Savez-vous ce que vous faites lire à vos enfants ?

Avatar spirifer Liste de

22 bd

par spirifer

[Liste ironique]

C'est bien gentil la BD franco-belge de jeunesse, mais faudrait pas non plus croire que tout est rose ! Sous chaque artiste de BD se cache un dangereux activiste qui utilisera ses aptitudes à passer des messages subliminaux pour enrôler nos petites têtes blondes dans leur délire parano-politico-terroriste.

Encore une preuve du complot de l’intelligentsia journalistico-bolcheviko-judeo-maçonnique !

Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Note globale
  • Ordre alphabétique
  • Date de sortie
  • Notes de mes éclaireurs
  • Note de l'auteur de la liste
  • Derniers ajouts
  • Tintin au Congo - Les Aventures de Tintin, tome 2 (1931)

    Sortie : 1931.

    BD franco-belge de Hergé

    Le plus facile, forcément.

    Tintin est sans famille, poli, colonialiste, anticommuniste, a le sens du devoir, n'aime pas les Juifs, vit dans un monde propre, etc... Il serait en fait la copie de Léon Degrelle, chef de la SS Wallonne et ami de Hergé, et dont Hitler aurait dit, "Si j’avais eu un fils, j’aurais aimé qu’il soit comme vous…"

    [Personnellement ce sont les premières BD que j'aie lues, et un nombre incalculable de fois, et pourtant mes envies d'envahir la Pologne sont très limitées.]
  • Le Cadeau de César - Astérix, tome 21 (1974)

    Sortie : .

    BD franco-belge de Albert Uderzo et René Goscinny

    Astérix et Obélix, en plus d'être homos (pas très Vieille France, donc), sont râleurs et chauvins, caricature du Français moyen, en étant altruistes, protecteurs et ouverts au monde extérieur (1 album sur 2 est hors du village ou de Gaule).

    "C'est faire preuve de beaucoup trop d'indulgence face à ce déferlement de clichés racistes à propos de tout ce qui ne ressemble pas de près ou de loin à un Gaulois: dans l'univers d'Astérix, les Anglais sont tous des pisse-froids, les Égyptiens sont fourbes et veules, et les Belges sont pour la plupart des gros beaufs.

    Cela dit, pour les deux auteurs, les autres pays nous restent utiles quand il s'agit de faire du tourisme. Car dans le monde d'Astérix, au fond, on aime bien les étrangers, mais chez eux: la politique d'immigration du petit village gaulois ressemble en effet furieusement à un programme du FN puisqu'aucun personnage extérieur, en 34 épisodes, n'a réussi à s'y installer sur le long terme. Mais de toute façon, qui voudrait vivre au sein de cette micro-société xénophobe, alcoolique et hyperviolente ?"

    Pour preuve, cet album, où un "étranger" bien que Gaulois de souche, va être accepté mais va quand même gentiment jarter, parce que faut pas pousser quand même.

    Nota : Uderzo né de parents italiens et naturalisé à 7 ans, Goscinny né de parents polonais et ukrainiens juifs... toujours pas vieille France...
  • La Marque jaune - Blake et Mortimer, tome 6 (1956)

    Sortie : avril 1956.

    BD franco-belge de Edgar P. Jacobs

    "Les BD de Blake et Mortimer devraient quitter au plus vite le rayon «enfants» de nos librairies. Car plus encore que dans les aventures de Tintin ou de Spirou et Fantasio, la tension homo-érotique qui parcourt l'œuvre d'Edgar P. Jacobs est palpable à chaque page. Elle s'affiche d'abord de façon éloquente dans l'association des deux personnages principaux: d'un côté, le viril et trapu professeur Mortimer, accro à la pipe et toujours prompt au contact physique avec ses adversaires; de l'autre, l'efféminé capitaine Blake avec sa belle moustache blonde et sa flegmatique élégance.

    Ajoutons que ces deux-là vivent ensemble et passent une bonne partie de leur temps dans des tunnels longs, obscurs et humides (Le Mystère de la Grande Pyramide, L'Énigme de l'Atlantide et L'Affaire du collier notamment), et il ne sera guère besoin d'en dire plus. Ah si: à votre avis, pourquoi le nombre de femmes présentes dans la série se compte sur les doigts d'une main ? Une coïncidence ?"
  • La saga des gaffes - Gaston (première série), tome 14 (1982)

    Sortie : 1982.

    BD franco-belge de André Franquin et Jidéhem

    La première BD que mon père m'ait mise dans les mains. Et sûrement une de mes préférées.

