Verdú, Daniel Grao

    Moralité : on peut montrer ce qu'on veut, c'est le spectateur qui choisit ce qu'il voit. Parfois un film ne véhicule pas (consciemment) d'idéologie et n'affiche certains éléments que pour faire avancer le scénario ou servir la mise en scène, pas pour délivrer un message.