Si je ne devais retenir qu'une scène...

Avatar Hunter_Arrow Liste de

5 films

par Hunter_Arrow

Parfois quand vous regardez un film, il y a LA scène qui se démarque. Celle où tout de suite, vous sentez qu'il y a une connexion entre vous et le film. Cela peut être autant dans le positif avec des moments contribuant à vous faire adorer un long métrage, mais aussi dans le négatif avec des passages qui vous auront définitivement dégoutés ou fait décrocher. Ici je vais dresser une liste de ces différentes scènes qui ont pu me marquer; en bien ou en mal, en précisant pour chacune.

Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Note globale
  • Ordre alphabétique
  • Date de sortie
  • Notes de mes éclaireurs
  • Note de l'auteur de la liste
  • Derniers ajouts
  • Bande-annonce

    Les Sentiers de la perdition (2002)

    Road to Perdition

    1 h 57 min. Sortie : . Policier, drame et thriller.

    Film de Sam Mendes avec Tom Hanks, Tyler Hoechlin, Liam Aiken

    M'a marqué en BIEN :
    https://www.youtube.com/watch?v=fGFLyA3u_rw
    L'association de la réalisation de Sam Mendès, d'une élégance rare avec la photographie somptueuse. Ajoutez à cela la musique magnifique de Thomas Newman. Incorporez y l'intensité dramatique de ce moment où le personnage de Tom Hanks doit tuer celui qu'il considérait et aimait comme un père. Et enfin, admirez le jeu des acteurs, tout en regard évocateurs. Sérieusement, la première fois que j'ai vu le film cette scène m'a collé des frissons.
  • Bande-annonce

    Le Retour du Jedi (1983)

    Star Wars Episode VI: Return of the Jedi

    2 h 14 min. Sortie : . Action, aventure et science-fiction.

    Film de Richard Marquand avec Mark Hamill, Harrison Ford, Carrie Fisher

    M'a marqué en BIEN :
    https://www.youtube.com/watch?v=NW1sufCBwAM
    Bordel, à chaque fois que je revois ce film avec ce passage, j'en ai des frissons et faut dire que la musique de John Williams à ce moment là y est aussi pour beaucoup. Mais plus encore, c'est la situation dramatique, cette impression d'avoir atteint LE point de non retour, celui où Luke cède à sa colère.. à son côté obscur. En cela il se rapproche de son père et en vient à l'écraser, ce dernier ne pouvant contenir la rage de son fils. C'est après, fort de l'expérience de cette tentation et comprenant vers quel chemin cela allait l'amener que Luke prendre la vraie décision d'un Jedi : celle de préférer se sacrifier et mourir, plutôt que devenir l'instrument de l'Empereur mais aussi l'instrument de ses émotions. C'est par cette exemplarité que le fils sauvera son père. Bien sur tout n'est pas contenu dans les 42 secondes du lien que j'ai posté. Mais clairement ce sont ces dernières qui sont celles m'ayant le plus marqué dans ce film.
  • Bande-annonce

    Heat (1995)

    2 h 50 min. Sortie : . Action, policier, drame et thriller.

    Film de Michael Mann avec Al Pacino, Robert De Niro, Val Kilmer

    M'a marqué en BIEN :
    Impossible de retrouver cette scène en vidéo. Pour la décrire, il s'agit du moment juste après que Vincent Hannah (Al Pacino) pense avoir définitivement perdu la trace de Neil McCauley (Robert de Niro). Il prend alors sa voiture pour rentrer dans à son hôtel moisi, car après avoir découvert que sa femme le trompait, il a quitté le domicile conjugal avec pour seules affaires, sa putain de télévision. S'arrêtant à un feu rouge, la TV installée négligemment sur son siège passager ballotte. Alors, il ouvre la porte de son auto, et devant des personnes attendant le bus, envoie voler d'un coup de pied sa TV sur le trottoir, détruisant cette dernière.

    Alors dans un film aussi culte, étant de surcroit mon préféré, on peut bien se demander pourquoi j'ai choisi CE passage, en apparence assez anecdotique alors que d'autres scènes pourraient être choisies et sont bien plus "marquantes" (les différents braquages, la fusillade en centre ville, la séparation de Neil et Eady, le final sur fond de God Moving over the face of the water). Et bien la raison est toute conne dans un premier temps : d'une part, c'était tellement inattendu que cela m'a fait beaucoup rire. Ca c'était le prétexte beauf. Ensuite, la seconde et vraie raison maintenant ce passage dans mes moments favoris du film c'est que l'air de rien, il en dit beaucoup sur l'état d'esprit du héros à ce moment là du film. Son enquête foirant, son mariage étant une ruine, Vincent Hannah qui a toujours mis un point d'honneur à intérioriser sa rage (quand il est en "colère", il joue davantage un rôle qu'une vraie rage, ce dernier gardant finalement la tête assez froide lui permettant ainsi de raisonner de façon pragmatique et d'obtenir ce qu'il veut). A ce moment, c'est la vraie première fois du film où il se laisser aller à une pulsion où il envoie valdinguer un objet qui représente finalement tout ce qui lui reste de sa vie à ce moment là... un objet reflétant l'échec de cette vie, où il fut incapable de garder un mariage à flot et se maintenir dans un cadre "normal". Un formidable exemple de "show, don't tell".
  • Bande-annonce

    Vol au-dessus d'un nid de coucou (1975)

    One Flew Over the Cuckoo's Nest

    2 h 13 min. Sortie : . Drame.

    Film de Milos Forman avec Jack Nicholson, Sydney Lassick, Christopher Lloyd

    https://www.youtube.com/watch?v=vprqrPLr1wE

    Désolé pour la qualité de l'extrait trouvé. J'adore cette scène juste pour ce qu'elle représente : la dernière chose que l'on peut enfermer, c'est l'esprit d'une personne et celui ci demeure le meilleur échappatoire aux prisons bâties par les règles absurdes de personnes se complaisant dans un rôle oppressif.
  • Bande-annonce

    Il faut sauver le soldat Ryan (1998)

    Saving Private Ryan

    2 h 49 min. Sortie : . Guerre.

    Film de Steven Spielberg avec Tom Hanks, Tom Sizemore, Edward Burns

    Bon là la réponse est assez évidente : la scène du débarquement. Spielberg nous offrait en 1998 une séquence d'une brutalité hallucinante, nous plongeant au coeur de la guerre comme jamais un film n'avait pu le faire avant lui. Rien que cette scène a redéfini le cinéma. Une leçon, tout simplement.