S'instruire avec un film

Avatar OVBC Liste de

36 films

par OVBC

> Le principe de la liste : refaire l'école. Alors tu choisis la matière, tu fais ton cours. Ce que tu veux faire découvrir. Il est à noter qu'ici le film est moins important que le cours à donner, que le sens que tu veux lui donner. Que chercherais-tu à transmettre en terme d'éducation, d'instruction pour tous au travers de ces films ? Comment tu orienterais ton cours en regard du film ? Le but, tu l'auras compris, est de sortir aussi des codes pré-établis par l'Education Nationale.

Cette liste a été impulsée par certaines de mes idées pré-existantes à mes convictions marxistes et aussi grâce à ce livre qui, quoi que je le critique sévèrement, est une passerelle intemporelle pour dire ce qui ne va pas, ce qui ne peut pas aller et ne pourra pas aller dans une école républicaine laïque capitaliste : http://ecolesdifferentes.free.fr/BAK.pdf

> J'attache une importance extrême à l'instruction et aux critiques qui peuvent être faites de cette instruction. Quoi de mieux qu'un film non documentaire pour apprendre, pour représenter un savoir et mieux le discerner, mieux être impacté, mieux être conscient !
Seulement, le rapport entre le savoir et le cinéma, c'est un peu comme celui la philosophie et la politique : c'est censé avoir un rapport... et puis non ; le cinéma aura bifurqué vers le divertissement et la politique vers le journalisme. Mais concentrons-nous sur le cinéma. Le cinéma est un art total et, à ce titre, notre vigilance sur le savoir qui est montré doit avoir toute notre attention, c'est-à-dire notre esprit critique. C'est le but de cette liste que de compenser d'une part les carences historiques dans les connaissances actuelles, et, d'autre part, de faire la part des choses - d'où ce qui suit...

> Commandements :

- Se méfier de l'Histoire. L'Histoire est toujours celle du vainqueur.
- Se méfier du cinéma. Le cinéma est non seulement art total mais il coûte cher... Bien souvent ceux qui ont de l'argent ou qui produisent ne sont pas tellement les personnes qui ont une vision impartiale de l'Histoire, voire... ils ne devraient pas du tout s'investir. Le moins que l'on puisse affirmer est que le cinéma n'a pas une essence révolutionnaire.

> Peut-on toutefois dégager des films susceptibles d'être le fruit d'esprit critique ?

Invariablement, le divertissement et l'histoire des luttes entravent la vision de l'Histoire, la vision ouverte : ainsi je le dis "Les sentiers de la gloire" ne vaut certainement pas "Un long dimanche de fiançailles". C'est toujours le résultat d'une certaine histoire que l'on voit défiler, c'est-à-dire l'histoire des dominants.

Parce que la pédagogie n'a rien à voir avec la démagogie,
J'ai pour habitude de penser qu'un film, s'il doit aider à illustrer, à se représenter voire à être éducatif du fait de ces représentations, ce film doit alors s'éloigner de toute complaisance, vis-à-vis d'une domination ou vis-à-vis des spectateurs. Ainsi nous dénotons qu'aujourd'hui peu d'oeuvres relèvent de l'art de l'Histoire que de l'artifice et de la falsification de l'Histoire.
Ainsi s'attendre à des oeuvres au budget médiocre, à des oeuvres censurées, à des oeuvres très critiquées, à des oeuvres peu distribuées et qui ne servent pas une caste plutôt qu'une autre : de là provient une meilleure objectivité. Je n'ai pas dit "l'objectivité" ni "une vraie objectivité". Je dis "une meilleure objectivité". C'est dire combien le chemin vers la vérité historique est long mais c'est dire aussi combien le cinéma nous ment. Le fait que la vérité historique repose par exemple sur des obligations de rentabilité est éminemment critique.

> Faut-il représenter l'Histoire ?
Une certaine complaisance vis-à-vis du spectateur ne tue-t-elle pas la représentation de la terreur et du chaos ?
Faut-il rendre plus acceptable cette vision pour qu'elle soit représentée ?

Sachant que l'Histoire à l'écran est toujours le fruit d'une certaine vision, celle du dominant, celle du capital, le film peut aider à illustrer un moment que les mots d'un historien, même passionné, ne peuvent pas toujours représenter. C'est un risque à prendre et prendre conscience de ce risque, c'est garder tout le recul nécessaire pour démêler le plausible du mensonge.

