Ce site utilise des cookies, afin de vous permettre de naviguer en restant connecté à votre compte, de recueillir des statistiques de fréquentation et de navigation sur le site, et de vous proposer des publicités ciblées et limitées. Vous pouvez accepter leur dépôt en changeant de page ou en cliquant sur le bouton “Oui J’accepte”.
Oui J'accepte

Top 10 Films selon ALT 236

Avatar ALT 236 Liste de

10 films

par ALT 236 contribuant au Top 100 films des Tops 10

C'est mon petit Olympe pelliculaire perso... des fois ça change mais ce classement englobe tout le spectre du cinéma que j'adore. Ils ne sont pas classés dans l'ordre car ils sont à peu près au même niveau dans mon coeur et dans mes yeux ! Tout ça pour dire que si vous n'en avez pas vu certains, et bien vous êtes une sacré bande de veinards car vous allez peut-être avoir la chance de les découvrir. Que du magnifique chef-d'oeuvre par des réals complètement atteints de génialitude aggravée. (j'ai rajouté les bandes-annonces manquantes pour ceux qui souhaitent se faire une idée).

Vous aussi, participez au Top 100 films des Tops 10 !
Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Note globale
  • Ordre alphabétique
  • Date de sortie
  • Notes de mes éclaireurs
  • Note de l'auteur de la liste
  • Derniers ajouts
  • 1
    Bande-annonce

    La Montagne sacrée (1973)

    The Holy Mountain

    1 h 54 min. Sortie : . Aventure, fantastique et expérimental.

    Film de Alejandro Jodorowsky avec Juan Ferrara, Adriana Page, Burt Kleiner

    Séances de cinéma (1 salle)
    Bon lui perso, je crois que je le mets en haut quand même parce que c'est pas un film c'est une EXPERIENCE (ouais je sais ça sonne mal dit comme ça) mais sérieusement ! Le chilien sous acide nous sert avec ce film l'onirisme, le rêve, le surréalisme, la violence, la beauté, le grand n'importe quoi millimétré. Ce ne sont pas des plans, ce sont des tableaux... L'histoire d'un "proto-Jesus" visitant les stations cinématographiques du savoir et de la réalité flanqué d'un nain à demi cul de jatte qui roule ses clopes comme dans Freaks. Avec lui nous découvrirons l'église des putes aux lapins écorchés, les invasions des crapauds conquistadors, les massacres de peinture, ainsi que les 9 sages des 9 planètes et leur vision des mondes. Impossible de décrire cet objet filmique, il faut le voir pour le croire. Je sais pas ce qu'avait gobé le producteur pour permettre un tel tournage, mais en tous cas il a bien fait car La Montagne Sacrée reste pour moi un truc incroyable qui ne se reproduira sans doute jamais au cinéma. Une créativité folle, sans barrière, sans morale, et sans ambition autre que nous retourner le cerveau. Jodo s'offre même une fin à la Monthy Python dans Sacré Graal (en brisant le 4ème mur). Bref, j'ai du le voir en deux fois tellement la moitié m'avait mis tellement cher. Après, ce film pourrait tout à fait en laisser pas mal circonspects, tant il est vrai que le film part dans tous les sens, il n'y a pas tellement d'histoire et le métrage est tout de même assez dérangeant, mystique, symbolique, foutraque et presque trop génial pour être apprécié comme un film traditionnel. Bref, un film my(s)thique, s'il en est.
  • 2
    Bande-annonce

    Taxidermie (2003)

    Taxidermia

    1 h 31 min. Sortie : . Comédie dramatique, Épouvante-horreur et sketches.

    Film de György Pálfi avec Gergely Trócsányi, Adél Stanczel, Zoltán Koppány

    Chef d'oeuvre hongrois méconnu, Taxidermia est une baffe collée sur trois générations de mâles traversant le 20ème siècle. Un film aussi magnifique que dur à regarder tant certaines images mettent notre œil au défi de les supporter. Un grand père soldat-bec de lièvre-obsédé et pas clair avec les gamines, se faisant picorer la teub par un poulet avant de forniquer avec une femme cochon, pour donner naissance à un rejeton obèse et champion de bouffe sportive, qui lui même donnera vie à un phasme taxidermiste et épris d'immortalité. Ca parait un peu risible dit comme ça, et pourtant, à la fin du film tu es bon pour ramasser tes dents, tellement la pellicule est imprimée de puissance, de beauté et de violence. Un film sur le corps, sur la transmission générationnelle, sur l'amour et sur la haine. Ce film comporte de véritables scènes bravoure (la scène de la baignoire, des concours de bouffe, du coupage de queue de cochon, etc...) et se fait accompagner par une musique totalement magique d'Amon Tobin (5 petits morceaux pour une BO aussi courte qu'essentielle). A voir si vous aimer être maltraité avec classe. Définitivement un de mes films de chevet.
  • 3
    Bande-annonce

    Vidéodrome (1983)

    Videodrome

    1 h 27 min. Sortie : . Épouvante-Horreur et science-fiction.