    Et probablement parce que Gaston Lagaffe, sous ses airs d'ahuri au métabolisme proche de celui de l'aï, cache un activiste écologiste, anarchiste, antimilitariste aux actions terroristes à peine dissimulées ! Chaque "gaffe" prétendue involontaire n'est qu'un subterfuge pour saper la productivité de l'entreprise capitaliste : il est là pour profiter du système et luttera toujours pour en faire le moins possible en demandant à chaque planche une augmentation.

    Son sabordage des honnêtes pêcheurs (travailleurs précaires qui luttent pour subvenir aux besoins de leurs familles), sa guerre des parcmètres (symbole de la répression et de l'exploitation des masses), ses réunions secrètes le soir avec les autres taupes des multinationales du quartier (sous couvert d'activités sportives ou musicales) ne sont que des preuves irréfutables qu'il cherche à noyauter un Système trop bien installé pour l'asservissement du peuple.
  • 365 Histoires de Mickey

    BD de Walt Disney

    "Difficile de trouver meilleure incarnation du fascisme cool. A l'inverse de ses potes Dingo ou Donald, Mickey est un être froid et parfait, sans aucun sens de l'humour, dont le seul moteur dans l'existence est la poursuite implacable des «méchants» (Pat Hibulaire, le Fantôme noir), c'est-à-dire de tous les individus qui ne correspondent pas à son idéal de pureté carrément malsain, voire hitlérien.

    Sous couvert de défendre une morale publique qui n'existe que dans son cerveau malade, Mickey est une souris hyper-sécuritaire, qui fut tour à tour détective, flic et même soldat dans certaines bandes dessinées, et d'autant plus flippante qu'elle arbore en permanence le sourire détendu de qui a la conscience tranquille.

    Plus grave: y compris dans les épisodes où il n'apparaît que comme simple citoyen, Mickey ne peut pas s'empêcher d'aider le commissaire Finot dans ses enquêtes, alors que personne ne lui a rien demandé. Notons que son obsession hygiéniste quasi-pathologique n'a rien d'étonnant venant d'un personnage créé par un détraqué anti-communiste notoire comme Walt Disney. Et dire qu'on crée des parcs d'attractions à sa gloire."
  • La Fiancée de Lucky Luke - Lucky Luke, tome 54 (1985)

    Sortie : 1985.

    BD franco-belge de Morris et Guy Vidal

    "Un héros qui «tire plus vite que son ombre», ça ne vous met pas la puce à l'oreille? Et la présence de tous ces pistolets longs et durs à chaque coin de page, non plus? Il faut être aveugle pour ne pas voir dans le personnage inventé par le Belge Morris un éjaculateur précoce incroyablement complexé qui tente de compenser ses défaillances sexuelles par une consommation frénétique de cigarettes et une obsession toute phallique pour les flingues.

    En réalité, qu'elles mettent en scène des affrontements avec Jesse James, Billy the Kid ou les frères Dalton, toutes les aventures de Lucky Luke s'apparentent à une vaste quête freudienne pour savoir qui a la plus grosse. On remarquera que, comme dans le mythe de Sisyphe, cette quête est vouée à l'échec éternel dans le cas des Dalton, puisqu'il a beau les envoyer en prison un épisode sur deux, ils finissent toujours par s'évader: chassez le refoulé, il revient au galop.

    Autre élément troublant: chaque fois qu'une femme en veut à la vertu de notre brave cow-boy, il se refuse à elle, préférant développer une stratégie d'évitement qui l'amène à chaque fin d'album à fuir sur son cheval en chantant tristement sa solitude. Une manière de garder secret son handicap intime ?"
  • La Jeunesse de Picsou (1998)

    The Life and Times of Scrooge McDuck

    Sortie : avril 1998.

    Comics de Don Rosa

    "L'oncle Picsou, un vieux bougon pas méchant ? Ouvrez les yeux: en terme de propagande capitaliste, les BD du canard inventé par Carl Barks battent tous les records. Picsou, dans TOUTES ses aventures, ne poursuit qu'un seul but: amasser un maximum de pognon, si possible en écrasant la concurrence (Miss Tick, Gripsou, les Rapetou) et en exploitant au maximum Donald, son prolétaire de neveu. Si encore le vieux radin faisait un peu profiter les autres de sa gigantesque fortune! Mais non, ni Donald, ni Riri, ni Fifi, et encore moins Loulou ne touchent jamais le moindre pourcentage des revenus de leur oncle.

    En bon calviniste besogneux et ascétique (cf. L'éthique protestante et l'esprit du capitalisme de Max Weber), Picsou lui-même ne jouit jamais des fruits de son labeur, la seule volupté qu'il s'autorise consistant à plonger quotidiennement dans sa réserve de pièces. Bien sûr, on peut lui trouver des excuses, par exemple en relisant la série La jeunesse de Picsou par Don Rosa sous l'angle bourdieusien : et si tout son parcours n'était motivé que par un immense désir de revanche sociale?