Cependant, certaines scènes de l'Histoire ne peuvent pas à mon avis trouver de réalité suffisante si cette réalité devient fictive, même très documentée. Ces scènes, souvent les plus barbares ou les plus secrètes, sont souvent l'objet de fantasme et je pense qu'il convient d'en prendre conscience plutôt que d'aller écrire des pages blanches de l'Histoire ou de faire une surenchère nauséabonde.

***

Ce qui est retenu de l'Histoire n'est pas, par conséquent, le fruit d'une histoire entière. Non seulement les enjeux du temps présent ne sont pas tous transparents, mais au niveau des recherches, certains savoirs seront aussi avantagés à d'autres (pour peu que la culture d'un pays soit hégémonique, certaines savoirs historiques sont littéralement mis sous le tapis). Je pense d'ailleurs qu'une culture de territoire est toujours hégémonique pour asseoir une violence légitime, un ordre social et économique d'autant plus violent à mesure que cet ordre est injuste.

Un ami m'a dit un jour à propos d'un écrivain complètement méconnu, prétendument sans talent, que l'Histoire faisait un tri naturel de ce qui est à se souvenir.

J'ai protesté.
Je crois qu'il faut lutter pour se souvenir et transmettre. Cela nécessite une certaine conscience car il n'y a aucune nature dans l'Histoire de l'Humanité.

***

Message de Steka :

Cette histoire là n'est bien sur pas "enseignée" ou mensongèrement et apparaît donc comme marginale.

C'est si l'on peut dire, une question de point de vue; ce point de vue étant généralement celui de la domination.
Ceux qui sont les premiers concernés par l'histoire, ce que l'on appelle généralement le peuple, en est étrangement absent. Sauf quand il se décide précisément à faire l'histoire, quand il croit cela est possible.

C'est ce "faire l'histoire" là dont je parle ici dans certains de ses moments les plus marquants. (Liste soeur : http://www.senscritique.com/liste/Faire_l_histoire/304706 )

Le récit historique du point de vue de la domination est par contre forcement envisagé autrement; comme étant l'aventure du pouvoir et sa confiscation par une quelconque forme oligarchique. Comment aussi cette oligarchie va tenter de rester en place; généralement en falsifiant et dénaturant la matière de l'histoire qu'elle n'aime pas et dont elle cherche à stopper le processus.

Et pour cause, l'histoire aura sa peau.

Mais pour en revenir au Faire l'histoire qui m'intéresse ici, je pense qu'il consiste justement à en finir avec cette confiscation, à en finir avec les oligarchies, quelques soient leurs natures et le nom qu'elles se donnent.

Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Date de sortie
  • Derniers ajouts
  • Note de l'auteur de la liste
  • Notes de mes éclaireurs
  • Note globale
  • Ordre alphabétique
  • Popularité
Croissant
  • Croissant
  • Décroissant
  • 1
  • 2
  • Bande-annonce

    La Grotte des rêves perdus (2011)

    Cave of Forgotten Dreams

    1 h 30 min. Sortie : . Historique.

    Documentaire de Werner Herzog avec Werner Herzog, Jean Clottes, Julien Monney

    En Histoire, nous verrons la préhistoire, les premiers brassages de l'humanité et ses pratiques près de 30 000 ans avant notre ère.
  • Bande-annonce

    La Chanson de Roland (1978)

    1 h 50 min. Sortie : . Aventure et comédie dramatique.

    Film de Frank Cassenti avec Alain Cuny, Laszlo Szabo, Jean-Pierre Kalfon

    En Histoire, nous verrons les éléments phares, structures et moeurs, au Moyen-Âge Central du IXème et du XIIème siècle.
  • Bande-annonce

    Le Dernier des Mohicans (1992)

    The Last of the Mohicans

    1 h 52 min. Sortie : . Action, aventure, romance et guerre.

    Film de Michael Mann avec Daniel Day-Lewis, Madeleine Stowe, Russell Means

    En Histoire, nous étudierons la domination des colons britanniques et français sur les tribus indiennes.
  • Bande-annonce

    Naissance d'une nation (1915)

    The Birth Of A Nation

    3 h 10 min. Sortie : . Drame, historique, romance, guerre et muet.

    Film de David Wark Griffith avec Lillian Gish, Mae Marsh, Henry B. Walthall

    En Histoire, nous verrons la montée et les prémisses de l'extrémisme politique et le contexte de la guerre de Sécession.
  • Bande-annonce

    La Commune (Paris 1871) (2000)

    5 h 45 min. Sortie : . Drame, historique et guerre.