    Film de David Cronenberg avec James Woods, Sonja Smits, Deborah Harry

    Séances de cinéma (1 salle)
    De toute la filmographie de Cronenberg, Videodrome représente pour moi le point culminant de sa carrière. Étant moins client de ses productions récentes, je suis fan de sa période charnelle et malsaine. Dans Videodrome, James Woods joue Max Renn, un producteur de télé-poubelle qui tombe un jour sur un programme étrange appelé Videodrome, qui propose du snuff pur et simple à la télévision. Dérangé mais fasciné, Renn tombe sous le charme de Nikki Brand (interpretee par Debbie Harry, la chanteuse de Blondie) avec qui il découvre la sexualité sado-masochiste. Nikki, envoutée par Videodrome, part à la recherche des studios ou est tournée l'émission et disparait. S'ajoute à l'équation un étrange Mr Oblivion, magnat télévisuel secret et quasi-virtuel. Ce dernier semble tirer des ficelles qui vont faire basculer Renn dans la folie la plus profonde. Sans en dévoiler plus sur un scénario complexe riche et tordu, ou l'on peine à savoir ou s'arrête la réalité et ou commence le cauchemar. Un film sur les médias, la vision de la réalité qu'ils offrent et qui nous donnent à voir une certaine vision du monde, mais aussi sur la violence, sur la perversion, sur le corps et ses tourments. Du Cronenberg au sommet de son art dans un film aussi dérangeant que génialissime... Un film a classer pas loin d'Existenz, sauf que ce dernier traite de la réalité virtuelle numérique et que Videodrome parle d'image et de television. A voir absolument (si vous avez le cœur bien accroché, of course).
  • 4
    Bande-annonce

    2001 : L'Odyssée de l'espace (1968)

    2001: A Space Odyssey

    2 h 40 min. Sortie : . Aventure et science-fiction.

    Film de Stanley Kubrick avec Keir Dullea, Gary Lockwood, William Sylvester

    Séances de cinéma (37 salles)
    Argh, la chronique impossible. Pour commencer, si j'étais pas passionné personnellement par les thèmes abordés par ce film, j'aurais peut-être trouvé le temps long... Sauf que pas de bol, Kubrick a du penser à moi en le faisant. Inutile d'en résumer l'histoire, inutile d'en apporter une analyse éternelle. Ce film caresse beaucoup l'indicible. Religion, vie extraterrestre, espace, quête interieure, intelligence artificielle... Le tout traité avec le génie Kubrickien qu'on connait. Je vais pas m'étendre beaucoup plus car ce film est une expérience qu'on aime ou qu'on déteste... Une totale tuerie mystique en ce qui me concerne. "I'm sorry, Dave. I'm afraid I can't do that.". EPIC SHIT. A voir absolument !!!
  • 5
    Bande-annonce

    Les documents interdits (1989)

    1 h 32 min. Sortie : 1989. Expérimental/essai.