    Rappelons que lorsqu'il n'était qu'un enfant issu de la classe populaire, Picsou jura solennellement de compter tous ses sous et de se méfier de tout le monde après s'être fait escroquer par un ami de son père. Sur un plan plus psychanalytique, son amour déçu pour la chanteuse de saloon Goldie peut également expliquer sa cupidité névrotique : un peu comme Lucky Luke, Picsou ne ferait-il qu'investir sa libido frustrée dans une quête infinie, en l'occurrence l'accumulation de richesses ?"
  • Les Schtroumpfs noirs - Les Schtroumpfs, tome 1 (1963)

    Sortie : mars 1963.

    BD franco-belge de Peyo et Yvan Delporte

    Les Schtroumpfs ? «Des communistes». Gargamel ? L'archétype «du juif tel que la propagande stalinienne le représente». La Schtroumpfette ? La caricature de la femme «cucul, superficielle, capricieuse et séductrice», créée par Gargamel pour semer le trouble dans la société masculine des petits bonhommes bleus.
    La société des Schtroumpfs est typique d'une utopie soviétique : chacun est habillé de la même façon, vit dans une maison-champignon de taille égale à celle de son voisin, et exerce le métier le plus adapté à ses facultés. D'ailleurs, aucun Schtroumpf n'a de vrai prénom, chacun étant désigné par sa fonction dans la société.
    À la tête du village, le Grand Schtroumpf, un «gérontocrate» qui ne doit sa place qu'au fait qu'il est le plus âgé. Son pouvoir est absolu, comme le rappelle régulièrement le Schtroumpf à lunettes : «On ne peut rien schtroumpfer sans l'avis du Grand Schtroumpf ! Lui seul peut schtroumpfer une décision.» Sans compter qu'il maintient les Schtroumpfs dans l'ignorance en leur interdisant l'apprentissage de la magie (son grimoire est interdit d'accès) ou de la langue humaine (lui seul sait communiquer avec les humains) et en leur imposant une langue nouvelle, telle le novlangue de 1984.
    Gargamel, obsédé par l'or, est lui prêt à toutes les vilaineries pour capturer les Schtroumpfs et les transformer en métal précieux. De plus, «il est laid, a un nez crochu et le cheveu rare. Il est vouté et sale», une vraie caricature de juif comme il pouvait y en avoir dans les oeuvres de propagande. On rappellera également le nom de son chat, Azraël. Azraël, Israël, on se comprend.
    (d'après le «Petit livre bleu» d'Antoine Bueno)

    Ajoutons l'album ici présent ou les Schtroumpfs noirs sont des sous-évolués sans langage évolué, primitifs et gesticulants, telles les représentations des Noirs aux XVIIIè et XIXè siècles.
  • La Corne de rhinocéros - Spirou et Fantasio, tome 6 (1956)

    Sortie : mars 1956.

    BD franco-belge de André Franquin

    Pas lu mais je fais confiance à Kwintyn.
    Dans la même veine apparemment que Tintin au Congo. Dans l'air du temps, on va dire !

    [Et on connait les opinions de Franquin]
  • Dragon Ball Z : Anime comics de la série télé (2008)

    Sortie : 2008.

    Manga de Akira Toriyama

    Pas spécialement multiculturel alors qu'on brasse des civilisations et des races difficilement dénombrables !!! Rien qu'à voir la place réservée aux Noirs !
    Oui le Noir le plus notable de la série est un serviteur au look Banania, qui plus est doublé par un gars qui en aurait appris à Michel Leeb !

    [Mais il est le serviteur du Tout-Puissant, loyal, fort et honnête. D'autres sont des méchants ou adversaires coriaces (le sergent de l'Armée du Ruban Rouge, Paul Kuhan...). A la fin de la série on retrouve Oob, gentil garçon au fort potentiel et tout timide, appelé à remplacer San Goku.
    Donc finalement je laisserai la présomption d'innocence, sachant que pour lever le doute la production a colorisé Mr Popo en bleu dans Dragon Ball Kai]
  • CRS = Détresse, tome 1 (1993)

    Sortie : mars 1993.

    BD franco-belge de Achdé

    D'après Kwintyn :
    "beaufitude encensée, fortement politisé pro-sécuritaire et anti-manifs sans même s'en rendre compte"

    Pour ceux qui veulent voir de la philo dans une BD opportuniste.
  • L'Étrange Mr Casy Moto - Chick Bill, tome 5 (1956)

    Sortie : 1956.

    BD franco-belge de Tibet

    Petite charge contre le communisme.
    Merci Kwintyn !
  • Drummer Boy - Les Tuniques bleues, tome 31 (1990)

    Sortie : 1990.