    Film de Peter Watkins avec Eliane Annie Adalto, Pierre Barbieux, Bernard Bombeau

    En Histoire, nous verrons l'Histoire de la Commune du point de vue de Communards. Encore un film "vainqueur" dans une Histoire de vaincus.
  • Bande-annonce

    Manderlay (2005)

    2 h 19 min. Sortie : . Drame.

    Film de Lars von Trier avec Bryce Dallas Howard, Isaach de Bankolé, Danny Glover

    En Histoire, nous verrons comment l'abolition de l'esclavage n'a pas permis l'égalité dans la marche des travailleurs vers l'émancipation.
  • Bande-annonce

    Vénus noire (2010)

    2 h 39 min. Sortie : . Drame et historique.

    Film de Abdellatif Kechiche avec Yahima Torres, André Jacobs, Olivier Gourmet

    En Histoire, nous verrons les conséquences de la traite humaine. Il sera question du racisme dans une époque où les nationalismes explosent et où les crises successives du capitalisme accroissent la pauvreté.
  • Bande-annonce

    Germinal (1993)

    2 h 40 min. Sortie : . Drame et romance.

    Film de Claude Berri avec Miou-Miou, Renaud, Jean Carmet

    En Histoire, nous verrons la condition ouvrière et la montée du capitalisme à la fin du XIXème.
  • L'Affaire Dreyfus (1995)

    3 h 23 min. Historique.

    Téléfilm de Yves Boisset avec Philippe Volter, Bernard-Pierre Donnadieu, Christian Brendel

    En histoire, nous verrons le racisme comme symptôme permanent au coeur des crises capitalistes - exemple pris du cas "antisémite" de l'Affaire Dreyfus.
    (http://www.youtube.com/watch?v=LB3zCvBLg8Y)

    Je diffuserai également des extraits du téléfilm "Edouard Drumont - Histoire d'un antisémite français".
    (http://www.youtube.com/watch?v=TpY23fbOwuw)

    Je suis de ceux qui pensent qu'il ne faut pas parler d'antisémitisme. L'antisémitisme est un racisme, point barre. Et le racisme est essentiellement d'ordre économique. Pas culturel. En revanche, un des caractères significatifs du racisme antijuif, c'est de dénoncer la prise de pouvoir par des valeurs étrangères. C'est donc un racisme issu de l'idée de spoliation, motivée dans un contexte de misère - contexte qui n'existerait pas si la société était basée sur les besoins et non sur les profits reversés aux mains d'une minorité, juive ou autre. Cette dénonciation de l'oligarchie est un des stigmates du pourrissement capitaliste internationale. Cette dénonciation trouve son paroxysme lorsque l'oligarque en question n'est pas un natif de la nation - question de légitimité du sang face à la légitimité du sol.

    On comprendra aisément que le cas du racisme antijuif est très intéressant pour l'étude du capitalisme. Dreyfus, c'est 1894 mais avec un racisme antijuif qui trouve un élan avec l'industrialisation, très ancré dans le discours populaire à partir des années 1870. Déjà, à cette époque, la majorité des juifs ont quitté les affaires financières pour la sphère politique, culturelle. Le cas Dreyfus touche à la défense nationale - ce qui attise la sensibilité des capitalistes nationalistes, comme cette sensibilité singulière de l'anarchisme de droite et donc celle d'Edouard Drumont.

    ... Ou comment parler du racisme antijuif tout en voulant ne pas en parler mais en en parlant. Le sujet semble incontournable tant il est utile pour raconter l'histoire économique.
  • Rosa Luxemburg (1986)

    2 h 02 min. Sortie : . Drame et historique.

    Film de Margarethe Von Trotta avec Adelheid Arndt, Jurgen Holtz, Barbara Sukowa

    En Histoire, nous verrons une très grande dame de l'Histoire allemande.
  • Bande-annonce

    Allemagne 1918 (2010)

    Der Gewaltfrieden

    Drame.

    Film de Bernd Fischerauer avec Hans Hohlbein, Roland Renner, Benjamin Kramme

    En Histoire, nous verrons l'avènement de la République de Weimar.
  • Octobre (1927)

    Октябрь

    1 h 42 min. Sortie : . Muet et historique.

    Film de Sergueï Eisenstein et Grigori Alexandrov avec Edouard Tisse, Chibisov, Layaschenko

    En Histoire, nous verrons le déroulement de la révolution socialiste d'octobre 1917 du point de vue du dominant.
  • Bande-annonce

    Les Sentiers de la gloire (1957)

    Paths of Glory

    1 h 28 min. Sortie : . Drame et guerre.