    Film de Jean-Teddy Filippe

    Avis personnel mais assumé : "Les documents interdits" de Jean-Teddy Fillipe constituent pour moi ni plus ni moins qu'une sorte de Graal cinématographique. Avant de le voir, j'ignorais tout du dispositif conceptuel que s'est fixé son réalisateur... Cela a sans doute participé à l'aura qui s'en est dégagée lors de mon premier visionnage (vierge de tout soupçon alors). Pour ceux donc qui souhaiteraient rester vierge avant de découvrir ce film, je vous invite fortement à cesser la lecture de cette "critique", pour vous jeter vers la découverte de cette perle incroyable. "Les documents interdits" nous propose une douzaine de segments assemblés dans une compilation de "films interdits à la télévision". En effet, les évènements qui sont compilés présentent une étrangeté certaine qui justifie à elle seule son invisibilité sur nos écrans. Le terme "interdit" est donc le sésame qui poussera tout adorateurs d'inédit et d'incongru à visionner une telle œuvre. Chaque petite séquence (entre 5 et 10 minutes chacune) est précédée d'un décompte silencieux et glaçant qui met parfaitement en condition. Si vous êtes comme moi passionné par la poésie du mensonge, par le "sur-naturel", le mystérieux et l'indicible, ce film est fait pour vous. Ce métrage partage une intention commune avec "Opération Lune" de William Karel, mais les moyens sont différents et le sentiment qui nous embrasse à la fin est tout autre... Les films sont tous très différents, plutôt dérangeants et poétiques et le talent incroyable du réalisateur éclate à chaque film, sans démonstration d'aucune sorte et sans autre prétention que de nous emmener dans un rêve cauchemardesque éveillé... Les thèmes varient sans cesse : enfant prodige et inquiétant, dérive solitaire et folle sur une barque russe, nageurs menaçants sortant du fond des mers, maison hantée, individus extra-terrestres, hommes bio-mécaniques en Russie, étranges disparitions... Certaines séquences vous marqueront plus que d'autres mais tous forment ensemble un édifice filmique cohérent et puissant, virtuose. Un des éléments géniaux du film est cette voix-off neutre et atone qui nous entraine sans sourciller dans ce labyrinthe d'archives volées et troubles. En parcourant le net, on tombe aujourd'hui sur une masse incroyable de vidéos traitant de paranormal, d'extra-terrestres, de complots de toutes sortes... Le film de Jean-Teddy Fillipe est le grand-père de toute cette "envie de croire", mais dans un style qui surclasse tout le reste !
  • 6
    Bande-annonce

    Resurrect Dead: The Mystery of the Toynbee Tiles (2011)

    1 h 26 min.

    Documentaire de Jon Foy avec Justin Duerr, Colin Smith et Steve Weinik

    Resurrect Dead: The Mystery of the Toynbee Tiles est un documentaire à part, une surprise. Le protagoniste, Justin Duerr, réside à Philadelphie. Un jour, il remarque un cartouche imprimé dans le goudron de la route, contenant quatre phrases énigmatiques : "Toynbee Idea in Kubrick's 2001 Resurrect Dead on Planet Jupiter". Intrigué et incapable de saisir le sens de cet obscur message, il passe sa route. Ce n'est que quelques temps plus tard que Justin, effectuant un petit boulot de livreur à Philadelphie, se rend compte que les plaques se multiplient. Piqué au vif, Justin consacre désormais tout son temps libre à creuser le mystère de ces plaques. Très vite, il va se rendre compte qu'elles se trouvent dans plusieurs villes et même à l'étranger. Mais ce qui aurait pu être l'oeuvre cryptique d'un artiste de street-art méconnu va entrainer Justin dans une (en)quête incroyable au coeur du mystère, du rêve et de la folie humaine. Sans rien dévoiler de plus de ce documentaire magique, on peut aisément ranger ce film à coté de documentaires comme Catfish ou Capturing the Friedmans, où le réalisateur tombe sur un sujet hors-norme, caché comme s'il attendait qu'on le découvre. Il y aurait mille choses à dires sur toutes les questions et la poésie que soulèvent les trouvailles de Justin au cours du film, mais il faut se laisser surprendre et si possible ne pas trop en savoir sur ce bijou avant de le porter. Le documentaire chasse un homme insaisissable qui laisse des messages cryptés, ne désirant pas être trouvé. On peut y voir une petite parenté avec "Exit through the gift shop" de Banksy, dans cette quête d'un personnage fantôme et fantasmatique. Mais en plus dingue, et en moins fake.
  • 7

    Capturing the Friedmans (2003)

    1 h 47 min. Sortie : .

    Documentaire de Andrew Jarecki avec Seth Friedman, Jesse Friedman, Howard Friedman

  • 8
    Bande-annonce

    Elephant Man (1980)

    The Elephant Man

    2 h 04 min. Sortie : . Biopic et drame.

    Film de David Lynch avec Anthony Hopkins, John Hurt, Anne Bancroft

  • 9
    Bande-annonce

    Le Dieu d'osier (1973)

    The Wicker Man

    1 h 28 min. Sortie : . Epouvante-horreur, mystère et thriller.

    Film de Robin Hardy avec Edward Woodward, Christopher Lee, Diane Cilento

  • 10
    Bande-annonce

    Enter the Void (2010)

    2 h 41 min. Sortie : . Drame et fantastique.

    Film de Gaspar Noé avec Paz de la Huerta, Nathaniel Brown, Cyril Roy

    Séances de cinéma (1 salle)