    BD franco-belge de Willy Lambil et Raoul Cauvin

    Alors là l'avantage c'est qu'on en a pour tous les goûts, vu que l'on a un amoureux transi de l'Armée, dévoué corps et âme, et un déserteur patenté qui se trouve là contre son gré.

    Ce qui veut dire aussi que qui que vous soyez vous trouverez une raison d'arracher des mains de vos gamins ces bouquins abjects noyautant l'esprit patriotique/anarchiste (rayer la mention inutile) bourgeonnant dans l'esprit filial.
  • Tu veux mon doigt ? - Le petit Spirou, tome 2 (1991)

    Sortie : 1991.

    BD franco-belge de Janry et Tome

    Sous couvert de jolis dessins, de joues toutes roses et de gentils garnements sur des bancs d'école au bon temps où l'on apprenait encore les départements français, voici un déversement de situations ouvertement sexuelles, une logorrhée libidineuse et dégoulinante de stupre !

    Et on veut faire lire ça aux gamins ! Manquerait plus qu'il veuille se taper le Petit Fantasio !!
  • Dieu, le sexe et les bretelles - Titeuf, tome 1 (1992)

    Sortie : 1992.

    BD franco-belge de Zep

    Pareil que le précédent, mais n'est pas enrobé dans de beaux dessins aux joues roses.
  • City Hunter (1986)

    Shitī Hantā

    Sortie : janvier 1986.

    Manga de Tsukasa Hojo

    Et lui, là, il protège la veuve et l'orphelin ? Il s'empresse surtout de renifler leurs petites culottes !! Un bien beau modèle pour notre société ! Quasiment une apologie du harcèlement et du viol. Et qu'on nous parle pas de son associée comme caution morale, elle qui le frappe sans préavis !

    Et au passage, Môôôssieur se fait sa propre théorie du bien et du mal en exécutant (sur commande) un pourri plutôt que de le remettre aux autorités compétentes !
  • Léonard est toujours un génie ! - Léonard, tome 2 (1978)

    Sortie : 1978.

    BD franco-belge de Turk et Bob De Groot

    Vous voulez apprendre à vos enfants la dureté de la vie professionnelle ? Les convaincre que de bonnes notes les feront entrer dans la caste supérieure ? Faites-leur lire Leonard ! Il comprendront qu'une scolarité réussie leur permettra d'être employeur et non employé, et donc de bénéficier d'une main-d'oeuvre bon marché, corvéable à merci. Le secret étant de ne pas déclarer les accidents du travail.
  • GTO (1997)

    Gurēto Tīchā Onizuka

    Sortie : .

    Manga de Tôru Fujisawa

    Un professeur modèle qui ne sait pas écrire correctement, qui ne connait rien à ses cours, ancien voyou, obsédé passant son temps à se branler et à jouer aux jeux vidéo, voyeur patenté sur des mineurs et un peu voleur sur les bords. Et c'est ça qui éduque les enfants dans une grande école privée ?

    Merci Kwintyn !
  • Garfield prend du poids - Garfield, tome 1 (1984)

    Sortie : 1984.

    BD (divers) de Jim Davis

    Ode à la fainéantise, à l'assistanat, à la malbouffe, à la persécution d'animaux, à l'absence d'hygiène et au racisme (le chien est plus con car différent de moi).
  • Boule et Bill en famille (2003)

    Sortie : décembre 2003.

    BD franco-belge de Jean Roba

    J'imagine la place de la femme dans la tête de Roba : on ne doit pas trainer loin de cette légendaire pub (http://img.terrafemina.net/images/femmepipepull.jpg) Avouez que la ressemblance est frappante !

    Quant à l'imaginaire du gamin, il finira par le rendre schizophrène à force d'écouter les voix de son chien et de sa tortue.

    Merci à Qwintyn pour la participation
  • Je suis trop génial ! - Calvin et Hobbes, tome 21 (2002)

    Sortie : janvier 2002.

    Comics de Bill Watterson

    Tant qu'on est dans les animaux qui parlent, là c'est même pas un être vivant, c'est juste sa peluche. Et ne vous rattrapez pas en sortant Bacon & Hobbes pour nous faire croire qu'il en est ressorti sain d'esprit, le subterfuge est trop gros !
    En plus ce petit con encouragera vos enfants à haïr les filles, à tricher, à ne pas apprendre en cours et à martyriser la baby-sitter.
  • Les Chevaliers du Zodiaque (1986)

    Saint Seiya

    Sortie : 1986.

    Manga de Masami Kurumada

    Des fanatiques religieux ( souvent kamikazes ) qui vénèrent un gourou maléfique sous la coupe d'une multinationale semi-mafieuse

    Merci Artzgild