    Film de Stanley Kubrick avec Kirk Douglas, Ralph Meeker, Adolphe Menjou

    En Histoire, nous verrons la première guerre mondiale et l'implication de la notion de patrie dans cette dernière, afin qu'il soit rendu aux soldats leur vie et leur mort et qu'on laisse l'héroïsme où il est.
  • Bande-annonce

    Cristeros (2012)

    For Greater Glory

    2 h 25 min. Sortie : . Drame, historique et guerre.

    Film de Dean Wright avec Andy García, Eva Longoria, Oscar Isaac

    Un cours d'Histoire proposé par Pr. Le Guellec :

    "Cristiada raconte la guerre des Cristeros du point de vue de ceux-ci. On connait peu cet épisode parce que ça s'est passé loin et n'a pas abouti à une véritable révolution mais à un retour progressif au calme fait de compromis mais surtout de répréhension. On découvre dans ce film l'ampleur que cette révolte populaire (la plus populaires de toutes) a eu et celle encore plus grande qu'elle a failli avoir. La narration nous permet de suivre l'évolution des espoirs/angoisses des Cristeros attendant le soutien de l'Eglise, remportant tantôt des victoires et essuyant à d'autres moments de lourdes défaites. Le début du film rend aussi compte du contexte précédent la crise, ce qui permet de comprendre pourquoi des villageois catholiques très tranquilles seront amenés à prendre les armes du jour au lendemain. C'est aussi une occasion d'entendre des guerriers hispanophones catholiques dans un autre contexte que le franquisme."
  • Baaria (2009)

    Baaria - La Porta del Vento

    2 h 30 min. Sortie : . Comédie dramatique.

    Film de Giuseppe Tornatore avec Francesco Scianna, Margareth Madé, Raoul Bova

    On pourrait vous passer le Guépard ou Frères d'Italie, mais bizarrement non. Bien que ces films sont nécessaires à la compréhension de la situation pré-fasciste italienne, je propose Baaria.

    En Histoire, nous verrons la montée de la radicalisation politique, notamment communiste jusqu'au délitement du parti communiste italien, de 1930 à 1980. Pour finir, je propose un passage d'un extrait de Caro Papa, par exemple.
  • Bande-annonce

    Land and Freedom (1995)

    1 h 49 min. Sortie : . Drame et guerre.

    Film de Ken Loach avec Ian Hart, Rosana Pastor, Icíar Bollaín

    En Histoire, nous verrons la guerre civile et européenne d'Espagne en 1936 du point de vue des anti-franquistes. Il s'agit d'un faux film "vainqueur" alors que quarante ans de totalitarisme ont suivi cette guerre.
  • Le Sel de la terre (1954)

    Salt of the Earth

    1 h 35 min. Sortie : . Drame.

    Film de Herbert J. Biberman avec Davis Sarris, Mervin Williams, Will Geer

    En Histoire, nous verrons l'Histoire des luttes féminines et sa radicalité.
  • La Chute (2004)

    Der Untergang

    2 h 36 min. Sortie : . Biopic, drame, historique et guerre.

    Film de Oliver Hirschbiegel avec Bruno Ganz, Alexandra Maria Lara, Corinna Harfouch

    En Histoire, nous verrons comment le film traite la personne d'Hitler, en contraste avec les caricatures monstrueuses dont il a été l'objet. Nous verrons le mécanisme d'expiation collective par la même occasion. Comprendre, c'est aussi une forme de moralisation sur le pourrissement international puis international du capitalisme.
  • Bande-annonce

    Queimada (1969)

    2 h 12 min. Sortie : . Drame.

    Film de Gillo Pontecorvo avec Marlon Brando, Evaristo Marquez, Renato Salvatori

    Un cours d'Histoire du Professeur Steka :

    "Ce très grand film dévoile sans fioriture les logiques de la domination à l'œuvre. Utiliser le besoin de liberté des peuples pour éliminer les concurrents gênants. Puis une fois cet objectif atteint, recréer les conditions de la servitude en éliminant froidement les idéalistes obstinés, soit en les achetant, soit en les tuant. C'est Marlon Brando dans un de ses plus grands rôles, qui joue ici avec une grande subtilité un agent secret de l'impérialisme anglais déployant ses talents de manipulateur dans la mise en œuvre de ces méthodes éprouvées. Tous ceux qui envisagent sérieusement un réel changement de société auront donc tout intérêt à regarder ce film avec l'attention qu'il mérite car le sujet a rarement été abordé avec autant de lucidité. Après tout, la tyrannie ne prétend t'elle pas aujourd'hui s'avancer presque partout sous le chaste voile de la démocratie !"
  • Bande-annonce

    La Bataille d'Alger (1966)

    La Battaglia di Algeri

    2 h 01 min. Sortie : . Drame et guerre.

    Film de Gillo Pontecorvo avec Brahim Hadjadj, Jean Martin, Yacef Saadi

    En Histoire, nous verrons l'indépendance de l'Algérie comme une guerre nationaliste algérienne contre l'impérialisme français - une guerre qui n'a pas mis fin à l'oppression de toutes parts, parce qu'indépendante des intérêts populaires ouvriers.
  • Bande-annonce

    Indochine (1992)

    2 h 40 min. Sortie : . Drame, romance et historique.

    Film de Régis Wargnier avec Catherine Deneuve, Vincent Perez, Linh Dan Pham

    Séances de cinéma (1 salle)
    Proposition et commentaire de Bonny :

    "Le film Indochine montrait bien la radicalisation des indépendantistes qui devenaient communistes, cette idée politique apparaissant comme une porte de sortie. Les personnages des colons échappaient aussi à une caricature facile et simplificatrice. Par contre il est assez long et démonstratif.
    L'un des personnages les mieux campés est celui du commissaire français et cette réplique "je ne peux plus rien faire pour ta fille car elle est devenue un symbole national" ou "quand elle sortira de prison elle sera communiste, comme tous les autres"."
  • Bande-annonce

    La 317e Section (1965)

    1 h 34 min. Sortie : . Guerre.

    Film de Pierre Schoendoerffer avec Jacques Perrin, Bruno Cremer, Pierre Fabre

    En Histoire, nous verrons quelques extraits de Voyage au bout de l'enfer et de 317ème section afin de déterminer tous les impacts bilatéraux que l'impérialisme cause physiquement et psychiquement.
  • Bande-annonce

    Le Crabe-tambour (1977)

    1 h 55 min. Sortie : . Aventure, drame et guerre.

    Film de Pierre Schoendoerffer avec Jean Rochefort, Claude Rich, Aurore Clément

    En Histoire, nous étudierons la légitimité de la Guerre d'Indochine, ses raisons impérialistes et ses dérives régionales.
  • Bande-annonce

    Le Juge Fayard dit "Le Sheriff" (1977)

    1 h 52 min. Sortie : . Policier et drame.

    Film de Yves Boisset avec Patrick Dewaere, Aurore Clément, Philippe Léotard

    En Histoire, nous verrons les conséquences de la dictature gaulliste.
  • Bande-annonce

    Seul contre tous (1999)

    1 h 33 min. Sortie : . Policier et drame.

    Film de Gaspar Noé avec Philippe Nahon, Blandine Lenoir, Frankie Pain

    En Histoire contemporaine, nous verrons la montée de l'influence des idées réactionnaires en France.
  • Bande-annonce

    La Chèvre Stérile (2009)

    Laadli Laila

    1 h 50 min. Sortie : 2009.

    Film de Murali Nair

    En Géographie, nous étudierons la situation intérieure de l'Inde et la trahison de la révolution nationaliste menée par Gandhi.
  • La Terre des hommes rouges (2008)

    La Terra degli uomini rossi

    1 h 46 min. Sortie : . Drame.

    Film de Marco Bechis avec Leonardo Medeiros, Alicélia Batista Cabreira, Abrísio da Silva Pedro

    En Géographie, nous étudierons l'exploitation et la spoliation d'une tribu indienne par les capitalistes, ici les Guarani dans le sud de la forêt amazonienne.
  • Bande-annonce

    La Linea Invisible (2011)

    43 min. Sortie : 2011.

    Film de Lisa Diez Gracia

    En Géographie, nous étudierons l'immigration aux Etats-Unis, ses causes et ses conséquences.
  • Bande-annonce

    Jaurès (2013)

    1 h 22 min. Sortie : .

    Film de Vincent Dieutre avec Eva Truffaut et Vincent Dieutre

    Même chose qu'au-dessus mais en France, cette fois.
  • L'Attentat (1972)

    2 h 04 min. Sortie : . Drame et thriller.

    Film de Yves Boisset avec Jean-Louis Trintignant, Michel Piccoli, Jean Seberg

    En Histoire contemporaine, nous apprendrons que "Non, la France post-pétainiste n'a jamais été une dictature, pensez-vous mon brave monsieur !".
  • 1
  • 2